Jang Ok Jong, Live in Love : This Girl Is On Fire (Premières Impressions)

vlcsnap-2013-04-11-02h11m27s47

Un article difficile à écrire, mais je me suis enfin décidée à le terminer avant que ça ne devienne un bilan de mi-parcours ! 

vlcsnap-2013-04-11-02h23m03s92

Jang Ok Jong raconte l’histoire de Lady Jang sous un nouvel angle. Orpheline de père très jeune et fille d’une esclave, elle est recueillie par la famille d’un ami proche. Sa mère est capturée, son frère est porté disparu et elle grandit dans la maison de sa nouvelle protectrice qui découvre son talent de couturière et qui lui apprend le métier. Devenue adulte, son rêve est de réunir assez d’argent en vendant les vêtements qu’elle conçoit pour fuir en Chine avec sa mère qui subit des mauvais traitements de la part de sa nouvelle maîtresse. 

vlcsnap-2013-04-11-02h59m28s186vlcsnap-2013-04-11-02h41m22s61

Mais son oncle, yangban déchu a d’autres plans en tête. Sa fille qui était l’une des nombreuses dames du Palais était amoureuse du frère de ce dernier, et s’est pendue après avoir été torturée par le ministre Min que son père hait. L’oncle d’Ok Jong décide de manipuler cette dernière afin de prendre sa revanche sur la famille royale et son ennemi juré, qui veut lui-même installer sa fille, la future reine In Hyun, sur le trône. Il veille à ce qu’Ok Jong ne puisse jamais réaliser son rêve et complote pour en faire un instrument de sa vengeance. 

vlcsnap-2013-04-18-23h49m03s174

Lee Soon, futur roi SukJong a déjà rencontré Ok Jong lorsqu’il était plus jeune et en est tombé amoureux, mais la santé fragile de son père et les complots des ministres qui souhaitent en faire un roi-pantin ont détourné son attention de la jeune fille. Ils se retrouvent des années plus tard, alors qu’Ok Jong voit ses derniers espoirs de s’enfuir réduits à néant. Il lui reste néanmoins plusieurs opportunités pour gagner la somme qu’il lui faut : aider Lady In Kyung à remporter la compétition des prétendantes de Lee Soon, et gagner un concours de design des uniformes militaires royaux. Cette dernière épreuve la conduit à croiser à nouveau le futur roi, que son coeur n’a pas oublié, mais dont elle ignore encore l’identité.

vlcsnap-2013-04-28-20h37m20s29vlcsnap-2013-04-28-20h38m02s214

Je suis contente qu’ils aient décidé de conserver le titre long « Jang Ok Jong, Live in Love » parce que la métaphore de l’histoire tourne autour de l’idée d’une femme-fleur qui dépérit sans soleil/amour, comme la courtisane Seo Hwa (rien à voir avec l’espèce de cruche de Gu Family) qui se laisse mourir lorsque le roi ne lui accorde plus aucune attention. Rien ne nous permet de dire pour l’instant qu’Ok Jong connaîtra le même destin, mais c’est une manière délicate et touchante d’insérer le thème. Le suicide de la cousine de l’héroïne amoureuse d’un autre homme que le roi vient superposer immédiatement une autre histoire tragique de courtisane, et sert elle-même de déclencheur à la quête de revanche de l’oncle de notre héroïne qui va chercher à l’instrumentaliser. Nous nous doutons que l’histoire va se répéter, mais à un degré beaucoup plus grave. Je trouve que cet enchaînement d’événements dans la seconde partie du pilote est un bon exemple de l’élégance de la narration. 

