I Do, I Do – Épisode 15 : I’ll Be There for You

I Do, I Do délaisse son petit côté doux-amer pour être tout simplement doux. Parce que non, vraiment, cet épisode était un petit bonbon sucré pour nous récompenser de notre patience : drôle, adorable et bien rythmé.

RÉCAP’

Et donc Tae Kang fait pour la première fois la rencontre avec Cheville, sa tête, ses bras, ses jambes. Les  larmes aux yeux, il balbutie : « Vous ne trouvez pas qu’il me ressemble?…Cheville, c’est Papa. Bonjour ». Aw. Le docteur (qui n’est pas Eun Sung) lui fait écouter son battement de cœur et notre émotif Tae Kang ne peut pas retenir ses larmes de joie : « c’est parce que le cœur de notre fils bat si fort » dit-il pour se justifier. Oups. Ji An lui annonce que c’est une fille et en voyant le visage de Tae Kang elle lui demande sur un ton de reproche s’il est déçu.

  

Celui-ci répond que non, seulement, il ne pourra pas faire du bébé un footballeur. Ji An réplique qu’une fille peut très bien faire du foot de nos jours et en veut à Tae Kang d’être déçu : « Tu fronçais les sourcils! Ton front était tout ridé! » Celui nie en bloc et demande au docteur Yang son avis : fronçait-il les sourcils ou non? Ji An renchérit : « Docteur, dites la vérité, il avait bien le front tout ridé n’est-ce pas? » Haha. Pauvre docteur.

Docteur Yang va ensuite rejoindre Eun Sung dans son bureau et commente à quel point Ji An et Tae Kang sont un étrange couple : tout émus au début, ils sont sortis en se disputant. Heh. Il lui demande si cette femme est celle de l’article mais Eun Sung le chasse en lui disant de faire comme s’il ne savait rien. De leur côté, les parents de Cheville sont dans la voiture lorsque Ji An demande tout à coup à Tae Kang de s’arrêter. Elle sort, amenant Tae Kang à se demander si elle lui en veut toujours pour le petit incident de tout à l’heure et se voit donc obligé de répéter qu’il n’est pas déçu que Cheville soit une fille. Ji An lui déclare simplement qu’elle doit aller quelque part, et le fait sortir de la voiture à son tour.

  

Elle s’arrête à la boutique de Joon Hee. Celle-ci lui propose de prendre quelques vêtements avec elle mais Ji An l’interrompt : « combien ça coûte d’ouvrir une boutique comme celle-ci? » Joon Hee sursaute et lui demande si c’est pour Tae Kang : « si l’argent entre en ligne de mire, votre relation tournera mal! » la prévient-elle. Ji An lui dit que ce n’est pas pour lui mais pour elle car elle pense à ouvrir son propre magasin. Puis elle se lève avec détermination pour aller « dans la tanière d’un tigre ».

  

On l’a compris, Ji An parle de Mme Jang. Lorsque cette dernière lui demande sarcastiquement ce qu’elle fait ici, Ji An, prenant une grande inspiration, s’excuse des déceptions qu’elle lui a fait connaître dernièrement. Elle lui explique qu’elle est consciente que son désappointement était proportionnel à l’affection qu’elle lui portait et qu’elle a fait beaucoup de choses pour elle. Ji An poursuit en lui demandant de pardonner ses erreurs du passé et de regarder vers le futur car elle ne veut ni perdre son bébé ni son travail. Elle affirme avec passion qu’elle ne pense pas qu’il y ait d’autres personnes qui se soucient autant de la compagnie : « Vous le savez. Autant pour une mère l’enfant est spécial, pour l’enfant la mère est nécessaire. Cette compagnie a besoin de moi et j’ai besoin d’y travailler. S’il vous plaît Mme Jang. »

  

Mme Jang est restée silencieuse pendant le monologue de Ji An et elle semblait presque compatissante. Cependant, lorsqu’elle ouvre la bouche, ses mots sont secs et tranchants. Elle lui dit que la compagnie n’a jamais été celle de Ji An et que celle-ci n’était qu’une simple baby-sitter temporaire, quelqu’un qu’on peut donc sans problème remplacer. Rentrée dans son bureau, Ji An commence à écrire d’une main tremblante sa lettre de démission.

