Animes d’automne 2013 : 3ème round

[HorribleSubs] Kyoukai no Kanata - 04 [720p].mkv_snapshot_18.24_[2013.10.25_20.47.24]

Cette semaine tous les animes ont semblé se mettre d’accord pour sortir le grand jeu, excepté peut-être Kill La Kill qui fait une pause filler (enfin une pause dans le monde de Kill La Kill c’est tout sauf reposant) et Yozakura/Kyousogiga qui après tout ont eu des débuts très dynamiques. Les autres ont décidé que c’était le moment où jamais de captiver notre attention, pour le meilleur et rarement pour le pire. J’ai estimé qu’il n’y avait pas lieu de faire un classement pour cette fois, sauf pour le seul qui est éjecté. 

[HorribleSubs] Golden Time - 03 [720p].mkv_snapshot_12.27_[2013.10.26_21.01.10]

Golden Time (ep.3) C’est la première fois que Golden Time me surprend de cette manière. Je ne m’attendais pas du tout à ce que Tada et Kouko se retrouvent piégés par une bande d’illuminés vouant un culte louche à la lune. Du coup toute la première partie de l’épisode instaure un sentiment de malaise très efficace, et lorsque nos deux héros parviennent enfin à s’échapper la tension retombe, pour eux comme pour nous. Toute la seconde partie n’est qu’une longue discussion dans la forêt entre Tada et Kouko. Je suis impressionné par la capacité de l’anime à faire fonctionner pendant aussi longtemps la même scène dans la même unité de temps et de lieux, et ça ne fait que renforcer ma conviction que les dialogues portent le show. Autre soulagement : Masao n’apparaît pas dans cet épisode, et les autres personnages se débrouillent très bien sans lui. Bien sûr même s’il n’est pas là physiquement c’est évident que Kouko l’emporte partout avec elle en pensées, et ça va prendre du temps à nos deux héros pour envisager une relation indépendante de Masao. Mais ça ne rend les choses que plus intéressantes, n’est-ce pas ? 

[gg]_Tokyo_Ravens_-_03_[1C0B8231].mkv_snapshot_23.15_[2013.10.25_20.56.14]

Tokyo Ravens (ep.3) : En fait je m’étais trompée, ce troisième épisode n’est pas le début des aventures à Tokyo mais la fin de l’arc introductif. Et quelle fin ! Le combat était épique, très bonne alchimie Harutora/Natusme, c’est une une résolution satisfaisante à l’histoire de Suzuka, et le twist final vient donner un nouveau sens aux événements des deux épisodes précédents. C’est l’un de ces retournements qui est en fait « révélé sans être révélé » dans l’opening. Comme j’ai oublié depuis la preview qui est en charge de cette adaptation, j’ai été vérifier, et c’est cet anime qui est réalisé par celui qui a fait Kore Wa Zombie…?! et adapté par le scénariste qui s’occupe aussi de Samourai Flamenco. Je pense que le premier n’a pas assez de moyens pour faire quelque chose de vraiment beau visuellement (leurs CG sont plutôt réussi, c’est déjà ça) et que le second s’en tient à la LN sans trop s’investir plus que nécessaire, mais ça explique pourquoi Tokyo Ravens est déjà un cran au-dessus du niveau habituel de ce type d’adaptation. Si ils peuvent maintenir la qualité de cet épisode pour la suite, ce serait déjà pas mal. 