vlcsnap-2013-04-11-02h39m52s198vlcsnap-2013-05-07-15h32m43s5

L’autre facette du titre c’est « Jang Ok Jong », et même si le drama ne se veut à aucun moment une biopic il se concentre bien sur l’évolution d’Ok Jong. En tant que femme de classes mélangées sous Joseon, en tant que femme belle et ambitieuse qui se bat pour sauver ce qui lui reste à sauver à chaque instant. Nous la voyons d’abord jeune et pleine d’illusions, puis adulte brillante et prête à réaliser ses rêves, puis déprimée en tant qu’outcast, puis désespérée devant l’inéluctabilité de son sort qui sera de ne jamais être libre. Mais si Ok Jong n’est jamais libre juridiquement elle l’est toujours intérieurement. Elle sait exactement quelle est sa marge de manœuvre, quelles sont les règles du jeu, quelles sont ses forces et ses faiblesses, et n’a pas peur de marchander avec quiconque pouvant l’aider (regardez en particulier comment elle se débrouille avec les hommes qu’elle recrute pour s’échapper avec sa mère). C’est véritablement délicieux d’avoir un personnage principal féminin qui évolue en permanence selon les circonstances et qui n’est pas un ange d’innocence tombé du ciel comme on en voit si souvent dans ce type de dramas. Elles a des ambitions, des doutes, des angoisses, c’est un personnage de chair et de sang qui prend vie sous nos yeux. Et Kim Tae Hee l’interprète avec beaucoup de sensibilité. 

vlcsnap-2013-04-29-23h58m20s74vlcsnap-2013-05-07-13h16m41s44

Lee Soon de son côté est un exemple de jeune roi très intéressant. Nous avons vu se développer cette mode des acteurs baby-faced jouer des rois, comme Song Jong Ki et Kim Soo Hyun, mais le premier n’était qu’un stand-by pour l’acteur adulte et l’autre était coincé par les limites d’un script risible de romance niaise. Ici Yoo Ah In a vraiment l’occasion de nous montrer ce qu’il peut faire, et après le désastre récent de Fashion King (personne n’aurait pu sauver ce truc, franchement) ça fait du bien de le retrouver dans un rôle intelligent et complexe. Je ne cesse de me dire que c’est ce que le rôle du roi de The Moon That Embraces The Sun aurait dû être. C’est un tacticien, qui sait retourner une situation désespérée à son avantage, et qui a une grande confiance en lui-même (un pré-requis essentiel pour un monarque). J’aime comment le drama n’essaie jamais de nous faire avaler qu’il est nécessairement l’héritier le plus légitime et le plus digne du trône par de grandes délcarations, mais au contraire veut nous le démontrer par ses actes. 

vlcsnap-2013-04-18-23h08m54s149

L’une des premières choses que j’ai apprécié en commençant JOJ c’est l’équilibre maintenu (de justesse) entre le drame et la légèreté. Le premier épisode nous raconte des histoires tristes, d’amour tragique et de familles déchirées. J’ai trouvé ça un peu too much au début mais à la fin je pleurais devant les funérailles du père de la jeune Ok Jong qui décide de travailler toute la nuit pour coudre le linceul. C’est un peu facile, mais c’est efficace (surtout grâce à la jeune Kang Min Ah qui est la peite révélation du début du drama). Le second épisode est beaucoup plus léger, nous voyons le jeune prince partir à l’aventure, Ok Jong développer ses talents et bien sûr leur rencontre qui est à la fois adorable et originale. Par la suite le réalisateur réussit à maintenir une bonne fluidité entre les scènes graves et les scènes légères (même si elles se font de plus en plus rare à mesure qu’on avance). J’apprécie aussi qu’ils n’aient pas peur de montrer un peu de sensualité et de violence, les ados ne sont pas présentés comme des êtres assexués sans pulsions, les exécutions sont sanglantes et les condamnés ne sont pas d’immondes crapules qu’on a plaisir à voir mourir. Tout en subtilité. 

vlcsnap-2013-04-18-23h27m43s168vlcsnap-2013-04-18-23h29m31s216

En parlant de subtilité j’ai remarqué l’intéressante approche de monter d’emblée des hommes corrompus l’un et l’autre l’un contre l’autre, ce qui évite d’avoir des camps Gentils vs Méchants trop caricaturaux.  Dans The Princess’ Man (autre exemple d’histoire réinventée avec des jeux politiques subtils) nous avions un roi faible, un tigre et un serpent, là nous avons un tigre que des chiens veulent tuer et que des renards veulent domestiquer. Et nous savons que les histoires d’animaux dans les sageuks se finissent toujours mal. Ce que je retiens c’est que d’habitude les scènes de complot où ces stratégies sont évoquées sont fatigantes et ennuyeuse, mais là nous avons vraiment le sentiment que le destin des héros est en jeu. Et les femmes ne sont pas de simples potiches qu’il peuvent manipuler comme ils le souhaitent. Quand le drama mettait en avant ses reines et concubines dans sa promotion, ils ne plaisantaient pas sur leur importance dans l’histoire. In Hyun, Ok Jung et Choi Suk vont prendre les devants et s’affronter sans merci pour défendre leurs intérêts. Bring it on ! 

