Big : Little Big Man? (Premières Impressions)

Excuse my french but : Oh. My. Fucking. God. Pourquoi tous ces dramas sont-ils alléchants hein? Il ne pouvait y en avoir un ou deux de vraiment pourris pour que je puisse les mettre de côté sans regret? Moi qui comptais rattraper mes nuits de sommeil, il semblerait que Juin ne soit pas encore le bon mois. Après des semaines de lessivages de cerveaux avec trailers après trailers, photos promotionnelles après photos promotionnelles, le tant vendu Big est arrivé sur nos écrans, pour le meilleur comme pour le pire. J’avoue avoir été refroidie par toute cette vague d’informations et par le scénario qui m’ont donnée de sérieux maux de tête. Alors maintenant que le premier épisode est sorti, est-ce que Big est si « big » qu’il le prétend?

ÉPISODE 1: EN BREF 

Gil Da Ran (Lee Min Jung) a rencontré son fiancé et docteur Seo Yeon Jae (Gong Yoo) lors d’un accident pendant un mariage d’une de ses amies. Aujourd’hui, elle est professeur remplaçante dans un lycée et rencontre sur son chemin un jeune homme (Shin Won Ho) à cause d’un échange involontaire de parapluie. Il s’avère que ce jeune homme est le nouvel étudiant transféré de Da Ran : Kang Kyung Joon.

  

La distance prof/élève est difficile à établir, Kyung Jon se révélant nonchalant et légèrement insolent. On comprend que la relation entre Da Ran et Yeon Jae n’est pas au beau fixe vu l’attitude évasive de ce dernier : il annule systématiquement leur rendez-vous, que ce soit juste un dîner en couple ou aller choisir des meubles pour leur futur maison.

  

Finalement, Da Ran explose et lui demande de lui dire s’il se marie avec elle s’il l’aime vraiment ou si c’est parce qu’il se sent obligé? Kyung Joon est témoin de cet échange téléphonique, et emmène Da Ran dans un endroit tranquille pour qu’elle puisse se ressourcer.

Yeon Jae la rappelle, lui demandant où elle est car il veut lui donner sa réponse en face. Sur le chemin, Yeon Jae et Kyung Joon (ayant laissé Da Ran seule) ont un accident en même temps et tous deux tombent dans le lac. Plus tard, on annonce le décès de Yeon Jae à une pauvre Da Ran en larmes.

  

Mais dans la salle mortuaire, le-dit Yeon Jae se redresse en sursaut et lorsqu’il se voit dans le reflet, il n’en revient pas. Il sort, sous les yeux estomaqués de Da Ran, mais il est encore plus choqué quand elle le prend dans ses bras. Il essaie de lui expliquer qu’il n’est pas Yeon Jae mais Kyung Joon (dont le corps est dans le coma). D’abord suspicieuse, Da Ran finit par devoir se rendre à l’évidence face au comportement de Yeon Jae/Kyung Joon.

COMMENTAIRES

En tout et pour tout, j’ai trouvé cet épisode divertissant et meilleur que ce à quoi je m’attendais. Moi et les soeurs Hong c’est un peu ça casse ou ça passe, et malheureusement leur dernier drama ne m’a pas laissée tant de bons souvenirs que ça. Big était donc sur une corde plutôt raide et je dois avouer que je n’étais excitée par ce drama que pour des raisons très superficielles : les abdos et le sourire de Gong Yoo, et l’adorable Lee Min Jung. Sans trop savoir où je m’en allais, j’ai alors lancé le pilote, un peu hésitant. Et, dès les premières minutes, j’ai été (encore une fois) très agréablement surprise et charmée par ce que je voyais. En fait, j’ai beaucoup aimé cet épisode, et je cherche encore à savoir pourquoi (oui, d’autres raisons que le corps post-armée de Gong Yoo). Oui parce que je me bataille toujours avec ces maudits clichés qui hantent les K-Dramas, et que, ma foi, on ne peut pas dire que Big décroche la palme de l’originalité ou qu’il se passe de tous lieux communs.

