Haeundae Lovers – Épisode 14 : Life Must Go On

Et le moment de la séparation tant redoutée est arrivé! J’apprécie toujours la manière très naturelle et sobre avec laquelle les évènements sont traités. Les émotions étaient bien exploitées et c’est une très triste et très douce séparation à laquelle nous avons droit. Et la vie continue, avec les blessures, les souvenirs et les regrets.

RÉCAP’

Au poste de police, Tae Sung est interrogé : a-t-il rendu visite au Président Son à l’hôpital le 17 septembre? Oui. A-t-il contrefait la signature du Président alors qu’il dormait? Non. So Ra intervient, disant que c’est vrai. Tout ce qu’a fait Tae Sung était de tenir la main du vieil homme! L’officier cependant ne fait pas attention à elle et Tae Sung signe sa déclaration. Avant d’être enfermé, il dit à Go So Ra de ne pas s’inquiéter pour lui. En sortant du poste, So Ra essaye de parler au fils du Président pour tenter de le convaincre de retirer sa plainte. Mais notre demoiselle est parfois bien trop naïve car il est évident que cet homme ne l’écoutera jamais.

De leurs côtés, Tam Hee, Joon Hyuk et Sae Jo sont en réunion concernant la fusion de l’hôtel. Les téléphones commencent soudain à sonner et Sae Jo suggère une pause pour répondre aux appels. Le correspondant de Joon Hyuk est So Ra, qui appelle du poste de police pour lui demander où est Mr Lee Sae Jo en ce moment. Elle commence à dire que Nam Hae est en prison mais se reprend, elle veut le dire directement à Sae Jo. Joon Hyuk lui conseille de venir à l’hôtel puisque l’avocat y tient une réunion en ce moment. Quant à Sae Jo, il apprend de la bouche de son employé que son fils est actuellement en garde à vue, comme prévu.

Au retour de la pause, Joon Hyuk amène la conversation sur Tae Sung qui est au poste de police, accusé d’avoir contrefait la signature du Président Son : la réunion peut être repoussée s’il a besoin d’aller aider son fils. Tam Hee feint la surprise : comment, votre fils, Nam Hae, arrêté? Joon Hyuk coupe court à son hypocrisie, sachant parfaitement que c’est elle qui a déposé la plainte au commissariat. La reprise de la réunion sans plus de discussion éveille les soupçons de Joon Hyuk, qui ne comprend pas pourquoi Sae Jo semble tout à fait décontracté après cette nouvelle.

 

Une fois la réunion terminée, So Ra se précipite dans la salle pour parler avec le père de Tae Sung. Celui-ci la regarde à peine et choisit de l’ignorer en continuant sa conversation avec son collègue comme si de rien n’était. Mais So Ra insiste et finalement Sae Jo accepte d’avoir un tête-à-tête avec elle. Lorsqu’elle lui fait part du fait que Tae Sung est en garde à vue, Sae Jo se contente de lui dire qu’une contrefaçon de signature vaut 5 ans de prison et 100 000 wons d’amende. Si une telle chose arrive à son fils, il ne pourra par la suite plus exercer son métier de procureur dont il est pourtant si fier.

So Ra est désespérée d’entendre un tel état des faits et demande ce qu,elel doit faire pour ne pas que cela arrive. Sae Jo lui montre une série de coupures de journaux et de photos montrant les activités mafieuses des oncles et du père de So Ra. Elle s’indigne en s’exclamant qu’ils ne sont plus des gangsters depuis longtemps mais Sae Jo hausse la voix : comment a-t-elle pu oser demander à Tae Sung, le grand, le beau, le talentueux, de se marier avec quelqu’un comme elle, une moins que rien? Ce qu’elle a à faire? Rien de plus simple : se séparer de Tae Sung. Argh. Est-ce que je peux le frapper? So Ra le regarde avec choc et quitte la pièce les larmes aux yeux.

 

Elle manque de se cogner contre un porte-bagage et Joon Hyuk la rattrape tout juste au bon moment. Il l’emmène manger, voyant clairement qu’elle n’est pas en forme, mais So Ra lui dit honnêtement qu’elle n’a aucune envie de partager un repas avec lui. Comment peut-elle manger alors que Tae Sung est en garde à vue à ce moment même?

