Secret Love – Épisodes 1/6 : We Are On A Highway To Hell

vlcsnap-2013-10-19-23h13m57s142

Hé oui : Bienvenue en Enfer, là où la justice n’existe pas, là où la décence est laissée à la porte, là où il n’y a pas de fond à la souffrance et où le sado-masochisme est roi. Bref, bienvenue dans Secrets qui est, de manière extrêmement surprenante, devenu le crack que j’attendais depuis…un bon bout de temps. J’ai regardé jusqu’à l’épisode 8 mais je vais surtout discuter ici des épisodes 1 à 6.

Et pourtant, et pourtant! Dieu sait que je n’aurais jamais parié sur Secrets avec les deux premiers épisodes. Non pas que ces derniers soient absolument mauvais mais honnêtement, ils manquaient d’éléments dans lesquels s’impliquer, des personnages auxquels on veut croire et avec qui on accepte de faire un bout de chemin avec. Non pas qu’il y en ait beaucoup plus maintenant mais au moins on a l’air de s’en aller vers ça. C’est que Secrets, c’est un univers où on déteste tous les personnages, ou presque. Pas un pour rattraper l’autre, pas d’alliance sinon trahie, pas d’amour sinon malsain. Difficile de vendre un drama avec un tel point de départ.

Malgré ça, contre toute attente, ça marche. Ça marche parce que les personnages sont écrits avec suffisamment de subtilité et de profondeur pour nous les rendre fascinants. Ça marche parce que Secrets porte bien son nom et qu’il nous présente un puzzle dont les pièces éclatées sont encore à rassembler. Ça marche aussi parce que l’écriture est extrêmement assurée. Elle sait où elle veut s’en aller, et elle nous le fait sentir. En quelque sorte, c’est comme un sentiment rassurant d’être pris par la main pour sortir d’un dédale. Ça ne veut pas dire qu’on nous fera passer par des raccourcis, ça ne veut pas dire non plus qu’on ne nous en fera pas voir de toutes les couleurs, mais il y a un bout du tunnel, il y a un pourquoi du comment (même si ça ne veut pas dire qu’on est d’accord avec, là n’est pas la question, et là réside un point fort intéressant de la série) et c’est cette apparente maîtrise de l’écriture qui rend l’aventure de Secrets aussi stimulante.

vlcsnap-2013-10-10-23h05m29s144

Évidemment, l’écriture du drama n’est pas sans défauts. En fait, il y en a des tonnes. Mais jamais cela ne devient un contre-poids suffisamment important pour influer vraiment sur le plaisir que je prends à regarder chaque épisode. Certes, la temporalité est complètement bousculée au point de nous donner un sérieux mal de crâne, certes il faut accepter de voir des personnages souffrir encore et toujours (et je peux concevoir que ce n’est pas la tasse de thé de tout le monde), certes la réalisation est parfois maladroite (l’OST est particulièrement parasite) mais on ne s’ennuie pas un seul instant. J’avais des problèmes avec le rythme et la fluidité de la série dans les deux premiers épisodes maintenant, je trouve que tout va presque trop vite et on se retrouve avec très peu de moments durant lesquels on accorde une pause au téléspectateur. Ça favorise en effet l’addiction à la série mais on ressort de ces épisodes assez épuisés, finalement, parce que regarder Secret, c’est éprouvant, je ne vous le cache pas.

Et la tension se charge toujours un peu plus : les épisodes 1 et 2 étaient irréguliers, les épisodes 3 et 4 ont été une violente secousse, et lorsqu’on pense en avoir terminé avec le puits du désespoir, viennent les épisodes 5 et 6. Est-ce que Secrets nous laisse souffler un peu après ça ? Pas vraiment. L’épisode 7 a souffert de longueurs mais il m’a aussi offert une des scènes les plus satisfaisantes depuis le début du drama et l’épisode 8 est super prenant et riche en rebondissements.

vlcsnap-2013-10-07-20h49m09s41 vlcsnap-2013-10-19-23h30m29s81

Yoo Jung est le genre de personnage que je pensais détester tout de suite, les héroïnes en mode Candy Au Pays des Licornes, c’est pas mon truc du tout. Mais, première surprise, elle passe. Je ne ressens pas d’amour fou pour elle et ne la trouve pas particulièrement engageante mais elle ne me déplaît pas et je reste de son côté. J’aime la force qui transparaît dans son caractère. Je pensais qu’elle serait passive et juste TSTL (Too Stupid To Live) mais…non, pas vraiment. Yoo Jung n’est pas un personnage très complexe mais, tout de même, il est un peu plus élaboré que la plupart des héroïnes Candy. Ça veut à la fois dire beaucoup et peu de choses. Yoo Jung, c’est avant tout quelqu’un de sympa. Ok, de TRÈS sympa. Quelqu’un qui met les personnes qu’elle aime avant elle-même. Quelqu’un capable de faire des sacrifices que tout le monde jugerait débiles et se fiche complètement des qu’en-dira-t-on. Mais si ses gestes sont débiles, elle n’est pas débile. Elle n’est ni débile ni calculatrice.

