Hotaru no Hikari – Épisode 2 : Deuxième nuit

Et l’aventure continue avec toujours autant de fun, encore plus d’intéraction Hotaru/Buchou, encore plus de « Buchooooou!!! », et encore plus de mignonnitude de la part de notre Hotaru.

Superman en imperméable

  

Nous retrouvons Hotaru dans la rue, avec une espèce d’outil de comptage dans les mains, en train de réfléchir profondément, encore sous le choc des paroles de Buchou : rappelez-vous, la veille, il l’a appelée « himono-onna », ce qui, pour lui, veut dire qu’elle est une femme finie et desséchée. Un message de Yamada sur son téléphone lui demandant de lui ramener quelque chose à manger car elle ne peut pas sortir la tire de sa rêverie. Elle répond un « entendu » et part en quête d’une épicerie.

  

Hotaru s’arrête dans une boulangerie, suivie de deux jeunes filles. Alors qu’Hotaru passe sa commande, elle les entend commenter la pauvre allure de la boutique et sortir l’instant d’après. Elle regarde alors de plus près la boutique, et se rend tristement compte que leurs commentaires sont justifiés. Ses pains achetés, elle arrive sur son lieu de travail au moment où Makoto soumet une proposition de rénovation : il s’est arrêté hier à la boulangerie Asakura et les clients semblaient se faire rares.

En rénovant le commerce, il pourrait revivre et fleurir. Cependant la proposition est refusée car non seulement elle n’est pas présentée dans les règles (il faut d’abord par le département des ventes) mais en plus cela ne leur apporterait aucun bénéfice. Makoto insiste : il a besoin de dix jours et de 500 000 yens. Buchou intervient alors pour faire remarquer à Makoto qu’il a déjà suffisamment de travail comme ça et qu’il devrait y rester concentré.

Hotaru prend soudainement la parole, arguant que même si ça ne fera pas beaucoup de profit, cela vaudrait la peine de le faire ; elle va elle-même souvent à Asakura, et la place est excellente. Elle continue : si le département des affaires peut faire revivre le magasin à nouveau, et si le bouche à oreille des employées de bureau fonctionne, l’affaire serait jouée. Elle est soutenue par Yamada qui déclare qu’en effet, les bavardages des employées de bureau ne doivent pas être sous-estimés. Hotaru dit qu’à chaque fois qu’elle passe devant cette boutique, elle a envie de faire quelque chose pour cette allure desséchée et Buchou pense en la regardant et en se remémorant sa première rencontre avec elle qu’elle devrait s’occuper de son propre desséchement (heh). Mais il n’est pas beaucoup plus convaincu après l’intervention d’Hotaru et s’apprête à clore la discussion. Makoto revient alors à la charge en disant qu’il a sincèrement envie de faire cette rénovation (et Hotaru qui pense : rénove-moi moi aussi – hahaha tu vois Buchou, elle pense bel et bien à son desséchement, ne t’inquiète pas!).

Sur un air de défi, Buchou demande à Makoto s’il pense qu’il a la confiance de couronner son projet de succès ; question à laquelle Hotaru répond : oui, Teshima peut le faire ! (cute). À la réponse positive du principal concerné, Buchou accepte alors de le laisser entreprendre son projet, et glisse un mot à Hotaru : elle doit s’assurer que cela n’influencera pas ses autres charges de travail. 

Yuuka et Teshima partent pour faire du travail de terrain à la boulangerie. Cela rappelle à Hotaru que ces deux-là ont passé une soirée ensemble et que Yuuka, amoureuse de Makoto, compte lui avouer ses sentiments bientôt (bien que Makoto soit amoureux d’une autre). En sortant, Makoto envoie un message, attisant la curiosité de Yuuka, mais tout ce qu’elle reçoit est un « oh, rien ». (ben voyons). Comme nous l’avons tous plus ou moins deviné, le message est destiné à Hotaru et se résume en un mot : merci.