Malgré cela, il semblerait que les soeurs Hong aient décidé de faire un peu de nouveauté, et ce drama ne ressemble en rien à ce que j’ai vu de leurs précédents projets. La question sera de savoir si ça marchera ou pas, mais avec cet épisode, passé comme une lettre à la poste, je suis prête à leur donner une deuxième voire troisième semaine pour me convaincre (j’ai bien mis 4 épisodes entiers à tomber amoureuse de Baby-Faced Beauty, comme quoi, tout arrive à K-Dramaland…)

Réalisation : C+. Pas super emballée par la réalisation. Je suis un peu allergique aux utilisations de ralentis : s’ils sont réussis, c’est efficace, sinon, c’est risible. Et s’il est clair que parfois le réalisateur cherche à attirer le rire avec (comme lors de la première rencontre Da Ran/Yeon Jae), à d’autres moments, les effets cherchés sont un peu plus obscures : je ne pense pas qu’il soit normal qu’on ait envie de se moquer lorsqu’on assiste à un accident. Or, je suis désolée de vous le dire, mais je n’ai pas pu prendre cette scène au sérieux. Et je blâme la réalisation pour ça. Du côté de la bande-son, c’est pas gégé non plus, et en fait, elle passe presque inaperçue tellement elle n’a pas d’intérêt. Mais sinon, à part ça, j’imagine que c’est plutôt joli à voir et que la pluie est définitivement un élément esthétique (ça y est, je sais pourquoi on fait toujours ou presque rencontrer l’OTP sous la pluie). Rien de palpitant quoi.

Scénario : B+. Le ton du drama est étonnamment sobre et les personnages sont plein de retenue. Oui il y a du OTT de temps en temps (surtout du côté de Lee Min Jung), mais globalement, pour un drama des Soeurs Hong, l’hystérie est loin de là. Je ne sais pas si c’est une tendance générale pour les dramas de cet été car j’avais déjà fait cette remarque concernant I Do, I Do, mais c’est en tout cas une vague (très) bienvenue.

Les personnages sont des Mr et Mme Tout-le-monde ; ils ont leur grain de folie, mais rien qui ne soit rédhibitoire, ils ont ce côté humain très attachants, et surtout, ils sont plein de défauts. Gil Da Ran peut taper sur le système. Les soeurs Hong ont toujours aimé ces personnages féminins frêles, un peu simplets, maladroits et naïfs. Et celle de Big n’y échappe pas. Pourtant, elle est attachante. Pas autant que je l’aurais voulu (sa tendance à esquisser un coeur en faisant une moue de petite fille dès qu’elle parle à son fiancé ou à passer presque l’heure à dire : « Yeon Jae-sshi » peuvent finir par vraiment agacer) mais son côté tête en l’air m’amuse plus que prévu. Je suis intriguée par sa relation avec Yeon Jae car manifestement, ils ne sont pas à un niveau de confort égal et il y a quelque chose de suspicieux du côté de ce fiancé. Je pensais qu’on nous donnerait des adorables scènes d’amoureux histoire de nous faire entrer dans le pathos lors de l’accident, mais ce n’est pas du tout ça qui se produit. Au contraire, le premier épisode ne nous permet aucunement de nous attacher à Yeon Jae, mais bien plutôt à Kyung Joon.

  

Ce jeune homme est donc un orphelin dont la seule famille semble être son oncle et ayant perdu sa mère dans des circonstances tragiques. Je ne suis pas sûre de cette intrigue car j’ai peur que cela devienne un peu trop mélo à mon goût (les personnages d’écorchés vifs portant une lourde culpabilité ont rarement été ma tasse de thé) et apporterait même peut être une note un peu « too much » : j’espère que Da Ran, si elle doit devenir un intérêt amoureux, ne sera pas une sorte de figure maternelle, parce que ça, je ne pense pas que j’apprécierai.

  

Je trouve que le couple Kyung Joo/ Da Ran est bien équilibré : elle est un peu simplette et immature, lui est blasé, vif et mature. Chacun a à apporter quelque chose à l’autre : un peu d’innocence ou un peu de sérieux. Et, bien qu’avant ce premier épisode je n’aurais jamais accepté l’idée que Yeon Jae et Da Ran ne soient pas le couple principal, après cet épisode, je vous jure que mon opinion a fait un 180°C. Non pas que je sois si fan des romances noonas-dongseng (merci, on en a déjà une avec I Do, I Do), mais Da Ran et Kyung Joon vont juste si bien ensemble que je ne peux qu’encourager cette paire!

Les personnages sont jusque là sympathiques, mais j’attends encore de voir leur développement car c’est pas encore folichon. Tout comme je ne suis pas encore certaine d’où le drama va nous mener au point de vue de l’intrigue. J’ai trouvé les dialogues assez plats, et moi qui m’attendais à rire ouvertement, je me suis retrouvée à sourire, sourire, pour finir avec un serrement de coeur lorsque Da Ran pense que Yeon Jae est mort. Cependant, je suis sûre que le prochain épisode nous offrira de bons éclats de rire, maintenant que l’intrigue est partie! Je ne sais pas encore ce que je pense cet échange de corps puisque nous ne l’avons pas  encore réellement vu les conséquences, mais aux vues des images promotionnelles, cela me semble bizarre : Kyung Joon est censé être un jeune homme plus mature que son âge, or, sur les images, on voit Gong Yoo agissant en petit adolescent apeuré, fragile et immature. Est-ce que le changement de corps veut aussi dire le changement de personnalité? Je n’espère pas.

