Une année 2014 pleine de rires : Bilan TV (Kvariety)

Je pense que, ça y est, je dois le reconnaître publiquement : je me drogue aux émissions de variété. Oublions momentanément mon (léger) embarras, le temps est au bilan! Émissions diffusées en 2014

Roommate (saison 1) – Des yeux plus gros que le ventre

Niveau d’intérêt : (Très) flottant

Sur papier, le concept était intéressant; c’est son exécution qui laissait grandement à désirer : c’était mal fichu, mal édité et mal écrit. Cette saison n’était pas exempte de quelques moments de franches rigolades, surtout dans les premiers épisodes, mais ces derniers se sont perdus dans la masse des moments plus creux et ennuyeux. Le PD a préféré faire la part belle aux fausses lovelines et scandales, au lieu de laisser les choses se faire de manière plus naturelle, et de se concentrer sur l’union de groupe d’abord. Autrement dit, il a mis les charrues avant les boeufs, et ses intentions étaient si lourdement visibles que ça a finit par me gâcher mon visionnage. Les personnalités avaient des caractères très différents – et j’avoue être tombée sous le charme de quelques participants, comme Min Woo, Ga Yeon et Mama Shin -, mais comme on ne leur donnait jamais la possibilité de s’apprivoiser, je n’ai jamais ressenti une impression de camaraderie générale. Je ne dirais pas non plus qu’ils étaient indifférents les uns aux autres, mais leur alchimie était très limitée… en tout cas, jusqu’à l’épisode 7. Après, je ne sais pas, puisque j’ai arrêté de regarder. On sent bien que cette première saison de Roommate était une sorte de cobaye, une manière de regarder ce qui fonctionne et ne fonctionne pas. Ne reste plus qu’à voir s’ils ont appris de leurs erreurs ou non avec la deuxième saison.

Roommate (saison 2) – Plus on est de fous, plus on rit!

Niveau d’intérêt : soutenu

OMG YES! Ils l’ont fait! Je n’aurais jamais mis ma main à couper, mais oui, ils ont enfin rendu ce show fun, fun, fun! Ils ont viré tout ce qui ne marchait pas dans la saison 1 (fausses previews, épisodes de 2h, lovelines ultra-lourdes, évolution en duo plutôt qu’en groupe, etc) pour ne garder que le meilleur. C’est rare maintenant que je m’ennuie en regardant un épisode. Et les chargés de production ont enfin compris comment on faisait des transitions et des coupages de scènes fluides. Alléluia. Quand on regarde la saison 2, on a du mal à croire que la saison 1 ait été un tel fiasco. Je suis déçue que les meilleurs de la saison précédente soient partis (Mama Shin! Ga Yeon!), mais je dois admettre que j’apprécie tous les membres de cette nouvelle colocation, ce qui était loin d’être le cas dans la première saison : l’alchimie de groupe est excellente. C’est aussi dommage que ceux qui sont restés de la saison précédente soient un peu à l’écart, mais les nouveaux venus sont tellement fun qu’on ne se lamente pas non plus trop dessus. Roommate 2 est une émission bruyante, je le concède, mais elle n’est pas non plus dépourvue de moments plus calmes et plus intimes tandis que les personnalités sont excentriques sans être snob. J’avoue avoir eu du mal avec Park Joon Hyung au début (j’ai un très faible tolérance pour les personnes d’âge mûr qui parlent et se conduisent comme des ados), mais assez curieusement, j’ai fini par l’apprécier sans même me rendre compte du moment où mon avis sur lui avait changé. J’ai une très grande affection pour Young Ji qui me fait complètement délirer. J’adore les intéractions entre les membres : ils ne partagent pas seulement un toit, mais aussi leurs passions et désirent faire connaissance. C’est une ambiance ouverte, décontractée et pleine de rire que nous propose cette deuxième saison. Et on en redemande!

Running Man – Should I Stay or Should I Go?