[HorribleSubs] Non Non Biyori - 03 [720p].mkv_snapshot_10.32_[2013.10.25_21.09.57]

Non Non Biyori (ep.3) Gah. Juste quand je pensais que l’anime ne pouvait pas être plus mignon, ils font un épisode sur la famille Koshigaya qui me fait littéralement fondre. Chaque épisode a un thème ou des personnages centraux, et est découpé en trois sections qui racontent trois histoires différentes sur ce thème ou ces personnages. Cette fois la meilleure section était celle des histoires de fantômes. C’est tout bête, Komari regarde tard une série TV d’histoires de fantômes et vient dormir dans le lit de sa petite sœur pour se rassurer. Mais grâce à la direction/mise en scène de la section et aux dialogues c’est à la fois très drôle, touchant et subtil. Il y a une dynamique originale entre les deux sœurs (l’aînée est prise pour la plus jeune en raison de sa petite taille) et c’est amusant de les voir se disputer la place dominante. Enfin je ne m’attendais pas à ce que la mère soit interprétée de manière aussi réaliste. Non Non Biyori n’est pas du tout une étude psychologique ou quoi que ce soit de profond, mais au moins ils ont touché juste dans le portrait de leurs personnages. C’est un atout pour une comédie slice-of-life comme celle-là.

[Commie] Kyousougiga - 03 [D089A825].mkv_snapshot_13.10_[2013.10.26_21.32.20][Commie] Kyousougiga - 03 [D089A825].mkv_snapshot_08.38_[2013.10.26_21.26.54]

Kyousogiga (ep.3) C’est confirmé : chaque épisode depuis le pilote présente l’histoire du point de vue d’un personnage différent. Le second épisode dévoile un peu l’histoire de Koto, cet épisode présente Kurama et Shouko, et le prochain va se concentrer sur Yase. Le côté négatif c’est que l’intrigue n’avance pas tellement (en fait on revient aux mêmes scènes vues sous un angle différent), le côté positif c’est qu’on comprend beaucoup mieux une grande partie des mystères de l’OVA et qu’on a l’occasion de découvrir les rêves de personnages qui nous paraissaient trop secondaires pour mériter cette attention. J’étais assez réticente à voir un épisode entier sur Kuruma puisqu’il ne m’intéressait pas tellement, et finalement je me suis retrouvée investie pour lui et son envie d’aller découvrir le monde. C’est triste de savoir que tout ce qu’il a vu pour l’instant de l’extérieur est une illusion créé par son père, lui qui est si curieux des choses et si érudit. J’espère que Koto est réellement celle qui va apporter le changement dans la vie de cette fratrie maudite. 

[HorribleSubs] Log Horizon - 03 [720p].mkv_snapshot_20.39_[2013.10.25_20.50.00]

Log Horizon (ep.3) Je commence à sincèrement tomber amoureuse de cet anime, et de son héros Shiroe en même temps. Comment ça se fait que nous n’avons pas plus de héros comme lui ? Discret, mais doté d’un charme magnétique ? Talentueux mais modeste ? Et surtout crédible en tant qu’homme qu’on pourrait rencontrer en vrai, quelqu’un de normal, pas parfait du tout mais animé par une passion et surtout fidèle à ses valeurs éthiques. Si Log Horizon était un harem, je comprendrais (pour une fois) tout à fait l’affection que lui porterait le casting féminin. Dans l’ensemble Log Horizon me frappe par la grande maturité de ses personnages, leur pragmatisme qui donne envie de leur faire confiance. Cette fois j’étais tellement à fond avec eux que j’ai regretté d’arriver à la fin de l’épisode, et je me suis surprise à ressentir beaucoup d’empathie pour des personnages qui ne sont apparus pour l’instant que quelques minutes à peine. Si chaque nouvel épisode continue comme ça à être meilleur que le précédent, on a entre les mains un petit bijou. 

[HorribleSubs] Kyoukai no Kanata - 04 [720p].mkv_snapshot_08.11_[2013.10.26_22.56.54]

Kyoukai No Kanata (ep.4) De toute évidence cet épisode était prévu pour être LE game-changer, celui qui allait faire entrer l’anime dans sa phase sérieuse et commencer à faire résonner les différents éléments du scénario et les personnages les uns avec les autres. Eh bien…c’est réussi…plus ou moins ? Comme d’habitude, c’est très difficile de ne pas être impressionné par la qualité de l’animation. C’est évident qu’ils sentent clairement la dureté de la compétition avec les autres grands shows d’action de la saison, et qu’ils ne veulent pas être en reste. Cette fois ça explose de partout, un monde imaginaire entier est créé, et quand un rude combat est terminé, un autre monstre ou opposant apparaît. Je crois que c’est le premier épisode de KnK qui ne m’ennuie pas. Mais est-ce que c’est suffisant ? Est-ce que j’ai juste envie d’être divertie par de beaux visuels ?

