The King of Dramas – The World is Mine? (Premières Impressions)

Je suis encore à la bourre! Bon, d’accord, honnêtement, j’ai un peu traîné des pieds pour commencer The King of Dramas…Heureusement, je ne me suis pas arrêtée à sa promo prétentieuse et à son scénario apparemment chiant parce que finalement, ça a été une agréable surprise. À la place de la méta lourdingue et ennuyeuse à laquelle je m’attendais, j’ai trouvé un drama au rythme soutenu qui doit surtout son charme aux épaules solides des deux acteurs principaux.

Résumé express des deux premiers épisodes

Anthony Kim (Kim Myung Min) est surnommé « le Roi des Dramas » car tous les dramas qu’il produit sont de grands succès. C’est un être froid, intransigeant, matérialiste, qui ne pense qu’en terme d’argent et par conséquent, a beaucoup d’ennemis dans son milieu (y compris dans sa propre équipe). Tout le monde attend le moment de sa chute, le moment où il fera une erreur. Et l’erreur arrive : en proposant une somme phénoménale d’argent à un coursier pour qu’il délivre la cassette en moins d’une demi-heure, il provoque indirectement son accident.

L’affaire est dévoilée au public par le second (et larbin) d’Anthony Oh Jin Won (Jung Man Shik). Cela crée une esclandre telle qu’Anthony perd son trône de Roi de Dramas et Oh Jin Won reprend les rênes de la maison de production Empire. Trois ans plus tard, Anthony a la possibilité de faire son grand retour grâce à un investisseur (et yakuza) japonais qui désire un drama sur l’occupation japonaise (du genre Bridal Mask…). Anthony Kim se souvient alors d’un script écrit par Lee Go Eun (Jung Ryu Won) reçu trois ans auparavant. Il n’a plus qu’à la contacter, mais le problème est qu’ils sont loin d’être amis, Anthony ayant brisé les espoirs de carrière de cette dernière quelques années plus tôt. Il la convainc cependant de faire un partenariat et la guerre entre Oh Jin Won et Anthony Kim se met alors doucement en place.

Commentaires

C’est un drôle drama que voilà. Pendant le visionnage, je n’ai pas senti de connexion particulière entre lui et moi, mais rétrospectivement, je me rends compte que j’ai beaucoup apprécié les deux premiers épisodes. Le pilote est étonnamment séduisant et efficace dans la mesure où il rentre immédiatement dans le vif du sujet.

Les personnages et leurs caractères sont immédiatement posés sans qu’on ne perde de temps inutilement. Les conflits jaillissent sans plus tarder tandis que les dynamiques entre les différents personnages sont exposées sans plus attendre. C’est vraiment rare qu’un pilote parvienne à être aussi concis et direct sans qu’on n’ait l’impression d’avoir manqué une coche à un moment donné. 

 

C’est cette énergie qui m’a fait rentrée immédiatement dans l’ambiance, même si je maintiens quelques réserves sur le scénario qui me semble encore un peu bancal. Je ne saurais pas très bien à quel genre exactement appartient The King of Dramas : une comédie? Une satire grinçante? En tout cas, le ton est bien plus sérieux que ce à quoi je m’attendais et les différentes situations, bien que parfois un peu tirées par les cheveux, sont bien plus dramatiques que prévues. Ce n’est pas forcément un mal, j’attends de voir ce qu’ils vont faire avec ça.

Il y a cependant un très bon potentiel comique : le drama a la tchatche, c’est le moins qu’on puisse dire. Les répliques fusent, les dialogues sont souvent intelligents, et les situations parfois ironiquement comiques. L’affaire du jus d’orange en aura marqué plus d’un je pense! J’aime que le drama aille jusque dans des détails qui nous paraissent ridicules (comme le jus d’orange) sans que cela soit pour autant hors de propos. Car derrière ça, il y a une réalité : le financement d’une production grâce à de la pub. 

