Ils arrivent…les Titans ! (Shingeki No Kyojin)

Kyaaaaaaaaaaaaaaakyaaaaaakyaaaaaaaaaaa Shingeki No Kyojin est adapté en anime et va sortir au printemps !!!! OMFG !

Regardez simplement :

Hum. Reprenons depuis le début. En ce moment je ne sais pas pourquoi mais j’ai besoin de dévorer des fictions post-apocalyptiques à mon petit-déjeuner (effet des partiels ? est-ce la sublimissime série Shin Sekai Yori m’a rappelé à quel point c’est extra quand c’est bien fait ?) et je suis tombée plus ou moins par hasard sur ce shonen. J’ai lu le synopsis quelque part, et j’ai tout de suite voulu en savoir plus. Voilà ce que j’ai pensé des 41 premiers chapitres. 

Un jour je serais légionnaire

La population humaine a été exterminée par une attaque de titans mangeurs d’hommes, et les survivants se sont tous unifiés et regroupés dans une cité autour de laquelle ils ont construit des murs immenses pour se protéger. Après 100 ans de calme, un titan d’un genre inconnu plus haut que le mur crée une brèche et une foule de titans parvient à entrer dans une partie de la cité. Le jeune Eren et sa soeur adoptive Mikasa voient leur mère dévorée sous leurs yeux. Ils se réfugient dans une strate interne, et Eren jure d’intégrer plus tard la Légions des Éclaireurs, une force militaire quasi suicidaire qui explore le monde hors de la cité pour faire des recherches sur les titans. Cinq ans plus tard Eren et Mikasa font partie de l’élite. Alors qu’ils patrouillent, le géant qui avait percé le mur réapparaît, et c’est de nouveau le chaos…

Des cannibales à Babylone 

« Epique » et « Badass » ne suffisent pas à rendre justice au manga. C’est simple le degré d’adrénaline produit est tel qu’on est littéralement scotché à la page en attendant avec un mélange de crainte et de fascination ce qui va se produire après. Ne vous laissez pas décourager par le style un peu amateur du premier chapitre, c’est un tout premier jet pour l’auteur si j’ai bien compris et il faut laisser passer un peu de temps avant qu’il ne s’affine. Mais rapidement on réalise à quel point il a le sens du mouvement, du suspense (mon dieu le suspeeeeeense) et surtout une maîtrise impeccable de l’anatomie humaine qui lui permet de créer des batailles titanesques (au premier sens du terme) et de traiter les scènes de cannibalisme de manière directe sans tomber dans l’exagération gore. Il a aussi un impressionnant sens de la mise en scène et de l’organisation des espaces et des formes (jugez par vous-mêmes ci-dessus) qui rend de manière terriblement matérielle et plausible la présence écrasante des titans.

Quand j’ai lu le scénario, mon premier réflexe a été d’aller voir quel était le magazine de publication en priant très très fort pour que ce ne soit pas Shonen Jump. J’ai aimé les shonens de ce magazine…quand j’avais 14-15 ans. Franchement une fois qu’on a soupé de leur formule « Amitié-Victoire-Courage », on va chercher des mangas un peu moins gnan-gnan. Je n’ai rien contre Naruto, One Piece et les autres mais c’est évident que les éditeurs ne veulent pas lâcher leurs poules aux oeufs d’or et les auteurs sont à la fois censurés et contraints de continuer leurs séries jusqu’à ce que mort scénaristique s’en suive. Leurs héros survivent à tellement de coups qu’on finit par se dire qu’ils sont invincibles et leurs héroïnes ne sont souvent que des seins sur pattes. Heureusement à mon grand soulagement SGNK n’est pas un shonen pour jeunes ados et à vrai dire je suis assez surprise de ne pas le retrouver dans la catégorie seinen. On se prend un réalisme cru dans la figure, les soldats ne sont pas des surhommes et meurent comme des mouches quand ils sont attaqués par les titans, les femmes sont des warriors qui n’ont rien à envier à leurs compagnons (et le génie de la légion est Mikasa) et elles ont des proportions humaines (merci Isayama, franchement c’est en train de devenir une rareté dans ce genre, des femmes avec des mensurations crédibles).

