Preview des Animes d’Automne 2016

f0f02bc9

Des idoles et des magicals girls à gogo : à priori cet automne ne va pas révolutionner grand-chose au pays des animes. Il y a une claire dominance des adaptations de mangas pour cette rentrée, les LN se font beaucoup plus discrètes, alors qu’on voit plus de « mixed-medias projects » apparaître. On pourrait se réjouir de voir autant d’animes « originaux » dans la programmation, mais en réalité une grosse partie d’entre eux sont des mixed-medias projects ou suivent une mode bien spécifique. Sinon ça s’annonce comme une saison plutôt bien équilibrée, avec des séries pour les garçons, les filles, les enfants, les ados, les adultes, le public niche et le public mainstreem. 

Suites & Co

HE2

D’abord les gros noms qui vont porter la saison : KyoAni revient avec la suite très attendue de Hibike! Euphonium, qui sera plus concentrée sur la relation entre Kumiko et Asuka. On va avoir droit à la cinquième saison de Natsume Yuujinchou (pour ceux qui sont à jour, oui ce sera adapté par des habitués de la licence) et à la troisième saison de Haikyuu!!. Ensuite on a comme d’habitude des suites de séries commencées cette année qui ont fait une pause : Gundam Iron Blooded Orphans, Ajin, 12-Sai Chiccha na Mune no Tokimeki et Bungou Stray Dogs.  Moins attendus, mais de bonnes surprises tout de même : Show By Rock va enfin diffuser sa seconde saison après avoir rappelé son existence en été par le biais d’un short, WIXOSS a un spin-off intitulé Lostorage Incited. Incited aura un staff très différent de celui dInfected, Spread et Destructed, mais conserve une atmosphère sombre (pour l’instant, difficile de savoir si le twist sera le même). Autre annonce de spin-off : WWW.Working!, un autre anime sur les employés de la chaîne de restaurants Wagnaria, avec de nouveaux personnages. Enfin dans le fond du panier il y a ViVid Strike, qui n’est pas un spin-off de Vividred Operation mais un spin-off de Nanoha Vivid (qui était déjà un spin-off de Lyrical Nanoha avec des lolis…), Brave Witches (un spin-off de Strike Witches), et la quatrième (j’espère dernière) saison d’Utapri qui s’appelle Legend Star

Les shorts

MBS

Une grosse partie des shorts vont être des suites ou dérivés d’animes préexistants : Ameiro Cocoa 3Okusama ga Seito Kaichou!+!, Anitore! XX, Mahou Shoujo Nante, 3-Nen D-Gumi Glass no Kame (sorte de réinterprétation de Glass no Kamen en CG) , Tekyuu 8, Bishoujo Yuugi Unit Crane Game Galaxy.

Dans les shorts plus nouveaux, il y a Kiitarou Shounen no Youkai Enikki sur un garçon qui rencontre des yokais. Ça a l’air mignon, mais tous les yokais sont des filles ?  C’est un harem ?  Gakuen Handsome est l’adaptation de célèbres jeux BL parodiques (un jeune homme est transféré dans un lycée prestigieux où il est séduit par l’élite, des bishos dotés de mentons improbablement longs). Gakuen Handsome avait déjà été adapté l’année dernière en OVA, mais c’est la première fois que l’intrigue fait l’objet d’une véritable série, rendue possible par le crowdfunding. Hagane Orchestra est l’adaptation d’un mobage où des filles dirigent des tanks dans un monde post-apocalyptique, To Be Hero est un scénario inédit complètement farfelu mettant en scène un père qui doit sauver le monde après avoir été aspiré dans des toilettes, et Miss Bernard Said est une comédie lycéenne avec une fille qui prétend s’y connaitre en littérature alors qu’elle ne lit pas beaucoup.

NB : Il y a aussi Nobunaga no Shinobi (petite comédie sur une shinobi qui vient en aide à Nobunaga) et Koneko no Chi, le reboot de Chi’s Sweet Home en 3DCG, mais nous ne savons pas encore si ce seront des shorts ou des séries longues.

