Bilan d’Octobre

Mina : Héhé j’ai récupéré internet chez moi ! C’est précaire comme système mais ça va me dépanner. Je suis toujours aussi occupée mais au moins ça va m’éviter d’errer dans les cafés wifi. J’ai du mal à croire que j’ai terminé trois dramas presque d’un coup (et bientôt quatre, voire cinq si j’ai du courage) et il faut bien dire que la relève tarde un peu à arriver. En attendant voilà le bilan de novembre, un peu tard mais là tout de même. 

Kaa : Vaut mieux tard que jamais, paraîtrait-il. En tout cas, dans la folie furieuse de notre vie estudiantine, Octobre a été surtout le mois pour (essayer de) terminer les dramas commencés en Août et non pour en regarder des nouveaux. Je ne sais pas comment cela se fait que je sois si en retard au point de n’avoir fini qu’un seul drama d’Août, mais le fait est…que c’est le cas. 

Arang and the Magistrate (20/20)

Ce drama n’est pas un chef-d’œuvre, mais il a su rester fidèle jusqu’au bout à ses ambitions, son atmosphère, sa créativité, son imprévisibilité, et la fin était absolument adorable. Arang est encore une preuve qu’on peut faire du fantasy sageuk qui puisse toucher un public jeune sans tomber dans la simplification à outrance (n’est-ce pas MoonSun ?). Bien sûr le but premier de ce type de drama est le divertissement léger, mais cela ne signifie pas pour autant qu’on doit sacrifier la substance sur l’autel du style et Arang ne l’a pas oublié. Lee Jun Ki a mis un peu de temps à se réveiller, mais vers le milieu du drama il retrouve de manière foudroyante son énergie et s’approprie son rôle. J’adore toujours Shin Min Ah, mais à la manière de Lee Min Ho dans Faith je pense que ce drama a révélé qu’elle est plus une actrice de contemporain que d’historique. Elle a une sensibilité particulière qui convient très bien à des rôles modernes, mais il lui manque quelque chose pour faire une « sageuk lady » (et si je dis ça de Shin Min Ah je vous laisse imaginer l’ampleur de mon désespoir quand je vois qu’ils persistent à faire jouer des minettes fadasses comme Han Hyo Joo dans des sageuks classiques, sans parler des idoles). Je regrette de ne pas avoir pu mener jusqu’au bout mes récaps, mais d’un autre côté j’ai couvert la partie qui m’a le plus passionnée et une fois cet arc terminé la suite et fin du drama ne se sont pas avérés exactement à la hauteur de mes attentes. Quoi qu’il en soit, c’est l’une des réussites de l’année, le contrat est rempli et les 20 heures couvertes sont largement justifiées par une intrigue policière, paranormale et amoureuse palpitante. C’est un bon drama.

To The Beautiful You (16/16)

La fin m’a prise par surprise non pas parce que je ne l’attendais pas, mais parce que je me suis rendue compte qu’elle vient couper assez froidement une histoire qui aurait pu continuer encore pour quelques épisodes. En fait c’est plutôt triste de voir Jae Hee rentrer aux US, et cette fin sonne plus comme le final d’un arc bien précis plus que de l’histoire elle-même. J’ai eu cette impression souvent en terminant des animes adaptés de shojos, lorsque ces animes n’ont pas un nombre suffisant d’épisodes pour couvrir l’intégralité du manga. En dehors de ça, TTBY m’a pleinement satisfaite en prenant (enfin) le taureau par les cornes et en nous offrant une adaptation approfondie du triangle MizuKi/Sano/Nakatsu. Et si seulement ils avaient eu la main moins lourde sur les placements produits (qui mine de rien bouffent des grosses parts de scénario si on les cumule tous), je pense que le drama aurait eu moins de mal à rendre son discours sur l’adolescence plus authentique. Sur la forme c’était très agréable à regarder et à écouter, et sur le fond j’ai trouvé un bon équilibre entre la comédie, la romance et le mélodrame typique du youth drama. La romance principale est adorable (à condition d’aimer ce genre de romance shojo obsolète) et les personnages secondaires ont chacun droit à un joli développement qui les sort des clichés dans lesquels le synopsis les avaient enfermés. Rien de bien extraordinaire à noter au niveau des performances des acteurs si ce n’est l’énergie et la candeur de Sulli qui rend attachant un personnage aterrant de stupidité sur le papier. Bref, une bonne surprise même si le dernier épisode vient un peu trop brusquement sonner la fin de la récréation.

Faith (24/24)

Je vous publierai un bilan sur Faith chéri dès que j’ai le temps de le terminer.

