Sign-Episode 5 : Acépromazine

Vous vous êtes peut-être demandé ce qu’il advenait des récaps de Sign, mais je ne les abandonne pas ! En fait j’ai bouclé le drama il y a plusieurs semaines, et les récaps sont rédigées à 80%. Le problème c’est que la publication de chaque épisode me prend un temps fou à cause du système d’upload des images super lent sur WordPress. Pour aller plus vite en installant des plugins il faudrait que j’ai un abonnement et un WordPress.org…et j’ai le système par défaut qui prend trois plombes. Je suis en train de chercher une alternative, peut-être une galerie d’images en tête d’article (et encore je ne suis pas certaine que ce soit possible) mais c’est toujours plus sympa de pouvoir lire en ayant juste au-dessus les screencaps qui correspondent, alors pour le moment je continue avec cette façon de faire, mais pour le coup les sorties seront plus espacées.

Sur ce plongeons-nous dans l’épisode 5, qui a marqué une nette amélioration par rapport aux épisodes précédents.  Le ton est plus sombre que ce que nous avons vu jusqu’ici et le scénario plus habile commence à nous emmener dans l’enquête.

Le cinquième épisode commence par…nous montrer une scène qui aurait dû faire partie de l’épisode précédent. Da Kyung et Ji Hoon se rendent au karaoké du quartier à la recherche des fameux néons. Ji Hoon voudrait les réquisitionner, mais Da Kyung plus dégourdie sait bien qu’on ne les leur prêtera pas de bonne grâce et entraîne Ji Hoon pour faire semblant qu’ils viennent prendre du bon temps. Da Kyung chante pendant que Ji Hoon bricole les néons, mais quelqu’un entre et…Ji Hoon fait style de danser sur la table avec son tournevis. Scène un peu facile, mais il faut voir Park Shin Yang se déhancher avec l’air d’être en pleine transe métaphysique. Ça vaut son pesant de cacahuètes, surtout lorsqu’on connaît le personnage de Mr Jamais Content.

Retour à ce ne nous avons déjà vu, c’est-à-dire la découverte sur le thorax de la victime du blason. Au NFS central Yi Han observe l’autopsie de Myung Han et note la présence de cette marque. Myung Han est dérangé par un collègue, qui lui demande si la précipitation de l’autopsie pour plaire au vice-ministre n’aurait pas faussé son analyse. Son supérieur lui répond vertement qu’il a donné au politicien ce qu’il voulait voir, pour le bien du NFS puisque la subvention en dépend.

Choi Yi Han est envoyé pour enquêter sur une affaire d’incendie criminel survenu dans la même région où la victime transférée au NFS a été trouvée, et il s’informe sur les recherches des légistes curieux de cette coïncidence. Il note le blason à tête d’aigle, et récupère au labo des indices, les factures d’essence partiellement brûlées retrouvées sur les lieux, provenant d’une station Gooil, se trouvant…près de la branche sud du NFS, pas loin de l’endroit où a été retrouvé le corps examiné par Ji Hoon. Encore une fois, beaucoup de coïncidences.

Branche sud : Da Kyung essaie d’entrainer Ji Hoon avec elle pour aller rendre les néons. Il refuse, mais dès qu’il entre dans son bureau il est pris d’une inspiration subite et se remet à exécuter la danse tribale qu’il avait entamée au karaoké (HA HA HA). Bien sûr Da Kyung le surprend. Ji Hoon confus s’emporte et lui crie qu’il ne viendra pas avec elle, mais elle était juste venue lui dire à tout à l’heure et il peut continuer ce qu’il était en train de faire. Bravo Ji Hoon, tu viens juste de te ridiculiser.

Mais le meurtrier rôde, et laisse un nouveau cadavre. Encore une jeune fille, tuée avec son fameux camion au blason à tête d’aigle. Nous supposons désormais que le deux derniers meurtres ne sont plus passionnels.

Yi Han se rend sur les lieux de la découverte du premier cadavre et retrouve le policier en charge. Ce dernier est un ami de la mère de la jeune fille que nous venons de voir assassinée. Yi Han tombe sur une photo du thorax de la victime, portant la même marque qu’il a repéré au NFS. Il se renseigne et découvre que Ji Hoon et Myung Han ont rendu deux conclusions divergentes pour des victimes présentant des points communs trop évidents pour être négligés. Il retourne voir Woo Jin chez elle pour lui faire part de ses découvertes.

