Kara no Kyoukai (Garden of Sinners) – Entre Chien et Loup

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_04_[B2465A9B].mkv_snapshot_28.04_[2014.05.27_01.06.01]

Prêts à entrer dans le Jardin des Pêcheurs ?

Introduction (Attention aux spoilers)

Kara no Kyoukai est un anime un peu à part : il consiste en une série de sept « épisodes » qui sont en fait de véritables films courts conçus pour former un tout cohérent. J’ai toujours vu l’anime cité comme un incontournable depuis qu’il est sorti en France et j’étais curieuse de voir ce qu’il avait d’aussi prenant. Un problème que j’ai rencontré en écrivant ces impressions c’est que si je voulais analyser un peu les thématiques j’étais obligée de spoiler certaines choses, voire l’épisode entier (c’est le cas pour Spirale). Si vous ne voulez aucun spoiler vous pouvez lire le verdict sur chaque épisode et la conclusion. 

Vue dominante

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_01v2_[3F2E8FEA].mkv_snapshot_16.51_[2014.05.13_21.42.49][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_01v2_[3F2E8FEA].mkv_snapshot_10.03_[2014.05.13_21.32.53]

Synopsis : Une jeune femme nommée Shiki dotée de pouvoirs étranges voit son ami Mikiya Kokuto sombrer du jour au lendemain dans le coma. Elle décide d’affronter la responsable, une jeune fille handicapée qui serait liée à une série de suicides dans le quartier. 

Réflexions : Nous entrons dans l’histoire in media res, sans aucune information préalable sur ce qui se trame ou sur les intentions des personnages et c’est assez cryptique. Nous sortons de l’épisode avec peu de certitudes. Shiki est immédiatement fascinante parce qu’elle est toujours sur le fil entre le mannequin sans vie et la jeune femme bouillonnante, et elle est tellement introvertie qu’on ne sait jamais vraiment ce qu’elle pense. Toutes les bases d’un épisode de Garden of Sinners sont jetées : une série de meurtres d’une violence extrême, un adolescent déviant lié à ces meurtres, un peu d’avancement entre Shiki et Mikiya, des scènes de combat badass qui ont fait la notoriété de la série. Autant dire que j’ai tout de suite accroché et enchaîné directement sur la suite !

Animation : Une palette de complémentaires rouge sombre/vert foncé qui créé une ambiance étouffante, des personnages au design à la fois démodé (les cheveux !) et intemporel (difficile d’oublier le kimono bleu et la veste rouge de Shiki). Même si les réalisateurs changent d’un épisode à l’autre, le style de ce pilote sera toujours respecté. 

Meurtres et spéculations I

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_02_[34C48DE0].mkv_snapshot_00.35.25_[2014.05.25_06.01.05]

Synopsis : Retour en arrière à l’époque où Shiki encore adolescente rencontre Mikiya et devient son amie. Des meurtres s’enchaînent dans le quartier. Le grand frère de Mikiya enquête tandis que Shiki rode sur les scènes des crimes. Mikiya est tiraillé entre les doutes et sa volonté de croire en Shiki coûte que coûte. 

Réflexions : Un épisode beaucoup plus informatif que le précédent. Nous apprenons que Shiki est l’héritière malgré elle du dojo familial et qu’elle a une personnalité dédoublée, probablement née de ses frustrations et de son désir de se rebeller. Au début les meurtres n’ont pas de réel impact et l’on ne se sent pas concerné, vu que nous suivons les choses surtout du point de vue de Mikiya qui est ici plus spectateur indirect qu’acteur. Le manque d’informations sur les victimes et les découvertes des corps en mode série d’investigation policière contribuent à rendre ces événements impersonnels, sans compter que les découvertes des enquêteurs ont lieu off-screen. Le héros et le spectateur opèrent un basculement vers un rôle actif quand les soupçons sur Shiki s’intensifient.

