I Do, I Do – Épisode 9 : De la poignée de main au coup de poing, il n’y a qu’un pas

Des rires, des émotions, et toujours cette ambiance tranquille douce et amère à la fois. I Do, I Do commence à faire traîner un peu trop les choses mais cet épisode avait tellement de coeur que ma frustration ne peut ni durer trop longtemps, ni être suffisamment intense pour me gâcher le plaisir.

Note : Comme la semaine dernière, et à présent, jusqu’à la fin de la série, les récaps se feront en alternance avec Mina, elle se chargeant des épisodes pairs et moi des épisodes impairs!

RÉCAP’

Après le repas en famille, notre chevalier servant raccompagne Ji An chez elle. Il commence à s’éloigner mais elle le retient, curieuse de savoir pourquoi par deux fois il l’a empêchée de boire de l’alcool. Tae Kang trouve une explication simple et Ji An essaye de lui tendre des perches pour amener la discussion sur sa grossesse. Mais la révélation ne sera sans doute pas pour ce soir car elle est interrompue par l’imperturbable docteur qui l’interpelle avant qu’elle puisse finir sa phrase (je déteste quand les gens t’interpellent lorsque tu es en grande discussion avec quelqu’un d’autre. Rha).

  

Ji An et Tae Kang sont tout aussi étonnés l’un que l’autre de voir Eun Sung devant l’immeuble de Ji An. Le docteur s’avance et commence à réprimander Ji An de rentrer aussi tard et de l’avoir autant inquiété : il a quitté quelqu’un qui ne se sentait pas bien à son bureau et lorsqu’il est revenu plus tard, il n’y avait plus personne alors que sa voiture était encore là. Il poursuit qu’il était prêt à appeler la police et qu’il a faillit appeler son père pour savoir si elle était chez eux. Tae Kang qui s’excuse à sa place, disant que c’est de sa faute, mais Ji An l’interrompt en disant qu’elle est désolée de l’avoir inquiété mais qu’elle ne pensait pas qu’il serait aussi en colère.

  

Eun Sung est furieux de voir que comme d’habitude, Ji An n’en fait qu’à sa tête et ne dit et ne fait que les choses selon ce qui l’arrange elle, sans se soucier des autres et de ce qu’ils peuvent bien ressentir. Tae Kang s’interpose, voulant arrêter la dispute qui commence à monter en intensité, leur disant que se disputer ne sert à rien puisqu’ils s’aiment. Ji An et Eun Sung le regardent sans comprendre alors qu’il joint leur main en signe de paix. Il rit un peu, puis, en regardant Ji An : « Pense au bébé ». AAAAH. Eun Sung et Ji An lui lancent le même regard horrifié en se demandant bien ce qu’il se passe dans la tête de ce jeune homme. Sur ces dernières paroles, Tae Kang tire sa révérence et s’éloigne, laissant les deux autres abasourdis.

Une fois parti, Eun Sung se reprend : « Il sait que tu es enceinte? Ça veut dire qu’il pense que…je suis le père? » Ji An est toujours troublée. Elle s’excuse et affirme que demain, elle mettra au clair le malentendu. Il commence à dire qu’elle n’a pas besoin parce que ça ne le dérange pas mais elle rétorque immédiatement que elle, ça la dérange. Ben oui, tu m’étonnes. Eun Sung, tu sors. Avant de partir, il lui donne les médicaments qu’il a achetés pour elle.

  

Au portail, Tae Kang l’attend au tournant (Go, Johnny, Go, Go Go!). Il commence en étant fair-play, s’excusant pour l’inquiétude qu’il lui a causée involontaire. Puis la bataille « essaye-un-peu-de-lui-faire-du-mal-et-tu-verras-ta-gueule-à-la-sortie » commence. Il lui demande quelles raisons il avait de venir jusqu’à son bureau pour la faire pleurer et Eun Sung répond en lui disant qu’il n’a pas besoin de s’inquiéter pour ça (en gros : ce ne sont pas tes affaires. Mais Eun Sung, tu es un peu mal placé pour exprimer cette opinion. Stalker.).