Haeundae Lovers 16/16

Haeundae Lovers délivre une petite comédie romantique légère et efficace sans autre prétention que celle de faire rire. Ce n’est ni un bijou de subtilité ni un incontournable mais il remplit son job de manière honnête. On s’attache aux personnages et au couple principal (dont la chimie crève l’écran) et si le scénario manque un peu de profondeur et de sophistication, l’ambiance et le ton employé nous le ferait (presque) oublier tout à fait. C’est ironique, absurde et ça ne veut en aucun cas se prendre au sérieux. Le tout est très prévisible, aucun élément de l’intrigue ne vient révolutionner K-Dramaland mais contre toute attente, on ressort de l’aventure ravis, un sourire aux lèvres, et quelques scènes à se repasser lors des longues et froides nuits d’hiver. Pas mal donc, pour Haeundae Lovers!

Faith 16/24

 

Je n’ai pas beaucoup de nouvelles choses à dire sur Faith que je n’ai déjà dit au bilan de mi-parcours : Faith se mange comme des petits pains. C’est facile à voir, facile à digérer, pas prise de tête, et fun. Le drama est bourré de défauts et pour moi, malgré toute l’affection que je lui porte, il reste un drama plutôt médiocre, surtout en ce qui concerne la partie réalisation à la qualité très inégale. Notons également que le scénario dans l’ensemble n’est pas non plus d’une rigueur impressionnante. Malgré cela, même si techniquement Faith n’est pas un bon drama, Song Ji Na signe d’excellents dialogues et parvient à construire des personnages qui ont suffisamment de consistance pour nous plonger passionnément dans l’aventure.

Par ailleurs, même les personnages secondaires nous sont sympathiques, contrairement par exemple à l’univers d’Arang, misant plus sur l’atmosphère et centré principalement sur les deux personnages principaux (je ne dis pas que l’un est meilleur que l’autre, ma comparaison est foncièrement neutre). Dans Faith, même si les personnages secondaires ne sont pas plus développés que ça, ils n’en restent pas moins attachants et pleins d’humour, du plus petit rôle d’un Woodalchi à la tante de Choi Young. Ces derniers épisodes étaient riches en rebondissements, notre Général devant faire le choix difficile entre la femme qu’il aime et le roi qu’il sert. Ça me rappelle à chaque fois que, si j’affectionne énormément l’OTP, c’est le couple Choi Young/Gong Min qui pour l’instant m’émeut le plus (on en reparle dans huit épisodes cela dit, lorsque Eun Soo et Choi Young vont devoir se quitter).

Et bon, sur une note totalement déplacée et superficielle, j’avoue avoir bavé sur Lee Min Ho durant ces derniers épisodes. Haha.

Vampire Prosecutor 06/11

J’adore. La série alterne entre le sérieux et le léger, se permettant de nous donner quelques espoirs pour une quelconque romance entre notre sexy procureur et notre adorable Jung In. Vampire Prosecutor est particulièrement efficace lorsqu’il doit mettre en scène la belle équipe (et famille) que forment Tae Yeon, Soon Bum, Jung In, Dong Man, Jong Hyun et la petite fille. Il y a une vraie chaleur, une vraie complicité, et une vraie alchimie qui ressortent de leurs scènes, et ce que j’aime par dessus tout c’est que Tae Yeon ne nie pas son attachement à ces collègues, même s’il ne le leur montre jamais explicitement. Nous, nous le savons, et ça nous suffit pour nous mettre dans tous nos états lorsque l’équilibre de cette si attachante famille risque d’être remis en question.

La série fait un bon travail pour maintenir un lien avec la première saison, apporter de nouveaux éléments sans perdre de vue les anciens, donnant l’impression de creuser un peu plus en profondeur l’histoire de Tae Yeon, de sa soeur, et de tous ceux qui ont été impliqués dans cette affaire, de près ou de loin. J’ai vraiment hâte de savoir la suite.

Nice Guy 14/20

Une chose est sûre : je suis loin d’être accro (en même temps, on parle de Mélodrama, le genre qui me fait en général fuir à toute vitess) et mon intérêt pour Nice Guy connaît beaucoup de hauts et de bas. Plutôt de bas pour ces derniers épisodes. Mais que voulez-vous, cette série n’a de cesse de me faire faire des montagnes russes entre chaque semaine : voir ici, puis. J’aime ce drama, et en même temps je ne l’aime pas. J’aime Eun Gi et en même temps, je ne l’aime pas. Et tout est comme ça. Ah non, une seule chose que j’aime sans restriction, c’est la nouvelle relation Eun Suk/Eun Gi. Elle est juste…adorable. On sait bien que ça ne va pas durer, mais on la prend, le temps que ça dure. Maintenant, l’amnésie, la rédemption, la revanche et tout ça, ça me passe un peu au-dessus de la tête.

