Hotaru no Hikari – Épisode 9 : Neuvième nuit

 

Vous savez, le plus triste là-dedans, ce n’est pas qu’Hotaru et Buchou cessent de cohabiter ensemble, c’est que Buchou soit encore la personne laissée derrière. D’abord par sa femme, qui l’a quittée pour un autre, et Hotaru, qui l’abandonne, seul, dans cette maison dont le porche était devenu un rendez-vous quotidien, où la bière était reine, et où les grandes discussions/confessions étaient de mise. Bon, alors, quel est le menu du jour? En entrée : Hotaru prend conscience de l’importance des moments qu’elle a passé avec lui ; en plat de résistance : Buchou ne fait rien ; et au dessert : Makoto fait son caca nerveux. Autant vous dire qu’être à table avec ces trois en même temps, c’est pas la joie. Mais rendez-moi mon couple Hotaru/Buchou!

L’envol de la luciole

Hotaru est sous le porche. Elle montre à Buchou les photos qu’elle a prises avec Makoto lorsqu’ils sont allés au parc d’attraction, avouant qu’avant d’avoir rencontré ce dernier, elle pensait c’était quelque chose d’idiot.

Mais lorsqu’elle l’a fait elle-même, elle s’est rendue compte à quel point ça pouvait rendre heureux. Grâce à Makoto, elle s’est rendue compte qu’elle était normale, et surtout, qu’elle était une fille comme les autres.

  

Et le flashback de Makoto lui tournant le dos lui revient. Elle se met à pleurer et Buchou lui prête son épaule (aww). Il lui dit que ce n’est pas comme si c’était fini et qu’elle peut continuer de faire son mieux.

Le lendemain, elle tente de dire bonjour à Makoto qui l’ignore superbement devant ses collègues. Plus tard, ils se demandent s’il l’a quittée et l’un d’eux montre une photo prise par Kaname hier montrant Hotaru en himono-onna.

  

Lorsque Buchou rentre le soir, il a la surprise de trouver Hotaru en train de faire le ménage : devant son choc elle lui explique qu’elle ne peut pas s’attendre à ce qu’on l’accepte si elle ne change pas. Par conséquent, elle va faire des efforts à la maison aussi. Mais le choc continue : Hotaru boit sa bière dans un verre!

  

Buchou annonce à Makoto qu’il a gagné le concours de mobilier, mais tout comme il a ignoré le salut d’Hotaru la veille, il ignore les félicitations qu’elle lui adresse (t’as quel âge? 10 ans?).

Les collègues masculins se demandent si Teshima a quitté Hotaru parce qu’il l’a vue en jogging et ils sont tous d’accord pour dire que ce genre de vêtement ne devrait pas être porté, surtout autour de son lieu de travail. Mais Kaname coupe court à la conversation en prenant la défense d’Hotaru.

  

Le soir, Hotaru envoie des messages à Makoto, se désespérant de ne pas avoir de réponses, malgré les tentatives de Buchou de lui expliquer qu’elle n’est pas censée envoyer autant de messages à la minute. Au travail, Hotaru est totalement ailleurs, sous les yeux inquiets de Buchou.

Le soir, alors que le dernier employé s’en va, Buchou se rend compte qu’Hotaru n’est pas là, mais qu’elle a laissé son sac et son portable sur son bureau. Et elle n’est pas à la maison non plus. Ni dans sa chambre. Ni dans la salle de bain. Et à une heure du matin, elle n’est toujours pas rentrée.

  

Il essaie de se raisonner en se disant qu’elle est juste en train de boire un verre avec un collègue ou un ami. Finalement, il décide de regarder dans sa boîte de réception pour vérifier si quelqu’un lui a donné rendez-vous : non.

  

Soudain, le téléphone sonne, et Buchou répond avec hésitation : c’est le vidéo-club qui la prévient qu’il faut qu’elle rende les dvd hentai car la facture augmente de plus en plus (haha).

