I Do, I Do – Episode 8 : Tae Kang, Prince du Parasol, Chevalier de l’Ordre de la Charrette

Comment un drama peut me donner envie de pleurer et me faire rire aux éclats la seconde suivante ? I Do I Do est comme ça. Nous sommes arrivés à l’épisode central où la réalité de ses choix vient frapper Ji An en pleine figure, et comme on s’y attendait, la pilule a du mal à passer. Relaxe, si seulement tu ouvrais un peu les yeux, tu verrais le prince charmant qui se languit à tes pieds depuis le début.

Tae Kang se réveille de son sommeil post-cuite au poste de police et doit affronter les conséquences de son grand discours face à son père, qui lui demande qu’est-ce que c’est que cette histoire avec cette femme plus âgée. Tae Kang est surtout exaspéré d’apprendre qu’ils ont été roulés dans la farine par l’ « ami » de son père, et il en a plus qu’assez de voir les gens lui cacher la vérité. Ji An, qui rentre chez elle apprend d’ Éternel Assistant  le passé houleux de Tae Kang, de l’incendie de l’entreprise de chaussure de son père à leur récent séjour forcé au jimjilbang. Elle réalise qu’il a protégé son père en lui faisant croire que c’était lui le cerveau et fabriquant des imitations. EA lui fait remarquer qu’elle est la « première femme » de Tae Kang, et qu’elle représente sans doute beaucoup pour lui. De son côté notre ex-puceau sait de la bouche de son ami qu’il a lâché le morceau à Ji An et se maudit intérieurement, hésitant à l’affronter au bureau.

Eun Song reçoit le père de Ji An, qui vient lui demander de l’aider à convaincre sa fille d’avorter. Il ne veut pas qu’elle devienne mère célibataire (encore l’équivalent de l’opprobre là-bas). Eun Song lui oppose son opinion divergente. Il pense  qu’avec son statut, une femme bien installée comme Ji An peut s’en sortir. Le père dépité s’apprête à prendre congé, mais Eun Song décide de l’informer sur la ménopause précoce de sa fille et sur le fait qu’elle ne pourra peut-être plus jamais avoir d’enfant. Le vieil homme est atterré par la nouvelle.

A Jinny Kim, Mama Bitch vient rendre visite à Ji An, snobant encore une fois sa belle-fille. Elle offre un immense tableau déprimant à Ji An pour marquer son enthousiasme à l’idée de leur partenariat, et Na Ri décide de changer de stratégie. Elle discute un peu avec Jake-Han-l’ahuri de son appréhension. Elle a beau dire qu’elle ne considère pas sa supérieure comme sa rivale, elle continue d’admirer sa dévotion à son travail. Ji An s’inquiète de ne pas voir Tae Kang arriver à Jinny Kim, et se remémore tous les moments où elle a été agressive et méchante avec lui. Elle commence à imaginer le pire des scénarios.

Elle consulte son planning et comme elle a du temps libre, elle décide d’aller voir ce qu’il fabrique. Elle se rend à la buvette de son ami (en train de danser Alone des Sistar avec une carotte. LOL.) Ne voyant nulle part Tae Kang elle rebrousse chemin mais tombe nez à nez avec le père de ce dernier, qui la regarde d’un air hostile. Il lui demande de s’expliquer sur cette histoire de « première fois » mais Ji An laisse la parole à Choong Baek. Il apprend au père de Tae Kang qu’elle est sa supérieure, mais aussi (et Ji An ne s’y attends pas) que c’est elle qui a mis son fils en prison. Lorsque Papa Park s’énerve elle lui rétorque qu’il n’avait qu’à mieux élever son fils. Elle lui apprend crument comment Tae Kang est traité à l’entreprise par ses collègues, en raison de son ignorance. Le père de Tae Kang est blessé (à raison) et lui dit que son garçon est quelqu’un de bien. Ji An prise au dépourvue fait bonne figure, mais elle est plus touchée qu’elle ne veut le laisser voir.

