Hotaru no Hikari – Épisode 3 : Troisième nuit

Cet épisode n’était pas mon préféré au niveau humour, mais il est certainement intéressant en ce qui concerne la construction des liens entre les personnages et l’approfondissement de certains. Il y a une volonté de la part du scénariste de mettre au second plan le comique pour donner un peu plus de chair aux personnages : ainsi nous avons une Hotaru qui espère, baisse les bras et doute, une Yuuka qui se révèle un peu plus intéressante que ce que les deux autres épisodes ne laissaient croire, un Buchou passablement triste et une relation Hotaru/Buchou plus sincère.

La tortue qui marchait à reculons.

Et donc nous retrouvons Hotaru en boule dans son lit, mourant d’embarras après avoir envoyé un message compromettant à Makoto. Buchou soupire avec une tête de « quoi, c’est juste ça? », laisse son portable sur son dos et tourne les talons. C’est à ce moment crucial que celui-ci se met à sonner et Hotaru crie hystériquement Buchou à l’aide.

 

Elle se met à ramper jusque dans le salon en le suppliant de prendre le téléphone et de lire le message qu’elle vient de recevoir. il refuse d’abord, lui rappelant une des clauses du traité de cohabitation : ne pas lire le courrier des autres et ne pas ouvrir leurs colis respectifs. Mais elle insiste que la situation est différente puisqu’elle lui donne l’autorisation de le faire. Résigné, Buchou prend le téléphone et synthétise ce qu’il lit : il y a quelque chose qu’on veut lui dire. Puis il s’éloigne, talonné bientôt par Hotaru qui tient son téléphone comme s’il était un produit chimique dangereux.

Elle lui demande s’il n’y avait vraiment que ça d’écrit, et Buchou répète qu’il y a quelque chose qu’on veut lui dire, qu’on l’attendra dans la salle de meeting et qu’il faut qu’elle se presse. Hotaru devient toute excitée à la familiarité de ce message et dit à voix haute que Teshima Makoto est plus énergique qu’il n’y paraît. Or il s’avère que le message n’est pas de Makoto mais de Kaname (aww mais dis-le plus tôt Buchou!) ce qui brise instantanément les illusions de notre petite Hotaru. Cependant, elle n’a pas le temps de dire quoique ce soit car le téléphone de Buchou sonne : c’est Teshima. Elle laisse échapper une exclamation de surprise, ce qui oblige promptement Buchou à lui couvrir la bouche de sa main.

À la fin de l’appel, il rapporte à Hotaru que Teshima va voir directement les clients et que, par conséquent, Hotaru ne le verra pas au travail. Puis il la chasse de sa chambre car il voudrait bien se changer à présent. 

Au travail, elle se rend à la salle de meeting, où l’attend Yamada…et Kaname que l’on ne voit pas parce-qu’il est caché derrière elle (haha). Yamada explique sa présence par le fait que Kaname est venu lui demander conseil pour quelque chose de vraiment stupide : il veut faire un couple dans le département dans lequel ils travaillent. Kaname l’interrompt et comme à leur habitude, ils commencent à se disputer. Il finit par expliquer qu’ils ont décidé d’organiser une soirée et demande à Hotaru de l’aider. Sans trop réfléchir et sans trop comprendre ce qu’il se passe, elle accepte.

Les collègues se pressent devant l’affiche de la fameuse soirée et se demandent quel est la différence entre une fête dont l’issue est de se mettre en couple et un rendez-vous arrangé. Yamada explique que pour le rendez-vous arrangé, il s’agit de trouver l’amour en dehors du travail or cette soirée est faite pour trouver l’amour au sein du bureau. Elle annonce que les organisateurs de l’évènement seront Kaname et….tiens, où est Hotaru? Sur le toit, allongée par terre, se demandant pourquoi elle doit être organisatrice. Elle est rejointe par Makoto, ce qui la fige complètement.

  

Elle inspire profondément, et fait comme si elle faisait de l’exercice  et…oh! Makoto! (haha) Celui-ci lui dit qu’il a reçu son message. Hotaru trouve une excuse et lui dit qu’elle voulait juste savoir comment se passait la rénovation, ce n’était qu’un message professionnel.  D’après l’expression de Makoto, on ne sait pas s’il la croit réellement, mais il affiche quand même un air déçu en lui faisant part du fait que son message l’a rendu heureux.