Tellement habituée à recevoir des messages où on lui demande de faire des commissions, et précisément occupée à prendre un appel, Hotaru envoie un « entendu » automatique (lol, est-ce qu’elle peut être encore plus adorable ? Je ne pense pas) avant de réaliser que oh-my-god-j’ai-reçu-un-message-de-Teshima-kun. Elle se demande alors comment Makoto connait son numéro de téléphone, et en déduit qu’il a certainement fait des recherches désespérées pour le trouver…sauf que la réalité est un peu moins romantique : chaque employé a son numéro sur une liste qui est disponible à toute l’équipe. (Ha.)

Elle n’en revient toujours pas qu’il soit si reconnaissant au point de lui envoyer un message et se demande ce qu’il l’a le plus touché : lorsqu’elle a répondu à sa place qu’il pouvait le travail correctement, ou… lorsqu’il l’a embrassée la veille de la fête d’ouverture ou…si c’est juste un remerciement. (pourquoi chercher midi à quatorze heures? haha). Pendant qu’elle se prend la tête, elle est rejointe par ses collègues qui la taquinent parce-qu’elle a la liste des numéros de téléphone devant elle (est-elle en train d’envoyer un message d’affaire ou un message amoureux ?).

Yamada affirme qu’il faut faire une différence entre les deux, parce-qu’elles ne sont pas des himono-onna – en fait, y’en a une qui se tient à côté d’elle, mais ça, c’est juste nous qui le savons. La discussion arrive alors sur la manière de répondre correctement à un garçon qui nous intéresse (et Hotaru se fait toute ouïe, heh) et la spécialiste (lire : Yamada) répond : par une question bien sûr, comme ça, il n’aura pas d’autre choix que de répondre. Elle poursuit en disant que le message est un important outil pour renforcer les relations et que répondre sans réfléchir et dans l’immédiat est hors de question pour une femme.

  

Hotaru fait bonne figure et fait semblant  d’avoir autant d’expérience que les autres, mais une fois à la maison, elle s’allonge par terre, tape des pieds, et s’en prend à elle-même parce-que manifestement, répondre un « entendu » était hors de question. Buchou est dans sa chambre et essaie de joindre quelqu’un (sa femme) au téléphone, sans succès. Aux informations, on annonce qu’un typhon arrive  dans la région de Kanto ; de fortes pluies sont alors prévues. Hotaru, toujours par terre s’arrête tout à coup et penser : enfin bref…je vais boire (lol !). Elle se lève, se dirige vers le frigo en se grattant les fesses et regarde amoureusement ses cannettes de bière.

  

Elle boit ses premières gorgées mais elle est interrompue par un drôle d’énergumène tout d’imperméable vêtu qui lui annonce l’avis de typhon : Buchou est armé pour se battre contre les fortes pluies ! Mais cette annonce ne provoque pas l’effet attendu car Hotaru recrache immédiatement la bière qu’elle avait dans la bouche en voyant son Buchou aussi ridiculement accoutré (heureusement qu’il avait un imperméable à ce moment là ! haha).  Naturellement, cela engendre la colère de Mr Manager tandis qu’Hotaru ne peut plus qu’implorer sa pitié (pourquoi je les aime tant ces deux-là ?).

  

Prochaine séquence : Hotaru cloue des lattes sur des planches pour les renforcer, sous l’oeil toujours vigilant de Buchou (mais mon petit Buchou, comment peux-tu laisser Hotaru faire ça, elle va se blesser, c’est clair !) qui lui donne des ordres (comme d’hab). Son téléphone sonne, tandis qu’Hotaru scrute le ciel en se disant qu’elle ne voit pas comment un typhon pourrait arriver : il n’y pas une goutte de pluie ! Elle continue en se demandant pourquoi faire tout ce qu’elle fait ; Buchou garde son sang froid et répond que la météo a prédit un typhon cette semaine ; Hotaru rebondit dessus en répliquant que dans ces cas-là, pourquoi est-ce qu’on ne met pas en place les mesures de sécurité au moment où il arrive  (hmm, manifestement, elle n’a jamais entendu le mot « prévention » heh)? Mais heureusement, notre collet-monté aime la prévenance, et répond qu’il veut être entièrement préparé en cas de désastre (c’est pour ça que tu es imperméabilisé de la tête aux pieds une semaine à l’avance ? aha). Hotaru répond alors qu’il n’a qu’à le faire lui-même et Buchou refuse, arguant que les marteaux c’est lourd (HAHA. Pourquoi j’aime tellement le fait qu’il soit une petite nature ??!).