vlcsnap-2013-10-10-23h01m20s6 vlcsnap-2013-10-07-21h28m13s185

Le plus gros péché de Yoo Jung, c’est de trop aimer. De trop aimer et de ne rien demander en retour. De trop aimer, Do Hoon oui mais pas seulement. De trop aimer son père aussi. J’apprécie d’ailleurs ce détail qui pour moi change tout : Yoo Jung n’est pas juste une femme amoureuse, c’est surtout une femme entièrement aimante. Elle est capable d’aller en prison pour son fiancé, oui. Mais aussi pour son père, s’il le fallait. Pour ses amies aussi, si l’occasion devait se présenter. Et sans rien demander en retour. Parce que le geste de Yoo Jung est tout sauf un geste narcissique comme a été le geste de Ma Ru dans Nice Guy lorsqu’il prend le blâme à la place de Jae Hee. Yoo Jung ne souffre pas du syndrôme du martyr à la Ma Ru. C’est un personnage désintéressé, absolument sincère dans ce qu’il dit et ce qu’il fait. Je ne  doute pas que, à sa manière, Do Hoon soit sincèrement amoureux de Yoo Jung mais leur point de vue sur l’amour « pour rien » diffère considérablement.

vlcsnap-2013-10-21-21h13m27s39

En une seule phrase, Do Hoon a réussi à prouver pourquoi lui et Yoo Jung ne pouvaient pas fonctionner : « Ne pleure que pour celui qui pourrait pleurer pour toi », dit-il à une Se Yeon en larmes après l’échec de sa confession à Min Hyuk, autrement dit « ça ne vaut pas la peine de pleurer pour quelqu’un qui te renvoie pas tes sentiments ». Or Yoo Jung ne pourrait qu’être en désaccord avec ça parce que, pour elle, il y a quelque chose comme un acte à sens unique, quelque chose comme un cadeau que l’on donne juste parce qu’on a envie d’en donner et non pas parce qu’on a envie d’en recevoir. Do Hoon ne peut pas l’envisager et pourtant c’est l’amour gratuit de Yoo Jung qui lui permet d’avancer dans sa vie. Elle offre spontanément quelque chose que lui ne pourrait pourtant jamais faire : Yoo Jung s’est sacrifiée pour lui, Do Hoon n’irait jamais jusque-là pour elle.

On peut ne pas être d’accord avec Yoo Jung, on peut trouver ses choix discutables (parce qu’ils le sont), lui rappeler qu’il y a une limite à tout mais on ne peut pas vraiment la mépriser pour aimer d’un amour un peu trop excessif celui qu’elle aime. Bien sûr, elle est complètement aveugle mais lorsqu’elle accepte de se sacrifier pour la carrière de Do Hoon, elle ne connait pas la vérité et n’a, à priori, aucune raison de se méfier de l’eau qui dort : elle pense simplement qu’il lui suffit de faire un peu de prison et, ainsi, la vie reprendra son court après. C’est non seulement d’une naïveté aberrante mais c’est aussi mal connaître la loi des Kdramas qui stipule que, quand on se met dans la merde, il faut s’y mettre jusqu’au cou (voire au-dessus encore) pour espérer s’en dépêtrer à un moment donné.

vlcsnap-2013-10-19-22h51m20s142 vlcsnap-2013-10-21-22h05m23s224

Bref, tout ça pour dire que Yoo Jung est aveugle et naïve mais elle parvient à se rendre sympathique parce qu’elle est forte, parce qu’elle se bat, parce qu’elle refuse de s’apitoyer sur son sort, parce que sa faiblesse n’est due qu’à des choses extérieures et non pas à son caractère, parce qu’elle n’est pas passive : j’apprécie que ce soit elle qui rompt avec Do Hoon, non pas parce qu’elle a découvert la vérité ou parce qu’elle ne l’aime plus, mais parce qu’elle se rend compte qu’ils se font plus de mal que de bien ; et si c’est une très bonne raison selon moi pour rompre, la décision de le faire est d’autant plus difficile et requiert une très grande force de caractère.