Le point sur les OVA et SP notoires de 2016

TAMB

Chaque saison a son lot de petits projets « bonus », principalement des épisodes spéciaux qui sont réalisés pour sortir en complément de DVD. Beaucoup de studios en produisent, c’est un bon moyen d’offrir aux fans quelque chose de plus. Par exemple KyoAni a sorti Kakedasu Monaka, un épisode bonus d’Hibike! Euphonium qui raconte le dernier épisode du point de vue de personnages secondaires. Mais parfois ces projets sont un peu plus conséquents. En hiver et au printemps nous avons eu ARIA the Avvenire, qui est une conclusion à la série ARIA, et Gundam Thunderbolt, une mini-série de mécha. Cet été est sorti Under the Dog, le fameux projet d’anticipation old school financé par du crowdfunding, Planetarian dont j’ai déjà parlé, et bientôt nous allons pouvoir regarder The Ancient Magus Bride Hoshi Matsu Hito du studio Wit. Ses trois épisodes vont faire office de prequel, et je pense qu’ils testent le terrain pour une adaptation plus conséquente. Ça m’étonnerait de ne pas voir ce manga adapté rapidement en anime par la suite, c’est un succès commercial et critique au Japon.

ZG

Le projet dont tout le monde va parler c’est Zaregoto. SHAFT va animer en huit épisodes cette série de romans de Nishio Ishin. Je ne sais pas à quelle cadence ils vont les réaliser, mais c’est inquiétant pour le sort de leur adaptation de Sangatsu no Lion : les rumeurs disent que les meilleurs animateurs du studio ne travaillerons pas dessus, comme ils seront occupés par d’autres choses. Je serais très déçue si c’est le cas…Enfin, Luger Code 1951, le gagnant d’un prix du meilleur scénario organisé par WSJ qui parle de cryptographie et de loups-garous, va être adapté en SP par Deen.

NOPE

Dream Festival (Bandai/BN Pictures)

DF

Yep, encore un ! Les shows de boys band se suivent et se ressemblent, à tel point que bientôt ils vont tous se mélanger dans ma tête dans un festival de couleurs pastel, de paillettes, de coiffures improbables et de mentons pointus.  La course pour la couronne des meilleures idoles virtuelles est lancée, et chacun veut y mettre son propre cheval. Et exactement comme ce qui s’est passé pour les filles, on va avoir de la qualité, du standard, et du très mauvais. Dream Festival semble rentrer dans la catégorie intermédiaire : pas assez mal fichu pour être nul, pas assez bien produit et/original pour être plus que médiocre. Et franchement, je trouve que c’est le pire. Quand on a beaucoup de concurrents, on a vraiment intérêt à trouver quelque chose pour se détacher du lot, et celui-là n’a pas trouvé mieux que de voler le système de cartes-costumes d’Aikatsu. Brillant. Je sais qu’Aikatsu l’a piqué à Happiness Charge Precure, qui a tiré son inspiration d’autres shows de magical girls, mais si le seul élément de votre scénario un peu original est un repompage qui n’ajoute rien à la formule, personne n’est dupe. Le reste n’est pas mieux : les chara-designs ressemblent vaguement à ceux de Bouei-bu LOVE en moins charmant, et les costumes sont particulièrement laids (que celui qui pensait qu' »Arlequins Arc-en-Ciel » était un bon concept se dénonce). Nope !

Keijo!!!!!!!! (Xebec)

KJ

Vous vous rappelez de l’une des activités de DOA Xtreme Beach Volley Ball, le combat de popotins ? Ajoutez-y la possibilité d’utiliser la poitrine, faites-en un sport international futuriste, et vous avez cet anime. L’élément qui me met mal à l’aise est la motivation de l’héroïne, qui décide de pratiquer ce sport pour subvenir aux besoins de sa famille. Mmmmmh. Et aussi…se frapper avec la poitrine et les fesses ? Ouch !! J’ai pas envie d’imaginer l’état des membres de ces sportives après un match (hémorragies internes…brrr). Les entrejambes des hommes sont toujours montrées comme sensibles dans les animes, pourquoi les poitrines des filles doivent être des membres fantasmagoriques ? Ça ne devrait pas m’étonner de la part de Xebec, qui est devenu une machine à produire de la merde ces dernière années.

