Animes d’automne 2013 : 4ème Round

[HorribleSubs] Nagi no Asukara - 05 [720p].mkv_snapshot_14.35_[2013.11.02_20.04.41]

Oh, que d’émotions ! Cette semaine était celle des craquages nerveux à tous les étages. 

Le meilleur de la semaine

[HorribleSubs] Kyoukai no Kanata - 05 [720p].mkv_snapshot_01.06_[2013.11.01_01.46.15]

Kyoukai No Kanata (ep.5)

Cette semaine Yozakura est dans les choux, tandis que son concurrent le plus évident montre ce qu’il a dans le ventre. 

[HorribleSubs] Nagi no Asukara - 05 [720p].mkv_snapshot_07.44_[2013.11.02_19.57.30][HorribleSubs] Nagi no Asukara - 05 [720p].mkv_snapshot_17.10_[2013.11.02_20.07.28][HorribleSubs] Nagi no Asukara - 05 [720p].mkv_snapshot_10.46_[2013.11.02_20.00.45][HorribleSubs] Nagi no Asukara - 05 [720p].mkv_snapshot_03.35_[2013.11.02_19.53.17]

Nagi No Asakura (ep.5) C’est sûr, l’équipe d’animation de P.A Works doit avoir de la poudre de fée en réserve qu’ils appliquent sur leur création pour lui insuffler cette magie. Cette fois il y avait des étoiles filantes, des reflets sur l’eau comme je n’en n’ai jamais vu, et en général des visuels complètement enchanteurs. Nagi No Asakura est un pur eye-gasm, tout particulièrement si vous aimez les couleurs des fonds marins. Même les scènes sur la terre ont quelque chose du surréel. Côté scénario c’était la fin de l’arc Akari/Miuna/Itaru, qui s’autorisent enfin à vivre ensemble heureux comme ils le méritent, sans culpabilité. Comme je l’attendais c’était chargé en émotions, et si c’est représentatif du ton général que veux donner Mari Okada à son anime, je pense que les conflits à venir se résoudront de manière plutôt positive. Et je sais que c’est cliché, mais si je peux avoir mon OTP Manaka/Hikari, je serais une shippeuse comblée (quoi que pour une fois les alternatives ne me rebutent pas du tout vu que tous les personnages sont attachants). 

[HorribleSubs] Golden Time - 04 [720p].mkv_snapshot_04.34_[2013.11.01_23.21.15][HorribleSubs] Golden Time - 04 [720p].mkv_snapshot_05.51_[2013.11.01_23.22.37]

Golden Time (ep.4) Kouko est une fille difficile à cerner. Elle peut être une vraie garce quand Mitsuo est dans les parages, mais s’avère être plus sensible qu’il n’y paraît et surtout très consciente de ses propres travers quand elle est avec Tada. Cet épisode met la jeune femme dans une position problématique : Mitsuo veut sortir avec Chinami, et essaie de mettre son amie d’enfance en face de la réalité. Elle réplique en lui rappelant tout ce qu’ils ont fait ensemble, mais un élément de son discours indique que quelque chose cloche : « je veux t’aimer, je devrais être avec toi ». Entre vouloir aimer quelqu’un et l’aimer tout court, il y a une nuance capitale. Je pense que je compatirais plus pour Kouko si elle était désespérément amoureuse de Mistuo, mais trop d’indices nous montrent qu’elle a des motivations beaucoup moins claires que ça. Cela ne veut pas dire que je ne la trouve pas attachante, en fait je la trouve beaucoup plus intéressante que pas mal d’héroïnes de comédies romantiques, tout simplement parce qu’elle est très humaine. Elle a des réactions juvéniles extrêmes (soit tu m’épouses, soit tu m’oublie, etc) tout en réalisant pleinement à quel point sa logique et son comportement jouent contre elle et l’isolent.