  

Eun Sung s’amuse du sérieux de Tae Kang (rira bien qui rira le dernier!) et lui demande son nom pour une présentation plus formelle. Tae Kang donne son nom en prenant soin de détacher soigneusement chaque syllabe pour être certain qu’Eun Sung l’entende bien (haha) mais lorsque ce dernier lui demande son âge, il comprend que c’est un sous-entendu pernicieux et refuse de répondre. Son interlocuteur lui tend la main en se présentant, et Tae Kang la serre. Bataille de testostérones pendant la poignée de main. Typique mais ô combien efficace hahaha. Pendant ce temps-là, ils s’échangent des sourires cordiaux, l’air de rien. Haha.

En train de se démaquiller devant son miroir, Ji An se dit que demain, elle avouera tout à Tae Kang. Elle s’imagine alors sa réaction et cette scène est hilarante parce que je ne peux pas m’empêcher de penser qu’elle se rapproche plus ou moins de ce qui pourrait effectivement se passer : Tae Kang lui saute dessus, extrêmement content d’être papa, ignorant Ji An lorsqu’elle commence à dire qu’elle ne souhaite pas se marier pour autant.

  

« Je prendrais mes responsabilités à partir de maintenant » et ça veut dire pour Tae Kang, emménager chez elle avec son père « car maintenant que nous sommes une famille, on doit vivre ensemble! ». Et le pire cauchemar de Ji An? Voir son dressing à chaussures transformé en chambre à coucher et de voir ses chaussures vendues. Hahaha.

  

Retour à la réalité avec un Tae Kang pensif au restaurant de Choong Baek après son face à face avec Eun Sung. Le voyant ainsi, son ami lui dit de se ressaisir : elle est enceinte d’un autre, il va se faire du mal s’il continue ainsi. Tae Kang n’a aucune envie de parler de ça cependant et s’en va.

  

Le lendemain, Ji An et Tae Kang se font face. Devant le silence de son interlocutrice, Tae Kang prend les devants : « Je l’ai découvert depuis un petit moment. Lorsque j’ai vu l’échographie dans ta voiture. Je ne l’ai dit à personne. » Elle hoche la tête, reconnaissante. Il lui dit qu’elle doit se sentir rassurée par le fait que le père du bébé soit un obstétricien. Ji An, c’est le moment! Mais non. Elle se contente d’un « mh » gêné et demande à tae Kang de garder le secret pour un petit temps. Il hoche la tête et lui rappelle ensuite qu’elle lui avait promis d’être son professeur.

La première chose? Lire un livre sur le pied et la cheville, retenir toutes les informations (elle précise qu’il y aura un test haha) et soumettre une centaine de pages d’esquisses tous les jours. La deuxième? Faire le point sur les avis des clients en contactant le service à la clientèle. Lorsqu’il commence à se plaindre de la charge de travail, elle l’interrompt rapidement : « Travaille dure et montre moi. Montre au gens qui te regardent de haut parce que tu n’as qu’un diplôme de lycée et en concluent que tu es un loser. Aux gens qui t’ont mal considéré, dont moi, envoie-leur un bon coup de poing ». Cela calme Tae Kang qui est maintenant prêt à écouter tous les ordres de Ji An.

  

Lorsque Bong Soo apprend qu’il fait équipe avec Ji An et non avec Na Ri, il s’arrache les cheveux car plus tôt, Tae Kang s’était vanté de son amitié avec la vice-présidente et lui avait assuré qu’il lui trouverait une place en tant que designer. Tae Kang tente de calmer le jeu en lui faisant par de son entraînement spécial avec Ji An : en d’autres mots, il est son protégé. Haha.

