I Do, I Do – Episode 14 : Bonjour Papa

Ça y est, nous y sommes ! D’accord, il ne reste plus que deux épisodes, mais mieux vaut tard que jamais (n’est-ce pas, Big ?). La situation est doucement en train de devenir trop dure à supporter pour Ji An, mais heureusement ses deux chevaliers servants sont là pour la soutenir.

Après leur baiser de réconciliation, nos tourtereaux (enfin !) réunis goûtent à un repos bien mérité après toutes ces émotions. Tae Kang se demande si finalement c’est une bonne idée de partie, mais Ji An dit quelque chose d’inattendu et d’assez juste : Pour elle Tae Kang n’a pas besoin de changer, mais pour sa fille…il doit devenir quelqu’un de respectable. « Vas-y (aux US) et gagne la maîtrise de ton avenir. »

Dès le lendemain elle va directement voir Na Ri dans son bureau pour lui demander de garder le contrôle de la collaboration. Na Ri accepte d’en parler à Queen Bitch mais elle n’assure pas que sa requête soit acceptée. Ji An répond de manière optimiste et demande à Na Ri de « lui montrer de quoi elle est capable. » Pour dealer avec Queen Bitch ? Haha pourquoi pas, voilà un défi intéressant. Na Ri lui répond par un sourire.

Tae Kang débarque dans le bureau de sa patronne déjà occupée dans ses papiers et lui fait un petit backhug matinal (vive les backhugs, matinaux, il n’y a jamais assez de backhug matinaux !). Notre héroïne est embarrassée et ils se séparent rapidement lorsque la senior de l’équipe (Manager Ma) entre pour rappeler à sa supérieure la tenue d’une réunion. Ji An lui délègue la responsabilité. Elle ronchonne contre Tae Kang, qui s’excuse de son attitude…avant de lui coller un baiser sur la joue et de quitter son bureau, le sourire aux lèvres. Mouahaha. 

Na Ri a pris les devants et a demandé à son père d’autoriser à Mme Hwang de gérer la collaboration. Queen Bitch la convoque et elles se retrouvent dans un café.  QB lui rappelle que c’est elle l’associée qui détient la majorité des parts de Jinny Kim et lui demande de rectifier son approche, et de chercher qui est le véritable père de l’enfant de Ji An. Elle a des doutes sur Tae Kang. Elle lui montre des photos de Ji An et lui ensemble (bon c’est en train de devenir l’un des défauts de scénarios inévitables à Kdrama-land : qui prends ces photos parfaites, pourquoi personne ne se rend jamais compte qu’ils sont stalkés 24h/24 ?!). D’autres indices mènent vers lui comme la présence de son père dans les salariés de l’entreprise. Na Ri ne veut pas y croire. Et elle refuse de l’utiliser alors qu’il est leur nouveau protégé.

Le père de Tae Kang et EA discutent des nouvelles rumeurs sur l’identité du père du bébé de Mme Hwang. Papa ne comprend pas pourquoi tout le monde s’intéresse à ça, et EA évoque la simple curiosité. Papa est irrité. « Ce n’est pas une entreprise de design c’est une boîte à scandales ! » (bien dit mais malheureusement c’est partout pareil). Et est-ce qu’ EA n’a pas mieux à faire que de l’embêter pendant qu’il travaille ? Non, son équipe ne le cherche pas, contrairement à Ji An dont les moindres faits et gestes sont scrutés, EA n’intéresse pas grand monde.

Tae Kang continue de veiller sur Ji An, et il a trouvé l’excuse parfaite pour envahir l’espace de sa patronne et faire tout pour elle : « c’est pour le bébé ! » En fait il prend soin de la maman aussi. Maman Ji An se laisse faire en ronchonnant juste pour la forme, mais elle ne peut pas s’empêcher de rougir et sourire quand il lui souhaite de faire de beau rêve et quand il lui fait un bisous pré-sieste (vive les bisous pré-sieste, il n’y a jamais assez de bisous pré-sieste !). De retour à son bureau pour faire le guet, notre héros soupire en remarquant qu’il ne lui reste même pas une semaine avant son départ. Il entreprends de lister tout ce qu’il veut faire avant le jour-J.