[HorribleSubs] Golden Time - 04 [720p].mkv_snapshot_17.16_[2013.11.01_23.46.02]

Les conséquences de cet affrontement ? Comme d’habitude Tada ne peut pas s’empêcher de prendre soin de Kouko, pour qui il a un sérieux coup de foudre depuis le début. Que Kouko le veuille ou non ils sont en train de devenir des confidents privilégiés l’un pour l’autre, l’une parle de ses problèmes avec Mitsuo et l’autre de ses problèmes avec son amnésie. Je n’ai pas le souvenir d’avoir vu une romance récemment où l’OTP commence par former des liens d’amitiés et de compréhension mutuelle aussi forts, simplement en discutant. La confession de Tada ne semble pas avoir affecté Kouko plus que ça, mais je suis sûre que ça va faire son chemin dans son esprit d’une manière ou d’une autre, surtout si Linda (qui est, comme tout le monde s’en doutait, une amie que Tada a oublié après son accident) se montre plus entreprenante.

[NotHorribleSubs] Valvrave the Liberator - 16 [720p].mkv_snapshot_03.10_[2013.11.02_23.31.54]

Valvrave (ep.16) Après Akira et son frère, il était temps qu’on en sache plus sur Marie. Et c’est là que Valvrave arrête d’être simplement déjanté et devient vraiment bon. Marie était le bêta-pilote du premier Vlavrave, ce qui fait d’elle une immortelle, mais contrairement aux pilotes actuels (Haruto, Saki, Thunder, etc) elle est incompatible avec le système. Lorsqu’elle était bêta-pilote elle traversait une phase de dépression, elle a sympathisé avec l’A.I de Valvrave (Pino), mais elle a été virée du programme par ses collègues quand ils ont découvert qu’elle perdait la mémoire. C’est le triste destin de Marie, elle ne peut pas piloter un Valvrave sans perdre ses souvenirs un à un jusqu’à oublier sa propre identité. Il est clair que les Valvrave exigent un énorme sacrifice de leurs pilotes pour fonctionner, et ceux qui sont compatibles ont besoin de donner du sang, mais dans le cas de Marie son organisme réagit autrement et la machine va puiser directement des informations en elle (les runes), donc sa mémoire. Bien sûr les scientifiques voient ça comme une défectuosité puisque ça fait d’elle une pilote stratégiquement incompétente voire dangereuse. 

[NotHorribleSubs] Valvrave the Liberator - 16 [720p].mkv_snapshot_21.52_[2013.11.01_20.43.13]

Après ces révélations Marie se décide à faire un ultime sacrifice. Le plan de L-Elf n’a pas fonctionné, et pour sauver ses amis elle sacrifie les souvenirs qu’elle accumulé à leurs côtés pendant deux ans. Visuellement ils ont rendu ça de manière très puissante en symbolisant les souvenirs de Marie qui s’échappent par des lumières dégagées par le mécha, et en « brisant » les images de ces mêmes souvenirs à chaque fois que la machine porte un coup aux ennemis. La « fin » de Marie qui plonge dans le coma m’a rappelé d’une certaine manière la mort d’Aïna dans la première saison, sauf que cette fois nous avons eu plus le temps de nous attacher à la jeune fille, et ça a plus d’impact. Comme la mort d’Aïna avait déjà eu des conséquences psychologiques terribles pour les personnages, je pense que ce qui est arrivé à Marie va encore plonger nos héros dans d’intenses tourments. Argh, Valvrave, why so sad ?

