The Thousandth Man – Épisode 7 : What Are You?

Mi Jin commence à avoir de plus en plus de mal à cacher son identité. Ce n’est plus qu’une question de temps à présent pour qu’Eung Suk et Kyung Suk remettent les pièces du puzzle ensemble.

MINI-RÉCAP’

Cette nuit, Eung Suk et Mi Jin ont une nuit agitée, l’une se demandant comment le convaincre qu’elle dit la vérité, l’autre se demandant si elle est une gumiho…Le lendemain matin, Mi Jin essaie de se rappeler d’une des recettes que Jang Geum lui a apprise tandis qu’Eung Suk est déjà en train de préparer le petit déjeuner. Mi Jin constate, dépitée qu’il n’y a pas de viande au menu et il la taquine, lui répondant qu’il leur faut manger quelque chose de léger afin d’avoir de la place pour le plat royal qu’elle a prétendu pouvoir faire.

« Es-tu heureuse parce que tu es un renard? » 

Mi Mo est en train de faire de l’exercice lorsqu’elle est rejointe par Woo Hyun, vexé de constater qu’elle ne l’a pas attendu. Cela la laisse indifférente ce qui l’amène à lui demander, frustré, à quel point il doit l’aimer pour que ce soit suffisant. « Au point de mourir pour moi » lui répond-elle avant de se remettre à courir. Mi Jin va la rejoindre pour lui demander si elle se souvient de la recette de Jang Geum. En faisant la moue, Mi Mo répond qu’elle est censée mieux le savoir qu’elle car elle était la meilleure en cuisine des deux.

Retour aux cours de cuisine avec Professeur Jang Geum qui demande à Mi Mo et Mi Jin de faire des crevettes à la vapeur et de lui présenter des ingrédients qui se marieraient bien avec. Par trois fois les propositions de Mi Jin sont acceptées, par trois fois celles de Mi Mo sont refusées. La plus jeune des sœurs s’écrie que son aînée a triché en regardant dans le livre de cuisine, par conséquent, Jang Geum les soumet à une deuxième épreuve : préparer la sauce. On coupe à Mi Jin dans le présent qui prépare ses ingrédients et commence à cuisiner. Lorsque Kyung Suk fait un geste pour goûter, elle le rappelle à l’ordre : « Ne goûtez pas! ». Le « pourquoi » est répondu par Jang Geum elle-même, lorsque Mi Jin a fait le même geste dans le passé que Kyung Suk : il faut faire confiance en ses doigts. Fidèle à l’enseignement de Jang Geum, Mi Jin ne goûte pas, et leur présente le plat un peu plus tard. Eung Suk se sert avec enthousiasme mais ne réagit pas. Kyung Suk remarque que c’est impoli de sa part, et goûte à son tour, pour se répandre en compliments.

 

Plus tard, Eung Suk demande à son médecin combien de temps il lui reste à vivre. Cela étonne le médecin car jusqu’à maintenant, Eung Suk n’avait jamais posé cette question auparavant. « Peut-être que c’est parce que je veux vivre, maintenant » répond le patient, ce à quoi le médecin répond qu’il ne peut rien lui promettre. De son côté, Mi Sun soupire qu’il faudrait un miracle. Mi Mo pointe que les miracles, c’est fait pour les humains, les renards eux, n’ont besoin que d’un foie. Sa mère acquiesce et constate que ce n’est pas une mince affaire, surtout avec les convictions de Mi Jin. Cela amène Mi Mo à demander l’air de rien si elle pense avoir dans son entourage quelqu’un volontaire pour lui donner son foie. Mi Sun répond que c’est évident (Secrétaire Park!!) et rapidement met fin à cette conversation, la jugeant hors de propos dans les circonstances présentes.

 

Kyung Suk complimente encore Mi Jin pour son plat du midi et lui demande si la recette provient du livre royal de cuisine. Il ajoute que sans le vouloir, il est tombé sur tous ses documents anciens. Mi Jin est surprise qu’il sache ce que c’est et il lui répond qu’il s’est intéressé au coréen ancien lorsqu’il a fait ses études en France, pour savoir ce que les Français avaient pillé à la Corée. Mi Jin n’est absolument pas impressionnée et lui fait remarqué sèchement que cela ne se fait pas de fouiller dans les affaires des gens. Sur ce, elle se lève et quitte la table.

Mi Sun avait beau faire l’indifférente, elle veut tout de même tester la puissance de l’amour de Secrétaire Park. Elle fait semblant d’être malade et lui demande s’il serait capable de donner son foie pour elle. Sans réfléchir une seule seconde, il lui répond que oui, son foie, son rein, tout ce qu’elle voudra…pour se raviser peu de temps après, jugeant qu’il est en trop mauvaise santé pour le lui donner. Il l’assure qu’il le lui donnera une fois qu’il sera en meilleure forme, mais tout ce qu’entend Mi Sun, c’est qu’il ne le lui donnerait pas tout de suite. Haha. Parallèlement, Mi Mo se jette sur Woo Hyun pour lui demander s’il ferait n’importe quoi pour elle…N’importe quoi, comme lui donner son foie? D’accord, en échange de son cœur, lui répond-il. Haha.

