Les In et les Out d’Avril – Fashion King : Out.

Dans les In du mois d’Avril, on retrouve des titres tels que Rooftop Prince, qui continue d’être adorable, drôle et divertissant, Marriage Plot qui, par la seule présence de Kang Hye Jung dans le rôle principal, part d’un bon pied et Equator Man qui s’assombrit et se densifie à mon plus grand plaisir. En stand-by, on retrouve sans grande surprise King 2 Hearts, que je ne mets pas tout à fait à la poubelle, mais qui ne se trouve pas dans ma liste des dramas prioritaires ; tandis que Fashion King se positionne résolument et définitivement hors course, sans regrets. Vous savez, même si j’étais pas plus excitée que ça par la fournée de fin mars, j’étais prête à bien vouloir l’aimer ce drama.

D’abord parce qu’il marque le retour très attendu de Yoo Ah In sur le petit écran, ensuite parce-que je voyais le reste du casting d’un bon oeil : Shin Se Kyung est pleine de douceur et Lee Je Hoon est un délice visuel. Yoo Ah In, pour ceux qui ne s’en souviennent pas, c’est le (en tout cas : mon) majeur Second Lead Syndrome dans Sungkyunkwan Scandal, le sexy et adorable Mr Hoquet. Je voulais l’aimer disais-je donc, mais je n’ai pas pu. J’ai essayé. Jusqu’au sixième épisode même, c’est vous dire ma bonne volonté. Mais les dents grinçaient de plus en plus, la tête se secouait de gauche à droite, puis de droite à gauche, toutes les deux minutes, et là, je savais que j’étais sur le point de craquer.

Et j’ai craqué. Malgré mon affection pour Yoo Ah In, je ne pouvais plus fermer les yeux tellement le drama écorchait et mes oreilles et ma patience ; parce-qu’il faut l’avouer, Fashion King, c’est un peu du concentré de n’ importe-nawak : tout se mélange dans une cacophonie d’évènements successifs et incohérents, et les intrigues sont mises en place sans préambules pour être l’instant d’après abandonnées sans plus de façons. On finit par se demander comment ça se fait qu’un postulat de base qui semble si simple (i.e le parcours de deux jeunes designers) soit traité avec autant de difficultés, de complications et de rocambolesque absurde. Je trouvais le scénario de King 2 Hearts troué et mal exploité ; je n’avais encore rien vu. Retour sur les éléments qui ont conduit Fashion King dans ma corbeille.

 

Kang Young Gul est un jeune aspirant designer qui pour le moment se contente de créer des imitations de modèles de haute-couture. Son manque d’inspiration et son manque de financement le maintiennent en bas de la pyramide de l’industrie de la mode. De son côté Lee Ga Young est une jeune apprentie designer pleine de talent dont les parents sont morts dans un accident lorsqu’elle était enfant (Oui. Encore.). Elle a été recueillie et élevée par une femme froide qui a elle-même une fille du même âge que Ga Young. Brimée par sa mère et sa sœur adoptive (Oui. Encore.), Ga Young finit par se retrouver à la rue, sans argent, sans emploi et sans logement. C’est à ce moment-là qu’elle rencontre Young Gul, qui lui offre une place dans son petit atelier, un logement, et un petit revenu. Commence alors pour elle une existence ni excessivement heureuse, ni excessivement malheureuse mais stable et plutôt agréable. À son grand bonheur, elle apprend que sa demande d’application à une école de mode à New York a été acceptée, mais elle n’a pas l’argent pour acheter son billet d’avion. Comme Young Gul s’est fait un peu d’argent grâce à un modèle que Ga Young a dessiné, il paie ses dettes à l’usurier qui le harcèle depuis des mois, et prête à Ga Young la somme nécessaire pour aller à New York. Jusque là, le scénario est normal, déjà un peu manichéen avec l’arrière-plan familial de notre jeune héroïne, mais néanmoins vraisemblable ; banal aussi certes, mais on le suit tout de même avec curiosité, et même si dès l’épisode 1 il y a des prémices annonçant la chute qui va suivre, on n’y prend pas trop garde, et on ferme (temporairement et) joyeusement les yeux dessus.