Niveau d’intérêt : Flottant en fonction des invités

Pour être tout à fait honnête, j’ai beaucoup délaissé Running Man en 2014 : sur les quelques 50 épisodes diffusés cette année, je n’en ai vu qu’une petite dizaine. La passion semble s’éteindre donc, au fur et à mesure, mais je garde un certain attachement sentimental à cette émission malgré tout (et re-regarde avec plaisir les anciens épisodes), ce qui fait que je suis toujours de loin les épisodes et lis éventuellement les récaps. Il paraît aujourd’hui évident que la raison pour laquelle je continue à regarder Running Man de temps à autre, c’est le casting, que j’affectionne toujours autant. Les jeux peuvent devenir assez ennuyeux, les invités sont souvent beaucoup trop nombreux sans explications apparentes (à se demander si les PDs ne compensent pas en nombre ce qu’ils ont du mal à donner en qualité…) et les épisodes deviennent relativement prévisibles…(quoique les épisodes de la deuxième moitié de l’année semblent annoncer un retour aux sources, pour mon plus grand plaisir!) Je comprends évidemment les besoins de l’émission de changer et d’évoluer. En quatre ans de diffusion, c’est plus que normal, d’autant plus que l’équipe de production n’est plus la même que celle de départ. Heureusement, le casting est intact. Leurs chamailleries, leur union et leur alchimie sont toujours là, et renforcées depuis ces quatre ans passés ensemble.

– Épisode 178 : É-pique. Comment commencer l’année sur des chapeaux de roue avec un épisode qui, certes, ne fournit pas une dose maximale de fous-rires mais à la place une puissante poussée d’adrénaline. C’était un épisode au concept amusant et au dénouement éminemment touchant pour les fans qui ont suivi les déboires des Running Men depuis leurs débuts. Cet épisode rentre facilement dans le panthéon des classiques de l’émission!

– Épisode 179/180 : Meh, les compétitions de cuisine sont effroyablement ennuyeuses, même si les invités étaient fun. Le duo Lee Dong Wook/Song Ji Hyo était adorable, mais ça ne sauve pas ces deux épisodes.

– Épisode 185 : La parodie de You From Another Star m’a fait beaucoup rire et l’alchimie de groupe est au point. J’adore.

– Épisode 190 : Simple mais efficace. Les invités étaient fun (Gu Hye Sun, Seungri et Kang Ha Neul manquaient un peu de présence par contre), les jeux l’étaient tout autant, et l’équipe RM ne cessera jamais de me faire rire avec leurs singeries.

– Épisode 201 : Je ne sais pas pourquoi, j’aime juste bien les épisodes Running Man vs Idol, et celui-ci n’a pas échappé à la règle, même si ce n’est pas non plus celui que je préfère dans le lot. Les jeux sont plutôt drôles et nos RM sont en forme. C’est plutôt du côté de l’équipe Idol que ça péchait un peu, dans le sens où ils n’ont ni été très actifs ni particulièrement fun à part Chan Sung et Min Ho, ce qui fait qu’on savait presque dès le début qui gagnerait (ce qui n’a pas empêché le dernier jeu d’être très prenant malgré tout). Le jeu de basketball était un peu bâclé par contre.

– Épisode 206 : Excellente alchimie générale. Les compétitions de cuisine n’ont jamais été mon truc, mais les quelques jeux du début n’ont pas manqué de me faire rire. Et, aw, Joo Won!

– Épisode 209 : Fantastique épisode! Les invités étaient drôles (Eun Ji Won est magnifique en variété), les jeux dynamiques, et Ji Hyo était en forme. Que demande le peuple?

– Épisode 210 : La mise en place de l’épisode était très lent, pourtant c’est la partie la plus fun de l’épisode. On va dire que voir des gens jouer au Algakki n’est pas la chose la plus dynamique en soi (même si la précision de Gary et de Woo Young avait de quoi impressionner). J’ai tendance à moins apprécier lorsque le casting RM est dispatché comme ça.

– Épisode 211 : Comme dit précédemment, je n’aime pas trop lorsque les RM sont dispatchés, mais cet épisode a réussi à être super fun malgré tout… Même si les missions étaient absolument effrayantes. Je n’aurais jamais pu faire ce qu’ils ont fait dans cet épisode. *frissonne*

– Épisode 214: Ça manque de dynamisme pour les premiers jeux, mais les dernières quinze minutes sont épiques. À ne rater sous aucun prétexte.

– Épisode 216 : Un des meilleurs épisodes de l’année. Pas d’invités = ambiance plus intimiste, et fous rires à l’horizon. J’aime le concept, et l’épreuve sur le toit était absolument hilarant. Bravo RM, tu ne manques pas de ressources!

