The Thousandth Man – Épisode 3 : Dans un autre monde, dans une autre vie

Parfois, c’est une bonne chose que les sous-titres mettent autant de temps pour sortir. D’une part, ça te laisse le temps pour écrire les récap’ au rythme qu’il te sied, d’autre part, lorsqu’on a si peu de temps à consacrer au blog comme j’en ai en ce moment, on ne se sent pas trop largué par la vitesse des événements. The Thousandth Man n’était donc pas une série dont je comptais faire des récap’ régulières malgré mon affection pour elle. Cela dit, oui, je maintiens que The Thousandth Man n’a rien de follement original ni exceptionnel (au sens où, non, en effet, ce n’est pas un crime envers le Kdrama de ne pas le regarder), mais non, je ne pense pas qu’il mérite une telle indifférence généralisée ( ou presque – je ne semble tout de même pas être la seule au monde à regarder cette série) pour autant car la série a un charme étonnant et une vitalité presque contagieuse. En bref, il met un peu de baume au coeur (et Dieu sait que j’en ai besoin en ce moment!).  (Mais attendez, ça fait trop de parenthèses ça.)

RÉCAP’ RAPIDE

On en était resté à la presque inquiétante présence de Mi Jin dans la maison d’Eung Suk. Mais elle est revenue parce qu’elle s’inquiète et passe la nuit à le soigner. Cela lui rappelle l’ère Goryeo, où elle s’occupait également des fièvres de son mari, quitte à générer l’incompréhension de sa famille.

Mi Jin demande alors pourquoi elles veulent devenir humaines : « parce qu’il n’y a pas de saison des amours. Les humains aiment tout le temps. » répond Mi Mo, « parce que je préfère vivre en prédateur plutôt qu’en proie » répond Mi Sun. Mi Jin répète qu’elle croit en l’amour : « Les humains sont capables de mourir par amour. Je ne mangerais que le foie de ces hommes-là ».

Introduction à l’amour : Chapitre 1

On retrouve Eung Suk complètement perdu dans ses pensées…qui concernent les différentes discussions qu’il a eues avec Mi Jin : dans l’avion, à son restaurant et dans le parc. En le voyant dans une telle méditation, Kyung Suk lui dit en rigolant qu’il devrait tout simplement appeler la personne à laquelle il pense. Heh. Un client arrive pour réserver une table pour une seule personne (lui), pour son anniversaire. Aw, c’est bien triste…En ressortant du restaurant, l’homme croise Mi Jin alors qu’il traverse la route. Il se retourne sur son passage mais il est trop tard pour la rattraper, la belle s’éloigne rapidement.

Mi Sun pendant ce temps signe un contrat avec l’assurance pour laquelle travaille l’homme que nous avons vu au début. Elle appelle son fidèle secrétaire pour finaliser le contrat mais Jung Hak est perturbé par cet homme, qu’il regarde d’un drôle d’air. Il tend la main vers sa poitrine, et l’autre, instinctivement, se recule. Jung Hak, en monomaniaque effréné qu’il est ne peut pas s’empêcher d’insister et se jette sur l’homme, apeuré.

D’une manière ou d’une autre, les deux hommes finissent tous les deux allongés tandis que le pauvre assailli crie désespérément : « Non, vous ne pouvez pas faire ça! Nooon! ». HAHAHA. Mais il s’avère que Jung Hak n’essayait pas de violer l’homme, seulement de lui retirer un cheveu sur la chemise. Haha. En sortant de là, l’homme croise Mi Jin encore une fois : « Mi Jin… ».

 

Elle se retourne à l’appel de son prénom mais on ne lit aucun signe de reconnaissance sur son visage. Seulement de la surprise. Flashback : à la fac, un jeune étudiant arrive en retard. Il est alors puni, et dans le couloir, il fait la rencontre d’une charmante élève…qui a tout l’air de Mi Jin! Et c’est le coup de foudre. Le jeune homme ne parvient ni à prononcer un mot pour lui parler, ni à la quitter des yeux. Je fonds devant tant de douceur et d’innocence moi.

Comme son crayon ne marche pas, elle lui prête le sien (il ferait presque un bond de trois mètres s’il le pouvait. Ah, que les garçons timides sont adorables!). Retour au présent où l’homme se rend bien compte que celle qu’il a sous les yeux en ce moment ne peut vraisemblablement pas être la même que celle qu’il a connue lorsqu’il était à la fac.