Pendant ce temps, le joyeux futur papa montre au joyeux futur grand-papa l’échographie de leur joyeuse future fille/petite-fille. Futur grand-papa a un sourire jusqu’aux oreilles. Awww. Le téléphone de Tae Kang se met à sonner et c’est…futur beau-papa! Tous à l’abri! Celui-ci est en face de la compagnie et souhaite rencontrer le papa de son futur gendre. Haha ça promet.

  

Et donc les deux futurs grands-papas se retrouvent dans un café et le premier problème qu’ils doivent résoudre est : comment s’appeler l’un l’autre puisque leurs enfants ne sont pas mariés et ne comptent pas le faire. Le père de Ji An lui demande de l’appeler Prof. Hwang et le père de Tae Kang lui donne carte blanche pour l’appeler. Le deuxième problème, c’est le fait que Tae Kang s’en aille en Amérique en laissant Ji An enceinte derrière. Kwang Suk est indigné, après tout, c’est Ji An qui a refusé la demande en mariage.

Prof. Hwang défend à son tour sa fille : si elle a refusé même après être tombée enceinte c’est que les actions de Tae Kang ont dû être frustrantes. Kwang Suk fait profil bas mais ne parvient plus à se retenir : « attenez une minute, vous avez tendance à penser que mon fils est un idiot! Et le fait qu’elle soit tombée enceinte est la faute des deux. Pourquoi devrais-je m’incliner? » Les deux hommes perdent leur patience et finissent par se crier dessus en critiquer leur fils/fille.

  

Le père de Ji An poursuit  en disant : « quand je pense que j’ai perdu un docteur comme gendre à cause de votre fils, ça me fait dresser les cheveux sur ma tête! » et le père de Tae Kang d’enchérir : « Et moi quand je pense que j’ai perdu une riche héritière comme bru, ça me fait vomir! Et il me semble que vous n’avez aucun cheveu à faire dresser sur votre tête. » Hahaha. Le père de Ji An sursaute d’indignation et s’exclame qu’il est contre ce mariage même si Ji An finit par accepter et  Kwang Suk réplique qu’il n’aime pas non plus la perspective d’avoir une bru avec un si mauvais caractère. « Quoi? Qui est votre bru? » éclate Prof. Hwang. BWAHAHA. Rencontre FAIL.

  

De retour à la compagnie, Tae Kang lui dit qu’il aurait dû se retenir et Kwang Suk lui fait part de l’intention du père de Ji An d’inscrire le bébé sur leur registre de famille. Tae Kang soupire, déçu, que sa fille ne portera donc pas son nom mais futur grand-papa est formel : il fera tout ce qu’il pourra pour sauver jusqu’au bout le nom des Park. Hah. Parallèlement, la mère de Ji An déplore l’attitude de son mari et lui rappelle qu’il était censé aller à la rencontre du père de Tae Kang pour faire connaissance en tant que grand-parents. Elle conclut qu’il aurait mieux valu ne pas se rencontrer du tout. Son mari ne démord pas de sa position et refuse de se remettre en question, affirmant avec arrogance qu’il n’y a rien de plus à savoir sur cette famille d’ignorants. En entendant cela, sa femme explose : « Comment peux-tu dire ça? Il est le père du bébé après-tout. Est-ce que ta fierté est ce qui importe le plus? Aigoo. Vous les hommes. » Haha.

  

Ji An est dans ses pensées pendant que Sung Mi lui tend des dossiers. Celle-ci lui demande si quelque chose ne va pas. Ji An secoue la tête et lui avoue que c’est un soulagement de la savoir ici, elle pourra prendre soin de l’équipe. Sung Mi lui demande ce qu’elle compte faire pour l’évènement d’Août car ça a été un grand succès l’année dernière. En entendant ça, Ji An fond en larmes.

Tae Kang regarde la liste des choses à faire pour Ji An qu’il a dressées et soupire qu’il n’aura jamais le temps de tout  faire avance son départ. Il va la rejoindre dans son bureau avec l’espoir de passer un peu de temps avec elle mais Ji An fait toujours passer son travail en premier et lui propose de se voir demain plutôt (GAH mais il s’en va dans deux jours espèce de cruche!!). Il lui fait remarquer qu’elle a tout le temps devant elle pour travailler, pourquoi doit-elle le faire ce soir? Elle répond qu’on ne sait pas ce qu’il peut se passer le lendemain (sous-entendu : « je pourrais ne plus avoir de travail », mais bien sûr, Tae Kang ne peut pas le comprendre comme ça).