Joon Hyuk devine la teneur de son échange avec Sae Jo et So Ra baisse la tête. Elle lui dit qu’avant, elle lui en voulait mais…si c’est quelque chose qu’elle doit endurer pour Tae Sung, même si c’est difficile, elle ne l’évitera pas car c’est la promesse qu’elle et lui se sont faite. Alors qu’elle se lève pour partir, Joon Hyuk lui conseille d’aller voir dans ces cas-là Tam Hee et lui demander de retirer sa plainte.

 

Tae Sung est mené au parloir, mais ce n’est pas So Ra qui se tient de l’autre côté de la vitre, mais Tam Hee. Il s’assoit à contre-cœur, lui demandant d’aller à l’essentiel : « faire traîner les choses ne fera que nous fatiguer tous les deux. » Haha. Tam Hee commence par dire que les évènements les ont rendu parents, seulement, elle ne peut pas accepter So Ra dans sa famille. Tae Sung pointe qu’il n’a jamais vécu en tant que fils de Yang Man Ho et Tam Hee lui réplique que cela aurait été pourtant préférable : Lee Sae Jo est un homme effrayant. S’il ne retourne pas à Séoul, il s’attaquera pas à So Ra.

En entendant cela, le sang de Tae Sung ne fait qu’un tour et commence à proférer des menaces sur quiconque touchera à un cheveu de la tête de So Ra mais Tam Hee le calme : Sae Jo ne s’en prendra pas physiquement à elle, mais à ce qu’elle a de plus cher. En l’occurrence, sa famille, j’en ai bien peur. Tam Hee lui dit qu’il lui suffit juste de retourner à Séoul et ce sera gagnant pour tout le monde : So Ra n’aura rien, et la Poissonnerie ne sera détruite non plus. Mais pour Tae Sung, la visite est juste terminée. Tam Hee enregistre sa réponse et lui dit presque d’un ton menaçant qu’elle sera transmise fidèlement. Après lui avoir jeté un lourd regard, Tae Sung quitte la salle.

 

Pendant ce temps, So Ra attend devant la maison de Tam Hee, trempée par la pluie battante. Lorsque celle-ci arrive enfin, elle ne laisse aucun espoir à notre pauvre So Ra, agenouillée à ses pieds : elle ne fera rien si elle ne gagne rien en retour. Sae Jo reçoit un appel lui apprenant que So Ra n’a toujours pas rendue visite à Tae Sung, ce qui veut dire qu’elle n’a nullement l’intention de se séparer de lui. Puisque c’est comme ça, il n’a plus qu’à recourir à la méthode forte. Immédiatement, la police vient chercher Joong Shik qui vient tout juste de rentrer de l’école.

On lui passe les menottes au poignet et le pauvre père crie So Ra à l’aide sous les regards impuissants des oncles. Awwww, non, pas Joong Shik!!!! So Ra se précipite au poste de police à la nouvelle et accourt auprès de son père. Tae Sung est témoin de cette scène douloureuse où So Ra fond en larmes en appelant son père et les muscles de son visage de contracte de souffrance et d’indignation tandis qu’il comprend que c’est l’œuvre de son propre père. Dans la cellule avec Joong Shik, il se rappelle à quel point la famille de So Ra est un pilier essentiel pour elle et les mots prophétique de Tam Hee. Il demande à passer un coup de téléphone.

 

De son côté, So Ra décide d’appeler Sae Jo, l’air résigné. Mais il ne la laisse pas parler, lui dit simplement qu’il va au poste de police pour voir Tae Sung et lui raccroche au nez. Aeeeergh. Face à son père, Tae Sung demande calmement ce qu’il veut : a-t-il oublié ce qu’il lui a dit à propos de son désir d’être heureux? « Tu peux devenir heureux à Séoul aussi. Dès le moment où tu es devenu mon fils, tu as été le meilleur fils que j’aie jamais eu et j’ai toujours été fier de toi. Et maintenant tu me dis que tu es tombé amoureux de la fille d’un ancien malfrat qui vit de la pêche? Des femmes, il y en a partout! Tu n’as qu’à te pencher pour en avoir. »

Ouaip, ça prouve juste 1) que tu ne comprends rien à rien à ton fils et 2) que tu ne comprends rien à rien à la vie tout court. Tae Sung lui répond qu’il a toujours considéré son père comme un pilier sur lequel il pouvait s’appuyer mais que ces derniers évènements lui ont fait réalisé l’être effrayant qu’il était.

