City Hunter : Premières impressions

J’ai pu rapidement mettre la main sur les quatre premiers épisodes de City Hunter, et…disons que ça correspond exactement à ce que j’espérais voir ! Du bon vieux revenge thriller, avec en plus des éléments « justiciers de l’ombre » largement inspirés de la vague récente des super héros/antihéros aux Etats-Unis (Dark Knight, Green Hornet…). Chaque épisode est bourré d’informations, les choses avancent vite (à mon grand plaisir) et heureusement la trame est cohérente, ce qui n’était pas gagné à la vue de la campagne promotionnelle légèrement éparpillée. Inutile de chercher points communs et divergences avec l’œuvre de Tsukasa Hojo, nous sommes face à un drama typiquement Coréen. C’est une sorte de « Séoul City Hunter  : les origines » qui revient sur la genèse de notre héros. Ça impliquerait une fin ouverte à la TBDW. Je suis on ne peut plus comblée !  Mais trêve de prédictions, penchons-nous sur ce nouveau bébé.

PS : à l’origine je voulais juste m’en référer aux articles d’Eclair et de Livia mais comme je suis un peu plus loin dans mon exploration que prévu je voulais tout de même parler de la suite. J’évoquerai moins les deux premiers épisodes, très bien décortiqués sur leurs blogs sans qu’il ne me reste grand chose à ajouter ^^

Jonghyun (SHINee) & Yanghwajin -It’s Alright, City Hunter OST


J’ai été agréablement surprise par le point de départ de City Hunter. Le choix de faire commencer cette histoire au début des années 80 avec un attentat bien réel en y mélangeant des éléments de fictions fonctionne bien. Le ton est donné d’emblée, ce qui est plutôt rare dans ce genre de dramas qui souvent brouillent les pistes pour petit à petit révéler tenants et aboutissants de l’intrigue. Nous voyons donc le petit Yoon Sung, fils d’un chef militaire envoyé en Corée du Nord être enlevé par l’ex-coéquipier de son père et entraîné dans un camp secret en Thaïlande à diverses disciplines de combat. Jin Pyo veut en faire l’instrument de sa vengeance contre les cinq hommes politiques qui ont décidé de fusiller son équipe pour faire disparaître toutes les traces de cette opération aux conséquences diplomatiques incertaines, fusillade dont a été victime le père de Yoon Jung. Dur dur pour un petit garçon et j’ai été plutôt touchée par ce premier twist qui enchaîne les horreurs avec un rythme soutenu (une tuerie, un bébé enlevé, Yoon Sung entraîné à devenir une machine de guerre, sa mère adoptive qui meurt sous ses yeux, le comportement abrupt de son père adoptif qui lui fait croire que sa mère l’a abandonné…bref on est pas à Disneyland). J’ai beaucoup aimé le passage rapide de la Thaïlande à la Corée du Sud : disons qu’après les nombreux épisodes de Giant, de The Duo et de CYHMH qui s’attardent sur l’enfance des héros j’ai été soulagée de voir rapidement apparaître Lee Min Ho sur son éléphant puis à Séoul. 

La suite nous emmène dans les coulisses de la maison bleue où nous faisons la connaissance des autres personnages secondaires et où nous retrouvons les vieux grigous à des postes politiques majeurs, dont un devenu Président. Sa fille a besoins de gardes du corps et c’est Kim Nana qui s’y colle. Yoon Sung débarque en même temps au MIT (sa couverture) et nos deux héros se croisent souvent, non sans heurts.

La suite nous plonge dans une course à la revanche où fils et père adoptif essaient de mettre la main sur les auteurs de la décision qui a coûté la vie aux membres de la mission secrète de Jin Pyo. Le deal est le suivant : le premier arrivé décide selon ses convictions du sort de la cible. Jin Pyo entend bien leur faire payer le prix du sang tandis que Yoon Sung ne veut pas devenir un meurtrier et engager de nouveaux cycles de vengeance (MERCI Yoon Sung, sincèrement merci). Il préfère la voie légale et livre sa première cible dans un colis au procureur Kim Yong Joo (lui-même fils de l’un des comploteurs). Au suivant !

Ce que j’apprécie particulièrement avec City Hunter, c’est son absence de prétention mal placée. Je pense à Midas quand je dis ça, et à tant d’autres Kdramas qui se prennent beaucoup trop au sérieux, sans assurer derrière. Ce n’est pas que City Hunter ne se prenne pas au sérieux, mais il avance très sur de lui, assume à 100% la moindre de ses scènes et les construit sans aucun décalage entre le message qui doit passer et le résultat concret. Je pense que la réalisation est à saluer en premier. La musique en jette et elle est insérée comme il faut, c’est filmé de manière dynamique, je comprend ENFIN quelque choses au déroulement des combats que ce soit à main nue ou à main armée (et en parlant de ça j’aime bien l’usage de la slow-mo, The Duo fait pareil et ça rend très bien). Prenez IRIS : vive la caméra-épaule qui donne envie de vomir (aka caméra-man ivre) et les explosions ! Je suis tellement, tellement soulagée de voir ces deux procédés fatigants mis enfin de côté pour privilégier la véritable action badass, sans fioritures inutiles. Assumée quoi.