 

Cette confession la fige instantanément, et pire, la fait fuir. Lorsqu’elle comprend ce qu’il vient de lui dire, elle exulte de joie et se dit que c’est une bonne occasion de lui parler. Mais bien sûr, lorsqu’elle retourne sur ses pas, Makoto n’est plus là.

 

En colère contre elle-même et très déterminée à lui réparer ses maladresses, elle se dirige d’un air décidé vers le bureau de Makoto où elle demande à voir les dessins de rénovation. Il les lui tend avec fierté et il attend avec impatience les compliments et les mots d’enthousiasme d’Hotaru…qui ne viennent hélas pas car dès le moment où elle croise les yeux de Makoto, elle perd ses moyens et ne peut que fuir à reculons. Double échec. Kaname arrive alors avec un sac et lui annonce que c’est avec ce matériel qu’ils vont faire le divertissement.

  

Après le travail, Buchou retrouve Shouji dans un restaurant. celui-ci a appris qu’une soirée est en préparation et envie Buchou. Il confie à son ami qu’en réalité cet évènement est fait pour mettre Yuuka et Teshima ensemble. Buchou regarde le sac que Shouji a apporté et qui contient des lunettes de soleil et une perruque blonde. Shouji confesse : il a reçu un appel de sa femme qui lui a demandé où Buchou a déménagé et il a répondu qu’il était à l’appartement de ses parents. Donc il est possible qu’elle passe sans prévenir. Oups. 

  

Buchou passe immédiatement un appel pour prévenir sa colocataire…mais Hotaru, affublée d’un drôle de costume, est en ligne vidéo avec Kaname qui lui demande d’exécuter une danse folklorique : la danse de la loche (la loche est un poisson) ; ce qui ne la tente pas des masses.

Mais Kaname lui demande de ne pas l’abandonner, et les voici qui recommence à s’entrainer. Pendant ce temps-là Buchou essaie toujours de joindre Hotaru et, trop inquiet, il se lève et annonce à Shouji qu’il rentre chez lui. Avant qu’il s’en aille, Shouji le prévient que si sa femme vient chez lui, elle risque de lui apporter les papiers de divorce, il lui conseille alors de ne pas les signer facilement afin de pouvoir se réconcilier avec elle.

Retour à l’appartement, Hotaru répète toujours mais elle est fatiguée de ce petit jeu et lui dit qu’elle continuera plus tard.

  

Dès que Kaname a raccroché, son téléphone sonne : Buchou lui demande ce qu’elle faisait et présume qu’elle est habillée comme d’habitude ; ce à quoi Hotaru répond en regardant ses habits pour la danse: non, pas comme d’habitude ; il sourit et lui demande de ne pas se changer parce qu’il n’aime pas son jogging. Il poursuit en disant qu’il est sur le chemin et qu’il pense arriver à temps, mais que sa femme risque de passer et….Mais Hotaru l’interrompt en lui disant que ça sonne à la porte, et lui raccroche au nez. Haha. Hotaru va répondre à la porte tandis que Buchou court sans doute son sprint le plus rapide de sa vie.

  

Buchou arrive, mais sa femme n’est pas là. Pfiou. Puis il remarque Hotaru, allongée par terre et fait une remarque sur son accoutrement. Ce à quoi Hotaru répond en toute innocence que c’est lui qui lui a demandé de ne pas se changer. Elle explique qu’elle était en train de s’entrainer pour la soirée. Et Buchou lui demande si elle l’a rencontrée en faisant sa danse de la loche ; Hotaru ne comprend pas et il demande si elle est venue ; Hotarau hoche la tête, et inquiet, il lui demande ce qu’elle a fait. Hotaru ne comprend pas pourquoi il est si alerte, et elle répond avec indifférence qu’elle a juste signé pour lui. Et lui (et nous) : 0_0. Il s’apprête à se jete sur elle, mais Hotaru lui montre un paquet et lui demande si elle peut l’ouvrir parce-qu’elle pense que ça vient de Bontaro, le père de Buchou. Enfin nous comprenons :  c’était juste une livraison.