Je ne m’y connais pas assez bien dans le monde de la production (télévisée ou cinématographique) donc je ne suis pas vraiment apte à juger si The King of Dramas parvient à montrer l’envers du décor avec une justesse particulière. Par contre, je sais que ce genre de milieu est impitoyable et que la concurrence est rude. J’ai apprécié que le drama ne cherche pas à romancer le milieu et qu’il nous offre à voir ce qui se passe dans les coulisses : et ce n’est pas toujours rose. C’est un nid de vipères avec tout le monde prêt à trahir tout le monde pour son propre succès, et je trouve le personnage principal, Anthony Kim, bien écrit. Il est arrogant, haïssable, et pourtant, je ne le hais pas (pas encore peut être). Certes, je n’irais pas jusqu’à dire que je l’apprécie (bien que le facteur « Kim Myung Min » ait un gros impact sur ma personne), mais il semble avoir pour l’instant plus de profondeur et de complexité que Go Eun (bien que j’adore ce personnage, plus sur ce sujet plus loin). 

   

Le deuxième épisode m’a vraiment plue également, plus même que le pilote car la résolution d’Anthony de reconquérir son royaume perdu est plutôt succulente à regarder. Et les échanges entre lui et Go Eun sont purement explosives, à notre plus grand plaisir. 

Réalisation : B-. Elle me laisse encore dubitative. Si elle descendait d’un cran, je pourrais facilement m’y accommoder, mais les grands thèmes musicaux grandiloquants et pompeux ont toujours tendance à me faire élever le sourcil droit. Par ailleurs, non seulement le choix des musiques sont discutables, mais son utilisation l’est également. Ooh La La Couple avait le même problème avec la sur-utilisation de la musique : avoir un fond sonore, c’est bien, mais n’avoir pas une seule minute sans musique, c’est lourd. De même, la caméra n’effectue pour l’instant pas de prises de vue remarquables.

La réalisation n’est pas mauvaise en soi, il y a même des passages musicaux qui m’ont plue, mais elle n’a rien de remarquable. J’espère juste qu’elle ne passera pas de « sans plus » à « imbuvable » parce qu’honnêtement, les musiques et mises en scènes grandiloquentes, ça peut tuer (jusqu’à un certain point) un drama. Genre, The Equator Man (bien que je vous concède que la réalisation n’était pas la seule responsable de l’agonie du drama). 

Scénario : B+. Plus dramatique que ce à quoi je m’attendais si bien qu’il me faut encore quelques épisodes pour déterminer si ce registre me plaît ou pas. J’apprécie que ce ne soit pas une farce bouffonne mais que le tout soit traité avec grand sérieux. Seulement, parfois je trouve que le drama se perd un peu dans son sérieux en oubliant de prendre un peu de recul dans le processus. Du coup, les personnages et les situations sont un peu extrêmes, au bord de la caricature parfois. Il y a les gentils, et les méchants. Anthony Kim étant le seul apparemment à se situer dans un semblant d’entre-deux. L’écriture manque également parfois de finesse lorsqu’elle veut jouer sur la symbolique (comme l’anneau qu’Anthony perd lors de l’accident provoquant la mort du coursier, ou encore les phrases prophétiques de Go Eun en colère lorsqu’elle quitte son bureau) mais heureusement, on reconnaît la patte du scénariste de Harvest Villa, avec sa tendance à pratiquer l’ironie.

Si l’intrigue en elle-même n’est pas ce qui m’excite le plus, j’adore déjà la dynamique entre Go Eun et Anthony. Mais j’adore, vraiment. Parce que si elle démarre sur des mauvaises bases, c’est un peu plus subtil qu’une relation amour/haine. Anthony n’est pas particulièrement dur avec Go Eun, même s’il n’est pas honnête avec elle, et Go Eun n’est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, ce qui est rafraichissant. Elle n’est ni maladroite, ni nulle, ni en besoin d’une immense somme d’argent dans l’immédiat, ce qui change un peu les rapports entre les deux personnages principaux. 

Anthony n’est pas un personnage foncièrement sympathique. Il ment sans vergogne pour arriver à ses fins et manipule plus d’une fois Go Eun (la première fois pour retoucher le script, la deuxième fois pour s’assurer qu’elle va travailler avec lui, profitant de son ignorance en japonais). Mais à côté de ça, il ne semble pas non plus être un cas désespéré du point de vue moral et j’ai apprécié ces petites touches  qui donnent un peu de consistance au personnage. Et ce que m’a un peu mise de son côté (même si je veux qu’il souffre un peu, retour de karma oblige!), c’est sa tendance à se mettre à pleurer quand il est trop inquiet. Je ne pensais jamais pouvoir dire un jour qu’un personnage dépressif est divertissant mais…si.

