Bridal Mask – Épisodes 3/4 : We Want it All, and We Want it Now

Mina : Bridal Mask ou plutôt GAAAKSITAAAAAAAL !! maintient la qualité de fond et de forme des deux précédents épisodes, sans vraiment s’accorder une seconde de relâche. Le troisième épisode était très sombre, un condensé d’action haletante tandis que la suivant vient frapper le spectateur en plein cœur avec des développements psychologiques et des révélations chargées en émotion. La phase introductive n’est pas encore terminée, mais pour l’instant impossible de reprocher au scénariste de traîner les pieds. Je suis très contente que le drama fasse en tout 24 épisode !

Kaa : Cette série est tellement dense en informations et les relations entre les personnages sont d’une complexité telle qu’il est très facile d’en avoir la tête qui tourne (sans compter les 14 millions de noms différents). Bridal Mask revêt une dimension épique tant du point de vue de l’intrigue que de la réalisation et j’espère qu’il ne perdra pas de son souffle après un début au rythme si effréné. Malgré la main légèrement lourde du réalisateur en ce qui concerne les flashbacks, je reste vivement impressionnée par son travail. J’ai voulu faire un résumé rapide, mais il se passe tellement de choses que ça a été un exercice plus difficile que prévu.

 Kang To obtient une dernière chance auprès de son supérieur pour arrêter Gaksital, à la grande frustration de Kimura père et fils. Kimura appelle le chef des quartiers généraux de Kishokai Ueno Hideki pour lui faire part de la difficulté de mettre la main sur Gaksital tandis que son fils engage quelqu’un (Sasaki) pour tuer Kang To. Ueno Hidaki rentre chez lui et on fait la rencontre de Rie, sa fille adoptive. Celle-ci est envoyée par son père en Corée du Sud pour mener à bien une mission dont nous ne savons pas encore la teneur.

Kang To redouble de zèle pour trouver Gaksital et arrête et torture tous les hommes du village susceptibles d’être le vengeur masqué ou de le connaître. Gaksital prend en otage le directeur Oh alors qu’il flirte avec la Comtesse (qui trompe son mari avec tout le monde, et tout le monde le sait, sauf son mari. Une vraie héroïne de Feydeau). Kang To n’est pas suffisamment téméraire pour risquer la vie d’un personnage si haut placé et accepte de laisser partir les prisonniers en échange de la vie du directeur Oh. Après cela, Kang To se met à chasser Gaksital, mais le chasseur devient le chassé, car quelque part, se trouve Sasaki, prêt à le tuer. Encore une fois le vengeur masqué intervient et protège Kang To de son agresseur ce qui engendre une immense perplexité de la part de ce dernier.

  

Alors qu’il s’apprête à découvrir l’identité de Gaksital, il est assommé par derrière par Baek Gun (le bras droit et garde du corps de Lee Sun, le père de Kang To et Kang San). On apprend alors un peu du passé de Kang San, de la prison au masque et dans quelle condition Lee Sun a trouvé la mort : trahi par ses compagnons (les actuels membres du Kishokai). Kang To attrape Mok Dan alors que celle-ci, habillée en homme, vient récupérer son précieux couteau dans l’auberge.

Lorsqu’il pose les yeux sur cet objet, un flashback instantané frappe Kang To : 13 ans plus tôt, il a rencontré une petite fille du nom de Boon Yi et lorsqu’ils sont tombés dans l’embuscade qui a coûté la vie de son père, il lui a donné ce couteau. Il a toujours pensé que cette Boon Yi était morte. Plus tard,  Kang To se fait attaquer par les membres du cirque, cachés sous des masques. Il tire une une personne qui lui saute dessus, seulement pour se rendre compte qu’il s’agit de Mok Dan.

Discussion

Je pense que j’ai regardé les épisodes 3 et 4 en apnée tellement ils étaient riche en émotions, en révélations et en surprises. Bridal Mask est vraiment un cocktail explosif entre l’action et le psychologique, et j’adore ça. Une chose des choses qu’il me semble important de (re)souligner est la grande richesse d’un certain nombres de personnages qui vaut pour tout le manichéisme porté par d’autres (je pense notamment au fils de Kimura Kenji – le frère de Shunji, qui n’a aucune once de subtilité, et il est bête en plus de ça). 

L’ambivalence des personnages est en effet un des aspects de Bridal Mask qui m’intéressent le plus. Et sur ce point-là, Kang To est en première ligne bien sûr. J’avais déjà signalé la fascinante ambivalence de son personnage qui est la raison directe de notre propre amour/aversion pour lui.

