I Do, I Do – Episode 12 : Cendrillon (tes chaussures à mes pieds)

Wow, je crois que c’est mon épisode préféré du drama jusqu’ici. C’était drôle, adorable et intelligent de bout en bout. Et les chaussures de la team Ji An ressemblent énormément aux chaussures du destin de Prosecutor Princess (enfin…destin…plus ou moins haha). C’est un signe !

Dr Mommy était donc en train de faire sa proposition de mariage à Ji An. Il réalise qu’il n’arrive pas à sortir de la vie de sa chère patiente et pense qu’il aimerait bien devenir le père du bébé. Je suis contente qu’il soit enfin au clair avec ses sentiments au lieu de tourner autour du pot, mais ce serait quand même bien qu’il laisse le choix au premier intéressé avant de s’attribuer cette paternité. Ji An décide de lui répondre immédiatement (yay on se débarrasse de la période de « réfléxion » !) et elle lui dit qu’elle ne veut pas se marier pour sa convenance personnelle. Quand Eun Song lui demande si elle va pouvoir affronter seule ce qui l’attends, elle lui réponds qu’elle n’est pas seule (hurray !). 

Tae Kang qui a décidé d’épouser Ji An subit les affres de son père, qui voudrait l’envoyer aux US illico presto au lieu de le voir sacrifier son avenir pour une femme enceinte d’un autre (enfin c’est sa petite-fille mais il un peu le dernier au courant). Mais son fils ne veut pas voir son histoire familiale se répéter. Il va dormir au bureau pour échapper aux foudres paternelles pendant que son ami essaie de discuter avec son père. Il lui explique la situation telle qu’il la voit sans que ça ait beaucoup d’effet (il dit qu’ Eun Song est le père biologique désireux de prendre en charge ses responsabilités, que Mme Hwang ne veut pas de Tae Kang…bien sûr c’est tout l’inverse).

Au bureau Na Ri est déroutée par l’enchaînement de révélations/dénégations autour de la grossesse et du mariage de sa supérieure. Jake Han lui dit d’aller demandé à l’intéressée directement si elle est si curieuse (oh, une remarque sensée ?).

Toujours assignée à résidence pour travailler, Ji An montre à Tae Kang le design qu’elle a crée en s’inspirant de ses sondages. Ça lui évoque une scène de la version de 1967  d’ Elvira Madigan (film Suédois biographique sur l’histoire d’amour tragique entre une célèbre funambule et un militaire) où des papillons survolent au-dessus des amants. Ils regardent le film ensemble et se rapproche doucement. C’est hilarant : Ji An est assise sur un fauteuil tournant et Tae Kang trouve plusieurs occasions de la faire pivoter vers lui. Ils grignotent, sont perturbés pendant les scènes d’amour et pleurent ensemble à la fin (Elvira et Sixten se sont suicidés en 1889 après s’être enfuis ensemble).

Ils décident d’utiliser cette idée pour les chaussures, « l’amour qu’on peut presque avoir, qu’on peut presque attraper comme un papillon ». En effet le design comprends une sorte de tulle transparente où se détachent quelques motifs, ce qui donne un effet aérien et éphémère à l’ensemble. Et pourquoi ne pas ajouter un ruban avec un nœud en forme de papillon ? Tae Kang est heureux de faire des progrès et Ji An est en retour contente de le voir avancer, même si elle lui rappelle qu’il n’en n’est encore qu’au début. Elle est sur le point d’aborder la question de sa paternité, mais c’est le moment que Na Ri choisit pour l’appeler et lui demander un entretien. Ji An ne renonce pas mais cette fois c’est Tae Kang qui la coupe, préoccupé par quelque chose. Il sort et tombe sur Na Ri, et il s’avère qu’il est sorti immédiatement pour empêcher cette dernière de venir embêter Ji An avec des questions sur l’article de presse concocté par Queen Bitch.

Tae Kang est sincère avec Na Ri et lui dit de laisser sa patronne tranquille. Il admet qu’il est amoureux, et Na Ri, elle-même encore incapable de dire les choses franchement, se laisse complètement déstabiliser. Elle s’éloigne les larmes aux yeux lorsque Tae Kang défend Ji An de manière assez virulente et se réfugie dans un bar. Elle dit à Jake qui vient la chercher qu’elle doit battre Ji An coûte que coûte.

Tae Kang envoie des photos de rubans à Ji An et lui dit de se concentrer sur la collaboration. Ji An décide de lui apprendre la vérité lorsque la victoire sera sienne. Son partenaire enticipe joyeusement la compétition et nous voyons qu’il est bien installé au bureau, sac de couchage et caleçons sur fil de séchage compris (haha). Il demande des conseils à EA pour faire sa demande en mariage, et son ami lui dit de trouver quelque chose qu’elle apprécie particulièrement, et en rapport avec leur futur commun. Il pense bien sûr aux chaussures, et se promet intérieurement de remplir le dressing à chaussures de Ji An de ses créations.