C’est le moment que choisit Na Ri pour lui dire de venir assister à une réunion avec elle. Il va prévenir Ji An, qui ne réagit pas sur le moment. Après son départ elle a un mauvais pressentiment. En route, Tae Kang fait part à Na Ri de sa réticence à partir aussi tôt. Embarrassé il acquiesce lorsqu’ elle lui demande en réponse si c’est pour son père qu’il s’inquiète, mais la promesse de la jeune femme de bien s’en occuper en son absence ne l’avance pas pour Ji An. Cette dernière reçoit un appel d’un homme qui veut la rencontrer. Il se dit touché par son interview sur son statut de mère célibataire, et a entendu les rumeurs sur la décision de l’assemblée de l’écarter de la collaboration. Il s’agit en fait d’un chasseur de tête qui veut essayer de l’attirer vers son entreprise. Il apporte un contrat avantageux déjà préparé avec la promesse d’adapter son lieu de travail à sa grossesse. Ji An lui demande ce qu’ils attendent d’elle en échange, et reprend sa conviction qu’elle avait exposée au début du drama : rien n’est gratuit dans ce monde.

Bien sûr c’est trop beau pour être vrai et l’entreprise attends qu’elle apporte avec elle les contrats d’exclusivité avec les fournisseurs de Jinny Kim et qu’elle brise le secret professionnel (et je suppose la clause de non-concurrence si ils ont de telles restrictions là-bas). Ils s’occuperont des « questions légales », euphémisme pour dire qu’ils sont roués à noyer le poisson après avoir eu recours à ce genre d’espionnage industriel. Ji An a visiblement l’habitude de leurs magouilles et lui dit d’aller se faire cuire un œuf (« votre entreprise n’a jamais la première place parce que vous trichez au lieu de travailler. ») Son interlocuteur lui répond en lui servant le discours misogyne de base : il lui rappelle les médisances à son sujet et lui fait comprendre qu’elle n’est pas en mesure de refuser une telle offre. Va mourir en enfer vil spécimen de débilus macholus.

Ji An se réfugie dans sa voiture et entends à nouveau dans sa tête tous les discours décourageants qu’on lui a servi ces derniers temps.  « Cheville…maman était préparée…mais ça fait mal quand même. » Des larmes silencieuses coulent sur ses joues. Elle appelle sa mère pour un peu de réconfort. Cette dernière réalise que sa fille est en train de pleurer et papa Hwang n’est pas content d’apprendre que Ji An a un chagrin. Sa mère fait comme si de rien n’était pour ne pas la froisser mais ils se demandent quand même ce qu’ils peuvent faire pour elle.

Nous voyons Tae Kang sortir fulminant de la réunion, Na Ri sur les talons. Apparemment Na Ri l’a présenté comme un génie et le premier responsable de la victoire de Ji An, et il déteste se retrouver dans une situation où il profite à nouveau du travail et du succès de sa supérieure et chère et tendre : les imitations, ça revient au même. Na Ri lui rappelle que son contrat pour partir à l’étranger est donnant-donnant : ils assurent sa carrière, et en échange il se plie à leur stratégie marketing. Et ça implique de vendre Tae Kang comme le dernier produit à la mode, quitte à utiliser des moyens peu honnêtes. S’il n’accepte pas ces conditions, ils devront réfléchir à leur investissement. « Oui faites-le, et je vais réfléchir aussi de mon côté. » Mais il se remémore les paroles de Ji An sur son avenir. Argh, est-ce que son choix doit impliquer de trahir Ji An dans l’intérêt de Ji An ?

A l’hôpital Eun Song mène une échographie pour sa patiente préférée. Elle écoute les battements de cœur de son bébé en fermant les yeux. Elle entend toujours « gudu…gudu…gudu… » (« chaussures ») et Dr Mommy lui dit pour rigoler que les femmes de grands business men entendent « Do Gok » (un quartier à forte valeur immobilière). Il lui offre ensuite son cadeau de naissance : des chaussures de bébé rose. C’est la confirmation que le bébé est une fille, et Ji An est soulagée. Elle avait moins confiance en elle pour élever un garçon.

A la buvette EA et Papa Park discutent de l’ascendance de Na Ri. Sa mère était la toute première designer de l’entreprise, et le directeur artistique de l’époque qui est aujourd’hui devenu le président de la boîte est tombé amoureux d’elle. Papa compatis pour Na Ri et se réjouis d’apprendre qu’elle va devenir CEO. Il imagine en rêve la promotion sociale qu’engendrerait cette alliance, avec grosse voiture, lunette de soleil, sous-fifres respectueux et belle-fille tombée du ciel avec qui faire l’idiot. Sur ce un des secrétaires de Na Ri vient le convoquer.