Nous retrouvons ensuite Hotaru est seule, quelque part : a-t-elle fugué? Elle médite : « dans le monde, il y a deux sortes de personnes, ceux qui ont tendance à être enfermée dans une salle de réunion et dans un débarras, et ceux qui ne le sont pas. J’appartiens à la première catégorie ». Haha.

Pendant qu’elle faisait sa livraison de bière, les employés de chantier sont partis sans se rendre compte qu’elle était encore là.

  

Mais Hotaru ne se laisse pas abattre, et elle se couche sur un carton, utilisant comme à son habitude du papier journal pour se couvrir. Sa dernière pensée est alors pour Buchou : « est-il en colère contre moi? ».

  

Non, Buchou n’est pas en colère contre toi, mais il commence à être franchement nerveux d’inquiétude car le lendemain, toujours aucune trace d’Hotaru. Ses collègues trouvent cela louche car c’est la première fois que quelque chose comme ça arrive : tout le monde décide de partir à sa recherche.

  

En bon patron, Buchou rappelle que tout le monde a du travail et qu’ils ne peuvent pas quitter leur poste comme ça (bien qu’on se doute bien qu’il est le premier à vouloir partir à sa recherche). Cependant, tout le monde insiste, et les voilà dispersés aux quatre coins de la ville.

  

Hotaru se réveille et se demande pourquoi personne n’est arrivé : c’est vendredi, le jour de congé pour les employés de construction. Oups. Au moment où elle se demande si Makoto viendra la secourir, la porte du garage s’ouvre enfin sur Shouji, Yamada, et un Buchou passablement excédé.

  

Celui s’avance vers elle, tandis qu’elle se recroqueville, attendant la pluie de reproches : « Qu’est-ce que tu faisais espèce d’idiote! », et il la prend dans ses bras. Et tout le monde se fige de surprise (Yamada frappe deux fois l’épaule de Shouji hahaha).

  

« 24 580 yen, ta facture de films hentai ». Hahaha. Il appelle ses employés pour leur dire d’arrêter les recherches : on a retrouvé la fugueuse. Hotaru s’excuse pour avoir inquiété tout le monde. Yamada propose de déposer Hotaru chez elle, et elle demande à Buchou : « est-ce ça te dérange si je vais chez toi? ». Haha.

  

Yamada avoue que c’est Shouji qui le lui a dit car il était inquiet au sujet de Mr Manager : « c’est le genre d’homme qui n’admet pas qu’il se sent seul, même lorsqu’il l’est. C’est le genre d’homme qui cache ses véritables sentiments ».

Yamada conclue, voyant qu’Hotaru ne saisit pas : « Buchou t’aime ». Hotaru lui répond directement : « je l’aime aussi » (hahaha). Yamada précise : « non, il est amoureux de toi, comme un homme aime une femme », puis elle dit en soupirant qu’elle ne semble rien avoir compris, même après qu’il l’ait prise dans ses bras.

  

Hotaru lui dit que ça n’a rien à voir et que Buchou est plus comme un papa lion qui pousse son bébé dans la jungle, ou un papa oiseau qui apprend à son bébé oiseau à voler, mais Yamada la coupe : a-t-elle eu des nouvelles de Makoto?

Et devant la mine déconfite d’Hotaru, Yamada lui dit qu’elle ne compte pas lui faire la morale mais qu’elle espère qu’elle pourra avoir une bonne discussion avec lui. Elle lui rappelle ce qu’elle lui a déjà dit : il n’y a pas de « bonne » réponse en amour.

  

Buchou fait des heures sup au bureau, rejoint par Shouji. Ils discutent de leur différence d’attitude lorsqu’ils étaient mariés : Shouji faisait passer sa famille en premier, et le travail en second, Buchou le travail en premier, sa famille ensuite.

Ce dernier remarque en riant que ni l’une ni l’autre n’a conduit à un mariage heureux. Avant de partir, Shouji lui fait remarquer qu’il n’y a pas grand monde avec qui on peut être aussi confortable.