 

Le soir de l’anniversaire, l’homme est donc seul, en tête-à-tête avec son ordinateur. Il se met en ligne avec sa femme, mais elle ne l’écoute pas, et  tout ce qu’elle trouve à lui dire c’est qu’il lui faut de l’argent supplémentaire. Après ça, elle raccroche, disant qu’elle doit partir. Arf. Raide. Chez elle, Mi Jin réfléchit tout en mordillant son stylo car la tête de l’homme lui est familière. Et en regardant son crayon, un souvenir lui revient. Elle et un étudiant en train de travailler leur sujet d’histoire et leur adorable relation. Hah. Retour au présent, Mi Jin vérifie le nom marqué sur la carte de visite de l’homme : Kim Min Kyu. Elle l’appelle sur son téléphone portable et tombe sur Eung Suk.

 

Deux minutes et demi plus tard, Mi Jin arrive au Last, essoufflée. Eung Suk est on ne peut plus ravi de la voir (awww) mais s’étonne de constater que Mi Jin et « Min Kyu » se connaissent déjà. Les lumières s’éteignent, le gâteau arrive, et les deux anciens amoureux se replongent dans leurs lointains souvenirs communs, lors d’un anniversaire de Min Kyu.

Dans le présent, il explique que cette Mi Jin était un amour à sens-unique et que celle-ci ne devait jamais s’être doutée de ses sentiments. « Bien sûr que si! » s’indigne Mi Jin. Regard étonné à gauche. Regard étonné en face. Suite du souvenir de l’anniversaire : Min Kyu et Mi Jin sont dans l’autobus ensemble. Mi Jin dort. Min Kyu la regarde dormir, n’osant pas lui mettre la tête sur son épaule et tentant d’embrasser son reflet dans la vitre…

C’est l’heure pour Min Kyu de partir et il adresse ses remerciements à Eung Suk, ainsi qu’à Mi Jin. Celle-ci fait un mouvement pour le rattraper, mais Eung Suk la retient par le bras, sincèrement perturbé, sentant qu’il y a quelque chose de bizarre entre elle et cet homme : « N’y va pas. Je ne sais pas ce que tu comptes lui dire…mais ce n’est pas bien. Juste, reste avec moi. » Awww.

Sourde et aveugle à la confession à peine dissimulée, Mi Jin se dégage de son emprise et s’en va, sous le regard triste et languissant d’Eung Suk. Plus tard, celui-ci ne parvient pas à trouver le sommeil, se demandant pourquoi il lui a dit une chose pareille.

 

Introduction à l’amour : Chapitre 2

Mi Jin demande à Min Kyu jeune ce qu’il veut faire plus tard. Le garçon est simple : manger avec sa famille bien-aimée. Pourtant, aujourd’hui, il est seul chez lui et Mi Jin regarde tristement le jeune homme qu’elle a connu plein de rêves dynamiques devenir un homme d’âge mûr entouré de solitude. On retrouve Mi Sun en train de disputer Secrétaire Park parce qu’il a oublié de faire apposer le sceau sur le contrat récemment signé. Elle demande alors à sa fille d’aller le faire faire et Mi Jin accepte, alors qu’elle devait accompagner Mi Mo on ne sait où.

Elle va apporter le sceau à Kim Min Kyu pour qu’il l’appose sur son contrat et ce dernier se fige lorsqu’il voit Mi Jin mordiller un crayon.  Les souvenirs affluent, de sa rencontre avec la jeune fille, à son coup de foudre, jusqu’au moment où la flamme a tremblé à cause d’un ragot : Mi Jin serait une séductrice. En la voyant avec un autre, Min Kyu est pris de jalousie et évite la demoiselle le plus qu’il le peut sans que celle-ci en comprenne les raisons.

 

On retrouve Mi Jin dans la rue. Et Eung Suk qui marche dans sa direction. Il lui adresse un sourire timide et un « coucou » de la main (et je fonds. Oui, il m’en faut peu…). Il lui demande pourquoi elle voulait le voir. Elle lui répond qu’elle ne se rappelle pas avoir dit une chose pareille. C’est normal, elle ne l’a jamais dit, c’est Mi Mo qui a utilisé le téléphone de Mi Jin pour donner rendez-vous à Eung Suk. Heh. Le pauvre garçon a l’air tellement déçu. Mais son intérêt est revivifié par la proposition de Mi Mo de l’amener voir l’endroit favori de Mi Jin…qui se trouve être une maternité.