Penchons-nous sur le scénario. J’avais deux trois choses à lui reprocher après les deux premiers épisodes, notamment quelques incohérences un peu grosses, des réserves sur la vengeance de Jin Pyo et des craintes sur ses conséquences. Heureusement les épisodes suivants ont fait de ces points faibles de l’histoire ancienne en répondant rapidement à pas mal de questions laissées en suspens et et relançant immédiatement cette histoire de guerre privée sur de nouvelles bases. J’apprécie énormément qu’ils mettent d’emblée les pieds dans le platJ’ai eu des difficultés à accepter la métamorphose de Jin Pyo de coéquipier fidèle à voleur d’enfant tortionnaire, mais finalement je suis ravie de le voir occuper rapidement une place de véritable manipulateur sans scrupules. C’est le véritable boss final, un personnage ambigu, et je suis à fond pour un peu de subtilité (même si on retrouve au final exactement la même dynamique que celle de Time Between Dog and Wolf, plus ou moins inversée dans le temps). Quand à Yoon Sung lui-même, sa destinée est beaucoup plus intéressante que les débuts du drama ne le laissaient présager. Il se place d’emblée en plein cœur des différents conflits, sûr de ses conviction. Les héros torturés c’est bien, mais on peut réserver ça pour plus tard. Pour l’instant j’aime son assurance, sa fausse insouciance, sa solitude.

Et que serait un Kdrama sans sa romance, son OTP, ses destins croisés, son carré amoureux ? J’avais peur de voir quelque chose de cliché mais Park Min Young n’est pas la demoiselle en détresse de base. OUF. J’ai adoré sa façon d’envoyer tout le monde sur le tapis au début, sans pour autant que les scénaristes ne fassent d’elle un garçon manqué ni qu’ils se sentent obligés de l’enlaidir (double, triple ouf). Lee Min Ho et Park Min Young ont très vite un bon feeling, entre camaraderie bon enfant, empathie (ils sont tous deux très seuls) et attirance mutuelle très glamour. Je n’utilise jamais ce mot mais mettez Lee Min Hot et Park Min Young face à face et c’est le premier qui me vient à l’esprit. Et vous avez vu comment il la regarde ? Moi je ne peut pas résister. Ça n’entre pas dans mes compétences.

Mais parlons un peu des acteurs. Lee Min Hot, aka Lee Min Ho My God est plutôt convaincant. J’avais peur qu’il soit complètement  à côté de la plaque (un peu comme Chun Myung Jun dans The Duo) mais je suis agréablement surprise de constater qu’il incarne plutôt bien son personnage de faux playboy redresseur de torts. Je pense que Lee Min Ho ne mettra pas forcément tout le monde d’accord, mais depuis le début je fais partie des adeptes. Il a une espèce de charme bien à lui un peu maladroit mais assez plaisant, et surtout je suis faible devant ses yeux de Bambi et sa voix un peu nasillarde. Il me fait penser à un kéké des plages dans toute sa splendeur, mais que voulez-vous, je mords à l’hameçon. Un peu déçue de ne pas voir Park Min Young pendant le pilote, le second m’a immédiatement rassurée sur ce point : elle est très présente. Et vraiment, j’aime beaucoup cette actrice. C’est mon troisième drama avec elle, et malgré son physique (de rêve) reconnaissable entre mille et sa voix bien particulière j’ai toujours l’impression d’avoir devant moi un personnage différent. Sa prestation est toujours nuancée d’un drama à l’autre, et j’espère qu’elle va continuer à choisir des rôles intéressant.

Pour les second leads nous avons Lee Jin Hyunk, qui fait dix ans moins jeune sans sa moustache et avec quelques kilos en moins. Plutôt pas mal dans ce rôle de procureur droit dans ses  chaussures qui incarnera le « White Knight » du drama (espérons juste qu’il ne finira pas comme Harvey Dent), potentiel prétendant de Nana et rival/bro de Yoon Sung. Leur première confrontation était hilarante, la meilleure depuis les prises de bec entre Hae Yong et Prof Nam (My Princess). Du côtés des ladies nous avons Gu Ha Ra…qui est…euh…une starlette sur un plateau de tournage. J’espère qu’elle ne va pas devenir un personnage trop récurrent. Je n’irai pas jusqu’à dire comme Koala que c’est une actrice abominable qui ferait mieux d’être immédiatement virée du drama, mais pas loin. Enfin c’est Hwang Sun Hee, l’ex psychopathe implacable de Sign qui se colle au rôle de la potentielle rivale, et autant dire que je suis incapable de me concentrer sur son rôle avec le souvenir impérissable de sa prestation précédente. A chaque fois qu’elle parle de façon un peu brusque à un personnage j’ai envie de lui crier de fuir loin avant qu’elle ne décide de le bouffer tout cru. Ca passera, ça passera…

