Tree With Deep Roots : Premières Impressions

Eh bien, on dirait qu’un autre sageuk va se faire rayer de mon programme. Et ce n’est même pas la faute de Jang Hyuk !

Tree With Deep Roots commence par une longue scène d’action qui veut frapper l’esprit : nous y voyons un Jang Hyuk froid et calculateur qui programme soigneusement l’assassinat du roi Se Jong comme si ce plan était le couronnement de toute une vie, avant d’imaginer son passage à l’acte. Sur le fond intéressante, cette séquence d’introduction est assez ridicule sur la forme : elle présente des cascades filmées maladroitement et tente de créer une tension palpable à grand renforts de ralenti, de battements de cœur et d’effets spéciaux sans parvenir à capturer l’intérêt du spectateur (ou du moins, mon intérêt). Jang Hyuk ou pas Jang Hyuk, un autre acteur n’aurait rien changé au problème : c’est très pompeux et peu efficace, à tel point que ça en devient involontairement drôle. Nous faisons peu après un brusque retour en arrière pour comprendre comment le héros en est arrivé là.

Ddol Bok (Jang Hyuk) est le fils d’un esclave accablé d’un handicap mental (ça fait déjà beaucoup pour le pathos). Son père servait Shin On, le beau-père du Roi, frère du chancelier suprême. Nous apprenons que sa rancœur envers le roi Se Jong remonte à ses jeunes années, lorsque le roi Tae Jong s’est débarrassé de Shim On, entrainant avec lui la mort de son père.  En parallèle nous faisons connaissance avec le jeune Se Jong (So Jong Ki). On nous présente sa passion pour les jeux de réflexion et ses tentatives de lutte contre la tyrannie de son père. Les évènements seront déterminants pour la suite, et visent principalement à expliquer les motivations des différents protagonistes.


Ma première pensée a été à l’aspect visuel du drama : je ne m’y attendais pas, mais c’est (relativement) fade. L’image est pâlotte, un peu triste et rappelle plus les sageuks du début des années 2000 qu’un sageuk d’aujourd’hui, chose curieuse étant donné le budget important et les bandes annonces soignées. Difficile d’enchaîner avec une reconstitution aussi terne après avoir vu The Duo, GyeBaek et Princess’ Man. C’est mieux que King Gwanggaeto, mais ce dernier n’est pas exactement une bonne référence. Les séquences au ralenti n’aident pas à prendre le héros au sérieux, sans compter une direction d’acteur peu subtile qui parfois les pousse à en faire trop. Les transitions entre les scènes sont aussi maladroites que le reste. Par exemple on passe d’une violente séance de torture aux ministres qui pêchent dans un des lacs du Palais avec Tae Jong. J’ai bien conscience de l’intention métaphorique derrière cette transition, mais c’est amené de telle sorte que le spectateur est plus interloqué et confus que pénétré par la profondeur du message. L’immersion est rendue d’autant plus difficile par un soundtrack instrumental des plus anodins. C’est bizarre, mais j’ai l’impression que le script est trop intelligent pour la réalisation. C’est la première fois que j’ai ce sentiment puisque la plupart du temps c’est l’inverse (on a une belle réalisation mais un scénario abyssal). Ici le discours lui-même est intelligent, mais la réalisation serait parfaite pour un script beaucoup plus simpliste. Cela donne un décalage un peu embarrassant.

Je pense que Tree With Deep Roots fait partie de ces dramas qui veulent absolument entrer en compétition avec les meilleurs sans avoir le talent requis pour le faire. La promotion était un cran au-dessus du résultat final, et c’est toujours décevant lorsqu’un drama n’est pas à la hauteur de ce que l’on nous fait miroiter. L’histoire de Ddol Bok qui domine le pilote n’est pas totalement inefficace et parvient à toucher, mais on peut oublier l’originalité. Les ficelles sont classiques : des enfants intelligents et attachants pris dans la toile d’une intrigue politique qui va bouleverser leur destin à jamais. Un amour d’enfance, des séparations tragiques. Le problème c’est que depuis quelques temps cette phase a été prise en main avec plus de flair et d’inventivité, et Tree With Deep Roots me rappelle un peu trop mes premiers fusions sageuks comme Iljimae ou Strongest Chil Woo. Les « coïncidences » qui scellent la destinée des uns et des autres n’aident pas beaucoup à se sentir impliqué dans leurs différentes quêtes. On a envie d’en finir avec ces passages obligés de cris et de larmes pour rapidement passer à autre chose.

