My Boss, My Hero – Épisode 3 : L’Ennemi Était En Rouge

Avec tous les dramas coréens sérieux de ce dernier mois, My Boss, My Hero se révèle être une délicieuse oasis de n’importe quoi et mes neurones peuvent se reposer à loisir. Mes zygomatiques, en revanche, ont du pain sur la planche et l’humour débile de ce drama tombe à pic. My Boss, My Hero est définitivement parfait pour cette saison estivale!

RÉCAP’

Sakaki Makio, surnommé Tornado Makio, a été un yakuza toute sa vie : quand il avait six ans, on l’appelait Mini Jeune Maître, à 10 ans, Ma-Kun le Rasoir, à 15 ans il a hérité le titre de Jeune Maître du Clan Eigekai de Kanto et à 19, il s’est battu seul contre le gang Toramaki de Chiba qui essayait d’étendre leur pouvoir dans le district de Kanto et depuis ce temps, on l’a appelé la Tornade.

  

Mais à présent, à l’âge de 27 ans, il cache son identité de yakuza et prétend être un lycée de 17 ans. Ce soir-là, il rend Teruyuki fier de lui car il a tout bon à ses exercices d’additions et de soustractions. Haha.

  

Pendant que Makio est occupé à comprendre le coeur des fractions, Kazuya lit un magazine pour étudier le coeur d’un ado, d’ailleurs, il y a un article ce mois-ci sur l’horoscope. Makio interrompt son subordonné : les yakuza ne lisent pas les horoscopes espèce d’idiot! Et il poursuit : « Qu’est-ce qu’ils disent pour Scorpion? » Haha. Kazuya lit la description : on promet une histoire de coeur aux Scorpions mais leur plus grand ennemi va faire son apparition, alors attention à la couleur rouge autour d’eux. Teruyuki se dresse sur ses deux jambes, alarmé par cette prévision. Mais Makio n’a peur de rien : il n’a jamais perdu dans le passé.

  

Notre yakuza est au lycée et il rentre dans la salle de classe lorsque la cloche sonne. Un de ses camarades de classe vient le voir lui disant qu’il ne veut pas se mêler de choses qui ne le regardent pas, mais aujourd’hui, tout le monde est censé porter leur uniforme d’été. Et en effet, toute sa classe porte des chemises à manches courtes et seul Makio a encore sa veste et transpire à grosses gouttes. Ses camarades se moquent de lui et Makio remarque que celui qui vient de lui parler porte une montre…rouge! Mais en même temps…le petit caïd de la classe qui lui soutire de l’argent à chaque fois porte des chaussettes rouges lui aussi!

  

Minami-Sensei distribue les horaires des examens semestriels et précise que tous ceux qui auront des résultats en dessous de 30 devront passer au rattrapage (et si ce rattrapage est raté, ils couleront). C’est donc une menace sérieuse pour Makio qui ne peut pas se permettre de ne pas avoir son année. En lisant la feuille distribuée, il se rend compte que les points en dessous de 30 sont appelés…les points rouges. Hahaha. Il semblerait que tu aies beaucoup d’ennemis autour de toi dans ce lycée, Makio… Il regarde Minami-Sensei avec horreur tandis que son regard tranchant n’est pas pour le rassurer, surtout qu’elle porte des boucles d’oreilles de couleur, oui, vous l’avez bien deviné, rouges!

  

Le soir il fait la tournée du quartier avec son gang, se plaignant des examens à venir. Il est interpelé par un homme qui lui fait part de la présence du clan Kumada dans le quartier ; ce qui veut sans doute dire qu’il le convoite. Makio prend note et laissé seul, il invective Kumada. Quelqu’un commence à lui parler et Makio se retourne avec un « Qu’est-ce qu’il y a, connard? » pour tomber nez-à-nez avec Hoshino, le petit caïd de sa classe. Uh Oh. Au cri de stupeur de Makio le reste de la bande se rue sur lui : Kazuya prend sur lui de frapper son Aniki pour détourner l’attention.

