Sign-Episode 4 : un peu trop d’alcool, et beaucoup d’étoiles


Un épisode plus fun centré sur Da Kyung, qui s’intègre non sans difficultés chez ses nouveaux collègues lunatiques, et sur Mr Jamais Content qui pourrait bien commencer à être un peu content, pour changer. Tout le monde prend un nouveau départ même si Woo Jin et Yi Han semblent à la traine. Et on a un nouveau mystère à résoudre !


Da Kyung venait de débarquer à la branche sud du NFS avec l’échantillon dérobé. Evidemment Mr Jamais Content n’est pas content que Da Kyung essaie de l’aider, et il lui demande de revenir d’où elle vient (le contraire m’aurait étonné).


Les sbires de Myung Han semblent eux très préoccupés par la disparition de l’échantillon. Ji Hoon téléphone à sbire n°1 (ou cheveux gris) pour lui dire que lorsqu’il demande plus d’effectif, ce n’est pas pour se retrouver avec des recrues sans expérience. Il lui demande même, avec Da Kyung tout ouïe juste à côté, s’il n’a pas une place pour elle dans un jardin d’enfant ou une poubelle. Et voilà je le savais, on repart à zéro ! Rhalala.


Mais Ji Hoon a d’autres choses à faire que de s’occuper personnellement du retour de Da Kyung à Séoul, et une autopsie à mener. Da Kyung s’impose comme à son habitude, et insiste pour rester. Ji Hoon excédé finit par lui laisser l’opération, lui met le scalpel entre les mains et quitte la salle. Très bien, belle attitude professionnelle…

Da Kyung est hyper nerveuse pour sa première laparotomie, et les assistants ne se privent pas pour lui faire bien sentir le bizutage de la petite nouvelle, petite nouvelle qui va vomir son petit-déjeuner.  Heureusement la chef de labo, Hong Sook Ju veille au grain et après avoir récupéré la malheureuse aux toilettes (le trio infernal lui avait parlé de manger des boyaux de porcs), elle la rassure en lui disant que tout le monde est passé par là et l’encourage à lancer une fête de bienvenue.


Le soir venu, Da Kyung attend Ji Hoon devant son bureau pour lui demander de l’éclairer sur sa première autopsie, mais il n’y est pas. Elle entre quand même, et fait tomber une bague qu’elle avait repérée sur le rebord de la cheminée. Comme si ça ne suffisait pas, elle réussit quand même à se renverser dessus une armoire et son contenu.


Elle essaie d’expliquer à Mr Jamais Content furax (à raison pour une fois) le pourquoi du comment, mais il ne l’aide que lorsqu’elle lui avoue qu’elle était venue dans un but intéressé. Elle ne comprend pas ce qui a pu causer la mort de la victime qu’elle a autopsiée, mais Ji Hoon lui prend le dossier des mains et s’apprête à partir. Devant l’insistance de Da Kyung, il craque et lui explique que ce qui semble être un vol avec agression est en fait le déguisement d’un suicide. Les blessures soi-disant défensives sont les blessures que s’est infligé le décédé en se poignardant. Encore un cas de suicide pour que la famille récupère l’argent de l’assurance. Da Kyung est touchée et lui dit que le décédé n’aurait sans doute pas voulu que sa famille soit au courant, mais Ji Hoon lui dit que ce qui compte est de ne pas fausser l’autopsie et lui donne une heure pour ranger son bureau.


Le lendemain Da Kyung se rend auprès de la famille en deuil pour leur délivrer le résultat de l’autopsie, mais  la veuve lui apprend que Ji Hoon est déjà passé les voir, et qu’il a tout fait afin qu’ils comprennent à quel point cet homme tenait à sa femme et son fils. Da Kyung est touchée de découvrir que Ji Hoon n’est pas un monstre sans cœur (nous aussi on commençait à douter). Elle fait encore sa tête d’amoureuse gaga (elle est tout le temps en train d’osciller entre indignation et admiration avec lui), et demande à tout le monde de venir à sa fête de bienvenue.


En parlant de fête de bienvenue, revenons à Myung Han, qui boit un pot avec ses collègues pour fêter la prochaine venue du vice- ministre de l’intérieur au NFS. Cette visite s’accompagnera du versement définitif de la subvention de 50 milliards de won. Ton heure viendra mécréant, ton heure viendra.


Retour sur une autre fête, celle de Da Kyung, où évidemment personne ne s’est pointé pour des raisons superficielles. Da Kyung commence par boire un grand verre de soju pur, et finit effondrée. Le restaurateur embarrassé finit par contacter Ji Hoon, dont Da Kyung ne cesse de crier le nom.