Le coéquipier de Yoon Sung est joué par le toujours très drôle Kim Sang Ho (Triple, Sparkling) qui semble se tourner vers le petit écran après une carrière cinématographique bien remplie. Nous retrouvons également la géniale belle-mère d’Han Hyo Joo dans Shining Inheritance, Kim Mi Sook, dans le rôle de la mère trahie de Yoon Sung. Cette femme est sublime, et il va falloir qu’elle me donne ses secrets beauté. Je veux lui ressembler quand j’aurais son âge *_* Enfin revoir Sang Min de Giant était aussi un gros point positif. Ce cast est assez incroyable en fait, quand on se rappelle qu’il réunit presque tous les vétérans sud-Coréens du coin…

Réalisation, Scénario, casting, je crois que j’ai fait le tour même si je suis loin de couvrir tout les thèmes abordés. Un solide drama d’action qui en a surpris plus d’un par ses qualités inattendues !

Casting : A (Lee Min Ho était le gros point d’interrogation du drama, mais Hotness + talent en train de se développer = j’achète. City Hunter est une véritable orgie pour les amateurs de vétérans confirmés, et Park Min Young est charmante. Les casting secondaire est tout aussi bien choisi avec l’exception de Gu Ahra)

Scénario : B + (on était parti sur des bases plutôt instables, mais la barre s’est redressée très vite !)

Réalisation : A + (très bonne qualité pour un genre soumis aux diverses tendances visuelles hasardeuses)

Verdict : Good Kimchi ++

Je veux ce sweat *_* (nya)

13 réflexions sur “City Hunter : Premières impressions

  1. J’étais pressée de lire ton article sur ce drama^^
    J’ai le même avis que toi, j’ai remarqué qu’on a des gouts assez similaire en matière de drama de toute façon xD
    Mon dernier drama d’action c’est Athena et j’ai été très déçue, mais City hunter montre un très bon potentiel^^

    Lee Min ho m’a pas encore complément convaincu, mais je pense que je vais pas résister très longtemps, moi aussi je suis faible… surtout quand dans une scène au début il a la même voix que Kim Nam Gil, quand il dit qu’il va tous les tuer.
    Pour Park Min Young c’est simple j’aime quand les héroïnes savent se battre, bon même si je suis très contente quand on vient les sauver, mais bon une fois ca va mais c’est tout^^
    Moi j’ai beugué quand j’ai vu Hwang Sun Hee, jme suis dit, tient je l’ai vu quelque par, mais où?? et jme suis très vite rappeler, et bon elle a la même coiffure et elle me fait peuuuuuuuuuuuuuur!!!!!

    Bon vivement la suite^^ j’ai lancé rapidement le 5 en RAW, mais bon un peu trop compliqué pour que je comprenne –‘

    • Hwang Sun hee a un regard vraiment flippant ! Je peux pas m’empêcher de délirer à chaque fois qu’elle apparaît en imaginant comment elle pourrait s’amuser à tuer tout le monde ^^
      +1 vivement la suite ! =D

  2. Coucou Mina!
    Tes premières impressions me donne envie de continuer ce drama que je n’ai juste effleuré du regard pour le moment (les dix premières minutes à vrai dire). C’est surtout le duo d’acteur qui me tente, un Lee Min Ho oh combien charmant et surtout Park Min Young, et je te rejoins totalement sur la présence de cette actrice, qui m’a tant plu dans SS. Pour l’action, j’attends de voir, n’étant pas du tout fan du genre, mais si City hunter amène plusieurs fois la comparaison avec TBWAD, je tente le coup sans broncher! Bref, je cours en voir un peu plus!

    Merci pour ton billet

    • Coucou Xiaoshuo ! merci pour ta réaction ^^ je penses que tu peux aimer, c’est très grand public (dans le bon sens du terme) et surtout c’est super super divertissant, et le duo MinMin est trop <3 j'attends ton avis perso ^^

  3. Olala, as tu vu la fin de l’épisode 8? Bon moi c’est net, CIty Hunter, j’adhère totalement ! Meme si au final, le titre n’as pas grand chose a voir avec le manga, c’etait surtout pour attirer les curieux nostalgique. Mais la série est super !