  

Ji An est dans son bureau, hésitant à passer un appel. Finalement, elle s’y résout : « Eun Sung-sshi? À propos du bébé… » Face à son silence, Eun Sung en déduit qu’elle n’a rien dit à Tae Kang. Ji An acquiesce et lui demande si elle peut repousser ça après son projet de collaboration car elle a déjà beaucoup de choses à faire. Eun Sung accepte à condition qu’elle le paye ou lui offre quelque chose en retour.

Tae Kang fait ses devoirs avec assiduité. Son père enregistre le livre sur le microphone tandis que Tae Kang continue ses esquisses. Ji An est également en pleine création mais soupire, ne parvenant pas au résultat espéré. En relevant les yeux, elle tombe sur le tableau (affreux) offert par Mme Jang. Le regard de la vieille dame de la peinture perturbe Ji An qui décide de cacher son visage sous une feuille en papier. Haha. Je l’aurais fait bien avant!

  

À ce moment-là Tae Kang fait son entrée pour lui soumettre, comme prévu, ses esquisses. Elle les feuillette d’un air blasé et relève la tête pour commenter : « Les lignes sont propres. Je devrais te féliciter (elle lui sourit, et lui attend la suite avec impatience)…Seol Bong Soo ». Hahaha, non Tae Kang, tu n’as pas fait ça?? Le sourire du jeune homme disparaît immédiatement, tout comme celui de Ji An. Elle lui demande s’il pensait qu’elle ne s’en apercevrait pas.

  

Elle lui lance la pile d’esquisses, il n’a plus qu’à tout recommencer, avec cent pages de plus. Elle ne lui laisse cependant pas de répit, maintenant, place au test et pas le temps pour des plaintes inutiles. Lorsqu’il lui remet ses réponses, elle se sourit à elle-même, satisfaite du résultat et en s’adressant au bébé, elle dit : « Ton papa n’est pas si stupide finalement ». Son visage se fend d’un vrai sourire cette fois.

  

En sortant de son bureau, elle voit ses employés en tenue d’extérieur : ils vont tous faire un tour dehors explique Jake Han pour libérer l’inspiration. En guise de réponse elle lui lance un regard exprimant tout son mépris. Hah. Alors que tout le monde s’en va, Tae Kang arrive : « Nous sortons » lui dit Ji An. Tae Kang est perplexe et cette perplexité grandit lorsqu’elle l’amène au parc à côté de la compagnie. Haha.

Tae Kang trouve une place où s’installer et les deux s’asseyent côte à côte. Il remarque qu’elle ne porte pas de talons aiguilles aujourd’hui et elle rétorque qu’elle n’a plus le droit pour le moment. Ce qui amène Tae Kang à poser la question fondamentale et existentielle que tout homme (et femme parfois) se pose une fois dans sa vie : Pourquoi les femmes portent-elles des talons? Elle est satisfaite de sa démarche de poser des questions car cela veut dire qu’il progresse mais lorsqu’il s’emballe en disant qu’il est maintenant au niveau avancé, elle lui rappelle qu’il n’a appris que A, B et C. Heh.

  

Plus tard, on les retrouve, chacun en train de dessiner, Tae Kang avec des écouteurs vissés dans les oreilles. Et juste cette image de l’un à côté de l’autre en train de dessiner des chaussures a quelque chose d’incroyablement doux et apaisant. Tae Kang ferme un instant les yeux, et s’endort immédiatement. Ji An soupire de frustration en le voyant et se demande ce qu’il écoute : le livre que Ji An lui a donné enregistré par son père. Heh, brave jeune homme. Elle ne retient pas un sourire d’attendrissement et ses yeux se posent sur les pieds nus de Tae Kang. Elle met les siens à côté pour comparer et demande à Cheville (le nom du bébé haha) à qui ses pieds ressemblera. Aww.

