May Queen : Makjang 101 (Premières Impressions)

Le synopsis en trois phrases : Happy Family is Happy. Shit Happens. Leading Lady has to Climb to the Top From the Bottom.

Mina is Not Impressed.

Regarder le pilote de May Queen revenait à regarder un concentré de tous les clichés les plus bateau (har har) du makjang en accéléré. Petite famille heureuse et cossue avec des enfants en bas âges, nos futurs héros ? Check. Destruction soudaine du cocon familial ? Check. Trahison du meilleur ami ? Check. Corruption d’un sous-fifre ? Check (d’habitude c’est le chauffeur mais là c’est un autre ami qui devient –forcément – le majordome du vilain). Vol de bébé ? Check. Le meurtrier du père s’impose comme réconfort de la mère ? Check. Le bébé est confié à un homme du peuple un peu bêbête ? Check. Le triangle amoureux sera complété par les fils des ennemis ? Check. La mère se retrouve à élever d’autres enfants qui ne sont pas les siens et qui vont profiter de la fortune familiale à la place de l’héroïne ? Check. Mina est totalement désintéressée par le drama et s’endort lentement devant ? Cheeeck….

Et bien sûr les enfants sont directement exposés à toute ces histoires débiles (même si ce n’est pas aussi ahurissant de stupidité que Feast of the Gods où la petite fille assiste au pseudo-suicide de sa mère, entre-autres joyeusetés). Je me demande vraiment à chaque fois pourquoi ils ne développent pas de graves symptômes traumatiques par la suite, le scénariste faisant comme si ils étaient encore incapables d’enregistrer ce qui leur arrive (ne pas comprendre ne signifie pas être insensible, et ça vaut même pour les nouveau-nés).

Avec ce pilote on constate que May Queen souffre encore de l’influence coriace de Baker King et de cette obsession des chaînes à vouloir réitérer le succès avec une héroïne au lieu d’un héros. Man of Honor a été le premier essai, mais malgré un départ intéressant qui s’orientait plus vers la romance de bureau le drama a fini par se laisser parasiter par son intrigue familiale OTT. Feast of the Gods…je pense que vous avez compris que je n’en n’ai pas une très haute opinion, et là encore la seule chose qui intéressait les gens au final était de savoir si Sung Yuri allait finir avec le héros ou le second-lead. Et je me pose cette question : est-ce possible de tourner une vraie saga familiale avec un personnage central féminin, qui ne finisse pas par être réduite à une histoire de triangle amoureux ?

Bien sûr ça existe déjà quand ils prennent des actrices plus matures (Flames of Ambition, Royal Family) mais ce sont des dramas dont on ne peut pas dire qu’ils sont « grand public ». Ou alors on tombe dans le makjang trash (Temptation of Wife, Yellow Boots…) et c’est une autre catégorie à part. Can You Hear My Heart a montré qu’on peut mixer le Home Drama, le makjang et la romance avec succès, mais il y a avait une profonde niaiserie dans ce drama qui m’a beaucoup agacée. En fait j’espérais que May Queen lorgnerait vers Giant, mais je suis déçue de voir que c’est plus vers Baker King et justement Can You Hear My Heart (sans avoir le talent de Moon Hee Jung) que le drama s’oriente.

Une fois la première partie pleine de pathos du pilote avalée le drama peut enfin commencer à nous montrer ce qu’il a à nous offrir de mieux, et c’est vrai, les ados sont adorables, et la scène des abeilles était bien trouvée. Ça se sent qu’on leur a donné tout le temps nécessaire pour se préparer, bien s’imprégner de leurs personnages. Le problème c’est qu’une fois qu’on a dit ça, on a tout dit. Pas besoin d’être Einstein pour deviner la suite des évènements. Bien sûr que le méchant de service va convoiter un terrain où il y aura de pauvres gens à expulser. Bien sûr que la mère adoptive de Hee Joo est méchante avec elle et chouchoute son fils. Bien sûr que la famille adoptive se retrouve encore plus pauvre qu’elle ne l’était déjà et que ses membres doivent lutter pour survivre. *Baille*. J’ai suivi le reste d’un œil désintéressé et vraiment commencé à craquer quand les jeunes héros commencent à s’affronter au collège. Normalement ces scènes sont l’occasion de laisser libre-cours à une certaine inventivité, mais le coup du repas renversé et de l’héroïne qui ramasse la nourriture pour la dix millième fois dans l’histoire du Kdrama…euh…sans moi, ok ?

Réalisation : B – C’est très basique. Il y a une bonne utilisation de la lumière et des paysages, mais en dehors de ça c’est terne, les couleurs et les costumes sont laids (mais de manière neutre, rien de fugly). Le seul bon point : cette espèce de dominance d’un ton bleu délavé qui correspond bien au thème du drama, mais dans le genre je trouve qu’Haeundae Lovers (qui utilise une approche similaire des couleurs) est visuellement beaucoup plus réussi.

