Un pilote à la loupe : What’s Up !

J’avais vraiment envie de me réessayer à la récap pour un drama, et What’s Up s’est imposé comme le choix le plus évident. J’estime que le pilote est fondamental pour se décider sur les promesses d’un drama. Il arrive qu’on puisse se tromper, qu’un second épisode inverse totalement notre opinion soit positivement (cf Baby-Faced Beauty) soit négativement (cf Wild Romance), mais souvent le pilote contient en germe tous les indices qui permettent de se prononcer sur la suite, ou au moins pour faire des prognostiques. D’année en année j’ai besoin de moins en moins de temps pour me décider si je continue ou non un drama après l’avoir testé. Aujourd’hui j’inaugure une nouvelle approche : au lieu d’écrire des premières impressions je récapitule puis commente le pilote.

Celui-ci était hautement satisfaisant, et plus encore. Je m’attendais à ce que les personnages soient fouillés, mais j’avoue avoir été prise de court par le tournant sombre des évènements. Voilà la récap, mes observations sont à la fin.

Notre aventure commence par un enterrement. Sur l’air de Vois sur ton Chemin des Choristes, sept jeunes gens, tous en noir, se préparent pour la cérémonie. L’identité du disparu nous reste inconnue, mais rapidement une ellipse nous fait remonter le temps.

Nous découvrons deux de nos héros : Jang Jae Hun (Im Ju Hwan) et Ha Do Sung/Hadès (Dae Sung) . Le premier est pickpocket, et s’attaque avec sa bande aux salarymen qui rentrent chez eux complètement ivres. Il est débrouillard et téméraire, et à ce qu’il semblerait souvent contraint d’assurer les arrières de ses partenaires moins précautionneux. Le second a récemment entrepris une carrière de chanteur de métal, mais il dissimule son identité au public en portant un masque lors de ses apparitions. Il semble terrorisé à l’idée que sa mère ou sa sœur ne découvre la vérité et compte beaucoup sur son oncle, qui lui sert de manager.

Un soir, Jae Hun poursuivi par la police percute un passant avec son scooter. L’homme déséquilibré est ensuite frappé de plein fouet par un énorme camion. Sous le choc le jeune homme reprend ses esprits et regarde la scène avec effroi. Il attrape le papier jaune que tenait la victime, avance vers elle mais s’enfuit au son des sirènes.

De son côté « Hadès » est confronté lui aussi à une mésaventure inattendue. Epuisé par son concert il se réfugie dans sa loge, et le souvenir triste du jour où sa mère l’a abandonné refait surface. Elle lui avait dit qu’il devait absolument rester caché, pour assurer leur survie à tous les deux (enfant illégitime ?). Il détache son masque, et le regrette immédiatement : un paparazzi dissimulé dans sa loge le mitraille. L’intru est rapidement immobilisé par la sécurité, mais a le temps de lancer la carte mémoire à un collègue caché dans une foule de fans. Hadès téléphone sur le champ à sa mère qui lui dit qu’elle s’est déjà occupé de l’affaire, et qu’elle espère que ça ne se reproduira plus. Elle lui demande d’arrêter ce « jeu dangereux » (sa carrière de chanteur), mais Hadès rejoins son public, qui scande son nom. Il remonte sur scène et interprète une ballade. A la fin du concert, il annonce à tout le monde « Ce soir, Hadès est mort. » et laisse ses fans tétanisés.

Dans un état second, Jae Hun parcoure les rues, tenant serré dans ses mains le petit papier jaune. Il aperçoit des hommes qui déménagent des meubles, et se propose immédiatement de les aider. Je pense qu’il a besoin de se vider la tête, et de quitter les lieux. Il décharge les meubles et entre dans un bâtiment luxueux. Il entend une voix lyrique. Attiré, il pénètre dans une grande salle de concert et assiste à la répétition d’une chanteuse qui interprète un extrait du Fantôme de l’Opéra. Bouleversé il reprend conscience de la présence du petit papier jaune dans sa main, se remémore l’accident et s’effondre sur le sol, laissant libre cours à ses larmes.