  

Mais Hotaru ne se laisse pas si facilement faire, et elle lui tend le marteau en lui disant qu’il a quand même plus de forces qu’elle. À contre-coeur, il prend le marteau pour immédiatement geindre avec une voix de petit garçon contrarié que c’est trop lourd.

Renversement de situation : Buchou se met au travail tandis qu’Hotaru se tient à côté, les bras croisés. Elle en profite pour lui demander si le message qu’il vient de recevoir était lié au travail, ou s’il était d’ordre sentimental.

Buchou est : wtf. Haha.

Hotaru répète alors ce qu’elle a appris cet après-midi par Yamada (les messages sont d’importants outils pour renforcer les relations etc) en faisant comme si elle l’avait toujours su. Elle en vient au sujet de la fameuse question qu’il faut envoyer comme réponse et Buchou demande de quel genre de question il s’agit. Hotaru prend alors un exemple : du genre, quelle heure est-il ? (pouahahaha). Buchou toujous aussi logique demande : et donc? Hotaru est prise de court, mais répond : et donc, la relation se renforce. Impitoyable il lui demande si elle pense vraiment qu’une relation peut se renforcer juste en demandant l’heure (lol. Buchou, tu ne fais vraiment aucun effort !). Hotaru commence à s’exciter en disant que les autres font des commentaires plus intelligents, mais que elle, ça la rend trop perplexe, et que par conséquent, il doit arrêter de lui poser des questions (tu es celle qui a commencé la conversation, tu te souviens ?^^). Buchou conclut naturellement qu’elle vient de recevoir un message de celui dont elle est amoureuse.

Cela fait bondir Hotaru qui pense que Buchou est extra-lucide (non, il est juste bon en mathématiques). Semi-sérieusement, semi-sarcastiquement, il commente que ça a l’air d’être dur de connaître l’amour après si longtemps. Hotaru soupire et répond que c’est fini (et Buchou : si vite ? lol), mais leur conversation est interrompue par…la pluie ! Panique à bord.

  

Les deux s’activent, mais le moins qu’on puisse dire est qu’Hotaru est loin d’être efficace. Buchou lui dit d’aller mettre un imperméable à la place mais Hotaru s’écrie qu’elle ne portera certainement pas ce vêtement horrible.

  

Au travail, Yuuka et Makoto font des heures sup et Yuuka en profite pour demander comment se passent ses amours, s’il a parlé à la femme qu’il a embrassée depuis la dernière fois. Timidement, Makoto répond que non, malgré les conseils de Yuuka, parce qu’il manquait de confiance. Son attitude envers lui le laisse perplexe et il se demande si c’est parce-que c’est une femme mature (Hotaru ? Mature ? Demande un peu à Buchou son avis sur la question.).

Yuuka force un sourire et lui dit qu’il ne devrait pas hésiter et aller lui parler franchement. Makoto l’interrompt et affirme que pour l’instant, ça ne le dérange pas car il a suffisamment de travail pour ne pas trop y penser. Yuuka lui dit alors qu’elle le soutiendra pour que son amour soit un succès. S’il veut lui demander quoique ce soit, il peut le faire quand il le veut. Elle conclue avec un air d’envie que cette femme doit vraiment être fantastique.

Retour à la femme fantastique en question, qui pour le moment ne vit pas un moment de gloire étant donné qu’elle est coincée sous une planche et crie Buchou à l’aide. Ce dernier reste impassible et en profite pour lui faire la leçon comme quoi c’est le juste châtiment pour ceux qui insultent le démon de l’eau (c’est un jeu de mot en japonais – intraduisible). Hotaru se confond en excuse : pardon, pardon, l’imperméable est génial, vive l’imperméable, non, Buchou, ne me laisse pas, Buchouuuu ! hahaha.