Chez elle Ji An range les nouvelles chaussures de sa fille avec les autres et lui dit qu’elle est impatiente de la recontrer. Tae Kang s’invite abattu par sa journée et lui demande de lui faire des ramens. Ji An ronchonne un peu mais bien sûr la reine de la cuisine rapide a un placard entier bourré de nouilles instantanées (haha on dirait moi). Tae Kang a besoin  d’un autre backhug, et lui demande de rester comme ça au moins pendant une minute. Il est tellement doux et tristounet que Ji An se laisse attendrir (cet acteur est l’incarnation de l’homme-nounours, c’était ce qui m’avait fait craquer dans Man of Honor). « Est-ce que tu as passé une mauvaise journée ? » lui demande-t-elle un peu inquiète. « Être un père respectable est plus dur que je ne le pensais. »

Elle prend sa tête gentiment dans ses mains et lui dit de rester fort, ce n’est que le début. Elle lui dépose un léger baiser sur les lèvres et ils sourient. Elle lui propose aussi de cuisiner pour lui, mais Tae Kang trouve que les ramens, ça suffira très bien. Le pauvre, son estomac risque de souffrir dans l’avenir…ils discutent de ce qu’ils prévoient pour l’avenir de leur enfant et bien sûr ont des visions différentes des choses (joueuse de foot VS designer…bon faites-lui faire les deux et elle choisira !). Ils sont interrompus par Papa et Maman Hwang qui viennent quand même voire comment va leur fille.

Tae Kang veut se présenter mais Ji An affolé l’enferme dans son dressing avant qu’il ait le temps de faire quoi que ce soit. Maman Hwang a apporté des provisions, mais elle remarque les ramens et reproche à sa fille de manger comme ça, surtout en ce moment (il n’y a qu’un seul couvert.). Mais le portable de Tae Kang sonne et celui de Ji An est bien en évidence sur la table. Papa Hwang déboule dans le dressing. Sa femme et lui reconnaissent l’employé qu’ils ont rencontré précédemment…et il se présente comme le père du bébé. Yes, un secret de moins !

Petite mise au point familiale. Papa Hwang n’est pas ravi d’apprendre que sa fille sort avec un homme plus jeune qu’elle, d’autant plus qu’elle n’a pas l’intention de l’épouser, ce qui chagrine Tae Kang. Il quitte l’appartement abattu par ces mots. Papa Hwang n’est pas convaincu par cette idée de former un couple peu conventionnel, mais pour une fois Maman Hwang l’interrompt et l’enjoint d’écouter sa fille. Elle a un plan, laissons-la faire comme elle a envie. Papa Hwang est battu et la mère et la fille échangent un sourire de connivence.

Chez les Park Papa essaie de convaincre son fils d’épouser Na Ri (elle vient de lui attribuer un appartement, forme de rémunération pour son travail ?). Tae Kang décide de lui avouer la vérité et prépare un coussin en cas de débordements de violence. Juste après les clients de la buvette au rez-de-chaussée entendent des hurlements et des bruits de coups provenant du sous-sols (haha). Papa est complètement abattu par la nouvelle et furieux que son fil ait fait les mêmes bêtises que lui. Mais Tae Kang lui dit qu’au lieu de devenir fou d’amour, cette relation le pousse à faire quelque chose de productif de ses talents et à prendre ses responsabilités.

Tae Kang lui dit aussi qu’il a bien eu conscience pendant son enfance d’avoir été un poids pour son père, même si ce dernier affirme qu’il a pu avancer grâce à lui. Tae Kang ne veut surtout pas que son enfant puisse penser que sa naissance a créé des difficultés pour ses parents. Il va devenir un bon père et demander sa main à Ji An. Papa est triste, mais il pense que c’est la bonne décision.

Tae Kang reprends ensuite sa fameuse liste de choses à faire avant de partir : « lui trouver un endroit pour qu’elle puisse se reposer, s’assurer qu’elle mange tous les pieds de porcs qu’elle veut, fabriquer des chaussures pour Cheville ». Le lendemain Na Ri trouve un jus de fruit sur son bureau avec un petit mot gentil de Tae Kang qui lui promet de faire de son mieux pour la suite. Elle est ravie.