Ji An de retour à l’entreprise voit ses employés plier bagage et leur demande ce qu’il se passe. « Nous avons un nouveau chef. » Sur ce Na Ri apparaît avec un éventail de méchante à la main (mouahaha). Elle introduit le nouveau directeur artistique…Tae Kang, en costume-cravatte qui va droit vers elle et lui dit « merci d’avoir gardé ma place au chaud…Mme la directri…ah non, Hwang Ji An-shi ». Ji An se réveille brutalement de ce rêve délirant et se demande si ce n’est pas un Taemong (un « rêve de conception ») qui indiquerait un mauvais/bon présage sur l’avenir du bébé.

Lorsqu’elle s’apprête à quitter Jinny Kim elle tombe sur Tae Kang, décidé à reprendre ses affaires en vue de démissionner. Il lui dit qu’il commence vraiment à réaliser qu’il n’a rien à faire là et veux s’en aller avec le peu de fierté qui lui reste. Ji An est sarcastique mais ça ne l’atteint pas. Elle lui rappelle qu’il lui reste à l’indemniser pour la perte de son design. et enfonce le clou en lui disant que la nuit qu’ils ont passée ensemble ne représente rien pour elle. « Jamais je ne t’ai considéré comme un homme, et ce sera toujours comme ça. » Elle laisse Tae Kang choqué et attristé par son attitude de Queen Bitch (sérieusement, il doit y avoir un challenge à Jinny Kim pour la couronne de Queen Bitch of the Universe que se disputent Na Ri, Ji An, Mama Bitch et même les autres mauvaises langues sous leurs ordres, hommes compris).

Tae Kang tristounet rentre « chez lui », dans la cave qu’ils ont loué. Son père lui dit d’arrêter de travailler à Jinny Kim. Il est chagriné de voir son fils prendre petit à petit le même chemin que lui. Papa Park s’est retrouvé vite père célibataire avec son fils nouveau-né à élever seul lorsque sa femme l’a quitté. Voir son fiston souffrir le fait souffrir énormément. Mais Tae Kang a décidé de mettre sa fierté de côté  et de se concentrer sur l’argent. Pas de démission, finlement. Il arrive à dérider son père et ils se battent gentiment. Ces deux là sont adorables.

Le lendemain le jeune homme retourne à l’entreprise, décidé de nouveau à prendre les choses du bon pied (où est la source de son éternelle bonne humeur ? Je veux l’adresse). Les autres n’ont pas de temps à lui accorder, ils sont pressés et plongés jusqu’au coup dans les croquis et les échantillons. Ji An surbookée reçoit un coup de fil de l’ hôpital. Le collègue d’ Eun Song à qui ce dernier à transféré le dossier de Ji An la contacte pour discuter et prendre un rendez-vous. Elle lui raccroche presque à la figure et lui disant de la contacter par mail. Abasourdi il va voir Eun Song pour lui dire qu’il refuse de s’ occuper de cette folle et Dr. Mommy se retrouve encore une fois à gérer Médusa.

Nous apprenons pourquoi Ji An et ses collègues sont sens-dessus-dessous : Na Ri et Jake-Han-l’ahuri veulent un exposé de leur projet pour la collaboration. Forcément leurs designs ne sont pas tout à fait prêts et Na Ri demande à la directrice si elle ne traverserait un « slump » (une crise). Jake Han propose de composer deux groupes au lieu de présenter des designs individuels, et le jury sélectionnera le design qui lui plaît le plus. Jake Han et Ji An seront les leaders de leur groupe respectif et Na Ri, une idée perfide en tête, propose de laisser le choix aux autres du groupe qu’ils veulent rejoindre.

Le staff discute de cette décision et des récentes phases d’inattention et de fatigue de leur supérieure. Tae Kang est très préoccupé de l’état de cette dernière. Il croise Na Ri qui lui demande de venir avec Jake et elle, mais il n’est pas sûr de son choix. Na Ri lui dit qu’il peut très bien entrer dans leur groupe puisqu’il est son « Oksan Shingoo » (son compagnon du toit). Tae Kang est fier d’avoir une alliée de poids et va se vanter auprès d’ EA qui se demande quel est son secret pour toujours se retrouver dans les jupes des deux candidates au poste de CEO (bien vu, haha). Quand Tae Kang propose de glisser un mot pour lui à la vice-présidente, EA ne se sent plus de joie et ils décident de fêter ça avec des grillades.