 

Il lui demande ce qu’il doit faire pour que ces personnes là ne soient plus blessées. C’est tout ce que Sae Jo attendait que son fils demande, et il glisse une enveloppe sous la vitre, lui disant qu’il lui suffit de signer ce document. C’est en gros une déclaration d’incompétence qui stipule qu’il ne peut être accusé de son crime car il a vécu sous une fausse identité et a été menacé par la famille de So Ra et retenu prisonnier : aucune de ses actions n’ont été entreprise de sa pleine volonté (et donc mettre tout sur le dos de So Ra, ah, c’est bien beau!). C’est le seul moyen, dit Sae Jo, pour que Tae Sung puisse vivre en paix sans risquer sa carrière de procureur.

Tae Sung s’apprête à refuser mais son père lui en rappelle les conséquences : sa vie de procureur sera terminée, et celle de So Ra sera un enfer. Ah, mais. Que quelqu’un secoue ce bonhomme-là s’il vous plaît! Tae Sung est bouleversé par le nouveau visage que lui offre son père et, le cœur lourd et les yeux rouges de larme, il signe le document (noooooooon!!), après avoir fait promettre à son père qu’il laisser So Ra et sa famille tranquille après cela.

 

Peu de temps après, So Ra fait irruption dans le parloir et n’aurait pas pu choisir un plus mauvais moment pour le faire. Elle s’agenouille, à la grande colère et frustration de Tae Sung, et énonce calmement qu’elle se séparera de Tae Sung, non, qu’elle s’est séparée de lui déjà, dès le moment où elle a su qu’il était le fils de Man Ho (je sais que tu mens, mais quand même, rhaaaaaaa!!!).

Cela fait parfaitement l’affaire de Sae Jo tandis que ces paroles ont l’effet de mille coups de couteau dans le corps pour Tae Sung. Young Do et Soon Shin viennent récupérer Joong Shik, enfin libéré. Dans la voiture, Young Do écoute avec tristesse la voix tremblante, secouée de sanglots de So Ra s’excuser à son père pour lui avoir fait connaître une telle expérience. Une fois arrivés à la Poissonnerie, So Ra dépose son père et ses oncles mais reprend la voiture ensuite pour aller chercher ses affaires à l’hôtel.

 

Une fois là-bas, tous les souvenirs et les moments partagés avec Tae Sung affluent, et c’est le cœur lourd qu’elle fait ses valises. Tae Sung vient la rejoindre, ayant laissé lui aussi quelque chose à prendre à l’appartement. Alors qu’elle lui tourne le dos, il lui demande si elle va même pas le regarder. Dans un soupir, elle le remercie pour tout ce qu’il a fait pour elle : l’aider à récupérer l’hôtel, la sauver de la noyade, tout, les pancakes aussi. Tae Sung, le cœur brisé, lui demande pardon, à elle, et à son père aussi.

Lorsqu’elle s’apprête à partir, il lui demande de ne pas montrer sa danse de Geisha aux autres, de rapporter à la police si elle voit quelqu’un sur son bateau, c’est bien de s’occuper de sa famille, mais elle doit se rappeler de penser un peu à elle de temps à autre, puisqu’elle mange déjà beaucoup, il ne va rien lui dire sur ça, mais elle ne doit pas boire d’alcool car lorsqu’elle le fait, elle se met à parler aux arbres et raconter aux pierres son histoire avec sa mère et se mettre à pleurer. Et enfin, ses mains…il fait une pause avant de reprendre avec émotion qu’elle a les mains les plus belles du monde. Boooouuuhhhooooooouuu.