Le titre de l’épisode, « spéculations » (ou « étude de meurtres ») résume bien l’essentiel de ce qu’il s’y passe. C’est l’histoire d’un garçon qui tombe amoureux d’une fille étrange que plusieurs indices désignent comme une meurtrière. Le mode de narration est brillant dans le sens où c’est difficile de bien être certain de ce qui se déroule sous nos yeux, et le rôle de Shiki n’est jamais très clair. Plus l’amour de Mikiya s’intensifie, plus les doutes sur ses activités augmentent. Lorsqu’il passe la nuit en bas de chez elle c’est à la fois une épreuve d’endurance pour la séduire et une surveillance rapprochée. Bien sûr l’anime ne nous donne pas de réponse claire, le spectateur est laissé libre de tirer les conclusions qu’il souhaite. 

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_02_[34C48DE0].mkv_snapshot_00.02.32_[2014.05.25_04.53.46][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_02_[34C48DE0].mkv_snapshot_00.10.02_[2014.05.25_05.01.39]

Animation : Des couleurs douces, pour la première fois on voit des ciels bleus de beau temps qui trouvent de jolis contrepoints dans les yeux de Mikiya et le kimono de Shiki. Pas mal d’espaces ouverts. On retrouve les verts et les rouges de l’épisode d’ouverture pour les scènes de meurtre, et ils prennent le dessus à la fin quand la situation commence à devenir hors de contrôle. Cette fois il n’y a qu’une seule scène d’action mais c’est un vrai morceau de bravoure, et même si on sait que les choses vont s’arranger après avoir vu l’ouverture, c’est diaboliquement efficace. 

Douleur persistante

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_03_[8ED4206B].mkv_snapshot_15.33_[2014.05.26_22.53.07]

Synopsis : Dans le repaire de criminels une jeune femme est régulièrement violée, jusqu’à ce que l’un de ses agresseurs qui n’apprécie pas son manque de réactions décide de la tuer. Plus tard Mikiya tombe sur la même jeune femme recroquevillée sur elle-même de douleur, et prend soin d’elle, jusqu’à ce qu’elle disparaisse dans la nature. Shiki est ensuite chargée d’enquêter sur une série de meurtres « inhumains » et elle comprend immédiatement qu’elle a affaire à une fille qui a des pouvoirs similaires aux siens. Pendant ce temps, Mikiya essaie de comprendre pourquoi les choses en sont arrivées là. 

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_03_[8ED4206B].mkv_snapshot_16.15_[2014.05.26_22.53.53][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_03_[8ED4206B].mkv_snapshot_21.57_[2014.05.26_22.59.41]

Réflexions : L’un des épisodes les plus tristes, avec un personnage qui nous renvoie à Shiki et qui nous en apprends plus sur cette dernière. L’histoire d’Asagami Fujino est l’histoire d’un réveil à la douleur après une longue période d’insensibilité qui trouve sa catharsis dans un combat avec Shiki et une réalisation : « je veux vivre ». C’est facile de croire que la passivité de la jeune femme vient de son problème d’insensibilité, mais les choses sont plus compliquées que ça. Le film pose aussi des questions éthiques, et comme le dit Mikiya c’est difficile de ressentir quoi que ce soit pour les gens que Fujino torture et tue. Mais Shiki vient rappeler la limite entre vengeance et simple massacre. Quelqu’un a besoin d’intervenir avant que plus d’innocents ne soient impliqués, et elle se sent investie du sale boulot. Pendant cette séquence il y avait un peu trop de pathos à mon goût, sans compter que les flashbacks de Fujino qui se remémore son passé avec Mikiya sont un peu cheap (apparemment dans le roman ce n’est pas raconté comme ça, et c’est un peu dommage d’avoir opéré ce raccourcis) mais c’est contrebalancé par une excellente conclusion que j’ai trouvé très appropriée. 