 

Mi Jin est inquiète à cause de sa discussion avec Kyung Suk. Eung Suk vient la voir pour s’excuser à la place de son ami, ayant appris leur légère friction un peu plus tôt. Mi Jin lui assure que ce n’est rien. Pendant qu’il cherche ses médicaments, Mi Jin voit un de ses yeux devenir vert et un de ses ongles devenir long et pointu, comme si elle se transformait en Gu Mi Ho. Elle panique et demande Eung Suk de sortir.

Chez les Gu, mère et fille sont frustrées de l’attitude de leurs hommes respectifs qui ne sont même pas capable de leur donner leur foie. Elles en concluent qu’avoir un foie de nos jours est difficile. À ce moment-là, Mi Jin débarque dans la salle à manger, la tête et les mains couvertes, complètement hystérique. Elle leur montre son œil et sa main (en les avertissant de ne pas être choquées haha) en pleurnichant et la panique gagne Mi Sun et Mi Mo qui ne comprennent pas ce qu’il se passe. Il n’y a plus qu’à appeler Mi Ja (l’autre jeune gumiho qui n’a pas réussi à devenir humaine) car elle a été dans la même situation qu’elle.

 

Kyung Suk décide qu’il n’a plus à jouer les chaperons et s’apprête à partir. Lorsqu’il dit au-revoir à Mi Jin, personne ne répond. Les deux hommes montent à l’étage, vérifient sur le balcon et dans la salle de bain : personne. Et elle ne répond pas au téléphone. Est-ce qu’ils devraient appeler la police? Mi Jin et Mi Ja se rencontrent (épiées par Mi Mo et Mi Sun, haha, adorables) pour trouver du réconfort. Mi Ja la prend dans ses bras et lui dit de penser au moment le plus heureux de sa vie…qui est de se retrouver en face de son premier et dernier amour à l’ère Goryeo. Awww. À cette pensée, son œil et son ongle redeviennent normaux et Mi Ja lui explique que la raison pour laquelle elle se transformait était parce qu’elle était trop anxieuse et pensait trop à sa fin prochaine.

 

Gu Mi Jin en crise

Eung Suk et Kyung Suk dorment debout en attendant le retour de Mi Jin (aww). Ils sursautent lorsqu’elle arrive, lui disant qu’ils étaient inquiets. Elle s’apprête à s’énerver, après tout, elle n’est pas une enfant, puis elle se rappelle les mots de Mi Ja : rester positive. Elle leur sourit donc et explique d’une voix doucereuse qu’elle est somnambule et qu’elle s’est retrouvée chez sa mère sans s’en rendre compte. Une fois la belle montée dans sa chambre, les deux hommes baillent à s’en décrocher la mâchoire. Heh. Avant de partir, Kyung Suk lui tend les documents qu’il a piqué dans le coffre de Mi Jin, se sentant coupable après-coup. Il lui dit qu’il y a quelque chose de bizarre car ces documents mentionnent le nom de Mi Jin. Cela intrigue également Eung Suk, qui rend visite à un ami, spécialiste du coréen ancien pour lui soumettre les textes.

Durant le repas, Eung Suk ne peut pas s’empêcher de faire remarquer à Mi Jin qu’elle n’a pas l’air malade du tout. Très sensible ces derniers temps, elle se vexe, constatant qu’il remet tout ce qu’elle dit en cause, et une de ses queues apparaît sur le coup de la colère. Kyung Suk arrive juste à ce moment-là, et voit la queue se balancer derrière Mi Jin. Il accourt, la queue est rapidement rentrée et l’incident est clos…bien que Kyung Suk retrouve sur la chaise de Mi Jin de longs poils de renard.  Dans sa chambre, Mi Jin ouvre le paquet que Mi Sun a demandé à Kyung Suk de transmettre à sa fille. Dedans, elle y trouve des photos de famille de toutes les époques, ainsi qu’un petit mot sur lequel Mi Sun rappelle à sa fille combien elle l’aime. Cela la fait éclater en sanglots, sans doute réalisant pour la première fois qu’elle risque de ne plus jamais revoir sa famille.