  

Retour au travail, à Yuuka et Makoto – auxquels s’ajoute Kaname, qui a entendu la conversation. Embarrassée, Yuuka dit qu’elle va faire du thé, mais Kaname la suit en lui demander pourquoi elle soutient Makoto. Elle essaie d’abord de mentir en disant que c’est par rapport à la rénovation de la boulangerie, mais Kaname en a entendu suffisamment et il sait qu’il s’agit de l’histoire de coeur de Makoto. Il lui demande alors pourquoi elle devrait le soutenir. Yuuka explique alors qu’elle le connaît bien depuis qu’il est arrivé dans la compagnie. Lorsqu’il est parti à Londres, ils sont restés en contact : il est en fait très maladroit avec un certain nombre de choses, surtout lorsque ça concerne l’amour. Il n’en a pas l’habitude et elle ne peut pas le laisser tout seul. Kaname répond que c’est typiquement la technique des hôtes : tendre avec les mots, tendre au lit. Il conclut que ça doit être un mauvais garçon (non mais de quoi je me mêle!). Cela engendre évidemment la colère de Yuuka qui est prompte à lui répondre qu’elle ne lui pardonnera pas s’il dit de telles choses à propos de Makoto.

Elle s’en va, et Yamada surgit alors (y’en a du monde qui fait des heures sup dans cette compagnie !), et demande à Kaname ce que Yuuka ne lui pardonnera pas. (haha – tout le monde écoute tout le monde, surveillez vos derrières très chers). Elle ajoute que Yuuka semble être très amoureuse de Makoto et vu la réponse amère de Kaname, elle en déduit qu’il a des sentiments pour elle.

  

Le lendemain, Kaname, Shouji et Buchou sont en train de manger au restaurant, et Shouji se plaint à Mr Manager du manque de nouvelles qu’il lui donne : il lui a envoyé un message pour lui demander s’il pouvait aller chez lui pour célébrer son emménagement. Froidement, Mr Manager lui demande de quoi il se plaint étant donné qu’il lui a répondu. Mais Shouji ne laisse pas ça passer : ce n’était pas une réponse, c’était juste trois lettres : non. (LOL. Buchou fais un câlin à Shouji nounours s’il te plaît !)

Shouji lui demande de répondre avec plus d’enthousiasme et d’affection, en mettant des émoticons et des petits cœurs (haha). Buchou ne voit pas pourquoi il devrait faire ça à lui (mmh, je vois juste mal Buchou écrire un message cute avec des cœurs partout haha) et ne compte pas faire de fête, il est trop vieux pour ça. Mais Shouji lui dit qu’il se sent seul, sa femme l’a quitté aussi, et il se sent extrêmement seul. Cela attire l’attention de Kaname qui jusque là ne s’impliquait pas dans la conversation et demande pourquoi Shouji a employé le mot « aussi », ça veut dire que Mr Manager est divorcé ? Maladroitement Shouji tente de se rattraper en disant que le « aussi » est un tic de langage, il dit « aussi » tout le temps et pour tout.

  

Kaname laisse passer en disant qu’il s’en fiche un peu, et demande à Buchou son avis sur Makoto qui lui semble un peu trop populaire parce-qu’il est jeune et beau. Buchou sourit et lui demande s’il est jaloux, ce à quoi Kaname ne répond pas directement mais baisse les yeux et déclare que si la rénovation d’Asakura est un succès, il pourrait devenir impertinent. Mais Mr Manager rebondit dessus en disant que rien n’est encore fait et qu’il n’est pas dit que ce soit un succès ; il ne lui a accordé le projet que pour lui montrer que rénover n’est pas une tâche facile. Kaname le regarde, perplexe, et Shouji commente que Mr Manager est un homme au sang-froid : même quand les autres sont dans le besoin, il n’y prend pas garde et continue de repasser. Repasser ? demande Kaname ; Shouji acquiesce : Buchou aime ce genre de choses quotidiennes ; il regarde Mr Manager et lui dit : si tu étais une femme, j’aimerais me marier avec toi (pouahahaha moi aussi, Buchou, épouse-moi).  Kaname s’en va, en leur laissant la note à payer.