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_03_[8ED4206B].mkv_snapshot_27.58_[2014.05.26_23.07.00][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_03_[8ED4206B].mkv_snapshot_49.34_[2014.05.26_23.28.43]

Animation : Retour au rouge flamboyant et au vert sombre. Ce que j’ai admiré le plus c’est le design de Fujino. Ce n’est pas évident d’avoir un personnage aux cheveux violets et aux yeux rouges, et ils ont réussi à l’intégrer parfaitement tout en faisant d’elle le point focal de l’épisode. En général les cheveux violets/roses sont des signes de folie féminine dans cette série. Shiki par contraste se fond beaucoup plus dans le décor, soulignant ainsi la maîtrise qu’elle a acquise sur elle-même et ses pouvoirs. Dans l’épisode précédent où elle est montrée jeune, solitaire et instable, ses tenues vestimentaires traditionnelles tranchent au contraire violemment avec le reste et contribuent à donner une impression de rejet des autres et d’elle-même. C’est du bon travail.  

L’autel creux

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_04_[B2465A9B].mkv_snapshot_33.04_[2014.05.27_01.11.17]

Synopsis : Shiki se réveille à l’hôpital après deux ans de coma (on raccroche enfin avec le second épisode et on apprend ce qui s’est passé à la fin). SHIKI a disparu dans une sorte de vide infini, et Shiki se sent terriblement vide, sans compter que ses pouvoirs se sont réveillés. Elle peut désormais voire les « lignes de mort » de chaque chose et possède un pouvoir de destruction terrible. Touko vient s’occuper d’elle. 

Réflexions : Tout tout tout, on saura tout sur Shiki. Ou presque. D’abord, SHIKI, son « autre âme », est un homme. Je ne sais pas bien comment ça marche mais c’est comme ça. SHIKI décide de se retirer après l’accident, et depuis Shiki essaie degarder une trace de lui en elle en adoptant un comportement et un style masculins. Cet épisode est surtout un épisode informatif sur ce qui s’est passé entre 1996 et 1998 et sur les problèmes de l’héroïne. C’est l’un des épisodes les plus courts (50 minutes) et il n’y a pas grand chose à en dire si ce n’est qu’on a intérêt à avoir une page wiki ouverte à portée de main pour pouvoir comprendre comment la magie fonctionne dans ce monde. 

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_04_[B2465A9B].mkv_snapshot_05.44_[2014.05.27_00.32.56][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_04_[B2465A9B].mkv_snapshot_16.02_[2014.05.27_00.47.17]

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_04_[B2465A9B].mkv_snapshot_16.33_[2014.05.27_00.47.52][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_04_[B2465A9B].mkv_snapshot_07.50_[2014.05.27_00.35.09]

Animation : Comme toujours très consistante et atmosphérique. Cette fois les scènes les plus intéressantes visuellement sont les scènes qui représentent l’état d’esprit interne de Shiki, et l’inévitable scène de combat finale est impressionnante et parfaitement chorégraphiée. 

Spirale paradoxale

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_05_[999900E4].mkv_snapshot_00.46.33_[2014.05.28_02.13.23]

Synopsis : Un jeune homme s’enfuit de chez lui après avoir tué ses parents. Ou est-ce le contraire ? Désorienté, il se réfugie chez Shiki. Touko et Mikiya s’intéressent à l’appartement du jeune homme. Tout semble converger vers cette étrange tour, dont l’architecture rappelle le taijitsu…

Réflexions : Episode central et fondamental de la série. On se rend compte que jusqu’ici tout ce qui s’est passé n’était qu’une introduction, et que les deux jeunes meurtrières que Shiki a combattu faisaient partie d’un plan général. Pour la première fois nous voyons Shiki et Touko en difficulté face à leurs adversaires. Touko commence à livrer quelques uns de ses secrets, et Shiki agit de manière plus chaleureuse que d’habitude avec Enjou, puis avec Mikiya. 