[HorribleSubs] Kyoukai no Kanata - 04 [720p].mkv_snapshot_19.50_[2013.10.26_20.56.59]

En apparence pourtant l’histoire a tout pour me toucher, mais tout ce qui me vient en tête quand je vois les héros se débattre de leur problème, c’est à quel point tout cela est « emo ». Je ne suis pas la seule à l’avoir noté, certains trouvent que KnK ressemble énormément au type de fanfic qu’ils auraient écrite pendant leur adolescence en pensant que c’était absolument génial, d’autres disent qu’on nage en pleine mer de clichés LN, du type de celles où des héros qui n’ont rien de spécial cachent une nature monstrueuse et doivent rester seuls à cause de ça alors qu’en réalité tout ce qu’ils veulent c’est vivre une vie normale (bouhouhou). La révélation sur Akihito a tout de même eu une conséquence positive : montrer à Mirai qu’elle n’est pas la seule à avoir des problèmes démesurés pour son âge, et qu’on peut gérer ça sans pour autant s’isoler du monde et se réfugier dans l’agressivité. Le moment où elle sauve Akihito, bien que méga cliché (la seule manière de rendre cette scène plus cliché aurait été de faire pleurer à Mirai des larmes magiques qui réveillent Akihito) était celui où j’ai enfin ressenti quelque chose pour son personnage autre que de l’exaspération et de la perplexité. Et maintenant que l’héroïne est investie dans sa propre histoire (autrement que par le biais de la vengeance), peut-être que je vais enfin moi aussi pouvoir m’impliquer. 

[NotHorribleSubs] Valvrave the Liberator - 15 [720p].mkv_snapshot_07.51_[2013.10.26_16.47.57]

Connaissant Eru-Erufu, probablement à mains nues. 

Valvrave 2 (ep.15) Cet épisode était une pure Valvrave Party. Grosses révélations, gros twists, grands moments d’action et de suspense. L’histoire s’avance sur des terrains encore plus sombre, et la palette de couleurs adoptée pour l’occasion reflète parfaitement ce tournant en plus du côté glauque et hostile de Dorssia où nos héros ont débarqué sans le vouloir. C’est l’un de ces épisodes où on sent la supériorité de la mise en scène et du rythme de narration de Valvrave sur les autres animes. A vrai dire, ça m’évoque plus à une expérience de cinéma que de télévision. Coté scénario on nous donne quelques nouveaux indices sur la nature des Valvrave et ce qui attends leurs pilote, et…c’est pas joyeux. Ce n’est qu’une supposition mais si en effet les pilotes finissent par être soit mangés par la machine soit vidés de leur mémoire, ça promet pour la suite. 

Sur une note plus légère, je crois que c’est la première fois que nous voyons l’ED, et oui, nous avons un passage avec Eru-Erufu et Haruto qui tombent du ciel face à face en essayent de s’attraper la main, Chihiro style. Au point où nous en sommes je ne serais pas étonnée si on nous disais que l’enfant qu’on voit dans les passages « 200 ans plus tard » est le descendant en ligne directe de leur fils par je ne sais quel miracle de la science (après tout il a bien les cheveux de l’un et les yeux de l’autre !). 