Je sais pas, ça m’a ramollie de voir que cette grande gueule est stressée et qu’il doit prendre des médicaments pour ne pas craquer toutes les deux minutes. Il est loin de la caricature à laquelle je m’attendais, et au lieu d’être excédée par ce personnage, je suis finalement curieuse d’en découvrir plus sur lui. En face de lui, Go Eun est un contrepoint délicieux face à l’extravagance (ne serait-ce que vestimentaire : mon Dieu, Anthony Kim…) et au matérialisme d’Anthony. Elle ne manque pas de culot, elle dit ce qu’elle pense quand elle le pense, ne se laisse pas marcher sur les pieds et semble on ne peut plus réglo. La fille sympa et bien dans toute sa splendeur.

   

On a donc immédiatement de la sympathie pour elle, bien que j’aurais aimé qu’on ait également quelques ambivalences à son propos, ce qui pourrait éventuellement éviter toutes constructions binaires (et manichéennes) des relations entre les personnages. Non pas que je veuille ne pas l’aimer, seulement j’aurais aimé qu’elle ait un peu plus d’épaisseur dès le début.

Mais son évolution aux côtés d’Anthony risque d’être vraiment intéressante (et fun!). J’apprécie vraiment le fait qu’ils soient dans le même bateau, et finalement, au même niveau. Elle, en scénariste débutante, doit encore tout prouver au monde entier, tout comme lui, en roi déchu, il doit re-prouver son talent au reste du monde qui lui a tourné le dos dès le premier problème venu. 

 

Casting : A. J’adore! Kim Myung Min et Jung Ryu Won sont une paire gagnante avec une chimie craquante et une aisance étonnante dans la peau de leurs personnages. Sur papier, je ne savais pas s’ils allaient fonctionner ensemble mais franchement avec le simple pilote, j’étais vendue.

Je ne sais pas exactement ce qui fait que ça marche, mais ça marche du tonnerre. Pas forcément d’un point de vue romantique, mais en tout cas, la dynamique entre les deux personnages est magistralement bien rendue par les deux acteurs. Chapeau. J’ai toujours un faible pour Kim Myung Min depuis Bad Family même s’il y avait tendance à être un peu OTT de temps en temps. C’est donc avec plaisir que je le retrouve ici et sa justesse dans ses expressions est à saluer. Il adopte un jeu plus sobre, ne passe pas son temps à crier (ce dont j’avais très peur) et délivre une performance pleine d’intensité et de passion. Anthony Kim aime son métier, Kim Myung Min aussi.

 

Et Jung Ryu Won n’est vraiment pas en reste. Comme je l’avais dit dans la Preview de Novembre, c’était une actrice qui me laissait plutôt indifférente, même si je reconnais qu’elle a un sourire très doux et communicatif. Je n’ai pas vu History of a Salaryman (et je me fais une mission de le regarder avant la fin de l’année, ce qui ne me laisse pas tant de temps que ça, finalement) mais les échos que j’ai eu sur sa prestation était très bons. Et cela se confirme dans The King of Dramas. Jung Ryu Won est une actrice à suivre, à n’en pas douter. 

 

Verdict : Good Kimchi (-). I’m IN! Lorsque c’est drôle, c’est vraiment drôle. Lorsque c’est sérieux, c’est vraiment sérieux. C’est plutôt une bonne chose car cela montre la capacité du scénariste à aller jusqu’au bout de ses idées, sans s’arrêter en plein milieu. Maintenant, il faut voir comment il se dépatouille avec ces deux registres, et comment il va faire évoluer ses personnages. Si on peut peut être regretter son manque de subtilités et sa tendance à dramatiser, au final, The King of Dramas offre un divertissement plein de mordant que je vais me faire un plaisir de suivre (malgré des cliffhangers pas terribles). Il reste encore à voir les personnages d’Oh Ji Eun et Choi Si Won, et si la suite est au niveau des deux premiers épisodes, je pense qu’on tient une bonne comédie pour cette saison!

10 réflexions sur “The King of Dramas – The World is Mine? (Premières Impressions)

    • Coucou!
      L’avantage de King of Dramas c’est que tout avance vite, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Et j’adore les acteurs principaux! Merci pour ton commentaire! =)

  1. J’ai visionné le premier épisode sans trop d’attente… et j’ai été immédiatement accrochée!
    Je me demande quelle direction va prendre le drama: comédie ou drame, parce que c’est vrai que si la forme peut être comique, le fond, lui, ne l’ai pas tant que ça!