Cet épisode est en un mot : confus ! Qu’est-ce qu’il s’est passé exactement dans l’appartement d’Enjou ? Pourquoi les jours s’enchaînent et se ressemblent trop comme un groundhog day infernal ? L’un des points les plus importants pour comprendre est le discours final d’Araya Soren, qui a commencé sa quête délirante et destructrice parce qu’il a éprouvé fortement un sentiment de non-sens devant la mort des hommes (on nous le représente à ce moment là devant un champ de bataille jonché de corps, effectivement l’un des endroits où on peut ressentir ce sentiment d’absurdité de la nature humaine et de la mort le plus profondément).

Son idée en recherchant l’Origine (on nous explique ce que c’est dans le dernier épisode) est de donner du sens là où il n’en n’a pas trouvé. Le problème c’est qu’il s’y prend…mal. L’arc d’Enjou fonctionne comme une sorte de contre-argument à sa vision des choses, en prouvant que ce qui n’a en apparence aucun sens (la désintégration et la destruction de la cellule familiale jusqu’à la mort) a en fait une histoire, et un sens, justement. Au début ses parents sont montrés comme des zombies sans âme piégés dans une routine sans issue, et en faisant un travail de mémoire, en retrouvant son vrai « foyer » via la clé de son ancienne maison Enjou leur rend leur humanité.

Ce qu’Araya ne comprend pas c’est qu’en faisant des humains des marionnettes, il les extrait de leur destin (vivre puis mourir), et leur existence n’a plus aucun sens. L’une des idées derrière la philosophie du Tao est de dire que même si l’hiver (la mort) s’installe, il contient déjà en lui le printemps (la vie). Araya a été incapable de reconnaître que 1) la mort donne du poid à la vie et 2) le Tao est la promesse d’un renouvellement. Par contre je n’ai pas bien compris ce que le bouddhisme venait faire dans le schmilblick, à la fin ils parlent de la théorie du réseau d’interconnexions…pourquoi pas mais j’ai lu d’autres VN qui utilisent cette idée comme base du scénario et là j’ai trouvé que ça n’apportais rien. 

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_05_[999900E4].mkv_snapshot_00.55.40_[2014.05.28_02.22.34][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_05_[999900E4].mkv_snapshot_00.40.08_[2014.05.28_02.02.46]

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_05_[999900E4].mkv_snapshot_00.28.15_[2014.05.28_01.50.31][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_05_[999900E4].mkv_snapshot_00.27.27_[2014.05.28_01.49.39]

Animation et réalisation : Rouge, rouge, du rouge partout, logique quand cet épisode tourne autour de « Touko la rouge ». Pour rendre l’idée d’un monde où plusieurs réalités coexistent, ce mélange intrigant d’orange et de turquoise. Ce sont des couleurs de crépuscule, et quand on fait un peu de recherches sur ce que signifie vraiment les enseignements du Dao/Tao (largement incompris et mal interprétés en occident, sérieux lisez ce livre), on comprend pourquoi ils ont voulu utiliser les couleurs qui symbolisent l’instant où l’on ne sait plus exactement si c’est le jour où la nuit. Au niveau de la réalisation et en particulier du montage, tout est fait pour rendre la chronologie très confuse et nous plonger dans cette incertitude où l’on ne sait plus où les choses ont commencé ni où elles finissent, si untel est mort ou vivant et si untel a tué ou a été tué. Encore plus que dans les autres épisodes la mort est omniprésente, et cet espèce de grand immeuble fonctionne comme une tour infernale dont il faut déjouer les pièges. Le problème c’est qu’Araya fait littéralement corps avec le bâtiment (un prétexte qui permet au réalisateur de se lâcher complètement et de produire des scènes esthétiquement très abouties) et il faut trouver un moyen de l’en extraire. 