A l’hôpital Eun Song commence à en avoir assez de se voir félicité de toutes parts pour son « mariage ». Il apprend à Ji An en visite que son état s’est stabilisé et qu’elle peut retourner travailler. Sa patiente est désolé de voir qu’ils sont mis dans une situation compliquée à cause de Queen Bitch, et lui propose de contre-attaquer. Ils contactent des journalistes et accordent une interview pour donner du courage aux mères célibataires, Ji An en tant que telle et Eun Song en tant que médecin conseiller. Ha ! Bien trouvé. Eun Song est impressionné par sa bravoure et décide de s’en inspirer lui-même. A l’hôpital il débarque avec un grand sourire…et une inscription « je ne me marie pas » sur le dos. Eun Song, welcome back dans mon estime.

A Jinny Kim Na Ri est impressionnée par le nouveau design de Ji An, et n’est plus aussi certaine de sa victoire. Elle va discuter avec l’un des fabriquant de l’atelier, sous l’œil curieux de papa Hang. Elle dit à Tae Kang qu’elle ne dira rien sur la grossesse de Ji An, mais s’attends à ce qu’elle soit licenciée avant de toute façon.

Ji An et Tae Kang déjeunent ensemble. Le jeune homme inquiet de sa santé ne voit pas d’un très bon œil le retour de sa patronne à Jinny Kim, mais elle est déterminée. Elle a peur de la réaction de ses collègues qui apprennent son état par l’article, mais comme d’ habitude elle affirme avoir le courage de les affronter. Tae Kang lui demande de réserver pour lui la soirée après les résultats de la compétition : ils célébreront ensemble leur victoire. En sortant du restaurant Ji An remarque des fleurs de célébration avec l’inscription « gagne plus d’argent pour me rembourser ! » et Tae Kang lui dit que c’est la mode. Ca lui donne une idée.

Queen Bitch lit l’interview qu’elle a préparé avec Eun Song et fulmine. Mais ce n’est pas tout : Ji An lui a envoyé plusieurs énormes arrangements floraux avec les inscriptions « merci pour votre soutien », « j’élèverai bien mon enfant » et « j’anticipe demain avec impatience ! » HAAAHAAAHAA. Prends ça QBOTU.  

Le jour fatidique miss BFF est chez Ji An pour lui faire essayer des robes de battante et la motiver. Oui c’est plus à ça que les amies servent, merci Joo Hee. Eun Song vient chercher notre héroïne toute pimpante, en chaussures plates et mini robe sexy. Il fait celui qui est ébloui dans un discours old school touchant. 

Ji An entre triomphante à Jinny Kim. Ses employés sont impressionnés par la révélation qu’elle a faite dans les journaux réalisent  qu’elle ne tenait plus aussi bien physiquement ces derniers temps en raison de sa grossesse. Ils sont comme toujours hâtifs à la juger et avides de rumeurs mais la senior mère de famille du groupe les rappelle à l’ordre. Ce n’est pas parce que Ji An n’est pas mariée que ça les autorise à se comporter comme ça. Yeah ! Elle les tient à l’œil et ils n’ont pas intérêt à mal traiter leur supérieure. 

Grâce à elle Ji An est bien reçue. Elle remarque avec ironie que personne ne la félicite de sa grossesse alors qu’elle croulait sous les messages après l’article sur son mariage. Tae Kang lui montre le ruban qu’il a fonctionné à partir du modèle qu’ils ont choisi. « je l’ai fabriqué en pensant à vous ». Ha, pris en flagrant délit de flirt ! Ji An est contente. Na Ri vient interrompre leur discussion brusquement et prévient Ji An qu’elle aura à subir des mauvais traitements en conséquence de ses choix et qu’elle ferait mieux de se retirer. « Ce n’est pas une menace, mais un conseil sincère. » Ji An ne comprend pas bien pourquoi elle tient tellement à la voir partir puisqu’elle ne convoite plus le poste de CEO.

Eun Song rend visite aux parents de Ji An pour tenter encore une fois de convaincre son père de la soutenir. Papa Hwang craque mais il est déçu de voir Eun Song renoncer. Le médecin lui explique que c’est lui qui a été rejeté. 

Les premiers modèles en compétition sont créés et la team Jake Han s’extasie devant le leur, tout de même un peu déçus que leur chef ait fait ça en solo. Par contre Na Ri a trafiqué avec le fabriquant, et le modèle de Ji An est faussé avec un voile opaque terne au lieu du voile transparent, une couleur violette moche et un talon bizarre. Tae Kang essaie de trouver un fabriquant qui accepte de créer le modèle correct en urgence sans grand succès. 