  

Les scénaristes et l’équipe de réalisation ne lésinent pas sur son aspect glacial, cruel et violent et pourtant, ils parviennent à trouver un juste équilibre et à nuancer suffisamment ce personnage pour qu’il y ait tellement de choses à dire sur lui. Car, oui, il est détestable mais il n’est pas juste ça. La série fait du bon travail à nous montrer les failles et la vulnérabilité de Kang To à travers de courtes scènes, d’une simplicité et d’une efficacité étonnante. J’ai notamment en tête ce moment où il pleure sur l’épaule de son frère, ou ce moment où la petite famille mange un petit déjeuner réconciliateur ensemble.

  

Ces scènes-là étaient chargées d’une puissance émotionnelle que je n’aurais jamais soupçonné. Il est vrai que j’ai un cœur d’artichaut pour tout ce qui ressemble à un amour familial, mais tout de même, ces échanges, silencieux et sobres, sont extrêmement poignantes et efficaces. En effet, ces quelques minutes sont absolument essentielles à ce moment donné de l’histoire pour commencer à nous montrer pourquoi Kang To peut endosser le rôle de vengeur masqué : pour l’instant cela ne se conçoit que lors des scènes familiales lorsqu’il redevient, dans la magie d’un instant, juste le fils et le petit frère qu’il est.

Mais on se doute qu’il ne s’agit que de la fumée de laquelle partira le feu bien plus tard car le personnage a encore un long chemin devant lui pour nous convaincre et nous ramener totalement de son bord. Et vu l’état dans lequel il me met alors qu’il est un personnage haïssable, je ne sais pas ce qu’on fera de moi plus tard.

Avant de parler du personnage de Kang To, je voulais revenir sur Joo Won : il fait un travail formidable avec ce rôle. Même les excès de rage, je trouve ça génial (et sans ça, pas de GAAAKSITAAAAAAAAL !). Le cliffhanger du troisième épisode, lorsqu’il a un éclair de lucidité au sujet de l’identité de Bridal Mask était tellement bien joué que j’ai ressenti directement la force de ce début de prise de conscience (alors que d’habitude quand je sais un secret à l’avance dans un Kdrama je reste assez détachée des conséquences de sa révélation sur les personnages). Idem pour la scène où il réalise que Mok Dan est Boon Yi. Et c’est aussi là qu’on comprend à quel point la réalisation et la production sont des éléments aussi importants pour la réussite d’un Kdrama : ça ne peux pas sauver entièrement un mauvais scénario (cf : Bad Guy) mais ça peut pousser les acteurs à donner le meilleur d’eux-mêmes et sublimer le script.

Bridal Mask est un drama réalisé par des gens passionnés qui ont un vrai désir de tourner une aventure qui prend aux tripes. Il y a tout : de l’aventure, de l’action, une romance maudite, une bromance maudite, un BBT (Beau Brun Ténébreux, je devrais l’ajouter au lexique) pris entre des dilemmes Cornéliens, des héroïnes badass, Joo Won dancing & singing & BROODING et je dois me donner des gifles toutes les 30 secondes pour arrêter de le trouver sexy quand il mange, dort, marche, respire, revenir sur terre et me concentrer sur le scénario. Si je ne fais pas attention, je me perds complètement à l’admirer, je prends quinze milles caps des différents angles de son visage et ça me fait comme dans ces scènes où le male lead apparaît et les filles le voit au ralenti avec des étoiles et une musique genre « I Will Die in Your Arms Tonight » derrière. Je suis intoxiquée par son charme.

Haha, et malheureusement, le drama est tellement fourni en actions que lorsqu’on se perd autant dans les yeux de Joo Won, cela commence à être difficile de tout comprendre! Kang To est tellement un personnage pivot qu’il fallait absolument que l’acteur qui lui donne ses traits soit suffisamment charismatique et envoûtant. Et avec Joo Won, c’est plus que réussi. Malgré sa jeunesse, l’acteur a une telle intensité flamboyante dans ses yeux qu’on ne peut qu’être scotchée et, disons-le, séduite.

