Bilan des Animes de 2015 – Troisième Partie : Discrets coups de cœurs

395e1d5bdd455ce775e9e8383905ca7e6c417c3c 65f069eb9b310764a367dc46568fdcc90b8a9e6bc748b9a0805b752031b63e44c9f13aeb97c5bed9

Chaque année il y a inévitablement des animes qui ne vont pas réussir à marquer les esprits et disparaître de la mémoire collective, simplement parce qu’ils ne possédaient pas le facteur qui les aurait rendu plus populaires (entre autres raisons). Mais ça ne veut pas dire qu’ils ne valent pas la peine d’être vus ! Voilà donc une comédie romantique, une dramédie et un anime culinaire qui ont peut être manqué de hype et d’impact, mais jamais de cœur.

Sore ga Seiyuu!

[HorribleSubs] Sore ga Seiyuu! - 12 [720p].mkv_snapshot_23.22_[2015.09.24_18.20.11]

Passé largement inaperçu, Sore Ga Seiyuu reste ma bonne surprise de 2015. Ce que j’ai apprécié le plus c’est qu’au lieu de prendre la voie la plus facile d’un point de vue marketing et d’essayer de faire du moe rose bonbon à la Gochiusa/Kiniro Mosaïc (où tout pourrait se passer dans un monde parallèle idéalisé),  ils ont décidé d’adopter l’approche réaliste et de montrer à quel point c’est dur de percer comme doubleur au Japon, sur un marché du travail saturé où le nombre de candidats excède largement le nombre de rôles proposés. Même quand on a un contrat avec une agence comme nos trois héroïnes, ce statut reste très précaire et ne suffit pas à subvenir à leurs besoins. Celles qui sont indépendantes de leurs parents doivent cumuler plusieurs jobs pour pouvoir payer leurs charges et tout simplement s’acheter à manger, une situation que ne connaissent que trop bien beaucoup d’étudiants et de jeunes travailleurs (diplômés ou pas) de notre génération.

Et comme les bonnes comédies, SGS est drôle dans les moments difficiles, comme quand Ichigo se voit demandé d’adopter « la voix d’une femme à grosse poitrine » (aussi absurde qu’est cette demande on se doute bien qu’elle doit être souvent entendue par les doubleuses) ou quand Futaba se donne un mal fou pour réfléchir à la psychologie de son rôle, quand il consiste à sortir les petits cris d’une mascotte une ou deux fois par épisode grand max. La vie est faite pour le commun des mortels de grandes déceptions et de petites victoires, et ça l’anime le comprend parfaitement. Il n’est pas parfait, je lui reproche principalement d’être trop long et trop répétitif dans la construction de ses conflits (à part quelques exceptions tout est résolu par un caméo dans ce show), mais dans l’ensemble c’était une bouffée de fraicheur.

Yamada-kun et les Sept Sorcières

[HorribleSubs] Yamada-kun and the Seven Witches - 09 [720p].mkv_snapshot_20.54_[2015.09.25_18.13.22]

Le genre “romantique” est tellement pollué par de mauvais harems qu’il est facile d’oublier à quel point une comédie romantique peut être drôle et sexy quand elle bien faite.  Yamada-kun me rappelle que j’aimais bien les harems pour deux raisons : d’abord ils me faisaient beaucoup rire, et ensuite l’histoire d’amour centrale allait quelque part. C’est devenu tellement rare d’en voir un qui remplit ce contrat aujourd’hui que je suis étonnée quand ça arrive. Et pourtant les fans demandent que leur harem ait au moins une romance conclusive, il n’y a qu’à voir la popularité de Rakudai Kishi no Cavalry pour s’en convaincre. Et en plus d’être une bonne romance, Yamada-kun est une bonne comédie. A vrai dire ça doit être celle qui m’a fait le plus rire cette année tant les pitreries du club de recherche en phénomènes surnaturels étaient drôles.

Pendant la seconde partie, la romance et la comédie étaient les deux éléments qui m’ont fait rester : je ne peux pas dire que le reste était une réussite tellement tout a été précipité. C’était louable de vouloir offrir une véritable conclusion à l’intrigue principale au lieu de nous laisser en plan, mais il leur manquait une douzaine d’épisodes pour le faire correctement. Une possibilité aurait été de réduire le nombre de sorcières, mais comme ils n’ont pas non plus voulu trop modifier le scénario, on se retrouve avec un compromis frustrant qui a consisté à condenser tous les arcs en très peu d’épisodes. Le show n’a pas perdu son charme mais cet empressement a considérablement endommagé son intrigue principale. A côté un harem comme Nisekoi, qui n’a rien à dire et ne va nulle part, a droit à plus de trente épisodes et un spin-off. Cherchez l’erreur.

Wakako-Zake

wakako-zake4

Initialement je n’étais pas convaincue par le pilote de ce short, mais comme ça se regarde très vite (les épisodes font deux minutes), je me suis dit que ça ne coûtait rien de lui laisser une seconde chance. Et j’ai tout avalé en un clin d’œil. Les autres shows sur la nourriture cette année impliquaient beaucoup de bave, de gens à poil qui se roulaient dans la nourriture et de métaphores crasseuses, si bien qu’au lieu de me donner faim ils me dégoûtaient complètement. Ce n’est absolument pas le cas dans Wakako-Zake où la consommation d’alcool et de nourriture est associée à la détente (sur fond de charmants décors à l’aquarelle), et c’est le show qui m’a donné le plus envie de goûter à ses plats malgré le budget riquiqui. En plus leur héroïne est vraiment attachante, ses petits problèmes de boulot et cette envie de se réconforter avec des bons petits plats à prix accessible sans avoir à faire la cuisine à la fin d’une longue journée sont familiers. Plutôt que d’essayer gagner son audience et ayant recours au fanservice, Wakako-Zake fait confiance au simple charme de ses plats, de son cadre et de son personnage central, et ça marche. 

Une réflexion sur “Bilan des Animes de 2015 – Troisième Partie : Discrets coups de cœurs

  1. Je dois avouer ne connaître aucun de ces animes. En même temps, j’évite les harems -et si juste l’affiche me donne une impression de harem, je ne tente pas l’anime-, je ne regarde pas les short -il n’y a aucune raison particulière à cela d’ailleurs, et pour l’autre bah… je ne sais pas pourquoi il est passé sous mon radar. En plus je me souviens maintenant ton avis positif dessus après les trois épisodes.
    Après, j’avoue que je ne regarde pas tant d’animes que ça -seulement 12 au compteur cette année, et c’est une progression par rapport à d’habitude ^^
    En tous les cas, merci pour ce bilan, ça donne des idées sur quoi regarder -ou pas- par la suite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s