The Thousandth Man – Épisode 8 (Fin) : Le Dernier Homme de ma Vie

Et ainsi, The Thousandth Man trouve sa conclusion dans ce huitième et dernier épisode. Au programme, beaucoup d’héroïsme de la part de nos mâles, bien décidés à prouver à leur tendre moitié l’étendue et la grandeur de l’amour qu’ils leur portent. Si Mi Mo et Mi Sun semblent finalement céder, Mi Jin elle, vole la vedette à Eung Suk au dernier moment. Je ne cache pas que cette finale est une déception mais je garde néanmoins une bonne impression de la série dans son ensemble.

RÉCAP’ RAPIDE

Je suis un renard maléfique

Après avoir connu la peur de sa vie avec Mi Jin, Kyung Suk se rue au commissariat pour raconter son aventure aux policiers. Évidemment, c’est un récit sans queue ni tête et l’agent pense que l’homme est ivre. Arrive Mi Jin, et Kyung Suk hurle de terreur disant que le monstre dont il parle est elle. On lui demande sa carte d’identité et l’agent bloque sur sa date de naissance (1962), qui ne correspond pas avec l’âge qu’elle semble avoir. On lui pose deux-trois questions comme sa profession et sa relation avec Kyung Suk. Eung Suk arrive à ce moment-là pour aller les chercher et comme Mi Jin n’a pas l’air particulièrement suspecte aux yeux de l’enquêteur, on la laisse repartir.

Rendus chez eux, Eung Suk l’interroge sur ce qu’il s’est passé pour qu’ils en soient au poste de police. Les yeux humides, elle lui répond qu’il ne la croira pas mais…ce qu’a dit Kyung Suk est la vérité : elle n’est pas la fille normale qu’il pense qu’elle est, mais un renard maléfique. Eung Suk n’en croit pas ses oreilles tandis qu’elle continue : « Je voulais paraître comme une humaine jusqu’au bout et non pas se quitter de cette manière. Je suis désolée. »

 

Flashback au moment où son mari à l’ère Goryeo apprend la vérité. Il y a dans ses yeux de l’incompréhension et de la douleur mais Mi Jin à l’époque n’a pas pu s’expliquer car les gardes étaient à ses trousses. La suite, on la connaît… En 2012, Eung Suk explique que ce qu’elle est lui importe peu. Humaine ou non, il restera à ses côtés, lui dit-il en la prenant dans ses bras.

De son côté, Mi Sun continue de se faire du mauvais sang, se demandant ce qu’elle peut faire. Eung Suk se réveille seul dans sa chambre, Mi Jin ayant disparue. Elle est en fait dans le bureau de sa mère, les genoux repliés, la tête appuyée contre le mur, en train de pleurer. Elle avoue à sa mère qu’elle a tout dit à Eung Suk parce qu’elle voulait être honnête avec lui et que Kyung Suk l’a vue sous sa forme de renard. Alarmée, Mi Sun décide que la meilleure solution est de disparaître. Elle fait savoir à son secrétaire qu’elle compte fermer boutique, et ce dernier pense que c’est pour des raisons financières. Il lui tend son carnet de compte, prêt à tout lui donner pour qu’elle ne parte pas. Elle s’énerve et il part en pleurant. Mi Mo fait irruption dans la pièce et Mi Sun la prévient qu’elle compte également déménager.

 

Kyung Suk et Eung Suk se disputent au sujet de Mi Jin. L’un ne voulant pas croire que celle qu’il aime soit un renard et l’autre ne comprenant pas pourquoi il ne peut pas agir en conséquence. Il pense qu’il a été ensorcelé et lui demande de revenir à la raison. Eung Suk est choqué d’entendre son ami dire de choses aussi méchantes sur le compte de Mi Jin mais Kyung Suk insiste, lui rappelant les phrases bizarres qu’elle a dit. La famille Gu vide la maison, le cœur lourd. En apprenant la nouvelle, Woo Hyun demande à Mi Mo de se voir, pour lui demander de l’attendre car il part faire son service militaire. Sur les ordres de Kyung Suk, des gangsters font apparition à la maison des Gu, ayant pour consigne de ramener Mi Jin ou un des membres de sa famille.