Chroniques de l’oubli

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_06_[238F9CE7].mkv_snapshot_00.14.43_[2014.05.31_04.59.16]

Synopsis : Touko envoie Shiki aider Azaka, la petite soeur de Mikiya à comprendre ce qui se passe dans son institution. Une jeune fille a sombré dans le désespoir et s’est suicidée après avoir parlé de « fées ». Qui manipule ces créatures voleuses de mémoire ? 

 [gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_06_[238F9CE7].mkv_snapshot_00.34.10_[2014.06.15_22.04.25][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_06_[238F9CE7].mkv_snapshot_00.49.53_[2014.06.15_22.38.39]

Réflexions : IMOUTO EPISODE. Eh oui, même dans Garden of Sinners, on n’y échappe pas. Azaka aime ONII-CHAN et voit d’un mauvais œil Shiki prendre de l’importance dans la vie de ce dernier. Je pense qu’Azaka est ce que l’auteur se fait comme idée d’un personnage moe, mais de mon point de vue j’ai trouvé le comportent de la jeune fille particulièrement surjoué et faux (sans compter que les designs des filles ne sont pas vraiment moe dans Kara no Kyoukai). Shiki est comme d’habitude un modèle de maîtrise, et Azaka apparaît comme juvénile et même un peu idiote à côté.

L’épisode est centré autour d’elle et principalement raconté de son point de vue, et il est LONG. La narration est linéaire, on devine dès le début qui sont les coupables, et il faut attendre 40 minutes pour que les choses deviennent enfin intéressantes. Le twist est bien trouvé mais les choses sont bouclées tellement rapidement qu’on n’a pas vraiment le temps de l’apprécier. Le thème central est la mémoire, et je n’ai pas trouvé la manière dont c’est traité particulièrement intelligente, surtout au regard de ce que nous ont offert les épisodes précédents. Les souvenirs d’Azaka sont touchants mais pollués par le fanservice incestueux et finalement le plus excitant reste le retour d’Araya Souren qui signifie qu’on va reprendre l’aventure aux côtés de Shiki, Touko et Mikiya dans l’épisode suivant. Pas trop tôt. 

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_06_[238F9CE7].mkv_snapshot_00.41.19_[2014.06.15_22.22.57][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_06_[238F9CE7].mkv_snapshot_00.20.12_[2014.06.15_21.46.32]

Animation : Pour moi c’est le plus bel épisode d’un point de vue esthétique. En fait si vous voulez regarder cet épisode vous pouvez le faire juste pour les combats et l’animation en général (et pour le chien ! j’ai rarement vu un chien aussi bien animé). Les tons bleus et violet sombre sont magnifiques, et l’institut dans lequel étudie Azaka dégage une atmosphère envoûtante. C’est un lieu à la fois très beau et très froid. Finalement ça reflète bien mon opinion de Chroniques de l’Oubli, c’est beau mais le coeur n’y est pas. 

Meurtres et Spéculations II (Final)

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_07_[9789CE05].mkv_snapshot_00.31.10_[2014.06.16_00.12.42]

Synopsis : Une nouvelle série de meurtres violents replonge Mikiya dans le doute. Shiki a perdu « SHIKI » mais Touko pense qu’elle pourrait chercher à compenser ce vide comme Kirie en jouant avec la mort, et ces nouveaux meurtres ressemblent à ceux de 1996, toujours non élucidés. Peu après, Shiki disparaît et Mikiya décide d’enquêter de son côté. 