  

Elle finit par s’endormir elle aussi, la tête reposée sur celle de Tae Kang. Lorsque celui-ci se réveille, la tête de Ji An se pose alors sur son épaule et Tae Kang fait un petit geste pour essayer de la retenir. Il sourit, caresse les lèvres de Ji An et approche son visage. Or…Ji An ouvre à ce moment-là les yeux et lentement, Tae Kang détourne la tête, mortellement embarrassé. Ji An le regarde avec des yeux noirs et lui demande ce qu’il faisait. Il balbutie maladroitement qu’il y avait un insecte sur sa lèvre puis regarde ailleurs. Hahaha.

  

On les retrouve ensuite au restaurant pour manger…des pieds de porc bien sûr. Tae Kang sourit de l’obsession de Ji An, et le téléphone  se met à sonner. Vous avez tous bien sûr deviner qui appelle à ce moment crucial et le regard de chiot abandonné de Tae Kang me tue. Lorsqu’elle revient à la table, elle lui dit seulement qu’il y a une urgence et s’en va. Il se retrouve alors tout seul avec une montagne de pieds de porc pour lui tenir compagnie. Awww.

  

À l’hôpital, Eun Sung lui dit qu’il a pensé à ce qu’il veut d’elle : qu’elle change de docteur. Elle accepte et il va le chercher. Quelques secondes plus tard, on frappe à la porte et un docteur entre : c’est Eun Sung, avec des lunettes. Ahem. Elle se prépare à sortir et Eun Sung la retient, lui disant que personne dans cet hôpital n’a envie de la prendre en charge : elle n’est jamais là pour les traitements, elle appelle pour un oui ou pour un non pour avoir des explications sur telles et telles choses, en bref, elle est connue pour être une mère ennuyante.

  

Elle essaie de lui expliquer que ce n’est pas possible pour elle de montrer son utérus à un homme qu’elle a rencontré dans le contexte d’un rendez-vous arrangé. Il lui dit que c’est vrai qu’elle risque d’être gênée au début, mais cela s’arrangera par la suite : elle n’est pas une femme, mais une mère (est-ce qu’elle a le droit d’être mère ET femme?).

Plus tard, elle va voir Joon Hee à qui elle raconte ce qu’il vient de se passer. Elle a refusé bien entendu qu’il devienne son médecin et demande à Joon Hee si elle ne peut pas lui en trouver un dans ses multiples contacts. Elle lui dresse la liste des qualités qu’il doit avoir et son amie lève les yeux au ciel. Elle se laisse toutefois convaincre lorsque Ji An la soudoie explicitement : si elle lui trouve un bon docteur, elle lui offrira un sac de marque. Heh, Joon Hee est si prévisible.

  

Na Ri et son équipe continuent leur virée lorsqu’elle reçoit un appel de sa belle-mère, lui proposant de se rencontrer. Na Ri court au restaurant la rejoindre mais quelle n’est pas sa surprise en voyant non pas Mme Jang en face d’elle mais un homme avec qui elle finit par avoir un rendez-vous arrangé forcé. Non seulement Na Ri n’est pas d’humeur à ça mais en plus l’homme est vulgaire. Elle parvient à s’échapper en faisant bonne figure mais une fois dans sa voiture, de grosses larmes coulent sur ses joues.

  

Sur le Toit des Coeurs Brisés, Tae Kang regarde la ville endormie repensant aux paroles de Choong Baek lui conseillant de laisser tomber Ji An. Ces pensées lui donnent envie de pleurer mais notre brave jeune homme respire profondément et ravale ses larmes. Il se retourne pour tomber nez-à-nez avec Na Ri fantômatique. Il pousse un cri de terreur (hah) tandis qu’elle s’approche de lui, lui proposant d’aller boire un verre ensemble. Et les voici attablés au restaurant de Choong Baek dont les yeux s’illuminent en voyant Tae Kang accompagné d’une si jolie fille. Elle se présente comme sa collègue et non comme sa supérieure.

