I Do, I Do – Épisode 5 : Si tu ne m’aimes pas, je t’aime, et si tu m’aimes…

Et Kaa est de retour pour les récap’ d’I Do, I Do!

Il m’a fallu un petit temps de réadaptation, mais une fois que je me suis ré-habituée à l’ambiance, cet épisode fut agréable à suivre. Je suis impressionnée par la simplicité de ce drama : rien que des gens comme vous et moi (ou presque), pas de coups de théâtre de dernières minutes, pas de véritables cliffhangers. Je ne suis pas aussi hystérique pour ce drama que pour Bridal Mask par exemple, mais je suis toujours avec plaisir I Do, I Do. Malgré ses récurrents problèmes de rythme et sa tendance à chercher la facilité dans les clichés, je trouve sa tonalité très apaisante et la dynamique entre les personnages très intéressante. Je suis, par exemple, étonnée de voir qu’au bout de 5 épisodes, l’histoire d’amour entre Ji An et Tae Kang soit quasiment au stade 0. D’habitude, rendu vers ces eaux-là l’un ou l’autre des protagonistes commencent à voir l’autre d’une autre manière. Mais je ne trouve pas ça (encore) frustrant.

RÉCAP

On retrouve Ji An à l’hôpital alors que la médecin lui annonce avec gravité qu’elle a évité in extremis la fausse couche. En d’autres termes : elle est enceinte. Sous le choc, Ji An se met à rire nerveusement déclarant que ce n’est pas comme si elle était la Vierge Marie.

  

Lorsque la médecin s’en va, Tae Kang fait son entrée, inquiet, lui demandant ce que le docteur vient de lui dire. Elle le renvoie chez lui sans lui donner aucune explication. Il s’éloigne avec hésitation, en lui jetant un long regard sincèrement préoccupé.

  

Pendant l’échographie, Ji An apprend que le foetus a déjà huit semaines et rejette l’offre d’entendre son coeur battre. Elle sort de l’hôpital, bouleversée par les nouvelles.

Chez Eun Sung, l’ambiance est maussade : il éteint la bougie, jette la nourriture et regarde avec déception le collier qu’il comptait offrir à celle qui n’est pas venue. Aw. Pendant ce temps, cette dernière est dans son dressing à chaussures, ressassant les mots de la médecin et se rappelant avec regret la fameuse nuit avec Tae Kang. Elle s’effondre en larmes.

  

Elle retrouve le lendemain Joon Hee dans le parc. Celle-ci se préoccupe de la ménopause de Ji An comme si c’était la sienne jusqu’à ce que notre héroïne lui dise de but en blanc « je suis enceinte ». Naturellement, son amie en conclut que le père est Eun Song et la félicite joyeusement. Son enthousiasme est de courte durée cependant puisque  Ji An s’empresse de lui avouer que le bébé est d’un autre.

Joon Hee est d’abord choquée de ne pas avoir eu vent de son aventure d’une nuit avant mais enchaîne directement sur le talent de cet homme à avoir réussi à la mettre enceinte en une seule fois (hah. Une fois suffit…). Elle lui conseille immédiatement de se faire avorter et de faire en sorte que Eun Sung ne découvre jamais sa grossesse.

  

Plus tard, Ji An reçoit un appel du-dit Eun Sung. Elle n’a pas le temps de s’excuser qu’il s’excuse en premier, lui disant qu’il n’a pas pu libérer sa soirée hier. Elle rebondit dessus et lui annonce qu’elle n’a pas pu venir non plus. Il sourit et propose de rattraper leur rendez-vous manqué le soir même ou demain. Elle réfléchit vite et finit par inventer un voyage d’affaires urgent à Paris bidon. Elle ajoute qu’elle le recontactera quand elle rentrera.

Immédiatement après avoir raccroché, elle est prise de nausées et elle court aux toilettes vomir. Elle entend une de ses subordonnées qui se dispute au téléphone avec son mari, celui-ci lui reprochant de ne pas assez s’occuper de son nouveau-né. Elle se met à pleurer de frustration.

