15 AMV, 11 raisons pour lesquelles j’aime l’animation Japonaise

Hier soir j’errais sur Youtube en quête de nouveaux AMV (Anime Music Videos) et de fil en aiguille j’ai découvert toute une série de superbes vidéos. Il y a toujours une période de l’année où je délaisse un peu les Kdramas pour me replonger dans l’animation Japonaise, que je ne cesse de surveiller. Cette période est généralement brève, mais le dépaysement procuré permet de se vider la tête pour mieux revenir aux dramas ensuite. A la base je voulais faire un top, mais finalement j’ai trouvé que ces vidéos illustraient parfaitement le pourquoi de ma petite addiction.

Pourquoi 11 raisons ? Si j’étais Donglas Walker/NC je répondrais « Because I like to go one step beyond » mais je n’ai pas d’explication aussi classe, et c’est juste parce qu’au final je me suis retrouvée avec un chiffre impair. Je ne me suis pas sentie le coeur de supprimer une seule de mes raisons et vidéos ^^;

1. Madame/Monsieur est servi(e)


Difficile de parler anime sans parler de fanservice. A Kdrama-land nous avons droit aux fameuses scènes de douche, de musculation et autres combats de boue (et ce n’est pas Lee Min Ho qui va dire le contraire). A animes-land, c’est plutôt le jeu habile de l’angle adopté qui prévaut, comme si une caméra imaginaire se promenait sous les jupes et dans les décolletés des Lolis, Moe et autres Tsundere. Mais il y en a aussi pour les filles ! On peut dire que c’est inversé par rapport aux Kdramas (quoi que ces derniers temps les flower boys ont du succès), où la virilité de ces messieurs est mise en avant : un bishonen sera souvent très efféminé dans un anime, même si les playboys ont aussi leurs fans.


Ce n’est pas la raison principale pour laquelle je regarde des animes, mais ça ne gâche rien, surtout lorsque c’est bien fait. J’ai trouvé deux clips amusants (ne vous inquiétez pas je n’ai pas posté deux condensés de fanservice lourdingue comme on peut en trouver), le premier sur les bishonen, illustré par « I’m Your Man » de SS501. Je ne sais pas trop quoi penser de cette récente tendance d’illustrer les AMV par de la Kpop, mais ici ça colle particulièrement bien. C’est surtout assez drôle si on prend ça au second degré (le passage avec Zero de Vampire Knight qui se morfond en particulier). La seconde vidéo est plus orientée harem, même si encore une fois l’humour est omniprésent, et le thème plus large.

Bishies Overload

Pacific Coast Party 

2. Oubliez Twilight et ses vampires-boules à facettes végétariens, Alucard est le véritable héritier du célèbre monstre aux dents longues…

Hellsing

Hum…en fait je voulais juste un prétexte pour poster cette vidéo très travaillée, réalisée par celle que je considère comme l’une des créatrices d’AMV les plus talentueuses : Marissa Panaccio (je vous conseille un petit tour sur son site, Tidirium Studio). Ce clip est à savourer encore et encore…

Vampires

Animes utilisés : Hellsing, Vampire Princess Miyu, Vampire Hunter : D et Blood : The last Vampire.

3. Un trip visuel (sans substances illicites)

Kaiba

Ça c’est un argument de taille. Ce n’est pas pour rien que le Japon est l’un des seuls pays (le seul ?) où l’animation a le statut d’art à part entière. Les gros chiffres du cinéma Japonais sont souvent menés par de grosses licences de l’animation, et c’est une fierté nationale qui s’exporte à merveille. Un anime dure environ une dizaine d’épisodes, souvent plus mais rarement moins, ce qui rend ce genre impossible à comparer à nos propres dessins animés qui continuent tant qu’ils ont du succès. par conséquent ça tourne très vite, et l’offre nécessite de s’adapter constamment pour éviter de tourner en rond. Si le fond évolue plus lentement (comme vous le verrez plus bas on retrouve les mêmes thèmes, idées, images d’un anime à un autre) la forme, immédiatement visible se doit de se renouveler et nous avons le droit à un véritable festival de couleurs, de formes, de techniques qui rivalisent d’inventivité pour nous faire rêver. La preuve en image. 