  

Ji An rentre chez elle, exténuée par sa longue et difficile journée. Elle trouve avec surprise sa mère en train de cuisiner. Celle-ci commence par lui faire des remarques sur la manière dont elle vit : sa maison est en désordre et elle n’a rien à manger dans le frigo, « pourquoi ne l’écoute-t-elle donc jamais » se demande-t-elle en soupirant. Ji An esquisse un petit sourire coupable et le plus tendrement possible, elle enlace sa mère par derrière, la serrant dans ses bras et répétant le mot « Maman ».

Pendant qu’elle mange, Ji An la rassure : tout se passe bien et elle commence à s’y habituer. Elle ajoute qu’elle lui parle même de temps en temps et qu’elle lui a donné un nom : Cheville. En entendant cela, sa mère se révolte mais Ji An explique qu’elle l’a appelé comme ça parce que la cheville est la partie qu’elle préfère chez elle. Aw, c’est une adorable explication.

  

Sa mère sourit et lui dit avec douceur qu’elle a toujours envié sa fille parce qu’elle parvenait à construire sa vie comme elle le souhaitait, « Élève bien ton enfant, je t’aiderai » conclue-t-elle en caressant la main de Ji An. Elle se lève pour partir et Ji An essaie de la retenir, ne veut-elle pas rester dormir cette nuit? Sa mère semble hésiter mais elle refuse : son père l’attend en bas et il ne faut pas qu’ils ratent le train. De son balcon, Ji An regarde ses parents s’éloigner.

On revient à Tae Kang et Na Ri qui ressortent du restaurant, escortés par le toujours bruyant Choong Shik. Tae Kang ne cesse de regarder sa montre avec inquiétude et Na Ri lui pose des questions sur sa famille. Il répond qu’il n’a que son père. Lorsqu’elle lui demande à propos de sa mère, il répond simplement qu’il n’en a pas. Na Ri lui dit alors dans un sourire qu’elle, elle en a deux de mères. Sa mère biologique était une designer de talons hauts, c’est pour ça qu’aujourd’hui, elle rêve également d’être une designer. Il lui sourit et lui dit qu’elle en est capable.

Elle rétorque qu’elle a beau travailler fort, elle ne pourra jamais battre ceux qui ont du talent mais Tae Kang répond avec humour qu’au moins, elle a la possibilité de donner des ordres à tous les designers. Ça la fait rire et elle se tourne pour partir…seulement, sa cheville se tord et son talon se casse (forcément…). Il se met à genoux pour vérifier l’état de la chaussure et se rend compte qu’il n’y a pas grand chose à faire. Afin qu’elle puisse marcher, il lui offre ses propres chaussures qu’elle enfile avec hésitation et reconnaissance.

Une fois rentré chez lui, Tae Kang se met en tête de réparer la chaussure, mais il manque encore de technique pour le faire. Lorsque son père entre, il lui demande de l’aide, ce que son père accepte immédiatement…pour empirer l’état de la chaussure. Haha. Tae Kang lui crie que ce sont les chaussures de la vice-présidente et Kwang Suk lui crie à son tour qu’il n’en savait rien. Haha.

Ji An est avec Joon Hee dans un café pour l’échange : le sac contre le docteur. Sauf que le sourire de Ji An se mue en expression d’exaspération intense lorsqu’elle a en face d’elle Eun Sung. Sérieusement? Désespéré à ce point-là? Ji An, pourtant si réticente à l’idée d’avoir Eun Sung comme obstétricien, accepte sans plus de résistance son offre. Avec son autorisation, la consultation peut commencer.

  

Est-ce qu’elle dort bien? Oui. Perte de sang, douleurs? Non. Est-ce qu’elle prend fréquemment ses médicaments et ses vitamines? Elle en a l’intention (hah). L’urine et la défécation? Est-elle constipée? …Oui (Ji An baisse la tête). Et…elle devrait changer de soutien-gorge et, s’il faut, il faut qu’elle se masse. Il entreprend de lui montrer la bonne manière et voilà notre Eun Sung en train de se faire un auto-massage sur sa poitrine et…je dois avouer que c’est cocasse. Ji An est choquée et finit par quitter la table, morte d’embarras. Haha.

