Flower Boy Next Door – Flower (Boy) Power! (Premières Impressions)

Capture d’écran 2013-01-12 à 20.38.18

J’aime les (bonnes) surprises, mais j’aime aussi avoir ce que je m’attendais à avoir. Flower Boy Next Door était un projet enthousiasmant en ce qui me concerne mais tout ce que je voulais, c’était que ce soit drôle et mignon. Et les deux premiers épisodes sont…drôles et mignons. Bingo!

D’ailleurs, j’ai bien peur que cet article sera essentiellement composé d’un seul mot (et de ses dérivés, on va essayer) : adorable. En fait, il n’y a pas grand chose de plus à dire que ça, parce que ces deux premiers épisodes de Flower Boy Next Door sont…adorables, justement.

Capture d’écran 2013-01-12 à 21.49.17 2 Capture d’écran 2013-01-12 à 20.25.34

Honnêtement, vue la promo (teasers et stills), j’avais un peu peur que le drama prenne la direction du trop « mignon » (hah. Vous avez vu, j’ai employé un autre mot qu' »adorable »!). Et dès les premières minutes j’ai été rassurée : oui ça allait être mignon mais pas excessivement mignon. Est-ce que ça va être profond? Je n’irais pas jusque là, bien qu’il faille se méfier de l’eau qui dort. Flower Boy Next Door a le bon réflexe de prendre au sérieux ses thèmes et ses personnages tout en baignant le tout dans une lumière de légèreté et d’insouciance, presque mélancolique même, à des moments.

Le pilote manque de rythme, c’est certain, et l’action a du mal à être réellement mise en route, même du deuxième épisode. Ceux qui ont l’habitude de me lire savent que j’ai plutôt tendance à apprécier la lenteur du déploiement narratif parce que ça permet d’établir les bases, les fondements de l’intrigue (bases et fondements sont parfois sacrifiés dans ce monde du toujours plus vite, toujours plus fort, et toujours plus sensationnel). Par ailleurs, que le drama prenne son temps à dévoiler son intrigue n’est finalement pas grave dans la mesure où les personnages, eux, sont bien définis, ne manquent pas de piquant et nous accrochent immédiatement.

La locataire du 402 – Dok Mi : La Rapunzel aux jumelles

Capture d’écran 2013-01-12 à 20.24.23

Dok Mi aurait pu être ma bête noire parce que, dans un magnifique paradoxe personnel, bien que son caractère me ressemble, les personnes excessivement timides, effacées et craintives ne m’inspirent pas toujours la sympathie (comme quoi : on n’aime pas forcément plus facilement ceux qui sont comme soi). Mais le personnage m’a conquise presque dès le début : Dok Mi est une « Hikikomori » plus qu’adorable, finalement plus timide et recluse que sans cervelle et sans personnalité. Sa marginalité et son originalité font même d’elle une héroïne parfaite de Kdramas parce qu’elle rend les autres personnages obligés de marcher sur des oeufs, incapables de réellement savoir comment la prendre et comment interagir avec elle, lorsqu’elle affiche une telle réticence à communiquer. Le risque qu’elle se révèle être une demoiselle en détresse était haut et n’est toujours pas tout à fait mis à zéro avec des deux premiers épisodes, mais c’est bien mieux que ce à quoi je m’attendais dans la mesure où Dok Mi a quand même un certain caractère et sait s’occuper d’elle-même toute seule, comme une grande.