Tu évoquais un peu plus tôt l’affrontement entre Gaksital et Kang To et le regard, ainsi que l’implication de Joo Won à ce moment-là. Et je te rejoins à 100% : en quelques secondes, on a réellement eu l’impression que le monde de Kang To s’écroulait, que tout ce dont il avait cru, tout ce sur quoi il s’accrochait commençait à se déliter. Ses yeux transmettent tellement d’émotions complexes et contradictoires, à la fois que ça donne des frissons dans le corps. Joo Won peut avoir un jeu excessif parfois, et je comprends que ça puisse (relativement) refroidir mais je pense que l’excès de violence et de colère fait également partie du personnage. À présent, je n’aurais pas pu voir un autre acteur jouer le rôle principal de Bridal Mask. Ce rôle appartient à Joo Won.

Oh, et au cas où nous n’avions pas déjà assez de raisons d’être complètement gaga du personnage l’épisode 4 était là pour nous achever définitivement avec l’histoire de son passé avec ses parents, son frère et Mok Dan/Boon Yi. Je ne m’attendais pas à ce qu’ils révèlent cette partie de son histoire aussi tôt, mais ça venait parfaitement s’imbriquer dans le ton plus posé et plus mélancolique de l’épisode. C’est déchirant de voir à quel point il était chaleureux et doux quand il était plus jeune en sachant à quel point il est devenu cynique et désabusé à cause de toutes les épreuves qu’il a traversé. C’était un garçon privilégié à l’origine, un  » jeune maître » protégé, qui a quitté son foyer pour partir en exil, vu son père mourir, son premier amour disparaître, et tous ses rêves de bonheur qui lui restaient disparaître lorsque son frère joue la folie pour cacher son identité.

Bien sûr rien ne justifie totalement le choix de la collaboration, mais je pense que le scénariste fait un excellent travail pour le rendre complexe et humain. Et finalement ce drama va parler de deuxième chance. La plupart des fictions épiques classiques démarrent avec un héros naïf qui va découvrir le vaste monde et forger la maîtrise de son corps et la sagesse de son esprit à travers les épreuves, mais ici nous partons au contraire avec un non-héros qui a désespérément besoin de retrouver un peu de cette innocence perdue, de rêves et d’espoirs qui ne passent pas par le sacrifice de son intégrité. Dans l’épisode 4 ce qui m’a le plus touché c’est le dialogue avec son meilleur ami où il ne cesse de répéter qu’il peut, qu’il va tuer Mok Dan, premier amour ou pas, comme pour se convaincre lui-même. Et lorsqu’il la prend dans ses bras et la serre contre lui comme un noyé qui s’accroche à une branche…*dies*

Oui, cette dernière scène m’a fait frôler la crise cardiaque. Le regard perdu de Kang To est juste…gaaah. Mok Dan est tellement un personnage que j’adore : elle est pleine de ressources (lorsqu’elle se déshabille dans le placard de Shunji, haha j’ai tellement ri de la tête des deux gars), pleine de fierté et pleine d’audace (s’habiller en homme pour récupérer son précieux couteau)! Je suis vraiment impressionnée par cette femme. Je suis seulement un peu refroidie par le fait qu’elle soit le premier amour des deux hommes. Dans le cas de Kang To, ça se comprend pour le reste de l’intrigue, mais je ne vois pas l’intérêt à ce qu’elle soit aussi le premier amour de Shunji. Mais ce n’est qu’un détail. Je suis à fond dans l’histoire d’amour entre Kang To et Mok Dan ceci dit parce que la dynamique me rend nerveuse et excitée à la fois : une femme que tu aimes qui essaie sans cesse de te tuer en ne sachant pas qui tu es? Tordu, mais passionnant!

Haha, en fait dans mon histoire d’amour préférée le héros a tué le père et le frère jumeau de l’héroïne (entre autres) et elle a tué son meilleur ami et l’a détrôné (entre autres). Au rayon grands amours impossibles et tragiques, Mok Dan et Kang To ne sont pas les pires du lot (en particulier grâce à leur passé commun)…mais j’avoue qu’ils sont bien placés. Pour l’instant je suis vraiment impatiente de voir comment ils vont recoller les morceaux (pitié pas de Noble Idiotie ! Kang To a assez souffert comme ça), plus que de voir KT porter le masque de Gaksital. Mais c’est vrai que le scénario n’a pas encore abordé les raisons qui vont pousser notre justicier en devenir à se retourner contre les Japonais, et lorsque ce point sera abordé je vais peut-être changer d’avis. En tout cas pour l’instant Bridal Mask se pose comme la série de l’été, le pur drama-crack qui se manifeste en moyenne deux fois par an…et ça a juste commencé. Je crois que c’est le moment de souhaiter de toute ses forces que le drama continue d’aller en avant et ne se repose pas sur ses bonnes bases paresseusement. Pour Shunji et Rie, qui vont remplir des rôles secondaires relativement classiques, je suis intriguée mais pas spécialement enchantée de les voir interférer (mais c’est ma passion complètement subjective pour mon OTP qui parle).

