Une petite bouchée de quelques J-Dramas d’Avril – Itazura na Kiss et Last Cinderella : Un jour, mon prince viendra…

453476_600

Je sais. On est en Mai. Je sais, je suis en retard. Mais… vaut mieux tard que jamais n’est-ce pas?

Ah, et toutes les screencaps sont de sleeplessspirits, parce que j’ai oublié de prendre les miennes pendant mes visionnages….

Je voulais faire ce genre d’articles depuis quelques mois déjà. J’avais la ferme intention de me mettre un peu à jour sur les nouveautés japonaises. J’avais au programme Saikou no Rikon, Nakuna Hara-Chan, Mahoro Ekimae Bangaichi et Share House no Koibito. Au final, je n’ai essayé que Saikou no Rikon (le meilleur de la liste à mon avis) et Share House no Koibito (assez désespérant) parce que les avis lus par-ci par-là sur Mahoro Ekimae Bangaichi m’ont un peu refroidie, et que les sous-titres pour Nakuna Hara-Chan sont pour le moment privés. Mais avant que je puisse même commencer mon article, les semaines se sont succédées et ces dramas ont laissé la place à de nouveaux arrivants. Étant donné que j’ai peur de refaire la même chose avec cette fournée, je préfère faire plusieurs petits articles plutôt qu’attendre de tout tester et finir par ne jamais publier aucun article. Sans plus attendre, je vous présente mes deux premiers essais, le thème du jour étant contes de fée et princes charmants :

Itazura na Kiss (03/16) : Prince flegmatique, mais sympathique.

459883_600

Pincez-moi. Je rêve ou cette deuxième version japonaise du manga éponyme est absolument adorable? Croyez-moi, je n’aurais jamais pensé qu' »adorable » serait un jour un adjectif que j’utiliserais pour parler d’Itazura na Kiss parce que ce manga m’est tout simplement insupportable. C’est juste au-dessus de mes forces, ni le manga, ni l’anime, ni les trois successives versions live japonaise (rhhhaaa!) et coréenne (zzZzzz) et taiwanaise (…) n’ont su attirer mes bonnes faveurs. Je n’ai jamais, jamais compris la popularité de cette histoire, jamais vu ce qu’il y avait de si romantique et de si drôle à voir une pauvre fille désespérée qui fait de l’amour son unique raison de vivre (et voyez un peu de qui elle tombe amoureuse : un garçon froid, hautain et méprisant). C’est LA romance asiatique machiste à mes yeux et pourtant, je suis assez tolérante lorsqu’il s’agit de drama en général. Mais là, ce n’était juste pas possible. Donc je pensais que Itazura na Kiss + moi = Fini pour toute la vie.

POURTANT, un miracle a eu lieu et cette version est la plus tendre et la plus mignonne que toutes les autres réunies. Les personnages sont bien plus attachants et l’OTT est moindre. J’apprécie qu’ils aient engagés des acteurs aussi jeunes parce que ces derniers correspondent parfaitement à leur tranche d’âge, ce qui donne une allure un peu plus crédible à cette romance lycéenne. J’apprécie également qu’il nous présente une Kotoko ATTACHANTE (oui, les majuscules et le soulignement sont nécessaires, vous savez, elle revient de loin cette Kotoko dans mon estime) et pas complètement nouille, soumise, hystérique et désespérée.

467643_600 467788_600

Dans Love in Tokyo, Kotoko n’est certes pas la plus futée des filles, mais elle n’est pas débile pour autant et sa maladresse et sa naïveté sont étonnamment plus drôles, mignonnes et réalistes que prévu. Elle agit en somme comme n’importe quelle lycéenne lambda : elle n’aime pas étudier, les maths sont un charabia et une torture pour elle, courir dix tours de terrain lui fait cracher ses poumons, ses tentatives culinaires ne sont pas au top. Vous voyez, à quelque détail près, elle me ressemble lorsque j’avais 16 ans.

Cela aide aussi que Naoki ne soit pas aussi froid et méchant que son personnage original. En adoucissant un peu le trait, le drama parvient à insuffler dès le début un peu de subtilité dans le personnage, et même je dirais, un peu de vulnérabilité. Naoki n’est pas vraiment méchant ni arrogant, il est juste solitaire et flegmatique, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Il peut même se révéler d’une douceur insoupçonnée devant l’ignorance de Kotoko, ce que je n’aurais jamais, jamais, jamais osé espérer de ce personnage. J’apprécie en particulier ces petits moments où ils ne sont que tous les deux en train de boire du café.