Na Ri de son côté est reçue par Queen Bitch qui a décidé de changer son fusil d’épaule pour se venger. Elle offre à Na Ri ce que je suppose être sa croûte (l’immonde tableau de vieille fille au regard mauvais qu’ elle avait offert à Ji An) et lui dit qu’elle s’était trompée sur son compte. Mais bien sûr. C’est ce que Na Ri voulait depuis le début, mais elle réalise qu’elle ne se sent pas aussi bien qu’ elle le devrait.

Tae Kang de retour au bureau ne dit rien sur l’incident. Quand Ji An se lève décidée à aller voir ce qu’il en est, il la serre dans ses bras pour l’arrêter (Kya !). Son portable sonne et il lui colle l’appareil sur l’oreille. C’est son père qui veut la voir. Elle sort du bureau, toute chose après avoir été aussi près de Tae Kang. You swoon, you sigh, why deny it Oh-ho ? 

Chez lui le jeune homme tente de convaincre son père de l’aider avec le design. Ce dernier est réticent à faire quoi que ce soit pour Ji An. Il ne le fera que si son fils part aux US, et essaie de le convaincre qu’ il n’aime Ji An qu’en raison de ses antécédents familiaux, parce qu’il a pitié d’elle. Tae Kang répond qu’il faut être admiratif des parents qui élèvent seuls leurs enfants, il n’a pas pitié de son père qui est passé par là. 

Ji An dîne avec ses parents, et son père trouve enfin les mots pour l’encourager et lui donner son approbation. Sa mère est très contente et Ji An est touchée et soulagée. Le lendemain, les rumeurs et plaisanteries se répandent sur elle, et elle qui adopte une attitude de battante vaguement curieuse des rumeurs, avec son charme et son bagout habituels. Elle cherche Tae Kang pour voir le modèle de son design. 

Elle est à la fois furieuse et triste de voir son design ruiné, d’autant plus que la date limite est demain. Elle entreprend de faire les modifications, mais le modèle est tellement différent qu’il faut reprendre tout de A à Z. Elle est à bout de nerfs. Tae Kang appelle Eun Song afin qu’il essaie de la dissuader de passer la nuit dessus avec tout le stress que ça engendre.

Ji An n’est pas décidé à abandonner, mais le père de Tae Kang qui a suivi l’affaire fait une entrée théâtrale et retire sa perruque (au ralenti hahaha) prêt à se charger de la fabrication. Ji An encore complètement hébétée se laisse reconduire chez elle par Eun Song tandis que la team Super-Papa se dépêche de fabriquer les chaussures. Le père et le fils passe la nuit sur le modèle tandis qu’EA cède à la fatigue. Ils se mettent du dentifrice sous les yeux pour rester éveillés (wut ?). Super-Papa demande à son fils de partir aux Etats-Unis, c’est la condition qu’il faut remplir pour le remercier d’avoir fait ça pour eux. Chez elle Ji An ne veut pas se reposer, mais Eun Song lui dit qu’elle et son bébé ont besoin de sommeil et elle se détends enfin. 

Le lendemain son modèle l’attend, de vraies chaussures de princesse entre trois hommes endormis. Elle regarde Tae Kang avec tendresse et reconnaissance.

Plus tard tae Kang vient la voir dans son bureau habillé pour l’occasion, et lui offre le modèle qu’il a « réformé » (si quelqu’un connait l’expression juste en Français…) pour lui demander sa main après les résultats.  Il les lui glisse aux pieds lui-même et lui rappelle sa promesse de dîner avec lui. Argh comment résister au prince charmant incarné ? Ji An ne résiste pas et lui colle un baiser sur la joue.

La tête haute, ils se dirigent fièrement vers la grande salle de réception…     

Commentaires

Cette interview est une idée de génie ! elle résout beaucoup de problèmes et éclaircit les choses de la meilleure façon. Je suis contente que tout le monde soit plus ou moins au courant de la grossesse de Ji An de sa propre bouche, ce qui aurait été horrible c’est qu’ils l’apprennent en lisant l’article. Ji An m’a surprise en rejetant la vision pragmatique du mariage (abandonner l’idéal du grand amour pour la sécurité sociale et la stabilité familiale) et finalement je trouve qu’elle a conservé une grande naïveté pour certaines choses. Je ne suis pas sûre d’être certaine de trouver de la gloire dans le rejet d’Eun Song (quelque chose dont elle pourrait se vanter ? Ca fait des femmes qui se marient par convenance des lâches ? Mouais) mais au-delà de son amour-propre c’est cohérent avec son caractère et sa vision des choses. Et surtout comme elle le dit elle-même « je ne suis pas seule, alors ça va aller. » Si ça ce n’est pas une reconnaissance de Tae Kang, je ne sais pas ce que c’est.  Et elle parle de Tae Kang à son bébé en disant « papa à raison »…

