Haeundae Lovers – Épisode 16 (Fin) : « I’ve Never Felt This Way Before »

Et voilà, Haeundae Lovers est terminé! C’est une fin douce, tendre, drôle, et fondamentalement satisfaisante pour ce qui aura été du début jusqu’à la fin un drama estival et léger.

RÉCAP’

Tae Sung demande d’être jugé à la place de So Ra, puisqu’il a l’entière responsabilité dans l’affaire de la signature. So Ra le regarde avec surprise, Sae Jo baisse la tête de déception et la salle se remplit de murmures. Joon Hyuk quitte la salle pour répondre à un appel tandis que la demande de Tae Sung est rejetée par la Cour. Tae Sung explique l’affaire depuis le début, de son amnésie, à la signature du Président Son afin de récupérer l’hôtel, en passant par son mariage avec Go So Ra.

Il poursuit avec aplomb que lorsqu’il a retrouvé sa mémoire, il a déclaré que c’était un acte effectué dans un état d’incapacité mentale parce qu’il avait peur de l’impact de cet évènement sur sa carrière. Seulement, ce n’était pas la vérité : « Même si j’ai en effet perdu la mémoire, j’ai commis cet acte de moi-même. Si quelqu’un est à blâmer, ce n’est pas Go So Ra, mais moi. » Les jurés lui rappellent que si ce qu’il déclare est vrai, alors il met en péril son métier de procureur. Lorsque Tae Sung répond qu’il en est conscient, l’avocat de So Ra (et l’ami de Tae Sung) prend la parole, appelant le Président Son Young Dae à témoin à la barre. Enfin, un homme logique!

 

Président Son fait donc son entrée, en fauteuil roulant, conduit par…Joon Hyuk, aussi stoïque que d’habitude. Le vieil homme adresse un sourire à So Ra (qu’elle lui rend) et pointe ensuite sa canne avec colère. En se rasseyant, Joon Hyuk est on ne peut plus fier de lui-même et adresse un clin d’œil de connivence à So Ra (awww, mon second lead syndrome reprend furieusement….mais je me soupçonne d’avoir simplement un faible pour Jung Suk Won, plus que pour le personnage qu’il endosse…). Avec le témoignage du Président Son l’affaire est réglée en deux minutes : So Ra et ses oncles sont lavés de tout soupçon et Tae Sung peut remettre sa robe de procureur!

Notre So Ra retrouve son sourire, Tae Sung ne parvient pas à réaliser ce qu’il vient de se passer, tandis que Tam Hee et le fils du Président Son crient au scandale. Dehors, So Ra remercie chaleureusement Joon Hyuk et se trouve vite rejointe par son père qui lui a amené du tofu, tout content de retrouver sa fille. Aww. En s’adressant à Joon Hyuk, les oncles de So Ra lui proposent de venir quand il le souhaite avec son ami avocat au restaurant.

 

Joon Hyuk frappe et entre dans le bureau de Tae Sung en demandant nonchalamment s’il n’a rien à lui dire. Du genre : « Merci »? Merci pour avoir amené le Président Son à la barre des témoins à un moment crucial, merci pour lui avoir permis de garder son métier de procureur, entre autres. Haha. Ou alors…merci pour avoir amené So Ra à son bureau. « Dans ces cas-là, pourquoi te tiens-tu devant moi? » Haha. Bonne question.

En l’occurrence, Joon Hyuk est ici pour s’excuser : ses méthodes étaient mauvaises, il était tellement amoureux de So Ra qu’il a essayé de lui mettre des bâtons dans les roues mais le jour de la réunion des actionnaires, il reconnait qu’il a été un peu lâche. So Ra écoute avec attention à la porte, qui s’ouvre brusquement lorsque les deux hommes ont terminé de régler leurs comptes. Heh. So Ra entre, embarrassée, tandis que Tae Sung, avec un sourire très et un « bye-bye » de la main explicites, fait clairement comprendre à Joon Hyuk qu’il est de trop. Haha, et aww, pauvre Joon Hyuk…

 

En sortant, ce dernier rencontre Se Na, qui arrive en courant. À bout de souffle, elle lui demande l’issue du procès et entend avec soulagement Joon Hyuk lui expliquer que tout a été résolu. Lorsque Se Na continue son chemin vers le bureau de Tae Sung, il la retient, la prévenant que So Ra et Tae Sung sont ensemble en ce moment. Elle ne semble pas comprendre ce que cela veut dire et Joon Huk lui demande si elle pense que juste parce qu’elle s’accroche à lui, il regardera vers elle. Elle ne répond pas et passe son chemin, malgré tout.