    • Pas encore ! hier soir j’ai regardé les épis 5 et 6, et ce soir 7 et 8 ! tu attises ma curiosité. J’ai envie de dire que je savais que ça allait être génial XD mouahahahah (mine de rien j’avais dit que je le sentais bien ce drama^^)

  4. lol j’aime bien les gens qui adhèrent à lee min ho en tant que Ryo Saeba quand ce personnage a tout simplement été éffacé pour en faire réchauffé de ses (lee min ho) précédents personnages avec des armes. Lol désolé mais j’adhère pas une seule seconde à cette tuerie de city hunter. Je commence à croire que ce lee min ho est le justin bieber des korean dramas (il verse une larme et cela suffit à en faire un prétendant aux oscars) parce que franchement là il est trop juvénile et pimrlimpimpim pour espérer arriver à la cheville de Nicky Larson. Tous ces entrainements et même pas le moindre muscle (on dirait qu’il va se casser). C’est une insulte même d’avoir pris cette « poupée » pour jouer le rôle. Park Min Young est tout aussi à côté de la plaque.
    J’ai l’impression de regarder « l’école des champions » façon armé avec son lot de triangle amoureux coréen.

    • Lee Min Ho est certes loin d’être un vétéran, mais je ne pense pas que le mot « poupée » lui convienne du tout. Ça fait déjà le quatrième drama que je regarde avec cet acteur dans le rôle principal, et il a définitivement du talent à revendre et un petit plus que les autres qui le rend diablement attractif.
      A priori je pensais également qu’ils avaient réécris le rôle de Ryo pour que Lee Min Ho puisse le jouer, mais plus j’avance dans le drama et plus l’évidence suivante saute aux yeux : c’est un rôle beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord, et c’est bien Lee Min Ho qui a du s’adapter à son personnage et pas l’inverse. On est vraiment très très loin de ses deux rôles précédents dans Boys Before Flowers et Personal Taste. Non City Hunter est un drama particulièrement bien dirigé, et au final je suis très satisfaite de voir qu’ils ont décidé de faire un drama typiquement Coréen plutôt que de vouloir absolument s’adapter au scénario original qui reste très marqué par la culture Japonaise.
      Park Min Young à côté de la plaque ? En tant que garde du corps et potentielle ennemie/amante du héros je trouve qu’elle se débrouille comme une championne.
      Après c’est sûr et certain que si l’on vient pour voir du Nicky Larson, on tombe au mauvais endroit. Mais je pense que discréditer le drama et ses acteurs principaux pour son infidélité à l’œuvre originelle n’est pas lui rendre justice.
      Merci pour ta réaction !

  5. ah j’avais pas vu que tu avais déjà sorti ton article sur City Hunter..
    j’étais pas trop convaincu après les 2 premiers épisodes, mais là après les derniers épisodes j’adhère complètement au drama…
    j’adhère toujours pas entièrement à la vengeance, ni à la façon qu’à Yoon Sung de l’exécuter.. ( sur le coup ça a bcp d’impact mais je trouve que c’est quand même un peu faible..) mais sinon c’est que du bonheur.. ça ne se rapproche pas du tout de ce que j’avais imaginé et c’est tant mieux! j’avais peur aussi pour Lee Min Ho, mais je trouve aussi qu’il se débrouille plutôt bien.
    merci pour ces impressions!

    • C’est vrai que si j’avais écrit mes premières impressions juste après avoir vu les deux premiers épisodes, j’aurais été beaucoup moins enthousiaste. J’avais peur pour cette histoire de vengeance aussi (le coup du vol d’enfant j’ai eu du mal à le digérer, et encore si ce n’était que ça…) mais plus j’avance et plus j’adhère. Les épisodes 7 et 8 étaient particulièrement bons, et si le drama continue sur sa lancée ça va être un vrai bonheur à regarder ^^

      • le coup du vol, le fait que soi disant personne ne s’est posé de question sur ce qui est arrivé à la vingtaine de soldat disparu (p-e que c’est moi qui n’ai pas bien compris pour cette partie là), mais surtout le personnage du père adoptif.. j’ai des frissons dès que je vois ce type. Je comprend qu’il a été traumatisé par les événements mais bon quoi, je vois pas trop en quoi ça regarde Yoon Sung, en tout cas pas au point où il a du l’élever pour en faire une machine de guerre..
        Pour moi, le principal intérêt de cet aspect de l’histoire reste surtout la façon dont elle lie les personnages et qu’elle les force à agir avec de vrai enjeux.. et parce que ça ne fait pas de mal d’avoir qques scènes d’actions!
        enfin, vivement la suite!

  6. Ah oui, City Hunter et les incohérences, une grande histoire d’amour ! on pourrait faire une liste avec tout ce qui cloche, mais miraculeusement ça tient plutôt bien. Et en effet vivement la suite (ça devient de plus en plus dur d’attendre).

  7. Je trouve que tout dans ce drama est parfait , C’est simple j’arrete pas de refaire les épisodes entier en attendant la sortie de la suite , Un gros coup de coeur , le drama de l’été pour moi ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s