478898_600 460298_600

C’est calme, sobre, et ces scènes véhiculent un confort croissant entre ces deux jeunes gens. Irie apparaît dans une lumière plutôt sympathique la plupart du temps parce que ses silences ne sont pas spécialement agressifs ou distants. Et dès qu’il prend un plaisir évident à taquiner gentiment notre Kotoko ou qu’il sourit franchement en la regardant –  sans qu’elle s’en rende compte -, mon coeur fond. Bref, au cas où vous ne l’avez pas compris, je soutiens à fond cet OTP. Il est adorable. Il est juvénile à souhait mais pas agaçant pour un sou. Il est léger. Il est drôle. Il est adorable (comment ça je l’ai déjà dit?).

471740_600

Et, cerise sur le gâteau : la réalisation est top. Pas d’OTT abracadabrant, une lumière très claire assez rare à jdrama-land mais parfaitement adaptée à ce genre de série, un bon cadrage et des transitions soignées. Bref, c’est LA surprise de ce printemps, et elle est (très) bonne. Ouf!

Casting : B+. Honoko Miki n’aurait jamais pu être aussi bien choisie pour le rôle de Kotoko. On s’entend qu’elle n’est pas non plus un génie en matière de jeu, mais elle parvient à insuffler suffisamment d’énergie et de chaleur dans son personnage pour nous le rendre attachant. Elle est innocente, pleine de fraîcheur, excessive, et tout simplement adorable. Yuki Furukawa a dix ans de plus qu’elle et je ne lui aurais jamais donné son âge tellement il fait jeune! L’écart d’âge passe comme une lettre à la poste et on n’y voit que du feu. Au début, je trouvais qu’il manquait un peu de charisme pour jouer un Irie Naoki, mais je l’aimais bien parce qu’il avait un visage très doux qui lui permettait tout de suite d’incarner un Naoki moins sévère. Mais au fur et à mesure que j’enchaînais les épisodes, je me suis rendue compte qu’il était en fait parfait pour son rôle. J’aime beaucoup la subtilité de ses mimiques faciales : on peut discerner lorsqu’il est content, mécontent, amusé ou tout simplement indifférent – et ses expressions m’ont fait plusieurs fois rire. Et c’est déjà bien, lorsqu’on connait le flegme de Naoki! Les personnages secondaires sont un peu en retrait (mais celle qui joue la mère est juste….géniale) aussi la série se repose essentiellement sur ces deux-là et leur alchimie et…oui, ça marche!

468618_600 454229_600 454117_600 457144_600

Scénario : B. Jusqu’à maintenant, les épisodes avancent d’un bon rythme, et c’est fortement appréciable. L’écriture n’est pas exceptionnelle, et l’histoire reste assez prévisible lorsqu’on a déjà vu une des versions précédentes, mais je prends un certain plaisir à re-découvrir cette histoire d’amour. Les épisodes sont un peu inégaux au sens où il y a des passages un peu plus ennuyeux que d’autres et des personnages plus ou moins agaçants (comme Kin – super lourd – ou Yuuki – tout simplement imbuvable -). Mais de manière générale, Love in Tokyo parvient à écrire des personnages réalistes. Kotoko n’aura jamais autant ressemblé à la jeune fille de 16 ans qu’elle est censée être – et il est clair, vu la manière dont elle est traitée dans ce drama que le scénariste a beaucoup d’affection pour ce personnage – et, je l’ai déjà dit, Naoki est plus sympathique qu’antipathique. La comédie est également plus sobre que ce à quoi je m’attendais, et ce n’est pas vraiment un drama qui nous fera mourir de rire avec ses gags. Par contre, il fait beaucoup sourire, et c’est le genre de drama qui fait du bien.

477930_600

Réalisation : A-. Si on met de côté la caméra parfois un peu bordélique, le réalisation est globalement jolie. J’ai beaucoup moins de chose à dire sur ce point, parce que je l’ai déjà un peu évoqué : c’est frais, c’est lumineux, c’est rose et ça nous plonge avec efficacité dans l’ambiance un peu slice-of-life (mais nous sommes bien dans un shoujo, pas de panique!). C’est dans ces moments-là que j’apprécie au mieux la sobriété des japonais.