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_07_[9789CE05].mkv_snapshot_00.21.33_[2014.06.15_23.54.28][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_07_[9789CE05].mkv_snapshot_00.28.12_[2014.06.16_00.02.12]

Réflexions : Cette fois on revient au fameux dilemme Serpentar ou Gryffondor : quand bien même on a des prédispositions (ici à tuer), on a toujours le choix de les suivre ou non. Shiki et Lio (ce nouveau double masculin qui rappelle SHIKI sans être lui) ont accompli des choix drastiquement opposés. On a aussi droit à une conversation plutôt intéressante entre Touko et Mikiya sur la différence entre meurtre et massacre, avec d’un côté un homicide qui a du sens par rapport au passé de l’individu et de l’autre l’acte de tuer accompli pour lui-même ou poussé à un tel niveau d’absurdité que rien n’a de sens. Touko compare les tueurs « irrationnels » à des catastrophes naturelles et plus tôt dans l’épisode affirme que les gens qui se sont fait tuer ont eu simplement la malchance de croiser le chemin de Lio. Mais nous avons vu au cours de toute la série que les séries de meurtres ne sont pas non-sensiques et ont toujours quelque chose à voir avec la personnalité ou les intentions de leur auteur. C’est d’autant plus évident dans cet épisode puisque Lio a un motif passionnel. Mais cette contradiction est volontaire et Miyuki l’adresse à la fin.

En fait SHIKI est le seul véritable meurtrier irrationnel du lot, la catastrophe naturelle sur le point de se produire que Shiki doit constamment réprimer. On peut prendre ça comme une métaphore des pulsions meurtrières de Shiki contre lesquelles elle doit lutter. Lio s’accroche désespérément à elle pour se justifier ses propres crimes (je tue parce que j’ai cette pulsion irrépressible, comme toi), mais pour que l’illusion du miroir fonctionne il faut qu’elle fasse les mêmes choix que lui et se mette à tuer. Et c’est là que ça coince. Le clash arrive, et toute la scène de fin peut être jugée comme un peu too much (toute cette salive…) mais le pay-off en valait largement la peine. On aurait pu craindre qu’ils ne restent trop cryptiques comme l’anime est basé depuis le début sur des énigmes, mais ils réussissent à répondre à toutes les questions posées depuis le début concernant Shiki et sa relation avec Mikiya, et la tension est au rendez-vous. 

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_07_[9789CE05].mkv_snapshot_01.41.35_[2014.06.16_01.52.54]

Animation : Cette fois j’étais beaucoup plus prise par le scénario et les dialogues que par l’aspect visuel de l’épisode, ce qui est tout de même la marque d’une belle évolution de l’anime vers plus de profondeur. Le risque était d’avoir tout pleins de beaux épisodes froids comme Chroniques de l’Oubli mais ce final nous montre que Garden of Sinners a du style ET de la substance. Ce qui m’a le plus marqué cette fois visuellement c’est le caractère de plus en plus anxiogène des scènes de traque dans les ruelles sombres qui contrastent violemment avec la luminosité des passages porteurs d’espoirs (la lumière glacée apportée par la neige, la lumière chaude après la convalescence de Mikiya). De tous les épisodes je pense que c’est celui qui pousse l’idée de noircir ou d’éclairer une scène selon les sentiments des personnages à son paroxysme, et le résultat est comme toujours magnifique.  

Réflexions générales sur le travail de réalisation et d’écriture

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_07_[9789CE05].mkv_snapshot_00.06.13_[2014.06.15_23.16.59]

Ces métrages sont superbes à tous les niveaux. Musique, jeux de lumière, couleurs, ambiance, chorégraphie des combats, mouvements, rythme, tout est impeccable (presque un peu trop d’ailleurs). L’influence de classiques comme Perfect Blue et Ghost in the Shell/Innocence est omniprésente, et ils réussissent à créer quelque chose d’unique à partir de cette inspiration. 

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_04_[B2465A9B].mkv_snapshot_03.08_[2014.05.27_00.30.03][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_03_[8ED4206B].mkv_snapshot_40.24_[2014.05.26_23.19.28]

L’une des particularités de la série est de jouer constamment avec la time-line, qui fait des bonds en avant et en arrière d’un épisode à l’autre. Pour vous donner une idée le premier épisode part de septembre 1998, le second fait un saut en arrière dans les années 1995 et 1996, nous laisse sur une scène qui se déroule en juin 1998, et le troisième épisode se déroule en juillet 1998. Le quatrième nous explique ce qui s’est passé après les événements de 1996. Seuls les épisodes 5, 6 et 7 se suivent dans un ordre temporel logique. Reconstituer l’ordre chronologique serait regarder l’épisode 2, puis le 4, le 3, le premier, et enchaîner avec 5/6/7. Mais ils sont faits pour êtres regardés dans le désordre et la confusion fait partie de l’expérience. 