Dans le bureau, Tae Sung s’occupe de ses papiers, tandis que So Ra attend à côté. Elle finit par lui dire que puisqu’il a l’air si occupé, elle sera concise. Immédiatement, il répond qu’il n’est pas occupé : il fait juste semblant pour l’avoir plus longtemps à ses côtés. Heh. Elle commence en lui disant « tout à l’heure, dans la salle d’audience… » mais Tae Sung l’interrompt, lui disant qu’il n’est pas nécessaire qu’elle le remercie puisqu’il n’a fait que dire la vérité. Mais ce n’est pas exactement ce qu’elle comptait lui dire en vérité.

Elle s’approche et en haussant la voix : « Espèce d’idiot! (haha) Quel genre de procureur enlève sa robe pour prendre la place de l’accusé? Franchement, des fois je me demande si tu n’es pas encore plus stupide que mon père! » Tae Sung est blessé dans son orgueil et se fait un devoir de lui rappeler qu’il n’est pas idiot : « Ah bon, lui répond So Ra, as-tu seulement pensé aux conséquences que ta déclaration aurait pu avoir? » Honnêtement, Tae Sung explique que non, il n’y a pas pensé, parce que le simple fait de la voir au banc des accusés lui a fait perdre la raison. Cela rend So Ra silencieuse, tandis que Tae Sung remarque avec un sourire que le collier lui va bien.

 

Les retrouvailles sont interrompues par Sae Jo et Se Na, qui fusillent tous deux les amants. Se Na se contente de leur jeter un regard noir avant de quitter la salle (ben, on t’avait prévenue ma fille, pourquoi être montée dans ces cas-là?) tandis que le père de Tae Sung demande à parler à son fils en privé. Une fois seuls, Sae Jo lui fait savoir à quel point il est déçu de sa rébellion. Tae Sung s’excuse mais n’a aucunement l’intention de faire marche arrière pour autant.

Son père se sent trahit et sort la carte de la culpabilité et du chantage affectif : « comment peux-tu me faire ça, à moi, ton père? » Puis, il fait preuve d’une immense indulgence en lui disant que puisqu’il semble tant détester ça, il ne le forcera plus à maintenir son mariage avec Se Na, cependant, il n’acceptera jamais cette femme. Tae Sung l’interrompt, lui répétant encore une fois qu’il le respecte et l’aime pour avoir élevé un orphelin mais à partir de maintenant, c’est lui seul qui prendra des décisions pour sa vie, non plus pour repayer sa dette envers son père.

 

Puis Tae Sung se dirige vers les cendres de son père biologique, pour y déposer une fleur. Il en profite pour enterrer ses vieux démons, le remerciant pour avoir essayé de le retrouver. Il lui dit qu’il reviendra le visiter et peut être qu’un jour, il sera capable de l’appeler « père ». Tam Hee assiste à cette réunion avec scepticisme. Elle lui rappelle que l’affaire avec Go So Ra n’est toujours pas terminée (*lève les yeux au ciel*). Tae Sung rit de sa ténacité, l’avertit de faire attention à ses arrières car le clan Yang n’est pas du genre à respecter la loi, et s’éloigne sans plus de cérémonie.

C’est avec un grand sourire qu’il arrive à la poissonnerie de So Ra et de ses oncles mais ces derniers ne savent plus très bien s’ils doivent l’appeler Nam Hae ou le traiter avec déférence puisqu’il est procureur. Avant de donner leur feu vert pour qu’il aille rejoindre So Ra, Soon Shin, Dong Baek et Young Do ont deux-trois choses à mettre au clair. D’abord, est-il ici en tant que Nam Hae ou Lee Tae Sung? (Dong Baek répond lui-même à la question de Young Do, lui rappelant que Tae Sung vient tout juste de se désigner lui-même comme Nam Hae) Puisque c’est ce cas, il n’a plus qu’à partager les tâches des oncles : on lui donne plateau et tablier pour qu’il aille travailler. Mais Tae Sung déclare qu’il ne compte pas cesser d’être procureur. On lui retire plateau et tablier et Young Do l’avise que So Ra est dans sa chambre.

 

Tae Sung la surprend en train de se pomponner avec soin et elle nie avec aplomb qu’elle ne faisait pas ça pour lui. Mais il est plus que content de la voir faire des efforts pour lui plaire. Il la regarde longuement, d’un côté, puis de l’autre, et se demande pourquoi elle lui a tant manqué lorsqu’elle n’est même pas si jolie que ça. Aww.