 

L’ami d’Eung Suk lui explique le contenu des documents de Mi Jin. L’un est un rapport de police à l’ère Joseon où l’on a retrouvé un homme mort dans la forêt, la poitrine ouverte, le foie arraché. Mi Jin se trouve sur les lieux du crime et ne peut pas s’empêcher de pleurer à grosses larmes, ce que les policiers ne manquent pas de remarquer. Ils commencent à l’interroger, et à la suspecter, par conséquent Mi Jin est obligée d’en avoir recours à ses pouvoirs de gumiho pour s’emparer du rapport et s’enfuir. L’autre document est une lettre, écrit il y a 100 ans une nouvelle fois par une Gu Mi Jin…nom que l’on retrouve également dans un journal intime durant l’occupation japonaise. Eung Suk se demande s’il s’agit d’une seule et même personne, ce qui est rationnellement impossible.

Mi Sun est en train de compter si Mi Jin va vraiment avoir 1000 ans : après tout, peut être qu’elle s’est trompée dans ses calculs et qu’il resterait encore quelques jours supplémentaires pour sa fille? Aww. C’est en plein milieu de leur calcul que Woo Hyun arrive. Les deux sont bien trop occupées pour lui prêter attention, et il se retrouve finalement à les aider dans leur calcul. Heh. Eung Suk se sent mal d’avoir analysé le contenu des documents à l’insu de Mi Jin. Cette dernière arrive, le surprenant en le prenant en photo, et explique que c’est parce qu’elle veut créer de bons souvenirs. Eung Suk remarque qu’ils n’ont jamais pris encore de photos ensemble, et le mal est réparé. Et ils sont a-do-ra-bles.

  

Eung Suk a fait analyser les écritures et le style des documents, et son ami lui confie qu’il y a de grandes chances pour qu’ils aient été écrits par la même personne…bien qu’il y ait une possibilité pour que ce soit des contrefaçons. C’est cette dernière explication que choisit Eung Suk : Mi Jin a juste contrefait les documents par simple hobby…aaah, les humains, toujours à vouloir choisir la solution qui leur convient le plus! Néanmoins…si c’était authentique? Mi Jin classe les photos avec Eung Suk à ses côtés. Tout à coup, il reçoit un message de Kyung Suk qui lui demande mystérieusement de sortir sans le dire à personne. Mi Jin sent que quelque chose cloche.

Eung Suk sort un instant, suivi par Mi Jin, ce qui fait fuir Kyung Suk, caché dehors. Dans la voiture, Kyung Suk est agité. Il repense à sa visite chez un antiquaire, qui lui a révélé que les documents étaient…authentiques, ce qui veut dire que quelque chose cloche vraiment avec Mi Jin. Il s’apprête à appeler Eung Suk, lorsque tout à coup, une silhouette se jette sur le pare-brise de sa voiture, le faisant hurler de peur…

COMMENTAIRES

Dans l’ensemble, un épisode encore marqué par la légèreté et la bonne humeur à tel point qu’on n’a pas l’impression du tout de regarder un avant-dernier épisode.

L’intrigue commence à se tendre avec les questions et suspicions d’Eung Suk et de Kyung Suk quant à la nature de Mi Jin. Ils ont beau faire de leur mieux pour rationaliser et croire en les excuses que leur donne Mi Jin en ce qui concerne sa drôle d’attitude, ils sentent bien au fond d’eux qu’il y a un mystère à élucider et quelque chose qui cloche. La preview de l’épisode 8 ne me dit rien qui vaille quant à la réaction des deux hommes, Kyung Suk ayant l’air passablement traumatisé par sa découverte (qui ne le serait pas?).

C’est drôle comme la romance était ce qui m’avait motivée à regarder la série au début, alors que maintenant, je me trouve beaucoup plus investie par la relation familiale entre Mi Sun, Mi Jin et Mi Mo. J’apprécie chaque moment que ces trois-là passent ensemble car leurs scènes sont remplies d’humour, entre tendresse et mélancolie. Mi Sun a été la première à montrer ses sentiments quant à la possibilité de la mort de sa fille, à présent Mi Jin semble prendre conscience de la douleur qu’elle va causer à sa mère, et de sa propre douleur de quitter sa famille.

 

Un de mes passages favoris de cet épisode est la transformation de Mi Jin en moitié gumiho. Son arrivée dramatique et ses plaintes de petite fille étaient hilarantes, tout comme la réaction de Mi Sun et de Mi Mo.

La relation Mi Jin/Eung Suk est mignonne, mais je trouve qu’elle manque de quelque chose. Ils n’ont eu aucun mal pour que je les soutienne dès le premier épisode, mais depuis qu’ils sont ensemble, il n’y a pas grand chose à dire sur le couple, ils n’ont pas de scènes particulièrement drôles ou émouvantes ; même s’ils restent mignons tous les deux, bien sûr. Ça m’a même surprise (et contre toute attente, émue) de constater que le souvenir le plus heureux qu’ait Mi Jin soit un souvenir concernant son mari de Goryeo, et non sa « version moderne ». Je pense qu’elle est sincèrement amoureuse d’Eung Suk pour ce qu’il est (et non parce qu’il ressemble à son premier mari), mais que l’homme de sa vie n’est pas lui, mais son premier mari… 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s