Les parents de Ji An paient une visite surprise à Ji An et c’est Tae Kang qui les mène à son bureau. Dans l’ascenseur, il sympathise avec la mère, s’attirant les foudres du père. Haha. Il laisse glisser le fait qu’il les a vu lorsqu’ils ont pris le train et à partir de là s’enfonce de plus en plus dans le mauvais chemin. Heh. 

  

Ji An a une entrevue avec ses parents durant laquelle le père fait part de la mauvaise impression que Tae Kang a eu sur lui. Il poursuit sur la fille de leurs voisins est plus jeune que Ji An mais a déjà trois enfants. Sa femme défend sa fille et lui propose d’organiser un repas avec leur futur gendre. Ji An prétexte une charge trop importante de travail et décline en s’excusant.

  

De retour dans son bureau, elle a l’air tellement vidée d’énergie que Tae Kang s’inquiète de plus en plus. 

  

On le retrouve plus tard en train de partager un repas avec Bong Soo. Tae Kang lui fait part de son problème avec le design volé mais son collègue met de l’huile sur le feu en lui disant qu’un premier design, c’est comme un premier bébé : on le chérit plus que le reste.

  

Na Ri croise sa belle-mère, qui, comme à son habitude, la snobe. Elle fait ensuite une entrée fracassante dans le bureau de son oncle, lui demandant pourquoi il a vendu la compagnie à sa belle-mère en échange d’un terrain de golf. Il lui répond que ça vaut mieux comme ça mais Na Ri ne veut rien savoir : pourquoi devrait-elle travailler sous les ordres de Ji An?

Elle rattrape sa belle-mère dans l’ascenseur et se met à genoux en expliquant qu’en décidant de venir en Corée, elle a également fait le choix de quitter ses amis, les proches de sa mère biologique. Elle poursuit en lui disant qu’elle voudrait à présent être sa fille : que doit-elle faire pour ça?

La belle-mère reste froide et avant de quitter l’ascenseur, elle lui fait remarquer sarcastiquement qu’elle est aussi douée que sa mère pour se mettre en spectacle. Sur ce les portes s’ouvrent et tout le monde, dont Tae Kang, aperçoit Na Ri à genoux, en train de pleurer. Elle s’en va pleurer sa peine sur le toit, tandis que Tae Kang la regarde de loin, serrant un mouchoir dans sa main mais n’osant pas l’interrompre.

  

Il s’apprête à partir mais se cogne le pied dans un gros pot de fleur (haha), ce qui attire l’attention de Na Ri. Furieuse d’avoir été observée, elle le gifle (!) et quitte les lieux. Tae Kang se tourne vers elle, se demandant pourquoi toutes les femmes le giflent ici. Haha, pauvre, pauvre Tae Kang.

Après Ji An, c’est au tour de Eun Sung d’avoir une visite surprise : les parents de sa future femme lui apportent de quoi donner un petit coup de pouce à sa fertilité. Hah et urgh. Il regarde tout ça avec embrassement et le père essaie de lui dire maladroitement qu’il peut avoir une relation sexuelle avec Ji An avant le mariage car ils n’y verront aucun inconvénient. Eun Sung coupe leurs explications de plus en plus embarrassantes en disant qu’il fera de son mieux (haha).

  

Il propose de tous se réunir une fois que Ji An sera rentrée de Paris. Uh Oh. La mère le regarde avec étonnement et commence à le détromper mais le père lui donne un léger coup aux côtes. Mais le mal est fait, et Eun Sung commence à avoir des soupçons. Il s’apprête à passer un coup de téléphone à Ji An pour en avoir le coeur net mais raccroche tout de suite, surpris de sa propre réaction. 

  

Ji An et Joon Hee sont dans une clinique spécialisée pour les avortements. Autour d’elles, beaucoup de jeunes mères ce qui commence à mettre Ji An mal à l’aise. Mais ce qui la refroidit totalement, c’est le discours et l’attitude nonchalante du médecin qui traite le foetus comme une tumeur et l’avortement comme une simple formalité. Il lui propose un rendez-vous le lendemain soir mais Ji An se lève brusquement et quitte la salle.

