The Way We Were – Épisode 1 : Souvenirs Goutte à Goutte

Argh, par pitié, stoppez-moi!

Résumé rapide : Été 1998. La scène s’ouvre sur une piscine extérieure. La caméra suit un homme, notre héros, montrer ses prouesses en nage. Au ralenti, en plus, histoire d’être encore plus kitsch. En sortant de l’eau, il va s’allonger sur un transat où une jeune fille vient le retrouver et passe littéralement tout son temps à se pâmer devant lui. En parallèle, nous suivons un groupe d’amis avec une fille particulièrement excitée à l’idée de passer l’après-midi à la piscine, c’est notre héroïne. Elle saute dans l’eau et, quelques minutes plus tard, elle a une crampe à la jambe. Notre héros plonge à sa rescousse (avec un plongeon tellement pas épique LOL), mais il est devancé de quelques secondes par le maître nageur.

Voix off masculine : Il y a beaucoup de choses pour lesquelles nous n’avons pas de réponse en ce monde. Par exemple, aurais-tu pu connecter avec cette personne si tu étais arrivé une minute ou quelques secondes plus tôt? Cependant, la plupart du temps, nous les laissons toujours filer. 

On découvre que l’héroïne, Tang Jia Ni, est une étudiante qui travaille à mi-temps dans une supérette et vit avec son petit ami. Lorsqu’elle se fait harceler par un client, son patron refuse de la croire, sous les yeux ébahis d’un autre client…oui, notre as de la nage, Fang Wei De. Il essaie de prendre le partie de Jia Ni, mais elle se fait quand même licencier. Elle rentre, morose, chez elle et raconte tout à son petit ami qui a franchement l’air de s’en balancer comme de sa première chemise. L’atmosphère entre les deux est clairement froide depuis un moment, et en sortant, il lui suggère d’aller faire la lessive puisqu’elle n’a plus de travail. Oula, je sens que je vais l’aimer celui-là… Wei De, pour sa part, travaille comme portier, et semble être le parfait playboy en toute circonstance : il n’a même pas besoin d’articuler un mot pour repartir avec un numéro, si c’est pas du génie ça?

 Jia Ni est chez elle, à désespérer parce que tous les bons boulots ont déjà été pris, quand, soudain, on frappe à la porte. Une fois, deux fois, trois fois. Elle ouvre, excédée. Une jeune fille se tient en face d’elle et cherche un dénommé Fang Wei De (tiens, tiens!). Jia Ni répond qu’il n’est pas ici et la met dehors sans grand ménagement. Wei De en question était en fait dans la salle de bain à côté, et, après avoir vu/entendu Jia Ni chasser la jeune fille opportune, il va frapper à sa porte, pour se présenter et pour lui proposer un repas pour la remercier. Jia Ni refuse d’abord, mais se fait rapidement avoir par la tentation de manger un bon repas.

Elle fait alors la connaissance de Linda, la collègue de travail de Wei De, ainsi que son meilleur ami. Linda la méprend pour une des nombreuses conquêtes de son ami et lorsque Jia Ni la contredit (très) énergiquement, elle rit de bon coeur. Le reste de la soirée se passe dans la joie et la bonne humeur. Une fois le repas terminé, Wei De propose de raccompagner Jia Ni chez elle, sur son scooter (aaaah, mes souvenirs d’In a Good Way!).

Notre héroïne grommelle en pensant qu’il est en train de la draguer, mais Wei De la rassure : il sait qu’elle a un petit ami, il tentera rien. Wei De est visiblement très amusé et charmé par sa rencontre avec Jia Ni, comme le remarque son meilleur ami, à qui il n’a fait que parler d’elle. Wei De admet qu’il la trouve intéressante. Par un heureux concours de circonstance made in dramaland, Wei De et Jia Ni se retrouvent au lavotomatique, et trouvent naturellement l’occasion de se chamailler gentiment, en bon OTP qu’ils sont, hehe.

Peu de temps plus tard, Jia Ni et Rui Rui fêtent l’anniversaire de leur ami, Jun Jie. Ils mangent d’abord au buffet à volonté avant de rejoindre le karaoké traditionnel. Seulement, Jia Ni souffre d’indigestion parce qu’elle a trop mangé et quitte donc la fête la première. En s’arrêtant à la pharmacie, elle entend un homme choisir une boîte de préservatif avec une fille et croit reconnaître sa voix. Pas étonnant puisqu’il s’agit de son petit copain. Abasourdie, elle le suit de loin et réalise qu’ils se dirigent vers un motel.