[Commie] Kyousougiga - 04 [BE36470E].mkv_snapshot_02.27_[2013.11.02_22.25.48][Commie] Kyousougiga - 04 [BE36470E].mkv_snapshot_15.12_[2013.11.02_22.39.08][Commie] Kyousougiga - 04 [BE36470E].mkv_snapshot_12.19_[2013.11.02_22.36.04][Commie] Kyousougiga - 04 [BE36470E].mkv_snapshot_10.15_[2013.11.02_22.33.49]

Kyousogiga (ep.4) Je pense qu’on est arrivé à un point où on peut décerner la couronne de meilleur show de la saison à Kyousogiga sans prendre de risque de voir les choses changer. Je ne serais pas étonnée de le voir considéré comme meilleur de l’année par pas mal de gens. Trêve de prédictions, cet épisode était, encore une fois, épatant. Rien de très compliqué pourtant, Yase est une ogresse au tempérament instable qui n’arrive pas à accepter le départ de sa mère. Elle accumule tous les objets en lien avec cette dernière, ne jette rien, s’est fait un sanctuaire de ces éléments à tel point que ça devient pathologique.

Quand arrive le jour de l’année où les habitants de Mirror Kyoto se débarrassent de tous les objets et meubles dont ils ne veulent plus en les lançant en l’air afin qu’ils lévitent jusqu’à une gare où ils sont embarqués dans des trains (il y a une belle métaphore sur la séparation là-dedans), cette femme-enfant-ogresse qui garde tout jusqu’à la moindre fleur séchée devient très nerveuse. Elle entre en furie lorsque l’un de ses démons-serviteurs qui veut s’amuser jette dans la procession des encombrants sa tasse à thé préférée, encore un souvenir de sa mère. N’importe qui ayant éprouvé des sentiments similaires peut s’identifier à Yase, tellement ses propres contradictions (de la délicatesse exacerbée à sa monstruosité) et ses sentiments sonnent juste. La prochaine fois, c’est au tour de Myoue (fils) de nous présenter sa vision des choses, et ça devrait être un gros tournant scénaristique pour l’intrigue. 

C’est du bon !

[HorribleSubs] Gingitsune - 04 [720p].mkv_snapshot_17.47_[2013.11.01_22.36.04]

Gingitsune (ep.4) Ça devient de plus en plus difficile de ne pas comparer cet anime avec Red Data Girl puisque cette fois on nous présente un nouveau personnage, un garçon charismatique qui peut aussi voir les gardiens divins, et qui semble en vouloir au monde entier. Sauf que cette fois, on nous explique très bien pourquoi ! C’est Cinderella boy ! Saturo a perdu ses parents très jeune, a été élevé par son grand-père puis adopté par une tante à la mort de ce dernier. Il a grandi dans une famille qui l’a pris pour un larbin et l’a empêché de faire tout ce qui lui plaisait. C’est là que la simplicité de Gingitsune joue à la fois en sa faveur et en sa défaveur. En sa défaveur parce que la vilaine tante et les vilains cousins sont vilain parce que le scénario a besoin qu’ils le soient, sans que leur personnalité soit enrichie par des sentiments de jalousie, ou que leur comportement soit rendu plus subtil par de l’hypocrisie. Cela ne veut pas dire que ça c’est passé de manière aussi archétypale, mais les flashbacks ne nous donnent pas suffisamment de matière pour vraiment l’envisager.

[HorribleSubs] Gingitsune - 04 [720p].mkv_snapshot_13.37_[2013.11.01_22.31.50][HorribleSubs] Gingitsune - 04 [720p].mkv_snapshot_13.41_[2013.11.01_22.31.43][HorribleSubs] Gingitsune - 04 [720p].mkv_snapshot_10.48_[2013.11.01_23.07.28][HorribleSubs] Gingitsune - 04 [720p].mkv_snapshot_20.10_[2013.11.01_22.38.30]

Et la simplicité joue en faveur de l’anime parce que ça fonctionne quand même, les émotions sont bien là, surtout quand l’adorable Haru qui est très attaché à son jeune maître refuse de le laisser seul. La réalisation, elle aussi très simple mais très efficace, aide beaucoup à faire passer les sentiments. Il y a un passage en particulier où le cadrage se concentre uniquement sur les yeux de Gintaro et de Satoru, et la tension est palpable. Idem au cours de la scène finale où Satoru repousse violemment un Haru bouleversé. J’adore l’expressivité de l’animation des personnages. Ils tirent vraiment le meilleur de leurs designs basiques. Ça résume bien pourquoi j’aime Gingitsune, ce n’est pas particulièrement ambitieux, mais les émotions sont là.