  

Tae Kang est à l’atelier pour essayer de récupérer les chaussures de Na Ri sous le regard blasé de Bong Soo. Devant Na Ri, il s’excuse et lui dit qu’il a essayé de réparé les chaussures mais n’y est pas parvenu. La vice-présidente sourit d’indulgence et lui dit qu’en échange elle veut ses chaussures à lui, celles qu’il lui a prêtée la nuit dernière. Heureux de s’en tirer à si bon compte, Tae Kang sort du bureau extatique et jette les chaussures dans la poubelle.

  

Ji An l’aperçoit et l’appelle : elle lui donne une paire de chaussures à talons hauts à sa taille. Puisqu’il ne comprend pas pourquoi les femmes portent des talons, il n’a qu’à écrire un rapport après en avoir porté pendant une semaine entière. Haha ça promet.

Il s’apprête à protester mais autre chose lui vient à l’esprit à la place : va-t-elle se marier? Elle lui lance un regard d’interrogation et il explique que normalement, lorsqu’une femme tombe enceinte la première chose qu’elle fait est de se marier. Elle lui demande pourquoi devrait-elle faire une chose pareille : par devoir filial, parce qu’elle devient vieille? Il s’énerve et lui dit que si elle a quelqu’un avec qui se marier elle devrait le faire, croit-elle vivre au 23ème siècle? Se marier lorsqu’on est enceinte et prendre ses responsabilités, c’est faire son devoir d’être humain.

  

Ji An objecte : « en ce qui me concerne, je fais mes propres décisions et prend mes propres responsabilités ». Tae Kang secoue la tête, et le bébé, a-t-elle pensé au bébé? Elle répond en le regardant droit dans les yeux :lui qui a été élevé par son père, a-t-il ressenti de la peine ou de la solitude? (Merci Ji An.) Lorsqu’il avoue que non, elle lui dit alors qu’il a trouvé la réponse à sa question.

Eun Sung est à l’hôpital pour sa Bébé-Thérapie et il est rejoint par son collègue et ami. Lentement, il lui demande s’il a déjà considéré l’adoption : est-ce qu’il pense qu’il sera capable d’aimer cet enfant comme si c’était le sien? En bon ami, ce dernier répond avec sincérité qu’il parie 100 $ qu’il en serait capable, parce que c’est lui. Cela rend le sourire sur le visage d’Eun Sung et il le traite de radin : lui, il parie 120. Heh.

  

En sortant de la compagnie, Na Ri entend les femmes de ménage parler d’une belle paire de chaussures retrouvée dans les poubelles. Intriguée, elle jette un coup d’oeil et a immédiatement un coup de coeur. Ce sont les chaussures que Tae Kang a refaite mais elle ne le sait pas. Elle les montre à un Jake Han impressionné (oui, tu t’étoufferais si tu savais qui les avait faites) en disant que ce sont pas leurs chaussures mais quelqu’un qui a remodelé un modèle de leurs chaussures. En disant cela, elle se rappelle de son entrevue un peu plus tôt avec Tae Kang et elle semble faire la connexion car elle dit : « Je pense savoir qui les a fait ».