Les deux tourtereaux sortent marcher dans le port. So Ra est surprise de le voir si silencieux et Tae Sung lui dit que c’est parce qu’il pense à ce qu’il pourrait lui dire. Une idée de génie lui traverse l’esprit, et il lui demande de fermer les yeux. So ra est immédiatement suspicieuse, sachant très bien ce que Tae Sung compte faire. Il prend son visage entre ses deux mains et se penche vers elle pour un baiser…interrompu par l’appel de Joong Sik. Hah.

 

Ce dernier arrive en courant, tout content de le voir. Il lui promet qu’il ne le traitera plus de stupide et sort de son sac de quoi jouer au Ddak Ji (sorte de Pogs). Tae Sung est ravi, mais les surprises ne s’arrêtent pas là car Joong Sik épingle sur sa veste un petit papier lui disant que grâce à ça, il n’y aura plus de problème si jamais il se perd. Sur le papier, on peut lire : Nom : Nam Hae, Adresse : Ma maison, Numéro de téléphone : La Poissonnerie de l’oncle. Haha.

Tae Sung retrouve ensuite la chambre qu’il avait occupé durant ces derniers mois en tant que Nam Hae et trouve sur le bureau une casquette et un uniforme de baseball. Aww. So Ra le voit sourire de plaisir, après tout, c’est quelque chose qu’il voulait à tout prix. Il lui demande pourquoi il a le numéro 33. 3, pour les trois pas vers lui, au phare, le jour de son mariage, et 3 pour les trois minutes qu’il lui a accordé pour pleurer ou rire dans ses bras. Elle lui avoue qu’elle lui est très reconnaissante d’avoir été à ses côtés à ce moment-là car elle avait besoin de soutien.

Tae Sung, avec un petit sourire malicieux (et dans une tentative de rapprochement proprement hilarante), lui demande si elle serait suffisamment effrontée pour penser qu’un simple remerciement verbal pourrait suffire. Il lui tend ses lèvres pour le baiser dû…mais encore une fois interrompu par Joong Sik, venu pour jouer avec lui au Ddak Ji. Haha. En les voyant tout gênés, Joong Sik sent qu’il y a quelque chose de louche…est-ce qu’ils étaient en train de…derrière son dos…est-ce qu’ils étaient en train de manger quelque chose de bon? Haha.

 

À l’hôtel, Tae Sung mange son petit déjeuner en lisant le journal. Il ne voit pas Se Na arriver et s’installer en face de lui. Finalement, il sent sa présence, et lui dit qu’il comptait l’appeler plus tard. Tristement, Se Na commente qu’elle n’a jamais fait partie de ses priorités, elle était toujours reléguée au « plus tard ». Il change de sujet et lui demande si elle a mangé son petit déjeuner en lui versant un verre de jus d’orange.

Se Na baisse la tête, faisant remarquer cette fois qu’elle se demandait auparavant si elle partagerait un jour un petit déjeuner avec lui. Il lui demande d’aller droit au but, « parce que tu ne veux pas perdre de temps, ou parce que me regarder en face te rend mal à l’aise? » le questionne-t-elle amèrement.  « Parce que je ne veux plus te voir en colère » répond-il dans un soupir.

 

Elle déchire devant ses yeux des feuilles qui s’avèrent être la demande de divorce de Tae Sung. (*lève les yeux au ciel*) Elle lui dit qu’elle ne signera pas ces papiers, c’est à lui de signer les siens, parce qu’elle n’a rien à se reprocher et qu’il n’a aucune raison pour être celui qui demande le divorce. Donc, au final, c’est juste une question de fierté? Avec plein de rancœur, elle admet qu’elle n’est pas suffisamment forte pour lui souhaiter d’être heureux, par contre, elle lui demande de transmettre à So Ra ses vœux de bonheur, et ses excuses.

Lorsque Tae Sung essaye de lui dire quelque chose, elle le prévient qu’elle ne veut entendre ni « merci » ni « désolé » de sa part. Il ne le dit pas alors, bien qu’il est évident qu’il le pense, à la place, il lui demande d’être heureuse. Ce qui est ironique, du point de vue de Se Na. Elle le regarde, entre la douleur et l’incompréhension, puis tourne les talons. Elle croise sur son chemin Joon Hyuk, qui semble toujours être sur sa route dans les moments les moins glorieux de sa vie. Il lui dit que ce n’est qu’un hasard et lui propose de la déposer où elle le désire. Elle refuse, et s’éloigne. Joon Hyuk est bien sûr là pour rencontrer Tae Sung, ainsi que So Ra et Tam Hee.