En sortant du restaurant, Buchou se confie à Shouji : sa femme semble avoir quitté l’appartement et changé d’adresse mail et de numéro de téléphone. Il s’inquiète de ne pas pouvoir la contacter mais Shouji le rassure en lui disant qu’elle le rappellera sûrement un jour puisque lui n’a pas changé son numéro ni son adresse mail.

  

Makoto soumet ses premiers modèles de rénovations mais cela ne produit pas d’enthousiasme phénoménale de la part de l’équipe et encore moins de Buchou qui enfonce le couteau dans la plaie en disant que ça n’a rien d’extraordinaire étant donné la confiance en soi dont il a fait preuve en demandant de faire la rénovation. Rénover ne veut pas juste dire modifier la surface et lui demande de refaire en entier ses brouillons. C’était dur de la part de Buchou et Hotaru regarde Makoto d’un air inquiet.

  

En rentrant à la maison, Buchou retrouve bien sûr les tonnes de linges qui sèchent suspendus un peu partout, et Hotaru, qui est encore plus bordélique que d’habitude, submergée sous les piles de magazines. Elle rassemble du matériel, et Buchou est prompt à lui rappeler que travailler à la maison est contre le traité de cohabitation signé. 

Oui, elle est au courant, mais ça ne change rien. Il lui demande si elle fait ça pour Teshima (whaou, Buchou n’est pas juste bon en math, il est doté d’une incroyable intuition féminine masculine), et c’est ce qu’il le lui a demandé. Elle répond que non et sa réponse donne raison à la supposition de Buchou  qui comment qu’il s’agit donc bel et bien de Teshima. Mais Hotaru se méprend et lui répond en vitesse qu’il se trompe et que la personne dont elle est amoureuse n’est absolument pas Teshima (Pouahaha mais personne ne t’a rien demandé à ce sujet Hotaru!).

  

J’adore la tête de Buchou qui passe de « mais-de-quoi-elle-parle- ? » à « ah-je-vois-!-intéressant-… ». Fujiki Naohito est trop mignon haha.

Pendant qu’il se prépare à manger, elle lui fait part de son plan : elle rassemble tous les exemples de rénovations qui n’ont pas fonctionnées car prendre conscience des erreurs des autres est une bonne manière d’apprendre (Hotaru est contre toute attente très pédagogue) mais Buchou trouve toujours le moyen de se moquer d’elle en lui disant que seul un échec comme elle peut en venir à ce genre de point de vue bizarre. Hotaru relève : je suis un échec ? Buchou hoche la tête : en tant que femme du moins. Il finit tout de même par admettre que que son idée est une bonne idée et que ça lui permettra peut-être de se rapprocher de Makoto également. Hotaru est aux anges.

Hotaru en prenant une petite voix: Est-ce que tu redires ce que tu viens de dire? Ça m’a rendue heureuse.
Buchou, sadique: Redire quoi? Que tu es un échec? (mouahaha)
Hotaru : non, pas ça….
Buchou : qu’un orage se prépare ?
Hotaru – imperturbable – : non, pas ça.
et (enfin !)
Buchou : que peut-être ça te permettra de te rapprocher de lui également.
Bingo !

  

Notre Hotaru se remet alors consciencieusement au travail, collant, découpant, commentant, pendant que Buchou…repasse ! (haha, Shouji avait raison !) Il regarde Hotaru qui est toute appliquée, et esquisse un petit sourire, qui n’est peut-être pas encore de la sympathie, mais qui n’est en tout cas plus du sarcasme ou de la désapprobation. Hotaru travaille toute la nuit. La première chose que Buchou vérifie en se réveillant est sa messagerie…qui est vide. (aww, mon pauvre Buchou….)

  

Hotaru est levée, et vient toujours de terminer son dossier ; son hourra de victoire fait naître un sourire cette fois de réel attendrissement sur les lèvres de Buchou (et le spectateur : hourraaaaa !!).