Capture d’écran 2013-01-12 à 21.04.44

Cela dit, j’apprécie qu’elle soit non seulement pas aussi asociale qu’elle pourrait l’être mais également pleinement consciente de sa solitude et que celle-ci lui pèse de temps à autre. Comme le faisait remarquer Je-sais-plus-quel-blog, Dok Mi est malgré tout tendue vers l’extérieur. Ce désir est représenté par le biais de cette fenêtre par laquelle elle regarde le monde et l’autre. Au-delà du fait que cela la rende hautement suspecte et louche (le voyeurisme, c’est mal), cela montre que malgré son isolation et son obstination à rester chez elle, Dok Mi porte néanmoins une attention particulière à la vie extérieure : elle range les poubelles dehors, elle donne réellement ses trucs et astuces pour réduire la facture mensuelle à ses voisins alors qu’on pensait que ce n’était que des paroles en l’air, et elle regarde avec envie son voisin d’en face. Ironiquement, des choses finalement que d’autres, ceux qui vivent la « vraie » vie, dans le monde tumultueux, ne feraient pas nécessairement.

Elle est amoureuse de son voisin pour ce qu’il représente, plus que ce qu’il est vraiment puisqu’elle ne le connait pas. J’ai été par exemple frappée par le fait qu’au bout de trois ans, lui n’ait jamais regardé une seule fois par sa fenêtre et remarqué que quelqu’un passait son temps à le regarder. Enrique est dans l’appartement pour une nuit seulement et a déjà pincé Dok Mi ; ce qui prouve 1) que le voisin dont est amoureuse Dok Mi ne s’intéresse pas vraiment à autre chose qu’à sa petite vie, 2) qu’Enrique est fait pour Dok Mi, étant comme elle portée vers les autres. J’adore sa manière de la poursuivre, de la harceler pour lui parler alors qu’il voit bien qu’elle n’a qu’une seule envie : fuir.

Capture d’écran 2013-01-12 à 20.59.51 1 Capture d’écran 2013-01-12 à 20.59.53 1

Je pense que ce ne sera une surprise pour personne mais : je me contrefiche de son amour maladif pour son voisin d’en face (qui est le frère/cousin/quelque chose d’Enrique). Je tolère son comportement de stalker juste parce que Dok Mi est on ne peut plus attendrissante (et qu’elle ne peut/veut pas faire autre chose que regarder son voisin : elle n’entretient aucun désir de le rencontrer ou lui parler, bref, c’est un fantasme à l’état pur) mais j’ai vraiment hâte qu’elle le laisse tomber pour qu’elle aille goûter à la vraie vie, aux vrais sentiments amoureux et aux vrais garçons.

Le (nouveau) locataire d’en face – Enrique : Le sauveur sur-excité

Capture d’écran 2013-01-12 à 21.07.04

Sa future tendre moitié, Enrique, n’est pas moins attachante, dans son genre. Ça fait du bien de voir de la bonne humeur à l’état pur chez un personnage. Évidemment, je me doute que son sourire, ses bavardages et blagues incessantes cachent une personnalité plus profonde et plus complexe. J’espère juste qu’il va garder la pêche sur les 16 épisodes et qu’on ne va pas nous sortir les violons sur de possibles traumatismes (à la Me Too, Flower) et déceptions amoureuses…Sa tendance à être survolté et véritable moulin à paroles serait dans la vie de tous les jours assez insupportables au quotidien mais dans le drama, ça passe très bien : ses singeries et son excès sont hilarantes.

Capture d’écran 2013-01-12 à 20.59.51 1 Capture d’écran 2013-01-12 à 20.59.53 1

J’adore déjà sa différence monumentale de caractère avec Dok Mi : non seulement ça crée des situations hilarantes mais en plus, il est véritablement ce dont elle a besoin pour sortir de sa coquille. J’aime que, sans encore le savoir, les deux se complètent et s’équilibrent, Dok Mi en profitant de l’extrême sociabilité d’Enrique et Enrique du calme de Dok Mi. Même si ça paraît un peu cliché, j’ai vraiment trouvé le passage où Enrique parle tout seul (Dok Mi refusant de prononcer un seul mot) sans que pour cela n’altère vraiment la communication. Cela prouve que, malgré les apparences, il y a un niveau de compréhension commun entre les deux personnages et qu’Enrique est bien plus réfléchi, perspicace et sagace.