 

La réunion entre les actionnaires pour décider du sort de l’hôtel se tient, avec Tae Sung comme animateur et l’avocat ami de Joon Hyuk comme assistant. Tam Hee et Min Shik contestent tous deux le droit de Tae Sung à assurer la présidence de la réunion, l’une arguant qu’elle est la femme du défunt Président, et l’autre mettant en avant le fait d’avoir été son bras droit.

À l’évocation de l’importance de leur part, les deux se résignent. Tae Sung fait voter à main levée ceux qui sont pour et contre l’acquisition de l’hôtel par la chaîne Prestige. Selon les calculs de l’avocat, le résultat est nul : 49 % contre, 49% pour. Il reste 2% indéterminé dans la mesure où on ne sait pas qui les détient. Joon Hyuk, lui, le sait.

 

Entre alors…l’ex Mme Go Joong Sik, la mère de So Ra, et à présent la mère de Joon Hyuk. Parce qu’il n’a jamais vu de photo de la mère de So Ra, Tae Sung ne devine qu’une partie de l’identité de cette femme. So Ra, elle, regarde avec surprise et émotion sa mère s’asseoir en face d’elle. Joon Hyuk révèle le lien qu’elle a avec So Ra et explique que c’est elle qui détient les 2% restant. L’avocat demande alors ce qu’elle compte faire de ses parts et cette dernière répond qu’elle souhaite les léguer à So Ra, parce que c’est le dernier cadeau qu’elle peut offrir à sa fille. Le clan Yang se réjouit de sa victoire tandis que Tam Hee est au comble de la frustration.

Mère et fille ont l’occasion d’échanger quelques mots en privé. La mère lui dit qu’elle s’est toujours sentie désolée pour So Ra et explique les circonstances de sa rencontre, son idylle et son divorce avec Joong Sik. Elle lui demande faire ce qu’elle souhaite avec les parts qu’elle lui a légué, même si ce ne sont que deux petits pourcents. So Ra sourit avec gratitude, l’assurant que c’est pour elle un immense cadeau. C’est le temps du départ. La mère prend la main de sa fille, qu’elle serre, avant de partir. Son fils l’attend dehors et les deux s’échangent d’adorables petites piques.

 

Alors qu’elle charge la camionnette de livraison, So Ra reçoit un appel de son cher et tendre, qui lui demande de venir le rejoindre sur le champ au phare. Elle commence par décliner car elle est trop occupée par le travail et les livraisons mais elle finit par aller le rejoindre en courant. Heh. Tae Sung fait asseoir So Ra à côté de lui et l’air de rien se met à débiter des phrases poético-poétiques auxquelles So Ra répond de manière on ne peut plus triviale du genre : « le ciel ne brille-t-il pas d’un éclat aveuglant aujourd’hui? », « Ouais, c’est l’automne quoi. », « L’océan ne paraît-il pas particulièrement bleu et vaste? », « Bof. Non, comme d’hab’ ». LOL.

Finalement il perd patience, comment peut-elle être aussi nulle et suivre l’ambiance? Il lui dit de juste partir pour ses livraisons dans ces cas-là. Elle ne se le fait pas dire deux fois et s’apprête à partir, avant de s’arrêter : « tu ne viens pas? » Tae Sung tend la main pour qu’elle l’aide et en profite pour lui déposer une bague au creux de la paume. Il la passe à son annulaire et décide de faire sa demande en mariage à la mode locale et avec l’accent de Busan. HAHAHA. So Ra est trop émue pour répondre ou réagir, mais elle a l’air tellement heureuse que je lui pardonne.

 

Quelques temps plus tard, on retrouve Se Na qui sort de son salon de coiffure et…coince son talon dans le caniveau. Évidemment, Joon Hyuk est dans les parages, et se met en tête, comme la première fois, de décoincer la chaussure. Comme la première fois, c’est un succès…aux dépends de la chaussure. Joon Hyuk commente qu’il est étonnant de toujours la croiser dans ce genre de circonstances et Se Na répond que lorsque le hasard devient si souvent répétitif, cela n’est plus du hasard, mais du destin.

Tae Sung pour sa part conduit avec un sourire jusqu’aux oreilles (awww) jusqu’à l’hôtel. Là-bas, il en profite pour remercier Joo Hee de s’être occupée de Joong Sik lorsque la famille a eu des problèmes. Il lui dit également qu’il a une idée sur le pourquoi elle n’a jamais rien dit sur sa véritable identité mais qu’elle ne doit plus avoir ce genre de pensée : il est un homme pris. HAHA. Je sais pas pourquoi je suis morte de rire, mais je le suis. Joon Hyuk arrive peu de temps après pour terminer de faire ses cartons, puisqu’il n’a plus rien à faire ici depuis que la chaîne Prestige a renoncé à l’acquisition de l’hôtel.