    • Hello Emmanuelle!
      Je me demande aussi si le drama va finir (ou pas) par choisir un des deux registres. S’il pouvait être capable de les mener tous les deux de front avec brio, ça me plairait beaucoup parce que ce que j’aime dans King of Dramas c’est justement toutes ces scènes et ces répliques pleines de sarcasmes, d’ironie et de second degré.
      Merci pour ton passage, et à la prochaine! =)

  2. Nous sommes d’accord . ! J’ai juste eu un peu peur avec la scène finale du second épisode, mais je croise les doigts… Entre King of dramas, Can we get married et I Miss You, il y a de quoi faire en ce moment…
    J’ai hâte de lire tes impressions sur History of a salaryman. (Tu verras pourquoi tout le monde adore Jung Ryu Won désormais ;) )

    • Salut Éclair!
      C’est vrai que la scène finale de l’épisode 2 m’a un peu surprise tellement elle semblait ne pas convenir dans l’ambiance et l’intrigue générales. Mais finalement, j’aime pas l’utilisation qu’ils en font, et l’épisode 3 était, jusqu’à maintenant, je pense, l’épisode le plus drôle de King of Dramas. Je ne sais pas où tu en es rendu, donc je m’arrête là pour ne pas te spoiler =)
      Sinon, j’avais lu aussi ta critique de Can we get married? Le drama me fait de l’oeil depuis le début, mais j’ai une assiette plus que pleine avec tous ces dramas commencés depuis un mois (voire deux pour Faith…) et que je ne semble pas parvenir à terminer. Une fois Nice Guy, Vampire Prosecutor et Faith terminés, j’irais jeter un coup d’oeil sur Can we get married? ainsi que sur History of a Salaryman (si je parviens à trouver les sous-titres pour ce dernier!).
      Merci beaucoup pour ton commentaire en tout cas! =)

      • Je te rassure j’ai le même problème que toi, et il y a encore trop de dramas dans ma liste de visionnage ;)
        J’essaye de m’y attaquer, mais il n’est pas évident de suivre en même temps l’actu US, sans compter les autres découvertes du moment !
        De rien pour le commentaire, c’est toujours un plaisir de lire vos avis.

        • Oups, je devais penser à autre chose lorsque j’ai écrit ma réponse à ton commentaire. Je voulais dire bien sûr que j’aimais l’utilisation qu’ils ont fait de l’intrigue du gang de yakuzas, et non que je ne l’aimais pas…D’habitude, je me relis avant de cliquer sur « réponse » mais cette fois je ne l’ai pas fait. Ça m’apprendra^^.

          Je sais pas comment les personnes (comme toi ou Livia) qui suivent aussi des séries d’autres horizons parviennent à maintenir le rythme. Moi juste en restant centrée sur la Corée du Sud je me sens débordée. Je vous admire ^_^.

  3. Bonjour et merci pour cette très bonne critique. Ayant visionné les 4 premiers épisodes,King of Drama est effectivement une très bonne surprise de cette fin d’année.
    Comme ecl75, j’ai hâte de lire vos réactions sur History of a salaryman, l’un de mes dramas favoris, malgré les derniers épisodes un peu plus conventionnels. Lee Bum Soo et Jung Ryu Won sont absolument cultissismes dans leur rôle !

    P.S. : j’en profite pour vous remercier pour votre classement drama qui m’a permis de découvrir la série « Smile, you »

    • Bonjour Madclio!

      King of Dramas est pile ce dont j’avais besoin : de la comédie, du sarcasme, du sérieux et des acteurs au meilleur de leur forme. Comme je le disais à Éclair, je vais attendre de terminer mes dramas en cours avant de me lancer dans l’aventure d’History of a Salaryman car j’ai l’intention de le regarder très attentivement.
      Aussi, je suis absolument ravie (mais vraiment!) que vous ayez découvert Smile, You grâce au classement des K-Dramas parce que c’est une série qui, sans être parfaite, a suffisamment de chaleur pour mettre du baume au coeur.

      Merci d’avoir pris le temps de commenter, et à bientôt j’espère!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s