  

Au travail, Hotaru va de droite à gauche, et ne donne pas le dossier à Makoto. Buchou scrute avec inquiétude et perplexité ce classeur sur le bureau d’Hotaru qui ne semble pas trouver le chemin vers son destinataire. J’ADORE à quel point Buchou devient investi dans cette affaire ; presque même plus qu’Hotaru. Makoto a travaillé nuit et jour sur ses brouillons, ce qui inquiète ses collègues, et bien sûr, Yuuka en premier. Elle demande à Buchou si Teshima peut rentre chez lui avant la fin de la journée. En temps normal, je pense que Buchou aurait accepté, il a déjà démontré qu’il est un bon patron, mais les conflits d’intérêts se rencontrent : si il dit « non », on va le traiter de sans-cœur ; si il dit « oui » cela va éliminer définitivement les chances de sa protégée d’aller donner son dossier.

  

Retour à la maison. Hotaru est allongée par terre dans le porche, comme à son habitude ; et comme à son habitude, Buchou vient se disputer avec elle, cette fois-ci à raison car elle n’a pas donné ce sur quoi elle a travaillé toute la nuit. Elle répond que la vie…est dure car elle doit poser une question à Makoto. Buchou refuse ce genre de réponse et lui dit qu’elle n’a pas besoin de lui poser de questions, ça, ça ne vaut que pour les messages, mais qu’elle avait juste à lui tendre le dossier! Hotaru répond d’une voix fatiguée qu’elle le sait, mais qu’elle n’a pas pas osé. Elle ajoute qu’à partir de maintenant, il peut l’appeler Ahomiya (heh) parce-que c’est une vrai idiote. Buchou ne se fait évidemment pas prié (haha) et Hotaru pleurniche en l’entendant l’appeler comme ça. Mais Hotaru est passablement déprimée et Buchou lui dit d’une voix plus douce qu’il faut qu’elle lui donne le dossier le lendemain et qu’elle peut juste le laisser sur son bureau avec un message si elle n’ose pas le confronter directement. 

Et ainsi, Hotaru a un tête à tête difficile avec son téléphone. Elle se commence par se dire qu’elle a juste besoin de se mettre en mode travail et commence à rédiger : Teshima, c’est Ahomiya…(hahaha) mais elle se ressaisit et reprend : c’est Amemiya, j’ai rassemblé des données dans un dossier, si tu veux, tu peux le lire. Envoyé.

  

Hystérique, Hotaru débarque dans la cuisine pour annoncé la bonne nouvelle : elle a envoyé le message ! Ce n’était pas difficile en plus. Mais fidèle au poste, Buchou la calme tout de suite en lui demandant ce qui est arrivé au fromage français super cher ; Ses soupçons confirmés, il se met en tête de corriger la coupable comme s’il corrigeait une enfant de 10 ans (hahaha – contact physique néanmoins !!). Trop occupés à se chamailler, ni l’un ni l’autre n’entendent le portable d’Hotaru sonner. Buchou divise le frigo et la table en deux en lui demandant de ne pas franchir la limite à partir de maintenant (lol mais quel âge avez-vous au juste ?^^). Il s’apprête à continuer la division de l’appartement, mais il s’arrête en entendant un téléphone sonner. 

C’est celui d’Hotaru qui vient de recevoir un message de Makoto lui disant qu’il a reçu son message et qu’il passe tout de suite chez elle le prendre. Quoi quoi quoi quoi ?

  

Nouvelle panique à bord : Hotaru ne peut même plus se tenir debout, elle rampe jusqu’à Buchou et lui annonce la mauvaise nouvelle. Hotaru angoisse à mort en disant que c’est un obstacle de 5000 m, plus haut que le mont Everest ; Buchou ne peut pas s’empêcher de dire que non, l’Everest mesure 8848 m mais la calme cependant en lui disant que Makoto n’a pas besoin de rentrer à l’intérieur de la maison et qu’elle peut simplement lui donner le dossier sur le pas de la porte ou lui proposer de le rejoindre dans un café…sauf qu’il commence à pleuvoir à grosses gouttes.