 

Il conseille à Tae Sung d’engager quelqu’un le plus rapidement possible pour diriger cet endroit. Tae Sung est tout à fait d’accord avec cette suggestion et lui propose de remettre ses affaires à sa place et d’occuper cette place lui même. « Non », lui répond Joon Hyuk en continuant de remplir ses cartons. Tae Sung lui dit que ce n’est pas le moment de faire jouer sa fierté puisqu’il a été renvoyé par son père, et par conséquent, à la recherche d’emploi. Il l’achève en lui faisant miroiter une hausse de salaire de 20% puisque ni lui ni So Ra ne comptent s’occuper de cet endroit eux-mêmes, lui ayant le droit, elle sa poissonnerie. Il lui tend un dossier dans lequel So Ra, Joong Sik et les oncles ont inscrits ce qu’ils désiraient pour l’hôtel.

 

Tam Hee fait irruption dans la pièce, demandant lequel des deux à convaincu Ga Joon de vendre ses parts et de partir en Antarctique construire un hôtel. Haha. Les deux hommes se regardent, niant leur responsabilité dans cette affaire, bien que le sourire de Tae Sung soit franchement suspect. Tam Hee éclate en sanglots, sous le regard plus curieux que compatissant des deux hommes. Hah.

Tae Sung déclare que sa part est faite pour aujourd’hui et s’apprête à partir, non sans signifier à Joon Hyuk que sa première tâche est de s’occuper de Tam Hee une bonne fois pour toutes. Une fois Tae Sung parti, Joon Hyuk offre des mouchoirs à l’éplorée, mais annonce plutôt brutalement la suite des évènements : d’abord le remboursement de son prêt en banque, ensuite son départ de la maison dans laquelle elle habite puisque dès maintenant, c’est lui qui doit l’occuper. Comme toujours, Tam Hee fait entendre sa voix criante, comme toujours, Joon Hyuk n’y fait pas plus attention que ça, demandant calmement si elle aime l’anguille grillée…

 

Puisque c’est ce qu’elle se retrouve à faire à présent, à côté du restaurant des oncles de So Ra. Young Do et Tam Hee se disputent comme des enfants (ou comme un futur couple?). Soon Shin continue de travailler à l’hôtel comme homme de ménage, en compagnie d’une charmante femme de chambre. Heh. Joong Sik s’amuse comme un petit fou avec les enfants dans un espace spécialement conçu pour eux, à la place de l’ancien casino. Dong Baek et Young Do font guides touristiques pour la pêche, avec l’aide de Joo Hee, qui continue d’être l’objet de discordance entre les deux hommes.

Et So Ra et Tae Sung? À profiter de leur lune de miel…sur l’île déserte (mais cette fois avec tente et provisions)! Awww. So Ra espère qu’ils verront cette fois encore des étoiles filantes, ce qui amène Tae Sung à lui demander quel genre de souhait elle va faire cette fois-ci. En ce qui le concerne, il souhaite beaucoup d’enfants, du bonheur pour toute la famille, et de vivre heureux avec sa Go So Ra pour un très long moment. So Ra sourit, lui disant que son souhait est plutôt similaire à celui de Tae Sung, mais elle rajouterait quelque chose : que cela ne soit pas un rêve qui s’évanouisse à son réveil.

Tae Sung la prend par les épaules, ferme les yeux, tend les lèvres et s’approche tandis que So Ra fait de même…avant de s’interrompre : « Tae Sung…Où est le bateau? » Hahaha. Tae Sung refuse d’être distrait par ça et lui répond qu’ils l’ont attaché solidement…sauf que So Ra ne le voit plus. Elle se lève, alarmée et court vers le rivage, et, au bout de la corde…pas de bateau.

Frustrée, elle accuse Tae Sung de ne pas savoir faire les noeuds et il lui renvoie l’accusation, disant que c’est censé être sa spécialité à elle! Il fait remarquer qu’elle lui fait beaucoup trop de critiques : c’est la première fois qu’il se sent aussi bouleversé! So Ra le traite de menteur parce qu’il dit tout le temps que tout est sa première fois et lui rappelle toutes les fois où il était extrêmement contrarié. Il s’éloigne, lui disant de s’occuper de ce problème toute seule.