vlcsnap-2013-05-07-13h54m25s164

Scénario : A Il me semble que c’est la première fois que je vois un sageuk écrit par l’auteur du roman dont il est adapté, et c’est une expérience assez inédite. Le système de narration est très différent du système traditionnel, et ne respecte pas un ordre chronologique linéaire classique. C’est comme si l’auteur était tout à fait au courant des conventions existantes, mais se permettait de jouer avec. Ainsi la période centrée autour des enfants ne survient qu’après un pilote entièrement tourné avec les adultes, ce qui nous permet de nous familiariser avec Kim tae Hee, Yoo Ah In et les autres. Ensuite la période sur l’enfance est plus courte, et je trouve que ce n’est pas plus mal pour un drama de 24 épisodes puisque ça nous évite de nous accoutumer trop aux jeunes acteurs pour subir ensuite une transition violente avec les adultes. Chapeau pour la souplesse ! J’ai entendu pas mal de critiques contre le drama au nom de l’Histoire avec un grand « H » mais j’ai envie de répondre deux choses : de une personne ne sait vraiment qui était cette femme, et de deux beaucoup de théories ont été développées par les scénaristes dans le passé : on en a fait aussi bien une pauvre victime qu’une ignoble manipulatrice. Ici l’écrivain nous présente une intermédiaire, et nous raconte tout simplement l’histoire d’êtres humains pris dans un certain contexte, et dans certains événements personnels et/ou politiques. C’est la définition d’un sageuk « rafraîchissant », qui ne considère rien comme acquis et travaille dur pour raconter son histoire sans se laisser influencer ni par ce qui est considéré comme un mythe prédéfini, ni par des effets de mode.

vlcsnap-2013-04-11-03h13m22s66vlcsnap-2013-05-07-12h54m33s54

Casting : B + Je mentirai si je disais que je ne suis pas fière de mon plus gros girl-crush Coréen, Kim Tae Hee, pour avoir montré qu’elle est tout à fait capable de se débrouiller dans le rôle principal d’un sageuk, qui plus est un rôle amené à se complexifier de plus en plus. La petite Ok Jong m’a fait pleurer lorsqu’elle pleure son père, mais la grande Ok Jong m’a brisé le coeur lorsqu’elle se retire dans sa tente après avoir entendu les mots de Lee Soon. Je trouve que Kim Tae Hee n’a jamais été aussi belle et aussi lumineuse dans un rôle, et ce n’est pas juste grâce au bon scénario que ce sont ses scènes qui sont les plus prenantes. Yoo Ah In de son côté se repose un peu trop souvent sur ses propres tics de jeu, mais plus on progresse et plus je le vois abandonner ses petites habitudes pour sortir de lui-même et nous donner quelque chose d’authentique. Le casting secondaire est bien choisi à quelques exceptions près (Kim Sun Kyung…tu n’es plus dans Man Of Honor…) et j’ai un peu peur de la fille des KARA pour le rôle de Choi Suk Bin/Dong Yi. Mais ce sont des détails qui n’entament pas la qualité du drama.  

vlcsnap-2013-05-07-13h39m33s198vlcsnap-2013-04-18-23h26m48s137vlcsnap-2013-04-19-01h45m35s214vlcsnap-2013-04-11-02h22m18s150