Woo Hyun amène Mi Mo au terrain de basket, lui demandant d’attendre jusqu’à ce qu’il puisse mettre un panier. Elle semble seulement se rendre compte à ce moment-là à quel point il est amoureux d’elle et Woo Hyun le lui répète : il l’aime parce qu’elle est elle. Mi Mo prend alors sa décision, elle choisira Woo Hyun comme partenaire pour ses vieux jours (qui sont maintenant haha). Il reste un instant interdit, ne voulant pas croire trop tôt à sa chance, puis la rattrape pour la faire virevolter dans ses bras et enfin l’embrasser. Aww.

Bien que Secrétaire Park ait essayé de la défendre (aww), Mi Sun se trouve traînée au restaurant Last. Elle est outrée par ce stratagème pour attraper Mi Jin, tout comme l’est Eung Suk lorsqu’il apprend que c’est l’œuvre de Kyung Suk. Mi Jin fait son entrée au moment critique où Eung Suk s’apprête à frapper son ami. Elle les regarde d’un œil noir.

Au revoir, mon cher amour!

Elle n’est pas seule cependant car deux minutes plus tard, les policiers arrivent. Pas de bol pour lui, c’est le même enquêteur qui l’a interrogé la nuit dernière et, blasé, ce dernier l’embarque au poste de police. Une fois seuls, Eung Suk s’excuse de la part de Kyung Suk pour tout ce qu’il s’est passé. Elle met cette question de côté et s’emploie à lui rappeler toutes les choses mystérieuses qu’elle lui a dit ou fait, comme la fois où ils sont allés au zoo pour regarder les renards. Elle lui explique d’où vient les gumiho et ce qu’ils doivent faire pour devenir humains : manger 1000 foies. Elle, a mangé 999 foies d’hommes qui l’ont sincèrement aimée malgré le fait qu’elle soit un monstre déguisé en humain, en particulier son mari de Goryeo, qu’elle ne parvient pas à oublier.

En entendant cela, Eung Suk applaudit, visiblement encore incrédule, disant qu’elle pourrait écrire des scénarios avec toutes ces histoires, mais lorsqu’il regarde à côté de lui, Mi Jin a disparu. Il la cherche dans la maison, et trouve dans sa chambre les photos que la mère de Mi Jin lui avait fait parvenir. Un coup de vent le distrait, et en face de lui se tient Mi Jin avec ses neuf queues sorties : « C’est ce que je suis. Un renard maléfique qui mange des foies. Est-ce que tu peux m’aimer, même dans cet état? » Pour toute réponse, il s’évanouit.

 

Kyung Suk reçoit un appel de l’hôpital où a été intégré Eung Suk. Il s’y rue, et la première chose qu’il fait est de vérifier que son foie est toujours là. Le médecin lui annonce alors qu’Eung Suk a une tumeur au cerveau incurable. On aurait tout aussi pu assommer Kyung Suk avec un coup de poing car ce dernier, tout en sanglotant, ne peut pas croire une telle chose.

Mi Jin de son côté médite : l’aime-t-il vraiment, ou n’a-t-il ressenti que de la sympathie envers elle parce qu’il pensait qu’elle était elle aussi victime d’une maladie incurable? Elle jette un coup d’œil au calendrier et remarque en tremblant qu’il ne lui reste que deux jours. Mi Mo ne parvient pas à dormir et va se réfugier dans le lit de sa sœur. Elle se colle à son dos, en quête de chaleur. Mi Jin est dans le creux de la vague cette nuit-là et les deux sœurs se mettent à pleurer, sachant leur temps ensemble compté.