Capture d’écran 2013-01-12 à 21.58.30  Capture d’écran 2013-01-12 à 21.58.29

Le Flower Boy Next Door – Jin Rak : Celui qui regarde la Rapunzel aux jumelles, sans jumelles

Capture d’écran 2013-01-12 à 20.32.29

Le personnage secondaire dans toute sa splendeur. Il est beau. Il est adorable. Il est drôle. Il en pince secrètement pour sa voisine sans que celle-ci le sache (puisque ses yeux à elle sont exclusivement tournés vers son voisin d’en face – qui n’est pas Enrique) et fait ce qu’il peut pour se rapprocher d’elle sans parvenir à surmonter sa propre timidité pour lui avouer ses sentiments. C’est un dessinateur de webtoon et se sert de sa propre histoire avec sa voisine pour créer. Jin Rak est l’homme parfait dans l’absolu, mais pas l’homme parfait pour Dok Mi.

Comme je le disais plus haut, Dok Mi a besoin de quelqu’un qui la secoue un peu, la bouscule même un peu, pour qu’elle travaille sur sa phobie sociale et Jin Rak n’est certainement pas l’homme de la situation. Il serait le genre de petit copain aux petits soins de son amoureuse mais qui ne la forcerait jamais à tester ses limites et à sortir de sa zone de confort, ce qui, au final, ne rend pas service à la personne en question. C’est la raison pour laquelle je ne me sens pas envahie par le second lead syndrome. Pour des raisons évidents je suis charmée par le personnage mais je ne souhaite aucunement que Dok Mi et lui finissent ensemble.

Capture d’écran 2013-01-12 à 20.55.44

Scénario : B+. Pas très stimulant en soi et même assez juvénile lorsqu’on le compare aux autres travaux de Kim Eun Jung Madeleine ou Il Mare. On prend les ingrédients de base d’une comédie romantique, on les touille à l’infini (avec cependant un zeste de subtilité), et nous obtenons Flower Boy Next Door. Au programme : premiers amours, triangle amoureux et amour à sens unique. Soit : vu, vu, et vu. Je commence à me lasser un peu de trouver toujours les mêmes dynamiques mais le drama parvient à rester accrocheur grâce à son ton divinement sobre et décalé et à sa galerie de personnages hauts en couleur. Le point fort du scénario? Qu’il ne se repose pas (uniquement) sur les beaux gosses qu’il met en scène. Oui ces acteurs sont charmants et bien faits de leurs personnes mais l’écriture ne s’en remet pas juste à leur popularité : elle a véritablement quelque chose à offrir.

J’aime beaucoup que ce drama nous montre que « simplicité » ne soit pas synonyme de « vacuité ». Les personnages sont moins superficiels qu’ils en ont l’air au premier abord et les enjeux sont plus réflexifs que véritablement ancrés dans le sensationnel ou le jamais-vu. En effet, le but, il me semble, de la série n’est pas simplement l’histoire d’amour entre Dok Mi et Enrique mais comment Dok Mi va peu à peu sortir de sa coquille, comment Enrique va peu à peu apprendre à être sincère envers les autres et envers lui-même (sur ses véritables sentiments, qu’il a tendance à cacher), comment Jin Rak va parvenir à travailler également sur sa timidité en ce qui concerne Dok Mi etc. Chaque personnage va mûrir en entreprenant un voyage, une quête identitaire avec Flower Boy Next Door et j’apprécie grandement que le scénario sache distiller des détails par-ci par-là via la réalisation.