Buchou conclue que de toute manière il ne faut pas que Makoto sache qu’ils habitent ensemble donc il faut qu’elle se débrouille pour ne pas le faire entrer. Hotaru hoche la tête d’un air décidé et lui demande de nettoyer l’entrée (pouahaha – il faut bien exploiter un peu cet homme parfait qu’est Buchou n’est-ce pas) pendant qu’elle se change : elle ne peut pas le laisser la voir en jogging. Perdant la tête, Hotaru ne sait pas comment s’habiller ; et….

   Haha!

La tête de choqué/blasé de Buchou quand il la voit est absolument impayable. Il lui dit qu’il n’est pas concerné par cette affaire : il a nettoyé et enlevé tout ce qui lui appartenait dans l’entrée, à présent elle doit se débrouiller avec le reste parce-qu’il n’est PAS concerné et laisse derrière lui une Hotaru désespérée. Malgré le fait que Buchou ait dit que ça le concernait pas, il est beaucoup plus impliqué que ce qu’il a voulu faire croire et il regarde avec inquiétude ce fameux dossier au destin certainement tragique si Hotaru ne parvient pas à le faire parvenir à son âme sœur.

   

Et alors Buchou prend un grande décision digne d’un grand héros et dit à Hotaru que s’il n’est pas revenu dans dix minutes, il faut qu’elle considère la mission comme échouée.

  

Et ainsi Mr Imperméable se met en route vers Makoto, au péril de sa vie. Et rencontre enfin Teshima : C’est toi ! Quelle coïncidence (dit-il en plein typhon lol) ! Il lui tend le dossier et lui demande de retourner travailler tout de suite maintenant qu’il a le matériel nécessaire.

  

Diligemment, Makoto se dirige vers son lieu de travail et après avoir dessiné ses plans, s’endort sur sa table. Sa fée marraine n’est jamais loin et elle constate avec fierté que ses brouillons sont bien plus réussis cette fois. Kaname non plus n’est jamais loin et demande à parler à  Yuuka pour lui dire que lui aussi il a décidé de soutenir l’amour qu’elle porte à Makoto. Il poursuit en l’assurant que son amour ne pourra qu’être un succès car il fera en sorte de mettre toutes les femmes qui essaient de s’approcher de lui hors d’état de nuire.

  

Mission réussie pour Buchou qui retourne à la maison, à son kimono de samouraï, au porche et à la bière. Et c’est l’heure des confidences. Il confie à Hotaru qu’elle ressemble à sa femme: malgré le fait que cette dernière soit une très mauvaise cuisinière, elle lui faisait néanmoins tous les jours ses repas du midi en y mettant beaucoup d’efforts. Hotaru sourit en lui disant qu’il avait de la chance ; mais Buchou continue en disant qu’il ne les mangeait jamais parce qu’il avait beaucoup de travail à ce moment-là et que les repas du midi se faisaient avec les clients. Il conclut en disant qu’il n’était pas un bon mari.

  

Hotaru semble voir son Buchou d’un autre œil (nous aussi! Il a l’air si triste qu’on en a tous le cœur brisé). Elle essaie de le réconforter en lui disant que les gens peuvent changer : un manager qui n’était pas un bon mari, une himono-onna loin de l’amour depuis longtemps. Tous les deux, ils peuvent changer un jour.

Mr Manager semble ému par ces paroles et voir Hotaru d’un autre œil à son tour…

  

Mais Buchou est Buchou. Il lui répond qu’elle…jamais ; que même si elle essayait toute sa vie, ce serait impossible, même après sa mort, même quand elle se réincarnera, elle sera pour toujours et toujours une himono-onna. (aww Buchou, un peu de douceur, elle est si mignonne !). Et la réaction d’Hotaru est exactement la même que la nôtre:

Fin de la discussion. Plus tard, Hotaru, avec un air volontaire commencer à écrire un message à Makoto, qu’elle envoie.

Le lendemain : Buchou retrouve le portable d’Hotaru dans la poubelle de la salle de bain. Surpris, il le lui ramène et trouve Hotaru enfouie dans sa couverture en train de gémir.