Drifters (Hoods)

DRFTRS

Je n’ai pas du tout envie de regarder Drifters (adaptation d’un autre manga de l’auteur de Hellsing), et c’est une question de scénario. C’est encore un anime qui veut absolument réunir des grands guerriers de l’histoire et les faire s’affronter tout en masturbant au passage les personnalités historiques japonaises. On a eu Nobunagun, Nobunaga the Fool, maintenant Drifters. Et ô surprise, il y aura Nobunaga dans Drifters ! Et Jeanne d’Arc. Quelle originalité. Le reste du scénario est vraiment bizarre. Non seulement on transcende le temps et l’espace pour récupérer ces guerriers, jusqu’ici la routine habituelle, mais on téléporte tout ce beau monde dans un univers d’héroïc-fantasy avec elfes et hobbits. Et une partie des personnalités historiques veulent exterminer l’humanité. Wat. Couplez ça avec le style XTREME-PAS-POUR-LES-ENFANTS typique des années 90/00, et vous avez un truc qui ne m’interpelle absolument pas.

Cheating Craft (BLADE), Soul Buster (Pierrot) et Bloodivores (Creators in Pack)

SB

Les animes impliquant des sources chinoises ou des partenaires chinois comme Reikenzan ou The Outcast sont devenus synonymes de sous-productions hâtives et maladroites ces dernières années. Est-ce que ces trois-là seront différents ? Rien n’est moins sûr. Soul Buster adapte des romans dont les héros invoquent des esprits guerriers légendaires via des cartes (au début je croyais que c’était une adaptation de jeu de carte ou de jeu vidéo), et n’a pas l’air d’offrir quoi que ce soit de particulièrement innovant. Bloodivores est une histoire de vampires avec un twist : les vampires sont plus des victimes des humains que l’inverse, et doivent se protéger contre des monstres. Cheating Craft (anciennement « One Lesson One Fight ») parle de jeunes qui s’entraînent pour les concours, avec le camp des tricheurs et le camp des bosseurs. 

Nazotokine (Tengu Kubou)

NTK

Une affiche pourrie, un studio inconnu, un staff louche, un scénario vague (puzzle-solving magical girl ? Gné ?) : tous les signes indiquent que ce sera encore une daube innommable créé pour nous vendre un groupe d’idoles débutantes ou je ne sais quoi. Le seul élément sympa est la référence aux spectacles de magie avec le chapeau et le lapin.

Tiger Mask W (Toei)

TMW

Tiger Mask W a l’air d’un show adulte, mais quand on se rapproche un peu plus près et qu’on lit le synopsis, on réalise que c’est le genre de série qui serait diffusée le matin pour le enfants. L’histoire est très simple : deux jeunes lutteurs professionnels veulent se venger d’une puissante organisation malveillante, un le fera sous les projecteurs, et l’autre dans l’ombre de manière infiltrée. D’autres indices ne trompent pas : c’est un projet original de la Toei, et ils ont décidé d’inclure beaucoup d’animation en CG. Parmi les enfants et les fans de lutte je pense que cet anime trouvera son public, mais je n’en ferai pas partie. 

Pedo Ping Pong Shakunetsu no Takkyuu Musume (Kinema Citrus)

SnT

J’aime beaucoup le ping pong, c’est le seul sport de raquette qui ne me fait pas sentir comme une parfaite incapable, et qui ne me fait pas mal. C’était de loin mon sport préféré au lycée et je suis très reconnaissante envers les profs qui nous laissaient jouer à ça pratiquement toute l’année, dans une salle à part (sans surveillance) pendant que les autres faisaient du badminton. Mais deux choses m’empêchent d’être très enthousiaste pour Shakunetsu… : d’abord le show a été annoncé tard, ce qui n’est jamais bon signe, et surtout le manga est vraiment, vraiment, vraiment mauvais. Les dessins sont hideux (le genre de dessins qui essaie très fort d’être moe et sexy comme Saki mais qui échoue misérablement), les dialogues sont un mélange de clichés niais répétés ad nauseam et de mauvais gags, et les matchs n’ont aucun intérêt. Je ne sais pas si c’est possible de faire quelque chose de cette base. C’est ça le manga que Kinema Citrus va adapter après KumaMiko ? Soit c’est eux qui font encore un choix stupide, soit ils se sont tirés une balle dans le pieds avec leur dernier anime et personne ne veut leur donner autre chose à produire que ce genre de daube téléphonée !