– Épisode 219 : Divertissant grâce à une excellente alchimie générale. Les jeux n’avaient pas grand intérêt, sauf le dernier qui été plutôt rigolo (il aurait pu l’être davantage, si l’édition avait fait quelque chose de plus dynamique). Gros coup de coeur cependant pour Wang Ji Hye, que j’espère revoir très vite dans Running Man, qui est à la fois drôle et adorable. Quant à Joo Sang Wook, il est toujours un invité de marque.

– Épisode 221 : J’ai beaucoup apprécié les invités (en particulier Bobby et Kim Kyung Ho), et les deux premières missions sont fun. Si cet épisode n’est pas un incontournable, il n’en reste pas moins divertissant.

We Got Married (saison 6) – Unis par les liens du mariage (virtuel)

Niveau d’intérêt : Des hauts, des bas, encore des hauts, encore des bas

Ce n’est certainement pas l’émission que j’ai suivie avec le plus d’assiduité, mais c’est globalement une saison très divertissante. Le truc avec WGM, c’est que j’ai tendance à avoir une relation d’amour-haine avec elle : je peux m’enfiler avec boulimie plusieurs épisodes à la suite et ne plus vouloir rien regarder d’autre, mais il suffit d’un léger moment de déconcentration et je n’ai subitement plus du tout envie de la reprendre. D’où mes visionnages aussi compulsifs que ponctuels.

Jung Yumi – Joon Jung Yoon : Les contraires s’attirent (ou pas)

Je n’ai pas regardé tous les épisodes de ce couple. Au début, ils m’amusaient grandement, parce que Joon Jung Yoon est un drôle de zèbre et que Jung Yumi rentre avec bonhomie dans son jeu. On est à l’opposé des couples romantiques à la Nichkhun et Victoria, Jung Yong Hwa et Seoyong ou Yoo Han et Lee So Yeon, et celui-ci choisit un angle d’approche sous le signe du fun. Il y a quelque chose d’assez admirable (et quoiqu’un peu arrogant) dans la volonté inflexible de Jung Yoon à ne pas jouer la carte du romantisme, à ne pas prétendre d’être fleur bleue alors qu’il ne l’est manifestement pas et de rester égal à lui-même, émission de télé ou pas. Oubliez les gestes tendres (et forcés) de sa part envers Yumi, ou les douces paroles; sa seule raison de faire partie de WGM est de s’amuser autant qu’il le peut tout en boostant sa popularité. Cette franchise est plutôt souhaitable et, quelque part, louable, mais est venu un moment où j’ai commencé à me sentir mal pour Yumi, lorsque de plus en plus, dans ses entretiens personnels, elle avouait avoir envie d’une relation plus douce. Elle faisait de son mieux pour se mettre sur la même longueur d’onde que son mari virtuel, mais il est très clair cependant qu’elle s’attendait à quelque chose de très différent. Malgré tout, c’est l’improbabilité de ce couple qui en a fait tout son intérêt aussi. Pour ceux qui cherchent quelque chose de différent, c’est le couple désigné : Exit le sucre, bienvenue la rigolade!

Park Se Young – Woo Young : Maman s’occupe de son fiston

Mignon, mais leur dynamique manquait d’intérêt. Se Young ne semblait pas quoi faire de son mari immature, tandis que les tentatives de Woo Young de paraître cool et mature se sont toujours soldées par un échec plus ou moins cuisant. Ça rendait la paire assez mal assortie, et de ce fait plutôt attendrissante. Cependant, comme je n’ai jamais réellement vu d’évolution dans leur relation durant les segments que j’ai regardés, la tendresse initiale a fait place à l’ennui, et j’ai rapidement décroché. Dommage puisque j’aimais plutôt les deux participants individuellement et qu’ils ont eu des moments quand même tout à fait adorables.

Hong Jin Young – Nam Goong Min : Comment choquer son mari, mode d’emploi

Leur première rencontre était pleine de promesses parce que nos deux tout juste mariés n’auraient pas pu être différent. Pourtant, il y a quelque chose d’assez honnête dans leur rapport, et il n’y pas ce « ohhh » et « ahhh » d’admiration, ni de la part de l’un ni de la part de l’autre, et quelque part, c’est rafraîchissant. Il faut dire aussi que Jin Young est géniale. Elle est tout ce que les émissions de variété demande : décomplexée, fun et directe. Son côté extraverti (et son penchant naturel de séduction) a choqué Nam Goong Min plus d’une fois, et c’était assez drôle de voir Jin Young le surprendre coup sur coup. Il faut dire que la personnalité que l’acteur a donné à voir dans les premiers épisodes ne m’a pas du tout accrochée. Mais comptez sur Jin Young pour décoincer peu à peu Min, et au fil des épisodes, celui-ci se détend un peu et devient plus drôle. Si je n’achète pas leur romance virtuelle, en tant que duo comique, ces deux-là fonctionnent plutôt bien (même si c’est souvent aux dépends de Min).

