Haeundae Lovers – Episode 7 : Just Swindled

Dong Baek a tellement une tête à claque perché sur son bassin que je n’ai pas pu m’empêcher de lui faire dire ça. J’ai inséré quelques textes dans le même genre pour m’amuser sur les images en écrivant ma récap.

Dans cet épisode Nam Hae passe le plus clair de son temps à geindre et à composer des poèmes et des chansons (en fait même en composant il geint). Il porte aussi la coiffure la plus fugly que j’ai jamais vue sur un héros de Kdrama…behold my friends, voilà la RAIE AU MILIEU !

Nam Hee  s’étant fait rembarrer par So Ra et sa famille, et nous le retrouvons en train de siroter du soju et de se lamenter sur la solitude imposée de son repas. Commencerai-t-il déjà à s’attacher à la vie en communauté ? Il nous compose un petit poème juste pour l’occasion.

« Un peu de concombre de mer et deux gorgées de soju…

La solitude en moi ne me laisse pas pourtant noyer mon chagrin dans l’alcool…

Je m’assois seul dans la hutte et je dors.

Dans ma stupeur éméchée l’eau me sert d’oreiller, et je dors. »

C’est amusant parce qu’il se lance là-dedans moitié par inspiration subite moitié par cynisme désabusé. Encore une fois il a tout de l’adulte qui fait une crise d’ado tardive. Il se demande si cette inspiration prouve qu’il est à la fois poète et culturiste (haha) et se désespère encore une fois de ne rien se rappeler de son passé.

Une cliente de la supérette l’apperçoit et décide de l’éclairer sur ses hôtes, ou plutôt ragoter sur leur passé de gangsters. Tae Sung était au courant, mais bien sûr Nam Hee n’en avait aucune idée. Ce qu’elle lui dit sur le sort qu’ils réservent à ceux qui leur doivent de l’argent présente les derniers évènements sous un jour nouveau : et si Go So Ra avait joué la compassion pour l’attirer dans leurs filets ? C’est pour cette raison qu’il décide d’aller la voir pour lui demander des explications.

Bien sûr il tombe sur la scène de lutte acharnée à laquelle nous avions assisté dans l’épisode précédent et sous ses yeux So Ra se fait violemment frapper au front avec un vase en métal. Il a beau être venu pour l’affronter, dès qu’il la voit à terre blessée son sang ne fait qu’un tour et il se jette sur le clan ennemi. So Ra jette un regard triste sur la photo de Man Ok qui voit sa cérémonie funéraire se transformer en champ de bataille et hurle aux hommes d’arrêter, sans succès. Elle attrape un extincteur et asperge tout le monde. On l’écoute enfin.

« Ce n’est pas pour ça que je suis venue. Même si il n’est pas question de pardonner…je suis venue pour dire le dernier adieu. C’est la même chose pour mon père et mes oncles. »

Les hommes sont penauds, mais Nam Hee sourit discrètement devant le courage de la jeune femme. La petite clique quitte les lieux.

So Ra se fait soigner le front par un jeune urgentiste, mais Nam Hee le prends à part pour le convaincre qu’elle a besoin d’un chirurgien esthétique pour éviter de laisser une cicatrice. Il lui dit à peu près la vérité : que So Ra risque de ne pas pouvoir se marier si elle garde une vilaine cicatrice (c’est malheureusement plausible pour un mariage de convenance, mais ce qu’ils ne savent pas c’est que ledit fiancé s’engagerait envers n’importe qui si il peut mener à bien son arnaque), qu’elle a un père mentalement attardé et une bande d’oncles qui ne font pas de cadeaux à leurs débiteurs. C’est amusant parce que le trio de tontons les regardent discuter pendant tout ce temps avec un air menaçant sur le visage. Nam Hee utilise donc la technique de l’ajhumma ragoteuse.