Les deux jeunes lycéens regardent avec admiration « la dangereuse personne se faire frapper par une autre dangereuse personne », haha. Teruyuki regarde dans leur direction et s’avance vers eux avec un air de menace : « vous êtes des amis de cet étudiant de 17 ans? » ce qui amène Hoshino et son ami à fuir à toutes jambes. Une fois les témoins gênants disparus, Teruyuki et Kazuya se précipitent vers le Jeune Maître, encore dans les poubelles. Haha.

  

Teruyuki a engagé un tuteur pour aider Makio dans sa préparation aux tests mais quelques minutes plus tard, on peut voir ce-dit tuteur passer la porte en volant : on ne dit pas à Makio qu’il est stupide en toute immunité. Hah. Seul, Makio se dit qu’il va falloir qu’il emploie les grands moyens. Accompagné de son fidèle Kazuya, il s’infiltre dans le lycée de nuit pour voler les tests. Dans la salle des professeurs, Makio ouvre avec succès le coffre-fort mais à ce moment là, le principal, accompagné de la vice-principale et du pion, entre dans la pièce.

  

Makio se cache dans le coffre et il entend la conversation des hommes porter sur le vol des questions d’examen de la fois dernière. Le principal montre le coffre et dit qu’à présent, il va le surveiller. La vice-principale lui rappelle que epuis l’incident ils ont décidé de faire le test la veille, donc si les élèves essaient de les voler, ça ne servirait à rien. Il lui répond qu’il le sait…seulement il a toujours voulu jouer au policier et au voleur. Hahaha. Le pion demande ce qu’il y a alors dans ce coffre si ce ne sont pas les tests : la statue du Commandeur Principal qui a été faite l’année dernière! Et donc…dans le placard, Makio a une entrevue privilégiée avec le buste du Principal. Haha.

  

Voler les tests est donc un échec, Makio essaie alors une nouvelle tactique : soudoyer le pauvre petit professeur de sciences naturelles. Hahaha. Sakura-machin assiste à leur échange et rappelle à Makki qu’il ne peut pas corrompre les gens comme ça. Ils sont rejoints par les filles, Umemura et son amie au grand déplaisir de Sakura-machin qui voit son tête-à-tête amoureux mis en échec par leur arrivée.

  

Autour d’eux, tout le monde étudie et Makio fait remarquer que les tests sont inutiles : est-ce qu’ils te servent dans la vie quotidienne? Sakura-machin répond que’il fait juste fuir les problèmes : même si étudier est ennuyeux, l’école est un endroit où il faut que tu le fasses afin de devenir adulte. Il ajoute qu’il ne pensait pas que Makio serait le genre à fuir comme ça et avec ces mots, il s’en va.

  

Première journée d’examens : Makio est stressé. Très stressé. En regardant sa feuille, il s’aperçoit qu’il y a des choix de réponses et pense à sa chance au jeu de la roulette. Il fait alors son examen en pariant sur cela.

  

Deuxième journée d’examens : Horreur et damnation, il n’y a pas de questions à réponses multiples cette fois. Et Makio se sent…seul tandis que tout le monde gratte sur sa feuille. Ça lui rappelle soudainement ses années de primaire où il ne parvenait pas à faire ses contrôles : sa mère était alors obligée de s’excuser au principal. Et la cloche sonne la fin des tests.

  

Jour des résultats : Makio parcourt la liste avec appréhension et trouve son nom…à la toute fin du classement pour avoir une note rouge. Il est la risée de ses camarades et Hoshino le félicite : c’est la première fois qu’il n’est pas le dernier de l’école et c’est grâce à Makio. Haha.

Makio a une entrevue avec Minami-Sensei, en colère qui lui conseille d’étudier fort pour le rattrapage. En faisant profil bas, Makio lui dit que c’est inutile parce qu’après tout, il est stupide. S’il croit émouvoir son professeur, il se met le doigt dans l’œil car Minami-Sensei lui demande pourquoi il agit de manière aussi pitoyable : est-ce qu’il s’attend à ce qu’elle lui dise « Tu es stupide donc il n’y rien à faire. Tu n’as pas besoin d’aller au rattrapage ni d’étudier parce que tu as fais de ton mieux. »?