Une chose qui devient claire très vite : l’auteur est un maître scénariste. D’abord il ne commet pas la bourde que font beaucoup de mangakas, à savoir créer un monde parallèle ou post-apocalyptique où bizarrement tout le monde est Japonais. Dans ce monde il est clair que plusieurs ethnies ont du se regrouper en catastrophe et apprendre à cohabiter. L’histoire de Mikasa lui permet de développer un peu puisqu’on apprend qu’elle est « métisse » (si on peut parler de métissage alors qu’il n’existe plus qu’une seule civilisation) et que certains nourrissent encore des préjugés basés sur les traits physiques des uns et des autres. Visiblement tout le monde parle la même langue même si au fur et à mesure des dialectes propres au différents quartiers se sont développés (Sasha par exemple parle un patois dont elle a honte), et les gens se sont mélangés. L’auteur a pris le soin de donner à ses personnages des noms et prénoms très typés. Ainsi « Mikasa Ackerman » qui a une mère Japonaise a un prénom qui correspond à cette origine mais porte un nom aux sonorités Germaniques.  Les compagnons ont des noms qui évoquent différents pays d’Europe (Marco, Caroline, Reiner…) et si vous êtes un peu attentifs vous pouvez repérer certains noms qui sont directement inspirés des géants de la mythologie Grecque. Ainsi nous sommes projetés dans une véritable Babylone, et il est question de savoir si les titans sont une punitions divine ou une expérimentation qui a très très mal tourné. Aucune porte n’est encore définitivement fermée aux spéculations, et le manga offre un vaste champ de réflexion éthique et même philosophique.

Le fond du scénario repose sur trois bases sur lesquelles l’auteur a fait de solides recherches : logistique, politique, stratégie. Et même un peu de science, de mythologie et de technique (plus ou moins steampunk, mais plus « steam » que « punk »). Il prend le temps de bien expliquer entre les chapitres comment il a conçu les armes de ses personnages, comment la cité est construite, et comment les combats sont organisés lorsqu’il s’agit de couvrir des territoires immenses pour s’adapter au rythme des titans. Des scènes nous intronisent au fonctionnement de la politique dans cette cité-forteresse où les inégalités, la corruption et les sectes ont eu le temps de s’installer pendant la période de calme. Comme il est rapidement soulevé, ce n’est pas parce que les hommes ont trouvé un ennemi commun qu’ils vont s’unifier et marcher dans la même direction de manière pacifique. Bien vite les conflits d’intérêts repointent leur nez, quitte à mettre en péril les missions des légionnaires. Cette attention de l’auteur aux détails qui ne laisse rien au hasard et ne cède aucune place à la simplification permet une immersion totale. Pas le temps de s’arrêter sur des petites incohérences, nous sommes à 200% dans l’action !

L’apocalypse, c’est maintenant 

Mais ce n’est pas tout ! L’une des grandes qualités de l’intrigue est d’être très mystérieuse. Il ne se passe pas un chapitre sans qu’on se demande pourquoi les titans agissent de telle manière, et quand on croit (avec les personnages) qu’on sait quelque chose sur eux, un nouvel élément révélateur intervient et bouleverse complètement notre vision des choses. Pour résumer cette dynamique, à chaque chapitre (tous les chapitres sont très consistants et font plus de 40 pages) c’est comme si nous apprenions que la terre est ronde alors qu’on était persuadé qu’elle était plate jusqu’ici. L’auteur applique une technique très efficace : il a en tête tout de A à Z et distille des indices qui mis ensemble n’ont a priori aucun sens, jusqu’à ce que quelque chose fasse « tilt » et qu’on se rendre compte d’une vérité jusqu’ici cachée. Les révélations sont la plupart du temps de très mauvaises nouvelles pour nos héros, et nous font penser que la situation est pire que ce que nous nous étions imaginé.

J’en viens à l’ambiance du manga : ne le lisez pas si vous voulez quelque chose pour vous changer les idées, pour décompresser. C’est très noir, souvent horriblement triste et violent, et même déprimant quand on réalise que les efforts démesurés des héros sont bien souvent des coups de pied dans l’eau devant une force destructrice qui est déterminée à les exterminer. A ce propos je me demande si on peut appeler SGNK un manga « post-apocalyptique » puisque les personnages sont littéralement en train de vivre l’apocalypse au jour le jour pour la survie de l’espèce humaine. Quand les personnages crient « Nous le faisons pour l’humanité ! » ou perdent espoir de la sauver, on y croit. C’est dans cette perspective qu’on peut qualifier Shingeki No Kyojin de manga d’horreur, mais c’est tout autant un shonen puisque les valeurs du courage, de l’amitié et…de la victoire sont bel et bien là, même si elles sont développées avec beaucoup de subtilité et sans jugements superficiels de ce qui serait une bonne ou une mauvaise conduite. Le héros est même confronté à des choix éthiques capitaux et même lorsqu’il croit prendre la bonne décision (et nous avec lui), cela peut s’avérer après coup être une erreur qui coûte la vie à ses compagnons.