Dans son bureau Ji An fulmine de se retrouver encore une fois coincée par « Kae Na Ri » (cette chienne de Na Ri). La team Jake rassemble tous le monde et forcément il ne reste plus que Tae Kang pour la rejoindre, notre nounous au cœur d’or adoré. Ji An a du mal à digérer ces nouvelles trahisons et rejette pour la cinquantième fois le jeune homme.

Elle s’apprête à rentrer, mais se sent soudain bien compressée par son soutien-gorge (autre manifestation de la grossesse) et se gigote dans tous les sens pour le retirer et  se détendre un peu. Tae Kang a assisté à toute la scène et la regarde d’un œil effaré. Ji An hurle quand elle l’aperçoit, dissimule maladroitement sa poitrine « libérée » et se dirige la sortie en marchant en crabe. What has been seen cannot be unseen.

En sortant Tae Kang croise Eun Song, qui vient rendre visite à Ji An pour lui faire part du refus de son collègue de la prendre en charge. Tae Kang l’accompagne jusqu’au bureau de la directrice et Ji An traite encore une fois notre héros comme une nuisance. Eun Song commence à faire son cours « femme enceinte : mode d’emploi » à Ji An exaspérée et il lui dit qu’elle ferait mieux d’écouter : avec son train de vie, son âge et sa condition physique elle a de fortes chances de faire une fausse-couche. Quand il aborde la question des chaussures à talon (chaussures plates pendant la grossesse, un basique) elle lui répond « je suis quelqu’un qui fait des chaussures. »

Eun Song lui répond « Maintenant tu es quelqu’un qui fait un enfant. Tu pensais qu’être mère était facile ? » Elle est un peu désarçonnée, et l’est encore plus quand il évoque la visite de son père. Ji An est furieuse qu’il lui ait parlé de sa ménopause. Tae Kang apporte des boissons, et remarque le livret d’information pour la grossesse sur la table. Eun Song lui dit qu’il est obstétricien.

Notre héroïne à bout de nerfs commence à craquer avec toute la pression de ces derniers jours qui s’est accumulée. L’interdiction de porter des talons était la goutte de trop. Elle demande à Eun Song de la laisser seule et s’effondre en pleurant sur son canapé. Le père de Tae Kang le contacte pour lui demander de rejoindre leur petit festin, mais il ne veut pas laisser Ji An toute seule après l’avoir entendue pleurer à travers la porte. Elle le rejette encore, mais il ne s’avoue pas vaincu et pique son sac à main pour la forcer à venir avec lui. Il s’amuse adorablement à la faire tourner en bourrique et finit par la convaincre d’aller manger un morceau avec lui. Il la prend par le bras et la tire gentiment dans un taxi.

Eun Song de son côté n’est pas rentré chez lui, il est allé acheter des médicaments pour Ji An. Lorsqu’il retourne à son bureau elle est déjà partie. Il ‘appelle, mais elle a oublié son portable. Il remarque qu’elle n’a pas pris sa voiture. Il essaie d’aller chez elle, et personne non plus.

Ji An déchante un peu quand elle réalise que Tae Kang l’a emmené dîner avec son père et ses amis. Elle résiste encore mais finit par s’attabler et manger avec eux. Lorsqu’ils sont tous un peu ivres et commencent à chanter, elle est prise d’une envie soudaine d’aller aux toilettes. Tae Kang, notre éternel preux chevalier, la prend dans un pousse-pousse improvisé avec une  vielle charrette et l’emmène en ville pour trouver des toilettes publiques. Il la ramène dans le même véhicule insolite et elle se détend en regardant les étoiles, se rappelant à nouveau les jours heureux de son enfance. Elle lui demande si il a rejoint sa team par pitié, mais il lui répond que c’est avec les professeurs les plus exigeants qu’on apprend le mieux. Elle lui dit :

« Est-ce que tu voudrais que je t’apprenne le métier ? »

Omo. Omomo.

