Cheongdamdong Alice : Welcome to Temptation (Premières Impressions)

vlcsnap-2012-12-03-02h32m25s196

Je publie mes opinions en premier, mais une récap du pilote devrait suivre. 


Rain Shower -Every Single Day (thème)

Cheongdamdong Alice est un bon exemple de l’idée « prenons un vieux scénario tout démodé pour le dépoussiérer, l’actualiser et renverser un peu ses clichés. » Et cette histoire de Cendrillon se retrouve détournée avec des personnages paradoxaux : une héroïne qui certes croit en l’effort, mais dotée d’un brin de vanité et de pas mal de cynisme, un prince excentrique à deux visages qui mêle une affectation et une hystérie peu viriles avec une bonne dose de misogynie, et une histoire de vengeances croisées comme moteur de l’intrigue.

vlcsnap-2012-12-03-01h13m44s74

Commençons par notre Alice. Le plus surprenant à son propos, c’est qu’ils laissent Se Kyung ne pas être la cruche de province sur-enthousiaste et complètement émerveillée par tout ce qu’elle voit, prête à crier Aja aja fighting dès qu’il lui tombe une tuile sur la tête. Elle ronchonne, elle a déjà un peu d’expérience de galère derrière elle et se laisse un peu aller à être mélancolique. Elle est intégrée socialement, et a même un copain ! C’est un juste milieu agréable entre la jeune débutante paumée et la vielle fille aigrie qui sont principalement les deux types d’héroïnes qu’on retrouve dans ce type de dramas. Elle a même une famille complète (père ET mère ET frangins). Bref, c’est une jeune femme en galère à laquelle on peut s’identifier immédiatement.

vlcsnap-2012-12-02-23h58m41s107vlcsnap-2012-12-03-02h27m09s111

Ce qui est admirable c’est que le scénario fait en sorte de nous faire comprendre que quelque part, Se Kyung a gardé ses rêves de gamine profondément ancrés en elle et a même acquis une sérieuse technique pour les réaliser. Et elle est douée ! Tout le monde le constate : c’est une jeune fille brillante, seulement…le retour à la réalité a été dur après la sortie de l’université. En fait on le constate rapidement : CDDA est l’histoire d’une jeune femme qui a vécu une grande partie de sa vie la tête pleine de rêves et d’illusions (et qui en nourrit encore), et qui, une fois passée de l’autre côté du miroir (ou plutôt de l’autre côté des vitrines) se prend dans la figure une réalité impitoyable où elle n’a pas sa place.

vlcsnap-2012-12-04-23h48m54s54

Habituellement l’héroïne va pousser un énième Aja aja fighting ! et réussir à la gagner, cette place, à force d’honnêteté et de courage blah blah blah. Mais ici très rapidement Se Kyung comprend que si elle veut continuer dans la voie qu’elle a choisit, elle va devoir jouer les règles du jeu. C’est là où intervient la référence littéraire : je suis entrée dans un monde étrange et effrayant, et il va falloir que j’évolue pour gagner le petit jeu de la réussite sociale. Et aussi agaçant que ce soit, on se rend compte que Seung Jo n’a pas forcément entièrement tort en parlant des ressorts de la rivalité féminine et du complexe d’infériorité.