Verdict : Good Sushi. Love in Tokyo est charmant et pour moi, cette version est tout simplement un tour de force : réussir à me faire aimer une histoire aussi détestée, c’est tout de même pas rien. Il ne suffisait pas de grand chose pourtant, « juste » d’un OTP attachant et je pense que cette version d’Itazura na Kiss tient le bon bout.

Probabilité que je continue : 100%.

Capture d’écran 2013-05-04 à 17.37.54 1

Je veux dire, regardez-les! Ne sont-ils pas adorables?

Last Cinderella (03/?) : Deux princes pour la dernière des Cendrillon – le premier est chieur au grand coeur, le deuxième est aussi charmeur que baratineur sur son cheval BMX blanc. Faites vos choix.

510041_600 521955_600

Tout comme Itazura na Kiss, Last Cinderella attire beaucoup d’attention et a déjà un solide nombre de fans desquels je…ne fais pas vraiment partie. Il n’y a rien que je déteste fondamentalement dans ce drama, et je suis prête à dire qu’il offre un divertissement honnête. Oui mais il a le syndrome du « ni plus, ni moins », c’est-à-dire que, oui c’est fun le moment que l’épisode dure, mais sans plus. Je ne me trouve investie dans aucun des personnages en particulier, la performance des acteurs n’a rien de bien exceptionnelle (bon, sauf Fujiki Naohito, mais les mauvaises langues diront que je suis totalement biaisée…et elles auront raison) et le scénario manque un peu de piquant à mon goût.

En fait, j’ai l’impression que Last Cinderella cherche à en mettre plein la vue en présentant une héroïne qui se veut ultra cool, et deux héros qui ne pourraient pas être plus différents, entre la bouille de bébé de l’un qui cache un playboy sans scrupule, et le visage mature – et moustachu – de l’autre qui cache un amoureux secret. Ça essaie d’être trop « à la mode », trop « sex and the city », bref, ça essaie trop, et ça se voit. Une chose que je lui concède quand même, c’est que c’est vivant, et que les couleurs sont joyeusement colorées, à l’image du printemps qui s’installe. Mais bon, j’ai du mal à me défaire de la pensée : « mouais, bof, pas convaincue ».

514440_600

Casting : B+. Je sais que Shinohara Ryoko est une déesse des dramas japonais et elle a quelque chose de très attachant dans sa manière de jouer, et dans son sourire. Même si Anego a été un échec (en ce qui me concerne), Shinohara Ryoko, elle, était tout simplement superbe. Mais d’une part je trouve que son rôle ressemble trop à celui d’Anego, d’autre part, elle en fait un peu trop. Son jeu semble un peu forcé, comme si elle grossissait le trait volontairement. C’est dommage, parce que vu son charisme, ce n’était absolument pas nécessaire. 

517752_600 535605_600 515515_600 539191_600

En ce qui concerne Miura Haruma, il était adorable dans le rôle de Kazehaya dans Kimi ni Todoke ; ce genre de rôle lui va comme un gant. J’apprécie qu’il s’essaie à d’autres genres de personnages, mais cette fois, il sonne terriblement faux et miscasté en playboy et tombeur de ces dames. Comprenez-moi bien, je suis sensible à son charme, à sa couette, à son grain de beauté, tout ça tout ça, mais je ne « sens » pas son personnage ; son supposé sex-appeal me rend plus mal à l’aise qu’il ne m’excite. L’écriture a son lot de responsabilité, mais le jeu de l’acteur aussi. Et finalement…Fujiki Naohito. Toujours aussi sexy, naturel et au sourire qui tue. Il campe un personnage rapide à détester vu toutes ses répliques sexistes à l’endroit de Sakura, mais le jeu de l’acteur n’en reste pas moins très bon. Il me rappelle un peu Buchou dans Hotaru no Hikari, mais un Buchou un peu plus mal élevé et vraiment moins parfait. Pour moi, le vrai intérêt de Last Cinderella réside dans le duo Shinohara/Fujiki. Les deux ont une alchimie charmante et délivre des performances crédibles, à défaut d’avoir des personnages tout à fait attachants.