  

Dehors, elle se dispute avec Joon Hee, cette dernière ne comprenant pas pourquoi elle fait tant de manières : une clinique est une clinique. Ji An l’assure qu’elle trouve cet endroit glauque et Joon Hee la soupçonne de penser à garder le bébé. Ji An lui répond honnêtement qu’elle ne sait pas quoi faire mais elle se met en colère lorsque Joon Hee la presse de prendre une décision : est-ce se faire avorter est la même chose que de choisir un plat au restaurant? Yeah, go Ji an, go, go, go! Joon Hee se met en colère à son tour : comment Ji An pourrait-elle être mère alors qu’elle n’a pas une once d’instinct maternel en elle (AAARGH)? Joon Hee, je crois que nous devons parler toi et moi.

  

Tae Kang et son père sont en train de choisir une nouvelle tapisserie pour la maison qu’ils vont réacheter. Mais Tae Kang n’est pas d’humeur, ayant peur de perdre son poste d’une minute à l’autre. Mais un appel du commissariat le rend euphorique et il court au poste tout en disant à son père qu’il peut choisir la tapisserie la plus chère s’il le veut. Haha. Ils ont bien retrouvé un sac…seulement, ce n’est pas le bon. Il suffit de regarder l’étiquette : c’est marqué « made in Italy » sur celui-ci, alors que sur le sien, c’est un « made in China ». Haha.

  

Il se met à sa table de travail, et en voyant les différentes photos et mots d’encouragements, il se motive à essayer de reproduire le design. Mais il ne parvient à rien. Il n’est cependant pas le seul à se prendre la tête au bureau : Na Ri repense à la compagnie qui vient de lui glisser des mains. 

   

Elle est témoin des cris d’auto-encouragements (qui fondamentalement n’ont aucun sens) de Tae Kang sur le toit et ne peut pas s’empêcher de rire à gorge déployée. Il se retourne embarrassé mais au lieu d’avoir une attitude agressive comme elle plus tôt, il finit par lui sourire

Il accepte de laisser sa place mais elle le retient, voulant qu’il lui enseigne ce qu’il vient de faire : crier des insultes pour s’encourager. Au début elle n’y parvient pas et Tae Kang lui donne un dernier conseil : « Tu n’as qu’à crier avec la même rage que celle que tu as éprouvée ne me frappant ». Hahaha. Cette scène est mignonne, mais franchement cliché, et si elle nous permet de voir Na Ri sous un meilleur angle, je reste très froide envers son personnage.

  

On coupe ensuite à Ji An, toujours dans son dressing à chaussures, à essayer de penser au bébé de façon logique : quels sont objectivement les pour et les contre? Elle remplit sans aucun problème la case « contre », la case « pour » reste tristement vide. Elle sourit légèrement face à ce constat, pourquoi s’est-elle inquiétée pour rien? Mais elle repense avec un pincement au coeur au moment où elle senti la main minuscule du bébé né prématurément serrer son doigt.

  

Le lendemain matin, Tae Kang pique un sprint, étant en retard au bureau. Mais ses collègues ne prêtent pas attention à lui, une situation plus grave les inquiète : l’absence de leur chef alors qu’elle doit rencontrer ses partenaires étrangers. Qui va aller chercher Ji An? Les deux premiers prétextent du travail, et la seule qui accepte d’y aller a déjà une tâche assignée : aller chercher ces hommes à l’aéroport. Tae Kang est obligé d’éternuer le plus fort possible pour qu’on ne l’oublie pas. Hahaha, adorable Lee Jang Woo.

  

Et ainsi, notre héros se retrouve devant la porte de l’appartement de Ji An. Il sonne, encore et encore et le silence derrière la porte ne fait que l’inquiéter davantage. Aw. J’adore le fait qu’il passe du discours formel au discours informel : « Mme Hwang? »… »YAH, Hwang Ji An! » Haha.

  

Il se rappelle soudainement de son malaise quelques jours plus tôt et décide d’appeler le gardien pour forcer la serrure de son appartement. À l’intérieur, tout est en désordre, et Ji An n’est pas dans sa chambre.

  

Il la retrouve avec soulagement dans son dressing, endormie. Il commence par essayer de la réveiller doucement, et vu son manque de réaction, il lui hurle dessus. Haha.