 

Il lui donne le feu vert pour l’ouvrir et dans sa bonne humeur, il met la perruque et les lunettes de soleil pour lui montrer qu’elle pourrait utiliser ça pour la soirée également. (haha) Mais Hotaru est trop occupée à ouvrir le paquet pour écouter Buchou, et trouve à l’intérieur des cartes postales et des lettres ; elle commence à lire à voix haute: « Je suis en ce moment à Kanazawa pour mon stage préparatoire. Les flocons de neige tombant du ciel me transperce comme des fragments de solitude ». Buchou s’arrête, et regarde Hotaru avec horreur. Celle-ci continue à lire : « Je veux voir ton sourire. Le choc de mon cœur… » Il intervient en rectifiant : ce n’est pas le choc, mais le shutter, comme pour l’appareil photo.

  

Mais Hotaru ne l’écoute pas et il lui enlève la carte des mains. Il explique qu’avant c’était populaire, ça venait d’une parole de chanson. Hotaru réalise alors que c’est Buchou l’auteur de cette carte et il confirme en lui disant que c’était il y a très longtemps, quand il sortait avec sa femme. Hotaru regarde la boîte pleine et lui demande si toutes ces lettres sont des lettres d’amour qu’il a écrites. Et…oui. Buchou est en choc : elle lui retourne ses lettres. Il change de sujet en lui demandant pourquoi elle a ouvert le paquet en lui rappelant la règle du traité de cohabitation : celle-là même qui a été évoquée au début de l’épisode. Et la réaction d’Hotaru est la même (il lui a donné la permission!). Il prend un air boudeur en lui faisant remarquer qu’elle n’avait pas besoin de les lire à voix haute.

  

Hotaru demande si elle aurait dû le lire à voix basse alors, ce à quoi Buchou répond que là n’est pas la question. Elle s’emporte en lui demandant quel était le problème dans ces cas-là, le « choc » de son cœur? Elle continue en lui disant que ce n’est pas parce qu’il l’a mal orthographié qu’il doit la traiter d’insensible. Buchou est perplexe : comment ça, mal orthographié? Hotaru lui montre alors qu’il a écrit « choc » au lieu de « shutter ». De mauvaise foi (haha), Buchou nie et en profite pour lui affirmer qu’elle est l’insensibilité personnifiée. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle finit par ne pas réfléchir et accepter d’être organisatrice pour un événement dont elle ignore l’objectif (aw, c’est méchant Buchou). Évidemment elle ne comprend pas, mais il ne veut pas être celui qui le lui apprenne, et lui conseille de ne pas faire la danse de la loche, ni même d’aller à la soirée. Il la quitte sur ces mots et va méditer dans sa chambre, la boîte plein de souvenirs sur ses genoux (pauvre Buchou).

  

Le lendemain, Hotaru est à la boulangerie Asaoka pour superviser les rénovations. Elle est rejointe par Yuuka qui lui demande d’un air inquiet si elle va vraiment faire la danse de la loche. Hotaru répond que oui, avec Kaname. Les autres arrivent également et laissent entendre que le but de la soirée est de mettre Yuuka et Teshima ensemble.  Les deux sont surprises, mais Hotaru l’est encore plus. Sur la route pour trouver un endroit où manger, Yuuka dit à Hotaru que ça doit être l’idée de Kaname car il lui avait dit quelque chose de bizarre sur le fait de la soutenir dans ses relations amoureuses.  Hotaru s’enquiert de l’état de sa relation avec Makoto et Yuuka avoue piteusement qu’elle n’a pas osé avouer ses sentiments de peur qu’il la déteste.

Hotaru s’exclame qu’elle ne voit pas pourquoi on détesterait une fille populaire comme elle. Cependant Yuuka est terre-à-terre et lui rappelle que Makoto aime déjà quelqu’un d’autre. Hotaru l’emmène à son endroit habituel car le restaurant italien dans lequel Yuuka allait régulièrement mangé était fermé, en se disant que ce n’est pas le style de Yuuka d’être dans ce genre d’endroit où on mange une croquette aux nouilles debout. Mais Yuuka s’adapte et se trouve être beaucoup plus ouverte d’esprit que prévu.

