Sign-Episode 1 : Mina s’essaie au recapping

Premier commandement de la Kdrama addict : A la première déception tu n’abandonnera pas, au drama une seconde chance de te séduire tu donnera.

Sincèrement je n’aurais jamais pensé commencer à résumer un drama tel que Sign épisode par épisode. C’est loin d’être la perle de la saison, à vrai dire il a fallu que je m’y remette plusieurs fois pour accrocher. Mais voilà, j’adore les séries sur la médecine légale, et pour moi regarder Sign c’est comme remonter dans un vieux carrousel, monter sur un vieux cheval en bois et me prendre pour Alec Ramsey dans l’Etalon noir : de la pure nostalgie. Quand j’étais petite mes premiers romans policiers ont été ceux de Patricia Cornwell qui racontait les enquêtes de Kay Scarpetta, médecin légiste de l’Etat de Virginie. Alors forcément j’ai donné une seconde chance à ce drama qui m’avait paru bien médiocre au premier abord. Après quelques épisodes de plus de visionnés, ce n’est toujours pas la révélation de ce début d’année, mais définitivement un coup de cœur.

Sign est une série qui remplit bien son job de divertissement, sans éclats, mais pour peu que l’on s’y arrête un peu on découvre une galerie de personnages attachants, des acteurs intéressants (le fait que je sois fan du tiers du casting principal aide un peu) et des enquêtes variées qui s’enchaînent plutôt vite pour un Kdrama.

Comme j’étais curieuse au même moment de savoir si c’était enrichissant de prendre des notes pendant l’épisode, j’ai testé, et j’y ai pris plus de plaisir que je ne pensais. Le côté négatif c’est que ça empêche l’immersion, mais le côté positif c’est qu’on s’approprie le drama beaucoup mieux qu’en restant simple spectateur. C’est parti pour vingt épisodes !

Sign-Episode 1 : Bienvenue au NFS

Je préviens juste avant de commencer : mes récaps sont un peu faites à l’emporte-pièce pour l’instant, et je le fais plutôt au feeling que scène par scène. J’ai mis l’accent sur des passages qui durent quelques secondes parce qu’ils m’ont marqués, et je passe sous silence d’autres passages qui ne me paraissent pas d’un grand intérêt. Par exemple je zappe toute la séquence d’introduction, qui n’est qu’un avant-goût des scènes de la fin de l’épisode pour capter l’attention du spectateur. Je ferais par la suite des récaps plus longues et plus soignées à mesures que je m’y habituerai.

Sign commence par un concert.


Un groupe de Kpop, Voice, dont le leader est particulièrement adulé danse et chante pour un dôme bondé qui hurle « Seo Yoon ! », mais au moment de réapparaître pour la seconde chanson, Seo Yoon n’apparaît pas. Il est retrouvé mort dans sa loge par sa styliste.

Aussitôt débarquent sur les lieux du crime Jung Woo Jin, le procureur chargé de l’enquête, les officiers de police sous ses ordres dont l’impulsif Choi Yi Han, et la jeune Go Da Kyung, chargée de l’examen scientifique de la scène du crime. Tandis que Da Kyung et son supérieur (ou « sunbae » comme je l’appellerais par la suite) examinent les lieux, prennent des photos et relèvent les empruntes, Woo Jin et Yi Han interrogent témoins et proches du décédé, mais il s’avère que la police a mal fait son job ou que quelqu’un a été soudoyé : une cassette de vidéo-surveillance vient d’être dérobée. L’affaire fait un grand bruit dans les journaux et l’autopsie est au centre des préoccupations.

On nous présente ensuite les deux rivaux de Sign, autrement dit les deux étalons en course pour réussir l’autopsie. Ji Hoon est le protégé du directeur du National Forensic Service, tandis que Myung Han, qui convoite cette même place de directeur, est professeur éminent de médecine légale. Après une scène de présentation un peu surfaite, on comprend d’après la façon dont ils se fixent intensément que ces deux-là ne vont pas être copains.

Après cette mise en bouche nous entrons au NFS pour assister à la rencontre de Ji Hoon et de Da Kyung. Forcément Mr Jamais Content crie sur Mlle Noob par ce que son inspection n’est pas ci et pas ça, elle monte sur ses grands chevaux et souffle très fort sur sa mèche (j’adore Kim Ah Jung, mais parfois elle est un peu à côté de la plaque. Mais c’est aussi pour ça que je l’adore). Et voilà, le couple de la destinée (ou « OTP », One True Pairing, notion fondamentale du dictionnaire de l’addict de Kdramas) s’est rencontré.

Ji Hoon va voir son cher directeur et tous deux ont plusieurs conversation : Papi (je l’appelle comme ça par ce qu’il apparaît aussi dans d’autres dramas et a une tête de vieux monsieur tout gentil) dit à son protégé que le NFS a besoins de lui, l’incorruptible, pour l’avenir. Il lui annonce ensuite qu’il l’a choisi pour mener l’autopsie de Seo Yoon, et ce en partie parce qu’il a eu des échos d’en haut comme quoi l’enquête sentait mauvais les implications politiques douteuses (ha ha j’aodre ce twist, ça fait partie des clichés dont je ne me lasse jamais).