Scénario : D Là j’ai envie de demander au scénariste : si vous n’êtes pas intéressé par ce que vous écrivez, pourquoi est-ce que je le devrai ? C’est un exemple frappant d’écriture mécanique gagne-pain. C’est l’exact inverse de Jung Ha Yun : je ne peux pas supporter ses personnages (c’est vraiment une question de goût personnel, je ne peux pas) mais je sens immédiatement qu’il les adore et qu’ils vivent et discutent dans sa tête comme si ils étaient réels. Ici…j’ai l’impression d’avoir affaire à des pantins. Et c’est pourquoi ma note est aussi basse. Je suis beaucoup moins tolérante envers le désintérêt total qu’envers une écriture défectueuse mais un minimum investie dans ce qu’elle raconte.

Casting : B Kim Yoo Jung est toujours à la hauteur de sa réputation d’enfant prodige (pas mal d’actrices adultes pourraient recevoir des leçons de cette fille, à commencer par Han Ga In). Je l’ai vu déjà jouer toutes sortes de rôles, de la peste à la gentille fille de province exubérante  en passant par la jeune lady cultivé. Ce qui m’embête c’est qu’elle est littéralement immergée depuis toute petite dans une forme de jeu propre à la télévision, et je pense qu’elle aurait beaucoup à gagner en élargissant son domaine au cinéma, à la manière de Kim Sae Ron. En fait son casting pose juste un léger problème : elle est trop bonne pour les autres filles, et la différence d’expérience se fait beaucoup sentir entre elle et les nouvelles venues. Les garçons sont des habitués comme elle et sont à l’aise. Du côté des adultes on a de très bons vétérans passe-partout. Leurs rôles respectifs ne leur proposent aucun véritable challenge. Je lirai plus tard ce que les gens disent du trio Han Ji Hye/Kim Jae Won/Jae Hee.

Verdict : Bad Kimchi Mon principal problème avec ce drama : ZERO prise de risque. Le casting est conventionnel, la réalisation est neutre, le scénario se contente de sortir son B-A BA du cosy makjang sans rien apporter de nouveau et manifeste un désinvestissement exaspérant. C’est évident que les concepteurs du projet se sont contenté de miser sur la familiarité des gens avec ces conventions. Dans un drama comme ça parfois on peut accepter de fermer les yeux sur des personnages ouvertement détestables et des prétextes scénaristiques hypocrites pour un aspect qui vaut le coup, mais là c’est tellement fade que ces éléments sont automatiquement insupportables. C’est le type même du drama fainéant, et franchement j’ai mieux à faire de mon temps que de regarder ça.

Publicités

6 réflexions sur “May Queen : Makjang 101 (Premières Impressions)

  1. LOL!

    Je crois que tout le monde s’attendait à ce que 5 Fingers soit le makjang de fin d’année mais en fait c’est May Queen qui remporte la palme haut la main.

    Je suis très contente de ne pas avoir testé ce drama!

    • Et apparemment ça ne s’arrange pas par la suite. Je viens de lire que le méchant trouve le moyen de tuer le père adoptif de l’héroïne, que sa famille doit vivre sous les ponts avec le nouveau-né et qu’elle devient amnésique ou je ne sais quoi. WTF ?

      • Oui, j’ai lu ça ce matin sur le LJ de quelqu’un que je suis: le méchant aurait tué les 2 pères de l’héroine: le biologique et l’adoptif. Et ils vivent en effet tous sous un pont O_o

        Only in a K-Drama…

  2. J’adore ce genre de scénario ridicule… Vous avez déjà essayer d’en résumer un à quelqu’un qui n’en a jamais vu ? … Et sinon Five Fingers alors ? Penses-tu le regarder un jour ou pas ? Je n’ai rien lu dessus pour garder l’effet de surprise. J’adore Joo Ji Hoon mais les 50 episodes me font peur…

    • A quelqu’un qui n’a jamais vu de makjang ? Ce serait très drôle XD (les lakorns aussi dans le genre c’est fun à raconter). Il me semble que Five Fingers ne fait que 30 épisodes. Je pense le tester quand même puisque May Queen est aussi décevant =)

  3. Eh bien je ne suis pas du tout d’accord. Ok May Queen c’est pas le drama du siècle mais ça se laisse regarder. Les enfants jouent très bien et les adultes ben ils font leur boulot et plutôt bien. Jae Hee a un rôle très différent de ce qu’il fait habituellement et je l’ai bien aimé dans ce rôle. Moi les 32 épisodes eh bien je ne les ai pas vu passer et je dirais que vers le 20ème cela monte en puissance. Perso j’ai vu bien plus nul comme drama.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s