À l’hôpital, Eung Suk réclame Mi Jin. Lorsqu’il se réveille plus tard, elle est à son chevet, dans ses pensées. Il lui prend la main et la porte à sa poutrine. En la regardant dans les yeux, il lui rappelle que même s’il sait tout maintenant, les choses qu’il lui a dites lorsqu’il ne le savait pas restent d’actualité : ce qu’elle est, il s’en fiche. Elle essaie de retirer sa main, mais il la retient en lui disant qu’il le lui donne. Une larme perle sur la joue de Mi Jin qui ne croit pas en la sincérité de son geste : il ne fait pas ça par amour, mais par compassion. Il lui répond qu’elle ne sait pas ce qu’est l’amour, ce qui la vexe, elle, ne pas savoir ce qu’est l’amour? Il lui explique que si elle avait aimé un seul des hommes qui lui ont offert leur foie, elle n’aurait jamais pu les prendre, tout comme lui n’aurait jamais pu lui demander son foie. Mi Jin n’y tient plus finalement et quitte la pièce en pleurant amèrement.

Chez elle, elle se tord de douleur tout en pensant aux mots d’Eung Suk et de sa mère. Elle rêve à tous les hommes qui l’ont aimée et qui l’assurent qu’ils n’ont pas regretté un seul instant d’être morts pour elle. Elle se sent désolée pour eux mais l’un d’eux lui dit qu’elle était simplement en train d’apprendre à aimer, jusqu’à ce qu’elle rencontre le 1000ème homme. Il ne lui reste plus qu’un jour avant le jour-J. Sa mère et sa sœur viennent la voir, l’une pour la prendre dans ses bras, l’autre pour lui donner quelques mots de consolation comme quoi Eung Suk était une belle personne.

 

C’est la pleine lune et Mi Jin, sous sa forme de gumiho, se rend à l’hôpital, pour prendre le foie d’Eung Suk (la musique post-apocalypse en fond sonore est peut être un tantinet sur-dramatique non? Et le vent dans les cheveux de Mi Jin à chaque fois qu’elle est gumiho n’est peut être pas nécessaire non plus). Elle s’approche, se penche…tandis que mère et fille regardent la lune, avec l’espoir de voir revenir Mi Jin humaine. Mais Mi Jin n’a pas mangé le foie d’Eung Suk. Elle l’a transporté dans le jardin du restaurant Last pour le remercier de lui avoir appris ce que c’était de devenir humain. Il pense qu’elle a accepté de prendre son foie et, les larmes aux yeux, la remercie à son tour. Il se penche pour l’embrasser.

Elle s’approche pour un deuxième baiser durant lequel elle lui offre sa perle. Pendant le processus, la lune se teinte d’un rouge sang tandis que Mi Sun pleure de douleur, parfaitement au courant de ce que cela signifie. En recevant la perle, Eung Suk lui demande ce qu’elle vient de lui donner. Quelque chose qui le soignera, quelque chose qui contient ce que 999 hommes lui ont donné. Il proteste mais elle l’assure qu’elle a vécu suffisamment longtemps. Il la prend dans ses bras et elle lui demande de lui dire pour la dernière fois ces mots magiques qui donneraient tout le sens du geste qu’elle vient de faire. Une fois entendu le « Je t’aime » de la part d’Eung Suk, elle peut alors partir en paix. Elle se lève et s’évapore dans les airs, avec un dernier sourire triste, laissant un Eung Suk complètement anéanti.

 

Quelques années se sont écoulées dès lors, Eung Suk est marié et père d’une petite fille qu’il a amenée au zoo. Elle le tire par le bras, désirant aller voir d’autres animaux que les renards. En répétant les mots de Mi Jin auparavant, il lui répond que seuls les renards ont du pedigree : connaître un renard c’est voir l’amour. Mi Sun passe son anniversaire avec Kyung Suk et Eung Suk. Mi Mo l’appelle de l’étranger, ayant suivi Woo Hyun qui fait ses études là-bas. Et tout le monde « Joyeux Anniversaire ».