[HorribleSubs] Log Horizon - 04 [720p].mkv_snapshot_16.11_[2013.10.27_19.53.28]

Log Horizon (ep.4) Cet épisode était la présentation officielle tant attendue de Nyanta, le chat-garou le plus cool d’Elder Tale. Il était déjà le favori de tous alors qu’il n’avait pas encore prononcé un mot, alors vous imaginez maintenant. Ce que j’ai compris en regardant cet épisode, c’est que Log Horizon a été écrit et est réalisé par des passionnés de MMORPG qui veulent retranscrire la magie et l’émerveillement qu’on peut ressentir en jouant. L’esprit de camaraderie, le plaisir et le soulagement des victoires, l’exploration, les découvertes, les rencontres, l’amélioration de son personnage (qui devient dans cet anime l’amélioration de soi-même), etc. C’est vrai que si les combats continuent à être gagné aussi facilement par la petite troupe, le suspense va en prendre un coup, même si c’est logique par rapport à l’expérience acquise par Shiroe et Nyanta qui ont fait partie d’une guilde de légende. Je ne pense pas néanmoins que les challenges à venir soit aussi facile à gagner, et j’espère en tout cas que les enjeux vont devenir plus importants. Pour l’instant c’est vrai que nous sommes encore dans une phase de constitution d’une toute nouvelle guilde. Le calme avant la tempête ?

[HorribleSubs] Samurai Flamenco - 04 [720p].mkv_snapshot_08.44_[2013.11.01_02.36.19]

Samourai Flamenco (ep.4) Comme je l’avais pressenti on nous présente dans cet épisode la nouvelle recrue, qui n’est autre que l’une des idoles que côtoie Hamazawa. C’était tentant j’imagine de faire de Mari le stricte pendant féminin de Samourai Flamenco, mais ils ont décidé de lui donner une personnalité très différente de notre héros. Mari est beaucoup plus égocentrique, elle est un cran au-dessus au niveau de ses équipements et de son entraînement physique (ce qui lui permet de sortir Hamzawa d’une situation désespérée), mais alors question maturité…on est loin du compte. Elle est pleine de contradictions, violente et en même temps jamais sortie de ses rêves de magical girl, son comportement ouvertement castrateur (même littéralement je dirais) indique une tendance à la misandrie, mais elle craque complètement devant Hidenori en uniforme. En fait elle apporte énormément d’énergie au show, et en même temps jette le malaise. C’est tout à fait voulu, de manière évidente elle est là pour déranger. J’ai dis la dernière fois que chaque personnage apporte sa propre vision de l’héroïsme, et c’est à nouveau confirmé. Cette fois Mari nous montre ce que peux donner une vision extrême du « girl power », qui ne joue pas du tout sur le même registre que celui de Samourai Flamenco (la relève du bon vieux sentai naïf et plein de bonnes intentions), et le résultat est explosif. Maintenant ça va être très intéressant de voir comment ces jeunes gens très mal assortis vont travailler ensemble.

[gg]_Tokyo_Ravens_-_04_[84E36FFA].mkv_snapshot_12.01_[2013.11.02_00.02.30]