  

Hotaru repense aux paroles de Yamada, mais elle est interrompue par Buchou qui, comme à son habitude, rouspète dès qu’il est levé. Haha. Il lui demande avec surprise où est passé son kimono qu’il avait posé sur la chaise. Hotaru répond que pour s’excuser, elle a fait la lessive.

Mais Buchou est loin d’être reconnaissant dans la mesure où le tissu est fragile et déteint facilement et s’arrête…avant de courir vers la machine à laver.

Et…l’eau est bleue. Hahaha.

Buchou : Pourquoi avoir fait ma lessive?
Hotaru : Comme je le disais…je voulais m’excuser…
Buchou : En créant d’autres occasions de t’excuser. Ne touche plus jamais à ma lessive. Hah.

  

Mais Hotaru n’en a pas fini avec Buchou, car à travers la fenêtre de sa chambre elle lui demane : « Mr Manager, lorsque tu étais un petit garçon, tu n’aurais pas été le genre à embêter la petite fille dont tu étais secrètement amoureux par hasard? » (HAHAHA, dans le mille Hotaru!)

  

Et égal à lui même, Buchou répond : « lorsque j’étais petit, c’étaient toutes les petites filles qui étaient amoureuses de moi. Désolé, mais contrairement à toi, je n’ai pas perdu mon temps ». Haha.

  

Buchou, la voyant allongée dans le porche, une brioche à la main, lui demande alors (en l’appelant Ahomiya) où est passée Hotaru-celle-qui-voulait-faire-un-effort en faisant semblant de la chercher sous la table et autres endroits improbables. Hahaha. Hotaru se réfugie alors dans sa chambre en grommelant «  est-ce que c’est comme ça que tu traites la femme que tu aimes? ». Heh.

  

En regardant son agenda, elle se rend compte que Makoto revient aujourd’hui : elle lui envoie alors directement un message, lui demandant comment était son voyage. Mais Makoto n’est toujours pas décidé à faire la paix, et continue sa conversation avec Kaname, lequel veut de toute façon discuter d’Hotaru : « si les rumeurs selon lesquelles tu as quitté Hotaru parce que tu l’as vue habillée comme ça, je dois dire que je suis un peu furieux contre toi pour être aussi superficiel ».

Enfin, nous connaissons la réelle raison pour laquelle Makoto est en colère : ce n’est pas à cause du jogging, mais c’est parce qu’elle était avec Buchou, et qu’elle lui a semblé tellement confortable, tellement différente de celle qu’il connaît d’habitude que ça l’a agacé.

  

Toujours allongée sur le plancher, Hotaru envoie un message à Buchou : « Entre Ahomiya et Amemiya qui essaie de faire des efforts, laquelle préfères-tu? ». Et Buchou (*___* en chemise blanche) lui répond : « je t’aime telle que tu es ». (!!!!)

Hotaru se relève brusquement, mais elle n’a pas lu le message en entier : « …c’est ce que j’espère Teshima te dira ». (Oh, Buchou! Ne pourrais-tu pas être honnête!)

  

Kaname dépose Makoto près de la maison d’Hotaru. Entre temps, Hotaru sort de la maison et croise Buchou qui revient de l’épicerie :

Hotaru : Oh, Buchou! Je vais acheter deux-trois choses : Amemiya-celle-qui-veut-faire-des-efforts a décidé de faire un curry!
Buchou : Ah? Manager-Takano-celui-qui-peut-faire-n’importe-quoi-sans-aucun-effort, va faire un curry également. (lol Buchou!)

Et bien sûr, Makoto arrive sur les échanges toujours aussi confortables entre les deux : Uh oh. (bon d’accord, je me sens un peu mal pour lui).

  

Il lui demande alors si Otaka (la vieille dame avec qui Hotaru lui a dit qu’elle habitait) était un mensonge. Et comme d’habitude, Teshima n’attend pas les explications, et tourne le dos (rhaaa). Buchou le rattrape et lui demande de rentrer à l’intérieur pour discuter.