Lorsqu’il faut mettre en scène l’enfance ou la jeunesse des héros, trop de drama optent pour la voie la plus facile et y consacrent deux épisodes (voire quatre) un peu lourds et conventionnels. Ça peut aider le spectateur à s’attacher à ces destinées, tout en retardant l’arrivée des adultes pour ménager un effet d’attente et de surprise. Le problème c’est que la plupart du temps ce nombre restreint d’épisodes ne permet pas de mettre en scène autre chose qu’une histoire de fond simple qui dévie rarement d’un schéma préconçu. Une autre solution consiste à étendre cette entrée en matière pour en explorer à fond toutes les possibilités (comme l’ont fait The Duo et Giant qui dédient chacun pas moins de huit épisodes à l’adolescence de leurs personnages), mais avec le danger de décevoir lorsque les enfants-acteurs sont trop doués pour leurs homologues adultes. Tree With Deep Roots a l’avantage d’avoir So Jong Ki pour pimenter cette phase, mais les autres rôles sont trop jeunes pour être vraiment intéressants et le drama échoue à nous attacher à la vengeance de Ddol Bok, présentée maladroitement au début de l’épisode. La trame est d’une simplicité déconcertante pour un drama qui mise sur le côté mystérieux de son intrigue.

La seconde partie de l’épisode est beaucoup plus séduisante, puisqu’elle met enfin en scène le personnage clé du drama : le roi Se Jong. So Jong Ki est impressionnant dans le rôle du jeune souverain, déchiré par sa propre impuissance devant les agissements de son père. Contrairement à l’histoire un peu trop téléphonée de Ddol Bok/Jang Hyuk, la sienne est d ‘une grande force et  sonne immédiatement juste. Sa relation tourmentée avec son tyran de père nécessite quelques recherches : Se Jong était le second fil du roi Tae Jong, mais le prince héritier, voyant en lui un souverain plus compétent que lui-même, s’est comporté de sorte à être banni de la Cour. Son petit frère a été couronné du vivant de son père, mais Tae Jong a continué à garder certains pouvoirs militaires. Nous le voyons dans Tree With Deep Roots acculer son fils à prendre des décisions terribles (comme celle de condamner à mort son propre beau-père, entre autres) et Se Jong impuissant se voit contraint de lui céder, tout en essayant désespérément d’offrir une porte de sortie aux victimes. 

C’est un peu la même dynamique que je viens de voir dans The Princess’ Man lorsque le prince Su Yang force la main à son neveu pour faire exécuter les « traîtres » contre qui il a lui-même comploté. La principale différence réside dans l’objectif du tyran : Su Yang a écarté du trône le jeune roi pour prendre sa place tandis que Tae Jong vise plutôt à entraîner son fils à régner comme lui. Se Jong, dont le tempérament ouvert et doux s’accorde mal avec la tyrannie de son père trouve un refuge dans ses jeux de déduction, dont une ancienne version du Su Do Ku. Une scène magistrale le montre aux prises avec Tae Jong : son père jette à terre ses cartes pour lui faire comprendre qu’il doit régner sans partage et éliminer ses concurrents. Malheureusement après ces changements bienvenus le drama retourne à Ddol Bok pour lier son avenir avec les décisions de Tae Jong et de Se Jong. L’ennui refait surface, et le cliffhanger qui clôt ce pilote n’est pas d’une grande efficacité.

Réalisation : B –  L’année dernière mon principal reproche concernait l’usage intensif et pénible de la caméra-épaule, ici  c’est le ralenti usé jusqu’à la corde qui agace. Le ralenti nécessite une parfaite maîtrise des chorégraphies de combat, et visiblement celui qui s’en charge pour Tree n’a pas la technique suffisante pour en tirer quelque chose d’esthétique. Ajoutez les problèmes que j’ai déjà évoqué plus haut et vous obtenez le principal défaut de Tree. Le drama a pour lui (de temps en temps) de jolies couleurs, de beaux costumes, mais c’est bien peu pour compenser le reste.