Le jeune homme décide enfin de se renseigner sur les suites de l’accident. La caissière d’une petite boutique en face des lieux du drame est trop occupée à regarder les informations qui relatent les mots d’adieu d’Hadès pour lui accorder son attention, et lui marmonne que la victime de l’accident n’a pas été atteinte trop gravement. Soulagé Jae Hun sort de la boutique, mais nous apprenons ensuite par la bouche d’un collègue de la femme qu’il vient d’interroger que l’homme est décédé avant d’atteindre l’hôpital.

Notre héros rentre chez lui dans les hauts pauvres de la capitale. Il déjeune avec sa mère et lui demande si l’idéal ne serait pas pour tous les deux qu’il tente d’intégrer une université. Il n’a pas assez confiance en ses capacités intellectuelles pour entrer dans une filière classique. Inspiré par la représentation à laquelle il a assisté, il considère une école de comédie. Il explique à sa mère ce que la performance lui a évoquée : « c’est comme si j’avais trouvé la sortie de secours au milieu d’une incendie ». Lorsqu’il commence à lui parler de son cœur qui s’est mis à battre, sa mère, mi-amusée mi-touchée, lui offre l’argent nécessaire pour mener ses études. Cette scène est adorable. Jae Hun confie à sa partenaire de filouterie le soin de remplir sa candidature. Dubitative, elle lui confie son incertitude sur ses capacités. Il lui répond « ma vie est une école de théâtre ». Mais sait-il danser et chanter ? Ses « amis » froissés par sa décision de quitter cette vie de larcins l’inscrivent dans le programme musical au lieu du programme théâtral.

Park Tae I (Kim Ji Won) entre en scène. Elle semble complètement perdue dans le métro qui doit la mener à l’université, et imagine à côté d’elle son père lui donnant des conseils rassurants. Oopsie, c’est l’homme que Jae Hun a heurté avec son scooter. Soucieuse d’avoir pris la bonne direction elle vérifie qu’elle est dans le bon train auprès d’un autre passager, qui n’est autre que…Jae Hun. Drama-land et les coïncidences, une histoire d’amour éternelle.

Nous découvrons enfin l’université, et en particulier les lieux de l’audition. Il s’agit de l’université arts et culture Hanwool, et tous les professeurs sont en effervescence pour que tout soit prêt à temps. Dans la salle d’attente, les candidats répètent une dernière fois et essaient de parer leur stress. Le numéro 137, Kim Byeong Gun (Jo Jung Sok) est particulièrement nerveux. Un homme entre dans la salle, le silence se fait, il appelle des numéros. Les candidats sont tenus de taire leur nom et l’école dans laquelle ils étaient inscrits pour des raisons d’impartialité. Ce n’est pas encore le tour de Byeong Gun. Il s’effondre sur un banc accablé par le stress, mais une vision de rêve le rassure et lui dit que les professeurs eux-mêmes seraient dans cet état s’ils devaient passer l’épreuve.

Une jeune fille affronte le jury, se fait brutalement rabrouer lorsqu’elle marque un temps d’hésitation, et commence à interpréter Thank You For The Music d’une jolie voix. Nous apprenons le programme imposé : chacun doit chanter, danser et jouer un rôle successivement. Pendant ce temps Jae Hun parcoure le campus en courant dans l’espoir de trouver les lieux de l’audition. Il ne trouve aucun bâtiment consacré à la section théâtre, et lorsqu’il interroge un gardien, il réalise qu’il a été dupé.