 

FIN

(DERNIERS) COMMENTAIRES

Ok, cette fin était vraiment bizarre à mon sens.

Je me doutais bien que Mi Jin allait sauver la vie d’Eung Suk, c’était gros comme une maison depuis quelques épisodes. Mais je m’attendais à un fin qui allait me faire pleurer à chaudes larmes, et si je reconnais avoir eu les yeux humides pendant certaines scènes, les moments dramatiques n’ont pas eu l’effet escompté chez moi. Bien sûr, le moment du départ définitif de Mi Jin a eu de quoi  serrer le coeur de n’importe qui, et mon coeur s’est enfin serré, mais d’une certaine manière, j’ai trouvé qu’il manquait quelque chose pour que la carte « émotion » soit efficace. D’abord, je pense que le choix de juxtaposer la mort de Mi Jin avec l’ellipse temporel où on voit Eung Suk au zoo avec sa petite fille était un peu maladroit et arrivant peut être un peu rapidement. On a du coup l’impression que le fait que Mi Jin se soit envolée dans les airs n’a pas grande incidence dans la vie d’Eung Suk que l’on voyait pourtant trente secondes plus tôt effondré sur son banc dans son jardin. Je pourrais dire de même pour la famille de Mi Jin, qui n’a même pas une pensée pour elle lors de l’anniversaire de Mi Sun. Je veux bien croire que la vie continue son cours malgré la mort, mais tout de même.

Au final, Mi Jin est celle qui perd le plus et celle qui donne le plus sans attendre quoique ce soit en retour. J’ai trouvé l’échange entre Eung Suk et Mi Jin à l’hôpital un peu étrange et un peu décevant de la part d’Eung Suk car il l’accuse injustement de ne pas savoir ce qu’est l’amour. Les derniers mots de Mi Jin le remerciant de l’avoir aidée à se comporter comme une « vraie » humaine m’ont désappointée, parce qu’honnêtement, je trouve le comportement de Mi Jin bien plus humain et humaniste que n’importe quel humain de cette série. Elle n’a jamais demandé d’Eung Suk autre chose que son amour, tout comme elle n’a pas réclamé le foie de son mari à l’ère Goryeo bien que son geste de la protéger au péril de sa vie prouve bien qu’il le lui aurait donné. 

En tout et pour tout, j’ai bien apprécié ce mini-drama. Je ne regrette pas qu’il ne soit pas plus long car vu sa difficulté à insérer une ambiance dramatique dans sa tonalité généralement légère, cela aurait eu plus de mauvais côtés que de bons, à mon avis. J’en viens finalement à regretter que le drama ne soit pas plus léger dans ses thèmes parce que comme je l’ai déjà dit, je trouve qu’il se débrouille très bien pour être entraînant, gai, maniant légèrement l’humour noir de temps à autre si bien que lorsqu’il s’agit d’être tragique, cela semble arriver comme un cheveu dans une soupe. Étant donné le format, je comprends que les personnages n’aient pas eu le temps d’être très développés et je salue l’effort du scénariste pour avoir réussi à donner de l’épaisseur aux personnages de Mi Sun, Mi Jin et Mi Mo, qui finalement est le trio victorieux de The Thousandth Man (et qui m’a rendue le plus émotive).

   

Le personnage d’Eung Suk est sympathique mais pour une raison ou pour une autre, depuis quelques épisodes, je ne parvenais pas à établir de contact particulier avec lui. J’avais une préférence pour sa version historique ; ce qui m’amène à mon deuxième point de déception : j’aurais vraiment aimé en savoir plus sur l’histoire entre Mi Jin et lui à l’ère Goryeo. À la limite, j’aurais aimé qu’on nous laisse sous-entendre que Mi Jin va aller le rejoindre dans l’autre monde, histoire de nous réconforter de son départ un peu trop brutal. Mais je comprends très bien les contraintes de temps auxquelles la série a été confrontée. Par ailleurs, j’ai finalement été beaucoup plus touché par la relation familiale de Mi Jin avec sa famille plutôt que par sa relation d’amour sacrificiel avec Eung Suk. C’est aussi pour ça que je trouve la fin insatisfaisante dans la mesure où elle ne laisse aucune place (ou presque) à la mère et à la soeur de Mi Jin. 

