Arang and The Magistrate 3/4 : Flesh and Blood

Quelques réflexions sur cette excellente deuxième semaine passée avec notre demoiselle fantôme. Ets-ce qu’Arang and the Magistrate est fun ? Pas vraiment. Est-ce touchant et inventif ? Définitivement !

Shin Min Ah – Black Moon

Eh bien ça m’aura pris du temps, mais je suis enfin entièrement investie dans ce drama ! Hip Hip Hip Hourra ! Les trois premiers épisodes avaient déjà d’excellents passages mais l’ennui l’emportait sur le reste (combiné à un léger agacement lié à l’humour pas toujours bien inséré) et c’est vraiment le quatrième épisode et ses twists passionnants qui m’a définitivement conquise. La réalisation a rapidement montré toute sa splendeur (les épisodes 2, 3 et 4 sont absolument magnifiques et poétiques visuellement) mais un joli drama ne fait pas un bon drama et le portrait des personnages laissait à désirer. Mais maintenant je peux enfin sentir les liens qui les attachent les uns aux autres et m’impliquer pour leur destin. Je ne suis toujours pas convaincue par les raisons d’Eun Oh de s’investir autant dans le schmilblick de cette enquête (un binyeo comme indice c’est bien mince) et je trouve que son potentiel rival, l’ex-fiancé, est mieux écrit que lui. Mais c’est un défaut que le drama aura certainement l’occasion de réparer par la suite, et de toute façon je suis déjà charmée par l’interprétation de Lee Jun Ki et acquise à sa cause. Go go Sato !

Et ça s’arrange un peu, mais j’ai du mal avec la manière dont sont écrits les sidekicks. Bang Wool et Dol Se sont des clichés sur patte que nous avons déjà vu cent fois ailleurs, sans qu’ils aient le charme de la troupe de hors la loi de Hong Gil Dong, l’humour du fidèle eunuque de Hwon dans MoonSun ou la fidélité à toute épreuve des servantes des princesses Se Ryung et Kyung Hye dans The Princess’ Man. Et je ne parle même pas des trois hommes au service du Sato, ils sont pires. Tout ce petit monde n’apporte pas grand chose à l’intrigue. Dol Se a droit à un développement touchant, mais Bang Wool reste désespérément irritante. J’espère qu’ils vont réussir à la rendre aussi attachante que son alter-ego masculin (et les faire fonctionner en couple secondaire peut aider).

En tout cas lorsqu’ils laissent tomber le juvénile pour aller à fond dans le tragique, ça marche à fond. Les plus belles scènes sont les scènes où Arang est seule et se laisse traverser par des émotions douces (coquetterie, dépit) ou fortes (désespoir, mélancolie, renaissance). Quand j’ai découvert ces scènes d’une grande force j’ai craint que le scénario ne suive pas cette réalisation pleine de bonnes idées et de sensibilité et qu’un décalage ne naisse entre les deux, mais le quatrième épisode m’a rassurée définitivement sur ce point. Ce n’est pas que l’intrigue n’avance pas, c’est juste qu’ils ont décidé de nous livrer les indices du mystère et les règles du monde surnaturel avec précaution. Et avec ça, le drama refuse la prévisibilité ! Kudos, ce n’est pas une chose banale actuellement.

Visuellement je pense que c’est le projet le plus ambitieux et le plus intéressant artistiquement que j’ai vu depuis un bon moment à Kdrama-land. Le travail de l’image est l’exact inverse de ce que j’appelle le style « cartoon » basé sur le gimmick visuel où des lettres, des symboles et des effets sonores vont venir se coller sur la vidéo. Par exemple dans un drama comme I Love Lee Tae Ri nous allons avoir des effets cheaps qui polluent l’image, dans Joseon X Files des effets de caméra tremblante pseudo-artistique qui donnent le tourni et dans beaucoup de drama récents nous allons avoir ce qu’on appelle le « split-screen » (l’écran dévisé) utilisé à outrance et de manière totalement inutile. La pire utilisation des effets sonores qui me vient est celle de Wild Romance. Sans oublier qu’apparemment de nos jours tous les dramas doivent avoir leur « Almost Paradise » ou « Babo Cheol Hom » pour nous écorcher les oreilles et casser l’ambiance (et faire la promotion de tel groupe de Kpop). Dans le petit monde d’Arang, tout fonctionne en harmonie. C’est qu’à force de s’habituer à accepter tous les problèmes des trendies (placements produits de plus en plus lourds et agaçants, OST purement commercial, effets de bluff visuel plus distractifs que captivants) on en vient à oublier combien c’est agréable de voir un drama qui ne se laisse pas aller à des facilités. Et nous avons vraiment le sentiment d’être pris autre chose que des potentiels consommateurs à appâter.

Pour conclure, Arang est un drama qui a d’impressionnantes ressources et qui s’investit à fond pour le public. Il y a toujours de temps en temps des scènes creuses un peu ennuyeuses (je pense que c’est surtout la faute à des dialogues pas toujours transcendants) mais la force de la mise en scène et le charisme incroyable des deux acteurs principaux y pallient largement. C’est de toute évidence l’une des meilleures offres du mois d’août.

3 réflexions sur “Arang and The Magistrate 3/4 : Flesh and Blood

  1. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi sur tout mais c’est sur la conclusion, si. Disons que de mon côté j’apprécie bien Dol Se et Ba Wool ^^ Par contre le « trio comique » du magistrat, pas trop je dois dire, ils gâchent un peu du temps d’écran. Mais malgré tout je suis plutôt enchanté par ce drama. Cela dit j’aimerais qu’il essaie moins d’être drôle -à l’exception des dialogues du couple principal- et se concentre plus sur le fantastique et le mystère parce que c’est tout de même ce qui fonctionne le mieux. Enfin pour le moment Arang, j’adore. Et l’épisode 5 n’a fait que le confirmer ^^ …

    • J’ai tendance à être plus d’accord avec toi Mila, pour ce qui est du comique, j’espère qu’ils ont prévu quelque chose d’assez croustillant pour la rencontre entre Arang et la chamane.

    • J’aime bien Dol Se, Bang Wool me gave. Ils auraient pu jouer avec le personnage et en font simplement le cliché de la shamane moyennement honnête…en plus celle-là est intéressée seulement par cette histoire de beau général, idée sans aucune fraîcheur (juste le coup du livre qu’elle apprend par coeur, ça c’est drôle). Et d’ailleurs en y repensant je trouve que Hwang Bo Ra pourrait moins surjouer son rôle. Si elle continue de se plaindre/psalmodier comme ça jusqu’au bout je vais vite zapper ses passages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s