Around The World

4. C’est toujours la même chose, mais c’est si bon !

Si les styles passent (il n’y a qu’à comparer les animes de chaque différentes décennie pour s’en rendre compte), les idées restent, et son tenaces. Je suis tombée sur cette vidéo un peu par hasard. C’est une synthèse de tout ce que vous pourrez voir dans n’importe quel opening, et ça prouve qu’on ne change pas les recettes qui marchent ! Si au début un léger sentiment d’exaspération se ressent en voyant tant de fois tel ou tel procédé utilisé, on ne tarde pas à se prendre au jeu, et au final même ce condensé devient aussi divertissant que n’importe quel opening individuel. Je pense qu’on peut étendre ça aux scénarios des RomComs Coréennes (je viens de lire les descriptions des personnages de Lie To Me, et il n’y a absolument rien de nouveau sous le soleil). 

5. Il y en a pour tous les goûts, et tous les animes ne demandent qu’à se plier en quatre pour vous…

Prince of Tennis

Pas de lien évident entre cette vidéo et ma raison N°5, mais je dirais que l’une complète l’autre. Vous trouverez des animes pour tous les âges, pour les deux sexes, de tous les genres (cuisine, sport, romance, policier, thriller, manifeste politique, esthétique pure, musique, aventure, SF, Fantasy, etc etc etc). Je trouvais que cette vidéo humoristique « Everybody wants to be on TV » illustre assez bien cette idée (il y en a pour tous les goûts), en même temps qu’elle fait réfléchir.  

6. Quel est le crétin qui a dit que c’était pour les enfants ?

Texhnolyze

Je ne vous apprend rien mais je le redis quand même : dans les années 80 les chaînes Françaises se sont mises à diffuser des animes au sein des programmes pour enfants sans bien faire le tri entre ce qui leur était destiné et ce qui ne l’était pas. Les exemples les plus célèbres restent City Hunter et Hokuto no Ken, animes tirés de seinens. Or les seinens sont des mangas clairement destinés aux adultes (même pas aux ados ! aux adultes !) par conséquent joyeusement passés à la moulinette de la censure. Avec le temps et l’expérience les amateurs de culture japonaise et professionnels de la télévision se sont rendu compte qu’il y avait des genres ciblés sur des publics bien précis, et les animes n’ont plus été considéré uniquement comme des divertissements légers destinés aux plus jeunes. J’ai choisis deux AMV, le premier plutôt gentillet et le second beaucoup plus dérangeant, toujours de Marissa Panaccio. J’aurais pu prendre pire (dans le genre horreur il y a aussi Elfen Lied) mais c’était des AMV que moi-même je n’ai pas réussi à terminer tant ils m’ont mise mal à l’aise. Celle de Marissa vise plus la réflexion que l’écœurement (je déteste lorsqu’un anime est violent gratuitement, mais ici tout a un sens et c’est plein de symbolisme).

This is Halloween

Whatever (I had a dream)


7. Tout est un combat

Le dernier AMV de Marissa Panaccio que je voulais absolument mettre ici. Les créateurs d’animes (et de mangas aussi d’ailleurs) partent du principe que tout et n’importe quoi peut devenir passionnant si l’on y intègre trois éléments : amitié, courage, compétition. C’est ainsi que la confection du pain peut devenir le combat d’une vie, que n’importe quel sport ou jeu de société (avec une préférence pour le shogi) peut intéresser la jeune génération. Dans Kaleido Star, anime dont j’ai suivi les 51 épisodes avec passion, nous suivons le parcours de Sora qui rêve de devenir une grande trapéziste. Elle débarque aux US et passe les auditions pour entrer dans la troupe Kaleido-Stage, des équilibristes à la célébrité mondiale qui donnent des représentations dans un cirque fixe. Tous les épisodes se ressemblent (Sora est confrontée à un problème ou une difficulté particulière, elle essaie et rate deux ou trois fois et finit par surmonter l’obstacle par un entrainement intensif, avant de donner une magnifique représentation). D’ordinaire j’ai beaucoup de mal avec ce schéma obstacle/échec/persévérance/victoire que l’on retrouve quasiment partout dans la production Japonaise, mais lorsqu’on voit le résultat sur scène, on se dit que ça valait le coup. De plus même si les performances sont exagérées pour rendre le spectacle plus palpitant, le domaine du cirque s’y prête à merveille et l’on ne peut s’empêcher de se dire qu’il y a un fond de vérité.