  

Elle se réveille et sursaute en le voyant. Il lui dit qu’on l’a envoyé la chercher étant donné l’heure tardive. Elle lui prend le poignet et vérifie elle-même l’heure…avant de paniquer. Pendant qu’elle se rue sous la douche, il regarde avec attention le dressing et commente que cela ressemble à une pathologie. 

Au restaurant, Na Ri décide de prendre les choses en main et demande aux employées de Jin An de prévenir leur chef : elle n’a pas besoin de venir. Elle va rejoindre ses invités et leur fait part de l’absence de Mme Hwang. Elle en profite pour leur demander ce qu’ils pensent de la proposition de collaboration, et tout le monde est d’accord : celle de Hwang Ji An est celle qui leur a le plus plue. Et pan, dans les dents! Et en parlant du loup, voici Mme Hwang qui arrive, s’excusant de son retard. 

Tae Kang attend dans la voiture et, par ennui, commence à fouiller à droite à gauche à la recherche de musique. Il tombe sur l’échographie du bébé…mais il est bien trop inexpérimenté pour savoir de quoi il s’agit. Le repas prend fin et Tae Kang est témoin de l’échange entre Na Ri et Ji An une fois que celles-ci sont seules (pour une fois il n’entend pas ce qu’elles se disent).

Na Ri lui reproche d’être venue, cela aurait évité des complications. Ji An s’excuse mais Na Ri n’est pas décidé à en rester là, trouvant la panne de réveil suspecte. Ji An lui dit simplement qu’elle est un être humain, elle peut faire des erreurs elle-aussi. Son interlocutrice se moque d’elle : faire des erreurs ? Hwang Ji An? Elle pensait que ce mot ne faisait pas partie de son vocabulaire. Avant de partir elle la prévient de ne pas se réjouir trop tôt de la décision de sa belle-mère : les choses n’en sont qu’à leur début. 

  

Une fois Ji An seule, Tae Kang court à elle, se demandant pourquoi les deux femmes ne sont pas reparties ensemble. Ji An est à bout de nerfs et elle frappe successivement Tae Kang à la poitrine, répétant que tout ça est de sa faute (mh, je ne suis peut être pas une experte, mais il me semble qu’il faut en général deux personnes pour faire un bébé…). Plus tard, on les retrouve tous les deux assis côte-à-côte sur un banc et Ji An lui dit qu’il aurait dû au moins esquiver ses coups, pourquoi avoir tout accepté? Il lui sourit avec douceur et lui explique qu’au moins, elle s’est sentie mieux après cela.

Il finit par lui dire qu’il est désolé. « De quoi es-tu désolé? » lui demande-t-elle, Tae Kang : « Je sais que tu es comme ça parce que tu as perdu ton design. C’est comme une mère qui perd son enfant ». Hiiiiii, tu n’aurais pas pu choisir une autre métaphore? Elle lui dit que ce qui est fait est fait et qu’il ne doit pas s’en inquiéter, mais il refuse : « Je prendrais mes responsabilités! » Fais gaffe à ce que tu dis, mon petit…Elle s’apprête à retourner au travail, mais il l’arrête : il connaît un super endroit où manger des pieds de porc.

  

Elle le regarde d’un air dégoûté en lui disant qu’elle ne mange pas ce genre de nourriture…pour finir par s’en empiffrer quelques minutes plus tard, sous le regard impressionné et amusé de Tae Kang. Heh.

  

Il lui demande si elle a mal quelque part car il a vu la photo dans sa voiture tout à l’heure et ça ressemblait à une tumeur. Scent of a Woman sort de ce drama! Elle manque de s’étouffer et lui explique que oui c’est une tumeur mais qu’elle est bénigne et qu’il suffit d’une petite opération pour la retirer.

  

Au travail, elle reçoit un message de Joon Hee qui a réservé pour elle l’opération. Elle reste un instant perdu dans ses pensées et ses yeux tombent sur son employée mère de famille endormie sur sa table. Elle claque des doigts et celle-ci se relève immédiatement, prête à recevoir des ordres. Haha, la pauvre…À quel point elle doit craindre Ji An pour avoir développé de tels réflexes…Elle lui demande d’apporter la chaussure en cours d’élaboration pour les finitions.