 

Elle lui court après, juste assez pour se retrouver dans ses bras : « Nous avons quelque chose à finir » lui dit Tae Sung d’un air coquin. Elle sourit avec connivence et avec sérieux, ils se disent mutuellement qu’ils n’ont jamais ressenti ce sentiment de cette manière auparavant. Et Tae Sung et So Ra échangent enfin ce baiser!

Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.

FIN

COMMENTAIRE FINAL

Aww, me voilà avec un sourire jusqu’aux oreilles. Une adorable fin d’épisode pour un drama adorable. Haeundae Lovers n’est pas un drama parfait, ni même un drama excellent. Loin de là. Mais il n’a jamais eu l’ambition d’en être un, et à aucun moment on n’a eu l’impression d’avoir été trompé sur la marchandise. La campagne promotionnelle annonçait une série versée dans l’absurde et la caricature assumée, la série nous a donné de l’absurde et de la caricature assumée. Le mot d’ordre était : FUN, et les dramas qui sont capables de garder ce mot du début jusqu’à la fin ne sont pas si nombreux. Haeundae Lovers n’effectue pas de changement radical de ton entre l’épisode 1 et l’épisode 16 au sens où entre la première moitié et la deuxième moitié, on n’a pas l’impression de regarder deux dramas différents. On ne rentre jamais vraiment dans le pathos ni le mélo pur car il y a toujours l’auto-dérision et le comique quelque part pour le contrebalancer. En fait, il est étonnant que pour un drama aussi marqué par l’excès qu’Haeundae Lovers, les scènes dramatiques soient d’un ton beaucoup plus sobre que la plupart des autres dramas. Pour moi, sa cohérence dans le ton et dans l’histoire est ce qui fait du drama une série agréable, que l’on regarde tranquillement, sans (trop) s’arracher les cheveux quant aux diverses développements et retournements de situations.

J’ai adoré les multiples tropes qu’Haeundae Lovers emprunte au mélo pour les tourner en dérision : l’amnésie, le secret de naissance, le faux-inceste, l’amour impossible, la vengeance, etc. Ne pas se prendre au sérieux et le clamer sans cesse est sans doute une des plus grandes forces du drama : c’est stupide, c’est excessif, c’est parfois sans queue ni tête, mais c’est drôle et toujours pris avec du recul. Les personnages sont constants, sauf celui de Joon Hyuk mais je m’y attarderais plus tard, dans leur folie, leurs obsessions, leurs peurs et leurs désirs. Le personnage le plus intéressant reste Tae Sung, parce que c’est celui qui change et évolue le plus, alors que les autres restent presque toujours au même point. Il était froid et intransigeant au début, mais dès qu’il sort du cadre de Séoul, sa personnalité un peu marginale commence déjà à faire surface. Il est peut être le procureur efficace, mais il n’est en aucun cas un homme parfait. Il est tête brûlée, tire des conclusions trop vites au point de se laisser aveugler par ses dernières et surtout, il n’est pas si efficace que ça.

 

J’aime qu’on me le présente dès le début comme un être imparfait, au lieu que ce soit l’amnésie qui le rende une toute autre personne, on en vient à se dire que l’amnésie révèle l’homme qu’il est à l’intérieur, ou l’homme qu’il aurait été s’il n’avait pas connu cette souffrance d’avoir été abandonné et cette impression de dette à vie envers son père adoptif. Autrement dit, « Nam Hae » ne surgit pas de nulle part. Il existait déjà en Lee Tae Sung, mais il était sans cesse refoulé. Libéré de ses contraintes familiales et sociales, les traits de caractère qu’il ne laissait pas paraître ont enfin le droit d’émerger. Ainsi on fait connaissance avec un Tae Sung beaucoup plus apeuré et sentimental que prévu, ayant peur de l’abandon plus que tout autre chose et s’accrochant à So Ra comme on s’accrocherait à une bouée de secours.

Mais encore une fois, l’attraction de Nam Hae envers So Ra ne sort pas de nulle part, et surtout, ne naît pas seulement une fois Tae Sung « transformé » en Nam Hae. So Ra lui a plu dès le début, même lorsqu’il était encore Lee Tae Sung. Il va alors apprendre à faire confiance aux autres, apprendre ce qu’est une famille à travers ses disputes avec les oncles de So Ra, apprendre ce qu’est la chaleur des liens familiaux qui n’ont rien à avoir avec le sang ou le nom  (les « oncles » de So Ra ne sont pas ses oncles à proprement parler), et enfin, apprendre qu’il a le droit, lui aussi, d’être heureux pour lui-même, et non plus vivre pour rembourser une dette fictive. Et l’esprit de famille qui circule est proprement adorable. J’adore les oncles et j’adore Joong Sik, ensemble comme séparément!