564525_600

Scénario : C+. Ce n’est pas que c’est mauvais. Ça manque juste cruellement d’inspiration et d’identité. Maintenant, vous allez me dire que l’originalité, à dramaland (et même au-delà – oui, oui, je sais, c’est choquant mais : il y a un au-delà dramaland!), n’est pas vraiment un critère puisque toutes ces histoires, surtout lorsqu’on parle de romcoms, ne sont que des clichés, stéréotypes et modèles recyclés (il n’y a qu’à voir le scénario du drama décrit juste au-dessus). Seulement, parfois, on ne sait jamais trop exactement pourquoi, ça marche, ou ça ne marche pas. En l’occurrence, lorsque tout le pilote on ne cesse de faire des rapprochements avec d’autres séries – Anego, Hotaru no Hikari, Sex and the city etc -, c’est rarement bon signe. Bon, donc : conventionnel, le scénario l’est. À mort. Je fais une overdose de dramas japonais mettant en scène une femme d’âge mûre en quête d’amour et qui tombe amoureux d’un petit jeunot. Mais là n’est même pas le problème principal.

Le problème principal, c’est que je ne parviens pas à m’attacher aux personnages. Oui Shinohara Ryoko est charmante, oui Fujiki Naohito est trop sexy pour être vrai, mais ce n’est pas tout à fait le cas de leurs personnages. Je sais que je fais partie de la minorité, mais je trouve que les romances manquent de piquant, en particulier celle d’Hiroto et de Sakura. S’il vous plaît, donnez une personnalité à Hiroto! Sakura était partie pour être un personnage sympathique, mais sa naïveté concernant Hiroto est un peu affligeante, tout comme son changement de 180° de sa personnalité lorsqu’elle est confrontée à ce dernier. J’aime les chamailleries incessantes entre elle et Rintaro parce qu’au moins ces échanges ont l’air vrai, et elle est suffisamment confortable avec lui pour être elle-même. Mais dès qu’elle a à faire avec Hiroto et qu’elle se transforme en gamine : MEH. Et les histoires parallèles avec les deux amies de Sakura? Meh, et Meh.

524426_600 575105_600

Réalisation : B+. Rien à faire, il n’y a décidément rien de mieux que des cerisiers en fleur pour tourner une comédie romantique...En plus, l’OST est plutôt sympa.

Verdict : Okay Sushi +. C’est une série somme toute correcte, avec ses bons moments et elle a, et aura son public pour apprécier pleinement son charme. Mais ce n’est tout simplement pas mon genre de drama. Il me manque quelque chose pour m’investir tout à fait. Et essayez un peu de me mettre un Fujiki Naohito en Second-Lead-Qui-N’Aura-Jamais-La-Fille, et je pleure pour de bon.

Probabilité que je continue : 45%. Je risque de mettre le visionnage en pause et attendre de voir qui finit avec qui, puis aviser. Je tiens à garder tous mes cheveux pour cet été.

Conclusion : Et ce sera un Prince Flegmatique (mais Sympathique) pour moi, un!

471476_600

C’est assez ironique que ce soit la romance lycéenne qui l’emporte sur la romance adulte et « mature », surtout lorsqu’on sait qu’il s’agit d’Itazura na Kiss (je sais : non, je n’en reviens pas!). Mais si l’une a réussi à construire une ambiance chaleureuse et attachante sans trop d’effort, l’autre essaie au contraire un peu trop, si bien qu’elle finit par passer à côté de la cible visée. C’est dommage parce que Fujiki Naohito est quand même super chouette dans ce rôle – c’est le personnage avec peut être le plus de défaut, mais c’est aussi celui qui a l’air le plus « vrai » et naturel -, que ce dernier et Shinohara Ryoko partagent une alchimie convaincante (vs aucune alchimie entre celle-ci et Miura Haruma – qui peine à investir totalement son personnage), et que la réalisation a plein d’atouts. Maintenant, si vous voulez bien m’excusez, j’ai plein d’épisodes à rattraper pour Itazura na Kiss (et en plus, on m’a promis que le mignon deviendrait encore plus mignon).