Ca fonctionne à merveille et So Ra va avoir droit au meilleur traitement. Les trois tontons se demandent si Nam Hee n’était pas un homme de loi avant pour parler aussi bien. « Mais pourquoi (est-il devenu culturiste ?)…ah ! il devait être mauvais élève ! »

Une fois les soins prodigués So Ra et Nam Hee discutent un peu tous les deux. La jeune femme est reconnaissante, mais Nam Hee la prévient tout de suite qu’il a l’intention de partir une fois sa dette réglée (sous-entendu pour lui : ne pas se faire envoyer dans un bateau de pêche en haute mer). So Ra lui répond que personne ne le retiendra.

Nam Hee lui parle alors de façon méprisante de sa condition de fille de gangster et on entend clairement à travers lui le Tae Sung qui déteste les gangsters parler.

« Pourquoi les gangsters sont montrés du doigt ? La loyauté dont vous êtes si fiers, c’est une loyauté puante et variable qui suit uniquement le chemin de l’argent. »

Mmh, ce qu’il dit est tristement vrai mais il est aussi tombé sur la famille de gangsters en retraite anticipée qui tente de trouver une forme de rédemption en travaillant honnêtement. Nam Hee affirme que leur bed & breakfast n’est qu’une couverture pour leurs arnaques. C’est frappant de voir que ses anciens préjugés et sa personnalité d’origine ressortent aussi fort en prenant pour prétexte les racontars. So Ra blessée et furieuse lui répond que c’est justement par loyauté qu’ils se soutiennent mutuellement après avoir renoncé à cette vie de malfrats. Elle implique que l’état actuel de son père a quelque chose à voir avec ça. Nam Hee la quitte en adoptant le discours « ce n’est pas mon problème, bye bye ».

Papa, les tontons et Nam Hee vont ensuite se nettoyer des volutes de l’extincteur aux bains publics, désertés par les clients effrayés par leurs tatouages.  Nam Hee se lave à part pour « ne pas se mêler à eux » et les tontons observent cette fameuse marque de naissance en forme d’étoile sur ses fesses. Est-ce que c’est la nouvelle mode ? Est-ce qu’il s’est brûlé en traçant cette forme pour paraître plus « extrême » ? Et les gens d’Haeundae Hotel cherchent justement un homme avec ce genre de marque…

Transition à la fameuse séquence d’audition où des hommes essaient de se faire passer pour l’héritier disparu, sans grand succès. Joon Hyuk  passe voir mamie et Tam Hee qui observe la scène se dit qu’il est le prochain sur sa liste d’ennemis à éliminer lorsqu’elle aura réussi à expulser So Ra & co de Busan. Mamie se désespère du sort du jeune maître.

Le jeune maître en question est au jimjilbang avec une So Ra toujours furieuse. Mais elle prends le temps d’expliquer à Nam Hae qu’elle ne le retient pas : il est libre de partir si il veut, tant pis pour sa dette. On leur a déjà dérobé l’hôtel familial, ils sont habitués aux coups durs. Elle lui affirme qu’ils l’ont pris sous leur toit par empathie sincère pour lui et ses difficultés, sans arrière-pensées.

Tout le monde rentre tranquillement à la maison, mais ils sont accueillis en fanfare par des explosions de lumière. Et soudain…apparaît…poulpe-man ! WTF ? C’est le fiancé de So Ra, cette vermine de Min Goo, avec un cadeau pour sa promise. So Ra et ses oncles sont perplexes, Nam Hae apprécie le spectacle. Ils balbutient une explication vaseuse pour expliquer le fait qu’ils rentrent tous ensembles si tard. Min Goo rentre à l’intérieur et présente le cadeau, des anneaux de fiançailles d’une grande laideur. La petite famille essaie de dissimuler sa déception.

Les choses prennent un tournant encore plus ridicule quand il ouvre son autre présent : une montre pour enfant en forme de nounours. Kwon Soon est la seule qui laisse transparaître son indignation, mais elle regrette surtout qu’il n’y ait pas de sac à main pour elle. Nam Hae se moque de la radinerie de Min Goo qui joue les indignés, et encore une fois ce sont les oncles qui font des pieds et des mains pour lui plaire.