 

So Ra fait de son mieux pour sourire, le remercier et passer le pas de la porte. Elle s’arrête cependant et lui rappelle ce qu’il lui a dit peu après leur mariage : que dans la vie, tout peut arriver. Comme les séparations par exemple. Puis elle tourne les talons et il la retient par le poignet une dernière fois : « et…pardon de te quitter. » Waaaahhaaa, ils veulent me tuer!

 Un long silence s’ensuit, brisé par l’appel de Se Na : « Oppa! » Elle se fige lorsqu’elle voit les deux côte-à-côte, la main de Tae Sung enroulant le poignet de So Ra. Sans rien dire de plus, So Ra s’en va, suivie peu après par Tae Sung qui n’a pas un seul regard pour sa femme.

Dans la pièce d’à côté, il contemple avec tristesse le collier en forme de pont qu’il n’a jamais eu l’occasion d’offrir à sa bien-aimée. Se Na vient encore une fois l’interrompre et Tae Sung lui dit d’attendre dehors, il n’en a pas pour longtemps. Se Na quitte donc la salle mais en se retournant, elle voit le dos de Tae Sung, courbé par le poids de la solitude et de la résignation, parcouru par des sanglots muets. Oh, Tae Sung, choupet!

 

De son côté, So Ra marche dehors en pleurant toutes les larmes de son corps. Oh, So Ra, choupette! Joon Hyuk lui fait face et, entre deux sanglots, So Ra lui demande de l’emmener loin de l’hôtel, elle ne peut pas voir Nam Hae sinon elle pourrait en mourir, tout comme elle ne peut pas faire face à sa famille dans l’état où elle est…Aussitôt dit, aussitôt fait, et So Ra monte dans la voiture de Joon Hyuk, qui a la douceur de lui dire de laisser libre cours à ses larmes et de ne pas faire attention à lui. Aw, So Ra!

Le retour de Tae Sung à son bureau de procureur à Séoul fait beaucoup de bruit et son employeur l’accueille avec un grand sourire aux lèvres le traitant de revenant. Sans esquisser l’ombre d’un sourire Tae Sung répond que c’est simplement le résultat de l’extrême incompétence de la police.

Le procureur commence à lui expliquer que celui qu’on a retrouvé dans sa voiture était Oh Jung Chul grâce à la découverte d’une dent. Et donc, il savait que ce n’était pas Tae Sung dans la voiture et rien d’autre ne s’est passé par la suite ? Pas d’avis de recherche, rien ? Tae Sung se fiche bien de savoir qui, comment et quoi, et coupe court à la conversation, lui disant qu’il va travailler fort, avec une équipe qu’il a lui même choisie.

 

Écoutant aux portes, son associé se cache maladroitement derrière ses dossiers lorsque Tae Sung ouvre la porte brusquement. Notre procureur qui lui dit brièvement de retourner au travail (et que ça saute !) et l’homme semble absolument terrorisé à l’idée de devoir travailler avec lui. Tae Sung se noie dans les dossiers pour éviter de penser et, à le voir si zélé, l’associé appelle directement sa femme pour la prévenir qu’il va rentrer très tard à partir d’aujourd’hui, et d’oublier l’idée de faire un deuxième enfant pour le moment. Haha. Les heures passent et Tae Sung ne lève pas une seule fois le nez de son travail, demande dossier sur dossier, mène interrogatoire sur interrogatoire.

Alors que la pile de dossiers s’entasse sur son bureau, il dit sans l’air de rien à son associé de rentrer chez lui lorsqu’il est l’heure. L’associé le regarde avec des yeux ronds tandis que Tae Sung continue : « si tu es fatigué quelqu’un va me maudire et je n’ai aucunement l’intention de vivre toute ma vie en me faisant injurier. » Heh. L’associé ne se le fait pas dire deux fois, prend son maigre dossier et part vite à la maison avant que son patron ne change d’avis.

 

Une fois son collègue parti, Tae Sung relâche enfin l’attention et sort de son tiroir le collier qu’il devait offrir à So Ra. C’est perdu dans ses pensées que Se Na le retrouve en arrivant dans son bureau. Il range le boitier du collier tandis que Se Na le plaint de devoir rester aussi longtemps au bureau. Elle lui montre le sac qu’elle a apporté avec elle, lui disant qu’il s’agit d’habit de rechange. Sans la regarder, Tae Sung lui répond simplement qu’elle n’a pas besoin de faire des choses pareilles, mais puisqu’elle l’a apporté, il va devoir l’accepter « sinon Lee Sae Jo et ton père pourraient bien intervenir ». AOUCH.