La vision de rêve du numéro 137 s’appelle Eun Chae Young ( Jang Hee Jin), et elle passe l’audition. La directrice lui demande la raison de sa présence : en tant qu’enfant star, avec déjà dix ans de carrière d’actrice derrière elle, que fait-elle dans la filière consacrée à la comédie musicale ? Elle veut la version sincère, pas l’explication officielle qu’elle a lue dans les journaux. Chae Young lui confie qu’elle veut monter sur scène, mais refuse d’être une actrice qui profite de sa popularité pour s’imposer facilement dans des comédies musicales grâce à des rôles spécialement conçus pour elle. Elle veut apprendre le métier par la voix classique, comme les autres, pour gagner sa légitimité.

Une autre candidate entre en scène. Il s’agit d’Oh Du Ri (Im Joo Eun). Attifée comme une petite princesse elle semble appartenir à cette catégorie de jeune fille de bonne famille prise en charge par sa mère dès son plus jeune âge et formatée à réussir aux divers concours. Mais dès qu’elle sort du giron de sa mère, son sourire artificiel s’efface de son visage.

Park Tae I est arrivé sur le campus, et cherche son chemin. Désespérée, elle se confie au gardien qui lui a déjà indiqué la bonne direction plusieurs fois. Elle était déjà venue faire un repérage, mais il neigeait à l’époque et elle ne reconnait rien. Elle fond en larme. Retour dans la salle des auditions, où les candidats enchaînent les performances. La cloche sonne impitoyablement, et la directrice reste impassible. C’est le tour du numéro 137. Il rate complètement la partie chantée, accablé par sa nervosité. Il commence à massacrer également la partie jouée, mais le jury est intrigué par le choix du monologue. C’est un extrait d’une œuvre théâtrale prestigieuse qui figure dans le programme imposé, mais ils sont visiblement impressionné qu’un jeune de son âge ait lu ce texte en entier et surtout l’ai mémorisé entièrement, comme il en fait la démonstration.

Dans la salle d’attente Do Sung et Tae I font connaissance. Ils essaient de répéter un texte, mais Jae Hun leur pose une question inattendue : au fait, c’est quoi une comédie musicale ? Ils le dévisagent, incrédules. Un ange passe (ou plutôt un corbeau, mais c’est moins romantique). De son côté Du Ri livre une prestation complètement OTT au jury, digne d’un feuilleton télévisé pour midinettes. Elle constate rapidement que ça ne convainc personne, et change de registre de manière spectaculaire (Im Joo Eun n’a pas volé sa réputation de prodige). Elle bluffe l’auditoire jusqu’à la directrice elle-même, qui se prend à se demander si elle ne devrait pas répondre à son invective.

C’est le tour de notre Happy-Go-Lucky (Tae I) de passer. Elle interprète une performance étonnante et pleine de vie, pratiquement en transe. Je crois qu’elle a convaincue tout le monde (et moi-même) qu’elle a un grain, mais elle a un talent certain et une joie de vivre communicative. Jae Hun prend le relai. Bien sûr il n’a pas préparé d’enregistrement pour son audition, mais utilise ses techniques de manipulation pour s’en sortir. Il fait croire au jury qu’il connaît l’employé chargé des enregistrements, et commence à embarquer tout le monde dans une histoire d’amant bafoué au détriment du pauvre garçon. Il met un terme à la mascarade et annonce à l’assemblée éberluée qu’il s’agissait d’une impro (excellente cela dit, je me suis laissée prendre au début).

Et finalement c’est le tour de Do Sung. Il commence doucement, mais progressivement libère la pleine puissance de sa voix, et OMG, si je ne savais pas déjà qui est Dae Sung et quelle est sa puissance vocale, j’aurais crié au génie et applaudi de toutes mes forces, exactement comme une membre du jury qui se met à glousser et à applaudir comme une fangirl.