  

Eung Sung a un rendez-vous arrangé et on se doute qu’il est en train d’essayer de dégoûter sa partenaire tout comme il a essayé de le faire en rencontrant Ji An : « Excusez-moi mais pourrais-je voir votre front? Ma maman dit qu’une femme qui a un front large a aussi un grand cœur et qu’elle fait bien les tâches ménagères ». Pouahaha, c’est dans ces moments-là que mon amour premier pour Eun Sung ressurgit. Mais cela ne décourage pas la jeune fille, au contraire, elle aussi a toujours voulu se marier avec quelqu’un qui ressemble à son père et lui montre sans complexe son front en affirmant que ça devrait plaire à sa maman. Hahaha.

Deuxième tactique : être un garçon effiminé. Eun Sung sort son arme ultime : « Excusez-moi, je vais aller arranger mon maquillage. Je reviens, ne partez pas ». Il se lève et se dirige vers les toilettes en se dandinant des fesses. Haha. Puis, à l’heure où la jeune fille devrait être partie, il revient à la table…pour la retrouver assise en train de prendre des photos d’elle. Une dure à cuire apparemment haha.

  

Avec un petit sourire en coin, Eun Sung a trouvé un autre plan et il envoie discrètement un texto. Le repas poursuit son cours et la jeune femme se trouve particulièrement intéressée par les biens matériels d’Eun Sung. Ils sont interrompus par…un verre d’eau dans la face de notre docteur. C’est Tae Kang (et il a bien pris soin de vider TOUT le verre bouahaha) à la rescousse dans le rôle du jeune amant trahi : « Comment…comment ton amour peut-il changer? » Et il s’en va de manière très théâtrale tandis qu’Eun Sung le rappelle «  Chéri! Chéri! » haha. Mission réussie.

  

Eun Sung vient rejoindre Tae Kang : maintenant, ils sont quittes pour les pieds de porc. Puis Tae Kang se plaint du bourreau de travail qu’est Ji An, ce à quoi Eun Sung lui rappelle qu’il devait s’attendre à ce genre de chose de sa part. Ji An, de son côté, est toujours au bureau et les mots de Na Ri résonnent dans sa tête. Elle cherche un moyen pour coincer Mme Jang et ainsi éviter de démissionner pour protéger Tae Kang. Elle appelle son avocat pour connaître ce que la loi dit sur le licenciement abusif. Pendant ce temps, nos deux anciens rivaux maintenant meilleurs amis du monde partagent une (des) bière-s à l’appartement d’Eun Sung et ce dernier lui apprend qu’il est important pour lui de parler le plus possible à son bébé avant son départ.

  

Tae Kang remarque tristement que Cheville va être plus habituée à la voix d’Eun Sung qu’à la sienne ce qui amène Eun Sung à lui demander pourquoi il s’en va s’il n’en a pas envie. Tae Kang répond que c’est comme un défi ou un pari : il faut parier gros pour gagner plus. Il a fait la promesse à Ji An d’avancer droit. Eun Sung lui dit que ce n’est pas parce que tu regardes de l’avant que tu marches droit. S’il veut faire ça il a besoin de regarder sur les côtés et derrière. Tae Kang lui demande de ne pas semer le doute en lui et Eun Sung lui faire remarquer que cela fait son affaire s’il n’est pas là, sans gardien de but, c’est plus facile de marquer. Tae Kang sourit et lui dit qu’il ne peut pas marquer de but mais par contre, il peut être un bon assistant. Eun Sung l’asperge alors de bière et nos deux amis se courent après comme des gamins (lol le parapluie Eun Sung et le rire de Lee Jang Woo est HILARANT). Haha.

  

Chez lui, Tae Kang commence à s’enregistrer en train de lire un livre pour enfants sur un fabricant de chaussures. Heh. Ji An fait les cents pas chez elle, au milieu de ses chaussures, ne parvenant pas à trouver de solutions idéales. Elle trouve Tae Kang qui l’attend dans le parking avant de partir pour son travail. Contre toute attente, elle lui demande de la prendre dans ses bras et elle le serre, fort, fort, fort sans rien dire.

  

Et elle dépose sa lettre de démission sur le bureau de Na Ri et la prévient que ce n’est pas pour autant qu’elle abandonne. Elle lui demande de ne rien dire à Tae Kang et la vice-président le lui promet. Oh non, encore des secrets!