Capture d’écran 2013-01-12 à 21.40.17 Capture d’écran 2013-01-12 à 21.40.57

Réalisation : A. OuiMessieurs Dames, c’est comme ça qu’on tourne une comédie romantique! Les scènes sont bien éditées, les transitions bien effectuées, du bon travail signé Jung Jung Hwa. Ce n’est pas du jamais vu non plus, mais c’est tout de même pas si fréquent : la forme est au service du fond et prend parfois le relais de la narration. La caméra n’est pas simplement là pour nous montrer ce que le récit nous dit, elle est également là pour dire, raconter, suggérer, et participe à la consistance du tout. J’adore par exemple que l’appartement de Dok Mi soit aussi détaillé (les cactus, l’arrangement de l’espace etc) parce que cela apporte de nouvelles lumières sur son caractère.

La réalisation est parfaitement en adéquation avec le scénario : c’est sobre (mais pas vain), léger (mais pas futile) et terriblement fun. L’image est légèrement plus terne qu’à l’accoutumée, et je me demande si elle va s’éclairer au fur et à mesure que nos personnages prendront de l’assurance et parviendront à trouver une manière satisfaisante de vivre. Les effets comiques sont parfaitement exécutés, la musique n’est pas trop intrusive (même si parfois un peu trop cartoonesque), bref, la réalisation est selon moi un des points forts de la série.

Capture d’écran 2013-01-12 à 21.44.56

Casting : A-. Les fangirls seront ravies : voilà une belle brochette de mâles sur laquelle baver. Mais, tout comme les deux séries précédentes, les flower boys utilisés ne sont pas « que » des flower boys. Yoon Si Yoon, Go Kyung Pyo, Kim Ji Hoon, Mizuta Kouki ont suffisamment de charisme pour rendre leur présence justifiable autrement que par leurs belles gueules. Yoon Si Yoon n’est pas un acteur particulièrement fascinant ni particulièrement bon mais il endosse avec un naturel et un confort assez étonnant son personnage, comme s’il n’y avait aucune dissociation entre le personnage et l’acteur.

Je tiens à signaler que je n’avais pas d’antipathie particulière contre l’acteur : malgré ses maintes critiques pour son rôle dans Me Too, Flower, je ne lui en tenais pas vraiment rigueur car le véritable problème n’était pas son jeu mais son âge. Placé dans un contexte plus juvénile (du coup c’est Kim Ji Hoon qui passe pour l’ahjussi de la bande), il a l’énergie requise pour jouer Enrique, qui semble être un entre deux entre Cha Chi Soo (de Flower Boy Ramyun Shop) en moins sale gosse et Jae Hee (de Me Too, Flower) en moins dépressif. Kim Ji Hoon est hilarant, tandis que Mizuta Kouki apparaît un quart de minutes mais son sourire jusqu’aux oreilles a de quoi s’attirer les bonnes grâces des spectatrices.

Capture d’écran 2013-01-12 à 21.04.56 Capture d’écran 2013-01-12 à 21.43.56

Capture d’écran 2013-01-12 à 20.52.43 Capture d’écran 2013-01-12 à 20.33.21

Du côté des filles (oui je sais, il y a d’autres hommes dans la série, mais pour moi, pour l’instant, il n’y en a que trois qui m’intéressent), Park Shin Hye est sans grande surprise efficace. Tout le monde semble se mettre d’accord que ce n’est pas une actrice exceptionnelle, et je me rallie plutôt à cette tendance. J’avais en fait peur qu’elle verse dans le « cute » comme dans You’re Beautiful et Heartstring, et je ne suis pas fan du tout de ses moues gamines. Heureusement, elle s’en débarrasse ici pour endosser le rôle de Dok Mi et adopte un jeu beaucoup plus en retenue, parvenant ainsi à nous transmettre sans effort une sympathie quasiment immédiate pour le personnage. Je suis loin d’être ravie par contre de retrouver Park Soo Jin et Woo Ri (Kim Yoon Hye) que je trouve toutes les deux fades.