Yura – Hong Jong Hyun : Lentement, mais sûrement (?)

Attention, petit coup de coeur! D’un côté, ils sont extrêmement attachants et sympathiques, aussi bien individuellement qu’ensemble : Yura est une vraie boule d’énergie, positive et radieuse en toute circonstance, tandis que Jong Hyun ne parle pas beaucoup et extrêmement introverti, mais ses sourires le rendent facile à apprécier. D’un autre côté, leur grande politesse et retenue envers l’autre les rend peu à peu ennuyeux. Même après une quinzaine d’épisodes, on a toujours l’impression de regarder leur première rencontre; c’est comme s’ils n’avaient jamais vraiment réussi à briser la glace. J’étais un peu contrariée au début par le fait qu’on présente Jong Hyun comme le sauveur de toutes les situations (et la propension de Yura à encenser n’importe quel geste de ce dernier) et qu’on ne laisse à Yura que le rôle de la petite fille de laquelle on doit constamment s’occuper. Cependant, malgré l’aspect forcé de la télé réalité et le fait que Jong Hyun ne fait les choses qu’on lui demande que parce qu’on le lui demande (ce qu’on ne peut pas vraiment lui reprocher non plus), le couple parvient assez facilement à me faire oublier l’artifice tellement ils sont adorables et bien décidés à charmer la terre entière! J’adore le fait que Yura est rarement décontenancée par le manque d’expressivité de Jong Hyun (elle a suffisamment de passion et d’enthousiasme pour deux après tout!) et lui développe une certaine fascination pour la bonne humeur générale et l’hyperexpressivité (assez contagieuse) de Yura. C’est assez satisfaisant de voir son évolution à lui, qui était assez terne durant ses premières interviews solo, devenir plus souriant au fur et à mesure qu’avançait WGM. Je suis leurs segments avec, j’avoue, un sourire souvent niais sur le visage. On a beau dire que ce n’est qu’une illusion, ces deux-là vendent du rêve, et ils le vendent sacrément bien. Et, attention, Hong Jong Hyun est un gros piège : me voici totalement (et probablement irrémédiablement) Hong-Jong-Hyunifiée.

Kim So Eun – Song Jae Rim : Remettre le kitsch à la mode

Voici le couple qui a fait un buzz retentissant de cette fin d’année… et je vous avoue que je ne comprends toujours pas exactement pourquoi. Certes, de l’histoire de l’émission, jamais on a eu un mari aussi décomplexé lorsqu’il s’agit de faire une cour éhontée à sa dulcinée virtuelle. Ses phrases ringardes toutes faites semblent faire beaucoup rire les gens, et si je dois avouer que ça m’amuse à un certain degré, je ne trouve pas ça non plus hilarant ou particulièrement attendrissant. J’ai beaucoup aimé le concept de leur première rencontre par contre : c’était original et super fun. Mais pendant les quelques épisodes suivants, il y a eu des moments durant lesquels je m’ennuyais ferme. Et puis, passé sans doute le choc de cette première rencontre pour le moins saugrenue, j’ai trouvé que la paire avait un certain charme. Si je suis encore assez indifférente à So Eun, Jae Rim peut être adorable lorsqu’il n’est pas sans cesse en train de vouloir passer au stade physique avec So Eun et son rire est assez contagieux. Les deux semblent être devenus amis à une vitesse éclair et c’est confortable de les voir passer de bons moments ensemble.