Kwon Soon est passablement énervée contre Min Goo et quand ce dernier demande qui est Nam hae elle en fait des tonnes et le présente comme le trésor local : « Un beau corps, un beau visage…mmmh on peut dire que c’est un visiteur de passage ici ? » Min Goo demande ce qu’un étranger fait dans cette maison avec deux jeunes femmes célibataires. Les choses s’enveniment mais Min Goo est interrompu par un coup de fil de ses créanciers. Il se trouve qu’ils l’attendent dehors et il va les rejoindre immédiatement en prétextant que son oncle passe par là. Il n’avait pas prévu la présence de Nam Hae sur le toit. Notre héros le voit se faire frapper et intervient. Ils sont rejoints par So Ra et le père de Kwon Soon qui prennent le plus âgé des gangsters pour l’oncle de Min Goo.

Nam Hae fait part de ses doutes sur Min Goo à So Ra, mais elle refuse de croire que son « innocent, gentil Min Goo » est un escroc et menace Nam Hae de le jeter dehors si il continue de se comporter comme ça, moitié sérieuse moitié en plaisantant. Nam Hae va têter son soju à la supérette du coin et laisse sa bouteille à moitié bue au caissier en lui demandant de la lui mettre de côté. Le jeune homme rétorque qu’il n’est pas tenancier de bar, mais Nam Hae ne veux rien savoir.

A la maison So Ra s’occupe de son père qui n’arrive pas à dormir. Il lui dit que Min Goo est fonctionnaire et n’a pas de tatouages…sa femme aurait approuvé. Sa fille se rappelle que sa mère était le grand amour de son père, et se demande pourquoi ça n’était pas réciproque. Elle ne comprend pas non plus pourquoi la photo de sa mère était dans le portefeuille de Joon Hyuk. Tout à coup son père abandonne son ton enfantin et lui dit « Je suis désolé So Ra, tu as vécu sans ta mère et tu as tellement souffert…papa est désolé. »  So Ra est ébahie et lui demande s’il est « revenu » (redevenu comme avant). Mais ce brusque éclat de conscience est de courte durée. Il s’endort avec la berceuse de sa fille (une version Coréenne de My Darling Clementine) et elle se demande à elle-même si elle prend la bonne décision en épousant Min Goo.

Nam Hae rentre encore à moitié ivre, et toujours aussi insomniaque malgré tout le soju qu’il s’est enfilé. Il demande à So Ra si elle ne peut pas lui faire un massage. Bien sûr elle refuse et il va se coucher en bougonnant. Il se chante une berceuse pour s’endormir : « Mon nom est Nam Hae, je suis culturiste, la seule personne que je connais est Go So Ra, Go So Ra est pétillante et elle a des cailloux à la place du cerveaux, elle est haute comme trois paumes (le surnom qu’il lui a donné, apparemment c’est une insulte)et… aaAAAArgh ! »Il se désespère de n’être capable que de penser à So Ra sans parvenir à se rappeler de quoi que ce soit sur son passé.

Dehors la tempête fait rage et le père de So Ra est terrorisé. Il est persuadé que la maison va prendre feu. Il sort pour couper le courant et se rappelle qu’un jour l’hôtel a failli prendre feu à cause de la foudre. Le lendemain le soleil est au beau fixe et Dong Nam se repose tandis qu’il donne des ordres de loin à Nam Hae qui décharge les poissons fraîchement pêchés dans le bassin. Les deux autres tontons se reposent aussi. En fait ils en veulent à Nam Hae pour avoir dit du mal de leur Min Goo chéri.

Nam Hae en a assez et balance un casier de poisson par-dessus bord sous les yeux effarés des trois autres. Haha ! Il a bien conscience de ce qu’il a fait et leur fait comprendre qu’il en a assez de leur servir de larbin. « C’est de l’abus et de la discrimination de travailleur salarié en fonction de mon état d’amnésie ! »

Ils sont interrompus par les gens du quartier qui accompagnent le père de So Ra. Apparemment ce dernier a coupé le courant de tous les poissonniers du coin pendant la nuit et les poissons des bassins sont morts. Pour appaiser leur colère So Ra & co décident de compter sur l’argent du mariage (prévu pour le lendemain) pour les rembourser. Mais les poissonniers font signer un contrat à So Ra comme quoi elle promet de confier son père à un hôpital psychiatrique si elle faillit à sa promesse (j’espère sincèrement que le drama raconte n’importe quoi et que ce type de contrat sur l’état des personnes est totalement illégal en Corée du Sud. J’espère.)