D’abord : qu’est-ce que c’est que cette fin d’épisode? Une coucherie qui sort d’on ne sait où avec une jeune fille qui se trouve être rien de moins que la petite amie de l’usurier à qui tu viens juste de payer tes dettes? Non seulement c’est pas de bol, mais en plus, c’est la raison pour laquelle Young Gul se retrouve à devoir fuir la Corée du Sud et s’engage dans un bateau de pêche qui manifestement engage des sans-papiers étrangers au noir. Comment il a atterri là, et pourquoi il a jugé que c’était le meilleur plan, cela reste encore à voir. Non en fait, on ne le saura jamais car démontrer le pourquoi du comment ne semble pas être le point fort de Fashion King qui n’aime décidément pas perdre son temps à expliquer. Et de plus, on n’en a pas le temps, car une mutinerie se prépare sur le bateau. Les étrangers, pleins de rancœur envers le maître d’équipage qui passait son temps à les battre et à les faire travailler sans répit, se soulèvent et font passer dessus-bord tout le personnel coréen. Sauf Young Gul bien évidemment, qui invente une histoire alambiquée à propos de Rolex et d’ami en Amérique. Pourquoi les mutins décident de ne pas lui faire subir le même sort que ses congénères après l’avoir dépossédé de sa rolex, le doute plane encore. Mais toujours est-il que Young Gul est toujours en vie, et devinez la destination vers laquelle il se dirige : Niou Iorke. À ce stade-là de l’histoire on ne se doute absolument pas qu’il compte rejoindre Ga Young pour lui demander de l’aide et du réconfort. Pas du tout. De même, on ne se demande même pas comment ça se fait qu’il connaisse le numéro de l’ambassade de Corée lorsqu’il est perdu dans le désert de Mexico, ni comment il a réussi à avoir assez d’argent pour faire des appels internationaux. Mais bon. Passons, puisque ce ne sont que des détails. Young Gul arrive enfin sain et sauf à la Grosse Pomme, et se met à rechercher frénétiquement Ga Young. Or, aucune étudiante enregistrée sous le nom de Lee Ga Young ne figure dans les dossiers de son école. Que s’est-il passé?

On découvre alors que Ga Young a elle aussi eu son lot de mésaventures. À son arrivée à New York, celle-ci a la mauvaise surprise de constater qu’elle n’est pas inscrite à l’école : elle aurait elle-même envoyé une lettre pour remercier et refuser l’offre d’admission et de bourse. La secrétaire ne le sait pas, mais nous, on sait que c’est faux, et on se doute bien que la méchante marâtre en est l’instigatrice. Et cerise sur le gâteau, sa fille, en liste d’attente, a pu se faire une place grâce au soi-disant désistement de Ga Young. Notre jeune héroïne se trouve donc passablement abattue (qui ne le serait pas?), mais heureusement pour elle, le monde est petit. Dans le journal du lendemain, elle découvre un article rapportant que Jung Jae Hyuk (Lee Je Hoon), un habitué du magasin de sa mère adoptive est en ce moment à New York, a fait un généreux don à l’école de Ga Young. C’est donc très naturellement qu’elle va le voir pour lui demander d’intercéder en sa faveur pour une réadmission à l’école. Ce qu’il refuse d’abord, et fait par la suite, lorsqu’il se rappelle d’elle. Ga Young est finalement réinscrite, et elle croise à sa grande surprise, en sortant de l’école un soir, Young Gul qui l’attend et qui lui saute au cou.

Ça, c’est la partie ok du scénario, pour l’essentiel. On se doutait déjà que Fashion King ne serait pas un « bon » drama, mais être un mauvais drama n’empêche pas d’être un drama divertissant et sympathique. Et je gardais l’espoir qu’il aille dans cette direction. Le scénario n’est pas nécessairement trépidant voire intéressant, mais les personnages se révèlent plus intéressants que prévu, surtout Ga Young : elle a beau avoir l’air d’une potiche sans cervelle 100% stéréotypée, elle reste néanmoins crédible et sympathique. Young Gul est à la fois le héros typique, et le héros atypique dans la mesure où oui, il est ce jeune homme un peu bruyant, à forte tête et un peu insouciant sur les bords ; mais il est également plein de douceur et d’attentions envers Ga Young, et ce, immédiatement (contrairement à un certain Jae Ha dans King 2 Hearts avec Hang Ah). Donc, relativement sympathique lui aussi et la relation entre nos deux héros est plutôt reposante et rafraichissante dans la mesure où elle est exempte de prises de tête (!!). Je n’ai cependant pas approuvé la manière dont le drama nouait les liens entre les 4 personnages principaux dans la mesure où il rend Young Gul et Ga Young comme des parasites envers Jae Hyuk. Je veux dire: je sais bien qu’il a l’air riche, mais on ne demande pas des faveurs ou de l’argent à quelqu’un que tu ne connais pas personnellement, juste parce qu’il a l’air influent et friqué. J’avoue que je n’ai pas compris la démarche de Young Gul d’aller lui emprunter de l’argent et se demander par la suite pourquoi ce dernier a refusé.