SKNK

Le plus incroyable dans tout ça c’est que l’auteur parvient quand même à insérer des tranches de vie touchantes ou éclairantes dans son histoire, notamment via les flashbacks. Et ne craignez pas que ça viennent couper le rythme, rarement j’ai vu le temps et la narration aussi bien géré dans un shonen. Lorsqu’on revient en arrière, lorsqu’on saute quelques années, c’est toujours pour une bonne raison qui a quelque chose à voir avec l’avancement de l’intrigue ou pour approfondir les motivations des personnages. Par exemple tout le passage où nous revenons sur la période d’entrainement des futurs membres de la Légions des Éclaireurs nous permet de mieux connaître les amis d’Eren et de Mikasa et de comprendre leurs relations. La mort les prend souvent par surprise et ce n’est pas facile de les laisser partir, mais par conséquent aucun n’apparaît comme un figurant de passage juste bon à prouver que les géants peuvent tuer un homme d’une pichenette. Je regrette souvent que dans les mangas ou les films d’action il y a une énorme disproportion entre la manière dont meurent les figurants lambda et la manière dont meurent les personnages principaux. Les uns ont droit à une demi-seconde d’attention tandis que les autres ont des pages/scènes entières dédiées à leur agonie. Ce n’est pas le cas ici, et de toute façon de manière logique l’auteur a bien conscience que ses personnages n’ont pas le temps de se lamenter et de faire leur deuil. Je ne retrouve pas non plus un autre gros défaut typique des animes/shonens, quand les héros sont sous la menace d’un danger immanent et se tapent la causette alors qu’un monstre ou un mecha veut les tuer…ET NE FAIT RIEN.

Enfin chose très inattendue il y a de l’humour ! Je me suis esclaffée à plusieurs reprises, il y a une excellente dynamique entre les membres des différentes milices et certains personnages un peu frappadingues sont même tout à fait conscient du ridicule triste des titans, dont au fond personne ne connaît les véritables intentions (je pense notamment à toutes les scènes entre Zoé Hanji et les titans capturés). L’auteur a aussi semé quelques graines de romance, même si souvent ça équivaut à désespérer encore plus parce qu’IL EST TROP TARD (uhuuhuuuuuu T__T), et si vous tenez absolument à avoir des bishonens le colonel Rivaille et Eren sont des BBT pur jus (je suis sûre et certaine que les fanfics existent déjà). Le manga a aussi l’avantage d’avoir un laarge panel de personnages très variés, et chacun peut trouver son légionnaire favori à qui il s’identifiera plus facilement ou qu’il admirera plus que les autres. Le seul bémol que j’ai à apporter à cette liste d’éloges (désolée j’ai recommencé avec les hyperboles, mais je n’y peut rien c’est l’enthousiasme) c’est le fait que certains discours peuvent tendre à être stéréotypés. En fait c’est surtout quand les hommes crient leurs convictions, mais d’un autre côté la situation est tellement horrible qu’on se dit qu’un peu de grandes déclarations fait du bien au moral des troupes. Sinon je n’ai vraiment rien à redire, le style, le rythme, le scénario, tout s’accorde pour créer une oeuvre marquante et obsédante qui nous fait remuer nos neurones et demander « pourquoi ? » sans que des réponses satisfaisantes soient encore apparues. J’ai très très hâte de savoir ce que le père d’Eren a bien pu cacher dans sa cave et d’ici là ça va être la torture d’attendre la sortie des chapitres (le 9 de chaque mois…misère).

L’anime est donc en préparation, l’équipe de production me paraît appropriée, et le teaser met l’eau à la bouche. Vivement avril !

13 réflexions sur “Ils arrivent…les Titans ! (Shingeki No Kyojin)

  1. super critique du mangas moi aussi je trouve qu’il est superbe surtout pour l’ambiance qu’il dégage lorsque débarque j’adore les dessin des titan on voit bien que le mangaka connait parfaitement l’anatomie humaine par contre j’ai trouvé qu’a certain moment on avait du mal à reconnaitre certain visage qui se ressemble assez

      • Justement c’est un point important du scénario qu’ils n’aient pas d’organes génitaux non ? Comme le fait qu’ils ne chassent que les humains et qu’ils ne les digèrent même pas. Et je crois qu’ils ont d’autres choses à faire que de se fabriquer des vêtements. Et pour cacher quoi justement ? Et quel rapport avec la maîtrise de l’anatomie ?

  2. Pardon mon franglais.

    « Epique » et « Badass » ne suffisent pas à rendre justice au manga. »

    OUI, il n y a pas des mots pour décrire ce manga! C’est bien plus qu’epique!!!!!!! J’ai lue tout le manga très vitement parce que je ne pouvais pas m’arrêter!!! J’aime beaucoup MIKASA (bien sûr!) et….j’ai un crush on Rivaille. ;) Je n’aime pas beaucoup Eren mais je lui aime quand il est en titan form, LOL. Je pense que Jean, son rival, est plus amiable. (likeable?) Je suis très curieuse pourquoi les titans attaquent les humains!

    Après j’ai fini le manga (up to the latest chapter), j’étais triste parce que j’avais attendre les nouvels chapitres. Mais j’ai entendue bientôt qu’il y avait un anime. Perfect timing, huh?!?!?!