Devinez qui arrive à ce moment-là au bon endroit au bon moment? Mais Wei De, pardi, lui même en bonne compagnie. Lorsqu’il voit Jia Ni en état de choc cependant, il prétexte un mal de ventre et annule ses plans. Elle n’a pas à lui expliquer la raison de sa confusion : lorsqu’il voit son petit ami rentrer dans le motel avec une autre fille dans les bras, il comprend rapidement la situation. Adorablement, il lui propose d’aller régler ça pour elle, mais Jia Ni est tellement prise de court, qu’elle refuse et l’entraîne ailleurs sans dire un mot.

Wei De lui suggère de réagir vite pour ne pas laisser l’opportunité à son petit copain infidèle de lui raconter des mensonges supplémentaires. Jia Ni ne répond pas. Il ajoute que si elle ne veut pas le prendre sur le fait, elle n’a qu’à faire la même chose que lui pour se venger et… il lui propose de l’utiliser, lui. Elle refuse tout net, ne voulant pas devenir comme son petit copain, mais elle change d’avis lorsqu’elle l’appelle et qu’il lui ment en direct.

Elle amène Wei Di dans sa chambre, qui s’installe et commence à se déshabiller…pour être stopper immédiatement par Jia Ni. Elle lui dit qu’elle a mal au ventre, et il finit par aller dans sa chambre pour lui donner des médicaments. Elle lui demande de rester avec elle cette nuit, et les deux passent le reste de la soirée à discuter et à dormir sagement côte-à-côte. Bien qu’il ne se soit rien passé, le petit ami, qui rentre au petit matin, ne peut pas le savoir, et accuse immédiatement Jia Ni d’infidélité.

La dispute éclate, et le couple rompt rapidement. Wei De lui offre un petit déjeuner pour la réconforter, mais Jia Ni est passablement déprimée. Finalement Rui Rui et Jun Jie viennent chez elle, inquiets pour sa santé et son moral, et parviennent peu à peu à la dérider et à lui faire prendre conscience qu’elle doit se ressaisir.

Elle planifie une randonnée avec Wei De pour dire au-revoir à son ancienne vie et à son ancien amour.

Commentaires : J’achète, j’achète, et j’achète encore. The Way We Were a toutes les conditions réunies pour devenir un drama plein d’émotions et de chaleur : le casting est attachant, le scénario est bien exécuté, et les thèmes m’intéressent.

J’avais un peu peur au début, à cause de la scène d’ouverture, assez ridicule. Mes doutes se sont rapidement envolés lorsque la série a véritablement démarré : le charme prend tout seul, avec un naturel déconcertant. Je suis d’abord tombée amoureuse des personnages. Jia Ni n’a pas la langue dans sa poche, est un peu malcommode sur les bords, mais elle n’est pas une caricature non plus. Elle a ses problèmes, ses manières de les régler, et en ça, elle ressemble à peu près à n’importe quelle fille de son âge. J’adore le fait qu’elle mange beaucoup. sa franchise et le fait qu’elle n’ait aucun problème à remettre les gens à leur place lorsqu’il le faut : elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense de l’attitude de Wei De au principal concerné et s’assure qu’il ne la traite pas comme il traiterait les filles qu’il fréquente d’habitude. Même lorsqu’elle rompt, elle ne faiblit pas, appelant un chat un chat.

C’est sans doute cette franchise et cette impulsivité qui ont tant plues à Wei De lors de leurs premières rencontres, et c’est mon cas aussi : j’aime les héroïnes qui ont de la ténacité et du cran. Ça ne veut en aucun cas dire qu’elle est parfaite, son impulsivité l’amène également à juger Wei De sans réellement le connaître, mais elle a beaucoup de charme en tant qu’héroïne.

