Pilotathon de Printemps 2013 : Hatarakou Maou-Sama ! (Le roi de la frite)

Voilà qui ramène des souvenirs. 

Cet anime a une intro qui ressemble énormément à celle de Maou Maoyuu Yuusha : un monde magique, une guerre entre démons et humains, un héros qui parvient à pénétrer le donjon du roi-démon et à le défaire. Jusqu’ici, on est en terrain connu. Mais au lieu de former une alliance pour la paix avec le héros, le roi-démon est exilé avec son plus fidèle serviteur et promet de revenir pour reconquérir son ancien royaume. Il atterrit dans le Tokyo d’aujourd’hui, perd une grosse partie de ses pouvoirs magiques et commence à travailler à McDonald’s MgRonald. Le jour où il est définitivement embauché comme employé permanent, il rencontre une jeune femme croisée un peu plus tôt qui l’accuse d’avoir utilisé de la magie et qui ne tarde pas à le démasquer. C’est Emilia, le héros qui l’a vaincu !

Il y a quelque chose d’incroyablement fun et absurde dans le fait de voir le roi suprême des démons, que nous avons vu tuer sans merci les humains, se retrouver en bas de l’échelle sociale à servir frites et hamburgers dans un petit fast-food miteux. J’ai apprécié qu’ils rendent certains détails fidèlement : la crasse des appareils, le stress pour des broutilles, la course à la performance, les nouveautés bizarres qu’il faut absolument proposer et bien sûr évidemment la machine qui casse alors qu’on en a absolument besoin. Le seul reproche que j’ai à faire c’est qu’en plein rush de midi il devrait y avoir plus de gens dans les cuisines et beaucoup plus de bousculades que ça, mais ils ont tout de même pris soin de leur mettre des coéquipiers dans le fond. Il y a aussi quelque chose d’ironique dans la manière dont le roi-démon s’adapte vraiment bien à ce job, et je peux confirmer que les cuisines de ces fast-food ont définitivement quelque chose de démoniaque.

[Hatarku%2520-%252001%2520-19%255B2%255D.jpg]

Nous avons donc une sorte de Mao-Yuu à l’envers où le roi-démon est redevenu un homme (yay !) et où c’est lé fameux héros qui est une femme. Je ne m’attendais pas du tout à ce que ce soit aussi drôle, à ce que les personnages soit aussi immédiatement attachants. L’anime est bourré de bonnes idée (comme celle de leur faire parler leur propre langage au début, une espèce de yaourt qui leur fait prononcer « Katsudon » comme « Cat’s Doom »), a de bons dialogues (je crois que c’est un peu le seul anime cette saison à qui je peux faire ce compliment, même si RDG se défend bien) et surtout n’a pas peur de ridiculiser complètement ses personnages sans pour autant vouloir en faire des caricatures. Le serviteur de « Sadao Mao » en est un bon exemple, et j’ai hâte de voir comment cette Emilia Yuusha va prendre sa place en tant que personnage de comédie dans cette bande de dégénérés.

Verdict : Good Sushi + C’est rafraîchissant de voir un anime qui ne se veut pas autre chose qu’une bonne comédie. Si vous avez envie d’une nouvelle édition des Visiteurs à la Japonaise, allez-y !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s