Rie fait enfin son apparition dans le drama et, si je ne suis pas super excitée de la voir entrer dans la ronde folle des amours contrariés, je dois avouer que j’ai vraiment jubilé lorsqu’elle frappe Kimura et écrase les doigts de Kenji avec ses talons aiguilles. Juste pour ça, le personnage me plaît bien. Merci Bridal Mask de nous offrir une belle brochette de rôles féminins qui forcent le respect, que ce soit Mok Dan, Rie, la mère de Kang To, ou même Dong Nyun (la femme de la compagnie de cirque), pour leur courage, leur conviction et/ou leur audace! Maintenant, je ne sais pas trop à quel point Rie va devenir le stéréotype de la fille ultra-compétente qui se trouve ensuite déchirée par son amour pour le seul homme qu’elle n’a pas le droit d’aimer. J’avoue que j’ai un peu peur de la manière dont ça va être traité. Je n’ai déjà pas aimé la manière dont la première rencontre entre elle et Kang To a été filmé (en ralenti, histoire de bien nous faire comprendre qu’il s’agissait là d’une rencontre particulièrement importante pour l’intrigue) mais je suis toutefois curieuse de voir leurs prochaines interactions. D’un point de vue purement subjectif, je trouve que Shunji peut être plus intéressant à cause de son amitié avec Kang To. Je ne suis pas plus fan du triangle amoureux que ça, mais par contre, je suis intriguée du développement personnel de Shunji et de sa relation avec Kang To.

Moi aussi, et je suis en particulier curieuse des choix que va faire Shunji. Jusqu’ici il a réussi à rester complètement neutre, un peu exilé dans a petite école située (bien à propos) à l’écart de la ville. Or, chaque personne de sa famille et chacun de ses proches sont dans des camps variés, et qui plus est en guerre les uns contre les autres. Son père et son frère sont dans la police, son père fait partie des traîtres qui ont contribué à la chute et la mort du père de son meilleur ami, son amour d’enfance fait partie de la résistance, et son meilleur ami va incarner une sorte de lien entre les deux camps pour progressivement rejoindre totalement la résistance (disons que ça va probablement se passer comme ça). En fait, il a un passif encore plus lourd que celui de Kang To ! Et lors des épisodes diffusés cette semaine j’ai senti qu’il commençait à avancer vers une prise de position plus marquée. Et si je ne suis pas enchantée de voir Rie tomber amoureuse de Kang To (stay away from my OTP, woman !), j’ai envie de savoir quel a été son parcours, qu’est-ce qui l’a poussée à se retourner contre son pays d’origine (il me semble qu’elle est Coréenne), et surtout comment sa vision des choses va évoluer au fur et à mesure qu’elle va redécouvrir le pays. On peut avoir un OTP alternatif ShunjixRie ? Ou ils peuvent être amis ?

Amis me semble être une alternative plus probable qu’amants vu le penchant de la série pour les relations interpersonnelles tragiques et conflictuelles. Mais ce n’est peut être pas totalement exclu (en tout cas dans nos rêves haha). C’est assez rare je pense d’avoir affaire à un quatuor de personnages qui soit autant intéressant individuellement que dans leur relation avec les autres. J’aime le fait que Bridal Mask nous présente quatre personnages entiers avec leurs propres motivations et leurs propres intérêts et pas juste un OTP et deux personnages supplémentaires pour venir s’interposer entre eux. Dans l’absolu c’est sans doute ce qu’il va se passer, mais dans les faits, cela sera doublé d’une dimension politique et morale, ce qui rendra le traditionnel carré amoureux plus dynamique à mon sens. Mais à ce stade-là de l’intrigue, cela ne reste que des spéculations. Et au cas où ce n’était pas déjà évident, je suis toute excitée pour la suite des évènements! Du dilemme, du tragique, du sexy Joo Won, de la bromance, de la vengeance, j’en veux encore!