Réalisation : A Le drama dégage quelque chose de chaleureux, ce qui est assez peu commun pour un sageuk (surtout autour de Lady Jang). Il ne m’a pas impressionnée par sa flamboyance ou son originalité mais il y a un tel soin des détails, des assortiments de couleurs, des accessoires et des motifs ! C’est un vrai régal. Jang Ok Jong exsude d’une féminité délicate et généreuse. Je me souviens avoir beaucoup apprécié visuellement le précédent drama de ce réalisateur, My Girfriend is a Gumiho, et je pense qu’il livre avec JOJ l’un de ses plus beaux travaux. C’est mon genre de réalisation préféré, celle qui est à la fois belle et intelligente. Pour l’instant j’ai été le plus impressionnée par la réception des jeunes de la noblesse organisée pour Lee Soon et In Kyung, qui donnait vraiment le sentiment d’assister à une fête de la jeunesse riche et oisive de l’époque en contraste avec les préoccupations plus terre à terre d’Ok Jong. Mais attention tout n’est pas rose et délicat, le réalisateur sait quand il faut changer de tons et de sonorités quand les enjeux sont graves. Et difficile de trouver un plan ennuyeux même si l’approche n’est pas toujours très dynamique. En un mot, une réussite. 

vlcsnap-2013-05-07-15h38m10s191

Verdict : Good Kimchi + Jang Ok Jong est tout ce que Moon/Sun aurait dû être. Ce n’est pas du tout ce à quoi je m’étais préparée. Nous avons un jeune prince impétueux et droit qui a des ambitions claires pour son peuple et qui ne veut pas se laisser entraver par des ministres corrompus, une jeune femme brillante dont il va tomber amoureux envers et contre tous, et tout ce qui suit. Ok Jong me rappelle l’une de mes personnalités historiques préférées : Madame de Pompadour, qui a aussi beaucoup souffert du mépris des autres (« La Poisson ») et qui brilla à la Cour par sa beauté et son esprit visionnaire. Pour l’instant notre Ok Jong prend encore ses décisions en fonction de sa mère, et j’ai hâte de voir quelle femme elle va devenir indépendamment de sa famille, à la Cour du roi.  

4 réflexions sur “Jang Ok Jong, Live in Love : This Girl Is On Fire (Premières Impressions)

  1. Bonjour,

    J’essaye de vous joindre depuis un moment mais je n’y arrive pas malgré des mails sur votre boite mail.
    Pourriez-vous me contacter sur ma boite mail ? J’aimerais si vous êtes d’accord parler avec vous d’un projet en rapport avec les dramas.

    Merci.

    Charles

    • Bonjour Charles,

      J’ai pourtant répondu à un de tes mails en mars, serait-ce possible que tu ne l’aies pas reçu?

      EDIT : Je t’en ai ré-envoyé un, pourrais-tu me le confirmer par mail? Merci!

  2. Aaaah Jang Ok Jung….
    J’ai beaucoup aimé les 2 premiers épisodes, adoré les 7 suivants de façon croissante, ça s’est un peu calmé avec le 10ème (mais bon, je ne m’en suis pas inquiétée plus que ça, les baisses de régime, ça arrive même aux meilleurs dramas!), et cette semaine, les 11ème et 12ème épisodes… badaboum. C’est moi qui suis devenue trop exigeante ou c’était vraiment une catastrophe??
    On est passé d’un magnifique sageuk, une vraie petite perle coréenne délaissée dans les chiffres d’audience, avec une jolie cinématographie…. à du makjang bas de gamme… avec tout le monde qui crie, des plans fixés sur les visages seulement, Lee Soon qui n’a plus rien du stratège politique qu’il devrait être… Je suis étrangement contente que JOJ soit passé du « côté obscure de la force » mais j’espère que ça ne va pas réduire le drama à de simples conflits makjangesques… Surtout après nous avoir montré KTH sous cet autre jour (qui aurait cru qu’elle savait jouer aussi bien?!) In Hyun reste un personnage toujours aussi intéressant et fidèle à lui même et HSH l’interprète toujours aussi bien.
    J’attends la semaine prochaine en espérant que ce n’était qu’une faute de parcours et que l’arrivée de Chi Soo (Jae Hee) dans l’épisode 13 me ramène le drama tel que je l’aimais! Mais bon, avec la remontée des ratings lors de ces 2 épisodes… j’ai peur :$
    Merci pour cet article très intéressant en tout cas!

    • Je suis à la traîne pour JOJ, et vu tous les récents commentaire sur le scénario je me demande s’ils n’ont pas mis en application leur idée de changer de scénariste. C’était la pire option, et j’ai peur que ce soit ce qui est en train d’arriver. Maudites audiences.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s