Bilan des Animes de 2015 – Première partie : A prendre ou à laisser

9d8a96fa876bd92125bca1def040cfe42f3a629dd79aa785f4ded165b0f990419126602471faffad197cc7ef71a58c41e64035a05a738d0f7712370d

On va commencer le bilan de fin d’année en évacuant quelques déceptions, certaines plus conséquentes que d’autres. Il y a d’autres animes qui m’ont posée problème et que je n’ai pas terminé alors que j’étais bien avancée comme Yuri Kuma Arashi ou Maria the Virgin Witch, mais je n’ai pas décidé encore ce que j’allais faire d’eux, et je n’ai pas envie de me prononcer dessus sans les avoir terminé. De toute cette sélection je ne recommande que Rolling Girls et Rokka no Yuusha : malgré des éléments frustrants j’y ai quand même trouvé mon compte. Par contre les autres…nope.

Comet Lucifer (DNF)

[HorribleSubs] Comet Lucifer - 04 [720p].mkv_snapshot_09.34_[2015.10.26_00.08.21]

Comet Lucifer est un cas typique de ratage pour cause d’ambitions trop grandes, le genre d’échec qui fait mal au cœur parce qu’il y a quelque chose de sincère dans la manière dont c’est fait. Toute la bonne volonté du monde ne suffit pas, comme on le sait bien. Et ce n’est pas tout ! Après quelques épisodes qui avaient leur charme, on se rend compte qu’il y a d’autres problèmes structurels bien plus graves. C’est le genre d’anime où les scénaristes ont l’air d’écrire les règles au fur et à mesure en fonction de leur humeur du jour. Par exemple, la mascotte-mécha Moura est très forte pour nous sortir des pouvoirs de son chapeau pour ne jamais les réutiliser ensuite (ou du moins jamais au moment où ils seraient utiles), et quand les méchas causent d’énormes dégâts en ville vous pouvez être sûr que ça n’aura absolument aucune conséquence matérielle pour qui que ce soit. Mais le pire est sans doute l’écriture des personnages. S’ils sont persuadés que leur héroïne est adorable et que leur héros a un grand cœur, à l’écran ce sont deux Mary-Sues sans saveur et sans charisme. Le couple qu’ils forment est encore pire, parce qu’on passe tout de même toute la première moitié de la série avec une Felia enfant qui a l’âge mental d’un nouveau-né, et ils sont autorisés à flirter parce qu’elle atteint la puberté du jour au lendemain sous l’effet du genre de pouvoirs magiques foireux dont l’anime abonde. En plus malgré toutes leurs aventures Felia et Sogo ne changent pas, ils sont toujours d’une naïveté crasse, c’est juste qu’ils gagnent de nouveaux pouvoirs.

Et le reste ne vaut pas beaucoup mieux. Il y a des sidekicks sous-développés à l’humeur changeante qui ne sont là que pour boucher les trous, des méchants qui marmonnent des trucs nébuleux dans leur concile à la noix pour se donner un style, une espèce de pervers pédophile et un tueur psychopathe dont la présence contraste violemment avec le ton enfantin et simpliste du show, etc. En fait seuls Kaon (l’amie d’enfance amoureuse qui tient la chandelle) et Do Mon (le mentor) sont un peu attachants et on de véritables arcs émotionnels, mais apparemment ils sont complètement évincés vers la fin. Moura et Roman (le rival) sont là pour apporter un peu de « comédie », et quand on sait que les gags sont écrits avec en tête un public de dix ans grand max, on déchante très vite. Bref, cet anime est un gros plantage, et pas un plantage fun malheureusement. Ok, à l’exception de quelques scènes absurdes, dont celle de la danse des légumes et celle-là. Ils devaient se passer du crack sous les bureaux, à 8Bit.

Mikagura Gakuen (DNF)

[HorribleSubs] Mikagura Gakuen Kumikyoku - 04 [720p].mkv_snapshot_13.11_[2015.05.03_20.23.40]

En voyant que Dogakobo allait s’occuper d’une autre série de chansons Vocaloïd j’ai sincèrement cru qu’ils allaient pouvoir accomplir ce que SHAFT avait échoué à faire avec Kagerou Daze. Mais en fait j’y ai retrouvé des problèmes similaires, même si le ton était différent (Kagerou Daze est un drame alors que Mikagura Gakuen penche plus du côté de la comédie) : trop de personnages et de story-lines disparates qui ont beaucoup de mal à former un tout cohérent, un monde aux règles floues dont on ne comprend pas grand-chose, et surtout une absence de direction thématique et scénaristique claire. Je me rend compte que le succès de ces chansons repose essentiellement sur l’empathie que l’on va ressentir pour le personnage dépeint, et que la connexion entre chaque chanson/personnage est trop ténue ou cryptique pour que ça fonctionne dans une série. En fait Mikagura se contente de présenter le background plus ou moins tragique (et téléphoné) des personnages secondaires d’épisode en épisode, et on perd de vue l’intrigue principale très vite. L’humour aurait pu sauver la série mais les gags s’épuisent et regarder l’héroïne s’extasier pour la quinzième fois sur son dernier coup de foudre n’est plus aussi drôle que la première. Je pense qu’il est temps de se faire à l’idée que les chansons Vocaloïd ne sont pas faites pour sortir du leur format.