Docteur Yang joue les entremetteurs en essayant de lui arranger un rendez-vous avec une fille qu’il connaît mais Eun Sung cette possibilité en lui demandant s’il s’est inscrit au même club que ses parents. Hahaha. Son ami lui propose de prendre le relais concernant Ji An ou de la faire transférer dans un autre hôpital. Eun Sung refuse bien entendu, expliquant qu’il n’a plus de sentiments pour elle mais qu’il est curieux de voir naître cet enfant.

  

Tae Kang vient voir Ji An dans son bureau pour confirmer qu’elle est libre ce soir (« tu ne vas pas travailler aujourd’hui aussi, n’est-ce pas? »). Elle lui répond en lui donnant rendez-vous à 19h chez elle, ce qui fait sourire Tae Kang jusqu’aux oreilles. Aww, pourquoi es-tu si adorable? Il sort du bureau sur un petit nuage et commence à planifier leur rendez-vous. D’abord, porter des vêtements de couple, prendre des photos, être tout « lovey-dovey » (c’est quoi l’expression française pour ça? Des suggestions?) pendant le repas, manger une glace avec une même cuiller., regarder un film ensemble et…faire l’amour. Bwahahaha. C’est si cliché, mais pourquoi ai-je un sourire aussi énorme sur le visage?

  

  

La réalité? Ji An en train de se battre (littéralement) pour faire à manger et faire le ménage à fond pour accueillir son amoureux. En nettoyant la salle de bain, elle se rappelle que Tae Kang aime l’odeur de son shampooing, ce qui lui donne une idée. Elle lui prépare un carton dans lequel elle met livres, magazines, ramyun et autres aliments, shampooing et…la paire de chaussures qui les a tant rapproché (la première qu’elle ait faite).

  

Tae Kang est sur le chemin de la maison de Ji An, avec un carton dans les bras. Il est appelé par Bong Soo qui a de grandes nouvelles à lui annoncer…Uh Oh, ça n’a pas l’air d’être de bonnes nouvelles car lorsque Tae Kang arrive chez Ji An, son sourire a disparu. Elle ne s’en rend pas compte et le fait asseoir pour manger (un repas qu’elle a finit par commander car elle a raté son plat hah). Il lui demande alors de but en blanc s’il est vrai qu’elle a démissionné. Ji An est surprise qu’il le sache et explique qu’elle voulait juste faire une pause pour se reposer. Évidemment, Tae Kang ne la croit pas (si tu veux mentir Ji An, fais le de manière crédible : qui peut penser qu’un bourreau de travail comme toi ait envie de se reposer??) et lui demande si c’est la compagnie qui l’a obligée à le faire parce qu’elle est enceinte.

  

Il est indigné par ce genre de chose et annonce qu’il va arrêter de travailler dans cette compagnie et demander à son père de démissionner également. Ils commencent à se disputer lorsque le téléphone de Ji An sonne. C’est Sung Mi, paniquée. Ji An annule la soirée et vole à son travail. Tae Kang essaye de l’arrêter : pourquoi continue-t-elle d’être investie dans cette compagnie, et sa fierté? Ji An répond que cet endroit est également son enfant : « As-tu déjà vu des parents placer leur fierté au-dessus de leur enfant? ». Avec ça, elle s’en va, laissant Tae Kang derrière elle, fulminant de frustration.

  

Le problème de la compagnie c’est que le cuir qui a été commandé a été très endommagé pendant son expédition et Na Ri est en train d’appeler un avocat pour savoir si elle peut entamer une poursuite judiciaire envers leurs fournisseurs. Na Ri est surprise de voir Ji An débarquer et tente de lui dire qu’elle n’a pas besoin de son aide mais celle-ci ne l’écoute pas. Elle demande aux employés la raison pour laquelle le cuir a été livré par bateau à la place de l’habituelle voie aérienne. Il s’avère que la personne responsable de ce changement est Na Ri elle-même, « pour réduire les frais d’expédition » se justifie-t-elle.

  

Ji An réfléchit vite et bien. Elle propose de vendre ce cuir dans les compagnies de sac qui souvent utilisent un cuir endommagé pour leur modèle vintage. Les employés s’activent tout de suite et un invité surprise arrive : Tae Kang. Et ainsi commence la vente de cuir grâce à laquelle les employés ont l’occasion de se perfectionner dans le discours commercial.