  

Et cette personne là est actuellement en train de faire ses devoirs c’est à dire, porter les chaussures à talons. Et c’est difficile (oui Tae Kang, je compatis. Totalement.). Choong Shik fait un essai lui aussi, mais juste mettre les chaussures lui fait mal. Haha. Et….Transformation! Tae Kang se met en tête de vivre une journée dans la peau d’une femme avec les vêtements et les chaussures nécessaires (et ça veut dire aussi : épilation). Bwahahaha! Vous savez déjà mon amour pour les travestissements, alors…Accroché au bras de Choong Shik, voici notre Tae Kang en train de déambuler dans la rue, et ma foi, il a de belles jambes…

  

À la fin de la journée, il doit bien admettre qu’il n’a pas percé le mystère sur les femmes et qu’au contraire, il est encore plus perplexe. Non, n’essaie pas de comprendre Tae Kang…Selon son père, les femmes ne portent des talons que pour séduire les hommes et Choong Baek s’esclaffe que c’est la vérité. Tae Kang redevient sérieux et dit que s’il écrit ça sur son rapport, Medusa…et il se stoppe net, ayant remarqué dans son champs de vision Mr le Docteur en compagnie d’une autre femme – Joon Hee (mais ça, Tae Kang ne le sait pas). Comiquement, il se cache derrière le mini vase avec deux fleurs qui se battent en duel pour les espionner.

  

Eun Sung tend un dossier à Joon Hee, certainement concernant la grossesse de Ji An et ce qu’il faut qu’elle fasse. Il se met en tête de lui expliquer comment faire un massage de la main mais Tae Kang interprète mal ce geste et se lève, commençant à voir rouge. Joon Hee éclate de frustration en marmonnant que le père du bébé doit être témoin de tout ça sans même savoir que le bébé est le sien. Cela attise la curiosité d’Eun Sung, Ji An est-elle toujours en contact avec lui?

  

Joon Hee ne connait pas les détails mais elle sait que le père travaille à la même compagnie que Ji An. Ils n’ont pas le loisir de discuter davantage car ils sont interrompus par le coup de poing bien senti de Tae Kang sur le visage d’Eun Sung. Il lui agrippe la chemise et c’est à ce moment-là que Ji An choisit d’arriver.

  

Elle regarde avec stupeur la scène : Tae Kang regardant intensément Eun Sung, son visage à quelques centimètres du sien, et soudainement, ils s’embrassent.

COMMENTAIRES

La réaction de Tae Kang était franchement exagérée : ne pas savoir ce qu’il se passe vraiment et frapper quelqu’un… Ouais, doucement mon garçon, je sais que tu es rempli d’énergie et d’enthousiasme et que tu te soucies sincèrement du bonheur de celle que tu aimes, mais tout de même, ce ne sont pas des manières.

L’épisode m’a frustrée un bon nombre de fois et j’ai de plus en plus peur que le secret mette trois cents ans à être révélé. J’ai maudis Ji An pour avoir manqué toutes les occasions qu’elle avait (et que Tae Kang lui donnait) pour pouvoir expliquer qui était le vrai père de son bébé. Cela dit, si ce point de l’intrigue n’avance pas, la relation entre elle et lui commence à faire un petit bout de chemin lorsqu’elle accepte de lui donner une chance au travail et également lorsqu’ils vont « pique-niquer » dans le parc. Le drama est tellement avare en scènes romantiques que l’on savoure le peu qu’on nous donne et en l’occurrence, cette scène-là était super, super, super cute.

En faisant de Tae Kang son protégé Ji An n’essaie pas seulement de garder la promesse qu’elle lui a faite mais cherche à lui donner une sincère opportunité de prendre sa revanche et de s’ouvrir des perspectives pour le futur. Je suis toujours un peu déçue que l’amour à sens unique de ce dernier reste toujours à sens unique et que Ji An ne semble pas encore voir en Tae Kang autrement qu’un employé ou un ami. Peut être que lorsque Na Ri essaiera de le lui prendre elle prendra conscience de sa valeur et se rendra compte qu’il a toujours et toujours été à ses côtés pour prendre soin d’elle, à la lumière ou dans l’ombre.