Ça ne veut pas dire que Yoo Jung n’est pas frustrante. Elle l’est. Beaucoup même. J’ai hâte de voir la bulle sucrée et rose qu’elle a construite autour de de Do Hoon exploser. Parce qu’il faut pas pousser mémé dans les orties non plus. Et j’en peux plus aussi de la voir pleurer à chaque épisode.

vlcsnap-2013-10-19-23h52m56s244 vlcsnap-2013-10-21-21h29m55s189

Et il faut aussi dire pour sa défense que, par rapport aux deux personnages masculins principaux, Yoo Jung ne peut qu’inspirer de la sympathie. Parce que Secrets, c’est un drama dans lequel on ne cherche pas à savoir qui on préfère mais qui on méprise le plus. Exit la palme du plus adorable Oppa/Puppy et bienvenue au sacre des ordures. Il y a de la concurrence, la compétition est rude et c’est du haut, du très haut niveau ; Secrets vous fera redécouvrir ce que c’est que d’avoir de l’animosité sans fond contre des personnages qui ne nous inspirent jamais aucune sympathie. Les candidats en tête de liste : Weirdo 1er, aka Min Hyuk et Jerk 1er, aka Do Hoon.

Mais attendez, c’est là où Secrets se fait le plus vicieux : oui, on déteste ces deux hommes, oui, on les hait, on les méprise, on leur souhaite de subir milles et un souffrances avant de rendre l’âme mais…ces personnages exercent une certaine fascination. La fascination du mal? Je ne sais pas. En tout cas, ils me fascinent parce qu’ils sont complexes et aussi parce qu’ils ne sont pas juste méprisables. Ils sont ambivalents, paradoxaux, déconnectés de la réalité, déconnectés – ou presque – des questions de bien ou de mal….ce qui est légèrement ballot lorsque l’un est censé être procureur. Ah, l’ironie de la vie!

vlcsnap-2013-10-19-23h38m20s181

Do Hoon est un personnage extrêmement intéressant bien qu’il m’inspire un dégoût sans fin. Même s’il n’avait pas fait ce qu’il avait fait, je ne trouve pas le personnage sympathique en soi. D’abord, il n’est jamais là pour l’héroïne. Jamais. Lorsqu’elle l’appelle en détresse, lorsqu’elle a besoin de lui, de son soutien physique ou psychologique, il n’est juste pas là. Pas là lorsqu’elle se fait violenter dans sa boulangerie par des usuriers. Pas là lors des funérailles de son père. Ironiquement, c’est Min Hyuk qui est là, tout le temps. Pour la sauver, pour l’aider, pour être le témoin de sa détresse. Mais je reviendrais à Min Hyuk plus tard. Do Hoon n’est donc pas un petit ami très présent et, de ce fait, n’est pas un petit ami très sympathique à mes yeux. Et il se trouve en plus que c’est l’être le plus lâche que la Terre n’ait jamais porté. Incapable de dire la vérité, incapable même de reconnaître la vérité, incapable d’être vrai, incapable de rien sauf de mentir, se voiler la face et passer pour un être de rigueur et de justice.

Au début, je pensais que j’allais avoir à faire avec le salaud de service, celui qui se sert sans scrupule de la fiancée dont il n’a en fait rien à faire et qui n’hésite pas à lui tourner le dos après. Mais c’est beaucoup plus pervers que ça en fait. Do Hoon aime Yoo Jung. Il était prêt à se marier avec non pas pour profiter d’elle mais parce que ses sentiments sont sincères (bien que fort peu profonds si vous voulez mon avis…). Seulement, Do Hoon est faible et c’est sa faiblesse qui le conduit à la où il est actuellement. Il a essayé de dissuader Yoo Jung de prendre le blâme à sa place parce qu’il sait que ce n’est pas bien. Mais le fait est que Do Hoon se croit victime du sort, pense qu’il ne peut pas faire autrement, prend alors toujours les plus mauvaises décisions et rien n’est jamais de sa faute. Oh bien sûr, il est désolé, toujours désolé, il ne fait rien exprès. Mais bizarrement, jamais suffisamment pour agir et se réhabiliter. En revanche, toujours aussi « bizarrement », il n’a aucun problème pour agir lorsque le résultat est positif pour lui. Bref, il est pathétiquement pathétique, c’est un faux-cul-qui-se-croit-sincère jusqu’au bout et il a besoin de souffrir. Beaucoup. Et si on pouvait brûler sa mère, ce serait encore mieux.

vlcsnap-2013-10-21-22h02m20s186

Quant à Min Hyuk…c’est un cas tout aussi fascinant quoique très différent. Je n’ai jamais aimé Min Hyuk. Jamais. Dès que je l’ai vu, à la première seconde, j’ai su que j’allais le détester ; ce qui n’a pas manqué d’arriver. J’ai détesté son attitude, j’ai détesté son histoire d’amour absolument nulle et sans intérêt avec Ji Hee, j’ai détesté sa violence, j’ai détesté ses réactions. Sauf que Min Hyuk, à la très grande différence de Do Hoon, sait qu’il est une ordure lorsqu’il se conduit comme telle et n’essaie pas de se voiler la face ni de jeter un voile d’illusions sur les autres. Min Hyuk, en quelque sorte, assume – et quelque part – revendique le fait d’être un salaud. Le résultat n’est pas du tout plus reluisant que celui de Do Hoon mais cela fait quand même une différence non négligeable.