16 réflexions sur “Une petite bouchée de quelques J-Dramas d’Avril – Itazura na Kiss et Last Cinderella : Un jour, mon prince viendra…

  1. Hey Kaa!
    Je suis contente que toi aussi tu accroches à ItaNaKiss2013! En fait j’aurais quasiment pu écrire ton article, à quelques détals près! J’adore ce petit drama et franchement je m’y attendais pas. Sans détester l’histoire de base, je n’en suis pas vraiment fan, et j’ai eu énormément de mal avec certaines adaptations -la première japonaise était affreuse, je n’ai pas fini la Coréenne et la Taiwannaise était sans plus- …du coup j’ai tenté le coup par curiosité sans m’attendre à accrocher et en fait… mais bon comme tu as tout dit, je n’en rajoute pas.
    Je suis plus enthousiaste que toi pour Last Cinderella mais, par contre, Miura m’a perdue sur le dernier épisode sorti. Il n’était pas là pendant 90% de l’épisode et il ne m’a JAMAIS manqué. J’avais juste envie de voir Fujiki Naohito en fait…j’ai complètement viré de bord, je suis à présent à 100% dans la team Rintaro. Mais le drama dans son ensemble me plait quand même bien donc je reste plus embarquée que toi =)
    Voilà~ Vivement l’épisode prochain d’ItaNaKiss, je veux bien du prince flegmatique moi aussi! -surtout qu’il est plus vieux que moi… mon Dieu, je n’arrive juste pas à y croire T.T-

    • Hello Mila!

      Oui, je suis en effet allée lire tes avis sur Love in Tokyo, et on se rejoint sur la plupart des choses – dont cette surprise commune d’apprécier une histoire qui ne nous plaisait pas à l’origine =)

      Sur Last Cinderella, ça m’a fait bizarre en fait parce que je m’attendais à vraiment aimer ce drama – plus en tout cas que Itazura na Kiss. Vu ce qu’on en disait, je me disais que c’était tout à fait mon genre de drama…et en fait, non. Peut être que c’est juste que je suis dans ma période fluffy et rose bonbon – ce qui expliquerait pourquoi j’aime autant Kotoko et ses froufrous un max girly – mais, je sais pas, ça marche pas. L’épisode 3 m’a tellement frustrée! Et j’y peux rien, Miura en mode playboy, ça marche pas pour moi…Les romcoms japonaises ont de plus en plus de mal à m’accrocher on dirait.

      Et…j’hallucine tellement de savoir que Yuki Furukawa avait 25 ans! Il a l’air d’en avoir 13! Hahaha. Mais bon, ça ne m’empêche pas de le trouver adorable comme tout ce garçon! =)

      Merci pour ton commentaire, c’est toujours un plaisir de te lire!

  2. Je n’étais pas instantanément conquise, mais le déclic s’est produit quand Kotoko découvre sa chambre de princesse et se retourne vers sa nouvelle « maman » avec une expression d’extase intense sur le visage pour dire « je suis trop contente ». Comment résister à une héroïne qui s’accroche à ces froufrous et peluches comme une grosse junkie ?

    J’ai juste une petite réserve à ajouter sur la réalisation : trop de travelling circulaire. Au début du pilote notamment ils en abusent et j’avais mal au coeur =( heureusement ils se calment un peu après.

    • J’avoue que les épisodes ont des moments de lenteur et de creux, mais Kotoko est tellement mignonne!
      J’étais tellement surprise d’aimer ce drama que je n’ai même pas remarqué la sur-utilisation du travelling circulaire…comme quoi, c’est vrai, l’amour rend aveugle! xD

  3. J’ai commencé ce drama le jour après la parution de ton article et j’en suis désormais au 6ème épisode ( avec un épisode par semaine, j’ai pu le caser dans mes visionnages), et je dois dire que je suis sous le charme. L’héroine est certes complètement nunuche mais tellement adorable. A ma grande surprise, je n’ai pas eu envie de lui mettre une claque une seule fois ( contrairement aux autres versions). De plus, le héros est loin d’être aussi froid qu’on aurait pu le croire, et au final, je trouve que ce n’est pas plus mal, sans quoi, il est dur de s’attacher à ce genre de personnage. En ce qui concerne la famille de ce dernier, comme dans chaque version, j’adore la mère ( même si ma préférence va à celle du drama coréen, bien que celui-ci soit la plus nulle des versions à mon goût). J’apprécie aussi beaucoup l’amitié de l’héroine avec ( je ne sais plus son haut, mais il travaille au restaurant), je l’a trouve beaucoup plus mignonne que dans les autres dramas, si bien que j’ai même cru que l’héroine avait des sentiments pour lui. Cependant pour ce qui est de la « rivale » elle m’a l’air un peu plus méchante et manipulatrice que dans les autres versions (du moins à première vue). Tout ça pour dire que je suis d’accord avec toi et que ce drama a vraiment un petit quelque chose en plus qui fait la différence. J’espère que la suite me plaira tout autant.