Pendant ce temps, Yi Han se rends à la cérémonie d’hommage des fans pour essayer de glaner des informations, et repart avec le nom de la petite amie du chanteur, une étudiante. En faisant ses recherches il avait noté que Seo Yoon avait des relations difficiles avec les membres de son groupe, et peut-être aussi de problèmes de copines jalouses du fait de son côté fêtard. Mme le procureur a vent des implications politiques du crime et son boss lui enjoint de choisir Myung Han comme légiste.

Zoom sur les complices du meurtre, c’est-à-dire la jeune fille dont on vient de parler et le manageur de Seo Yoon. Plus tard, ce dernier détruit un contrat suspect.

Nous en arrivons au cœur de l’épisode : l’autopsie est sur le point de commencer, mais Ji Hoon est coincé par Myung Han qui prend sa place, délégué par le bureau des procureurs. Nouveaux regards intenses et venimeux. Ji Hoo ne s’avoue pas vaincu et rumine dans le frigo (j’appelle comme ça la salle de la morgue où ils entreposent les corps), après avoir eu un petit règlement de compte entre ex-amants avec Woo Jin (pourquoi tu fais ça, tu étais déjà comme ça avant, non c’est toi, non c’est toi au revoir).

Pendant ce temps, tel un soldat de la légion étrangère prêt à exécuter une intervention en milieux hostile ou une magical girl en pleine transformation (au choix), Myung Han enfile gants, masque, lunettes et combi pour s’attaquer à l’autopsie. Mais en ouvrant le sac, horreur ! Ce n’est pas le bon corps ! « C’est Yoon Ji Hoon » annonce Myung Han, du ton duquel Sherlock Holmes déduirait la culpabilité de Moriarty après être arrivé sur les lieux d’un meurtre atroce.

Eh oui Yoon Ji Hoon, le coquin a piqué le corps de la star et est bien décidé à mener à bien SON autopsie coûte que coûte. Poursuivi par les hommes de Myung Han, il manque d’écraser au passage la pauvre Da Kyung qui se prend le brancard en pleine face. Elle n’a même pas le temps de protester que Ji Hoon lui hurle de le laisser passer. Entrainée bon gré mal gré dans la salle d’autopsie, elle refuse tout d’abord d’assister Mr Goujat. C’est une excellente occasion de sortir le Sermon Décisif où Ji Hoon explique d’un ton emphatique à Da Kyung qu’ils sont là pour écouter le dernier message du décédé bla bla bla. Ils commencent l’autopsie (ce qui m’épate toujours dans ce genre de scènes type course contre la montre c’est que le héros prend quand même le temps de dire looonngement à quel point c’est important et de fixer looongement son ennemi, alors qu’on a envie de lui crier qu’il ferait mieux de s’y mettre immédiatement).

Myung Han intervient (il faut bien garder en tête que tout cela se joue sur le rythme d’une musique réservée d’habitude aux séries d’action intense type IRIS) et enjoint pas téléphone à Ji Hoon d’arrêter immédiatement. Comme si le destin du monde en dépendait, Ji Hoon arrache d’un geste furieux le câble dudit téléphone (povre téléphone…suffisait de le raccrocher. Quoi ? Pas assez théâtral ? Bon ok). Woo Jin va chercher la clé maîtresse qui ouvre toute les portes, et l’équipe en colère entre dans la salle d’autopsie ; Mais le magicien a déjà terminé son tour, et Ji Hoon a trouvé la réponse : Seo Yoon a été étouffée !

Bilan : en bref, la première partie est intéressante, et la seconde prête à rire. Tout ce qui concerne l’enquête est excitant, les personnages de Yi Han et Woo Jin sont pour le moment mes préférés (please mettez-les ensemble), et le couple Ji Hoon/Da Kyung a du potentiel. Seulement dès qu’il s’agit de la rivalité entre Ji Hoon est Myung Han, on tombe dans du gros cliché et ça fait mal, heureusement c’est tellement gros que ça devient drôle. Pour le moment je ne regrette pas d’avoir laissée à Sign une seconde chance pour me séduire, alors On to the next episode !

PS : Je ne sais pas qui est la coiffeuse ou le coiffeur des acteurs, mais c’est vraiment atroce. Enfin les hommes surtout, j’aime bien l’extension de Da Kyung ça fait penser à une coiffure type anime.

PPS : Je suis déçue qu’il n’y ait pas un original au labo. Il y avait Greg à Las Vegas, Abbie dans NCIS, Sign manque un peu de bizarre attachant de service même si Da Kyung rempli ce rôle dans une certaine mesure. Le trio infernal dont je n’ai pas parlé ici n’est pour le moment pas assez original pour retenir l’attention.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s