Sa future tendre moitié, Wei De, n’est pas en reste. Je ne savais pas si j’allais être capable de réellement aimer le personnage après son introduction hypra kitsch, mais oui, défi relevé haut la main : j’avais peur qu’il soit un de ces nombreux héros narcissiques à dramaland et il se trouve qu’il est narcissique, mais ça ne l’empêche pas d’avoir un coeur en or. Ok, j’admets que sa proposition de se servir de lui pour se venger de son petit copain était un peu…particulière, parce que ça pourrait sonner comme s’il prenait avantage d’elle et de son état de fragilité. Mais j’adore Wei De, j’adore son insouciance qui n’a rien avoir avec de l’inconscience ni avec une attitude blasée. Wei Di prend la vie comme elle vient, avec ses hauts et ses bas, et même si je sais qu’il y a certainement une raison dans son passé pour ça, j’aime le personnage tel qu’il est maintenant.

Il aurait pu être une franche caricature du playboy au coeur blessé qui, avant de rencontrer Jia Ni, papillonnait de filles en filles sans trouver LA bonne. Il y aura de ça, j’imagine, quelque part, vu qu’un des thèmes du drama est le regret, mais il n’y aura pas que ça. En tout cas, j’espère. De toute façon, on ne sait pas grand chose du personnage avec le pilote, parce qu’on le voit surtout en fonction de l’héroïne, mais j’ai hâte d’en découvrir plus sur lui, indépendamment d’elle.

La relation entre les deux a été nouée à partir de circonstances un peu forcées, mais elle coule tellement de sources après que je ne peux pas en vouloir longtemps à l’écriture, d’autant plus que l’alchimie entre Leroy Young et Ruby Lin est extrêmement convaincante. J’adore déjà les personnages ensemble, et j’ai hâte qu’ils nous emporte dans un tourbillon de fangirlisation lorsqu’on les verra s’ouvrir à l’un et à l’autre. J’ai adoré voir l’évolution de leur relation, leur complicité naissante. Wei De est clairement plus intéressé actuellement que Jia Ni et ce, depuis le début. Je ne sais pas si la tendance va se renverser, mais pour l’instant, elle me plaît comme elle est actuellement. Ils sont adorables ensemble et la dernière scène m’a laissée un grand sourire sur le visage.

D’autre part, j’aime beaucoup les deux amis de Jia Ni. Rui Rui a l’air adorable et fiable, tandis que Jun Jie en pince très visiblement pour elle, et sera sans doute destiné à jouer les chevaliers dans l’ombre le restant de ses jours. J’espère cependant que les deux personnages auront droit à une écriture décente! Le drama a beau avoir des moments plus légers, je doute que nous soyons partis pour une comédie sur le long terme.

Il a un vrai potentiel réconfortant et déprimant à la fois, et si je dois regarder l’OTP se manquer sur 16 ans et ne pas se mettre ensemble au final, je risque d’être très, très, très frustrée. Je suis enthousiaste avec le simple pilote, mais lorsque je me rappelle de quoi parle The Way We Were, je ne peux pas m’empêcher de réfréner mes ardeurs.

Au niveau du casting, je n’étais familière qu’avec Leroy Young, que j’ai eu l’occasion de voir jouer dans Who’s the One. Ma première impression de lui était que je trouvais qu’il exploitait un peu excessivement ses fossettes parce qu’il sait que ça fait partie de son charme – mais j’ai toujours fini par m’attacher à lui : c’est un acteur solide et versatile, et quoique je fasse, il a tout de même du charisme à l’écran. Non, ses tablettes de chocolat surexposées dans ce drama n’y sont pour rien dans mon jugement, je vous jure! Bref. Je l’avais bien aimé dans Who’s The One, mais je crois que je le préfère déjà dans The Way We Were.

Il exsude tellement de confiance en lui et de bonhomie que…difficile de résister longtemps. Il est peut être un poil trop âgé pour être pris pour un jeune homme en début vingtaine, mais puisque le drama dure sur 16 années, ça ne me dérange pas.