  

Elle commence à dicter les différentes choses à corriger mais elle demande soudainement si la vie de mère de famille est difficile. Son employée s’étonne de son intérêt soudain pour sa vie. Pendant ce temps, Tae Kang ne perd pas de temps et garde l’espoir de retrouver le design. Il imprime des avis des recherches et demande à Bong Soo de l’aider à les distribuer en l’entrée du bureau (disons qu’il le menace plus qu’il ne lui demande haha).

Eun Sung brise le coeur d »une infirmière après que celle-ci ait appris qu’il allait se marier (wow, les rumeurs vont bon train). Sa collègue a une réaction plus posée et le félicite. Elle lui fait part de sa surprise lorsqu’elle a entendu les premières rumeurs car elle était persuadée qu’il était le genre à fuir le mariage. Elle lui rappelle ses propres mots : il lui faudrait un missile à la place d’une flèche pour qu’il se décide au mariage. Et en l’occurrence, le missile s’appelle Ji An. Il sourit jusqu’aux oreilles, et OMG, c’est adorable. 

  

On retrouve nos deux gugusses en train de distribuer les avis de recherche. Durant la pause, il lui offre un hamburger. Cela rappelle à Bon Soo que lorsque sa femme était enceinte des jumeaux, elle en mangeait constamment alors qu’elle n’aime pas ça avant. C’est pour ça qu’aujourd’hui, les enfants s’appellent Ham et Burger. HAHA. Il lui montre ensuite les photos de ses jumeaux, qui s’avèrent être des échographies.

  

Tae Kang les regarde avec un sourire attendri avant de réaliser qu’il a vu quelque chose de similaire dans la voiture de Ji An. Et il en laisse tomber sa nourriture. Bwahahaha, j’avoue que l’ignorance de Tae Kang est hilarante.

  

Eun Sung attend Ji An devant chez elle, « encore cinq minutes…non trois ». Haha. À ce moment-là, elle apparaît. Elle est surprise de le retrouver ici, mais elle n’a pas d’autres choix que de le confronter. Eun Sung essaie d’agir avec une cool-attitude mais il finit par parler avec sincérité : « je ne comprends pas. Ce n’est pas comme si je te traquais. Tu es celle qui a donné le rendez-vous mais tu me poses un lapin sans m’appeler et en plus de ça tu me mens? Est-ce que nous sommes des adolescents? À cet âge, tu veux filmer une histoire d’amour d’adolescents? »

  

Mais Ji An a les larmes aux yeux, et Eun Sung fini par s’en apercevoir. Perturbé, il lui demande ce qui ne va pas tandis que de grosses larmes coulent sur ses joues. 

REMARQUES

Aw, quelle fin déprimante! Mr Docteur, n’aurais-tu pu pas simplement la prendre dans tes bras et la laisser pleurer au lieu de l’assommer de paroles? 

Le rythme lent pourra certainement rebuter certains. Moi-même au premier visionnage de cet épisode, je n’étais pas d’humeur à regarder quelque chose de lent et de mélancolique. Du coup, j’avais moyennement apprécié l’épisode. Au second visionnage cependant, je l’ai beaucoup plus apprécié. Au troisième, je l’ai adoré. Bizarre non? J’y trouve une atmosphère très reposante. Cela parle de choses sérieuses sans nous prendre la tête et le tout fait des « slice-of-life », ce qui est très rare dans le monde des K-dramas. I Do, I Do n’a jamais eu de gros gags burlesques ou absurdes, il mise surtout surtout sur des comiques de situation et des dialogues pleins de dynamisme. Cela dit, j’ai trouvé cet épisode un peu moins drôle que les précédents : j’ai souri toujours autant de bon coeur, mais je n’ai dû franchement éclater de rire que deux ou trois fois. 