    • Une nouvelle convertie à l’ultra-mignonnitude d’Itazura na Kiss Love in Tokyo, yay!

      Je me surprends épisode après épisode à m’attacher toujours un peu plus à Kotoko et aux gens qui l’entourent, elle est tellement adorable (et la famille de Naoki aussi!)! Je suis vraiment contente que Naoki soit présenté de manière beaucoup humaine (c’est subtil certes, mais c’est là!) parce que sans ça, le drama aurait carrément été plus difficile à avaler. Mais là, ça passe sans aucun problème (et c’est un miracle en ce qui me concerne). La série est très légère et, malgré la juvénilité du propos, parvient à insuffler une ambiance tranquillement « slice-of-life » très agréable.
      Bref, je suis ravie que le drama trouve son audimat parmi les dramaphiles français! =)

      Merci de ton commentaire Soojoona, c’est toujours un plaisir de te lire ici.

      • Mignons! x)

        Awwww, merci Heisui d’avoir commenté (et en français en plus! That was totally awesome!)!
        Est-ce que tu peux lire le français couramment?

          • Heh, that was a pretty good answer in french though!
            To sum up my post, I was basically saying that ItaNaKiss was awesome and an unexpected crack (who knew Kotoko could be that charming and Naoki that hot and cute?)! =)
            And I’m switching in (my incertain) english because I have to confess something important : I’m stalking you and your posts on Itazura na Kiss on your blog and on Dramafever’s blog…>_<

          • Wow your English is super good O: YES Itazura is CRACK and I’m glad you got into it! Aww thanks I’m happy you are reading my Itazura posts! :3

          • Thank you! I don’t know why I always get shy about my english skills, haha. I really didn’t think Itazura na Kiss would be my cup of tea because, honestly, I didn’t like any of the other versions of this story…but there is something very different about this 2013 version, something more calm, more slice-of-life, more… »normal », I guess, lol. And I liked it so much that I had to read all posts I could find about this show. I was already following you on wordpress so I was so glad you blogged about it! I also read fervently Sleeplessspirit and Mookie because it seems I can’t get enough of the cuteness of Kotoko and Naoki! ^_^

          • Well I have to say, your writing about dramas in French sounds so elegant. I always think French sounds elegant, haha. Your English is great too! Actually I know another blogger who is French, she has a blog called Himono Tales. She writes in English though and her English is seriously better than mine is. =_=

            Hehe I wouldn’t say Itazura is more calm because I spazz out over it a lot, but I like the more serious moments that it has! Ah yes, my favorite posts about Itazura are by Mookie!!

          • Haha, that’s the exoticism of the foreign language ;)
            I know a few French bloggers who blogs in English, and it never fails to amaze me. Himono Tales is one of them, and there is also Mystisith, but she’s more on the korean dramas’ side! Even if my English improved a lot by watching dramas and reading blogs, I could never write a whole post in English! >_<"

            Well, I’m certainly not calm about Itazura, but in my opinion, the show itself is less over-the-top than, say, the taiwanese version and a bit more measured…But, I agree. Each time I watch an episode, especially when Naoki shows his (denied) affection towards Kotoko, I end up getting all excited (even if it’s a VERY small thing or very short moment)…Hehe. It sure might help that I developed a big (really big) crush on Furukawa Yuki. :P

          • Himonogirl really impresses me, her writing in English is so great. >_<

            Yeah I always spazz out whenever I watch an episode of Itazura! But I also liked the high school episodes because it made me feel nostalgic. I think pretty much everyone is crushing on Furukawa Yuki now! ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s