Tokyo Ravens (ep.4) Jusqu’ici, Tokyo Ravens représente pour moi un divertissement efficace qui ne me demande pas trop de réflexion et m’amuse beaucoup. Avec cet épisode je commence à vraiment lui faire confiance pour continuer sur ses bonnes bases. Cette fois ça y est, nous sommes entrés dans la partie « école de sorciers » du scénario (école de shamans, mais finalement c’est la même idée). Harutora déménage à Tokyo et intègre la classe de Natsume. Elle est plutôt agacée de voir que son ami d’enfance est à la traîne (il n’a pas volé son surnom de Bakatora) mais prête à le défendre bec et ongle contre la princesse en titre, la fille de la directrice, qui voit l’arrivée de ce nouveau venu comme une faveur accordée au clan rival Tsuchimikado. Là où un autre anime se serait perdu dans des présentations sans fin, Tokyo Ravens ne perd pas de temps, et trouve le moyen de nous introduire à cinq nouveaux personnages très importants pour la suite de façon fluide, divertissante et cohérente. Le rythme est un élément capital, et l’équilibre de la narration en dépend beaucoup. Tokyo Ravens a trouvé exactement le bon rythme auquel faire avancer l’action et le résultat est plaisant : pas de temps mort, pas de sentiment de précipitation non plus, aucune scène n’est conclue trop brutalement, aucune ne traîne en longueur. Natsume est le vrai trésor de l’anime, à la fois très délicate et capable d’une forte autorité, improbable compte tenu de son caractère. Avec Log Horizon, Tokyo Ravens est l’un des animes que je ne prévoyais pas d’apprécier autant, et que j’attends le plus de voir chaque semaine.

[HorribleSubs] Non Non Biyori - 04 [720p].mkv_snapshot_20.34_[2013.11.02_00.05.19]

Non Non Biyori (ep.4) Non Non Biyori est ce qui arrive quand on décide de faire une ode à la vie rurale toute en ayant conscience de ce qu’elle peut poser comme problèmes. Cette fois c’est la famille de Renge qui est au centre de l’épisode, et la petite fille éprouve beaucoup de solitude quand la seule gamine du village du même âge qu’elle avec qui elle passe ses vacances repart à la ville. Bien sûr elle a à ses disposition des paysages et des sites superbes, mais quel intérêt quand on ne peut pas les partager avec quelqu’un d’autre ? La fin apporte un peu de réconfort puisqu’elle commence une correspondance avec sa nouvelle amie. Les moments les plus drôles étaient ceux où l’autre sœur de Renge qui revient de Tokyo essaie de se vanter en parlant du Shinkansen, mais se fait voler la vedette par Hotarun (la vraie citadine du lot) qui a déjà pris l’avion. Ça m’a replongé dans des vieux souvenirs de séance de « racontez vos vacances » au primaire où chacun essayait de trouver un truc plus impressionnant que les autres à dire. Avoir pris l’avion était une manière de s’attirer une célébrité éphémère mais immédiate.

[HorribleSubs] NouKome - 04 [720p].mkv_snapshot_08.22_[2013.11.01_00.23.44]

Noucome (ep.4) Ces trois fangirls qui sortaient à chaque fois d’absolument nulle part pour commenter sur tous les nouveaux personnages pour peu qu’ils fassent partie des lycéens les plus populaires (kyaaaaaa) étaient l’un des gags les plus drôles de cet épisode déjanté, tout à fait dans la tradition de Noucome depuis le pilote. Si j’avais à me plaindre d’une chose ce serait du rôle donné à Chocolat, qui est beaucoup moins intéressante au lycée que chez Kanade. Chocolat et Kanade sont décontractés quand ils sont seuls, et c’est reposant, d’autant plus que Kanade n’a pas un comportement de pervers patenté et se positionne plus en compagnon responsable. Au lycée Chocolat a une fonction stéréotypée de mascotte, et elle s’efface devant les autres filles plus charismatiques du Reject 5. J’aimerais bien que ça évolue, parce que pour l’instant notre héroïne n’a pas beaucoup d’influence sur les choses. Ce qui est sûr c’est qu’elle va être la cinquième membre du Reject 5, qui va devoir affronter dans le prochain épisode le Top 5 des lycéens les plus populaires. Et Kanade doit recevoir la confession de toutes les filles des deux camps pour remplir sa mission. Ça promet ! 