  

De retour au bureau, Yamada avoue à Hotaru que Kaname est amoureux de Yuuka, c’est la raison pour laquelle il fait tant d’effort pour la mettre avec celui qu’elle aime. Il a essayé tellement fort, qu’il s’est foulé la cheville lors de son entrainement à la danse de la loche. Cela détermine notre himono-onna à faire la danse toute seule, parce qu’elle peut comprendre les sentiments de Kaname.

 

Et voici donc Hotaru en train d’exécuter la danse folklorique sous les yeux amusés de ses collègues et l’air toujours blasé de Buchou. Il est rejoint par Shouji qui voudrait aller boire un verre chez lui et bien entendu ce dernier refuse en inventant une excuse bidon. Et la danse se termine.

  

Buchou la rejoint et lui dit que Yuuka et Makoto sont partis ensemble et qu’elle est vraiment une idiote. Hotaru répond que ça lui convient comme ça, elle est Ahomiya après tout. Il lui offre un bout de viande séchée (?), en la félicitant pour son bon travail.

 

Makoto et Yuuka marchent ensemble et Makoto se rappelle de la fois où il a vu Hotaru sur le toit, en train de boire une cannette de bière et qu’il s’est senti bien après ça. Yuuka assemble les pièces et lui demande si la personne dont Makoto est amoureux est Hotaru, ce qu’il confirme tout de suite. À la maison, Hotaru est fidèle à elle-même, buvant sa bière en jogging et parlant au chat. Dans un bar, Buchou boit un verre avec Shouji qui lui dit qu’il est peut-être temps d’abandonner toute idée de se remettre avec sa femme ; le retour des lettres est suffisamment significatif.

  

Le lendemain, Buchou trouve Hotaru endormie dans le porche ; mais cette fois, il ne dit rien et se contente d’allumer un feu sous les yeux suspects d’Hotaru qui lui demande ce qu’il fait : brûler les lettres.

  

Hotaru le stoppe et tente par tous les moyens d’éteindre le feu ; mais ce n’est pas vraiment efficace…finalement elle trouve la bonne solution, qui est le tuyau d’arrosage, mais tout le monde finit trempé dans l’affaire : la corbeille, Hotaru, et Buchou. Haha.

  

Mais les lettres sont sauvées. Hotaru lui dit que c’est dommage de les brûler parce qu’elle l’envie : écrire des lettres, c’est cool et elle n’a jamais écrit ou reçu des lettres comme ça. Elle confie à Buchou ce qu’il s’est passé la veille et conclue que si elle avait été l’héroïne d’une histoire d’amour, elle aurait trouvé à dire des choses plus appropriées dans ces situations, des mots qui brillent par exemple, mais elle ne peut pas. Buchou ne sait pas quoi lui dire, mais lui fait comprendre qu’il l’écoute.

  

Notre pauvre Hotaru a les larmes aux yeux et se lève pour aller se changer, lorsque Buchou lui dit qu’en fait, il n’était pas encore prêt à brûler les lettres…Et il la remercie pour l’avoir arrêté à temps.

  

Le lendemain elle se rend à Asakura dont la rénovation est presque terminée. Elle et rejointe par Makoto qui vient faire les toutes dernières finitions. Hotaru rassemble tout son courage pour lui parler et le remercier d’avoir rénové la boulangerie car elle y passait de temps en temps et espérait qu’un jour, quelqu’un s’occupe de cette boutique.

  

Timidement, et sans rien dire, il dépose quelque chose dans sa main : un porte-clé en forme de chaise. (aw, cute). Dès qu’il a le dos tourné, elle exulte de joie, sans savoir que leur échange a été vu et entendu par Yuuka, qui sourit néanmoins en voyant Hotaru laisser libre cours à son excitation.

   

Lorsque celle-ci remarque la présence de Yuuka, les deux ont une conversation entre filles. Elle lui demande si elle aussi est amoureuse de Makoto, mais Hotaru nie promptement. Cela engendre la frustration de Yuuka qui lui dit que se mentir à soi-même veut dire perdre, et que parce qu’elle ne veut pas perdre, elle reste fidèle et honnête envers elle-même. Elle finit par lui demander si perdre lui convient. Hotaru se fige à la question, et s’apprête à fuir, mais elle est rappelée par Yuuka qui la traite de faible et de peureuse.