vlcsnap-2012-12-03-02h31m59s192vlcsnap-2012-12-04-20h54m17s22

Le petit coup de piquant final du pilote a été la révélation sur les diamants. Le drama joue avec l’image que nous avons de la gentille Cendrillon honnête et véritable parangon de vertu, en nous montrant une jeune femme qui craque à la coquetterie. Et quand même aller jusqu’à mettre les boucles d’oreilles de sa patronne, il faut oser. Donc nous avons une héroïne un brin vaniteuse, un brin cynique, à la fois passionnée et ambiguë quant à ses ambitions ? Waouh, je suis impressionnée. Enfin, le second épisode explore à travers sa rupture avec In Chan comment la jeune femme fonctionne et pourquoi elle est incapable, contrairement à lui, de renoncer à tout espoir. La scène de rupture était à la fois inattendue et pertinente, et place de solides bases pour expliquer comment l’héroïne en est arrivée à se lancer dans cette histoire de course au mari. C’est intéressant aussi de regarder en même temps I Miss You qui a d’énormes problèmes de continuité dans son intrigue (j’en suis toujours à ne pas toujours bien comprendre comment on est arrivé du point A au point B) alors que CDDA maîtrise parfaitement cet élément, au risque même d’être parfois un peu morne dans sa logique temporelle soignée.

vlcsnap-2012-12-04-03h02m15s101

Après Alice, on trouve directement la Reine de Coeur, Yeon Joo. Ils prennent le temps de nous expliquer comment elle fonctionne : elle fait tout en fonction de Se Kyung, et elle dépend littéralement de l’opinion que cette dernière a d’elle. Son petit manège pour en faire sa boniche ressemble furieusement à un jeu de gamine en manque désespéré de reconnaissance, qui veut absolument prouver quelque chose, et la terreur que lui inspire Seung Jo en dit long sur ses insécurités.

vlcsnap-2012-12-03-03h13m13s148 vlcsnap-2012-12-03-03h13m58s35

Un parallèle est jeté entre le parcours des deux jeunes femmes, qui ont finalement les mêmes ambitions mais qui emploient des moyens totalement opposés. Et évidemment le miroir que nous propose le drama sur la réalité n’est pas très flatteur : le mariage de Yeon Joo n’est qu’une forme de prostitution de luxe pour parvenir à ses moyens, tandis que celle qui travaille dur a tout juste le droit de lui porter ses paquets. En fait la situation d’aucune des deux femmes n’est enviable, et l’une doit se déchirer au travail pendant que l’autre doit rentrer dans certains codes pour qu’on lui accorde le rôle de potiche en titre dont tous les gestes sont jugés. In Hwa, la troisième femme, est en quelque sorte la princesse de sang, pur produit de son milieu social, qui le maîtrise parfaitement et qui nourrit (de manière compréhensible) un certain mépris pour ces filles de l’extérieur qu’elle voit débarquer sans avoir été invitées et qui convoitent son statut. La dynamique entre les trois femmes est un des aspects du drama que j’ai hâte de voir développée, et j’ai le sentiment que nous allons pouvoir sortir un peu de la rivalité duale et destructrice de base. 

vlcsnap-2012-12-03-03h02m28s48

Si vous vouliez absolument vous rafraîchir avec une comédie romantique « popcorn », vous ne pouvez qu’être déçu (les comédies de janvier seront plus de cet ordre). Les deux premiers épisodes sont amères, et ce qui fait le plus mal n’est pas la petite vengeance ridicule de Yeon Joo mais toute la désillusion de Se Kyung. Ironiquement, on peut même se demander si on ne lui reproche pas finalement de ne pas être une Deonjang Nyeo (ce que Seung Jo présume qu’elle est), de ne pas avoir économisé jusqu’au moindre centime pour se tenir au goût du jour ? En fait pour la première fois nous avons une héroïne qui se heurte violemment à un mur, et son credo « l’effort fait la force » contraste tristement avec son attitude désabusée. Sa décision à la fin du second épisode manifeste une volonté de survivante qui veut quand même y arriver, même si elle doit mettre de côté ses beaux principes. Encore une fois, je suis impressionnée que le drama veuille nous amener dans cette direction. 