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_06_[238F9CE7].mkv_snapshot_00.40.42_[2014.06.15_22.20.13][gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_02_[34C48DE0].mkv_snapshot_00.37.22_[2014.05.25_06.04.03]

Chaque ado en danger de devenir fou est intéressant dans cette série. Kirie veut se sentir vivante. Fujino est prisonnière du passé tandis qu’Enjou et Ougi sont coincés justement parce qu’ils refusent de regarder en arrière. Shiki essaie de maintenir un équilibre délicat entre ses pulsions et son éthique. Lio ne veut pas reconnaître ses propres faiblesses. Je pense que tous sont très attirés par Shiki et Mikiya parce que la première représente ce à quoi ils aspirent et que le second ne se permet pas de juger leurs actes (même si ça flirte avec l’indifférence : Mikiya reste ambigu). Le boulot de notre duo est de canaliser vers eux toute la violence de ces jeunes, et ils font preuve d’une remarquable endurance. D’une certaine manière cela permet en retour à Shiki d’exorciser ses propres démons puisque chaque ado lui renvoie à une facette d’elle-même. Ainsi cette série fonctionne comme une sorte de purgatoire à endurer jusqu’à la libération finale. 

Verdict sur chaque épisode

Douleur persistante et Spirale paradoxale se détachent du reste et s’affirment comme les plus troublants. Douleur était le plus difficile à encaisser et celui qui m’a laissée avec le plus d’émotions conflictuelles, ce qui est un achèvement en soi pour n’importe quel médium. Spirale permet au réalisateur de déconstruire la narration. J’ai un faible pour les deux Spéculations, mes chouchous. Spéculations I parce qu’elle nous montre à quel point Shiki est difficile à cerner, Spéculations II parce qu’elle répond à mes questions et m’a laissé sur un final parfait. Vue dominante est très beau mais je le trouve un peu creux, et je ne suis pas certaine que l’histoire de Kirie soit la meilleure pour introduire le spectateur à la mythologie de Garden of Sinners, sans compter que la moitié des implications des dialogues nous échappe complètement faute d’avoir les informations pour les comprendre. L’autel creux est sans doute le moins intéressant du lot, c’est surtout un épisode transitionnel qui sert à combler le vide entre les événements de 1996 et ceux de 1998. L’épisode d’Azaka est très dispensable, sauf si on veut profiter de l’animation. 

Conclusion

[gg-TakaJun]_Kara_no_Kyoukai_-_The_Garden_of_Sinners_-_07_[9789CE05].mkv_snapshot_00.17.53_[2014.06.15_23.49.35]

Je pense que tout le monde peut trouver quelque chose à aimer dans cette série, que ce soit le rythme contemplatif, l’ambiance envoûtante, les énigmes, les combats, les personnages. Le gore, la violence et les fétiches répugnants des tueurs ne sont jamais gratuits, ils forment l’un des nombreux « discours visuels » du film sur la nature humaine et son lien avec la pulsion de mort. Le discours de fond et les énigmes ne sont pas si compliqués que ça à comprendre et à résoudre, même si des petits détours sur le Wikia de Type Moon permet de vérifier que telle ou telle interprétation n’est pas complètement à côté de la plaque. Dans l’ensemble c’est une série qui mérite largement son statut de classique de la première décennie des années 2000 (les années 00 ? Il va bien falloir leur trouver un nom) et je la recommande sans hésitations.   

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s