Mais ce n’est pas exactement une « Bébé Thérapie » à la Eun Sung d’I Do, I Do, mais plutôt une source de frustration pour Mi Jin qui jalouse les bébés de pouvoir être humain dès la naissance. Eung suk : O_O. Haha. Mais c’est donnant-donnant, et Eung Suk amène les deux filles dans un endroit qui tient une place spéciale dans son coeur : une maison funéraire. LOL. Et le pire, c’est Mi Jin tripe totalement elle aussi. Haha. Mi Mo est dégoûtée par leur goût morbide et les amène boire une bière.

 

Aussi fou que cela puisse paraître, Min Kyu commence à vraiment penser qu’il a retrouvé Mi Jin. Flashback. Il est à un arrêt de bus, à boire sa tristesse. Il reste là toute la journée et finit par s’endormir. C’est ainsi que Mi Jin le retrouve mais au lieu d’être sincère avec elle, lui dire à quel point elle lui a manqué, il se met en colère et lui dit en gros d’aller voir ailleurs s’il y est. Dans le présent, Min Kyu est au même arrêt de bus, abattu par ses souvenirs tandis que Eung Suk et Mi Jin prennent le bus ensemble.

Elle lui demande ce qu’il voulait lui dire la dernière fois, lorsqu’il la retenue et il explique qu’elle a bien sûr le droit de sortir avec qui elle veut, mais un homme marié ne semble pas être correct. Elle lui répond qu’il est une vieille connaissance sans plus entrer dans les détails et ne répondant pas aux interrogations d’Eung Suk. En sortant du bus, elle tombe sur Min Kyu. Comme dans le bon vieux temps.

 

En la voyant, ses larmes coulent et il dit en sanglotant tout ce qu’il n’avait pas eu le courage de lui dire 27 ans plutôt : tu m’as manqué et je mourais d’envie de te voir. Cela émeut Mi Jin qui lui tapote le dos, en le laissant pleurer. Elle le ramène chez lui, et le voyant si pitoyable, elle lui demande s’il l’a aimée (« oui »), s’il l’aime encore (il lui prend la main en guise de réponse) et s’il est prêt à donner sa vie pour elle (oui). Transformation.

Mi Jin Gumiho s’apprête à dévorer le foie de Min Kyu, ayant reçu son accord, mais se fige lorsqu’elle voit la photo de famille posée sur la table de chevet. Elle se ravise et quitte l’appartement. Eung Suk soupire toujours dans sa cage d’escalier, tripotant son téléphone portable, ne se rappelant plus de la date du jour. Mi Jin elle, est malade et Secrétaire Park est chargé d’aller acheter des médicaments…chez le vétérinaire. Haha.

   

Grâce aux médicaments elle va mieux, et elle découvre un paquet à son intention : il s’agit du stylo que Min Kyu avait gardé tout ce temps, et qu’il lui rend à présent. Dehors, Eung Suk est avec un gigantesque panier de fruits ne parvenant pas faire un choix entre aller le porter à Mi Jin ou retourner chez lui. AWW. Mi Jin sent sa présence et le voit ainsi vers ses aller-retours, le panier dans les bras, entre chez elle et chez lui. Et ainsi de suite.

 

COMMENTAIRES

Adorable fin sur l’indécision d’Eung Suk. Ça dure bien une minute entière ces aller-retours et je m’y retrouve totalement : est-ce que je me jette à l’eau? Oui!…Mais en fait NON! Mais en fait SI. Etc.

Ce que j’aime beaucoup dans cette série c’est l’innocence des personnages vis-à-vis de l’amour. Je sais bien qu’ils sont censés avoir un certain âge au sens où ce ne sont pas des ado qui découvrent les premiers émois de l’amour, mais peu importe l’âge, reconnaître l’amour en tant qu’amour et prendre des risques est toujours difficile. Je ne pense pas qu’Eung Suk ait vraiment compris la nature de ses sentiments envers Mi Jin, ou en tout cas l’accepte.