9/20

Plus j’avance et plus ce drama me rase. La moitié des personnages sont tarés, Eun Gi est la victime ballotée par tous ces sociopathes et seuls Jae Gil et Choco apportent un peu de peps et de bon sens dans cette farce. J’ai fait pas mal usage de l’avance rapide pour arriver à progresser un peu mais même avec ça, c’est difficile. En fait depuis l’épisode 5 à peu près j’ai le sentiment persistant que l’intrigue tourne à vide, alors que d’habitude dans les dramas de Lee Kyung Hee ça n’arrive que vers la fin de la seconde partie. En fait peut-être qu’elle va prendre un chemin inverse et après cette première partie maso à tendance suicidaire elle va nous écrire une seconde partie plus inspirée ? Bon en tout cas c’est clair et net, Nice Guy a définitivement cessé de me fasciner depuis déjà plusieurs épisodes et je ne garde pour le sort des personnages qu’un vague intérêt désabusé. La nouvelle Eun Gi sans mémoire n’est pas exactement réduite à l’état de joli pot de fleur mais je préférai de loin l’ancienne. Et bien sûr LKH ne PEUT PAS s’empêcher de nous sortir un ellipse en plein milieu du drama. Je pense que sa formule (toujours la même d’ailleurs) commence à me fatiguer et si les choses ne changent pas drastiquement et vite dans les prochains épisodes, bye bye Nice Guy. 

Ooh La La Spouses

Ooh la la, indeed. Pourtant, le début n’a pas été si catastrophique que ça, malgré le scénario ultra conventionnel sur papier. Malheureusement, le drama a voulu faire dans l’originalité dans le scénario en présentant un couple marié dysfonctionnel, avec un mari qui trompe sa femme. Ça aurait pu être vraiment intéressant dans l’absolu, si le propos de la série était de montrer qu’il était possible de se tromper dans un premier mariage sans pour autant ruiner ses chances d’être heureux après un divorce. Sauf qu’on sait tous que ce n’est pas ce qu’il va se passer. Outre ma difficulté à m’attacher au couple, la réalisation et le jeu des acteurs ont eu raison de moi à cause de leur inégalité. Ça sur-joue beaucoup, surtout à partir du moment où mari et femme changent de corps accumulant stéréotypes sur stéréotypes quant au comportement du sexe opposé, et l’omniprésence de la musique est à me rendre folle. Et une extension? Non, merci, et au revoir. Je passe mon tour, mes nerfs me remercieront.

Full House 2

J’avais préparé un article qui se moquait plus ou moins gentiment de cette série. Je ne vois pas comment on peut faire autrement que s’en moquer à vrai dire. C’est tellement criant de défauts que ce soit du point de vue du scénario que de la réalisation. Des acteurs, seul Park Ki Woong s’en sort aussi bien qu’il le peut, prouvant qu’il est un acteur capable de jouer dans tous les registres (ou qu’il est simplement schizophrénique pour passer de Bridal Mask à…ça, mais je préfère ma première explication), No Min Woo et Hwang Jung Eum ayant l’air effroyablement hors sujets. On ne parlera même pas des vêtements et de la coupe de cheveux des personnages, non vraiment, vous ne voulez pas savoir ce que j’en pense. Malgré tout, cela ne m’empêche pas de comprendre éventuellement pourquoi la deuxième saison de Full House puisse plaire : c’est complètement débile, léger, très facilement sujet à la moquerie (et l’assumant totalement), et à prendre au dix millième degrés. Mais ce ne sera pas pour moi quand même parce que je n’ai ni le temps ni l’envie de regarder des séries aussi légères en ce moment. J’ai besoin d’un peu plus de consistance.

The Great Seer

J’ai jeté un demi coup d’œil fatigué au pilote et immédiatement abandonné devant l’insupportable prétention du ton. En ce moment je n’ai ni la patience ni le temps de m’intéresser à un sageuk long sur une période qui ne m’intrigue que moyennement (je crois que vous l’avez compris, les sageuks qui se passent avant Joseon me gavent sauf si c’est écrit par Song Ji Na) et celui-là n’a pas grand-chose qui joue en sa faveur en dehors de son casting adulte. The Great Seer est typiquement le genre de drama qui veut (essayer d’) en mettre plein la vue au public avec ses effets visuels en lui servant un énième scénario d’accession au trône d’un renégat prédestiné qui va changer le monde blah blah blah. Bref, on oublie et on récupère des photos de Kim So Yeon quand elle apparaîtra.