Se Na lui dit puisqu’il sait cela, il devrait aussi savoir qu’elle n’est pas censée rentrer seule chez elle, puisqu’ils sont mariés. Tae Sung admet que c’est un bon argument, prend sa veste et reconduit Se Na chez elle mais refuse de rentrer. Cela blesse Se Na qui lui demande ce qu’elle a fait de mal pour qu’il la traite ainsi. Huh, tu te poses vraiment la question ?? Tae Sung lui répond cependant que cela n’a rien à voir avec elle, le problème vient de lui, et de son cœur : s’il entre dans cette maison, il aurait l’impression de suffoquer.

On retrouve plus tard la famille de Go So Ra en train de jouer un match de baseball…contre le clan Yang ! Pfft. L’ancien chauffeur de Tam Hee tient la balle et So Ra tient la batte, bien décidée à faire un home-run. Alors que le lanceur se prépare à lancer, So Ra est distraite par les barres parallèles, sur lesquelles Tae Sung avait fait sa démonstration. Perdue dans ses souvenirs, elle ne voit pas la balle qui vient d’être lancée et qui l’atteint pile dans la tête. Le lanceur se mord la main d’angoisse, sachant très bien que rien ne peut arriver de bon après avoir assommé la fille du boss. Hahaha.

 

Les oncles de So Ra s’apprêtent à aller frapper le pauvre garçon mais c’est son propre camp qui s’en charge. Haha. Après le match, elle sort du placard un uniforme de baseball portant le nom de…Nam Hae. Aww. Elle en a quand même fait faire un malgré tout. Une larme roule sur sa joue tandis que Dong Baek fait irruption dans sa chambre, se doutant bien qu’elle était en train de déplorer l’absence de Nam Hae. À sa manière, il essaie de réconforter So Ra, ce qui est quand même adorable et So Ra remarque que malgré le fait qu’il ne soit pas resté longtemps ici, il y a beaucoup de choses qui le rappellent.

 

Soon Shin vient les interrompre pour prévenir So Ra que le Vice-Président est ici. Dans le salon, tout le monde le fusille du regard et Joon Hyuk commente qu’il a l’impression qu’il va finir carbonisé s’ils continuent à le regarder aussi intensément. Haha. Il est ici pour parler affaires avec So Ra et lui réitère sa proposition de lui rendre l’hôtel. Il lui demande d’y réfléchir et passe à l’affaire suivante : une requête de ses fameux maquereaux.

Voyant qu’elle hésite à accepter l’offre, Joon Hyuk lui glisse que pour oublier ses soucis, il n’y a rien de plus efficace que le travail. Il profite du fait que tout le monde soit réuni pour prévenir le clan Yang de retourner dès le lendemain au travail sinon ils seront renvoyés. Une fois parti, Min Shik dit à So Ra qu’ils retourneront au travail pour tenter d’avoir des informations supplémentaires quant à l’acquisition et cet avis est partagé par Dong Baek qui commente qu’ils ne peuvent pas continuer à ne rien faire et à mourir de faim. Il se précipite donc (et Young Do aussi) vers le camion de livraison. Heh.

Tae Sung et son père sont au restaurant ensemble et Sae Jo lui demande ce qu’il compte faire avec ses actions de l’hôtel Haeundae. Son fils répond évasivement qu’il fera ce que bon lui semble mais le père insiste, soupçonnant Tae Sung de vouloir les donner à Go So Ra. J’ai vraiment, mais vraiment envie de secouer ce bonhomme…Face au silence de son fils (et la réponse implicite que cela engendre) Sae Jo lui demande s’il compte se positionner dans le camp adverse, contre son propre père. Il lui dit qu’il n’était pas ce genre de personnes auparavant. En baissant les yeux, Tae Sung commente que de toute manière, même sans ses actions, son père va gagner au final. Il s’incline, et quitte la table.