Je continue à apprécier Ji An et je n’ai aucune peine à m’attacher à elle : elle est tout aussi forte que sensible et j’espère qu’elle choisira de garder le bébé pour les bonnes raisons. Je ne suis pas sûre que je supporterai un discours pro-vie car il y a plein de raisons pour lesquelles on peut choisir de garder un bébé sans tomber dans l’idéologie anti-avortement. Je croise les doigts très fort et choisis de faire confiance aux scénaristes qui jusque là, ont montré qu’ils avaient l’écriture du personnage en main.

De son côté Tae Kang est de plus en plus adorable, mais j’aimerai bien que ces dames cessent de profiter de sa gentillesse et de le considérer comme un punching-ball. C’est un peu frustrant à force de le voir être le souffre-douleur. Mais il a un sourire tellement doux et un intérêt sincère envers Ji An qu’on ne peut pas ne pas fondre. Cela reste encore relativement à sens unique cependant car la raison de Ji An n’a jamais considéré Tae Kang comme un prétendant (et un père) potentiel.

Or, malgré son jeune âge et son côté immature, Tae Kang pourra au moins apporter beaucoup d’amour au bébé et apprendre à Ji An comment donner et recevoir. J’aimerais que le bébé soit une porte que Ji An va ouvrir pour accepter les autres dans sa vie, et faire en sorte d’être plus conciliante avec eux. J’aime le fait que ce dernier soit finalement celui qui soit là, pour les bonnes ou mauvaises raisons, et qui essaie de la comprendre, peu importe les torts qu’elle puisse lui faire. En même temps, à côté des autres collègues de Ji An (à part la mère de famille et la petite jeunette), ce n’est pas difficile d’avoir l’air plus sympathique. Mais je suis bien curieuse de voir sa réaction lorsqu’il saura que le bébé de Ji An est le sien…Est-ce qu’elle va lui dire directement la vérité?

L’intrigue n’avance pas beaucoup car pour l’instant le scénariste préfère construire ses personnages et les relations entre eux, ce qui est toujours un effort appréciable. Mais du coup, on pourrait penser que le scénario fait du sur-place ; ce qui n’est pas exactement vrai : cela avance, lentement et sûrement. Et ce n’est pas parce qu’une situation n’évolue pas, que les pensées restent figées également.

Cet épisode était dédié aux incertitudes et au choc de Ji An, à ses sautes d’humeur et, toujours, à sa solitude. S’il ne m’avait pas particulièrement rendue émotive, je dois avouer que les deux dernières minutes ont su éveiller en moi une émotion inattendue. Le désarroi de Jin An (et la manière dont Kim Sun Ah le montre) est tellement explicite qu’on ne peut pas avoir le coeur qui se serre pour elle. 

Ah, et, il faut que je sorte quelque chose de ma poitrine parce que je sens ça va exploser à tout moment : Na Ri m’agace. C’est officiel. Je sais qu’elle peut être mimi parfois, mais son attitude de petite fille riche arrogante et princière me refroidit totalement. Ses différends avec sa belle-mère me laissent de marbre tellement le personnage ne m’attire aucune sympathie particulière.

Sa tendance à se positionner en victime me tape vraiment sur les nerfs et la voir pleurer dans son coin presqu’à chaque épisode ne me rend pas plus compatissante à son égard. Au contraire. Et j’ai trouvé sa gifle déplacée. Lorsque Ji An l’a fait lors de l’épisode précédent, je trouvais déjà cela moyen, mais ce geste dans cet épisode était totalement gratuit. De plus, je suis foncièrement frustrée de la voir s’attacher petit à petit à Tae Kang pour des questions sans doute purement subjectives : je préfère amplement la relation Ji An/Tae Kang.

D’ailleurs, en parlant de ces deux-là ensemble, j’aime beaucoup leurs scènes, mais je trouve qu’elles se font un peu trop rares. J’aimerais beaucoup qu’ils passent plus de temps ensemble : Lee Jang Woo, ne pourrais-tu pas rendre le sourire à ma Kim Sun Ah?


4 réflexions sur “I Do, I Do – Épisode 5 : Si tu ne m’aimes pas, je t’aime, et si tu m’aimes…

  1. Aaah mince tu n’aimes pas Na Ri é_è je l’ai trouvé chouette dans cet épisode, gifle et bitchery comprises, mais peut-être que c’est parce que j’ai toujours un faible pour les Bora (Save Bora !). Je suis aussi du genre à aller fulminer/hurler dans un coin avant de revenir à la charge et la scène où elle se lâche avec Tae Kang m’a fait beaucoup rire.