Ji An croise au bureau Papa Park qui lui conseille de porter des vêtements plus couvrant, pour ne pas attraper froid à cause de la clim (c’est vrai que la clim’ réussit toujours à me faire attraper un rhume). Il lui donne sa carte « si jamais elle a un problème. » . Rhoo c’est mignon. EA (qui parfois mérite vraiment des baffes) lui demande s’il est intéressé par Mme Hwang. Manager Ma a une mauvaise nouvelle pour l’équipe : les associés ont décidé de confier la collaboration à Na Ri même si le design retenu est celui de Ji An. Tss, bandes de lâches.

Tae Kang est furieux et Ji An rumine l’attitude de Na Ri, qui l’a laissé tomber. Les deux mauvaises langues de la boîte trouvent encore le temps de dire du mal de leur patronne mais ils sont interrompus par Na Ri, qui les a entendus. EA, toujours collé aux basques de Papa Park discute du père de l’enfant de Médusa. Papa fait une gaffe et révèle le nom de son fils, et Na Ri qui vient le chercher pour déjeuner avec lui entends tout. 

La jeune femme n’est pas exactement enchantée d’apprendre que Tae Kang voit l’opportunité qu’elle lui offre comme un moyen de se stabiliser pour se mettre en couple. Grrr, papa, parfois il faut REFLECHIR avant de parler aux gens. Toutes les choses ne sont pas bonnes à dire, et en l’occurrence ça ne profite à personne. Une fois rentrée dans son bureau Na Ri se remémore avec amertume les bons moments qu’elle a partagé avec Tae Kang, et pleure silencieusement.

Notre héros commence à accomplir ce qu’il a prévu de faire avant son départ, en commençant par installer un fauteuil confortable pour que Ji An puisse se reposer de temps en temps. Il lui demande si ce voyage d’étude est une bonne idée. Mais elle pense que son succès en tant qu’apprenti qu’elle a formé est aussi un plus pour elle. Tae Kang remarque qu’avec une femme aussi forte de caractère, il ne lui reste pas beaucoup d’espace pour s’imposer. Elle lui rappelle qu’il s’est déjà imposé, « ici, avec Cheville » en montrant son ventre. Elle s’enfonce dans son nouveau fauteuil et Tae Kang la regarde avec intensité. « Tu n’es pas une femme ordinaire pour moi. Tu m’a donné un rêve, et donné les moyens de le réaliser. Et surtout, tu m’a appris à marcher droit. » Ji An émue lui sourit, prend ses mains dans les siennes et les presse contre son coeur. « Merci. »

Il se penche pour l’embrasser mais s’arrête et balbutie des idioties sur le fait que les baisers et les câlins sont bons pour le bébé, ça crée des endorphines tout ça tout ça. Ji An est un peu dubitative mais elle est intéressée (sans blague) et lui demande si la porte est bien fermée. Tae Kang se penche vers elle…et nous ne saurons jamais très bien exactement ce qu’ils ont trafiqué puisque nous passons directement à la scène suivante. Ils ressortent du bureau aussi fringants et rougissants que des adolescents.

Mais la bonne humeur de Ji An ne dure pas longtemps : Na Ri veut lui toucher un mot sur sa relation avec Tae Kang. Elle la prévient que Queen Bitch est au courant pour sa paternité. Na Ri est agressive, mais en réalité elle veut surtout prévenir sa supérieure que les choses risquent de se compliquer encore plus pour elle. Si les autres apprennent la vérité, tout ce qu’à reçu d’elle Tae Kang, de la sélection initiale au concours au lancement récent de sa carrière sera reliée à Ji An et il pourra dire adieu à son futur de designer. De toute évidence, c’est ce qui a dû arriver à la mère de Na Ri quand elle est tombée enceinte. Même si au fond Ji An n’a pas vraiment favorisé Tae Kang (et c’est le moins que l’on puisse dire avec tout ce qu’elle lui a fait subir avant de lui faire confiance) les gens auront du mal à y croire. Na Ri lui suggère d’écrire de suite sa lettre de démission. Au moins comme ça elle peux sauver le père de son bébé et son beau-père, au lieu de les couler avec elle. C’est dur à accepter mais avec une assemblée d’associés aussi obtus, c’est la vérité. 