Il croise sur son chemin Se Na, qui devait les rejoindre pour manger et qui s’excuse d’être en retard. Il lui fait comprendre qu’elle devra manger sans lui, il a du travail à faire. Cette fois elle n’essaie pas de le retenir et lui dit d’aller travailler et de travailler durement car le plus dur il travaillera, le plus coupable il se sentira envers elle et elle sait qu’alors il sera incapable de la quitter et reviendra vers elle. Tae Sung soupire et concède que c’était en effet la manière dont il pensait. Avant. Mais maintenant, son obsession est juste effrayante : « Comment peux-tu être heureuse avec la coquille vide que je suis dans ce mariage insignifiant ? Mais n’oublie pas : je n’ai choisi cette vie qu’afin de protéger ce qui m’est vraiment précieux. » A-ouch. 

 

Young Do et Dong Baek sont tous deux en charge de la livraison et Young Do fait exprès de prendre l’ascenseur des clients, dans l’espoir de voir Joo Hee. Trop occupé à penser à sa belle, Young Do avance sans se rendre compte que les portes de l’ascenseur sont en train de se fermer et termine avec deux belles marques de portes en travers du visage. Heh. Il est bien évidemment embarrassé lorsqu’ils vont voir Joo Hee et se cache le visage avec sa main.

Mais Joo Hee remarque d’abord Dong Baek et semble sincèrement contente de le voir. Elle sourit légèrement en voyant le visage de Young Do lorsque Tam Hee entre en scène, lui demandant si elle a bien appelé le Vice-Président, excédée de l’attendre. Elle s’en prend à la secrétaire, ce qui indigne Young Do qui vole à sa rescousse appelant Tam Hee « Yook Bok Ja ». Cela agace cette dernière qui lui fait savoir qu’elle a payé très cher pour changer son nom, et d’abord, qui est-il pour l’appeler ainsi, lui qui a été nommé d’après le pont sous lequel on l’a retrouvé ?

 

Dong Baek profite de la dispute pour se rapprocher de Joo Hee et lui offrir une étoile de mer. Elle sourit du cadeau et il lui murmure des mots doux, ce dont Young Do finit par s’apercevoir : « Yah ! Qu’est-ce que tu racontes à ma femme ? » Hahaha. Ils sont interrompus par Joon Hyuk, qui se fait immédiatement sauter dessus par Tam Hee. Les deux oncles s’en vont et Tam Hee fait de son mieux pour se montrer séduisante et agréable. Elle demande quelle sera sa compensation pour avoir été un agent indispensable à l’acquisition de l’hôtel et il y a plusieurs postes vacants comme la Présidence par exemple.

Joon Hyuk rit sous cape et lui dit en souriant qu’il trouve vraiment drôle qu’elle puisse convoiter le siège de la Présidence lorsque ses actions sont aussi peu importantes. Et d’ailleurs, même sans ses parts, il n’aurait eu aucun mal avec l’acquisition. Hah. Tam Hee le fusille du regard et lui fait savoir dans un éclat de rire qu’elle n’est pas le genre de personne à se laisser marcher sur les pieds et à faire marche arrière sans bruit. Elle quitte le bureau avec bruit et Joon Hyuk, n’ayant toujours pas quitté son sourire narquois lui dit : « je sais, c’est pour ça que c’est drôle. » Haha.

 

Pour un deuxième soir consécutif, Tae Sung congédie son associé qui n’en croit pas sa chance. En partant, il lui dit qu’il serait bien s’il pouvait perdre la mémoire une fois par an et ensuite revenir. Haha. Le patron de Tae Sung fait ensuite son entrée dans son bureau et commente qu’il le met dans une mauvaise position à travailler aussi fort : il est un homme fraîchement marié, il ne devrait pas s’enterrer dans le travail comme ça. Il lui propose d’aller boire un verre puis de rentrer à la maison ensuite. Tae Sung refuse, son travail passant en premier. Son patron poursuit qu’il a muté Tae Sung dans un autre district…celui de Busan. Uh Oh.