  

Pendant ce temps, Ji An et Na Ri sont au bureau et Ji An lui apporte une pile de dossier : les données qu’elle a amassé durant toutes ses années en tant que responsable d’équipe. Devant le visage surpris de Na Ri, Ji An explique cette compagnie n’a pas seulement été un travail pour elle mais une maison, une école et un enfant. Elle poursuit en disant que lors de sa deuxième année en tant que responsable, elle a fait une erreur similaire à celle de Na Ri. Expliquant que ce sont avec les erreurs qu’on apprend, Ji An console Na Ri et lui dit ne pas se laisser décourager : ce n’est que sa première chute, il y en aura bien d’autres après.

  

La stratégie est un succès et le meilleur vendeur se révèle être Tae Kang, son expérience dans les marchés à vendre de la contrefaçon. Ji An articule un « merci » muet et l’habituel Tae Kang aurait sans nul doute offert un sourire bienheureux et innocent. Mais ce soir, il en a gros sur le cœur et ne parvient pas à le masquer. Les employés proposent d’aller fêter leur succès et Tae Kang se porte volontaire pour aller inviter Na Ri. Après lui avoir passé le message (Na Ri a refusé l’invitaton), il dépose une enveloppe sur son bureau : « ce n’est pas une lettre d’amour » précise-t-il sèchement. Aouch. C’est une lettre de démission et Tae Kang explique qu’il est vraiment déçu par la politique de la compagnie.

Il ajoute que licencier Ji An sera néfaste pour la compagnie et de cela, Na Ri en est bien consciente. Elle lui demande s’il sait pourquoi Ji An a soumis une lettre de démission. Tae Kang répond que oui : parce qu’elle a annoncé son projet d’être mère célibataire – « pour te protéger! » s’exclame une Na Ri exaspérée. Ji An est avec ses collègues mais Tae Kang ne pointe pas le bout de son nez. Et pour cause, il vient de recevoir un choc émotionnel : c’est à cause de lui que Ji An a quitté son travail car si on savait qu’il était le père du bébé, toute la carrière et l’image que cette dernière a construit aurait été détruite. Tae Kang s’exclame que c’est lui qui démissionnera dans ces cas-là mais Na Ri réplique que cela ne résoudra rien.

   

Elle ajoute que Ji An a fait cela pour qu’il y en ait au moins un qui soit sans danger. Une fois seul, Tae Kang se rappelle des étranges paroles que Ji An a prononcé la veille et tout se met dans l’ordre. Cette dernière l’appelle et il lui dit qu’il la rejoindra chez elle plus tard. Pendant ce temps, Na Ri feuillette les dossiers construits par Ji An avec un sourire mais également une pointe de culpabilité.

Ji An est chez elle et ouvre le carton que Tae Kang lui a apporté. Il y a trois paires de chaussures dedans : une pour papa, une pour maman, une pour Cheville. Aww. Lorsque Tae Kang arrive, elle le prend dans ses bras par derrière, le remerciant pour les chaussures et lui demande de partir et de revenir avec succès. Il n’y tient plus : « Je ne partirai pas! » Il explique qu’il n’a jamais voulu y aller et qu’il n’a décidé de le faire d’abord parce qu’il était en colère, ensuite parce qu’il a promis à Cheville d’être un bon père.

  

Ji An réplique qu’il a du talent, il peut devenir un bon designer mais Tae Kang voit les choses autrement : réussir à devenir un bon designer n’est pas la seule chose qui puisse lui valoir un regard de fierté de la part de sa fille (merci!). Pour lui, plus que de pouvoir entrer dans la compagnie de Jake Han ou d’étudier à l’étranger gratuitement, voir naître Cheville, l’entendre pleurer pour la première fois est plus important : « Savoir quel pied elle va utiliser la première fois pour marcher, savoir si son premier mot sera ‘Papa’ ou ‘Maman’, c’est ça que je veux le plus voir ». Elle tente de le raisonner en lui disant que c’est une opportunité qui ne renouvellera pas si facilement. Il réplique qu’elle, pour qui son travail est tout, a bien renoncé à la compagnie pour lui : « Je resterai toujours à tes côtés donc…n’essaie pas de me faire partir ».

  

Le lendemain matin, quelque chose rend la compagnie sens dessus-dessous : Ji An et Tae Kang en habit de couple! OMG. Ils se laissent prendre en photo avec plaisir et prennent même des pauses. Haha.