Bof

Occultic;Nine (A-1 Pictures)

O;N

Occultic;Nine par A-1 à la rentrée, Chaos;Child par Silver Link en hiver, quelqu’un est très pressé de nous balancer ces adaptations des publications de Shikura/5pb (Steins;Gate, Robotics;Notes). Chaos;Child est la suite de la VN Chaos;Head qui avait été adaptée en 2008 par Madhouse, et Occultic;Nine est une LN toute récente écrite par Shikura. La série a l’air plus orientée vers les ados que Steins;Gate, et le scénario (neuf jeunes gens plongés dans l’occulte sont liés par un blog) me fait redouter une autre série qui accorde plus d’importance au gimmick des uns et des autres qu’à l’intrigue de fond…

Izetta of the End (Ajia-Dou)

SI

La promo de cet anime original a été déroutante. D’abord on aurait dit qu’ils visaient sans ambiguïtés le public amateur de Girls with Guns, avec l’héroïne en nuisette chevauchant des armes volantes. Ensuite on a eu une affiche radicalement différente, beaucoup plus rangée, qui pourrait presque passer pour l’affiche d’un Ghibli. L’histoire est une revisite fictive de la Seconde Guerre Mondiale, avec pour protagonistes une sorcière nomade et la princesse de l’une des petites nations envahie par les Allemands. Et comme c’est la mode, pourquoi ne pas faire du Yuri ? Le Yuri-baiting, le GwG, les références à l’histoire pour les otakus militaires, tout cela va ensemble, mais le style visuel doux et Ghibli-esque surprend. J’ai peur que ce soit comme Fractale et Galilei Donna, des animes qui avaient l’air très sérieux et ambitieux en apparence, mais qui étaient en réalités très immatures et maladroits dans leur conception.

NB : Peut-être qu’au moment où vous lisez cet article un studio et un staff ont été annoncés, mais aujourd’hui nous n’avons aucune information, et c’est quand même bizarre. [MAJ: tout a été révélé. Jamais entendu parler de ce studio, le scénariste est exécrable, et les réalisateurs sont compétents. Ce sera au moins joli…?]

Trickster (TMS)

TRK

Mais laissez ce pauvre Edogawa Rampo en paix…on en est au combientième anime qui veut absolument récupérer cette icône et ses créations pour en tirer un show « edgy » ? Et qui sera probablement comme les autres un très mauvais anime d’enquêtes ? Celui-là se vante d’avoir des designs du groupe PEACH-PIT, des mangakas qui étaient célébrées comme les prochaines CLAMP quand elles ont sorti Rozen Maiden, mais dont plus personne n’entend parler depuis qu’elles ont bâclé la fin de Shugo Chara. Trickster me semble être une tentative d’attirer une part du public de Bungou Stray Dogs, qui aime ce type d’histoire de super-détectives sexy et torturés.

Soushin Shoujo Matoi (White Fox)

SSM

Un projet « original » remarquablement conventionnel : une jeune prêtresse shinto devient magical girl par la grâce divine quand les démons se réveillent. Le problème avec ce type d’anime c’est qu’il n’y a pas vraiment moyen de savoir à l’avance si ce sera bien ou médiocre (je ne m’attends ni à l’excellence, ni à une daube puante, mais entre les deux on a un large panel de possibilités…). Je ne suis pas très impressionnée par le staff.

All Out!! (Madhouse)

AO

Le volley, le foot, le baseball, le tennis, le vélo, maintenant le rugby pour mettre en scène des jeunes sportifs qui enflamment le public féminin. Bien sûr comme ce type d’anime doit beaucoup au shonen on aura de nouveau une histoire d’underdogs, qui intègrent le club de rugby pour se réinventer. Il me semble que le rugby n’a pas été encore exploité en animation japonaise, et les particularités de ce sport comme ses règles complexes et l’importance accordée à la puissance physique peuvent le distinguer des autres.