  

Mais après l’épisode 2, la série se barre littéralement en cacahuète. Et là, c’est du n’importe quoi à l’état pur : le drama s’enfonce dans les méandres sombres du mélodrame si bien qu’il en oublie d’être fun sur le chemin. Je me disais que c’était peut être une folie passagère, donc j’ai maintenu le cap jusqu’à l’épisode 6 où là, j’ai complètement lâché la barre. Plus la série avance, plus les situations catastrophes et dramatiques s’amplifiaient, devenaient exagérées et lourdes. En quelques lignes : Young Gul immigrant illégal est renvoyé au pays et fait de la prison pour un an ; en sortant de prison, il se fait tabasser par l’usurier (vous vous souvenez, le petit ami de la jeune fille avec qui Young Gul a malencontreusement couché) et ses sbires, et déteste de plus en plus Jae Hyuk pour des raisons relativement obscures (une histoire de fierté j’imagine) ; du côté de Ga Young, c’est pire : son renvoi de l’école de mode signe son retour au point de départ. Elle retourne alors en Corée, sans argent, sans emploi, sans diplôme et sans logement. Elle cherche par ci par là à se faire embaucher, mais sans diplôme, cela semble improbable. Elle retourne alors à l’ancien atelier de Young Gul où elle se fait insulter par le gérant losqu’il découvre qui elle est. Pour couronner le tout, l’ex de Young Gul passe par là et se met à tabasser Ga Young en l’accusant de lui avoir mis le grappin dessus (de quoi elle parle? on n’en sait rien.). Le tout sur une trame sonore atroce. On aurait pu penser que lorsque tout ce petit monde est de retour à Séoul, le drama gagnerait en crédibilité et en intérêt. C’est ce que j’ai cru aussi. Mais non.

 

D’autres événements se préparent : Jae Hyuk renoue avec son ancienne petite copine, Anna (Yuri), à la grande colère de ses parents. Vous croyiez qu’on nous ferait grâce d’une romance prise de tête étant donné le scénario déjà suffisamment foutraque des 4 premiers épisodes? Hé bien non mes amis, car la voici. Et en plus de ça, Anna a l’air bien relou comme il faut. On ne peut pas tout à fait lui en vouloir, et elle a certainement des tonnes de circonstances atténuantes, mais ses airs de princesse martyre n’émeuvent personne, et encore moins moi-même. Si elle arrivait à sourire un peu, peut-être qu’elle aurait pu avoir l’air un peu sympathique ; malheureusement, elle passe l’entièreté de ses scènes à être en colère et faire la gueule, peu importe dans quel contexte, peu importe avec qui. Et puis Jalousie et Envie arrivent et lorsque celles-ci sont dans le coin, on se doute que Trahison est dans les parages,trainant derrière elle Larmes, Désespoir et tutti quanti. Et là, mon cerveau a dit : Stop. Je n’en peux plus. Trop de mélo tue le mélo. J’en peux plus de voir Ga Young pleurer quinze fois par épisode, j’en peux plus de voir Young Gul prendre des décisions que l’on désapprouve et agir de façon si illogique, j’en peux plus de voir Anna tirer une tronche de trois kilomètres, j’en peux plus de la marâtre acariâtre et sa fille pleine de stupidité et de futilité, j’en peux plus de ce scénario qui ne va nulle part, qui manque de subtilité et qui se réfugie sans scrupule dans tous les stéréotypes possibles, j’en peux plus des incohérences et de la sur-exploitation des éléments dramatiques, et surtout, j’en peux plus de cette indifférence généralisée envers tous les personnages.

Parce-qu’au bout de 6 épisodes l’intrigue principale ne se met que timidement en marche, et, pour ne rien arranger les choses, les cinq épisodes précédents n’ont pas été suffisamment poignants pour qu’on éprouve un sentiment quelconque d’investissement. Pire, on commence à détester les 3/4 des personnages, et cela, ma foi, c’est le début de la fin ; jusqu’ici, je connais très peu de monde qui ont les nerfs assez solides pour continuer à regarder évoluer des personnages qu’ils abhorrent, et je ne fais pas exception. Bien sûr, on s’attache à Ga Young, et on espère juste qu’elle finisse par en faire voir de toutes les couleurs à sa marâtre, parce-que l’injustice envers les pauvres et les démunis attire toujours la sympathie. Mais malgré ça, ce n’est pas suffisamment convaincant pour me faire avaler les 14 épisodes restants. Il y avait du potentiel pourtant pour que le drama reste en course : le fan-service à chaque épisode (les réalisateurs ont tout compris), la relation entre Young Gul et Ga Young, indéniablement rafraîchissante et mignonne, et malgré le portrait un peu incendiaire que je viens d’en faire, il faut admettre tout de même que Fashion King n’est pas non plus une torture à suivre.

Seulement la concurrence est dure, il faut faire des choix, et le verdict tombe : Fashion King continuera sans moi.