J’ai beaucoup aimé la mise en scène de la rivalité avec la poignée de main entre les deux hommes car je l’ai trouvée subtilement amenée et surtout de manière plutôt réaliste. C’est pour ça que le recours à la violence de Tae Kang m’a un peu refroidie parce que je sais qu’il est capable de beaucoup que ça. Mais que les choses soient claires : Tae Kang est un adorable dongseng et sans lui, je ne sais pas ce qu’I Do, I Do serait. Il est aussi la plus récurrente source de comique et cet épisode a plutôt bien écorché son image d’homme viril, à notre plus grand bonheur, n’est-ce pas?

Je suis très satisfaite également de la scène entre Ji An et sa mère car c’est encore un moment plein de retenu et pourtant très fort en émotion. Ça a permis de montrer que les choses ne sont pas blanches ou noires, une mauvaise réaction ne veut pas dire que la personne est mauvaise et la mère de Ji An aime avant tout sa fille plus que tout le reste. Même le père, dans tout son mauvais caractère a tout de même fait tout le chemin de sa maison jusqu’à celle de Ji An. Certes il n’est pas monté et conserve ses sautes d’humeur avec sa femme, mais il a quand même la démarche d’aller vers sa fille, même si la voir lui prendra encore un peu de temps. En tous les cas, c’était touchant d’avoir une scène juste entre mère et fille pour que celles-ci puissent renouer le lien momentanément brisé.

J’aime le fait que Ji An soit une femme moderne jusqu’au bout et qu’elle ne soit pas une conservatrice qui s’ignore. Si elle doit élever seule le bébé, elle le fera, et si elle se marie ou décide d’élever le bébé avec quelqu’un, ce ne sera pas par convenance ou par « devoir moral » mais par amour et motivations personnelles. J’aime qu’elle ne fasse pas de concessions sur ses convictions et les valeurs qu’elle incarne sur ce point (bien que j’aimerai qu’elle se lâche un tout petit peu et qu’elle se laisse aider par Tae Kang). Pour cela, je remercie les scénaristes d’avoir crée le personnage de Tae Kang, élevé par un père célibataire et ne souffrant pas pour autant d’un complexe aigû de maternité comme on aurait pu le croire : son père a rempli le rôle d’une famille entière et il n’a jamais souffert de ne pas avoir eu une famille exactement « normale » (avec trois millions de guillemets). 

Sur un tout autre registre, Eun Sung me gave de plus en plus. Il a beau dire que Ji An ne fait les choses qu’à sa façon, lui ne fait pas mieux à vouloir être dans son entourage coûte que coûte : je t’attends devant chez toi, je te harcèle pour être ton docteur, je veux être celui avec qui tu te marieras, j’adopterai ton enfant. Oui, ok, très bien Eun Sung, et l’avis de Ji An dans tout ça? Je ne trouve pas ça très…sain…d’avoir comme ancien partenaire de rendez-vous arrangé (qui a des sentiments pour toi) comme obstétricien. J’ai l’impression du coup qu’Eun Sung se projette totalement dans le rôle du père (même s’il a sa « couverture » de docteur) et j’ai peur qu’il finisse par « réclamer » en quelque sorte le bébé comme s’il était le sien, comme s’il avait une légitimité dessus.

Le geste est en soi plutôt altruiste mais dans le contexte, il est essentiellement égoïste. Eun Sung rêve d’avoir des enfants, c’est une bonne chose, mais le bébé de Ji An n’a été ni renié, ni abandonné par son père ; il n’a simplement pas été encore reconnu, et prendre les devants, ou faire des hypothèses comme par exemple l’adoption, comme le fait Eun Sung sans s’enquérir de la position du père me semble un peu précipité. Parce qu’en l’occurrence, Tae Kang le veut aussi ce bébé.

J’espère sincèrement que le temps venu (et si les scénaristes acceptent enfin de mettre le personnage au courant), Tae Kang se battra pour son enfant et son amour et qu’il ne fera pas preuve de Noble Idiotie en se disant que finalement, c’est mieux si Eun Sung et Ji An l’élèvent.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s