Idol Memories (Seven Arcs)

IM

Comme les shows d’idoles sont produits à la chaîne ces derniers temps, autant zapper les explications et passer tout de suite à ce qui différencie tel nouvel anime des autres : dans Idol Memories, nous sommes dans le futur, mais au lieu d’explorer l’espace comme dans AKB0048, les filles explorent l’espace…virtuel (d’où la tenue de l’héroïne sur l’affiche. Cette idée d’avoir des idoles qui utilisent leurs avatars pour mener leurs carrières est intéressante et d’actualité (Miss Monochrome en est un bon exemple). Idol Memories a aussi la particularité de mettre en scène deux groupes principaux qui s’affrontent dans le cadre d’une compétition, un peu comme si A-Rise avait eu un rôle beaucoup plus important dans Love Live. Sinon en voyant la promo ça m’a beaucoup fait penser à une sorte d’Aikatsu pour jeunes adultes (graphiquement ça y ressemble beaucoup), et nous verrons si Idol Memories est un peu plus que ça. 

Touken Ranbu: Hanamaru (Dogakobo)

TKNR

Touuken Ranbu est à peu près l’équivalent de Kancolle pour les fujoshis, c’est un jeu où on fait la guerre à l’aide de bishos qui sont les incarnations de katanas. Je préfère ce concept, au moins cette fois on laisse en paix toute exploitation nauséabonde des Guerres Mondiales. Ce n’est pas la première fois que Doga Kobo essaie de toucher spécifiquement un public féminin, mais en dehors de Nozaki-kun qui a été un gros succès leurs tentatives ont été très décevantes (Devils and Realist, Donten ni Warau, Mikagura Gakuen), et celle-là a l’air particulièrement fade. Je suis beaucoup plus curieuse de voir ce qu’ufotable va faire avec la même licence.

Pourquoi pas ?

Monster Hunter Stories RIDE ON (David Production)

MHSRO

Hey un de mes jeux préférés est adapté en anime !…pour les enfants…avec 48 épisodes…et ils ne chassent pas de monstres ils sont…amis avec eux…*soupir*. Ça fait bizarre de voir le petit garçon chevaucher un Rathalos quand c’est l’un des monstres les plus agressifs du jeu. C’est vrai que j’aurais aimé une adaptation mature, mais bon, le scénario a l’air d’être largement pompé sur How To Train Your Dragon, et comme référence ils pourraient faire pire. Le jeu MH Stories est plus concentré, comme son nom l’indique, sur les histoires qu’il raconte que ses grands-frères. Il y aura dans son adaptation les clichés habituels du show pour enfant : le jeune héros, la copine, le rival, les monstres à attraper qui deviennent des compagnons, les méchants. Je regarderai un peu parce que j’adore l’univers visuel de la série, et je fais confiance au studio David Production pour produire une adaptation de qualité (pas comme celle réservée à Ace Attorney, merci bien).

Mahou Shoujo Ikusei Keikaku (Lerche)

MSI

Prêts pour Mahou Shoujo – Hunger Games ? Quand ce projet a été annoncé, j’ai tout de suite été interpellée par son synopsis : des filles deviennent magical girls via une application en ligne. Mais l’une des factions a besoin de réduire ses effectifs, et nos héroïnes sont lancées dans une compétition qui va dégénérer. Je suis juste un peu déçue par les premiers visuels. La LN a des illustrations sombres qui correspondent bien au ton de l’intrigue, mais Lerche nous propose quelque chose de très lumineux, et même générique. Une possibilité : ils ont voulu faire comme Gakkou Gurashi et Madoka, et réserver l’effet de surprise ?

Stella no Mahou (Silver Link)

SnM

C’est moi ou cette année, quand un concept est exploité, il doit l’être deux ou trois fois par des studios différents ? Silver Link n’est pas du tout innocent quand il s’agit de surfer sur la vague d’une tendance populaire, et Stella No Mahou est leur tentative nous vendre un show de filles mignonnes qui créent un jeu vidéo. Mais j’ai l’impression qu’ils veulent sérieusement que leur série réussisse : ils ont choisi leur meilleur réalisateur, Kawatsura Shin`ya (Non Non Biyori, Tanaka-kun is Always Listless), et la scénariste d’AmaBuri et New Game. D’ailleurs ils partent à peu près de la même base que celle de New Game : un YonKoma qui n’a pas beaucoup de volumes publiés, ce qui leur donne pas mal de liberté créative. Il y a de quoi être modérément optimiste.