[HorribleSubs] Kill la Kill - 05 [720p].mkv_snapshot_20.44_[2013.11.01_02.19.07][HorribleSubs] Kill la Kill - 05 [720p].mkv_snapshot_06.11_[2013.11.01_02.02.48] [HorribleSubs] Kill la Kill - 05 [720p].mkv_snapshot_09.11_[2013.11.01_02.06.39][HorribleSubs] Kill la Kill - 05 [720p].mkv_snapshot_17.03_[2013.11.01_02.15.04]

Kill La Kill (ep.4) Cette atmosphère ! Ces décors ! Ces couleurs ! Ces cadrages ! Simplement sur la base de ses visuels, Kill La Kill me fait revenir à chaque fois pour profiter un peu plus du spectacle. Le nouveau personnage qui est introduit dans cet épisode ne m’a pas vraiment convaincue de son utilité, je l’ai même trouvé plutôt antipathique (mais je pense que c’était le but), jusqu’à ce qu’il s’avère avoir des liens avec prof Mistugu et une organisation secrète au nom douteux (Nudist Beach ? Haha) qui ouvre d’autres possibilités. En fait Tsumugu sert surtout dans cet épisode à renforcer les liens entre Mako, Matoi et Senketsu. Il repart assez rapidement en ayant livré sa propre expérience avec les uniformes sacrés, qui a finit par la disparition pure et simple d’une personne qui lui était chère. Il devient clair que les uniformes « Kamui » risquent de consumer leurs porteurs. Je pense que la seconde partie de l’anime sera encore plus sombre que la première. Yay !

Erreur de parcours ?

Yozakura Quartet

Urgh. Je ne sais pas trop ce que je viens de regarder, mais je suis sûre d’une chose : c’était mauvais. La première partie était juste un prétexte idiot pour montrer les filles en maillot de bain sans rien apporter au scénario, et ensuite au lieu de revenir aux méchants les plus intéressants on nous présente le personnage que j’espérais ne pas voir dans ce reboot : Kohime. Vraiment, je ne sais pas qui a pu penser que c’était une bonne idée d’ajouter une gamine de neuf ans pénible à ce casting déjà surchargé. Et si seulement c’était le seule problème. L’anime perd toute cohérence dans cet épisode. Les dialogues étaient médiocres, les transitions brutales, et en général on passait d’une scène à l’autre de manière arbitraire. Vers la fin j’ai cru que ça allait se calmer, mais non, même dans les moments qui auraient dû être plus tranquilles la narration était tout aussi schizophrénique, si bien que je n’étais ni divertie, ni touchée, ni intéressée par ce qui se passait.

A vrai dire je ne sais même pas ce qui s’est passé concrètement, et j’ai l’impression que ça n’a pas été fait par les mêmes gens que les trois épisodes précédents. Aucune émotion, tout à coup le fanservice est de mauvais goût alors que ce n’était pas le cas avant (mention spéciale pour Yuhi et Mariabelle, c’était juste insultant), rien n’a de sens…en plus cet épisode était supposé être centré sur Hime et ses difficultés à prendre la place de sa grand-mère, et sa confrontation avec Akina qui lui a caché une information capitale, mais le tout est balancé de manière affreusement cheap et précipitée. La fin était dans la même veine, Ao et Kotoha vont ouvrir à un visiteur et se rendent compte qu’ils ont probablement changé de dimension (enfin…je suppose), et…générique de fin ! WTF !?! Il y a toujours eu quelque chose de désarticulé dans la narration de Yozakura Quartet, ça fait partie de l’identité de la licence, et j’ai toujours vu l’anime parvenir d’une manière ou d’une autre à faire fonctionner les éléments disparates ensembles. Là c’était juste du Nawak. Faites que ça soit un problème temporaire de staff qui a la grippe, n’importe quoi, mais ramenez-moi le bon sens et la fluidité des épisodes précédents ! Pitié !

2 réflexions sur “Animes d’automne 2013 : 4ème Round

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s