    • Bonjour Heisui ^^)/ Je suis une grosse fan du manga aussi ! (la dernière révélation…je ne m’y attendais pas du tout ! Maintenant je suis encore plus curieuse de savoir ce qu’Eren va apprendre sur les titans !). Mikasa = <3 et Rivaille…*_* (j'ai un faible pour les loups solitaires bruns et mystérieux). Dans l'anime il va bientôt apparaître et j'ai hâte de voir comment ils l'ont animé ! J'espère qu'il a un bon Seiyuu.

      Je trouve que l'anime n'est pas aussi bon que le manga, mais on ne peut pas tout avoir, et il est quand même très réussi. Merci d'avoir fait l'effort de commenter en Français, tu a un bon niveau !

      Likeable = sympathique, agréable

      Aimable = kind, nice

      • Avez-vous regardée episode 9? Si tu n’as pas, tu dois le regarder pour RIVAILLE…IL EST TROP COOL. *w*

        Je suis d’accord avec toi, j’aime le manga plus que l’anime. Mais je m’amuse avec l’anime, surtout since il y a un novel épisode chaque semaine! J’attends chapitre 46 dans le manga pendant quelques mois!!!

        • Moi je suis abonnée à un site qui me dit quand les derniers chapitres sont sortis ^^

          Je n’ai pas encore vu les derniers épisodes de l’anime. I’m so immersed in the story that I prefer to save some episodes for later in order to watch them all at once. I’ve seen some pics of Rivaille and I’m satisfied with the result !

        • Moi je ne connais que l’anime et quand j’ai vu que qqc disait que le manga était mieu que l’anime … Je me suis senti … Vexé ?

          En tous cas moi j’en suis quand le bataillon d’exploration a réussi a avoir le titan féminin ! ( épisode 25 en anime ) et j’ai l’impression que les dessins de L’Attaque Des Titans sont bizarres … Je ne le dis pas dans le sens ou il y a du sans partout et des des images de morts atroces … Mais dans le sens ou comme je suis habitué à l’anime je ne vais apprécié ces dessins … J’ai vu ces dessins et je vous joure que ça ne me branche pas !!

          A votre avis je les lis ou j’attend l’anime ? Sachant que je pourrais être déçus par le mangas

          • Évidement je parle des dessins des mangas ( les livres )

            Voili voulou je voudrais avoir votre avis

          • Les deux approches se défendent, personnellement je préfère le manga parce que je le trouve mieux rythmé, mais l’anime est bon aussi. Je conseille le manga, bien sûr, mais pas la peine de se forcer si on n’accroche pas.

  3. Très bon article, je n’aurais pas dis mieux! Tu montres très bien en quoi SnK est aussi excellent, avec une petite note d’humour que j’ai franchement apprécié.

    Par contre …

    « et si vous tenez absolument à avoir des bishonens le colonel Rivaille et Eren sont des BBT pur jus (je suis sûre et certaine que les fanfics existent déjà). »

    J’ai esquissé une petite grimace, je dois le reconnaître. Certes, il y a du yuri avec Ymir et Historia … Mais Rivaille et Eren ? Des « bishonens » ? Je trouve le terme assez dégradant pour des personnages qui ont autant de classe et de personnalité. Et je vois pas comment les gens peuvent voir des choses entre eux. Du « yaoi amitié », oui, évidemment. Mais le reste ? J’avoue que je ne comprend pas trop. Mais bon, après tout.

    Mis à part ça (ne te méprend pas, c’est surtout le terme « bishonen » qui m’a fait tiqué, après du yaoi entre eux, même si je ne comprend pas personnellement, je ne vais pas critiquer si on aime ou pas), j’ai beaucoup aimé cet article. Bonne continuation ! (et vive SnK, il faut le dire)

    • Hello ! Le terme bishonen est dégradant ? Ah bon ? Personnellement je ne l’utilise pas de cette manière. C’est devenu péjoratif ?

      Personnellement je n’aime pas le yaoi (ni le shonen ai d’ailleurs) et je ne vois pas non plus d’ambiguïté entre ces personnages dans le manga, mais ça n’empêche pas les gens de laisser courir leur imagination. Je crois que je me suis mal exprimée, c’était juste une petite remarque (assez gratuite je dois dire) sur le fait que dès qu’il y a des persos beaux et ténébreux dans un manga ou un anime, on a des chances de trouver des délires yaoi sur eux sur le net. Personnellement ce qui m’intéresserait de lire ce serait des fanfics sur Eren et Mikasa (oui j’ai des goûts vieux jeu).

      Merci beaucoup pour ton commentaire et hourra pour SGNK (j’attends les prochains chapitres avec une impatience fébrile, surtout qu’on est enfin en train d’avoir des révélations importantes !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s