vlcsnap-2012-12-04-02h48m55s43 vlcsnap-2012-12-04-02h49m15s231

Eeeet last but not least, Park Shi Hoo joue ici un rôle assez hors normes. Il est presque schizophrénique, nous avons d’un côté l’homme d’affaire froid et calculateur qui capitalise sur les désirs des femmes et de l’autre un ex dépressif qui mène sa petite revanche sur ceux qui lui ont pourri la vie avec le sourire. C’est un mixe entre Octave Mouret et le Chapelier Fou ? En tout cas Park Shi Hoo est comme un poisson qui a retrouvé son élément : la comédie romantique, et kudos pour passer d’une humeur extrême à l’autre de manière fluide. Il y a quelque chose d’à la fois hilarant et triste dans la façon qu’il a de se perdre complètement dans son délire avant de retrouver son masque de beau parti impeccable. Enfin, sa relation avec une femme telle que Se Kyung ne va pas DU TOUT de soi, et je suis très curieuse de voir comment ils vont interagir au-delà des confrontations brutales qui ont eu lieu entre eux jusqu’ici.

vlcsnap-2012-12-04-23h44m28s238

Casting : A Moon Geun Young prouve pour la quinzième fois de sa carrière que c’est elle la meilleure de la nouvelle génération, un point c’est tout. Elle ne connaît pas le sens de « minauder » quand elle joue, elle se jette à corps perdu dans son rôle, et ça paie immédiatement. Park Shi Hoo est comme un poisson dans l’eau, et de toute façon je pense qu’il est taillé pour jouer dans des comédies de bureau. Il prend son pied en jouant ce rôle d’excentrique et c’est un vrai plaisir à voir. D’ailleurs le plus gros reproche que j’ais à faire sur les deux premiers épisodes de CDDA : pas assez de JT/Cha Seung Jo ! Je veux plus, plus ! So Yi Hyun aussi donne l’impression de s’amuser avec son rôle de psycho-bitch qui marche en terrain miné (son expression quand elle voit apparaître JT dans l’ascenseur : LOL), et pour l’instant nous n’avons pas vu grand chose du reste du casting. Comme ces deux épisodes étaient plus un longue intro du scénario qu’autre chose, je pense qu’ils interviendront quand l’intrigue principale de la chasse à l’héritier sera bien installée.

vlcsnap-2012-12-03-00h13m59s76

Scénario : B + C’est sans aucun doute de la chick-lit dans toute sa splendeur, mais de la bonne chick-lit, celle qui est consciente du ridicule total du milieu décrit sans pour autant parvenir à tirer une croix sur le rêve de princesse qu’il sous-tend. En marge des détournements dont j’ai déjà parlé et de la critique de la superficialité de la mentalité qui domine le business du luxe, je retiens deux points intéressants : d’abord faire de la mégère de service une ancienne camarade de l’héroïne permet de sortir du cliché Médusa de la mode VS Nunuche, et ensuite cette histoire de course au millionnaire qui me faisait vraiment peur prend un tournant intéressant puisque nous devinons que Yeon Joo va « former » Se Kyung à attraper dans ses filets Cha Seung Jo (et en même temps probablement essayer de les manipuler), une idée qui promet d’être à la fois drôle et riche en rebondissements si elle est bien traitée. Je note aussi des dialogues vifs, intelligents et souvent drôles, comme lorsque Se Kyung demande à JT d’arrêter de jouer au CEO alors qu’il n’est que son secrétaire. L’ironie de Se Kyung est aussi un élément très plaisant  souligner. 

vlcsnap-2012-12-02-23h45m49s60vlcsnap-2012-12-04-03h12m09s168

Réalisation : C + Le drama pêche un peu par la médiocrité de la mise en scène. Il y a notamment une pauvreté des angles qui confine le drama à un rendu trop classique. C’est vraiment dommage qu’avec un tel thème et un décor aussi particulier le réalisateur n’ait pas su crée une identité visuelle forte, et j’aurais bien aimé qu’un vétéran s’en occupe au lieu d’un rookie. Le travail de finition n’est pas toujours très heureux (transitions…il faudrait qu’ils créent des cours pour apprendre à faire ça vite et bien à ceux qui s’occupent du montage en Corée du Sud parce que c’est un défaut qui revient quasi systématiquement) et la photographie n’a rien d’extraordinaire, mais j’ai noté des efforts sur la musique (excellent thème final, quelques expérimentations intéressantes pour les scènes tendues) et sur les costumes. Enfin la direction d’acteurs est au poil, et mis à part les noobs personne ne téléphone sa performance.