Bong Soo se rue dans le bureau de Kwang Suk pour lui faire part de la nouvelle…pour le retrouver avec les mêmes vêtement que Ji An et Tae Kang. BWHAHAHA. Aboji, tu gères. Dans le hall, main dans la main, nos deux tourtereaux s’apprêtent à aller travailler.

  

COMMENTAIRES

Cet épisode était adorable, dynamique, avec plein de moments tendres et drôles. Le drama m’étonne à avoir aussi peu de tensions bien que nous sommes à un épisode de la fin. Les choses se sont démêlées au fur et à mesure si bien que cela rend le tout très homogène et équilibré. Malgré le fait de voir Ji An choisir toujours le travail sur son bébé ou sur Tae Kang est un peu frustrant mais pourtant, j’ai aimé voir son efficacité pour régler les problèmes.

Ça aurait très bien pu virer cliché, du genre « je suis totalement indispensable à la compagnie parce qu’il n’y a que moi d’intelligente » mais c’est en fait exécuté de manière bien plus subtil. Cela met en avant l’importance d’avoir au sein d’une équipe quelqu’un qui ait de l’expérience. On peut avoir le statut, l’argent ou le talent, rien ne peut battre des années d’échecs et de réussites. L’erreur de Na Ri n’est pas tant présentée comme une erreur d’incompétence mais une erreur d’inexpérience. Et l’attitude de Ji An, loin d’être condescendante, « in your face » ou autoritaire, est plutôt de l’ordre du mentor qui, voyant au-delà de sa fierté, veut en premier lieu sauvegarder la compagnie. Et c’est une vraie leçon de professionnalisme que nous offre Ji An. J’apprécie aussi que Na Ri ne soit pas butée ou trop fière pour accepter l’aide et l’expérience de Ji An. Elle n’a certes pas fait que des jolis coups, mais son admiration pour cette femme, qui plus est ressemble à sa mère, la fait quasiment regarder Ji An comme une figure maternelle, ou au moins, comme un modèle à suivre.

Et vous savez quoi, Tae Kang remporte définitivement la palme du plus compréhensif, responsable et stable petit-ami et futur papa. D’autre part, je suis soulagée qu’il décide de ne pas partir finalement. Cette question de partir trois ans à l’étranger pour revenir en tant que designer à succès m’inquiétais en fait plus que je ne le pensais. D’abord parce que je n’y crois pas : « faire en trois ans ce que Ji An a fait en 15 » est non seulement idéaliste et fondamentalement prétentieux. De plus, partir en laissant derrière une femme enceinte n’est pas non plus une raison d’être très fier. Le choix de Tae Kang est selon moi judicieux et je suis heureuse de l’avoir entendu dire de sa bouche qu’un bon papa n’est pas forcément un papa socialement « respectable ». Donc pas de départ, ça veut dire : pas de séparation à l’aéroport, pas de « saut dans le temps » et cela me réconforte de savoir qu’il sera présent pour Ji An et son bébé de manière physique et pas simplement matériel comme il le suggérait.

  

Et puis, je suis définitivement réconciliée avec Eun Sung qui redevient attendrissant et hilarant. Ça paraît un peu beaucoup peut être (et pas vraiment réaliste) mais cela dit, j’aime la bromance qui s’instaure entre les deux (après avoir été tant casse-pied, il peut bien aider Ji An dans sa romance et sa grossesse non?). Oh, et j’ai adoré aussi le passage entre les deux pères qui défendent leur enfant respectif. Individuellement, le père de Ji An est pénible, mais j’ai parfois un regain de sympathie pour lui à chaque fois que ses mots trahissent son amour démesuré pour sa fille (dans l’épisode 14 la manière dont il a tiqué lorsqu’il a su que Ji An était en train de pleurer par exemple).

Une réflexion sur “I Do, I Do – Épisode 15 : I’ll Be There for You

  1. Ah Lovey-dovey ! une expression que j’adore mais qu’effectivement, je serais incapable de traduire. Pour moi, le seul parallèle que je fais, c’est avec le fait de nommer un couple « les deux tourtereaux » .
    Joli épisode en effet, très tendre, où tous les personnages sont à leur véritable place, ou y arrivent doucement. (je ne sais pas si ce que je dis là a un sens). Je pense que j’en dirais un peu plus sur mon ressenti au dernier épisode, car j’ai un peu peur de spoiler. (on ne sait jamais, si quelqu’un n’a pas encore finit le drama ;-) ).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s