  

Casting : B+. Jusque là, du sans fautes (mais c’est parce que Suzy n’est pas encore apparue…), même si j’attends encore d’être totalement convaincue : Gong Yoo est à croquer et il est vraiment mis à son avantage dans ce drama, que ce soit physiquement (oui, il y a du fan-service, beaucoup même, qui s’en plaint?) ou du point de vue du jeu. Il n’y a rien à faire, Gong Yoo est sexy lorsqu’il est sérieux, mais lorsqu’il joue la comédie, je n’ai plus aucune résistance. Il a su parfaitement tracer une ligne distincte entre Yeon Jae et Kyung Joon, et c’est plutôt tordant à voir. De son côté, Lee Min Jung apporte un vent frais dans Big, avec un sourire toujours aussi honnête (cela dit, si elle pouvait arrêter d’être aussi hystérique, je ne l’aimerais que plus). Il faut aussi dire que j’ai un amour presque illimité pour cette actrice depuis Smile, You et Cyrano Dating Agency, donc l’objectivité : un zéro pointé. Je ne peux pas cependant ne pas voir qu’elle surjoue – et beaucoup – et j’espère qu’elle se ressaisira rapidement. Mais la révélation de ce drama, c’est ce petit jeunot sorti de nulle part (bon d’accord, pas de nulle part, il a joué apparemment dans Bachelor’s Vegetable Store – un drama que je n’ai pas vu et que je ne verrai sans doute pas) et qui s’en sort remarquablement bien : Shin Won Ho. Non seulement il est mignon comme tout mais son jeu est tout dans la retenue et il a une alchimie incroyable avec Lee Min Jung (et c’est pour ça que j’ai tout de suite embarquée dans leur couple!). La première scène était juste trop adorable, même si convenue. Les acteurs secondaires ne sont cependant pas en reste et je retrouve avec plaisir Ahn Seok Hwan (qui joue aussi dans Bridal Mask) dans un rôle de gentil cette fois ou encore Moon Ji Yoon que je n’ai pas vu depuis Delightful Girl Choon Hyang.

  

Verdict : Okay/Good Kimchi. Big pour l’instant n’est pas si big que ça : ce n’est ni une catastrophe, ni une perle rare. Son pilote m’a fait le même effet que celui de I Do, I Do au sens où il a réussi à piquer ma curiosité. Ce n’est pas un démarrage sur les chapeaux de roue et un coup de foudre immédiat comme pour I Do, I Do, le premier épisode de Big étant plus maladroit que maîtrisé, mais il a vraiment un charme propre que j’espère voir maintenu tout le long des épisodes. J’ai vraiment aimé le fait que malgré la folle situation, Da Ran choisit de croire en l’échange des corps (comme le suggère leur dernière conversation) et je ne peux que me demander ce qu’il va se passer à présent. De plus, une sorte de mystère plane autour de la relation Da Ran/Yeon Jae : pourquoi ils se marient alors que Yeon Jae ne semble pas amoureusement impliqué dans la relation, et quelle était la réponse à la question de Da Ran (je pense qu’il allait la quitter, mais le doute subsiste aussi). Malgré mes grandes réserves sur le scénario et la réalisation, le charme opère doucement et je reste curieuse de voir comment cette affaire va tourner. To be continued.

Advertisements

2 réflexions sur “Big : Little Big Man? (Premières Impressions)

  1. Décidément c’est la mode en ce moment les échanges de corps/esprit. Bon quelques épisodes peut-être pour voir Gong Yoooooo ^^ mais c’est tout parce que pour l’instant Big ne m’emballe que très moyennement (mais non je suis pas sous l’influence magique et addictive de Queen in H’s M… Bon d’accord, si ) Mais peut être que grâce à tes articles, je me laisserai convaincre de le suivre jusqu’au bout, qui sait ?

    • Oui, ce genre de scénario commence à perdre de son souffle, et je suis moi-même un peu fatiguée de retrouver toujours les mêmes thèmes : romances noona-dongseng, échange de corps, prof/élève etc.
      Et je comprends que lorsqu’on est addict de Queen in Hyun’s Man, on ne peut que trouver Big sans saveur =P.
      Cela dit, je croise les doigts pour que les prochains épisodes soient meilleurs car je pense que Big a du potentiel pour être fun (à défaut d’avoir le potentiel pour être la meilleure comédie romantique de l’été)…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s