More, more smexy (smart & sexy) Joo Won ! J’aime bien l’ère Goguryeo, j’adore l’ère Joseon, mais les (bonnes) reconstitutions historiques qui s’attaquent à la période intermédiaire (de la fin de Joseon à nos jours) sont les plus passionnantes. Et nous n’avons pas finit d’en parler ! 

7 réflexions sur “Bridal Mask – Épisodes 3/4 : We Want it All, and We Want it Now

  1. Ca faisait depuis City Hunter que je n’avais pas ressenti ça. Une véritable obsession. Pour patienter jusqu’au mercredi-jeudi, je me regarde en boucle les épisodes déjà diffusés. J’espère juste que Bridal Mask ne me décevra pas comme l’a fait City Hunter (donc pitié : pas de noble idiotie et pas de romance qui éclipse tout le reste quand le « reste » en question était justement ce qui faisait tout le génialissime de la série!).
    L’histoire est passionnante, les décors somptueux, la musique parfaitement adaptée (à quand l’ost?!), les acteurs épatants (c’est plus qu’un plaisir que de retrouver le Joo Won torturé de KimTakGu) pour des personnages complexes comme il se doit dans tout vrai bon k-drama qui se respecte…
    2 mots : la suite !!!

    • Ah oui l’OST ! en fait je suis tellement concentrée sur le scénario que j’oublie complètement la musique (et c’est bon signe quand je ne la remarque pas d’ailleurs, ça veut dire qu’ils n’ont pas eu la main lourde avec).

      Et je ne pense pas que j’aurais le courage de regarder Baker King juste pour Joo Won, mais je considère sérieusement Ojakgyo Brothers…

  2. Moi aussi j’aime!!!
    Maintenant la présentation des persos est terminé et on va vraiment entamé (enfin on avait déjà bien commencé) mais bon on connait les relations entre les différents personnages et ça risque d’être très intéressant!
    J’ai lu quelques part que peu d’acteur ont tenter d’avoir le rôle car le personnage va devenir un membre de l’indépendance et ils ont peur de leur image pour le marché japonais (oui je sais, certaine personnes n’arrivent pas à dissocié personnage et acteur)
    Comme ceux qui sont très étonnés que Joo Won dans Bridal Mask c’est pas le même que dans 1N2D ^^’

    • Oui Joo Won prend des risques, mais heureusement tous les scripts en Corée du Sud ne dépendent pas de leur potentielle exploitation au Japon même si ça a pris une importance démesurée ces derniers temps. Je sais que ça sonne comme un souhait un peu vain, mais j’aimerais que la majorité des dramas soient produits et écrits avec des objectifs un peu moins mercantiles. Même cette histoire de live-shooting ça revient à la rentabilité =_=

      • Heureusement qu’il prend des risques! C’est comme ça qu’on devient acteur (enfin il me semble) le scénario est trop intéressant pour ne pas le prendre juste parce que peut-être son fanclub jap va un peu diminuer! Et logiquement il ne devrait pas, vu la prestation que joo Won offre, mais bon j’ai jamais réussi à comprendre les fans (surtout coréennes et japonaises)

  3. J’aurais pas dû commencer … pourquoi ai-je été faible face à Joo Won … pourquoi me suis-je dis  » Allez, un épisode c’est pas la mort » … pourquoi ne sais-je plus m’arrêter T_T
    J’en suis qu’à l’épisode 2 mais ce soir, le 3e va passer à la casserole. Je pensais pas aimer autant oO Moi qui suis habituelle moins fan des k-drama qui se veulent « intelligent », là je suis happée.
    J’ai été déçue par City Hunter (bon en même temps y avait Lee Min Oh, donc ça ne pouvait que pas fonctionner) mais j’espère sincèrement que celui-ci ne me décevra pas. Je me doute que sur 24 épisodes, il y a des risques qu’on tourne en rond une fois ou qu’il y ai un ralentissement, mais si ça continue sur cette lancée je signe et double signe *o*
    Et tout comme toi, mina, j’ai absolument pas fait gaffe (ou très très peu) aux passages musicaux. Ils sont tellement bien dosé, on est tellement happé par l’intrigue qu’en fait on n’est pas agressé. Comme ça fait du bien aux oreilles … (et file regarder Ojakyo, il est bien sympa comme drama, même si un peu long ♥)

    • Hello !
      C’est exactement le type de dramas que je vais adorer, mais je suis contente de voir qu’il arrive aussi à convaincre au-delà des fans du genre =) Je pense qu’il y a assez de matière pour les 24 épisodes. J’espère en tout cas >_<

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s