Mina : Abandonner Fashion King, quelle excellente idée ! Ce drama est une perte de temps. J’ai regardé les trois premiers épisodes facilement et tous les éléments positifs dont j’ai parlé persistent : c’est agréable à regarder, c’est souvent amusant, les acteurs sont assez charmants (si seulement Yuri souriait aussi bien qu’elle fait les yeux noirs ce serait encore mieux) et on a envie de voir Ga Young réussir. Et de là découle mon problème : c’est bon pour Ga Young, mais je commence à en avoir assez de Young Gul. Yoo Ah In perd son temps avec ce personnage. Je l’ai rapidement trouvé intéressant dans le pilote quand il faisait ses petites magouilles et qu’ il veillait sur Ga Young, mais depuis qu’il a débarqué aux Etats-Unis je ne peux plus le supporter. Donnez-moi une raison de vouloir le soutenir, parce que pour l’instant à part son don et un vague indice de passé tragique je ne vois pas pourquoi j’aurais envie de voir réussir un « héros » aussi pénible, indiscret, immature et naïf. C’est vraiment dommage qu’ils n’aient pas plus profité de la présence de Kim Sae Ron et de Seo Yong Joo (excellents dans Can You Hear My Heart) pour tourner quelques épisodes de l’enfance des héros au lieu de s’emmêler les pinceaux lamentablement dans ces épisodes aux US qui tournent rapidement au ridicule, voire à l’insulte envers les New-yorkais. Ça nous aurait évité les stéréotypes (le drama conserve une image des Etats-Unis sérieusement périmée aujourd’hui) et ça nous aurait donné l’occasion de nous attacher beaucoup plus aux personnages. Et après avoir lu la critique de Kaa je ne peux pas m’empêcher de pousser un cri du coeur : le voyage aux US, tout ça pour ça ? Je pensais qu’ils nous infligeaient ces épisodes pour lancer ces jeunes vers le succès, pas pour renvoyer l’une de son école et enfermer l’autre en prison ! Là, ils se paient la tête du public.

D’autre part j’attendais une amélioration au regard des défauts du pilote mais à mon grand désarroi non seulement Fashion King ne corrige rien, mais il s’enfonce dans ses mauvaises habitudes. Je crois que j’ai craqué quand Young Gul est subitement devenu dévoué à Anna. Ce n’était pas vraiment ce que j’attendais du héros. Et en passant, était-il nécessaire de faire d’Anna une fille brimée de tous les côtés (par ses employeurs Américains et par la famille de son ex) ? Ce qui me restait de patience après ça a été piétiné par les dernières incohérences du drama à propos de cette histoire de mutinerie. La sorcière tient apparemment à faire jeter Ga Young en prison, allez savoir pourquoi (autrement que la cruauté gratuite je ne vois pas) et Young Gul est activement recherché par la police pour mutinerie et vol de bateau. D’abord je ne sais pas comme ils ont mené leur enquête mais je ne comprend pas comment la police internationale en est arrivée à ces conclusions ultra hâtives et ensuite je crois qu’ils ont mieux à faire que de chercher des voleurs de chalutier (et à moins que ce soit des affaires de piraterie, de trafics illégaux ou de pétrolier échoué il y a peu de chance pour que ce genre d’affaire soit aussi médiatisée comme elle l’est dans le drama). Pour résumer, non seulement je ne suis pas assez attachée aux personnages pour continuer, mais en plus les incohérences du scénario dont Kaa fait un inventaire non exhaustif épuisent ma tolérance aux absurdités que je tolère normalement pour un drama un peu farfelu comme Fashion King. Out, out, out.

2 réflexions sur “Les In et les Out d’Avril – Fashion King : Out.

  1. lol j’ai toujours adoré ce que tu ecris a propos des dramas en diffusion ou deja vu
    et la je suis d’accord avec toi n c’est vrai qu’il n’y a aucune trame , aucun sentiment qu’on ressent nous derrière notre ecran , c’est fade très fade j’avais commencé a regarder les 2 premier episodes et j’ai laisé tomer pour » the equator man » drama que je trouve très interessant
    merci beaucoup Mina pour tes commentaires précis , c’est la première fois que j’ecris ur un sujet ici
    bonne continuation

    • Merci Nadia ^^ en fait je n’ai écrit que la fin de l’article, c’est un article essentiellement écrit par Kaa (ce n’est peut-être pas encore très clair ^^; maintenant les articles sont signés et il faut regarder en haut si c’est « by Kaa » ou « by Minalapinou ».)

      Merci pour ton commentaire =D En effet le drama manque clairement d’une trame, d’une logique qui lie les évènements afin de former un ensemble homogène. Et les personnages finissent par être tellement clichés que (même joués par de bons acteurs) ça devient impossible de les supporter sur le long terme. Equator Man par contre, ça c’est autre chose !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s