Les rattrapages 

Cool Kiz on The Block (2013-aujourd’hui) – Le sport, c’est bon pour la santé

Niveau d’intérêt : assez soutenu

Il y a quelque chose d’étrangement addictif à cette émission de variété. Je n’aurais jamais cru que j’aurais pu trouver cette émission ridiculement fun et divertissante! Le concept est plutôt bien rodé et réaliste, dans le sens où l’équipe de production choisit un sport pour plusieurs semaines et non pas un différent chaque semaine. Ça permet de voir l’évolution des joueurs et leurs progrès. Ils connaissent victoires et défaites, il y a des rires, beaucoup de transpiration de leur part, des larmes de déception parfois, et un esprit d’équipe qui se forme progressivement et auquel on s’attache au fur et à mesure. Les premiers épisodes sont assez hasardeux et l’editing n’est pas toujours au point, si bien que l’ennui peut rapidement vous gagner, mais je suis rentrée assez vite dans le jeu malgré tout, même s’il m’est arrivé de sauter quelques épisodes (de ping pong ou de badminton, par exemple, j’ai trouvé ça trop long). C’est intéressant aussi d’avoir un casting général qui change en fonction des sports. C’est à double tranchant car l’alchimie est à recréer une nouvelle fois, mais ça peut aussi apporter une touche de dynamisme. J’étais triste de voir Lee Su Geun partir du casting permanent cependant. Mon segment préféré reste celui sur le basketball (où j’ai eu l’occasion de retrouver mon ancienne flamme, Seo Ji Suk), très intense et surprenant.

1 Night 2 Days (saison 1) – Les copains ou la bouffe d’abord?

Niveau d’intérêt : très soutenu

Ça n’a pas été évident de rentrer dans 1N2D étant donné que je ne suis pas fan de la manière (très bruyante) dont anime Kang Ho Dong. J’ai essayé d’en faire abstraction, et j’ai le plaisir de vous dire que j’ai été amplement récompensée de mon effort : j’adore. 1N2D est une émission très drôle, complètement barjot, très décomplexée avec des idées à la fois puériles et géniales d’activités et de divertissement. J’ai enfin su pourquoi Na PD était aussi redouté! Un des aspects de l’émission que j’ai beaucoup aimé, c’est justement le marchandage compulsif entre équipe de production et membres. La clé du succès, comme Running Man et comme Family Outing, réside en son casting dont l’alchimie crève l’écran. Les membres, Eun Ji Won, Kim C, Lee Seung Gi, MC Mong et Lee Soo Geun, sont tous autant attachants les uns que les autres. Les jeux sont immatures, les blagues le sont souvent aussi, mais il y a une énergie et une bonne humeur générale captivantes et contagieuses. Sur l’aspect technique, 1N2D pourrait s’apparenter à Family Outing, mais l’ambiance qui y règne est très, très différente. Family Outing est une sortie en famille, 1N2D est une virée entre potes. Et oui, ça change quelque chose que le casting soit exclusivement masculin. Ça veut dire pas de lovelines, mais aussi pas de censure et certainement pas de retenue ou de galanterie durant les jeux.

Family Outing (2009-2011) – Parties de campagne

Niveau d’intérêt : très soutenu

Je suis amoureuse de Family Outing. Je comptais vous écrire un article en bonne et due forme cette année sur cette petite perle qu’est cette émission, mais la motivation m’a fait défaut, et ce-dit article est toujours dans les méandres de ces dizaines d’articles commencés et jamais finis (et donc jamais mis en ligne). Un jour, il sera terminé parce qu’il me tient à coeur. Quoiqu’il en soit, je voulais vous en toucher deux mots dans ce bilan car Family Outing a été pour moi une des meilleure découverte d’émission télé de 2014. On y trouve tout : une alchimie de groupe absolument fantastique, des personnalités aussi différentes que complémentaires, des jeux stupides mais ô combien divertissants, des blagues sur tout et sur rien complètement inoffensives mais souvent très drôles, des moments épiques et cultes (cf Chun Hee qui lave les légumes… avec du savon!), des invités qui ont relativement tous joué le jeu gaiement, et au final, beaucoup, beaucoup de coeur. Tout ça, sans jamais se prendre trop au sérieux, ou prendre la grosse tête, si bien qu’on s’attache à cette famille virtuelle. Family Outing a su rester humble, du début jusqu’à la fin. Il y a en gros deux périodes, la période avec Ye Jin et Chun Hee et la période sans ces deux-là. Il est vrai que mon intérêt pour l’émission à lentement diminué à partir de leur départ, mais Family Outing réserve tout de même d’excellents moments après ça. C’est un gros coup de coeur, et pour ceux qui aiment Running Man, à ne manquer sous aucun prétexte (et ce n’est pas si long! Que sont 85 épisodes face au 230 de Running Man?).

Le mot de fermeture : Bref, vive les émissions télé!