Pas de grands projets pour In Between Dreams pour le prochain mois à part quelques articles de Premières Impressions sur King of Dramas, dont je ne sais pas vraiment à quoi je devrais m’attendre, I Miss You, dont les posters et stills aux regards larmoyants et apitoyés ne me donnent qu’une seule envie : fuir à toutes jambes, et Jeon Woo Chi qui décidément est le seul qui fait naître un semblant d’intérêt positif de ma part avec des stills et un teaser plutôt attrayants.

Je dois le reconnaître, la promotion des deux gros trendies qui nous font de l’ oeil commence à inverser l’opinion que je me suis faite en lisant le nom des scénaristes. Mais je n’en démords pas : I Miss You a plus de chances de tenir sur le fond que Jeon Woo Chi, qui me donne l’impression d’être un gros coup de bluff. Je veux aimer Jeon Woo Chi, mais j’ai très peur d’être déçue. Et King of Dramas m’intrigue, je vais définitivement le tester. En route pour novembre (comment ça on est déjà le 8 ?!).

Advertisements

10 réflexions sur “Bilan d’Octobre

  1. Votre article me rappelle qu’il faut que je finisse Faith. Je suis restée au 18ème épisode je crois. Je préférais de très loin Arang mais Faith se laissait regarder.

    Du coup, j’attends beaucoup de Jeon Woo Chi. D’après les 2 teasers sortis, il pourrait avoir le souffle épique que tout le monde attendait de Faith. Mais bon, on verra.

    J’ai été lire 2 recaps différentes du premier épisode de Miss You et ça me fait comme Nice Guy: envie de partir en courant. Apparemment l’épisode était une véritable weep fest. Tragédie sur tragédie. Euh… non merci. Je vais quand même garder un oeil dessus (comme je fais pour Nice Guy) pour voir si la fin sera aussi déprimante que le laisse penser l’histoire.

    Sinon, est-ce que vous allez faire un article sur vos impressions fionales de Gaksital/Bridal Mask? J’adorais lire vos recaps et analyses d’épisodes. Elles m’ont manqué quand vous avez dû les arrêter.

    • Il nous reste encore à terminer Gaksital et si nous avons le temps je pense qu’en effet on envisagera d’en discuter. J’ai déconnecté un peu du drama vers la fin surtout à cause de spoilers et je pense que j’avais besoin d’un peu de temps et de distance pour les accepter. En ce moment je sens que je peux m’y replonger sans trop d’appréhension ^^

      • Je vois ce que tu veux dire pour les spoilers. Perso, j’ai eu beaucoup de mal à avaler certaines choses du dernier épisode. J’ai dû m’en distancer émotionnellement pour arriver à au moins ne pas vouloir lancer mon lecteur multimédia contre le mur^^ Je n’arriverai jamais à apprécier pleinement le dernier épisode mais après avoir beaucoup écrit et discuté dessus (et après 2 mois depuis la fin de la diffusion), je l’accepte en me rappelant que le drama m’a donné 27h d’excellent spectacle.

        Il me tarde de voir ce que vous en direz si vous faites un article dessus!

  2. Merci pour votre article, encore une fois bien sympatique à lire les filles ! c’est toujours chouette d’avoir vos différents avis (tant attendus =) sur les séries en cours, surtout lorsque celles-ci rejoignent celles que je regarde aussi :p
    J’ai franchement bien aimé to the beautiful you, pour la fraicheur que le drama m’a apporté (surtout dans sa première partie) et qui a fait beaucoup de bien a mon petit cerveau après les dommages colatéraux subis par gaksital ^^. Un bon shojo d’été, comme dans les mangas tout sucré que j’achetai il y a quelques années ! je trouve aussi que la fin arrive finalement assez vite, et j’aurais bien pris un peu plus de temps avec nos jeunes tourtereaux, mais rien de bien grave non plus :)
    Quand à faith, j’ai tout simplement adoré, il est bourré de défauts j’en conviens, mais voilà, moi je ne les voit pas. J’ai adoré l’atmosphère du drama dans lequel les personnages évoluent, je crois que je l’ai trouvé assez légère et chaleureuse en fait. J’ai aussi beaucoup aimé les relations entre eux, que se soit pour les personnages principaux ou secondaires, et j’ai suivi le fil des épisodes avec plaisir chaque semaine. Faith ne m’a jamais pris la tête et j’ai bien aimé la fin aussi, même si je crois que j’aurais apprécier un développement plus approfondi sur les derniers éléments apportés. Ceci dit, j’ai vraiment aimé :)
    En tout cas j’ai hâte de lire ton avis sur le sujet mina !
    Et comme le commentaire précédent, je serai vraiment plus que ravie d’avoir un article bilan sur ce que vous avez pensé de bridal mask :)