[HorribleSubs] Nagi no Asukara - 04 [720p].mkv_snapshot_14.22_[2013.10.26_17.50.21]

Nagi No Asakura (ep.4) Avec chaque épisode Nagi No Asakura explore de manière plus approfondie le background de ses personnages, de manière à ce que leurs rôles dans l’histoire prennent plus d’impact, de sens. Ainsi nous apprenons que l’histoire d’amour interdite de la grande sœur d’Hikari est encore plus controversée qu’elle n’y paraît. Il y a une certaine ambiguïté dans l’attitude d’Akari. Est-ce qu’elle sort avec Itaru pour protéger le père et la fille comme elle le dit, ou est-ce qu’elle a toujours espéré prendre la place de son amie décédée ? Je pense que sa rupture avec Itaru montre bien qu’elle-même n’est pas certaine de l’honorabilité de ses sentiments, et qu’elle ressent de la culpabilité. Akari est quelqu’un qui s’est toujours sacrifié pour les autres, c’est certain qu’il y a encore quelque chose de sacrificiel dans sa relation avec Itaru et sa fille Miuna, mais dès qu’elle réalise qu’elle a également des sentiments égoïstes pour son copain, elle prend la fuite. J’aimerais vraiment qu’avec l’aide de son petit frère elle réalise que c’est normal d’être un peu égoïste de temps en temps, surtout quand on est amoureux. Akari prend systématiquement la place de la maman disparue, il est temps qu’elle pense un peu à elle-même. 

 [HorribleSubs] Nagi no Asukara - 04 [720p].mkv_snapshot_20.47_[2013.10.26_20.32.03]

Le second volet de l’épisode traite de l’ijime, et vu le thème c’était un passage obligé. Encore une fois on nous montre un large panel de réactions : le pacifisme (Manaka, qui est en train de devenir plus mature d’épisode en épisode), la colère et la paranoïa (Hikari), l’indifférence (Miuna) et la détresse (Sayu). On assiste même au mécanisme de la victime qui devient bourreau (Sayu), et j’ai beaucoup aimé la résolution de ce problème. Depuis le début je ne vois Sayu que comme une peste, mais cette fois elle finit elle-même par expliquer pourquoi elle en est arrivée là, sa frustration et sa volonté de pour une fois faire quelque chose pour son amie. Je note que nous avons cette fois aussi des personnages qui agissent de manière logique en fonction de leur âge, et c’est très facile de comprendre comment les choses ont pu apparaître à ces petites filles qui se sont inventées une histoire avec des méchants et des gentils sans prendre en compte le point de vue des autres. 

[HorribleSubs] Nagi no Asukara - 04 [720p].mkv_snapshot_02.44_[2013.10.26_20.35.21][HorribleSubs] Nagi no Asukara - 04 [720p].mkv_snapshot_07.46_[2013.10.26_20.32.56]

Enfin il y a nos cinq amis qui changent chacun à leur manière. Voir Manaka prendre des initiatives continue d’effrayer Hikari qui a de plus en plus peur d’être laissé derrière. Chisaki perd sa place de grande sœur protectrice et se sent impuissante. Il y a un intéressant paradoxe entre ceux qui sont résolument ouverts sur le monde (Manaka, Tsumugu, Kaname), celui qui a beaucoup de mal à s’adapter mais qui essaie quand même quitte à faire des erreurs (Hikari) et celle que ces changements paralysent (Chisaki). A chaque fois ce panel de réactions différentes souligne la richesse du scénario, et c’est pour ça que j’adore le style de cette auteur. 

[Vivid] Gingitsune - 03 [22F5CB8E].mkv_snapshot_22.30_[2013.10.25_21.09.04] 