Casting : B + (?) Le drama bénéficie d’un beau casting secondaire, mais comme pour le reste, il n’est pas mené comme il le faudrait et la prestation des uns et des autres est interchangeable avec n’importe quel rôle de gentil/méchant des fusion sageuk les plus manichéens et seul le duo So Jong Ki/Baek Yoon Shik se détache vraiment du lot. Je n’ai jamais considéré Jang Hyuk comme un bon acteur (au contraire, c’est vraiment l’une de mes « bêtes noires ») mais pour une fois sa présence ne me gêne pas plus que ça, sans doute parce qu’il partage la vedette avec le rôle de Se Jong. Je ne peux pas me prononcer définitivement sur la question des acteurs, n’ayant pas encore vu jouer très longtemps les autres membre du casting adulte (dont certains ne sont même pas encore apparus).

Scénario : A – Si l’on met de côté la platitude de l’histoire de Ddol Bok, on ne peut qu’être intrigué par celle de Se Jong, et si il y a un élément qui peut vraiment vous faire revenir pour en voir plus, c’est la création du fameux Hangul : comment Se Jong et la petite So Yi (ici présentée comme l’amie d’enfance de Ddol Bok) vont se rencontrer, comment vont-il forger ensemble l’alphabet Coréen ? Comme pour Sungkyunkwan Scandal l’année dernière la curiosité intellectuelle rend le scénario attrayant, sans compter qu’il y aura une affaire de meurtre en parallèle à résoudre.

Verdict : Okay Kimchi Tree With Deep Roots bénéficie d’un scénario riche, et surtout d’une histoire aux enjeux de taille. C’est vraiment dommage que la réalisation ne suive pas. L’intrigue est de toute évidence calibrée pour un montage nerveux, une ambiance tendue et un cadrage intelligent, et malheureusement le résultat manque de rythme, allonge des scènes inutiles, en raccourcis des plus importantes et oublie de se focaliser sur l’essentiel pour en tirer le maximum (en particulier je pense que la psychologie du jeune Se Jong méritait plus d’attention). J’ai beau voir le potentiel du scénario, je ne pense pas continuer l’aventure. C’est un drama intéressant par rapport à la vérité historique qu’il reflète, mais peu captivant lui-même. Je vais attendre de voir si d’autres en disent quelque chose de plus lorsque les acteurs adultes auront pris le relais, mais aucun élément n’a été suffisamment puissant pour me donner envie de revenir devant ce drama une seconde fois.

Advertisements

2 réflexions sur “Tree With Deep Roots : Premières Impressions

  1. Critique (comme toujours) très constructive et intéressante. Particulièrement pour moi, qui avait noté ce drama dans les « dramas à voir absolument » et qui en attendait sinon beaucoup, au moins quelque chose.
    Autant dire que ton avis me freine un peu, mais n’ayant pas vu encore le pilote, je me mettrai devant et je verrai bien par moi-meme :). Et il faut dire également que bien qu’aimant beaucoup le genre historique, je n’en ai finalement pas (encore) vu tant que cela, quand j’y repense, donc peut-etre y aura-t-il des défauts qui me sauteront moins aux yeux ? A voir…

    • D’après ce que j’ai vu du teaser le second épisode à l’air un peu mieux que le premier, et je pense qu’il y a encore beaucoup de chances que le drama s’améliore par la suite. Le problème c’est vraiment l’écart important entre l’histoire de Se Jong, vraiment passionnante, et celle de Ddol Bok, sorte de minimum syndical scénaristique de l’enfance tragique, déjà désamorcée à cause de la première scène (et du synopsis puisqu’on sait déjà qu’il va servir le roi par la suite).
      Moi j’ai besoins de plus d’un seul personnage auquel je peux m’attacher pour continuer, et Se Jong tout seul c’est un peu léger. Mais Tree With Deep Roots n’a pas encore montré toutes ses cartes, alors il y a de l’espoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s