    Et bizarrement j’ai trouvé cet épisode plus drôle que les précédents. En fait je crois que je m’identifie plus à Tae Kang qu’à Ji An (bizarre, mais vrai) et comme c’est un personnage naturellement optimiste je vois les choses à travers sa bonne humeur. Et comme de l’autre côté j’aime beaucoup Ji An, mais je l’observe plus de l’extérieur sans vraiment ressentir ses émotions, sa tristesse me touche mais ne m’affecte pas vraiment.

    Sinon je te rejoins sur le reste, en particulier Tae Kang qui apporte toujours une grosse bouffée d’air pur au drama. Et j’ai trouvé Lee Jang Woo très bon, il y a une scène plus mélancolique avec lui où il a des yeux d’une grande douceur, et enfin j’ai le sentiment que le réalisateur le laisse jouer de manière plus posée.

    Merci pour la récap XD

    PS : j’ai eu un gros fous rire pour « made in Italy »…c’était tellement drôle comme situation ! Le policier est tout content de lui avoir retrouvé son sac et il fait un scandale parce que c’est un original et pas une imitation XD

    • Non, en fait, je pense qu’il est en effet plus courant de s’identifier à Tae Kang plutôt qu’à Ji An, parce que des deux, c’est celui qui montre le plus de sentiments. Ji An reste encore un personnage froid, même si on s’attache aussi à elle, alors que Tae Kang est tellement plein de joie de vivre qu’il semble plus évident de s’identifier à lui plutôt qu’à elle.
      Moi j’ai un fou rire pour la scène de l’ascenseur entre Tae Kang et les parents de Ji An et aussi lorsque Tae Kang se rend compte que ce qu’il a vu dans la voiture de Ji An était une échographie de bébé et non une tumeur. Sa tête est juste…Priceless.
      Et Na Ri…Elle m’énerve juste à être injuste avec ceux qu’elle peut écraser de son autorité et de son arrogance (Ji An et Tae Kang) et ensuite se sentir persécutée par sa belle-mère (ce qu’elle est, j’en conviens). C’est un peu le vieux cercle vicieux des belles-mères chinoises : lorsque je suis belle-fille, je me fais martyrisée par ma belle-mère, lorsque je deviens moi-même belle-mère, je martyrise ma belle-fille comme moi-même j’ai été martyrisée.
      Mais bon, son personnage n’est pas haïssable au point que je ressente de violentes émotions à son égard et si on pouvait nous la montrer plus souvent lorsqu’elle est mimi, ce serait bien. Mais vu l’épisode 6, je ne sais pas si ça va vraiment arriver. Plus sur ce personnage à la prochaine récap…=)

  2. Pas mal de clichés, quelques maladresses et aussi des impressions de déjà-vu (l’ambiance à l’atelier fait très « Baby Faced Beauty » par exemple) Mais dans l’ensemble j’aime bien ce drama, Lee Jang-Woo est épatant, apportant cette énergie positive nécessaire, Kim Sun-A colle parfaitement à son personnage et sait nous faire ressentir la moindre fêlure à l’âme de Ji An. Le médecin pourrait viré agaçant (comme par exemple celui de « The Greatest Love » , mais non, pour l’instant, ça baigne. Je ne déteste pas non plus Na Ri, étant donné qu’on sent que c’est une fille qui a pas mal souffert, mais il faut bien dire que Lim Soo-Hyang n’est pas vraiment l’actrice de l’année…
    Merci pour cette récap.

    • Hello!
      Oui, I Do, I Do partage un gros lot de similitudes avec Baby-Faced Beauty, que ce soit l’atelier ou même l’intrigue en soi (le bébé en moins). Ce drama n’apporte pas de nouveautés révolutionnaire, mais son rythme de croisière est très plaisant, et petit à petit, on se retrouve à être plus attachée que prévu aux personnages…Merci pour le commentaire! x)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s