Bla-bla

Yohoo quel pilote ! L’introduction contient une sacrée dose de noirceur ! Le coup du Killer Truck est vieux comme le monde, mais je ne m’y attendais pas et la scène était bien construite. Il y a une montée en puissance de la violence des évènements avec en parallèle le chant funeste d’Hadès, et lorsque l’homme est heurté par le camion tous les sons sont coupés pour ne conserver que cette alarme cinglante, celle que fait l’appareil mesurant les battements de cœur lorsqu’il s’arrête. Décortiquer l’épisode m’a permis de constater que cette réalisatrice préfère nous montrer les choses que nous les expliquer, et c’est toujours un bon point pour moi. Pour l’instant il y a plus d’action que de dialogues, mais d’expérience je sais que ça évolue souvent vers l’inverse au fur et à mesure. Quoi que, What’s Up ayant été tourné entièrement avant sa diffusion, il se peut qu’ils aient eu le temps de continuer à construire une vraie mise en scène sur la longueur sans tomber dans le face-à-face ennuyeux si typique des fins de productions.

Ce premier épisode contenait un peu de Breakfast Club et il y a des catégories d’ados rapidement subverties : la provinciale nounouille, la fille à maman, le délinquant, le génie torturé, la star ambitieuse, le jeune premier émotif…et nous n’avons même pas encore fait connaissance avec tous les personnages. Je dois dire que j’ai été vraiment impressionnée par les auditions. C’était une façon efficace de nous présenter mieux les talents de chacun et de nous mettre l’eau à la bouche pour la suite. J’espère que la performance finale (s’il y en a une) ne tournera pas en eau-de-boudin comme celle de The Musical.

Tous les acteurs choisis sont épatants, Im Ju Hwan et Dae Sung en tête. L’un pour son jeu plus vrai que nature, l’autre pour sa voix d’ange. Kim Ji Won est exactement comme je m’y attendais : adorable. Elle surjoue un peu au début, mais sa séquence d’audition était tout aussi surprenante et intéressante que celle des autres, malgré sa courte durée. Je ne sais pas ce qu’ils vont faire de cette histoire de destinées croisées, « tu as causé la mort de mon père yada yada yada », mais je pense que je peux faire confiance à Song Ji Na pour mener le bateau loin des récifs qui le guette. Im Joo Eun est flippante, et elle promet d’être l’un des personnages les plus intrigants avec Chae Young. La diversité des personnages féminins permet de ne pas tomber dans des caractérisations trop évidentes, et c’est engageant pour la suite.

Et sinon j’aime bien cette idée que le monde de la comédie musicale puisse être une « porte de sortie » pour ces jeunes qui ont du mal à trouver leur place dans la société. J’espère que cette aventure sera l’occasion pour eux (et pour nous) de découvrir ce que l’art et l’amitié ont à offrir de cathartique.

13 réflexions sur “Un pilote à la loupe : What’s Up !

  1. J’attendais ton article avec impatience^^
    Le pilote de ce drama m’a un peu déconcerté, mais pas du tout d’une manière négative, j’ai enchainé le 2 juste après. Je trouve comme toi que le pilote arrive à nous présenté les personnages d’une manière subtile, et dès le début j’ai eu des coups de cœur^^
    Maintenant je suis à l’épisode 14, et le drama reste vraiment sympa^^

      • Ce drama se regarde très rapidement^^
        Oui moi aussi j’aime beaucoup Jae Hun. Im Ju Hwan nous offre une très belle prestation, ça change de son rôle de The Snow Queen ^^
        Et puis ses petits sourires *___* ^^ et je crois à l’épisode 11 il change de coiffure et *___*

  2. Moi le pilote m’a complétement convaincue et pour l’instant, même si je n’ai pas beaucoup avancé, j’aime beaucoup, on découvre de nouveaux personnages dans les épisodes suivants.
    Je pense qu’il va vraiment me plaire (pris pour qu’il tienne sur la longueur ^^).
    Mais des épisodes au format 45 min je préfère.