  

Elle poursuit qu’il se trompe car elle ne va certainement pas dire ça : « Passe le rattrapage. N’évite pas tes faiblesses ». Makio ne veut pas écouter ce genre de prêcherie et commence à s’éloigner. Minami-Sensei n’a pas dit son dernier mot cependant : « Ne fuis pas. Dans tes faiblesses résident des forces que tu n’as pas encore découvertes ».

Le père de Makio a vent de ses résultats : points rouges pour la littérature, l’anglais et les maths et c’est un miracle qu’il ait passé avec le minimum de points requis l’histoire, la biologie et les sciences physiques (celles qu’il a faite en suivant son instinct haha). Au lieu de se mettre en colère, Papa s’inquiète pour Fiston qui n’a jamais aimé faire les choses au fur et à mesure : il n’a jamais économisé, ni essayé de séduire une femme sur du long terme parce qu’il n’en avait pas besoin : tout lui a toujours était offert.

Makio est à l’infirmerie pour conter ses malheurs à la bienveillante infirmière avec Umemura. Sakura-machin fait soudainement son entrée et Makio en profite pour lui dire que s’il n’a jamais fuit devant une bagarre, il y a une chose qu’il a toujours fui : l’école. Il a toujours été stupide et a toujours détesté l’école pour cela et bien que son père ne le lui en ait jamais parlé, il savait que cela faisait souffrir sa mère. Pendant 15 ans, il a fui l’école…Umemura fait le compte : « Donc depuis que tu as 2 ans? » Et Makio répond : « ne soit pas aussi méticuleuse! » haha.

Il poursuit en disant qu’il est revenu à l’école avec ces souvenirs : n’est-ce pas pathétique d’être toujours à la dernière place? L’infirmière dit soudainement que personne ne se soucie du classement : même sa mère ne désirait pas nécessairement qu’il soit le premier ou le second mais plutôt qu’il apprécie l’école. Après tout, le classement n’est que provisoire, plus tard, le rang qu’il occupait à l’école n’a plus aucune importante tandis que les souvenirs de s’être amusé restent pour toujours. En entendant cela, Sakura-machin propose à Makio d’étudier ensemble pour les rattrapages et Umemura essaie de se joindre au groupe.

  

Les problèmes se profilent à l’horizon pour le gang : Kumada commence son plan d’action. Kazuya veut appeler tout de suite Makio au renfort mais Teruyuki le lui interdit. Makio est en ce moment chez son ami avec Umemura et on apprend que Sakura-machin a une sœur. Il demande alors à Makio s’il a des frères et ce dernier répond qu’il doit en avoir à peu près 200. Hahahaha. Vu la tête de ses deux amis, Makio se rend compte qu’il a fait une bourde et s’empresse de dire qu’il plaisaite : il a un petit frère nommé Mikio (instantanément renommé Mikki par Sakura-machin LOL).

  

Sur la table se trouve le stylo rose d’Umemura, Makio se rappelle de l’horoscope : « le petit objet rose annonciateur d’amour ». Haha. Quelqu’un est là pour Makio : c’est Kazuya en déguisement de « d’jeuns » pour lui faire la livraison de pudding. Pouahaha. Sakura-machin demande s’il s’agit de « Mikki » et Kazuya devient agressif tandis que Makio balbutie un « oui » en entraînant son subordonné dehors.

  

Kazuya rentre pour retrouver les autres membres du gang, prêts pour la confrontation avec Kumada. C’est le jour du rattrapage et Makio est…stressé. Umemura lui prête son stylo rose porte-bonheur pour lui souhaiter bon courage. Et la série de tests commence et Makio les fait avec tout son sérieux sous le regard satisfait de Minami-Sensei.

Les tests terminés, il appelle Teruyuki, qui ne répond pas. Lorsqu’il essaye d’appeler Kazuya, celui-ci ne décroche pas non plus. Et il comprend ce que ça veut dire.