Cher Père Noël, cette année je veux un Cha Seung Jo, avec sa fourrure. Sexy, drôle ET douillet.

Cher Père Noël, cette année je veux un Cha Seung Jo, avec sa fourrure. Sexy, drôle ET douillet.

Verdict : Good Kimchi Ce drama est une carricature, mais une carricature qui ambitionne de tendre un miroir sur la réalité sans vouloir la déformer, mais plutôt en souligner l’absurdité. Ayez aussi en tête que c’est une comédie romantique de bureau, et que je suis forcément biaisée sur ce genre (J’adore inconditionnellement les romances de bureau, que les héros soient dans un rapport hiérarchique dans la même boîte ou en concurrence). En même temps je conseille CDDA en tant que nouvelle approche actualisée, et pertinente du genre. Comme Baby-Faced Beauty semblait avoir été écrit pour les années 80/90 et qu’I Do I Do s’est plus concentré sur l’évolution socio-culturelle du statut de la femme que sur la dynamique de bureau, c’est rafraîchissant de voir un drama à la fois actualiser et recentrer le sujet. Maintenant si il pouvait y avoir plus de Cha Seung Jo, je serais aux anges !

Advertisements

3 réflexions sur “Cheongdamdong Alice : Welcome to Temptation (Premières Impressions)

  1. Au début ce drama me tentait moyennement, on va dire que je suis pas une fan de Moon Geun Young! Mais je voulais pour rien au monde rater le nouveau drama de Park Shi Hoo!
    Donc pas vraiment le choix j’ai lancé le 1er épisode, et puis j’ai rapidement enchainé les 3 autres!
    Le drama fait un bon mix entre les scènes sérieuses et les marrantes! on a dire que c’était vraiment le drama que j’ai envie de regarder en ce moment!
    Au final Moon Geun Young me dérange pas trop, même si je trouve qu’elle a vraiment un physique de gamine!
    Park Shi Hoo est perfect,en même temps c’est dur de qu’il ne le soit pas!
    et puis dans l’épisode 3 grande surprise (oui j’avais pas regardé le cast complet) Kim Ji Suk arrive <3 <3

    Et au final je crois que lors de mon voyage en Corée, jvais aller voir les déco de noel à Cheongdamdong

  2. Moi je le suis ruée dessus dès que j’ai su qu’il était dans les « bacs » (ça sonne vieux à mes oreilles là x) )

    J’ai regardé avec un brin de peur le premier épisode puis j’ai enchainé le deuxième, prenant toujours l’idée qu’un pilote ce n’est … qu’un pilote. Et oui … malheur à moi je suis accro >_< J'ai vu les 4 épisodes en 1 journée, à rire comme une folle devant les pitreries de Park Shi Hoo (en même temps QUI ne pourrait pas fondre devant son sourire, ses mimiques d'ado qui refuse de grandir …) J'ai franchement l'impression, comme tu dis mina, qu'il prends son pied en jouant ce genre de rôle. Je suis à chaque fois bluffée par son "intemporalité" quand il joue. J'ai l'impression de regarder un jeune adulte post-ado doué plutôt qu'un homme mûr de 34 ans qui se trémousse devant une caméra.

    J'ai quand même peur pour la suite, car je ne sais pas si le drama va garder le pli du comédie-drame réaliste ou s'il va plonger à fond dans le drame … parce que là je pense pas que Park Shi Hoo arrivera à me garder.

    Par contre … rooh la bande son ! Bien trouvée, qui colle parfaitement au drama sans trop rentrer dans les musiques de Noël qui me gavent déjà depuis 1 mois XD

    Hâte de suivre la suite de tes aventures par tes articles ou en suivant ton journal de visionnage =D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s