So Ra veut passer la journée à s’occuper de son père même si sa patience est mise à rude épreuve. Nam Hae sent qu’elle est épuisée et impose son aide en lui ordonnant de s’occuper d’elle. Après tout, elle se marie demain ! So Ra accepte mais lui fait remarquer qu’il doit être vraiment effrayé par sa menace de le mettre dehors pour être gentil comme ça.

De retour chez elle Tam Hee est surprise par Joon Hyuk qui veux la dissuader de poursuivre son projet de construction d’une villa au marché de Cheonsanpo en dépit de son contrat avec les pêcheurs et marchands. Il lui fait comprendre qu’il n’hésitera pas à la dénoncer pour fraude.

Au salon de beauté So Ra et tonton Kitty discutent de l’importance de prendre soin de sa peau pour la beauté du visage. Tonton Kitty est adorable et souhaite qu’une marraine la bonne fée  spécial mariage apparaisse pour faire « shalalala » et transformer sa nièce en princesse. En pratique Jeo Yeo Jung est sublime mais c’est vrai qu’une femme qui passe son temps à travailler sur un bateau de pêche risque d’avoir rapidement la peau très abîmée par le soleil et les embruns. So Ra est surprise de trouver son amie Joo Hee, qui accompagne une amie, et tonton Kitty sent aussitôt la flèche de cupidon le traverser…oh boy, encore un qui succombe à une jolie peste ? Il l’approche maladroitement en se faisant passer pour l’oppa de So Ra et en admirant sa manucure (pourquoi je ne suis pas étonnée ?).

Dans la salle de massage  So Ra trouve Se Na et lui apprends qu’elle se marie le lendemain. Se Na demande pour elle une série de soins idéaux pour assortir son teint à sa robe blanche. Elle lui dit qu’elle est elle-même mariée, mais que son procureur de mari a disparu en chassant des criminels. Elle est reconnaissante envers So Ra qui l’a sauvée lorsqu’elle s’est sentie mal et voudrait être présente à son mariage.

Le jour du mariage est enfin arrivé et le père de So Ra répète avec tonton Kitty et Soon Shim la marche vers l’autel. Ils sont interrompus par Nam Hae qui…qu’est-ce que c’est que cet accoutrement et cette coiffure ?! PffrrrHAHAHAHAHA. Il est habillé comme ça pour travailler comme serveur et continuer à payer sa dette.

Les tontons réalisent que personne ne conduit la voiture de So Ra. En fait ils ont décoré le camion de livraison (même les essuies –glaces ?!) et cette dernière qui le gare dans le parking manque de rentrer dans Nam Hae qui remonte des caisses. Nam Hae commence par lui crier dessus mais il arrête aussitôt quand il la voit en robe toute souriante et pomponnée. Il prend un air totalement idiot (Kim Kang Woo est juste hilarant avec ses expressions). Kwon Soon arrive et les deux femmes courent pour rejoindre la salle tandis que Nam Hae continue de suivre So Ra des yeux, l’air bête.

Les filles sont interceptées par les larbins de Tam Hee qui a vraiment décidé de pourrir la vie de So ra jusqu’au bout, mais avant que Nam Hae ait pu faire un geste Joon Hyuk intervient et rappelle aux dits larbins que c’est dans leur intérêt de ne pas obéir aux ordres de la mégère. Joon Hyuk remarque que So Ra a dû être effrayée : elle a les yeux grands comme des soucoupes ! Mais So ra a toujours en tête cette photo de sa mère et lui dit un peu froidement qu’elle aura à lui parler après la cérémonie.