Seraph of the End (DNF)

[HorribleSubs] Seraph of the End - 07 [720p].mkv_snapshot_07.32_[2015.05.17_13.49.12]

Je ne consomme pas beaucoup de shonens, mais celui-là est sans aucun doutes l’un des plus stupides que j’aurais vu. On ne peut pas dire qu’on s’est fait avoir sur la marchandise : dès le début le ton est donné quand ils massacrent sous les yeux du héros une demi-douzaine d’enfants en bas âge, histoire de lui donner un Passé Tragique et une excuse pour être énervé en permanence. Mais je me suis demandée si le reste allait être aussi stupide, et la réponse est positive, sans équivoque. Le monde post-apocalyptique développé n’a ni queue ni tête, c’est l’un de ces mondes qui place en priorité l’esthétique et en second plan la logique. Les personnages sont des caricatures (à l’exception de Shinoa), les enjeux soit-disant hors-normes (il faut sauver l’humanité blah blah blah) sont perdus de vus rapidement quand tout est réduit à « les vampires ont tué ma famille, je veux me venger ». Ça pourrait fonctionner si l’anime ne se prenait pas au sérieux, mais comme il est au contraire totalement premier degré, le résultat est peu convaincant. Et surtout, ennuyeux ! J’ai regardé la moitié de la première saison amusée par ce décalage entre la stupidité de l’écriture et le sérieux du ton, mais rapidement je me suis lassée de Yuu & co et je suis passée à autre chose.

Rokka no Yuusha/Brave of the Six Flowers

Rokka no Yuusha - 03 - Large 08

Ah Rokka, ou « ce qui arrive quand une histoire très ambitieuse et épique est adaptée à 10% de son scénario par un studio qui n’a pas les moyens suffisants pour lui rendre justice« . En fait pendant ces douze épisodes on nous présente les personnages, et on voit seulement l’introduction de leur aventure. Même si Passione a fait mieux que prévu, notamment en mettant beaucoup de soin dans les designs, les backgrounds et les chorégraphies des combats, quand on anime un show d’Heroic Fantasy pure et que les monstres en 3D sont plus ridicules et pathétiques que les mascottes d’une pub télévisée, c’est normal que personne ne prenne cette partie du scénario au sérieux. Heureusement l’aspect mystère/huis-clos fonctionne beaucoup mieux. Il ne nécessite pas de faire intervenir ces ignominies, et grâce à ça l’anime reste majoritairement une expérience positive. J’aurais néanmoins apprécié un peu plus de subtilité dans leur manière de mettre en scène le fameux traître, c’était trop évident ! Je n’aime pas quand le suspect n°1 s’avère être le vrai coupable, ça me gâche l’effet de surprise. Reste que ce personnage était de loin le plus intéressant du show et j’ai regretté à la fin d’en savoir aussi peu sur lui, sans compter que le dernier épisode nous suggère que beaucoup de secrets sont à révéler…et allez acheter les LN si vous voulez connaître la suite ! Urgh. Au final apprécier Rokka no Yuusha c’est décider de regarder le verre à moitié plein, et s’estimer heureux qu’il n’ait pas été complètement vide. 

The Rolling Girls

[HorribleSubs] The Rolling Girls - 02 [720p].mkv_snapshot_01.10_[2015.01.17_22.26.38]

S’il y a une chose que le studio WIT s’est montré incapable de maîtriser depuis sa création, c’est le planning. A vouloir trop en faire en très peu de temps, on se retrouve avec un produit qui manque de consistance. Et quand on revendique une identité visuelle et artistique fortement, on a intérêt à ce que ça soit suivi par quelque chose qui tienne la route. Malheureusement malgré quelques scènes brillantes par-ci par-là, Rolling Girls ne parvient jamais à être à la hauteur des ambitions affichées par les premiers épisodes. J’aime beaucoup l’idée de base : une jeune fille quitte son cocon familial pour aider les habitants de différentes province Japonaises indépendantes, et se voit rejointe par d’autres filles aux objectifs différents. Mais le potentiel de cette idée n’est jamais bien exploité. En fait le show s’est tiré une balle dans le pieds en ratant l’opportunité qui lui était donné au début de développer ses héroïnes, et enchaîne les arcs secondaires. Ces arcs sont au final presque entièrement du filler, et ils ne font pas avancer grand chose de l’intrigue principale (qui elle-même n’est pas très bien définie). Cela ne veut pas dire que ces arcs sont mauvais, certains sont vraiment excellents, mais le problème c’est qu’à la fin ils ont du clôturer l’histoire en catastrophe, et on en ressort avec le sentiment qu’ils sont passé à côté de leur sujet. Reste que l’anime est très travaillé et très beau esthétiquement, et certains arcs valent le détour pour leur inventivité visuelle et leur puissance émotionnelle.

Une réflexion sur “Bilan des Animes de 2015 – Première partie : A prendre ou à laisser

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s