    Sur ce, bonne continuations a toutes les deux ! que ce soit ici ou dans vos études et ce qui vous tiens à coeur :)

    • Coucou ^^

      Ça fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule à avoir adoré Faith, et c’est exactement comme tu dis : je n’ai pas vu les défauts. A un moment donné ils ont complètement cessé de me déranger jusqu’à ce que je les oublie complètement. L’article est bien entamé, il ne devrait pas trop tarder =)

      Merci pour tes encouragements ^^)/

  3. Merci pour cet article !
    Je partage votre avis sur certain dramas, en particulier Arang et Nice Guy, ce dernier devient vraiment long et sans queue ni tête (malgré le fait que j’adore nos deux acteurs principaux en règle générale, c’est pour dire !).
    Pour TTBY mon attention a varié, leur histoire était mignonne mais je n’ai pas été captivée non plus.
    Faith je me suis forcée à regarder les épisodes, j’ai trouvé que l’actrice ne convenait vraiment pas du tout (peut-être que l’historique ne lui va pas), et que l’histoire était trop complexe. Mis à part Lee Min Ho le seul personnage que j’ai apprécié est la reine. Seul le dernier épisode est selon moi vraiment bon, je trouve (et c’est rare) que la fin est très bien. Je craignais énormément ce passage où tout se joue, de peur que mon impression globale du drama en soit encore abaissée, mais ils s’en sont au contraire très bien sorti !
    Enfin The Great Seer est selon moi une vraie réussite pour le moment. Je n’étais pas très sûre de le regarder, le synopsis me paraissait très bateau mais je m’y suis mise quand même. Et j’accroche carrément ! Bien sûr on a droit à de très beaux décors et costumes, mais je trouve qu’on évite adroitement les clichés et les situations vues et revues. J’ai entre autre beaucoup aimé que l’histoire des parents et autre protagonistes (normalement une longue phase au début de nombreux dramas qui plombe tout) soit traitée comme un sujet principal. Ils sont les personnages principaux des premiers épisodes et on évite une perte d’attention.
    Je crois qu’il mérite bien qu’on regarde 1 ou 2 épisodes avant de se faire une raison !
    Encore merci, c’est un plaisir de vous lire ^-^

    • Hello ^^

      Le problème avec The Great Seer c’est que je suis très très partiale avec le genre. C’est une époque qui ne fonctionne pas bien pour moi, même quand c’est très bien fait (je pense à Soldier qui avait un pilote remarquable mais qui ne m’a pas accroché). Et surtout en ce moment récupérer ne serait-ce qu’un seul épisode de drama est devenu une vraie sinécure.

      Mais c’est vrai aussi que je n’ai pas aimé les scènes du pilote que j’ai vu. Bien sûr mon opinion se limite à ces premières scènes, mais ce qu’on nous laisse deviner pour la suite ne m’a pas du tout donné envie de poursuivre. Par contre si j’entend dire que la partie avec les adultes est passionnante, je risque de me laisser tenter ne serait-ce que pour Kim So Yeon….

      Merci pour ton commentaire ^^)/

  4. En ce moment, je ne suis que Vampire Prosecutor… Aucun autre drama intéressant à regarder et de toute façon VP retient 100% de mon attention (à vrai dire je suis complètement obsédée, LOL!) La fin de la série approche à grands pas et je n’ai pluus d’ongles à ronger!
    L’écriture est incroyable, le jeu des acteurs excellent. Chaque minute nous tient un peu plus en haleine que la précédente… et on est vraiment accro au destin plus ou moins dramatique (sinon tragique) des personnages (de cette famille comme vous le dites si bien).
    Vraiment LE drama de 2012, à mon avis.

    • Je ne suis pas aussi accro que toi à VP2, peut être parce que j’ai regardé les épisodes de manière sporadique ces derniers temps, mais je suis d’accord que l’écriture est plutôt bien foutue. J’aurais aimé être plus tenue en haleine mais j’apprécie quand même qu’ils alternent épisode léger, épisode sombre.

      Merci pour ton passage en tout cas Emmanuelle! =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s