Dans la salle de réception Nam Hae fait son job de serveur (les mains dans les poches ? Mouahaha c’est tellement lui). Il fait tout ce qu’il peut pour se cacher de Joon Hyuk mais ce dernier le reconnaît. Nam Hae lui dit de ne pas oublier que So Ra va être une femme mariée. Joon Hyuk répond à Nam Hae d’aller servir son eau, ce qu’il fait en maugréant. Joon Hyuk est aussitôt rejoins à sa table par Joo Hee qui a le jeune homme dans le collimateur, et par Se Na. Cette dernière est troublée quand elle voit Nam Hae de dos mais elles sont abordées par des amies de So Ra à qui Joo Hee avait indiqué (intentionnellement) la mauvaise salle. On élimine ses adversaires Mlle pestouille ? de toute façon, Joon Hyuk n’est pas dupe.

Une des invitées renverse son verre par accident sur Se Ne et elle va aux toilettes pour nettoyer sa jupe.

Mais la cérémonie tarde à commencer. En fait So Ra et ses oncles s’impatientent, le fiancé n’est toujours pas arrivé et l’heure avance. Sans compter que personne de la famille de Min Goo n’est arrivé. Kwon Soon fait (ENFIN) le lien avec les cachoteries de Min Goo qui lui avait fait croire qu’il vendait le futur appartement de son couple pour en acheter un plus grand, sans rien dire à personne. Dong Nam qui a pris de l’avance sur les autres s’était rendu chez Min Goo, et il trouve bien sûr l’appartement vide et l’oiseau envolé.

So Ra est dévastée par la nouvelle et bien sûr elle s’inquiète de la réaction de son père : c’est pour lui principalement qu’elle a fait tous ces sacrifices, et son avenir stable avec lui vient de partir en fumée. Les invités s’impatientent, les poissonniers qui veulent être remboursés s’impatientent. Nam Hae déboule pour comprendre ce qui se passe et est tout aussi terrassé par la nouvelle malgré ses « je vous l’avais bien dit. »

Il les enjoint de trouver sur le champs un faux fiancé et de garder bonne figure. Mais il voit trop tard qu’il vient de se fourrer dans son propre piège et se retrouve en moins de temps qu’il ne fait pour le dire sacré faux mari de So Ra.

Pendant la cérémonie Se Na est toujours aux toilettes (elle met combien d’heures à nettoyer sa tache ?!) mais Joo Hee reconnaît Lee Tae Song. Jae Hyuk fait tomber son verre de surprise.  So Ra et Nam Hae se dirigent ensemble vers l’autel tandis que Se Na retourne dans la salle.

Commentaires

ENFIN l’arnaque de Min Goo trouve sa résolution et je ne pensais pas qu’ils allaient nous sortir ce faux mariage de leur chapeau en guise de conséquence ! Beaucoup de choses commencent à m’agacer avec ce drama mais je passerai ça en revue la prochaine fois, pour l’épisode 8. 

J’aime bien comment le scénario traite la question de la mafia. Nous sommes dans une comédie loufoque et il n’est pas question de faire une étude sociale réaliste ou quoi que ce soit de sérieux, mais trop souvent j’ai vu dans ce genre de comédie les gangsters présentés d’un point de vue affectueux un peu trop favorable. Je suis soulagée que le drama ne tombe pas dans cet écueil en montrant que les hommes de la famille de So Ra ont bien pris la mesure des choses et paient les conséquences de leurs choix. Par exemple c’est touchant de voir que l’ex boss tient tellement à marier sa fille à un homme honnête, en sachant que sa femme a probablement beaucoup souffert du métier de son mari.

Comme je n’ai pas commenté plus en détail sur les épisodes précédents, je n’ai pas eu l’occasion de faire ma grande déclaration à Tam Hee/Bok Ja : chère Tam Hee/Bok Ja, j’adore te détester. S’il te plaît, continue d’être aussi délicieusement insupportable, cupide, et d’une mauvaise foi sans pareille. L’actrice la joue avec juste ce qu’il faut d’hystérie exacerbée pour la rendre complètement détestable et en même temps complètement ridicule. Je suis pour les méchantes caricaturales si elles sont aussi drôles à voir fulminer.

Et c’est tout pour l’instant ! A la prochaine pour d’autres aventures avec les tontons, So Ra et son culturiste !

Oui je sais que c’est une seiche mais « Poulpe-Man » ça fait mieux que « Seiche-Man » ! Pouuulpeuh-Maaaan, Pouuulpeuh-Maaaan~
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s