Gingitsune (ep.3) : Regarder Gingitsune c’est un peu démontrer rétrospectivement ce que Red Data Girl a raté. Ici aussi nous avons des jeunes intéressés par l’histoire, une héroïne Miko qui a des pouvoirs, et une tension entre les traditions et l’urbanisation. Mais au lieu d’être en rage contre le monde ou contre les autres, les personnages sont simplement heureux d’avoir cet héritage et de pouvoir en profiter ou en tirer des enseignements, chacun à sa manière. L’histoire du gardien tortue montre à quel point l’urbanisation peut être désastreuse pour un petit microcosme jusqu’ici harmonieux, mais ça ne s’arrête pas là, on va trouver une solution pour sauver la victime et la réintégrer dans un environnement adéquat. L’autre thème de cet épisode était la séparation et la solitude vécue par les gardiens restants qui voient partir leurs camarades et s’enchaîner les générations de prêtres et prêtresses élus (ceux qui peuvent les voir et les entendre). La relation entre Gintaro et sa Miko en est devenue plus mélancolique, puisque la jeune fille réalise qu’elle n’est qu’une personne de plus de passage dans l’éternité de Gin. Difficile de ne pas sentir la mélancolie du moment lorsqu’elle demande à son ami s’il va l’oublier, comme les gardiens chiens-lions ont oublié leurs anciens compagnons humains. Bien évidemment Gin est trop amouraché de sa petite maîtresse (ça c’est le côté adorable de l’anime) pour qu’on s’inquiète à ce sujet, mais ça n’empêche pas de nous faire réfléchir sur la difficulté d’une relation entre un immortel et quelqu’un qui va inévitablement vieillir et mourir. Est-ce que ça les empêche de profiter du temps qu’ils ont ensemble ? Bien au contraire !

[HorribleSubs] Samurai Flamenco - 03 [720p].mkv_snapshot_10.33_[2013.10.26_15.57.15]

Samourai Flamenco (ep.3) Avec cet épisode, je crois qu’on peut confirmer définitivement que Samourai Flamenco ne va pas subitement doter ses héros de pouvoirs ou de technologie avancée. Il est réellement question d’être un super-héros de nos jours en enfilant un costume et en intervenant un peu au pif dans la rue. C’est un vrai défi d’écrire un anime comme ça, alors que les méchas et les super-combinaisons font rage. Je crois que le schéma de cette partie encore introductive est clair : Hamazawa entraîne à chaque fois quelqu’un dans son idée folle, un policier, une idole, cette fois un acteur de sentai démodé. L’élément qui réunit ces personnages : une passion pour la justice, dont chacun se fait son idée personnelle. Chacun a également sa propre conception du justicier : pragmatique, idéaliste, vieille école, égocentrique…a première vue l’anime ne paraît pas si profond que ça, mais si on y réfléchit un peu c’est une grosse récapitulation de tous les grands thèmes du super-héroïsme, à la fois traditionnels et modernes (les médias, révéler son identité ou la dissimuler, utiliser ou non des armes, etc). Je ne sais pas trop ce qu’ils veulent en faire, mais je suis prête à les suivre. 

[HorribleSubs] NouKome - 03 [720p].mkv_snapshot_06.32_[2013.10.25_20.51.44]

Noucome (ep.3) : YES. Cet épisode était absolument hilarant du début jusqu’à la fin. Encore plus drôle que le pilote. Ils ont résolu les problèmes de rythme et d’équilibre qui avaient pointé leur nez dans le second épisode, et tous les gags font mouche. Un vrai festival. Ils ont retenu leurs meilleures trouvailles (Dieu, les QCM vaseux), ont renforcé la personnalité de Chocolat qui est sans conteste la plus adorable et la plus tordue même si elle n’a que quelques minutes d’apparition par épisode, et ont continué à tabler sur une parodie du genre harem/ecchi en mettant le doigt là où ça fait mal (enfin surtout là où ça fait rire !). Ils n’ont même pas peur d’aller dans l’humour absurde, comme en témoignent les séquences bonus à la fun de l’ED qui montrent ce qui se serait passé si le héros avait fait les choix les plus délirants. Excellent. 