J’avoue que je n’y avais pas pensé mais la grossesse de Ji An met Na Ri terriblement mal à l’aise, parce que ça ne lui rappelle que trop les conditions de sa naissance, probablement la galère de sa mère et sa propre galère pour être acceptée dans le milieu. C’est parfaitement compréhensible que ce soit intolérable pour elle de voir Ji An sereine et bien entourée, quand sa mère et elles ont dû sérieusement souffrir de cette situation. Néanmoins il faut qu’elle comprenne que ça se passe bien pour sa supérieure parce qu’elle est honnête avec les gens et qu’elle sait se battre autrement que par les coups bas et la flatterie. Elle a beaucoup à apprendre de Ji An.

D’autre part j’adore l’idée du scénario de faire travailler ensemble les héros. C’était une grande partie du charme de Baby-Faced Beauty. Et je me suis dit qu’il fallait que je le remarque un jour où l’autre : de tous les dramas que j’ai vu sur le monde du travail et en particulier de la mode, I Do I Do est quand même l’un des plus crédibles. Les bâtiments, les produits (toutes ces chaussures superbes) sont de qualité et on croit sans difficultés que Ji An est une créatrice reconnue, et par conséquent tout ce qui a trait aux scandales paraît crédible. D’habitude j’ai du mal à croire que la presse est sens-dessus dessous parce que cours la rumeur que machin a couché avec bidule mais Ji An est tout à fait acceptable en tant que célébrité en vue, dont la vie est placée sous les projecteurs.

Autre chose qui distingue I Do I Do des autres : le sabotage de dernier moment est une manœuvre récurrente dans ce type de drama, mais ici le scénariste a refusé d’utiliser ce twist éculé de manière répétitive (dans Baby-Faced Beauty il y en avait Tout. Le. Temps.) et lorsque Na Ri y a recours ça a plus de force que si elle avait fait ça depuis le début.  

Bon sinon le scénario commence à vraiment récompenser notre patience en retirant les oeillères des personnages qui jusqu’ici refusaient d’affronter la vérité. Ji An apprécie enfin Tae Kang à sa juste valeur (amoureuse elle l’est depuis longtemps, mais admirative c’est nouveau), Eun Song réalise qu’il n’est pas celui que Ji An veut et qu’il est plus sage de se retirer, Na Ri commence à comprendre que ce qu’elle cherche n’est pas une victoire faussée ni la reconnaissance factice d’une hypocrite de première, et le père de Ji An accepte de soutenir sa fille. Mmmh, que de satisfactions ! Et toute la scène finale était parfaite, j’ai littéralement bondis de joie en réalisant les progrès considérables qu’a fait notre OTP, que ce soit sur le plan personnel ou professionnel. Maintenant je suis prête à dévorer la suite, qui promet d’être riche en émotions !

4 réflexions sur “I Do, I Do – Episode 12 : Cendrillon (tes chaussures à mes pieds)

  1. Ah, tant de moments si mignons dans cet épisode 12! =)
    Et, je sais que ça va beaucoup t’étonner parce que c’est si rare mais : Je suis entièrement d’accord avec toi! Haha
    Je suis contente aussi que le scénario soit un peu plus élaboré que Baby-Faced Beauty et (légèrement) plus crédible que celui-ci en ce qui concerne le monde du travail dans la mode. Et pourtant, je ne suis pas particulièrement sensible aux chaussures, surtout lorsqu’on parle de talons!
    Les scénaristes ont tout compris en nous distillant les moments romantiques parce que, au lieu d’être mi-blasé lorsque ceux-ci arrivent, on est totalement hystérique et en alerte! Genre : KYYYAAA Elle lui a fait un bisous sur la joue!!!! Oui. Nous sommes à l’épisode 12. Elle l’a juste embrassé sur la joue. Et nous, on est tout foufou.
    Et maintenant, cours regarder l’épisode 13! x)

    • Oh mon Dieu nous sommes d’accord ?! Mais c’est incroyable XD ça n’arrive pas souvent n’est-ce pas ?

      Aïe les talons et moi c’est une grande histoire d’amour-haine, je les adore, mes pieds les haïssent. Je veux en porter mais je ne peux pas T__T je suis comme la petite sirène qui sent des couteaux lui transpercer les pieds quand je marche avec ce genre de chaussures.

      Je suis en plein dans l’épisode 13 en train de kyatter comme une folle (pas possible de ne pas regarder la suite avec ce cliffhanger !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s