Tae Sung se retrouve dans un bar karaoké avec son boss et enchaine les verres pendant que son patron chante. Se Na fait son apparition et Tae Sung remarque avec mépris qu’elle doit être celle qui a demandé à son patron de le faire boire et de le ramener à la maison ensuite. Se Na lui dit simplement qu’il a l’air épuisé : pourquoi ne rentreraient-ils pas à la maison. « Maison ? Où est ma maison ? » puis, après un temps de réflexion : « Oui, c’est ce que je devrais faire…rentrer à la maison. »

 

Se Na s’étonne de le voir céder aussi vite (je ne pense pas que tu devrais crier victoire tout de suite…) et Tae Sung se dirige vers la sortie. Elle s’apprête à courir après lui mais le patron de Tae Sung la retient, lui demandant s’il a bien joué le jeu ou non. Dehors, notre procureur monte dans un taxi laissant Se Na derrière lui.

Lorsque le chauffeur lui demande quelle est son adresse, un Tae Sung endormi donne celle de la Poissonnerie des oncles, à Haeundae. Aww. 

COMMENTAIRES

J’aime le fait que la Noble Idiotie soit incarnée aussi bien par le personnage de So Ra que de Tae Sung. Deux Nobles Idiots qui agissent pour le bien de l’autre annulent presque la Noble Idiotie, ou du moins la rend moins frustrante. La séparation était inévitable, et les deux personnages en sont arrivés à la même conclusion, au même moment. Certes, sans se le dire au préalable mais finalement, le résultat est le même, et aucun des deux n’a de ressentiment envers l’autre pour avoir accepté la séparation. Et ça, j’aime. C’est peut être aussi pour ça que leur dernière scène à l’hôtel était aussi émouvante.

Franchement, je ne pensais pas que je serais aussi touchée par ce moment-là. Mais il y avait quelque chose de si réaliste et de si vrai dans le déploiement de leur tristesse commune : le dos lourd de désarroi de Tae Sung secoué par des sanglots silencieux, et le visage tordu de douleur de So Ra, serrant ses sacs dans ses bras, tandis qu’elle quitte l’hôtel après les derniers mots d’amour : Merci, et Pardon. J’aime qu’ils se sont séparés avec ces mots et non des mots de rancoeur ou d’amertume. Il y avait une telle douceur (qui m’a brisée le coeur) dans leur dernier échange qui semblait si réaliste : leur vie se sépare mais les mots qu’ils se disent expriment clairement l’amour qu’ils continuent – et continueront – à se porter. Snif.

 

Et le personnage de Tae Sung est d’une fantastique lucidité. Ses échanges avec Se Na lors de son retour à Séoul sont tranchants et froids. Il est très au courant de la tendance manipulatrice de sa femme, aussi, c’était assez satisfaisant de le voir lui dire en face que cela ne marche plus et qu’il ne comprend pas comment elle fait pour être heureuse avec un fantôme à ses côtés. Mais la vie continue et j’ai trouvé la transition et l’ellipse temporelle plutôt bien réussie : Tae Sung se noie dans le travail pour éviter de penser tandis que la famille de So Ra s’est agrandie et le quotidien reprend son cours, comme si rien – ou presque – ne s’était passé.

 

J’ai haï de tout mon être Lee Sae Jo dans cet épisode. J’avais envie de lui hurler dessus et de le secouer comme un prunier, surtout lors de son face à face avec son fils où il lui dit qu’il fait tout ça parce qu’il l’aime. Oui, il l’aime, mais c’est surtout lui-même qu’il aime à travers son fils si brillant. La fierté d’avoir un fils prodigue et obéissant en tout et pour tout. C’est ça qu’il aime. Les sentiments de Tae Sung à côté ne sont même pas pris en compte, et c’est cela qui me révolte. Son attitude envers So Ra est d’une condescendance outrageuse, et je n’ai vraiment pas avalé le fait qu’il s’en prenne à Joong Shik. C’était tellement bas, tellement vil, tellement…méchant.

J’ai adoré la manière dont Kim Kang Woo a interprété son personnage : sa douleur, son indignation, sa désolation, tout ça était si parfaitement bien retranscrit dans sa gestuelle, dans son débit de paroles, dans ses expressions faciales.

Sinon : Mais où est passée Kwan Soon??!!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s