Capture d’écran 2013-01-12 à 21.34.03

Verdict : Good Kimchi. Non ce n’est pas un crack mais c’est une série que je trouve éminemment charmante dans sa simplicité et son honnêteté. Elle présente du potentiel sans se prend pas pour ce qu’elle n’est pas et n’essaie pas de nous en mettre plein les yeux pour dissimuler ses failles et ses défauts. Très loin d’être « in your face », toute pailletée et glamour, l’ambiance est bien plus intimiste et discret (le nombre restreint de personnages participe également à cette impression d’intimité). Non seulement c’est reposant, mais c’est aussi ce qui fait tout son intérêt.

6 réflexions sur “Flower Boy Next Door – Flower (Boy) Power! (Premières Impressions)

  1. J’ai beaucoup aimé les deux premiers épisodes également ^^ Je n’ai pas pu m’empêcher de penser un peu à Nobuta wo produce en regardant le drama. Dans le fond, les deux histoires sont assez similaire : une fille renfermée sur elle-même qui parviendra à sortir de sa coquille grâce au garçon super-populaire (avec l’histoire d’amour en bonus, forcément).
    J’avoue avoir un petit faible pour Jin Rak (son côté légèrement looser sans doute) xD Mais, comme toi, je ne le vois pas finir avec Dok Mi. Enrique est clairement celui qu’il lui faut et leur conversation à sens unique dans l’épisode deux m’en a complètement convaincu ^^

    • Salut Syn!
      Je n’aurais pas pensé à faire le rapprochement avec Nobuta wo Produce. C’est vrai que ça pourrait y ressembler, même si tu soulignes justement que ce qui fait la différence est le triangle amoureux entre Dok Mi, Enrique et Jin Rak.
      J’adore Jin Rak, mais parfois je me demande si je ne l’aime pas autant parce que Kim Ji Hoon joue merveilleusement bien le grincheux looser. Le personnage en lui-même doit encore faire ses preuves, tout les autres personnages secondaires qui, pour l’instant, ne sont pas très bien exploité…
      Merci pour ton commentaire…et, félicitations pour ton blog! =)

      • Hello! C’est vrai que, pour l’instant, les personnages secondaires ne sont pas très intéressants. J’ai vu les épisodes 3 et 4 hier et, par contre, je trouve Enrique et Dok Mi de plus en plus adorables et aussi étrangement touchants. Autant les deux premiers épisodes étaient presque « mignons, sans plus », autant là, je commence à devenir accro :p
        Merci beaucoup d’être passée sur mon blog ^_^ Pour l’instant, j’écris surtout pour moi même, mais je m’amuse bien alors je pense continuer sur ma lancé lol !

  2. Je viens juste de regarder le premier épisode,et sans pour autant être emballé à 100%,j’ai plutôt été charmé par ce pilote. Il s’en dégage une certaine fraîcheur que je ne pourrais pas décrire. Ce qui m’a peut etre le plus marqué,c’est l’amitié d’Enrique avec la fille qui a joué dans Hearstrings. C’est la première fois que je vois dans un épisode une amitié comme ça,qui parait seine,et où on ne sent pas que le garçon ou (la fille) fera tout pour gâcher le couple de l’autre. Après,bien sur,rien ne dit que ça n’arrivera pas dans la suite,mais pour l’instant je ne pense pas. Donc je suis pour l’instant entièrement d’accord avec ton Good Kimchi^^

    • Hello!

      Les premiers épisodes sont en effet charmants et dégagent une atmosphère différente.
      J’espère que la suite te plaira. Moi je bloque un peu en ce moment à l’épisode 6. J’ai lu vite fait des avis pour la suite et ils sont tous positifs donc il faudrait sans doute que je m’y remette…

      Merci pour ton commentaire! =)

  3. J’ai adoré ce drama , je le trouve très touchant, les personnages sont très convaincants , enrique est trop chou :3
    Mais j’aimerais savoir, dans l’épisode 7 au bout de la 41eme minute , connaissez vous la musique qui joue, j’ai cherché longtemps mais j’ai pas trouvé, je la trouve très belle, Merci bien de vos réponses :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s