   

Lorsqu’il devient amnésique, Nam Hae/Tae Sung part en quête de son identité, ce qu’il n’aurait sans doute jamais fait s’il n’avait jamais été amnésique au sens où il n’aurait jamais sans doute recherché son père biologique ni n’aurait été reconnu comme tel. C’est donc un véritable parcours initiatique que connaît notre héros, parcours qui n’aura pas été aussi plaisant et tranquille sans So Ra à ses côtés, sa maison et son phare. So Ra est un personnage extrêmement attachant. J’aime sa douceur et son altruisme qui l’amène à recueillir Tae Sung chez elle lorsqu’il n’a personne vers qui se tourner.

Elle est celle qui lui tendra de nombreuses fois la main, malgré parfois l’attitude capricieuse de Tae Sung. Sa naïveté et son côté « bonne poire » sont un peu frustrants parfois, car on aimerait qu’elle arrête de penser que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Et comme beaucoup de personnes j’ai été agacée par son obsession sur le fait que Tae Sung soit le fils de Yang Man Ho, son ennemi juré. Car comme le dit si bien Shakespeare par le biais de Juliette : « What is in a name? », surtout lorsque Tae Sung n’a jamais vécu vraiment comme le fils de Man Ho. J’ai trouvé sa réaction d’abord compréhensible, mais ensuite un peu trop extrême et injuste. 

 

Joon Hyuk pour sa part a été un personnage assez mystérieux dans l’ensemble, que ce soit en ce qui concerne son intérêt pour So Ra ou ses véritables intentions concernant l’hôtel. Comme je le disais dans cette récap, je pense que mon affection pour le personnage est surtout dû à mon affection pour l’acteur, qui parvient à jouer en nuances l’ambiguïté de Joon Hyuk. Cela dit, j’ai été sérieusement prise par un semblant de second Lead Syndrome au début de la série. Que voulez-vous, cet homme est charmant…Et même s’il m’a choquée dans les épisodes du milieu et que j’avais envie de lui arracher les yeux, les derniers épisodes m’ont réconciliée avec lui. Je veux dire, ce clin d’oeil à So Ra durant le procès? Adorable. Et, honnêtement, le faire finir avec Se Na, c’était vraiment pas nécessaire.

 

Quant à Tam Hee, je trouve qu’elle avait bien trop de scènes dans les épisodes, elle devenait vraiment fatigante à force. J’aurais aimé qu’elle bénéficie d’un peu plus de profondeur ou de nuances, mais bon, ces traits-là ne sont pas vraiment la force du drama dans sa généralité, il faut bien l’admettre. Je n’ai par exemple pas réussi à m’investir dans l’intrigue de la récupération de l’hôtel, que je trouvais traînante, répétitive, et fondamentalement sans intérêt (tout comme la rivalité entre Dong Baek et Young Do pour l’affection de Joo Hee, qui ne mérite ni l’un ni l’autre) et les personnages comme le père de Tae Sung et Se Na m’ont plus d’une fois fait bailler d’ennui.

Le casting est bien choisi, à part Nam Gyu Ri avec laquelle j’ai eu du mal, car chacun joue à fond son rôle sans se préoccuper du ridicule. Les acteurs s’amusent, ça se sent, et ça joue beaucoup sur l’effet général des scènes, qui sont en général pleines de bonne humeur assumée. Le plus gros de la série repose sur les épaules de Kim Kang Woo qui fait un fabuleux portrait de Tae Sung/Nam Hae. Ses réactions, ses expressions faciales étaient tellement excessives que je ne pouvais pas ne pas exploser de rire. Je pense que dans le registre sérieux/dramatique, il y a encore du boulot à faire au sens où lorsqu’il devait avoir l’air peiné ou triste, il avait toujours la même expression. Mais c’est du chipotage car dans l’ensemble, je l’ai trouvé particulièrement à l’aise et craquant dans son rôle de dégénéré. À ses côtés, Jo Yeo Jung ne fait pas autant de pitreries que lui, mais elle a quelque chose de très chaleureux dans son sourire et dans son regard. Le rôle est assez limité par rapport à celui de Tae Sung mais elle parvient à le rendre suffisamment sympathiques pour mettre le spetacteur de son côté. Les trois oncles apportent une petite brise de comique très appréciable et Lee Jae Young, Park Sang Myun et Park Gun Il sont convaincants, attachants et drôles en durs aux coeurs tendres.