Il est encore dans une phase de déni bien qu’il ne puisse pas s’empêcher d’être attiré par elle, et de ressentir des émotions étranges, comme la jalousie, la déception ou le simple plaisir de la voir apparaître devant lui. C’est encore strictement à sens unique car on ne ressent rien de spécial de la part de Mi Jin, qui semble le traiter comme un bon ami.

 

J’aime beaucoup également la dynamique de la paire car les deux ont une certaine distance (véritable ou non) avec leur destinée : lui se prépare à mourir et ne semble pas plus paniqué par cette idée que ça, tandis qu’elle ne cherche pas si activement à vivre. Elle est consciente que la mort lui pend au nez, mais cela ne la résoud pas à prendre des vies pour autant comme on peut le voir avec Min Kyu à la fin. C’est sûr qu’avec ce genre d’éthique, elle risque de ne jamais devenir humaine! Il y a cependant une différence flagrante entre la manière de Mi Jin et d’Eung Suk d’accepter leur destin. Alors que lui le fait de manière résignée et par conséquent semble un peu ‘ »éteint », elle pétille de vie et de dynamisme. J’ai très hâte de voir le développement entre les deux!

Cet épisode était plus nostalgique et mélancolique que les deux autres et c’est sans doute celui dans lequel je me suis le plus sentie investie du point de vue émotif. En effet, l’épisode 1 et 2 laissaient voir des rayons de mélancolie, surtout du côté d’Eung Suk, mais étaient surtout axés sur la comédie et la loufoquerie. Tout en ne disparaissant pas tout à fait (avec l’hilarante scène entre Min Kyu et Park Jung Hak par exemple), le ton de ce troisième épisode était résolument plus amer et je me suis retrouvée à être beaucoup plus émue que prévu face à l’histoire de Min Kyu et la manière dont elle est traitée.

Comme je le disais, il y a beaucoup d’innocence injectée au sentiment amoureux et l’amour entre Mi Jin et Min Kyu est d’autant plus innocent qu’il est un amour de jeunesse (et Jinyoung est étonnamment crédible en jeune étudiant timide et énamouré de la plus belle fille de la classe). J’ai trouvé son développement très réaliste, du coup de foudre jusqu’à la séparation à l’arrêt de bus car la sécheresse avec laquelle Min Kyu quitte Mi Jin est caractéristique de la jeunesse, pétulante et impétueuse. On ne peut pas vraiment en vouloir à Min Kyu d’avoir cédé à cet élan de brusquerie, et son désarroi, sa tristesse et sa culpabilité de la fin n’ont pas manqué de m’émouvoir de par leur justesse.

Je suis contente que ce ne soit pas un exemple de « premier et dernier amour » comme les Coréens aiment à nous le montrer car Min Kyu adulte n’est plus vraiment amoureux de Mi Jin, il regrette « simplement » que le dernier échange qu’il a eu avec celle qu’il a aimée – et qui sans doute a marqué toute sa vie – se soit terminé sur un malentendu, et avec des mots qu’il ne pensait pas réellement. Le fait qu’il lui rende le stylo à la fin peut être interprété comme un signe d’au-revoir à son ancien amour, comme si le fait de l’avoir re-rencontrer – et ainsi permis de dire les choses qu’il n’avait pas pu lui dire – avait exorcisé ses plaies.

  

Je voudrais terminer en soulignant que la réalisation est très efficace. Elle utilise des images baignées d’une lumière pleine de chaleur et cela rend le visionnement très agréable. Par ailleurs, j’ai particulièrement aimé l’utilisation de la musique dans cet épisode, en particulier la balade utilisée pour évoquer l’histoire de Min Kyu – Mi Jin. Elle était douce, un peu amère – parfaite pour la situation.

J’aime beaucoup la manière dont sont traités les retours en arrière et comment le réalisateur mêle les deux temps en faisant intervenir le passé dans le présent et vice et versa. Les souvenirs sont toujours invoqués par parallélismes, que ce soit l’amour entre Mi Jin et Eung Suk à l’ère Goryeo ou l’amour entre Min Kyu et Mi Jin, et ils interviennent toujours de manière naturelle comme si on voulait nous montrer que le passé d’une part agit sur notre présent puis d’autre part qu’il fait partie intégrante du présent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s