Après un placement produit pénible (vraiment ça commence à devenir saoulant) Dr Mommy reçoit étonné la cuisinière du restaurant favoris de Ji An envoyée par Tae Kang pour lui apprendre à préparer sa recette spéciale de pieds de porc (pour qu’elle puisse en manger pendant son absence !). Le soir Tae Kang vient goûter le même plat préparé par Eun Song à partir des instructions qu’il a reçues. Il pinaille, mais autorise Eun Song à livrer lui-même les pieds de porc à sa patiente. Il admet que Ji An et Dr Mommy restent amis. Apparemment ces deux là en sont déjà au stade « bromance ».

Dans son bureau Ji An rumine les paroles de Na Ri et passe l’offre de contrat de l’entreprise adverse dans le broyeur, les larmes aux yeux, l’air mélancolique et déjà résigné. Mais Eun Song débarque aussitôt avec son plat de Jeokbal pour lui remonter le moral. « le producteur, réalisateur et scénariste de cette intervention est Park Tae Kang. » Il lui demande de venir à l’hôpital le lendemain matin avec le papa de son bébé.

Le lendemain Tae Kang peut assister à l’échographie, et il dit, tout heureux : « Bonjour Cheville…c’est papa. »

Commentaires

On l’aura attendu longtemps cette scène, et elle témoigne des progrès énormes qu’on accomplis Tae Kang et surtout Ji An. Notre héros a cette gentillesse et le sens des responsabilités en lui depuis le début (c’était évident) mais je ne peux pas en dire autant de Ji An, qui partait d’une attitude passive agressive dénigrante à la fois pour elle et pour son entourage. Finalement Eun Song ne lui a pas été d’une grande aide même  si il peut la soutenir à sa manière, et c’est la petite « mouche » nommée Tae Kang qu’elle avait prévu d’écraser sous son talon qui a su la tirer vers le haut et réinventer son avenir. Cet avenir n’est sans doute pas aussi doré et fournis en chaussures de luxe que notre héroïne l’espérait, mais je n’ai jamais vu une expression aussi apaisée et heureuse sur son visage que celle qu’elle porte quand elle regarde son bébé avec Papa Tae Kang à ses côtés. 

Même si j’ai eu souvent envie de l’étrangler à cause de ses décisions idiotes, Ji An est une héroïne qui reste fidèle à ses principes et qui affronte les conséquences de ses faiblesses et de ses choix de front, sans chercher à se protéger. Le plus dur c’est d’accepter que les autres ne fonctionnent pas comme elle et mettent les apparences avant la vérité et l’honnêteté, comme elle en fait de plus en plus durement l’expérience. Et jusqu’au bout le drama aura décidé de lui donner le rôle d’habitude réservé aux hommes, qui voient leur carrière mise en danger en raison de leur relation avec une femme désapprouvée par papa-maman. 

En marge des héros je suis reconnaissante aux scénaristes d’avoir écrit deux second leads qui soient humains, et pas deux psychopathes comme on en voit souvent. Na Ri et Eun Song sont sincèrement amoureux de Tae Kang et Ji An et font ce qu’ils peuvent pour les aider, sans rentrer dans la logique « si je ne peux pas l’avoir personne ne l’aura. » ou même « si il/elle ne veut pas de moi il/elle doit souffir. » Na Ri est un peu difficile à cerner parfois, comme elle se soumet à la fois à l’allégeance de Queen Bitch et de Ji An, mais sa confiance et son amour (plus ou moins) désintéressé pour Tae Kang lui donnent une ligne de conduite très satisfaisante. 

C’est amusant de voir que les deux hommes du drama, Tae Kang et Eun Song, ont fait les choses à l’envers. D’habitude nous avons les meilleurs amis (ou même frères) qui se déchirent à cause d’une femme, et là nous avons les deux prétendants qui finissent par copiner même après qu’un gagnant ait été sélectionné. Nice. Eun Song est en train de devenir presque le médiateur du couple, quelqu’un qui peut devenir un amis et soutient de notre nouvelle petite famille, et sans doute quelqu’un que la petite Cheville pourra appeler « tonton », d’autant plus que des deux côtés ses parents sont enfants uniques. C’est un développement un peu prévisible mais je l’accueille avec joie.

Plus que deux épisodes donc pour notre romance estivale, et je peux d’ores et déjà affirmer que c’est un bilan positif qui se profile. C’est parti pour la suite (et fin) du drama !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s