[Cthuko] Yozakura Quartet Hana no Uta - 03 [720p Hi10P H264][7E8D6976].mkv_snapshot_12.53_[2013.10.26_21.06.16]

Yozakura Quartet (ep.3) Un reboot est un reboot, il fallait bien qu’ils expliquent à un moment où à un autre les règles du jeu et les pouvoirs des uns et des autres. Cette fois Hime et Kotoha sont reléguées au second plan et on nous explique principalement trois éléments cruciaux : le destin tragique des ogres, le poids du pouvoir des Hiizumi, et ce qui est arrivé au frère d’Ao (même si ce dernier point n’est qu’implicitement indiqué).  Le frère et la sœur Kishi étaient les stars de l’épisode et même si je connaissais déjà la nature de leur problème (ou le problème de leur nature ?) ça n’a pas enlevé d’impact à leurs scènes. Je compatis surtout avec Touka, qui veut protéger les autres tout en sachant qu’elle est un danger public malgré elle. Kyoukai No Kanata essaie de faire la même chose avec Akihito et Mirai, mais avec beaucoup moins d’efficacité (c’est pour ça que c’est frustrant d’avoir des animes qui parlent exactement des mêmes sujets dans une même saison, il va toujours y en avoir un qui risque de ne pas supporter la comparaison). 

[HorribleSubs] Kill la Kill - 04 [720p].mkv_snapshot_05.40_[2013.10.25_20.47.59]

Kill La Kill (ep.4) Je pense que seul un épisode filler de Kill La Kill peut réussir à être encore plus délirant et énergique que les épisodes centraux. C’est un anime qui parvient à ériger la stupidité en art, et je ne suis pas sûre que ça soit aussi simple qu’il n’y paraît. Je ne suis même pas sûre que ce soit une bonne chose. Mais qu’est-ce que c’est drôle. Les gags ne sont pas très subtils, il y avait plus de slapstick et de comique de répétition qu’autre chose, et c’est là que le dynamisme de la réalisation intervient pour donner au tout un gros coup de boost. 

Ce qui me plaît à coup sûr si je cherche à interpréter un peu tout ça, c’est qu’ils pointent du doigt le ridicule et l’absurdité totale du gouvernement fasciste qui s’acharne à faire de la vie des gens un enfer, et que c’est Matoi (l’étrangère, l’outsider) qui dénonce ce système pour ce qu’il est. Mako est dans une approche un peu différente. Elle fait partie du système, elle en a intégré la logique, mais elle a en plus sa propre logique interne qui vient clasher avec le règlement fasciste. C’est véritablement fascinant. Et il y a prof Mikisugu, l’infiltré, dont la position est encore très incertaine. La semaine prochaine on nous présente le dernier personnage important qu’il reste à présenter. Quelle sera sa position ?

Bye Bye !

Galilei Donna

[HorribleSubs] Galilei Donna - 02 [720p].mkv_snapshot_07.38_[2013.10.19_05.08.13]

Je voulais vraiment aimer cet anime, ce n’est pas souvent qu’on a un scénario avec trois soeurs aux âges et aux caractères aussi contrastés en héroïnes. Mais le problème c’est que je n’achète pas cette histoire de descendantes de Galilée, de méchas qui font visiblement partie de la vie quotidienne, de pirates de l’air, d’organisation malfaisante qui poursuit des mineures et qui mène une course au trésor. Ce monde n’est pas crédible, pas plus que cette histoire d’Hozuki qui a construit toute seule un vaisseau dans la cave de son père. Il faut une armée de techniciens adultes spécialisés dans des domaines différents pour mener un tel projet à bien, alors une gamine toute seule ? Non. Anna n’arrête pas de dire que ça montre bien qu’elle est une descendante du génie, mais je suis désolée, ça n’explique rien du tout. A vrai dire je comprend vraiment la frustration de Kazuki, qui se retrouve coincée dans cette histoire abracadabrantesque sans rien avoir demandé à personne alors qu’elle veut juste mener sa vie de lycéenne tranquillement. Elle est la seule qui est à peu près humaine entre Hozuki qui est la perfection incarnée et Kozuki qui a une idée de la justice déconnectée de la réalité. Dans l’épisode précédent j’avais commencé à noter un manque de subtilité dans les réactions des personnages, et plus j’avance plus c’est criant. C’est très joli visuellement et ça a le mérite d’être une histoire originale, mais ça ne remplace pas un scénario défectueux qui risque de s’effondrer. Comme l’anime ne fait que 12 épisodes, j’ai de sérieuses craintes. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s