Long Riders! (Actas)

LR

Comme Jitensha-Bu n’a toujours pas été annoncé, Long Riders a l’avantage d’être le premier anime sur des filles qui font du vélo à sortir cette année. Le cadre de l’université à la place du cadre lycéen est un élément prometteur, et le trailer m’a fait bonne impression : ça a l’air solidement animé (Yoshihara à la réalisation est un indicateur de qualité), et surtout très sincère, sans le fanservice crasseux qu’on trouvait dans Bakuon, et que je pense retrouver dans Shakunetsu no Takkyuu Musume. Long Rider va parler de la discipline de vélo la plus connue : le cyclisme sur route ou Road Racing, mais avec plus d’emphase placée sur l’endurance et les longues distances que sur la vitesse et la compétition. Comme l’esprit d’équipe et la coordination sont des fondamentaux de ce sport, Long Riders pourrait vraiment tirer profit d’une bonne alchimie entre ses personnages.

NB : Apparemment les premiers épisodes du précédent projet d’Actas, Regalia – the Three Sacred Stars (le show sur les lolis qui pilotent des robots) n’ont pas plu au comité de production, qui a décidé de suspendre cet anime pour tout reprendre depuis le début et le relancer en automne. Espérons que ça ne perturbe pas le planning de Long Riders. 

Fune wo Amu (ZEXCS)

FWA

Un peu comme Battery, j’ai peur que Fune no Awu ne se retrouve dans la catégorie des animes loués pour leurs bonnes intentions et leur exécution solide, mais délaissés par le public. Le scénario ne fait pas envie : on suit deux hommes qui veulent publier un nouveau dictionnaire. D’abord il y la barrière de difficulté d’interprétation et de compréhension qui risque de se présenter aux traducteurs et spectateurs, comme ça va forcément parler de linguistique et de sémantique japonaise. Et ensuite, la publication d’un dictionnaire est l’enjeu principal de l’anime ? Ok. Ça peut être passionnant, mais adapter sous forme animée un travail basé principalement sur des échanges verbaux et rendre ça captivant est un gros challenge.

Nanbaka (Satelight)

NBK

Le prisonnier d’un établissement un peu particulier essaie de vivre son quotidien en s’amusant le plus possible avec ses codétenus, jusqu’à ce que le passé le rattrape. Shinji Takamatsu (Gintama, Sakamoto Desu Ga) va diriger cette adaptation qui a le potentiel pour être une bonne comédie.

Classicaloïd (Sunrise)

CSCL

Les animes adorent emprunter des personnalités ayant marqué l’histoire pour les réinventer, que ce soient des saints, des psychopathes, des scientifiques ou des stratèges. Cette fois Mozart, Bach et autres grands compositeurs vont débarquer au Japon sous la forme de « Classicaloïds », des êtres qui peuvent causer des phénomènes étranges en jouant de la musique. Le staff est intéressant, il y a Fujita Youichi (Gintama, Osomatsu-san), l’auteur des LN Chaika the Coffin Princess (et je l’ignorais mais c’est aussi lui qui a écrit Scrapped Princess et Outbreak Company) et un autre scénariste polyvalent.

Je veux

Girlish Number (Diomedéa)

GN

En dehors de Qualidea Code, l’auteur de Yahari Ore no Seishun…a travaillé sur Girlish Number, l’histoire d’une Seiyuu prévue pour sortir à la fois sous forme de LN, de manga et d’anime. Ce ne sont pas les histoires de seiyuus mignonnes qui manquent, Sore ga Seiyuu a déjà exploré pas mal les différents aspects de ce métier, et je me demande quel sera l’apport de celui-là. En tout cas le trailer me plaît beaucoup, il me donne le sentiment qu’ils ont confiance en leur personnages et comptent laisser la série reposer sur leur charisme et leur alchimie.

Udon no Kuni no Kiniro Kemari (LIDEN)

Udon2

Pour ceux que la fin d’Amaama to Inazuma va laisser dans un état de manque critique, rassurez-vous : Udon no Kuni no Kiniro Kemari est là pour prendre la relève. Un jeune homme revient dans sa province natale et trouve un petit garçon dans le vieux restaurant d’Udon familial. Le petit garçon est en fait un tanuki, et Souta décide de vivre avec lui à Kanegawa. Foodporn ? Check. Enfant adorable ? Check. Figure paternelle qui veille sur lui ? Check. Jolis backgrounds ? Check. L’élément surnaturel est un petit plus, je ne pense pas qu’il sera exploité comme si on était dans un anime où démons, dieux et esprits prennent forme, et du coup je suis curieuse de voir ce que ça va apporter.