Dépendamment du type de divertissement que vous recherchez, les émissions télé peuvent être une excellente alternative lorsque les dramas qui sont diffusés manquent d’attraits. Oui, c’est extrêmement chronophage (comme tout ce qui touche au petit écran), mais je n’ai jamais regretté d’avoir découvert un autre aspect de la culture coréenne. Pour récapituler, je vous conseille en premier lieu Family Outing, que je considère plus facile d’accès, ainsi que Rommates 2. 1N2D n’a pas volé son succès cependant, mais peut-être qu’on met plus de temps avant de vraiment s’imprégner de l’ambiance (le fait qu’on trouve difficilement les premiers épisodes n’aidant pas). Sinon, il me reste encore à plonger dans d’autres classiques comme Infinity Challenge et X-Man (que je connais un peu), tout en gardant un oeil aux nouvelles émissions TV qui verront le jour au cours de l’années. Je crois que je peux alors d’ores et déjà prédire une année 2015 riche en émissions!

7 réflexions sur “Une année 2014 pleine de rires : Bilan TV (Kvariety)

  1. Ma 1ère émission de variété a été RM, puis j’ai regardé Family Outing (au début à cause d’un épisode avec Lee Jun Ki…Je dois avouer…) et j’ai enchaîné sur 1 night 2 days (j’adore vraiment l’interaction entre le cast, à part peut-être Defconn). Mais en ce moment, je suis vraiment devenue accro à Abnormal Summit. C’est une parodie d’un sommet du G8 mais ils sont 11 étrangers (dont un français) et 3 MCs. Ils abordent des sujets de société coréenne mais c’est vraiment drôle. J’ai regardé le 1er épisode en début de soirée et je n’ai pu décroché qu’à 6h30 du matin, tellement c’était addictif…A Voir absolument!

    • J’ai entendu en effet de bons échos sur Abnormal Summit, mais le format « 11 hommes (pourquoi aucune femme?) discutent autour d’une table » ne m’engageait pas des masses. Mais j’ai bien noté ton enthousiasme et l’émission est ajoutée sur ma liste, merci! =) (et vive Lee Jun Ki dans Family Outing ;) )

      • J’adore surtout la 2ème partie où Lee Jun Ki est un guest car j’ai rarement autant ri comme je l’ai fait devant la séquence de « la forêt de bambous »! D’ailleurs je ne me lasse pas de la regarder encore et encore!

        Concernant « Abnormal summit », cela me dérange aussi qu’il n’y ait aucune femme et le français n’est vraiment pas mon membre préféré….Mais il y a des femmes qui sont invitées et les sujets sur les femmes ne sont pas oubliés.

        • Je viens de regarder le premier épisode et ça m’a bien plu!^^ Ils ont eu la main un peu lourde sur les clichés lors des présentations des membres, mais j’ai bien aimé l’énergie du groupe et c’est intéressant de débattre de sujets de société avec des cultures différentes. C’est dommage par contre qu’on ne les entende pas tous s’exprimer, même si c’est normal vu leur nombre! En tout cas, merci de m’avoir encouragée à tenter l’émission!^^

          • Pas de quoi, mais attention, cela peut devenir addictif! Comme dans toutes les émissions, c’est super intéressant de voir l’évolution des relations des membres au fil des épisodes. Tu verras qu’au début ce n’est pas très simple entre le chinois (surtout de sa part) et le japonais (Takuya, mon chouchou qui n’a pas bcp la parole dans les 1ers épisodes). Parfois, tu verras aussi qu’il y a des séquences « émotions » mais ce que j’adore, c’est que tu en apprends surtout beaucoup sur la culture coréenne!

  2. La seconde saison de roommate avait bien démarré et certains épisodes plus qu’enthousiasmants , malheureusement le soufflet est vite retombé pour ne proposer vers la fin que des épisodes axés sur des invités pas très intéressants et presque plus d’ éclates collectives. R.I.P roommate, il n’y aura pas de saison 3 et c’est dommage car moi je n’avais pas détesté la saison 1, mais finalement, il ne restera qu’une grande impression de gâchis. Je rêve qu’un jour ils soient capables de nous reproposer quelque chose comme invincible youth (saison 1) ou Heroes…

    • La saison 2 n’a en effet pas tenu ses promesses sur le long terme, mais elle m’a donné de bons moments de détente et de rire donc je la préférerai toujours à la première saison. Qu’il n’y ait pas de saison 3 me semble plus que raisonnable, même si c’est un peu dommage parce que le concept en soi reste sympa. Je pense juste qu’il n’était pas dans les meilleures mains pour fleurir de manière satisfaisante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s