Et les filles se confessent leur amour (haha): il serait tellement plus facile de gagner cette bataille si elles se détestaient. Yuuka termine en lui demandant de ne pas perdre car elle ne perdra pas, ni contre elle-même, ni contre Hotaru et elle part. Cette dernière est abasourdie par cette dernière phrase qui ressemblait à un défi : est-ce que la guerre entre la fille admirable et l’himono-onna est en train de commencer?

Remarques

Comme je l’ai déjà annoncé dans mon introduction, cet épisode 3 est beaucoup plus sérieux que les deux épisodes précédents et nous permet de nous impliquer un peu plus dans les relations esquissées : Hotaru/Makoto et Hotaru/Buchou.

D’abord j’ai aimé qu’on développe un peu plus l’histoire de Buchou avec sa femme, même si c’est éminemment triste pour lui. Faire signer des papiers de divorce est choquant, mais renvoyer les lettres écrites avec amour, l’est encore plus. On ne peut pas ne pas ressentir de compassion pour Mr Manager, peu importe ce qu’il a fait de mal pour que leur mariage en arrive à ce stade-là.

J’ai également aimé le fait que pour une fois, ce soit Hotaru qui soit là pour son Buchou et non systématiquement l’inverse. Hotaru a pris l’habitude de s’appuyer avec un naturel et une spontanéité déconcertants sur lui, qu’il soit d’accord ou non pour embarquer dans ses histoires de coeur et de vie et ne voyait pas lorsque lui-même était triste et aurait sans doute eu besoin de parler et de partager ses sentiments. Mais cette fois, elle semble voir Buchou ; et pour moi le moment le plus significatif de ce que j’avance est lorsqu’elle le regarde à travers la fenêtre de sa chambre après l’épisode des cartes postales brûlées : jamais avant elle ne l’avait vraiment regardé, ni de près ni de loin. J’adore le fait qu’ils ressemblent déjà à un vieux couple : ils se chamaillent tout  le temps, mais dans le fond ils ne peuvent pas se passer l’un de l’autre. Sauf qu’ils ne le savent pas encore parce que rappelons-le, il y a deux énormes obstacles à leur potentielle relation amoureuse : Makoto et l’ex-femme!

D’autre part, même si Makoto et Yuuka restent pour moi des personnages sans réels consistance et intérêt, ils ont gagné ma sympathie et mon respect avec cet épisode car ni l’un, ni l’autre ne fuit ses sentiments et chacun assume totalement leur attirance : Makoto répond un « oui » très franc à la question de Yuuka tandis qu’elle-même n’a jamais essayé de se cacher ses propres sentiments. Et malgré tout, c’est assez admirable de pouvoir être aussi transparent avec soi-même. Cela rentre en direct opposition avec Hotaru qui est dans le déni absolu et systématique. À chaque possible confrontation, ou à chaque risque que la vérité soit exposée, la tortue rentre la tête dans sa carapace et comment à marcher à reculons. Mais être en contact avec ce genre de personnes aide Hotaru à grandir et s’améliorer.

De plus, Makoto est également sympathique par le fait qu’il ne se formalise jamais réellement de l’attitude d’Hotaru à son égard. Je pense qu’il la trouve bizarre, c’est clair mais ne lui en veut jamais, que ce soit lorsqu’elle le fuit, lorsqu’elle lui ment en lui disant que le message était purement professionnel, etc. Et tout de même, c’est fort de sa part parce que si ça ne tenait qu’à moi, je ne pense pas que je réagirais aussi bien (mais bon, en même temps Makoto n’est pas vraiment le type à réagir…stooop, on avait dit qu’on dirait du bien de lui pour une fois!).

Cela dit, il n’y a rien à faire, je reste totalement indifférente à Kaname et à ses chamaillerie avec Yamada (bien que je trouve Yamada très drôle en  soi).

Le moment mémorable : Hotaru s’improvise pompier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s