De son côté, Ruby Lin a une longue filmographie, mais c’est le premier drama dans laquelle je la vois jouer, et je l’aime beaucoup. Elle ne surjoue pas (ou peu), et elle est investie dans son rôle. Étant donné l’époque à laquelle le drama commence, on pourrait avoir l’impression d’avoir un nouveau In A Good Way sous les yeux. Pourtant, si la période est sensiblement la même, l’ambiance est complètement différente. Dans In A Good Way, il y avait de l’innocence dans la nostalgie de la mise en scène des premiers émois amoureux et de la quête identitaire; j’ai moins l’impression de regarder un drama sur l’innocence avec The Way We Were. D’abord parce que les personnages sont plus vieux (Jia Ni est peut être encore naïve, mais pas comme Jia En l’étant au début d’In A Good Way), ensuite, parce que les problématiques ne sont pas les mêmes : In A Good Way était sur la liberté et le chemin vers l’âge adulte, The Way We Were est nettement plus mélancolique et contemplateur sur les plus jeunes années, sur les choix faits à ce moment-là.

Je ne sais pas combien d’épisodes seront consacrés aux années 1998, mais pour l’instant, je marche avec tout, les personnages, l’histoire et l’ambiance. À noter que la réalisation est très jolie dans sa simplicité. Sa couleur, légèrement délavée (mais pas autant que tvN) qui donne un ton à la fois fragile et doux, allie esthétisme et émotion. La réalisation ne se contente pas d’offrir une image très agréable aussi pour l’oeil, elle sait t’émouvoir juste avec une mise en scène.

Le drama ne propose rien de nouveau. Il est prévisible, mais pour ce genre de drama slice-of-life, c’est moins l’histoire qui m’intéresse que la manière dont elle va se dérouler, or je trouve l’exécution fluide pour le moment. On ne sent pas trop d’éléments forcés ou convenus, et j’ai beaucoup de sympathie pour tout le monde pour le moment. Les scènes sont sobres, réalistes (la séparation était particulièrement crédible j’ai trouvé lorsqu’elle aurait pu être facilement exagérée pour le bien du drame), et j’ai très, très, très envie de découvrir la suite. Je suis bien curieuse de savoir comment notre OTP va se séparer pour mieux se retrouver! Je prépare mes mouchoirs, au cas où.

Est-ce que c’est judicieux pour moi de commencer encore un autre drama lorsque je peine déjà à regarder ceux que j’ai déjà commencé? Pas du tout. Mais plus important encore : c’est quand la semaine prochaine?

Advertisements

13 réflexions sur “The Way We Were – Épisode 1 : Souvenirs Goutte à Goutte

  1. J’ai encore craquée ! Je vais devoir éviter tes articles pendant un temps, je crois, histoire d’être raisonnable^^
    Vivement la suite et merci !!!
    Ou pas
    Non sincèrement merci ;)

    • Hahaha! Rejoins-moi dans la non-raison Héla! J’ai hâte de découvrir la suite, et je suis contente d’avoir quelqu’un avec qui en discuter! =)

  2. Ruby’s acting is way better than her acting was in the latest drama I saw her in (Drama Go Go Go). Jia Ni is also a refreshing character because she’s somehow different from other heroines..

    I think Leroy often plays those kinds of ‘playboy’ characters that have big egos. >_<

    • Oh, I think I saw the pilot of Drama Go Go Go, but I don’t remember Ruby Lin at all!! I really like how lively Jia Ni is.
      And the only drama I saw Leroy in was Who’s the One, and I guess he wasn’t exactly playing a playboy, if I remember correctly…^^ At least, in The way we were, he does the playboy character in a fun and not too annoying way, so I’m really ok with Wei De. :P

  3. Je suis très contente de lire des premières impressions aussi positives. J’attendais ce drama avec impatience et avec ton avis, je sais que je peux me lancer sans crainte ^^ Je vais attendre qu’au moins 3-4 épisodes soient sortis avant de le commencer.
    Pour ce qui est de Two Fathers : si ton emploi du temps te le permet, je te le recommande vraiment. Leroy Young y est génial :)

    • Tu fais bien d’attendre 3-4 épisodes, cette semaine d’attente m’a tuée. ^^
      J’ai hâte de connaître ton avis dessus en tout cas, j’espère que tu en parleras soit sur ton blog, soit ici! =)
      Je mets Two Fathers sur ma liste, la longueur a tendance à me faire moins peur (il y a quelques temps ça aurait un non radical, mais maintenant, je l’envisage xD).
      Merci beaucoup pour tes commentaires! ^__^

  4. Je viens de visionner le pilote. Très bien.
    Je pense que vais aussi devoir éviter votre blog… Hahaha! Heureusement que je n’ai pas trop de dramas en cours…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s