Dogfight


8. A vos marques, prêts, feu…dansez…chantez !

Azumanga Daiho

Ma raison préférée ! Depuis le succès de Creamy Mami, les animes (musicaux ou pas) s’ouvrent parfois sur des openings plus originaux que la normale, qui font danser et/ou chanter leurs personnages. Parfois cela va être au cours d’un épisode spécial que l’on pourra voir ce genre de scène, et parfois c’est le thème de l’anime lui-même (l’un des plus récents étant K-ON !) le premier AMV est un vrai régal de technique maitrisée et de synchronisation parfaite entre l’animation des lèvres, les chants, le rythme et le mouvement. Le thème est plus le chant que la danse. Le second est moins sérieux, plus tourné vers la danse.

Confession to the Dancefloor


DANSU


9. Love is in the air ?

Ouran High School Host Club

Vous l’avez peut-être remarqué, les Japonais peuvent faire pâle figure sur ce point à côté de leurs voisins Coréens, grands consommateurs de romance (ou du moins ils l’intègrent différemment et plus discrètement aux fictions). L’amour sera rarement le thème principal d’un anime, et dans la plupart des cas peu de suites concrètes sont données à une idylle naissante : les AMV sont aussi là pour enjoliver la réalité ! Mais rassurez-vous, s’il est plus souvent tragique qu’heureux, l’amour est bien présent dans l’animation Japonaise, et parfois il peu résoudre tous les problèmes (comme à la fin du cinquième élément).

Electropop

10. LOL

School Rumble

Les animes peuvent vous faire exploser de rire par leur absurdité comique, ou leur timing impeccable. Il s’est même développé un humour typique de l’animation Japonaise, très auto-référencé et bourré de private jokes indéchiffrables pour le néophyte, sans compter les nombreux jeux de mots ou mots d’esprits bloqués par la barrière de la langue et de la culture. néanmoins il reste toujours le comique de situation, universel. Et le comique de situation est heureusement omniprésent ! C’est un ressort comique de prédilection, qui explique que les mangas et animes humoristiques s’exportent plutôt bien. Les AMV ne sont pas en reste, et j’en ai trouvé un plutôt amusant sur le placement marketing (je vous laisse découvrir par vous mêmes ^^) et le second est à regarder plusieurs fois (ou à arrêter sur image) pour comprendre toutes les petites phrases hilarantes insérées à la place du « Beep » (par Hinano).

And now, a word from our sponsors


Stop looking at my (beep)

11. C’est beau, un point c’est tout.


Je ne suis pas sûre d’aimer beaucoup les inserts du clip du chanteur, mais le reste est parfait.

The Small Hours


Conclusion : Anime is just Awesome

Et voilà j’espère que je vous aurais fait un peu découvrir le monde de l’animation Japonaise si vous ne le connaissez pas déjà, ou du moins découvrir ces superbes AMV que je ne voulais pas poster dans les vidéos du mois (je préfère rester sur les Kdramas dans cette catégorie d’articles pour l’instant). Voilà les 11 raisons pour lesquelles j’abandonne quelquefois les dramas pour quelques épisodes de rêve éveillé (avant de me lasser : tous les animes sont loin d’être des perles).


Sources : AMV.org (à peu près tous les AMV que je présente viennent de ce site qui référence créateurs, studios, concours, etc)


3 réflexions sur “15 AMV, 11 raisons pour lesquelles j’aime l’animation Japonaise

  1. Salut,

    c’est vrai que les animés japonais sont une mine d’or que l’on n’exploite pas assez (ou très mal) en France, et en Occident en général je pense… De toute façon, les gens ont toujours un sourire en coin quand on parle d’animés ou de dramas (complexe de supériotité occidental?)

    J’aime beaucoup, beaucoup ton blog (vraiment!) et tes articles sont très bien écrits (ce qui est TRÈS rare sur le Web !!!)
    Seul bémol qui gâche un peu tes articles et parasite la lecture (vraiment, vraiment, je ne veux pas que tu le prennes mal…): pas de majuscules à coréen, japonais, français… quand ce sont des adjectifs… Les animés japonais, la télé française….
    Quoiqu’il en soit je continuerais à te lire parce que tu me donnes des idées!
    Majuscule ou pas!

    À plus!
    Emmanuelle

    • Tiens ? Merci de me le faire remarquer, je ne m’en étais pas rendue compte ! A l’écrit c’est le genre de faute de ponctuation que je ne fais jamais, mais c’est vrai que j’ai tendance à relâcher ma vigilance avec un clavier sous les doigts. Je vais faire plus attention maintenant ^^
      A bientôt j’espère et merci pour ta réaction !

  2. Merci pour la tienne (de réaction…) Je me suis mordu les doigts après avoir envoyé le commentaire! Merci de le prendre si bien!

    à bientôt, Emmanuelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s