    • Avec cette scénariste, les risques sont vraiment réduits. Franchement je ne comprend pas pourquoi le drama a été bloqué en 2010. Dream High a choisit quasiment exactement la même histoire, mais l’a fait interpréter par des gros noobs et a voulu toucher un public le plus large possible. Bref.
      What’s Up est exactement ce que je voulais : un phénomène « générationnel » comme Garden State, Sonnenallee ou même Fame : il réussit à capter l’esprit de la jeunesse de son temps et l’identification est intense. Et les acteurs sont BONS.

  3. Ahhh après avoir attendu tellement longtemps What’s Up, après toutes les annulations, j’avais fini par abandonner l’idée d’un jour voir ce drama… Dieu merci le câble coréen existe! Comment SBS a pu rejeter cette série?
    Dès la première minute, quand j’ai entendu la musique des choristes j’ai su que je ne serais pas déçue et me voilà, au 16ème épisode, toujours aussi impressionnée par la qualité sur la durée de ce drama.
    C’est comme Dream High en plus mature. Ou comme You’ve Fallen For Me en moins bisounours. Et plus les épisodes passent et plus j’appréhende le moment où il va falloir dire adieu à cette série. Parce qu’avec 2 épisodes restants seulement et toutes les intrigues en cours au 16ème épisode… J’en viendrais presque à regretter que la série soit pré-filmée donc sans extension possible. Enfin… Non, quand même pas, les extensions sont généralement un massacre donc, non :)

  4. Je regarde en ce moment Wild romance et j’ai pris comme habitude de ne pas regarder en même temps deux dramas qui ont les mêmes acteurs .c’est un peu absurde mais ça me déconcentre.Je vais attendre que wild romance finisse et je m’y mettrais ,c’est sûr.J’ai regardé aucun drama musical,ça sera mon premier.Tu vas tenter Dream High 2?y’a Kang So ra en lead, je l’aime aimé dans Sunny et 4th period murder mystery mais je suis pas trop convaincue par le drama

    • Je vais tester Dream High 2 pour Kang Sora, Hyorin et Kahi (Kahiiiiiiiiiiii >_<) mais franchement le reste du casting m'indiffère et j'ai peur de voir encore une fois un produit manufacturé au lieu d'un vrai musical drama sincère. De toute façon en ce moment je suis à 200% sur What's Up, et je ne commencerai pas DH2 avant de l'avoir terminé.

  5. je suis d’accord en tt point ac ta critique, c’est un pilote très réussi et les coïncidences entre Tae Hee et Hae Jun qui ne m’ont pas gênée. Pour certains dramas je trouve ce genre de situation trop « grosse », mais ct assez subtile.
    Le casting est aussi très bon, je pense que ça joue bcp, pi on s’intéresse à tout le monde. Moi j’en suis à l’épisode 12 et c’est tjrs aussi passionnant ^^
    moi ce que j’aime bcp ce sont les scènes en plus (non montrées ms faisant parties de l’épisode, une scène coupée je dirai) à la fin de l’épisode ac une musique en fond, un peu comme un clip.
    D’ailleurs les chansons sont géniales (j’ai adoré celle d’Hadès).

    • Ouii les petites scènes en plus ! Décidément c’est Noël entre History of the Salaryman qui nous fait des bonus comiques et What’s Up des bonus soit comiques (à la fin de l’épi 5 XD) soit mélancoliques.

  6. Convaincue par ta review de ce pilote de tester cette série ! :) J’aimerais bien trouver (enfin) un drama musical qui me plaise sincèrement et dans lequel je puisse m’investir, ayant échoué devant tous les dramas du genre de 2011. Il y a l’air d’avoir des personnages forts, et une ambiance intéressante, et un côté plus mature qui peut me plaire.
    (Hop, ajouté dans mes programmes des prochains jours ^^)

    • Coucou Livia ^^ Tu peux y aller les yeux fermés ! Je suis arrivée quasiment à la fin, c’est d’une qualité constante et les acteurs ne cessent de se surpasser. Et c’est un vrai drama musical en plus ! Les personnages sont développés et les performances sont excellentes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s