  

Buchou s’inquiète en lui demandant si elle est malade et s’ensuit le plus hilarant concours de grimaces que les j-dramas nous aient jamais offerts bouahaha. Non elle n’est pas malade, elle est juste en train de mourir d’embarras. Elle finit par confesser qu’hier, elle a envoyé un mail à Makoto et qu’elle veut le récupérer parce-qu’elle a trop honte.  Et Buchou la regarde, blasé ET exaspéré par ses gaffes, et lui tourne le dos. Haha. 

Au même moment, Teshima se réveille et s’aperçoit qu’il a un message et…ses yeux s’écarquillent de  surprise. Contenu du message : Amemiya – est-ce que tout se passe bien ? Est-ce que ça va ? J’ai envie de te voir. Cœur, Hotaru, cœur. (hahaha je comprend l’état de mortification de notre himono-onna). Et le téléphone d’Hotaru se met à sonner, et Hotaru à crier : « Buchoooooouuuu ! »

REMARQUES

Je ne suis pas sûre d’être très intéressée par le triangle – qui est devenu un carré entre temps – amoureux entre Kaname –> Yuuka –> Makoto –> Hotaru. Le problème lorsque les personnages principaux sont aussi fantastiques qu’Hotaru et Buchou, les autres personnages ont du mal à se faire de la place et à devenir intéressants. Cependant, j’aime beaucoup Shouji car au-delà de son facteur comique, on sent également qu’il est un véritable ami pour Buchou qui ne se confie qu’à lui. En revanche, j’éprouve pour Yuuka un sentiment d’indifférence total, Kaname est pour ainsi dire inutile et Makoto est tout de même du genre mou du genou. Mais je lui ai déjà fait son procès au premier récap donc je ne vais pas m’acharner dessus, le pauvre.

Tandis que la relation Hotaru/Makoto n’a pas bougé d’un pouce depuis le dernier épisode, la relation entre Hotaru/Buchou, elle, prend un petit pas au sens où celui-ci n’est plus entièrement exaspéré par l’attitude de sa colocataire. Et c’est génial parce-que les scènes entre ces deux-là sont toujours un mélange d’hilarité et de tendresse sous-jacente. J’adore 1) le fait qu’il soit devenu pour Hotaru l’aide n°1 et que la première chose qu’elle dise lorsqu’elle a un problème c’est : Buchou!, 2) le fait que lui-même se laisse totalement embarquer (volontairement ou non) dans ses aventures et se trouve contre toute attente impliqué dans ses problèmes.

Buchou n’est évidemment pas un personnage parfait, et j’aime le fait que son divorce soit occasionné par son attitude froide et détachée. Il n’a pas le coeur brisé parce-que sa femme est allée voir ailleurs ou était horrible avec lui ; on montre que de son côté, il n’est pas non plus exempt de reproches. Cependant j’adore le fait qu’il ne soit pas exactement aussi collet-monté que prévu et qu’il possède son petit grain de folie personnel (même si ça ne pourra jamais égaler celui d’Hotaru, on s’entend), par exemple le plaisir manifeste qu’il prend à taquiner et se chamailler avec Hotaru est adorable.

Le nouveau super héros : L’Homme-Imperméable!

4 réflexions sur “Hotaru no Hikari – Épisode 2 : Deuxième nuit

  1. j’adore ! je suis actuellement en train de regarder le 2 ème épisode !
    Tu m’a donner envie de revoir ce drama !
    Merci !

    • Chouette alors, parce-que c’était vraiment le but visé! :D
      Je vais faire mon possible pour poster régulièrement ces récap.
      Merci beaucoup pour ton petit mot, et au plaisir de te relire sur le blog!

    • J’adore cet épisode-là aussi entre l’imperméable – qui est le grand héros de cet épisode, il faut dire les choses telles qu’elles sont! -, les grimaces, la tenue d’Amemiya quand elle panique à l’idée de devoir recevoir Makoto chez elle et le « Buchoooou!! » final =P.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s