« Je te préviens ce sera hardcore, alors tais-toi et colle-toi à moi pendant un mois. »

Yepeee ! Tae Kang est extatique et la ramène chez elle tout heureux. Avant de le laisser partir, Ji An est sur le point de lui parler de ce qu’il a vu (ce qu’elle fabriquait avec son soutien-gorge) et elle commence à se demander pourquoi il ne la laisse pas boire de l’alcool. Mais au moment fatidique, Eun Song qui faisait le piquet en l’attendant se manifeste.

Commentaire

Rhaaaa Eun Song, pourquoi ?! Pour une fois que nous avions un espoir de terminer l’épisode sur un cliffhanger juste entre Ji An et Tae Kang, il nous la jour Party-Pooper ? Mon souhait était presque exhaussé ! Et bien sûr pas de preview, pour nous faire encore plus mariner. J’aime bien Eun Song mais il va falloir qu’il apprenne à lâcher un peu Ji An. Je comprend pourquoi il agit comme ça, mais je ne pense pas qu’il peut faire grand chose pour elle dans son état, surtout quand le père du bébé est aussi présent. Ce qui m’agace un peu c’est que notre héroïne repousse les deux, puis discute avec chacun sans vraiment choisir. Elle manque encore beaucoup de maturité de ce point de vue là. Lorsqu’elle commence à céder du terrain à la fin, c’était un immense soulagement. Go Go, Tae Kang !

Cet épisode était beaucoup moins fun et beaucoup plus dur que le précédent, avec encore une fois notre héroïne dans une situation de grande solitude qui refuse de se faire aider par ceux qui lui tendent la main. Elle a désespérément besoin de garder le contrôle sur sa vie et sur les autres, et c’est triste de la voir aussi démunie quand la situation lui échappe. Comme je m’y attendais elle a énormément de mal à lâcher les choses, à accepter qu’on ne peut pas tout avoir et qu’un enfant signifie aussi beaucoup de sacrifices (et les chaussures sans talons, le stress et la fatigue, ce n’est que le haut de l’iceberg). Pour la suite j’aimerais qu’elle adopte une attitude moins égoïste et laisse Tae Kang l’aider, parce que si elle continue comme ça à vouloir tout faire et tout avoir, qui plus est sans en parler à personne, elle va droit dans le mur.

Celà dit, kudos à la scénariste pour oser pointer du doigt des questions importantes posées par l’évolution des mœurs à vitesse grand V (ici symbolisée par le fossé entre la génération des parents et celle des enfants). Ji An est un exemple de « femme moderne » canonique, sans l’espèce de schizophrénie flippante que ce genre de personnage inspire un peu trop souvent (je pense aux personnages récents de Ha Ji Won qui réunit à la fois les clichés de la femme d’action badass, de la vierge effarouchée et de l’épouse parfaite comme dit Dahee). Ici l’héroïne n’est pas du tout présentée comme un fantasme, mais comme un personnage directement inspiré de la réalité qu’on pourrait très bien rencontrer ou à qui on peut s’identifier. Par contre les hommes sont beaucoup plus fantasmés dans ce drama. J’ai du mal à croire que des Tae Kang et des Eun Song existent en vrai, et c’est un peu la faiblesse d’I Do I Do, mais aussi ce qui nous sauve de la déprime. Parce que sans Tae Kang…ce serait dur. Très dur.

 

4 réflexions sur “I Do, I Do – Episode 8 : Tae Kang, Prince du Parasol, Chevalier de l’Ordre de la Charrette

  1. merci beaucoup pour la recap , comme toujours tu as su exciter notre curiosité a continuer a suivre ce beau drama;
    pourrais tu aussi nous faire une recap de A gentlman’s dignity
    merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s