Yuri!!! On Ice (MAPPA)

YoI

Si vous avez un peu suivi la diffusion en streaming des shorts du projet Animator Expo l’année dernière, vous avez peut-être vu ou entendu parler d’Endless Night, le short de Sayo Yamamoto (Michiko et Hacchin, The Woman Called Mine Fujiko) où l’on voyait un jeune homme rêver d’une carrière de patineur sur glace. Très impressionnant sur le plan technique, il a suffisamment plu pour qu’un anime entier en soit tiré et confié entièrement à Yamamoto. Ce sera l’histoire d’un jeune prodige qui traverse une période de doute après une défaite écrasante, et de son amitié avec deux patineurs russes qui vont le motiver à retourner sur le ring. Le titre « Yuri » est simplement une référence au prénom que partagent deux protagonistes. Le trailer est magnifique, et je pense que Yuri On Ice sera l’une des séries à suivre de près cette saison.

Flip Flappers (3HZ)

FF

Le projet de magical girl qui m’intéresse le plus. Le scénario, ont le connaît : deux jeunes filles, un item magique convoité qui a le pouvoir de les transformer, un monde parallèle à explorer. Reste à savoir exactement ce qu’elles vont affronter ? Le savant fou du trailer ? Ce n’est pas encore clair. J’ai été tout de suite attirée par les chara-designs fins très soignés, l’explosion de couleurs, et l’impressionnant dynamisme de l’animation dans les trailers.

3-Gatsu no Lion/March came in like a Lion (Shaft)

MCILAL

Chika Umino. Akayuki Shinbo. 22 épisodes. MY BODY IS READY.

Magic-Kyun! Renaissance (Sunrise)

MKR

D’abord, un peu de contexte pour comprendre pourquoi je suis particulièrement enthousiaste pour la sortie de Magic Kyun Renaissance. En 2015 Sunrise a ouvert un site pour un « projet multimédia » basé sur un groupe d’idoles-magiciens dans un monde féérique. Et les trailers pour le projet étaient fantastiques, je n’avais jamais vu un reverse-harem type UtaPri aussi bien animé. En plus, le nombre de prétendant est limité à six (très bon signe, en général plus on en a plus ils risquent d’être stéréotypés ou sous-développés), et leurs relations avec l’héroïne ont l’air d’être un minimum travaillées si on se base sur leur chart. Sunrise veut vraiment que Renaissance soit leur Love Live pour les filles : ils ont demandé à un de leurs vétérans d’écrire le scénario, et ce sera dirigé par le réalisateur de Nozaki-kun. De mon point de vue, c’est encore le signe que les reverse-harems peuvent aussi être des productions sérieuses (comme Dance With Devils), et j’espère que celle-là sera aussi extravagante que promis.

Watashi ga Motete Dousunda (Brains Base)

KHNM

Il y a un sous-genre de shoujo plutôt fun que j’aime bien : celui où une fille marginale pour une raison X ou Y se retrouve dans un reverse-harem, et les choses ne se passent pas comme dans un reverse-harem classique. Ouran High School Host Club est probablement le plus connu, mais il y aussi Yamato Nadeshiko Shichi Henge, Alice in the Country of Hearts, Devil and Her Love Song, et celui-là que vous connaissez peut-être sous le titre « Kiss Him, Not Me ». Ces shoujos ne sont pas systématiquement des parodies, mais ils ont tendance à s’amuser avec les conventions du genre ou au moins à les subvertir. Celui-là parle d’une lycéenne en surpoids dont le hobby consiste à shipper ses camarades de classe masculins ensemble. Quand elle devient attirante, elle se retrouve au cœur de leurs attention, et ne sait pas quoi faire de sa nouvelle popularité. Je ne suis pas fan de ce type de scénario où une perte de poids est l’équivalent d’un makeover complet, mais au moins ici ça a l’air d’être voulu comme une parodie. Brain’s Base va adapter le shoujo avec au scénario Michiko Yokote, qui a assuré l’écriture de plusieurs classiques comme Strange Dawn, Princess Tutu, Squid Girl et Shirobako. Cette année on l’a retrouvée avec Handa-kun et Relife (entre autres). J’espère que la série sera aussi fun que son trailer !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s