 

Du point de vue de la forme, je pense qu’on pourrait dire : Peut mieux faire. La qualité de la mise en scène et des prises de vue est très inégale. Parfois ça va être excellent, avec des cadrages intéressants, surtout lorsque la caméra filme en plan d’ensemble, nous laissant voir les personnages dans le décor, et un accent sur des couleurs chatoyantes et  dynamiques (comme par exemple le rose de So Ra ci-dessus) et parfois totalement anecdotique voire ennuyeux, comme le champ contre champ un peu trop répétitif. Le montage n’est pas toujours très propre non plus au sens où il y a des coupures un peu brutales et des scènes qui nous laissent un peu sceptiques quant à leur utilité. Le scénario, au sens de l’intrigue en général, n’est pas des plus stimulants mais il parvient à tirer son épingle du jeu par le ton absurde, excessive qu’il adopte de bout en bout. Le développement est prévisible, et pourtant, ça n’ôte en rien le fun.

Et en bout de ligne, la boucle et bouclée, et l’épisode 16 conclut me laisse satisfaite et repue, me donnant à voir encore une fois l’hilarante immaturité de Tae Sung et ses continuelles disputes/immédiates réconciliations avec So Ra. Vraiment, cet OTP était adorable. À la fois  extrêmement nunuche et extrêmement attachant malgré tout ; et j’ai adoré le fait que ce soit Tae Sung qui soit le plus romantique et ringuard des deux, à toujours vouloir l’embrasser, à lui faire sa demande de mariage au coucher de soleil, déblatérant des lieux communs poétiques ou encore à vouloir rester encore un jour entier sur une île déserte avec sa dulcinée etc. Je dois admettre que c’est surtout pour l’OTP que j’ai pris plaisir à regarder Haeundae Lovers car leur couple sonne vrai. La folle chimie entre Kim Kang Woo et Jo Yeo Jung est palpable et on ne peut plus crédible, ce qui aide grandement à l’acceptation du couple. On sent l’amour de So Ra et Tae Sung qui se développe sans réelle résistance de leur part, malgré l’épreuve de l’origine de Tae Sung pour So Ra. Leur romance semble banale tellement elle a l’air naturelle, mais elle est emplie d’une chaleur, d’une tendresse, et d’une sincérité qui ne peut pas laisser indifférent les férus de comédies romantiques.

 

J’ai particulièrement apprécié à quel point leur couple est uni et fort. Les convictions de So Ra vacillent un peu de temps à autre, mais globalement, ils ont tous deux confiance en l’autre et en l’amour de l’autre et s’ils ont un moment renoncé à vivre ensemble leur amour, ils n’ont pas pour autant mis de côté leurs sentiments ni ne comptaient le faire. J’ai aimé aussi la phrase-clé du drama « I’ve never felt like this before! » parce qu’elle est utilisée à différents moments, sur un malentendu d’abord, ensuite au sens propre lorsqu’il perd ses souvenirs, et enfin, en pleine connaissance de cause à la fin. C’est parce que c’est une phrase qui a traversé le drama de manière comique que lorsqu’elle se retrouve dite dans un contexte sérieux, on sent tout ce qu’elle veut dire et représente pour Tae Sung.

 

En somme, Haeundae Lovers n’est pas le drama de l’année, ça n’a pas beaucoup de valeurs nutritives au sens où il est essentiellement fait de sucre, mais c’est le genre de série qui fait chaud au coeur et qu’on regarde avec plaisir lors des jours de grisaille. Si vous cherchez du spirituel, du scénario rigoureux, passez votre chemin ; si vous voulez juste du fun, des nounours et de la bonne humeur, Haeundae Lovers est peut être une solution!

3 réflexions sur “Haeundae Lovers – Épisode 16 (Fin) : « I’ve Never Felt This Way Before »

  1. AH et aussi j’avais une question sur wordpress car je suis inscrite depuis très peu de temps, comment fais-tu pour mettre lire la suite sur ton article car j’ai beaucoup chercher mais je trouve pas si tu veux bien m’aider merci beaucoup d’avance =)

    • Salut,
      Le bouton que tu cherches est le quatrième en partant de la droite, entre la correction automatique et le bouton pour défaire un lien. Si tu ne trouves pas, fais Alt + Shift + T. J’espère t’avoir aidée, bon courage sur wordpress, il faut quelques temps pour s’habituer à son fonctionnement, mais une fois que c’est fait, c’est facile à utiliser! =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s