On retrouve le gang de Kumada dans un parking en train de régler leurs affaires avec le responsable du casino qui parlait plus tôt avec Makio. Hoshino et son acolyte sont témoins de cette scène mais lorsque Kumada les voit, il envoie ces hommes se charger d’eux. Hoshino est mis K.O et son ami s’enfuit. Le clan Eigekai arrive et la bataille commence. Les choses dégénèrent rapidement lorsque Kumada brandit un couteau sous la gorge de Teruyuki.

À ce moment-là, la Tornade arrive et elle n’est pas contente. Makio prévient Kumada : il vient de combattre un grand ennemi, il s’est battu de toutes ses forces et il ne regrette rien et sur ces mots, il fonce dans le tas. Lorsque Hoshino se réveille, c’est une hécatombe de corps autour de lui et il présume qu’il en est le responsable. Haha. Le lendemain matin, une légende est née : Hoshino aurait battu toute une bande de yakuzas, à partir de maintenant, il faudra l’appeler Hoshino la Tornade. Haha.

  

Les professeurs ont une réunion pour décider du cas Makio car aux vues de ses résultats au rattrapage, il ne passe toujours pas. Cependant, ils sont satisfaits des efforts flagrants qu’il a fourni et tous acceptent de le faire passer s’il prend des cours d’été. Dans les toilettes, l’infirmière voit Minami-Sensei mettre des lentilles de contact : elle aussi doit faire face à ses faiblesses, il s’agit maintenant de partir en guerre contre l’amour si elle veut se marier avec ses 30 ans.

  

Makio prend rapidement son petit-déjeuner : les cours d’été commencent aujourd’hui. Mais aujourd’hui est aussi l’arrivée de Mikio, à la chemise…rouge. Uh Oh. Les filles de la classe 3A remarquent que Minami-Sensei porte des lentilles et en déduisent qu’elle doit sûrement être amoureuse tandis que Makio tient précieusement le stylo rose d’Umemura dans sa main.

  

REMARQUES

Je pensais que, comme dans beaucoup de school-dramas, celui-ci opterait pour le format habituel : un épisode = un cas d’élève. Mais heureusement, ce n’est pas le cas et le drama se consacre exclusivement aux différents défis que Makio doit faire face à l’école. Je n’ai rien contre le fait de découvrir les autres élèves mais je trouve ça beaucoup plus excitant de suivre les aventures d’une seule personne et de sa lente intégration dans un groupe d’amis.

  

Dans cet épisode, l’amitié de Makio, Sakora-machin et Umemura se renforce au gré de disputes/réconciliation. Nous voyons même un début d’attraction entre Umemura et Makio. On va bien voir où cela va nous mener. On retrouve également le thème cher aux Japonais sur la question de la fierté : ne pas fuir et ne jamais perdre la face. Lorsque Makio est découragé par l’école et ce qu’elle lui demande, Sakura-machin et Miniami-Sensei ont tous les deux la même réaction : pour eux, Makio est tout bonnement en train de fuir ses faiblesses. Lorsqu’ils le lui disent, on voit bien que Makio le prend comme une insulte semi-déguisée et yakuza ou pas, il ne peut pas supporter qu’on le traite de lâche. D’ailleurs, lors de son dernier combat avec Kumada, la première chose qu’il dit est qu’il n’a pas fui. Je ne dis pas que dans les sociétés occidentales, comme dans la nôtre par exemple, la fierté ne joue aucun rôle, mais il me semble qu’elle a un enjeu primordial au Japon et ça se reflète même dans les petites choses de la vie quotidienne.

Je n’ai pas grand chose à dire finalement sur cet épisode : même s’il est à mon sens un peu moins fun que les précédents, il a ses bons moments. C’est frais, amusant et montre toujours aussi bien l’équilibre que Makio doit trouver entre sa vie à l’école et sa vie de chef yakuza. Je suis curieuse de voir ce que l’arrivée du petit frère va créer et je m’attends à ce que ça mette la pression sur Makio qui voit de plus en plus sa place menacée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s