  

Une fois assis, il lui explique : Otaka est un mensonge qu’il a lui-même forgé et il a demandé à Hotaru de mentir…mais Hotaru l’interrompt, admettant que le mensonge vient d’elle. Buchou ajoute que la maison appartient à ses parents et qu’Hotaru était celle qui y habitait d’abord. Seulement, après s’être séparé de sa femme il n’avait pas d’autre endroit où aller, et elle a, à sa demande, accepté de lui donner une chambre. Il finit en disant que c’est de sa faute d’avoir voulu garder l’affaire secrète, et il s’excuse poliment.

Makoto laisse éclater cependant sa jalousie : Hotaru a l’air si confortable et heureuse lorsqu’elle est avec lui, et il (Buchou) est différent de lorsqu’il est au travail. Celui-ci le coupe en lui disant qu’il est naturel qu’il soit différent au travail et à la maison, et Makoto enchaine : « et pour la douche, les repas, faisiez-vous ces choses-là ensemble? » (Hm, Makoto, que veux-tu savoir, exactement? Si Buchou frottait le dos d’Hotaru dans son bain? Non mais franchement…)

Buchou rit légèrement et se contente de lui dire que ça n’a rien à voir avec ce qu’il est en train d’imaginer.

Makoto a une dernière question : « qu’est-ce que tu ressens pour elle? ». J’adore la réponse de Buchou (Buchou!!) : « Amemiya est ta petite amie, je ne l’ai jamais oublié, ne serait-ce qu’un seul instant ». Et il se retire de la conversation en disant ces derniers mots : « félicitations pour le concours ».

  

Une fois seule, Hotaru s’excuse encore une fois : il n’y rien entre elle et Buchou. En fait, elle l’irrite tout le temps, donc il s’assoit toujours à côté d’elle, sous le porche, à l’écouter, la disputer, la conseiller (gné, jeune fille, est-ce que c’est ça que tu appelles « n’avoir rien » entre toi et lui?) : c’est grâce à Buchou qu’elle a trouvé le courage de se confesser.

  

Makoto lui dit alors qu’il est prêt à tout accepter chez elle, car il l’aime telle qu’elle est ; cependant, à ses côtés, il y a toujours eu Buchou. Il finit par s’excuser, et sans finir sa phrase il s’en va (rhaaaaaaaa). Hotaru lui court après : elle était sérieuse à propos de vivre avec lui, ses sentiments sont parfaitement sincères.

Elle lui demande de la croire. Makoto lui répond simplement qu’il l’aime, c’est pour ça qu’il veut la croire. Il poursuit en lui demandant si elle peut quitter cette maison le plus vite possible pour venir habiter chez lui. Ce qu’elle accepte.

  

Le téléphone de Buchou sonne : c’est Hotaru. Et ils ont une conversation de couple : « ne m’attends pas, tu peux manger le curry »,  « j’ai encore du travail », « tu vas rentrer tard? ». (sérieusement, comment peut-elle être aveugle à ce point?). Elle annonce à Buchou qu’elle déménage demain.

  

Alors qu’elle mange le curry, Buchou la rappelle pour savoir à quelle heure exactement elle part. Leur ton de voix est clairement triste, alors qu’Hotaru l’assure qu’elle reviendra le voir de temps en temps.

Buchou lui demande de ne pas oublier…l’argent qu’elle lui doit pour les DVD. Et lorsqu’elle raccroche brusquement, Buchou continue : « s’il te plaît, ne m’oublie pas ». Oh…Buchou…pourquoi tu ne le lui as pas dit ça avant? Baka, baka, baka!

Le lendemain, Buchou pique encore une crise matinale lorsqu’il voit que ses cartons sont loin d’être faits. Et se met en tête de l’aider afin qu’elle soit à l’heure.