Pendant ce temps Yi Han enquête toujours officieusement sur l’affaire Seo Yoon et amadoue une amie de sa meurtrière. Il apprend que la fille à papa est partie à Hiroshima. Sur ce, il reçoit un appel de Woo Jin (et du même coup nous apprenons qu’il l’a enregistrée sous le surnom de « snob » sur son portable. J’adore.) Elle est restée dans l’état où Yi Han l’avait quittée il y a un an : elle passe ses soirées de déprime à se saouler avec ses collègues et termine seule attablée à une terrasse du quartier. Le policier va devoir jouer les Baby-Sitter.


Nous avons ensuite un joli parallèle entre Ji Hoon qui ramène Da Kyung sur son dos, et Yi Han qui ramène Woo Jin sur ses épaules.


Une fois arrivé, non sans difficultés dans l’appartement de sa supérieure, Yi Han a encore une fois l’occasion d’en découvrir plus sur Woo Jin. Elle utilise sa date de naissance comme code d’entré de son appartement, sa chambre est encore décorée comme celle d’une petite fille et elle garde sa photo de couple avec Ji Hoon auprès de son lit. Yi Han est amusé de découvrir son côté naïf.


Ji Hoon de son côté à fort à faire avec Da Kyung, complètement ronde. Elle le prend pour sa poupée histoire de se venger un peu, mais ne tarde pas à s’endormir après lui avoir dit de regarder le ciel de temps en temps, histoire de se changer les idées. Ji Hoon regarde en l’air et découvre un ciel étoilé, ou point une étoile filante…


Le lendemain Ji Hoon rappelle Papi après un an sans nouvelles, Papi qui s’occupe de sa jolie propriété. Son mentor lui recommande de se reposer plus sur les autres. Lorsque Ji Hoon croise Da Kyung très en retard, il la rabroue pour la forme, et lui demande de faire attention au temps et à sa consommation d’alcool, même si dans sa bouche ça ressemble plus à une critique qu’à un conseil attentionné. Qu’importe, Da Kyung est contente.


Changement d’ambiance : on suit une jeune fille traquée, désespérée et épuisée qui coure à perdre haleine sur une route enneigée. Elle est écrasée par un jeune homme en camion qui possède un pendentif contenant une photo de sa victime. Il embarque le corps.


Retour au NFS, où Myung Han dont les chevilles sont sur le point d’exploser accueille le vice-ministre de l’intérieur. La visite-guidée commence, et Myung Han exécute même une autopsie devant le vice-ministre. Parallèle avec la salle d’autopsie de Ji Hoon, faite avec les moyens locaux, qui contraste avec les équipements sophistiqués du NFS de Séoul.


Surprise ! Myung Han et Ji Hoon examinent deux corps quasiment identiques, tués visiblement dans les mêmes circonstances. Mais si Myung Han et son équipe disposent de lumières UV pour détecter les hémorragies invisibles à l’œil nu, Ji Hoon doit faire avec les moyens du bord. C’est Da Kyung qui a l’idée d’aller réquisitionner des néons de karaokés. Les deux corps portent sur le thorax le même emblème de marque automobile imprimée par le choc. Le meurtrier a tué deux jeunes filles, et il a déposé un corps dans le district de la capitale, un corps dans le district sud.

Nos deux légistes sont prêts pour l’autopsie, et Da Kyung se voit enfin assigner une tâche par Ji Hoon (yeehee back on the game). Arriveront-ils tous deux à un résultat identique ? Tandis que Myung Han, qui voit que le vice-ministre s’impatiente, écourte l’autopsie et rend un verdict précipité (simple accident et délit de fuite) Ji Hoon déduit qu’il s’agit d’un meurtre déguisé en accident.


Bilan : On change radicalement d’atmosphère dans les petits labos de province, et pour le mieux : oubliée la musique emphatique et les répliques pompeuses (enfin presque). Je veux plus de Woo Jin et de Yi Han, mais ça va venir. Cet épisode était important pour Da Kyung, et comme j’aime beaucoup Kim Ah Jung j’aime beaucoup toutes ces scènes, mais je concède que pour ceux ou celles qui ont du mal avec sa façon très particulière de jouer, elle est d’une sincérité…déconcertante qui ne peut pas plaire à tout le monde. Mr Jamais Content est loin de se débrider, mais on perçoit un léger changement, même infime.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s