J’ai aimé les personnages secondaires, en particulier Secrétaire Park qui était hilarant avec sa sensibilité à fleur de peau. En ce qui concerne les intrigues secondaires, je ne les ai pas toutes trouvées intéressantes ou justifiables. Si la rivalité entre Secrétaire Park et Kyung Suk était drôle au début, j’ai fini par me lasser de ce schéma répétitif. De même, la relation entre Mi Mo et Woo Hyun ne m’a pas plus interpelée que ça, bien que je suis satisfaite de sa résolution (qui aurait pu arriver plus tôt dans la série, à mon humble opinion). En bref, l’intrigue manquait un peu de fluidité et d’unité (Mi Ja était super mignonne mais elle sortait un peu de nulle part, comme une sorte de Deus Ex Machina, qui est apparue pour tout de suite disparaître) et aurait gagné à resserrer un peu ses différents fils ; mes épisodes préférés étant les premiers.

Du point de vue de la forme, rien à dire de particulier. C’était joli, bien exécuté mais pas transcendant non plus. J’aimais beaucoup la bande-son, oscillant entre le mélancolique et le rythme dynamique ainsi que la grande luminosité de la série dans sa généralité. Les gros plans étaient peut être un tantinet trop nombreux, mais honnêtement, je chipote car le résultat final est loin d’être mauvais. Même chose pour les acteurs : rien de transcendant, mais tout est honnête. Je trouve que Kang Ye Won a très bien su capter l’émotivité dans les derniers épisodes, elle qui surjouait un peu ses crises de larmes dans les débuts. Lee Chun Hee n’est pas un acteur exceptionnel : ses mimiques lorsqu’il est surpris ou offensé sont souvent les mêmes, mais son charisme rattrape tout. Il est adorable, point. Jeon Mi Seon est exceptionnellement adorable dans cette série également, et ce n’est un secret pour personne pour ceux qui ont lu mes récaps mais Park Jung Hak m’a fait plus d’une fois fait éclater de rire tellement il joue bien l’homme excentrique à la limite du pathologique.

The Thousandth Man avait un très bon potentiel grâce à ses personnages et les relations qu’ils ont tissé entre eux mais n’a pas su l’exploiter jusqu’au bout. Cela reste néanmoins un bon divertissement, c’est court, c’est mignon et c’est drôle. On oubliera juste le dernier épisode qui laisse un goût d’incomplet dans la bouche et la mollesse générale du personnage masculin principal.

Advertisements

3 réflexions sur “The Thousandth Man – Épisode 8 (Fin) : Le Dernier Homme de ma Vie

  1. Globalement, ce drama me laissera un bon souvenir. La fin était prévisible mais je trouve qu’elle a été faite de manière douce (à part effectivement que l’on aurait pu se passer des petites scènes « quelques années plus tard… ») Dès le début, c’est le trio de filles qui m’a séduite et elles ont été mignonnes jusqu’à la fin. Je pense même, que si ils voulaient, ils pourraient faire des épisodes spéciaux consacrés à leurs « aventures »…..

    • Je suis contente de savoir que tu garderas toi aussi un bon souvenir de cette mini-série. Je ne pense pas que je re-regarderais à l’avenir, mais je n’ai quand même pas l’impression d’avoir perdu mon temps à regarder The Thousandth Man…=) Merci pour ton passage!

  2. Je viens de le finir et j’ai été déçue par la fin. Je viens de lire ton article et je suis d’accord avec toi!
    je vais bientot sortir un article sur ce drama moi aussi sur mon blog ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s