Et grâce à lui, le tout est empaqueté avec succès. Il lui dit de ne pas oublier sa brosse à dent, et Hotaru lui répond qu’elle ferait peut être mieux de la laisser là si elle veut revenir de temps en temps.

Buchou lui réplique alors qu’elle peut bien faire ce qu’elle veut, mais qu’il ne sera plus là, et la maison non plus car elle risque d’être détruite pour être remplacée par un bloc d’immeuble. Hotaru est sous le choc, mais Buchou ne lui laisse pas le temps de s’apesantir dessus, elle a encore beaucoup de cartons à faire.

  

Avant de partir, elle laisse l’argent qu’elle doit à Buchou sur la table, et les deux partagent une dernière fois une bière sous le porche.

Elle lui demande s’il compte habiter seul :

Buchou : Oui, mais peut-être qu’une tonne de femmes viendra grouiller autour.
Hotaru : Je suis sûr qu’il y a plein de femmes qui veulent être avec toi : lorsqu’on te regarde bien, tu es bel homme.
Buchou : Tu es mignonne aussi…lorsqu’on regarde VRAIMENT très bien. (hah.)
Hotaru rit : J’aurais dû t’embrasser au moins. (!)
Buchou : Oui. (!)

Le temps du départ est arrivé. Il lui dit alors ces derniers mots : « félicitations à lui pour t’avoir acceptée telle que tu es, le porche sera parti, cette maison sera partie, il n’y aucun lieu où tu pourras retourner, chéris ta nouvelle vie ».

Hotaru fait ses adieux et s’en va, ce qui fait sourire Buchou qui murmure qu’ils vont se voir de toute façon demain au bureau (hah.). Mais Hotaru revient en courant pour lui dire que cet été a été son meilleur.

  

En fermant la porte, elle jette un dernier regard vers la maison, et est prise d’une soudaine envie de pleurer.

  

Et sur le chemin vers la maison de Makoto, elle repense à tous les moments passés avec lui, de sa rencontre à ses conseils, en passant par ses reproches.

Elle tente de se reprendre, et sèche ses larmes pour aller à la rencontre de Makoto.

REMARQUES 

Est-ce que je peux zigouiller Makoto s’il vous plaît? Il partait déjà avec un handicap, mais son attitude dans cet épisode était au summum de l’agaçant. Et malheureusement, Kazuki Kato et son jeu limité n’arrange absolument rien (mais rien!) à l’affaire : s’il pouvait arrêter de tirer une gueule d’enterrement, ce serait bien. Ah et aussi : que quelqu’un donne des vitamines à ce jeune homme! Le pauvre, j’ai l’impression qu’il va s’écrouler d’une minute à l’autre tellement il manque d’énergie. Mais sa mollesse à part, ce qui m’énerve le plus c’est sa lâcheté et le fait qu’il saute tout de suite à la conclusion, sans jamais faire face à Hotaru ou à Buchou qui prennent la peine de lui expliquer de front la situation. Je déteste lorsque le personnage soulage le poids qu’il a sur son coeur sans prendre en compte le fait que la personne en face a certainement quelque chose à lui dire aussi : lorsqu’il voit Hotaru en bas du bâtiment avec Buchou, il la fusille du regard, et part en courant ; lorsqu’il voit Hotaru et Buchou devant leur maison, il dit trois mots, et il tourne le dos ; lorsqu’Hotaru décide de le confronter, il commence une phrase, et finalement préfère une sortie plus théâtrale en partant sans la terminer. Et puis, c’est quoi cette attitude de gamin?  Je ne suis pas content, donc je ne te parle plus et je t’ignore, même lorsque je suis sur mon lieu de travail. Quel manque de professionnalisme…s’il n’est pas capable de donner le change au bureau, inutile de vouloir sortir avec sa collègue, franchement. De plus, je déteste son attitude possessive : il prétend que c’est parce qu’il veut être le premier dans sa vie, mais en réalité, il ne supporte pas que ce soit un homme qui soit le meilleur confident. Si elle avait habité avec Yamada, ou si elle lui avait dit que c’était grâce à Yamada qu’elle avait réussi à se confesser, il n’aurait jamais réagi de cette manière. La seule raison pour laquelle il a agit de comme ça est parce qu’il s’est soudain senti menacé sur le terrain viril des testostérones. Homme et femme = amis = impossible, homme forcément rival. Grrrr.