Ensuite, Min Hyuk, c’est un homme qui se cherche une raison de vivre et qui la trouve dans la haine de Yoo Jung. Cela ne vient pas justifier, excuser ses actes ni ses propos, qui sont proprement indécents, mais pour ce que cela vaut, Min Hyuk ne vit que pour et par la haine qu’il porte à cette femme. On peut la blâmer, on peut la mépriser – et on le fait – mais cette haine lui est nécessaire, elle est la condition sine qua non de sa propre existence.

vlcsnap-2013-10-19-23h12m27s13 vlcsnap-2013-10-20-00h00m17s45

Pervers, Min Hyuk l’est, assurément. Mais, est-il sadique pour autant ? En fait, pas vraiment. Et c’est là que réside une des plus grandes contradictions du personnage car, en réalité, il ne prend aucun plaisir à voir Yoo Jung souffrir bien que ce soit ce qu’il clame depuis le début. En réalité, il ne peut pas supporter la voir souffrir. En réalité, il ne peut pas s’empêcher de lui venir en aide, que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons. C’est pour cette raison qu’il m’apparaît que la haine qu’il ressent pour Yoo Jung est en fin de compte une haine dirigé contre lui-même. Mais comme il ne peut pas se la figurer ainsi sans entrer dans l’auto-destruction, il a besoin d’un bouc émissaire, d’un visage autre, dans un élan finalement plus masochiste que sadique. Quelque part, il sait qu’il ne fait que déplacer le mal au lieu de le supprimer. Si Yoo Jung devait vraiment mourir, par exemple, le miroir se briserait, et il se retrouverait seul face à lui même, ce qui est une pensée insoutenable pour lui.

vlcsnap-2013-10-19-22h45m31s235

La relation entre les personnages est passionnante à voir et à analyser, il y a tellement de richesse rien que dans les deux personnages masculins ! Rien n’est donné pour acquis et pour un drama au scénario aussi classique, c’est un véritable tour de force que d’être parvenu à nous surprendre et à nous piéger dans nos pronostiques. Ce que j’aime par exemple par-dessus tout c’est que rien n’est entièrement une chose ou l’autre. On va croire, par exemple, à un moment que Min Hyuk a enfin vu la lumière…pour ensuite se rendre compte que non. On va croire que Yoo Jung a enfin trouver une alliée…pour se rendre compte que non. Rien ni personne n’est ce qu’il semble être : l’allié supposé pourrait être un ennemi, et l’ennemi affiché pourrait bien finalement se révéler être un allié.

Secrets sait jouer sur le thriller et sur le mélodrame et je pense que c’est la raison pour laquelle je me suis laissée happée par cette série. Malgré tous les évènements excessivement improbables et dramatiques (sérieusement, est-ce qu’il y a un truc de bien qui pourrait arriver à Yoo Jung, s’il vous plaît ?) qui se sont passés en l’espace de 6 épisodes seulement, j’ai laissé ma logique s’endormir un peu parce que ma curiosité était la plus forte des deux.

vlcsnap-2013-10-19-23h14m03s203 vlcsnap-2013-10-21-21h20m00s125 vlcsnap-2013-10-07-21h26m16s40 vlcsnap-2013-10-19-23h10m35s173

Il est indéniable que le drama se laisse aller parfois à la simplicité (pour nous mettre du côté de Yoo Jung notamment avec l’histoire du bébé) mais je comprends que ce soit nécessaire pour l’histoire, aussi ne m’en suis-je pas vraiment formalisée. Je regrette simplement que les deux personnages féminins principaux ne soient pas aussi complexes que les hommes, Yoo Jung étant trop unidimensionnelle et Se Yeon étant…là juste pour remplir les trous. J’ai d’autres reproches à faire au scénario mais je ne suis pas sûre d’avoir envie de les creuser parce que Secret est un drama que je prends grandement plaisir à regarder.

Et je dois aussi quelque chose d’autre à ce drama : m’avoir sortie de ma lassitude des kdramas. Jusqu’à maintenant je n’avais pas beaucoup de motivation à regarder les nouveautés. Avec Secrets, j’ai redécouvert pourquoi j’étais accro aux dramas. L’adrénaline. L’excitation. La curiosité. L’envie d’en parler. Avec Secrets, je suis non seulement revenue aux dramas après une longue pause mais j’ai aussi eu envie de bloguer. Alors rien que pour ça, Secrets, tu as fais un bon travail.

Publicités

Une réflexion sur “Secret Love – Épisodes 1/6 : We Are On A Highway To Hell

  1. Pingback: K-Fav’s – 04.11.13 | K-CULT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s