Woo Jin ne se souviens pas lui avoir montré où elle habitait, mais à mesure qu’elle lui parle elle se souvient de la soirée où Yi Han l’a ramenée, complètement ivre. Embarrassée elle se met sur la défensive, mais Yi Han lui affirme qu’il n’aurait rien osé faire et que de toute façon elle n’est pas son genre. Plus vexée qu’elle ne veut l’admettre Woo Jin s’apprête à partir, mais Yi Han capte son attention en lâchant le mot qui nous brûle les lèvres depuis le début de l’épisode : serial killer. Woo Jin rétorque que deux meurtres ne sont pas suffisants pour prouver une série, mais Yi Han lui montre un article sur la troisième victime, qui vient juste d’être découverte…

Mme le procureur trop contente de pouvoir aller secouer les puces de Myung Han se rend à son bureau pour lui expliquer la situation. Notre cher directeur commence à être nerveux. Il a pris un risque, et il va le payer cher si tout cela s’avère exact. Il va motiver ses troupes au labo pour trouver l’élément crucial qui lierait les trois meurtres : la présence du même sédatif dans les échantillons de sang (les victimes ont été heurtée à plusieurs moment et il y a des chances pour qu’elles aient été droguées afin de faire passer les meurtres pour des accidents).

La troisième victime est transférée à la branche sud. Woo Jin est déjà sur les lieux, et expose toute l’affaire à Ji Hoon. Da Kyung, qui ne se prive pas pour écouter à la porte, n’est pas ravie d’apprendre leur passé commun…

S’il y avait un entracte, c’est ici qu’elle aurait dû être insérée : maintenant qu’on est sûr d’avoir un serial killer, il faut le prouver irréfutablement. Commence la chasse aux preuves. D’abord les sédatifs : il y a un problème de quantité de sang à analyser, et après avoir cherché les traces de toutes sortes de sédatifs sans résultats, le labo informe les légistes que la prochaine analyse doit absolument donner quelque chose, étant donné que ce sera la dernière réalisable.

Da Kyung décide de retourner sur les lieux pour chercher des indices. Elle part seule, la nuit, dans la neige, sans prévenir personne, armée d’une…lampe de poche (bravo encore une fois très intelligent, même une gamine de 10 ans penserait à prendre au moins un teaser, mais bon on ne va pas titiller.). Lorsque Ji Hoon arrive sur les lieux elle le prend pour le tueur, et nous avec (rhaa mes nerfs préservez-les). Ils s’allient pour continuer leurs recherches. Ils se rendent compte que les hématomes des victimes dont ils n’ont pas pu déterminer l’origine sont dus aux éraflures de branchages, et que la dernière jeune fille a été lâchée du haut du ravin en bas duquel ils se trouvent.

Ils montent la côté et débarquent dans un village fantôme, ou plutôt un petit groupe de maisons abandonnées. (Hyaa Je déteste ça, il n’y a pas plus flippant que de visiter des lieux abandonnés la nuit). Bien sûr nos deux partenaires se séparent, sans ça il n’y aurait pas assez de suspense. De son côté Ji Hoon trouve le sédatif suspect : l’acépromazine. Da Kyung trouve encore mieux : l’arme du crime elle-même, le camion, couvert de sang.

Mais Da Kyung  a à peine le temps de prévenir son collègue qu’elle est prise en chasse par un homme qui la suit depuis un petit moment. Ji Hoon a été enfermé à double tour depuis l’extérieur. Il défonce  la porte, informe la police et arrive à temps pour fondre sur le criminel, qui n’est autre que…Yi Han, qui avait pris Da Kyung pour le serial killer. Tu parles d’un quiproquo (et mes nerfs ! bon ok j’arrête). Woo Jin arrive juste à temps pour confirmer qu’elle connaît ledit crétin.

Yi Han a inspecté les lieux suite à une série d’évènements qui l’avaient guidé ici. Il avait eu un accident avec un homme que nous avions vu lors de l’épisode précédent, homme que Yi Han suspectait d’être l’auteur des incendies criminels mais que Woo Jin avait décidé de relâcher, encore sous le choc de l’affaire Seo Yoon. Il se trouve posséder un camion identique à celui du meurtrier. Il a affirmé à Yi Han que le blason de son camion avait été inspiré par le camion qu’il avait vu dans le village fantôme.

Mais tout le monde n’a pas le temps de dire ouf que déjà d’autres questions pointent leur nez : Ji Hoon découvre juste à côté du camion…une série de squelettes. Il n’y a pas trois, mais déjà sept victimes dans cette histoire.

Bilan : ce que j’apprécie particulièrement dans Sign, c’est que les enquêtes avancent, vont quelque part. Ça bouge quoi. Je me souviens que Hero m’avait vite ennuyée, parce que les journalistes passaient leur temps sur une affaire pendant tout le drama. La seule autre enquête dont je me souviens, c’était la recherche d’un chien perdu. Trop passionnant quoi. Ici, on avance. Certes on n’en est pas à une affaire par épisode, mais j’aime bien ce rythme. L’épisode 5 était un épisode à la fois consistant et important pour la suite, riche en rebondissements, et le scénario gagne en profondeur même si l’ensemble reste relativement prévisible.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s