Sinon, c’est un épisode triste pour nos deux personnages préférés, Hotaru et Buchou souffrent de leur côté : Buchou ne compte pas retenir Hotaru (pourquoi faire? Elle est censée emménager avec l’homme qu’elle aime), tandis qu’on apprend à Hotaru les sentiments que Buchou lui porte, mais celle-ci reste totalement aveugle de sa propre attirance pour lui : à la fin seulement elle se rend compte de la place énorme qu’il a dans son coeur (sans pour autant se dire que c’est de l’amour, il s’agit d’Hotaru hein). Buchou manque beaucoup d’honnêteté envers elle (et pas envers lui je pense), mais je comprends également ce choix : il veut le meilleur pour elle, et pense que celui-ci s’appelle Makoto (naaaaan!). 

Et puis, vous savez quoi? Nous sommes à un épisode de la fin, et la relation Buchou/Hotaru est restée la même depuis le début. La même! Bon d’accord, pas tout à fait, mais tout ça reste affreusement platonique : et c’est quoi ce semi-flirt à la fin? Rha, frustration!

Le moment mémorable : Hotaru-Buchou-Makoto autour de la même table : virez l’intrus ou je fais un scandale.

Publicités

4 réflexions sur “Hotaru no Hikari – Épisode 9 : Neuvième nuit

  1. Aaah mais c’est l’épisode du HUUUG >_< c'est tout ce que j'avais retenu en fait (oui mon cerveau a littéralement expulsé Makoto) J'ai du hurler quelque chose comme "YEAH SKINSHIP" \(^o^)/ devant mon écran après m'être remise du choc =D

    • Haha! Mais Makoto est à expulser de toute façon tellement il est chiant! Il rentre sans aucun souci dans la catégorie Non-Second-Lead-Syndrome voire pire rival EVER (avec l’autre mou du genou de Miss Kim Million Dollar’s Quest). Et enfin une démonstration OUVERTE de l’affection qu’il porte à Hotaru (et 9 épisodes plus tard…!) – mais en fait, ce qui m’a le plus marquée au second visionnage, c’est lorsque Yamada frappe Shouji tellement elle est choquée –> Hahah!

  2. J’admire la faculté que tu as à faire des commentaires comme si s’était ton premier visionnage …
    Ce Jdrama fait partie de ceux que j’ai le plus appréciés, mais est aussi certainement celui qui contient le plus d’épisodes bien frustrant (long vacations aussi dans le genre est pas mal…). Et ce qui est drôle, c’est que je viens de me rendre compte que je ne sais plus comment il se termine… (avais-je pensé « il faudrait une troisième saison »?)

    • Haha, pour ma défense, je ne peux que dire que mon premier visionnage d’Hotaru no Hikari remonte à quelques années, du coup ma mémoire est loin d’être très précise. En fait je me suis rendue compte que j’avais oublié la moitié des évènements, bien que l’impression générale concernant la série soit extrêmement positive. Du coup, faire des récaps est une bonne manière de se replonger totalement dans la série, épisode par épisode, si bien que finalement, j’ai l’impression de la voir pour la première fois (mais si à la relecture d’un livre on ne lit jamais exactement la même chose, n’en est-il pas de même pour les séries revisionnées?)…Bon bien sûr, être naturellement dotée d’une mémoire de poisson rouge facilite beaucoup la tâche =)
      Par exemple, j’avais complètement oublié à quel point la romance entre Makoto et Hotaru traînait des pieds et était une telle source de frustration…
      Et Hotaru no Hikari, ça ne se termine jamais ^_^. On va voir si le film va clore de façon satisfaisante la saga…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s